Version classiqueVersion mobile

Le français et les langues d'Europe

 | 
Françoise Argod-Dutard

3e partie. Le français et les langues d'Europe dans leurs usages spécialisés

Enjeux et problèmes de la traduction de textes spécialisés

Marc Baratin, Jacques Baulande, Pascale Duclos, Isabelle Rosselin, David Staquet et Jean Vaumoron

Texte intégral

1La traduction de textes spécialisés pose de constants défis terminologiques. La langue latine a emprunté au grec, les langues vernaculaires ont été tributaires des deux, même en créant des mots ou des tours nouveaux. La traduction des textes grammaticaux latins, comme celle d’autres textes spécialisés, induit des problèmes dont le traitement est au cœur de l’analyse historique de cette discipline. Les défis terminologiques semblent encore s’accentuer dans un domaine d’innovation constante et rapide et face à l’omniprésence de l’anglais, la langue des marchés :

  • la concision de l’anglais défavorise le français (diapos, écran, langage synthétique pour une communication rapide) ;
  • la perte de repères syntaxiques pour traduire une langue écrite par toutes les nationalités et la nécessité d’améliorer le texte traduit en français pour en faciliter la compréhension posent problème ;
  • l’imitation du langage utilisé par les spécialistes francophones n’est pas toujours la meilleure solution et le dialogue reste parfois difficile entre les délégations et les services de traduction quant aux choix terminologiques.
  • 2 M. Patrick Barbier, délégué général à la vie culturelle de l’Université catholique de l’Ouest, apr (...)

2S’y ajoutent des questions plus sociales et générales concernant la profession même de traducteur à la suite des bouleversements provoqués par les progrès technologiques : externalisation croissante des tâches, développement du travail à domicile, problème de la formation, arbitrages entre qualité et rapidité d’exécution, accès à l’information via Internet, accès aux bases de données, aux serveurs, Intranet, etc., accélération des échanges entre traducteurs en réseau, impact des réductions budgétaires sur l’organisation du travail. Dès lors se pose la question de la transmission des savoirs d’une génération de traducteurs à l’autre : cohérence de la documentation, de la terminologie et connaissance des contextes politiques, scientifiques, techniques dans lesquels les langages spécialisés ont été élaborés, ce qui nécessite une formation pluridisciplinaire2.

La traduction des textes grammaticaux latins

3[M. Baratin] À la fin des années 1970, la linguistique était la discipline qui suscitait le plus d’intérêt parmi les sciences humaines. Malgré cette vive curiosité, on pensait que le statut de « science » que la fin du xixe siècle lui avait attribué valait origine absolue, au point d’oublier que la réflexion sur le langage et la description des langues ont une longue histoire. Jeune antiquisant alors, je découvrais au contraire la variété des théories mises en place dans l’Antiquité pour rendre compte des différents aspects du langage, le nombre et la diversité des textes grammaticaux grecs et latins, la complexité des systèmes élaborés et de leurs évolutions. Le désir m’est venu de mettre ces textes à la portée des Modernes, pour que ceux-ci se trouvent confrontés à la profondeur historique d’une réflexion qu’ils croyaient encore adolescente.

4C’est à partir de cette époque que j’ai commencé à traduire des textes linguistiques de l’Antiquité, et je n’en ai jamais perdu le goût. Actuellement, mon travail porte sur la plus grande somme grammaticale de l’Antiquité tardive, l’Ars Prisciani. Son auteur, Priscien, était un Latin de Constantinople, actif au début du vie siècle de notre ère et pendant les premières années du règne de Justinien. Enseignant les formes les plus élaborées de la grammaire latine à un public hellénophone de futurs hauts fonctionnaires des bureaux impériaux, où les textes officiels étaient rédigés dans les deux langues, en grec et en latin, Priscien représente dans l’histoire de la linguistique une double interface : interface entre le monde grec et le monde latin parce qu’il s’est largement inspiré des textes grammaticaux les plus aboutis de la science alexandrine, qu’il a fait connaître dans le monde latin ; interface entre le monde antique et le monde médiéval parce qu’il a été le passeur par lequel les formes élaborées de la grammaire antique ont été transmises à l’Occident médiéval et à ses successeurs.

5L’Ars Prisciani a connu un succès immense, sans égal jusqu’au xvie siècle, et dont il est difficile de se faire une idée aujourd’hui. Pour en donner un aperçu, rappelons que des auteurs littéraires majeurs de l’Antiquité ne sont souvent transmis que par quelques rares manuscrits, moins d’une dizaine pour certains, quand ce n’est pas par un seul : pour l’Ars Prisciani, on dispose de plus de mille manuscrits ! Dans toutes les villes européennes un peu importantes, où l’on enseignait, l’Ars Prisciani était représenté par un ou plusieurs manuscrits. Cette œuvre a été un vecteur majeur de la culture antique, et son succès ne s’est estompé qu’avec le mouvement général de renouvellement de la Renaissance. Un auteur comme Priscien représentait à l’époque une tradition issue de l’Antiquité : la modernité s’est en partie construite contre lui, mais en tous cas pas sans lui, et ses théories, remodelées, réorganisées, réinterprétées, ont laissé dans la modernité comme une trace anonyme : bien des points de la grammaire classique viennent des écrits de Priscien.

  • 3 Groupe Ars Grammatica (M. Baratinet al.) éd., Priscien, Grammaire, livre XVII, Syntaxe, 1. Texte (...)

6Malgré cette place exceptionnelle dans l’histoire culturelle européenne, aucune traduction de l’Ars Prisciani n’a jamais été faite dans une langue moderne, quelle qu’elle soit. Cela pouvait se comprendre à une époque où les formes habituelles de l’enseignement faisaient du latin la base de la culture : les éventuels lecteurs estimaient avoir des connaissances suffisantes en latin pour lire Priscien dans le texte ; en outre, ils s’intéressaient plus aux exemples cités qu’à la doctrine. Ce n’est plus le cas aujourd’hui : de nombreux linguistes ont reçu une formation différente et se trouvent privés de tout contact direct avec l’un des ouvrages fondateurs de leur discipline, cependant qu’au même moment une plus grande curiosité pour l’histoire des théories linguistiques a aiguisé l’intérêt pour la doctrine elle-même de Priscien. La complexité de cette doctrine est mieux perçue, de même que les réelles difficultés du texte, les problèmes posés par le développement de l’argumentation, voire par la langue. La traduction de l’Ars Prisciani répond donc à une nécessité, et dans la compétition silencieuse qui s’est engagée entre des chercheurs de plusieurs pays, je me réjouis de la parution en 2010 du premier tome en français3.

7Un mot sur la méthode. J’ai toujours pratiqué la traduction de ces textes en groupe. Réunir des personnalités différentes, partageant une maîtrise commune de la langue latine et connaisseurs des problèmes posés par la grammaire antique, mais avec des spécialités et des domaines d’intérêt différents, et s’attacher ensemble à comprendre un texte de la façon la plus précise et la plus rigoureuse pour construire une traduction, c’est un exercice assurément difficile, mais incomparable si le groupe parvient à fonctionner. La difficulté principale tient au fait que la traduction est un exercice profondément personnel, où le traducteur investit sa personnalité. À cause de cela, il est parfois très difficile de contester une traduction proposée sans mettre en cause la personne même du traducteur, ou du moins sans que le traducteur ne pense qu’une discussion de sa traduction le met lui-même en cause. Pour parer à cette difficulté, et éviter de me fâcher avec les spécialistes que je réunis, je prépare moi-même en amont une traduction, qui sert de base de discussion à nos réunions. Le travail de groupe consiste ensuite à réagir à cette traduction, qui propose en somme une première approche du texte, et comme le moyen de s’y installer. Puis, l’alchimie du groupe fonctionne et la conjonction des points de vue différents entraîne toutes sortes de modifications et d’enrichissements de la traduction proposée : des interprétations plus complexes apparaissent, et, le débat aidant, la possibilité se fait jour progressivement d’une restitution en quelque sorte saturée du sens du texte originel, qu’un point de vue unique, si avisé et perspicace soit-il, ne saurait à mon avis atteindre.

8À cet égard, la traduction des textes techniques n’est pas fondamentalement différente de celle des textes littéraires. Deux des trois objectifs de la traduction d’un texte technique sont même identiques à ceux que poursuit le traducteur d’un texte littéraire :

9Le premier vise à dégager la cohérence du texte, c’est-à-dire respecter les réseaux de signification sur lesquels il repose et les structures argumentatives qui s’y déploient, quelle que soit leur étrangeté apparente ;

10Le deuxième consiste à créer une traduction qui soit un texte autonome, susceptible d’être compris par un lecteur actuel indépendamment du texte latin originel, ce qui suppose de transposer la grille de notions qui en forme l’armature d’une façon qui soit intelligible pour un lecteur d’aujourd’hui.

11À ce niveau, les difficultés sont déjà nombreuses, mais encore une fois, elles ne diffèrent guère de celles que l’on rencontre en traduisant un texte littéraire. Simplement, les paramètres de choix, qui engagent la conception même du texte, sont parfois particulièrement nombreux. Par exemple, il est fréquent de trouver dans les textes grammaticaux latins la locution pars orationis, employée pour désigner des catégories grammaticales comme le nom, le verbe, le participe, la préposition, etc. : toutes ces catégories sont des partes orationis. Plusieurs traductions sont possibles :

  • partie du discours, qui est le calque français de la formule latine, est une référence à la tradition des traductions des textes grammaticaux, et garantit par là que le lecteur trouvera les repères auxquels il est accoutumé dans sa lecture de ce genre de textes ;
  • constituant de l’énoncé fait référence au sens du concept originel dans les analyses linguistiques stoïciennes, c’est-à-dire à la formule grecque meros tou logou, dont pars orationis est le calque latin, et, en outre ce constituant de l’énoncé renvoie le lecteur à des théories linguistiques récentes (double référence, en amont et en aval, qui fait la richesse de cette traduction, mais peut-être aussi son inconvénient) ;
  • classe de mots vise le sens de la formule dans la perspective des grammaires scolaires de l’Antiquité, dont le principal objet était de classifier les mots ; mot, et sa variante type de mot, correspondent à ce qui se dirait aujourd’hui dans un contexte comparable ;
  • catégorie de mots enfin est un moyen terme entre classe de mots et mot.

12Toutes ces traductions se défendent : la question est de définir le point de vue du traducteur sur le texte, c’est-à-dire, parmi les différents points de vue possibles, celui qu’il choisit de privilégier. Ce problème se complique encore si l’on prend en considération le statut du texte à son époque : s’il s’agit d’un texte purement scolaire, il paraît difficile de traduire en référence au sens originel du concept, par exemple.

13Cette double question du statut du texte à sa production, et du type de réception qu’on souhaite privilégier, n’a cependant rien de propre à la traduction des textes techniques : elle relève des objectifs de cohérence interne et de lisibilité pour le lecteur que j’évoquais plus haut. En revanche, un troisième objectif paraît, lui, plus propre aux textes techniques.

14Ceux-ci en effet sont étroitement liés à une histoire, dans la mesure où chacun des concepts sur lesquels ils se fondent prend son sens par référence à ses emplois antérieurs : la terminologie technique est avant tout un ensemble historicisé. À cet égard, les textes techniques disposent, si l’on peut dire, d’une moindre autonomie que les textes littéraires. De ce fait, le traducteur a pour tâche de ne pas créer une autonomie artificielle, en tentant de libérer le texte qu’il traduit de l’histoire à laquelle celui-ci appartient. Dans le cas de Priscien, cela signifie de le laisser inscrit dans la tradition romaine dont il est l’héritier, puisque, comme grammairien latin, il succède à une tradition d’analyse grammaticale latine qui remonte au iie siècle avant notre ère, mais aussi de le laisser inscrit dans la continuité du texte grec dont il se réclame, et même, en plus, de le laisser inscrit dans la continuité qu’il instaure lui-même, puisqu’il est l’inspirateur de toute une postérité médiévale et humaniste. Cette tâche limite les possibilités de traduction et constitue cette moindre autonomie qui me paraît conditionner les problèmes particuliers que l’on rencontre dans la traduction de ces textes et que je voudrais illustrer par quelques exemples.

15Le texte de Priscien étant ancré dans des traditions chronologiquement opposées, en amont et en aval, la nécessité de laisser lisibles les liens qui l’unissent à ses sources sans masquer la tradition à laquelle il a lui-même donné lieu par la suite pose des problèmes d’autant plus ardus que le sens doit rester clair pour le lecteur actuel. Il en va ainsi du concept d’accidentia, employé dans les textes grammaticaux latins à propos des « parties du discours », pour désigner les catégories qui relèvent de chacune : le verbe a pour accidentia le temps, le mode, la personne, etc., et le nom le genre, le nombre, le cas, etc. À ne considérer que les passages où ce terme apparaît, le traduire par « propriétés », « caractéristiques », « traits », par exemple, serait élégant, et de nature à susciter toutes sortes d’échos en rapprochant les questions traitées par Priscien de problématiques et d’interrogations actuelles : c’est ce que j’ai fait moi-même à mes débuts, à une époque où il s’agissait avant tout de faire prendre conscience de l’existence de ces textes linguistiques de l’Antiquité, et de bousculer les préjugés en montrant que ces textes étaient susceptibles de fonctionner dans les cadres de la pensée contemporaine. De telles traductions ont néanmoins un coût : coupant ces concepts du domaine où ils sont apparus, en amont de Priscien, elles rompent le lien avec les textes philosophiques où accidentia est usuellement traduit par « accidents ». En outre, en aval, ces traductions masquent la continuité du texte de Priscien avec ceux qu’il a inspirés, où l’on retrouve cette même traduction usuelle. Le choix de l’élégance et des échos dans la modernité est séduisant, mais le problème aujourd’hui n’est plus le même qu’il y a trente ans : les exigences actuelles privilégient la lisibilité de la continuité historique, le respect de l’unité des concepts. Il nous a donc paru plus rigoureux de préserver l’ancrage de ce texte technique dans sa propre histoire, et donc de conserver la traduction par « accidents », assurément plus plate, voire décevante, mais techniquement plus parlante.

16La situation est cependant parfois bien plus complexe. Ainsi, l’adjectif latin relatiuus, que le français a emprunté sous la forme « relatif », est un calque du grec anaphorikos, que l’on retrouve également comme emprunt en français sous la forme « anaphorique ». La traduction de relatiuus par « relatif » paraît s’imposer d’autant plus que ce terme correspond aux emplois médiévaux et humanistes. Pourtant, cette traduction engendrerait en français d’insupportables ambiguïtés dans la mesure où les reclassements et réinterprétations postérieurs à Priscien ont fait que ses pronomina relatiua ne sont pas ce que les modernes entendent par « pronoms relatifs » – et à quoi le lecteur actuel serait forcément invité à penser : par pronomina relatiuua, Priscien désigne… des anaphoriques ! La traduction de relatiuus par « anaphorique » est donc préférable, et rend compte précisément du sens. De même, il convient parfois de « retenir » la traduction d’un terme, pour éviter que le lecteur n’aille attribuer au texte latin un type d’analyse qui n’y est pas. Par exemple, le terme subiungere est souvent bien près d’évoquer la subordination, et son dérivé subiunctiuus, le « subjonctif », correspond bien à un critère syntaxique, la dépendance par rapport à un autre verbe, à la différence des autres modes, comme l’indicatif ou l’impératif, déterminés par des critères sémantiques ; néanmoins, les emplois de subiungere montrent que la traduction par « subordination » serait abusive et fausserait la perspective. Parfois enfin, la disparition d’un concept linguistique dans les périodes postérieures à Priscien contraint à des adaptations et des équivalences. Certaines de ces disparitions ne posent pas trop de problèmes, comme pour le uerbum substantiuum, par lequel Priscien désigne le verbe « être » : la notion de « verbe substantif », qui constituerait un emprunt et une traduction littérale, s’appuyerait sur la présence de cette formule dans les grammaires médiévales et jusqu’à Port-Royal – mais elle a disparu de la terminologie grammaticale contemporaine et n’évoquerait rien de clair aujourd’hui ; seule la traduction par « verbe être » paraît possible, même si elle fait perdre la référence explicite à la substance : au moins le sens est-il clair, et ce n’est que lorsque Priscien fait un rapprochement entre cette formule et la notion de substantiel qu’il est nécessaire de rappeler en note que le nom latin du verbe « être » évoque par lui-même explicitement cette expression de la substance. En revanche, la traduction de suppositum est plus délicate en l’absence du « suppôt » qui n’a pas survécu aux grammairiens médiévaux : la traduction par « référent » respecte le sens, mais modifie le point de vue : alors que le concept contemporain de « référent » suggère un mouvement centrifuge, de l’énoncé vers l’extérieur de celui-ci, dans le domaine appelé précisément « extra-linguistique », le concept latin de suppositum implique plutôt l’idée d’un soubassement, dans un jeu d’éléments qui sont pensés par rapport à l’énoncé – en quelque sorte dans un mouvement centripète. On touche là aux limites inévitables de la transposition d’un appareil conceptuel technique d’une période, et d’une langue, à une autre.

17[J. Vaumoron] Dans de nombreux domaines, le progrès n’est pas un phénomène continu mais vient par paliers. Je commencerai par un hommage à un des lexicographes qui m’a apporté une aide considérable dans mon travail de traducteur technique, non seulement par ses ouvrages mais aussi par l’exemple donné par son approche minutieuse et solidement étayée de la traduction. Michel Ginguay n’est pas un « linguiste » aux références universitaires mais un autodidacte, une exception dans le domaine de la lexicographie, et c’est probablement cette indépendance d’esprit qui lui a permis d’être le premier à publier un dictionnaire d’informatique digne de ce nom, et dans une certaine mesure à marquer son époque. Son œuvre de pionnier a récemment été reconnue : une plaque en son honneur a été posée au Musée de l’informatique à Paris.

18Michel Ginguay a travaillé comme traducteur dans de nombreux domaines, en particulier sur des brevets, et ses dictionnaires tiennent effectivement compte des exigences de l’utilisateur. Pour le traducteur, la recherche d’une expression doit se faire aussi rapidement que possible, et la meilleure solution consiste donc à repérer un groupe de mots dont on suspecte qu’il a un sens particulier. La recherche doit alors se faire en suivant l’ordre alphabétique, même lorsque le premier mot n’est qu’un simple adjectif comme en témoigne l’exemple ci-dessous. On remarquera que cette approche ne fait pas intervenir ces fameux « mots clés », bases de la plupart des dictionnaires et qui génèrent des accumulations de colonnes entières d’expressions, classées tant bien que mal en groupes pour faire croire que l’on aide ainsi le traducteur dans ses recherches.

19Il serait en outre paradoxal de demander à celui qui cherche le sens d’une expression d’en analyser la structure… avant même d’en connaître le sens.

Indexable, i. instruction, instruction dont la partie adresse peut être modifiée par un registre.
Indexed, i. address, adresse variable (indexée) ; i. sequential, séquentiel indexé ; i. sequential access method (ISAM), méthode d’accès séquentiel indexé ; i. sequential file, fichier en séquentiel indexé.
Indexer, personne chargée de l’indexation (d’un ouvrage).
Indexing, 1. indexation ; 2. positionnement.
Indicative, i. information, indicatif(s).
Indicator, 1. indicateur, voyant ; 2. indicateur (interrogeable par programme) ; i. light, voyant de signalisation.
Indigenous, nationale (industrie).

20L’approche de Michel Ginguay est résumée dans les préfaces de ses ouvrages et elle témoigne d’un sérieux, d’un pragmatisme et d’une minutie extraordinaires. Leur succès est basé sur son travail : lire des centaines d’ouvrages en anglais et en français, comparer comment sont exprimés les différents concepts dans les deux langues et établir des correspondances non pas seulement sur un cas, mais sur des dizaines de cas.

Pour mener à bien notre tâche, nous avons puisé notre matière à la source, c’est-à- dire dans la langue vivante : documentation des constructeurs, revues spécialisées, ouvrages sur l’informatique. Nous nous sommes efforcés de tenir compte de l’usage en l’infléchissant parfois quand cela paraissait souhaitable. Cet ouvrage n’est donc pas une simple compilation mais le reflet du vocabulaire actuel.
Cette application ne va d’ailleurs pas sans une grande humilité et une grande sagesse qu’on aimerait bien retrouver dans d’autres ouvrages.
Tout ouvrage de ce genre, a fortiori dans un domaine en constante évolution, comporte inévitablement des lacunes et ne peut être exempt d’imperfections ; aussi accueillerons-nous avec le plus grand intérêt les suggestions qu’il appellera de la part des utilisateurs. (Voir Appel au lecteur in fine).

21Que retenir de cela pour les lexicographes ? Probablement la nécessité d’être pragmatique et au service des utilisateurs. C’est en grande partie ce principe qui a été retenu pour le lexique Termium® du Secrétariat d’État du Gouvernement fédéral du Canada que j’ai utilisé pendant des années. Les expressions repérées par les traducteurs étaient périodiquement discutées en comité restreint de collègues travaillant dans le même domaine avant d’être intégrées dans la base de données centrale. Le but recherché était de ne jamais laisser perdre une recherche effectuée pour une traduction particulière, mais de la mettre dans une énorme base de données à la disposition de tous.

22Une autre voie à explorer est celle des lexiques d’apprentissage. Il est en effet rare de trouver dans un dictionnaire et/ou une grammaire, à la fois le sens d’une expression et la conjugaison d’un verbe (surtout d’un verbe régulier). J’ai été amené à me créer un lexique hongrois-français où je consigne toutes les expressions que je rencontre avec leurs formes au pluriel et deux cas du singulier pour les noms, et où tous les verbes sont conjugués. Plus de 15 000 mots ou expressions s’y retrouvent classés par ordre alphabétique (sans mots clés, mais avec des renvois à d’autres expressions permettant de mieux situer leur sens). L’utilisation d’un fichier de type Excel permet de trouver par recherche d’une chaîne de caractères toutes les expressions contenant un mot donné ou plusieurs mots, les mots ayant une racine commune, d’attirer l’attention sur les formes irrégulière par une couleur plus vive, etc. Une forme verbale inconnue se retrouve immédiatement dans les conjugaisons des verbes. Ah ! Si seulement ce qu’il y a dans ce dictionnaire était aussi dans ma tête ! Au moins introduire les mots dans le fichier est un excellent exercice, et je ne fais jamais deux fois la même recherche !

Traduire en français des textes économiques et financiers : mission impossible ?

23[I. Rosselin] En préparant cette intervention, je me suis dit à quel point il était dommage de ne pas faire plus souvent état de tous les succès que nous rencontrons à traduire des textes d’une autre langue vers la nôtre. Car nous arrivons souvent à faire notre métier, et cela facilite le dialogue. Il n’en reste pas moins qu’à l’occasion de rencontres comme celles-ci, nous devons souvent donner l’impression, aux personnes qui n’exercent pas notre métier, de pratiquer une activité impossible.

24Plus sérieusement, si nous ne parlons que rarement de nos réussites, c’est que lorsqu’on sait résoudre un problème, on n’a besoin de l’aide de personne. Restent les problèmes que l’on ne parvient pas à résoudre. Ils entrent essentiellement dans deux catégories : ceux que l’on repère et ceux qui restent inaperçus. Ceux qui restent inaperçus ne peuvent se résoudre qu’avec des années d’expérience et d’approfondissement de ses connaissances linguistiques et contextuelles. Ce sont les pires. Les problèmes dont on s’aperçoit sont, dans quelque texte que l’on ait à traduire, d’ordre terminologique, syntaxique, logique, stylistique, le but du traducteur étant de résoudre ces problèmes pour que le texte soit fidèle à l’original, en « bon français » et serve l’objectif que son auteur lui a assigné.

25En tant qu’intermédiaires, nous nous situons entre un demandeur et un lecteur. Le demandeur est, dans le meilleur des cas, la personne qui a écrit le texte, et autrement le service de traduction ou de communication d’une entité, la rédaction d’un journal, une agence de communication externe ou encore une agence de traduction. Le texte vient donc le plus souvent de personnes qui sont rarement spécialistes du sujet traité dans le texte. Si le traducteur a besoin de précisions sur un terme ou s’étonne d’une incohérence, d’une contradiction ou d’une omission dans le texte original, par exemple, souvent il ne va pas pouvoir accéder à l’information directement à la source. Il ne peut que rarement poser sa question directement à l’auteur. Il existe donc une sorte de barrière entre le traducteur et l’auteur qui ne facilite pas la tâche du traducteur lorsqu’il souhaite élucider certains points.

26Mais, même lorsque le traducteur a la possibilité d’obtenir des informations auprès de l’auteur, plusieurs difficultés peuvent intervenir. Je tiens à préciser que mon but n’est pas de rejeter la responsabilité des difficultés rencontrées par un traducteur sur un quelconque intervenant à un quelconque point de la chaîne de la communication, je dresse simplement un état des lieux de ma propre expérience du marché. Les difficultés de traduction sont inévitables et se rencontrent même si un auteur s’exprime parfaitement bien. Cependant, quelques observations récurrentes m’amènent à une typologie des problèmes rencontrés. L’auteur peut être très spécialisé et s’exprimer de façon extrêmement synthétique : on a là des problèmes de termes et de liens logiques qui se posent. Il faut comprendre un mécanisme présenté sans beaucoup d’explications et des termes pointus. Autre cas de figure : l’auteur peut tout simplement ne pas savoir écrire, car les auteurs d’études économiques, d’analyses financières ou de plaquettes commerciales n’ont pas toujours une bonne plume : on a alors des problèmes de longueur, de cohérence et de répétition. Hier, je traduisais, de l’anglais vers le français, une revue de presse réalisée pour une grosse entreprise de transport et je suis tombée sur la phrase suivante : « the present solutions should be modified to simplify the present solutions » (les solutions actuelles devraient être modifiées pour simplifier les solutions actuelles). Je me suis permis, sans état d’âme, d’améliorer la phrase par une petite réécriture. Le sens me paraissait évident.

27Enfin, l’auteur qui écrit en anglais n’est pas toujours anglophone, ce qui était d’ailleurs sans doute aussi le cas dans mon exemple précédent, puisqu’il s’agissait d’une revue de presse des médias polonais. On peut donc avoir un cumul : un auteur spécialiste, qui s’exprime dans une langue qui n’est pas la sienne et qui écrit mal.

28Et c’est là un autre problème. Jusqu’où réécrire ? Car, en anglais des affaires, souvent, l’auteur n’écrit pas dans sa langue maternelle et utilise une autre langue uniquement pour communiquer : on a alors des problèmes d’imprécisions terminologiques et de syntaxe. Je suis, entre autres, spécialisée dans la traduction économique et financière. Dans le monde de l’économie et de la finance, tout le monde parle anglais. Il m’arrive de traduire des textes rédigés par des Indiens, qui ne parlent pas le même anglais que les Britanniques. Il m’arrive de traduire des textes rédigés en anglais par des Italiens, des Allemands, des Coréens, des Néerlandais ; comme je parle le néerlandais, j’ai pu d’ailleurs constater que le fait de connaître la syntaxe néerlandaise m’aidait parfois à mieux comprendre, et donc à mieux traduire ce que les Néerlandais écrivent en anglais. L’utilisation de l’anglais comme lingua franca, une langue qui permet de communiquer partout avec tout le monde, a considérablement réduit le lexique et la syntaxe de l’anglais, ou l’a enrichi d’innombrables ajouts des quatre coins du monde sans en respecter la construction. On a donc un texte de départ curieux. Je connais un traducteur vers l’anglais, donc de langue maternelle anglaise, à qui des entreprises demandent de réécrire en anglais un texte écrit par des salariés non anglophones, avant de le faire traduire. La qualité du texte au départ a forcément des répercussions sur le texte à l’arrivée, c’est-à-dire, en ce qui me concerne, en français. Même s’ils ne sont pas écrits en globish (le terme a été inventé à partir de deux mots, « global » et « English » par un ancien PDG d’IBM pour un anglais utilisé dans les entreprises, qui se composerait d’environ 1 500 mots), les textes que je traduis sont parfois dans un anglais très rudimentaire et approximatif. Si je rendais un texte aussi rudimentaire et approximatif à la personne qui me demande de le traduire, elle n’accepterait pas la traduction. Il m’arrive donc de réécrire un peu, de rétablir des liens logiques, d’interpréter, avec tous les risques d’erreurs que cela comporte.

29Des problèmes peuvent aussi se poser lors de l’expression dans la langue cible, la langue vers laquelle on traduit. Les problèmes sont de même nature que ceux que l’on rencontre dans la langue à traduire (terminologique, syntaxique, logique, stylistique), mais pas forcément au même endroit. On peut trouver facilement la traduction d’un terme en apparence complexe dans la langue d’origine, parce que des spécialistes se sont déjà penchés sur la question pour communiquer entre eux en parlant de la même réalité, alors qu’un terme en apparence simple peut être difficile à traduire. Dans mon domaine d’activité, l’économie et la finance, le problème terminologique est assez aigu de manière générale. Cela vient du fait que les termes, surtout dans le domaine de la finance, sont créés en anglais et à une vitesse fulgurante, la vitesse à laquelle sont notamment créés les produits financiers ou bien la vitesse à laquelle un terme va soudain faire la une de l’actualité. La récente crise financière a commencé en 2008 avec l’effondrement des marchés immobiliers et des établissements de crédit ou financiers aux États-Unis en raison des subprimes. On comprendra que le caractère synthétique de la langue anglaise favorise l’adoption de tels termes, car si on veut traduire subprime correctement, il faudrait parler de crédits hypothécaires aux emprunteurs à risque. Prime, n’est pas ici l’idée de prime, mais de bonne qualité. Et sub veut dire en dessous. Donc « de qualité inférieure ». Pourquoi ? Parce que les personnes à qui l’on accorde le crédit représentent un risque, le risque de ne pas pouvoir rembourser leurs échéances, ce que traduit d’ailleurs parfaitement, du point de vue du sens, « crédits hypothécaires aux emprunteurs à risque », même si c’est un peu long. Au début, on a trouvé, dans les textes spécialisés et les journaux, des explications entre parenthèses derrière le mot en anglais. Maintenant, on rencontre souvent le terme tel quel en anglais. Même chose pour ces fameux CDS, les credit default swap, sorte d’assurance sur un titre en cas de défaillance. Les CDS sont accusés d’avoir aggravé considérablement le problème de la dette grecque. Dans les milieux spécialisés, on connaissait déjà les CDS. On a traduit ces instruments financiers par « contrat d’échange sur risque de défaillance », ou encore « contrat dérivé sur défaut », ce qui est moins explicite mais plus concis. En français, il n’y a pas de traduction uniforme, ni dans les organismes internationaux, non seulement entre les différents organismes, mais au sein d’un même organisme (Banque mondiale, Fonds monétaire international, Banque des règlements internationaux, Organisation de coopération et de développement économiques) et tout le monde finit par dire CDS, en ajoutant parfois à la suite une explication en français. Il y a donc un flottement en français qui n’existe pas en anglais. Tous les francophones ne s’entendent pas sur ce que signifie un terme en français et se servent de l’anglais comme référence, pour s’entendre, entre Français, sur ce que signifient les mots de leur propre langue. Et ils finissent par opter pour un terme anglais.

30Sur BFM Radio, le 30 avril 2010, j’ai entendu le terme de co-branding. Et quelques instants plus tard, en consultant la Toile, je trouve des exemples en français sur des sites commerciaux : une « carte bleue co-brandée », qui présente les logos de plusieurs marques, donc multimarques. Pourquoi ne pas dire multimarques ?

31Et pourquoi utiliser un calque de l’anglais, comme le terme « domestique », désormais employé en français pour parler du marché national ou intérieur ?

32Il y a tout de même certaines francisations, comme « capital-risqueurs » par exemple, sur le segment du capital-risque, créé selon le même mode que « footballeurs ». Mais les créations de mots sont rares.

33J’ai constaté depuis quinze ans une évolution dans l’adoption et l’utilisation des termes financiers en français. Les banques de réseau avaient, il y a dix ans, une approche plus explicative vis-à-vis de leurs clients pour leur proposer leurs produits. Elles souhaitaient familiariser le grand public avec les produits d’investissement. En France, les SICAV et les privatisations ont rapproché les particuliers de la bourse. On suivait à chaque journal l’évolution du CAC 40 et les cours de la bourse. La vulgarisation des produits financiers avait un effet positif : on cherchait à être clair en français. À présent, cependant, les produits et les techniques accessibles aux particuliers deviennent de plus en plus variés et complexes, les noms des fonds d’investissement sont souvent conservés en anglais, le terme hedge fund, même si tout le monde ne sait pas ce qu’il signifie, n’est pas inconnu. Et peut-être vaut-il mieux parler directement en français de hedge fund que de « fonds spéculatifs », qui inquiètent, ou de « fonds d’arbitrage », qui paraît plus technique et sans forcément recouvrir la même chose. Un autre terme anglais fréquemment utilisé en finance, swap, produit un effet tellement plus dynamique que « contrat d’échange » (qui risquerait peut-être de susciter l’idée qu’on pourrait justement y perdre au change). Après avoir donné envie au grand public d’investir, le but des professionnels de l’investissement n’a plus été d’expliquer mais de donner le sentiment qu’ils étaient avisés, de bon conseil, qu’ils maîtrisaient des notions complexes et qu’ils étaient des intermédiaires indispensables. Le français a alors souvent été assaisonné de mots anglais. Pour faire « pro », il y a eu une sorte de financiarisation de la langue française, mais en anglais. Même Euronext, dont fait partie l’ancienne bourse de Paris, utilise des termes anglais comme warrant alors que le mot français « bon de souscription » existe depuis longtemps. On y parle aussi de marché cash pour le « marché au comptant ». Ou encore des fameux trackers, employés pour les fonds indiciels, qui sont des produits relativement nouveaux mais pour lesquels des solutions terminologiques intéressantes avaient été proposées en français. C’est là que l’on voit toute l’importance du destinataire de la traduction qui est souvent aussi un intermédiaire et non le client, le partenaire commercial, le spécialiste à qui s’adresse le texte. Parfois, pour faire passer tel ou tel message, on décide de plus ou moins « jargonner » en anglais. Le traducteur se trouve alors face à un argument commercial imparable : voilà l’image que l’on veut donner et on pense y parvenir en employant ce langage. Car l’anglais dans le français n’est pas employé ici par négligence, mais répond à une stratégie commerciale.

34L’adoption de l’anglais ne se limite pas au mot. On connaît le glissement de sens du verbe « réaliser » en français, qui veut dire effectuer mais qui a tendance à prendre aussi le sens du verbe anglais to realize : s’apercevoir. Le verbe à la mode « impacter » est calqué sur to impact, qui, en anglais, semble désormais s’utiliser sans préposition. Les journalistes, amenés à lire des fils d’actualité en anglais, ont leur part de responsabilité dans ces glissements. Mais ils doivent réagir vite et sont parfois les premiers traducteurs de certains termes ou certaines notions. Récemment, à propos des élections législatives en Grande-Bretagne, j’ai entendu un certain nombre de journalistes à la radio parler d’« élections générales » qui est un calque de l’anglais général elections.

35Autre avantage de l’anglais : la conceptualisation concise et imagée. Dans The Economist, est paru, la semaine dernière, un texte sur les mesures que va prendre le gouvernement de Nicolas Sarkozy pour s’attaquer aux problèmes des finances publiques. La question que posait le journaliste était de savoir si M. Sarkozy allait finir par imposer davantage les hauts revenus et les revenus « financiers » en appliquant une politique soak-the-rich qu’il avait toujours jusqu’à présent évitée. Chaque terme, soak, the, rich, a déjà un sens en anglais mais les mots sont ici amalgamés pour en faire un concept : les anglophones parle de soak-the-rich strategy et de soak-the-rich économics. Autrement dit une stratégie, une politique économique consistant à ponctionner les riches. Mais cette traduction se comprend-elle en français ? Sait-on que l’on fait allusion à une expression en anglais qui ne se limite plus à ces simples mots mais se réfère à des mesures fiscales précises ?

36Et c’est un problème majeur que celui des références. L’anglais est le point de repère. Les nouvelles qui circulent sur Internet sont pour une bonne part en anglais. Les allusions à certaines situations politiques, économiques et sociales donnent souvent naissance à des termes, des expressions en anglais qu’il faut ensuite traduire en signifiant, d’une façon ou d’une autre, au lecteur que l’on fait allusion à une situation bien précise.

37C’est toute antenne dehors que je lis les journaux et écoute la radio, en quête de nouveautés, en quête de ce qui me permettra de traduire de nouvelles notions, de nouveaux mécanismes, de nouvelles situations. J’ai trouvé ma solution : je propose à mes clients des textes que j’estime respectueux du français. Et quand ils me demandent de changer, de jargonner, je m’efforce de négocier.

La traduction dans les organismes des Nations-Unies

  • 4 Pascale Dudos s’exprime en son nom personnel et n’engage donc pas la responsabilité des institutio (...)

38[P. Duclos4]Traduire pour l’ONU et les organismes du système, c’est faire partie d’une grande famille, celle de tous les traducteurs qui, depuis la création de ces institutions, n’ont cessé d’accumuler des connaissances, de créer et de compléter des corpus terminologiques et de s’interroger sur le sens des mots employés par la communauté internationale. C’est aussi, grâce à Internet, s’intégrer dans une équipe toujours plus vaste de par le monde.

39Ce dialogue constant entre collègues de différentes générations et de divers services est d’autant plus important que le traducteur de conférence est soumis à de multiples contraintes : il est tenu de respecter la terminologie en vigueur dans l’organisation qui l’emploie et d’en suivre l’évolution ; de se plier à toutes les règles fixées par l’organisation pour la traduction de ses textes et de se reporter aux rapports ou autres documents précédents et à toutes les références et citations pertinentes. Il s’aligne sur le travail de ses prédécesseurs et de ses contemporains dont les choix terminologiques ne sont pas opérés au hasard. C’est un maillon d’une longue chaîne, et s’il n’a pas autant de liberté que le traducteur littéraire, par exemple, il a tout de même l’occasion de se montrer créatif et innovant lorsque le texte l’exige, quand il traduit un discours, par exemple, ou un document destiné au grand public.

40Bien que la publication des documents dans les six langues officielles de l’ONU soit coûteuse et prenne du temps, les délégations sont très attachées au plurilinguisme pour des raisons politiques mais aussi dans un souci d’égalité culturelle et linguistique. Les services français de traduction travaillent pour les délégations, orateurs, participants francophones mais aussi pour tous ceux dont la langue maternelle n’est pas une langue officielle, ceux qui ne maîtrisent pas l’anglais, et ceux qui pour diverses raisons, notamment historiques, s’expriment plus volontiers ou plus facilement en français. Le travail de traduction est aussi important du point de vue de la diplomatie et de la démocratie : toutes les nations, en particulier les plus pauvres, ont le droit de participer aux débats ; or il est malaisé d’échanger des idées et de négocier dans une langue que l’on connaît mal.

41En théorie, le traducteur doit prendre une certaine distance par rapport à l’original et s’efforcer de produire un texte à la fois fidèle au texte source et stylistiquement satisfaisant dans la langue cible. Mais dans certains contextes, s’il y a de gros enjeux économiques par exemple, un problème juridique délicat à traiter, des négociations serrées, le traducteur devra peut-être davantage coller à l’original pour éviter toute confusion ou fausse interprétation, surtout si le texte original et ses traductions ont force juridique, ou si le document à traduire est le fruit de pourparlers difficiles. Les textes des instances internationales peuvent paraître jargonneux, le style peut sembler lourd, les phrases répétitives. Il faut savoir que les traducteurs n’ont pas toujours le choix. Par exemple, l’original n’est pas toujours très bien rédigé et même s’il s’efforce de relever le niveau, le traducteur ne peut pas toujours faire de miracles. La terminologie peut sembler étrange parfois mais ce que le lecteur ne sait pas, c’est qu’elle a toute une histoire : il arrive que l’on retienne un terme par élimination par exemple, parce que toutes les autres solutions sont moins satisfaisantes ; une expression peut être volontairement vague parce que les États ne se sont pas mis d’accord sur quelque chose de précis mais veulent se laisser la possibilité d’aboutir à plus long terme. On a parfois du mal à trouver l’équivalent exact du terme à traduire et il faut passer par une périphrase, une explication, ou inventer une expression nouvelle. Le travail du traducteur consiste donc à vaincre ces obstacles pour rendre malgré tout un travail de qualité.

42Le traducteur doit aussi travailler en accord avec les délégations qui parfois ont des vues divergentes sur la traduction à donner à telle ou telle expression. Les services de traduction peuvent s’opposer à certains choix pour toutes sortes de raisons : par exemple, le terme peut poser problème à longue échéance (mauvaise articulation avec d’autres termes en usage, contradiction avec des pratiques antérieures qui ont fait leurs preuves). Souvent les traducteurs ont l’impression d’être le dernier rempart pour la défense de la langue française, certains orateurs habitués à utiliser l’anglais, moins rigoureux qu’eux, n’hésitant pas à franciser les termes anglais employés au cours des débats. Les comptes-rendus de séance sont souvent l’occasion de parfaire les interventions du point de vue stylistique, ce qui n’est pas sans poser de nouvelles difficultés car l’on peut s’interroger sur le droit qu’a le traducteur de modifier la parole d’autrui. Dans certains cas, les orateurs exigent que leur exposé soit reproduit tel quel, ce qui ne facilite pas le travail du traducteur confronté à des hésitations, des digressions, des interruptions et des décrochages qui ne sont pas gênants à l’oral mais posent problème à l’écrit.

43La pratique de la traduction a beaucoup évolué récemment, et quelques points importants méritent d’être soulignés à cet égard :

  • Le souci de maîtriser les coûts : les effectifs de traducteurs permanents auraient tendance à se maintenir ; par contre, ce sont les recrutements internationaux de courte durée qui sont remplacés par une formule dite hors site et le recours à la sous-traitance, à l’externalisation est plus important (notamment pour tous les documents de plus de 100 pages). De nouvelles modalités apparaissent qui ne satisfont pas toujours les associations de traducteurs, comme les appels d’offre.
  • L’accent est mis sur le rendement, la rapidité d’exécution, l’accroissement du nombre de traductions urgentes, avec la même exigence de qualité.
  • La révolution technologique : les nouveaux moyens de communication comme le courrier électronique, Internet, Skype, permettent aux traducteurs de travailler en réseau partout dans le monde. Les organisations internationales n’ont plus besoin d’avoir leurs traducteurs sur place, ni de les envoyer sur les sites des conférences internationales. Le travail peut-être effectué 24h sur 24 en tirant parti des fuseaux horaires.

44Les mêmes moyens de communication permettent aux traducteurs de dialoguer en permanence. Les forums d’associations comme celui de l’AITC (Association internationale des traducteurs de conférence) permettent notamment de poser des questions à caractère terminologique à une communauté de traducteurs beaucoup plus large que les seuls collègues ou amis. De ce point de vue, la solidarité et le partage sont exemplaires : toute question reçoit un éventail de réponses impressionnant dans l’heure, voire les minutes qui suivent.

45De nouvelles fonctionnalités (Google) autorisent les traducteurs à mettre en ligne glossaires et documentations personnelles dont ils ne veulent pas forcément s’encombrer lorsqu’ils se déplacent ; certaines organisations autorisent aussi les traducteurs externes ou collaborateurs ponctuels à utiliser un espace personnel (boîte aux lettres, bibliothèque de fichiers).

46Les traducteurs qui travaillent hors site, même s’ils n’ont pas tout à fait les mêmes droits d’accès que leurs collègues permanents, peuvent utiliser une bonne partie des intranets, bases de données, outils de recherche, liens utiles, etc. sans compter les nombreuses ressources disponibles sur le Web : dictionnaires, glossaires, recueils de définitions, blogs.

47Internet est une source d’informations précieuses à condition de faire preuve de vigilance et de savoir évaluer la fiabilité et la pertinence de l’information, mais il peut aussi donner plus de travail au traducteur qui n’a plus aucune excuse lorsqu’il s’agit de chercher la traduction officielle d’une conférence, d’un atelier, d’un séminaire.

48Les nouvelles technologies facilitent et modernisent le travail : mémoires de traduction, logiciels de traduction assistée, logiciels de dictée, indexeurs, etc. La traduction automatique progresse mais fort heureusement elle est loin d’atteindre encore les capacités du cerveau humain.

49Si, il y a quelques années, des inquiétudes ont plané sur l’avenir de la traduction en raison de contraintes budgétaires croissantes, force est de constater que le volume de documentation à traduire ne cesse d’augmenter. L’ONU va faire face à une pénurie de traducteurs du fait du départ à la retraite de nombreux linguistes dans les années à venir et a signé récemment des conventions de partenariat avec de grandes écoles de traduction dans le monde pour assurer une préparation au concours d’entrée. Il sera également utile d’avoir des traducteurs dotés d’une formation juridique et économique, ou d’autres compétences spécialisées.

50Ainsi, tout incite de nouveau à l’optimisme : à ce stade, les organisations internationales semblent reconnaître très majoritairement que rien ne remplacera jamais un traducteur qualifié travaillant dans des conditions satisfaisantes avec l’appui de ses aînés et de ses contemporains, et d’une panoplie d’outils technologiques toujours plus performants.

Techniques et adaptations

51[M. Baratin] Je voudrais faire d’abord une petite remarque historique : je crois que les problèmes des traducteurs remontent bien à l’Antiquité. Il faut comprendre en effet pourquoi on apprenait la grammaire latine à Constantinople, domaine hellénophone sous domination romaine. Dans les chancelleries impériales, on travaillait sur les deux langues, et si on apprend aux traducteurs la grammaire c’est pour leur donner des cadres qui leur permettent de passer, en réalité, plus facilement d’une langue à une autre, selon des techniques qui devaient s’apparenter parfois à de la traduction simultanée. Et, d’ailleurs, les services actuels de cette pratique seraient sans doute en mesure de donner des clefs pour interpréter la construction d’un certain type de textes qu’on trouve dans l’Antiquité. Mais on sent aussi rôder la machine à traduire dans tout qui a été dit, parce qu’à partir du moment où on dépasse dans un lexique le niveau du mot pour passer à celui de la locution, du mot en contexte, on voit bien effectivement, l’intérêt, le caractère extrêmement performant des mécanismes de traduction automatique.

52D’autre part, j’ai l’impression que, quand on traduit, on doit aboutir dans la langue traduite, à un texte qui soit structurellement de même niveau. Le problème c’est que si on part effectivement d’un anglais appauvri avec une syntaxe quasi inexistante et qu’on s’appuie là-dessus pour sortir du français appauvri avec une syntaxe inexistante, on arrive en français à quelque chose qui est en fait beaucoup moins satisfaisant que le texte de départ, si pauvre soit-il. Là, on rejoint des préoccupations qui sont celles de l’association organisatrice, c’est-à-dire que le français a des exigences syntaxiques d’un niveau tel qu’on ne peut pas reproduire une pauvreté syntaxique originelle d’un texte anglais au même niveau, sans cela on arrive à quelque chose qui, en français, est absolument insoutenable, alors que le texte anglais au départ peut ne pas être terrible, mais n’est pas insoutenable. Et de même, il y a quelque chose qui me tracasse, c’est qu’on puisse adapter quand on ne comprend pas très bien le texte. On adapte, mais sur quelles bases ?

53[I. Rosselin] Souvent, il y a des questions qui restent en suspens parce qu’on ne peut contacter la personne qui a rédigé le texte. Les auteurs ne comprennent pas toujours, d’ailleurs, où est le problème. Quand je peux aller à la source, les gens sont généralement très contents de pouvoir me donner des explications. Mais si ce n’est pas possible, il faut que je fasse un choix, et ce choix, c’est un compromis. En fonction de mon contexte, je vais proposer une solution à la personne qui me demande le travail, mais en l’accompagnant de certaines précisions : voilà ce que je vous propose, voilà ce qui m’a amenée à choisir ce mot, mais j’ai tout de même un doute, cela pourrait être aussi ça, ou ça, ou ça.

54[P. Duclos] Souvent, les services de traductions sont les défenseurs du français pur et dur. En fait les délégations qui sont habituées à négocier en anglais surtout dans les couloirs (parce qu’il faut savoir que les séances officielles ne sont que le résultat de pourparlers qui durent pendant des mois dans les couloirs), la Délégation française, par exemple, sont habituées à manier les concepts en anglais dont ils émaillent leurs interventions. Nous avons donc parfois des difficultés : est-ce que nous allons garder ces mots, est-ce que nous allons choisir le bon mot français qu’on a essayé de concocter dans les sections ? Il y a parfois des conflits : la Délégation impose un terme qu’on ne veut pas, parce qu’il va créer un précédent, parce qu’il va causer un problème avec d’autres termes, mais qu’on est bien obligé d’accepter parfois.

55Et puis il y a encore d’autres situations où, par exemple, « faire joli » n’est pas nécessairement de mise. Il faut savoir que dans des textes de négociations, je pense en particulier à l’OMC, on nous impose aussi de coller à l’anglais parce qu’il peut y avoir un problème juridique sous-jacent : parce que l’on veut faire une jolie inversion et mettre une jolie phrase française, changer un adverbe de place, il peut y avoir possibilité pour un État d’éviter telle ou telle responsabilité ou de ne plus suivre telle ou telle règle. Alors c’est très frustrant pour nous parce que parfois, on doit rendre une espèce de bouillie : mais, en fait, c’est la bouillie qui est voulue, c’est celle que la négociation, souvent épineuse, souhaite. Il peut y avoir aussi des phrases vagues, parce que personne ne s’est réellement entendu sur rien, et qu’il ne faut pas que cela paraisse. Il y a donc, vous le voyez, la politique qui entre aussi en ligne de compte.

56[J. Vaumoron] Je me suis trouvé des deux côtés de la lorgnette, c’est-à-dire que j’ai commencé ma carrière comme physicien et mon domaine d’étude était la « technique du vide ». Faire le vide, ce n’est pas si simple que ça. J’ai assisté à des congrès où malheureusement, il y avait une traduction. Et j’ai fermé très vite mes oreillettes, parce qu’il y avait suffisamment de contresens pour rendre la traduction inutilisable. C’était un désastre, parce que le sujet était très spécialisé et qu’il fallait avoir les bonnes connaissances pour pouvoir dire les choses. Il valait mieux ne pas avoir de traduction que d’en avoir une plus qu’approximative. Alors en changeant de casquette, je me suis aperçu qu’effectivement, on pouvait traduire, mais qu’il fallait faire l’effort d’aller se plonger dans des ouvrages spécialisés, d’avoir l’humilité de demander à des utilisateurs de textes français ce qu’ils avaient compris. À ce propos, je me rappelle d’une pratique de Dupont de Nemours en France qui disait « Vous avez traduit le mode d’emploi d’un appareil, maintenant on vous donne une journée avec deux techniciens pour feuilleter votre mode d’emploi et faire marcher la machine ». Si c’était un analyseur clinique automatique qui rentrait dans les hôpitaux, son fonctionnement pouvait être une question de vie ou de mort. La traduction était revue de A à Z. C’est une pratique idéale, malheureusement, je sais que dans la vie courante, surtout au niveau des grands organismes, elle est totalement impossible, mais l’idée même de contrôler, de vérifier est essentielle. Je pense aussi que le traducteur est une excellente machine à traduire. Tous les moyens doivent être au service du traducteur mais je n’ai pas encore rencontré la machine à traduire qui traduisait.

La formation des traducteurs

57[D. Staquet] J’interviens ici en tant que formateur à la traduction spécialisée. Je pilote, à l’Université catholique de l’Ouest, un master de traduction professionnelle et spécialisée qui entretient des relations privilégiées avec d’autres programmes du même type dans toute l’Europe.

58Le public se demande légitimement comment il est possible de traduire un texte spécialisé alors qu’on n’est pas soi-même spécialiste du domaine concerné. La réponse est assez simple : en se formant à cela, comme un élève ingénieur se forme pour traiter demain des problèmes dont personne n’a la moindre idée aujourd’hui.

59Outre les compétences linguistiques et culturelles dans deux langues – normalement acquises avant l’entrée en formation, comme le sont les mathématiques ou la physique ou la chimie pour l’élève ingénieur – les bases que doit apporter le programme de formation sont la maîtrise des outils informatiques (au sens le plus large de « traitement et de recherche d’information »), les techniques propres à la pratique de la traduction (décodage-encodage, évitement des difficultés évitables, repérage et traitement des implicites culturels, etc.) et la prise de conscience par l’étudiant qu’il n’est pas de sujet spécialisé qui soit inabordable.

60Il n’est pas nécessaire d’être médecin pour traduire des textes médicaux, ni avocat pour traduire des documents juridiques, ni ingénieur pour traduire les techniques industrielles, etc.

61Il faut et il suffit d’avoir l’ouverture d’esprit et les outils. Le reste est question de temps et d’affinités. Le traducteur débutant, qui a une sensibilité « scientifique », pourra accepter plus vite qu’un autre des commandes de traduction dans l’ingénierie ou la médecine. Mais cet autre peut aussi y arriver s’il accepte de faire l’effort de comprendre le sujet, exactement comme essaie de le comprendre le destinataire réel du document original, ni plus ni moins. Il n’est pas question de s’estimer aussi compétent que l’auteur. Il s’agit de comprendre et de restituer ce qu’il a voulu dire.

62C’est ce que font les milliers de traducteurs en exercice, sur le marché libéral ou celui des institutions internationales dont, contrairement à ce qu’on pourrait croire, l’immense majorité n’est pas constituée de spécialistes venus à la traduction mais bien de traducteurs venus à la spécialité.

  • 5 Une question du même ordre a été soulevée par Marc Baratin : « Il y a un autre point qui est récur (...)

63[J. Baulande5] À ce propos, je voudrais vous rapporter une anecdote avant de poursuivre sur ce sujet. Ma fille est traductrice à la Commission européenne. Après son bac, elle est allée faire ses études, apprendre son métier à l’École de traduction et d’interprétariat de Genève. Avant de se présenter au concours, l’occasion s’est présentée à nous de voir l’école : nous sommes allés à Genève et nous avons demandé à être reçus au secrétariat pour savoir ce qui était demandé, en quoi consistaient les épreuves, etc. Nous avons été très bien reçus et on nous a mis en main les épreuves des trois derniers concours de recrutement dans l’école. Et là, je dirais que nous sommes tombés des nues. Alors que l’obsession des candidats, c’est d’être bons, en anglais, en allemand, en espagnol, de mettre le paquet sur les langues, notre surprise a été de voir les épreuves qu’on leur imposait pour entrer dans l’école de traduction : les épreuves de langues et de traductions étaient relativement faciles, en revanche, l’épreuve de français, consistait en un résumé d’une pleine page du Monde, déjà difficile à comprendre in extenso. Il m’a bien semblé que le but de la manœuvre était finalement de barrer la route au gens qui ne sont pas intellectuellement extraordinaires mais que des hasards familiaux, par exemple, mettaient en possession de trois ou quatre langues parce que les parents avaient voyagé. On retrouve ici une idée forte qu’on a entendu exprimer superbement par le professeur Wismann, c’est que la première condition pour un traducteur, c’est déjà de posséder à fond sa propre langue, dans le sens de langue de culture. À partir de là, on peut commencer ensuite à voir ce qu’on peut en faire, comment on peut l’utiliser pour traduire les données qu’on nous donne dans une autre langue.

64[D. Staquet] Les écoles de traduction considèrent que l’apprentissage des langues, ce n’est pas chez eux qu’il faut le faire. En traduction, on fait autre chose que l’apprentissage de la langue. Ce doit être acquis, comme vous le dîtes, et en particulier la langue maternelle doit être acquise avant d’être confrontée à l’apprentissage des techniques de la traduction.

  • 6 Marc Baratin, après avoir remercié les intervenants et le public, a rassemblé les points essentiel (...)

65[M. Champion] Le français, c’est la première langue à connaître. On voit d’ailleurs des gens qui connaissent imparfaitement une langue et qui, connaissant bien le français, font des essais de traduction qui sont tout à fait concluants parce que c’est le français qui devient l’interface. Mais je n’ai pas à me prononcer sur la politique de recrutement à mettre en œuvre. Bien sûr que la maîtrise du français est essentielle mais, quasiment à égalité, la maîtrise des langues de travail, parce qu’il faut aussi les faire entrer en résonance pour être à même de sentir les nuances et de bien les traduire. Mais c’est aussi le travail de toute une vie6.

Notes

2 M. Patrick Barbier, délégué général à la vie culturelle de l’Université catholique de l’Ouest, après avoir remercié les organisateurs et les intervenants, a rappelé que l’Université catholique de l’Ouest est un partenaire des premières heures, très impliqué auprès des Lyriades, et que les portes de l’université étaient ouvertes à l’association pour l’organisation d’autres événements culturels sur la langue française. Françoise Argod-Dutard, après avoir dit toute sa gratitude à M. Barbier et à l’UCO, a présenté les différents participants de cette table ronde qui a eu lieu le jeudi 27 mai à l’UCO, 3 place André-Leroy à Angers et dont elle propose ici une synthèse à partir des contributions fournies par les auteurs.

3 Groupe Ars Grammatica (M. Baratinet al.) éd., Priscien, Grammaire, livre XVII, Syntaxe, 1. Texte latin, traduction introduite et annotée. Paris, Vrin, 2010, 350 p. Pour ce volume, le groupe était constitué des membres suivants : Marc Baratin (université Charles-de-Gaulle Lille 3 et UMR 8163 STL), Frédérique Biville (université Lumière Lyon 2 et UMR 5189 HiSoMA), Guillaume Bonnet (université de Bourgogne et EA 4178 CPTC), Bernard Colombat (université Denis Diderot Paris 7 et UMR 7597 HTL), Alessandro Garcea (université Lumière Lyon 2 et UMR 5189 HiSoMA), Louis Holtz (institut de Recherche et d’Histoire des Textes – CNRS), Séverine Issaeva (université Charles-de-Gaulle Lille 3 et UMR 8163 STL), Madeleine Keller (université de Paris Ouest et UMR 7041 ARSCAN), Diane Marchand (lycée Voltaire d’Orléans). Le second volume, à paraître à la fin de 2010, comprendra les livres 14, 15 et 16 de l’Ars (les « invariables »), et le volume suivant le livre 18 (la seconde partie de la Syntaxe).

4 Pascale Dudos s’exprime en son nom personnel et n’engage donc pas la responsabilité des institutions qui l’emploient.

5 Une question du même ordre a été soulevée par Marc Baratin : « Il y a un autre point qui est récurrent, c’est celui de la formation des traducteurs, et le recrutement de non spécialistes, ce qui pose un problème : est-ce que l’on peut traduire de façon réellement pertinente un texte spécialisé si on ne l’est pas soi-même ? »

6 Marc Baratin, après avoir remercié les intervenants et le public, a rassemblé les points essentiels sur lesquels avait porté le débat, soulignant les avancées qu’avaient permis les échanges et les réflexions qu’avaient ouvertes les nombreuses questions.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search