Version classiqueVersion mobile

Le français et les langues d'Europe

 | 
Françoise Argod-Dutard

3e partie. Le français et les langues d'Europe dans leurs usages spécialisés

Le français et les langues européennes dans les sciences et techniques

Loïc Depecker

Texte intégral

1Je vais essayer de vous parler aujourd’hui de questions touchant aux langues européennes et à leur inscription dans les sciences et techniques. Du Bellay nous servira de fil conducteur et nous aurons l’occasion de nous apercevoir combien le grand poète est resté sur certains points résolument moderne. Nous ferons un détour par l’Italie, pays rêvé de l’époque, mais aussi pays dont la langue semble alors menacer le français. Ce qui, rapporté à notre temps, doit nous inspirer une certaine relativité des rapports de force entre les langues.

2L’Union européenne recense 23 langues officielles des institutions européennes. En tant qu’entité géographique, l’Europe compte, selon les données récentes de l’UNESCO, 123 langues. Si l’on prend l’Europe continent, on trouve plusieurs centaines de langues. Sur les recensements de langues, personne n’est d’accord. C’est donc là un paysage étonnant, avec des langues dites « de moindre diffusion », telles le romanche, le ladin, l’aroumain, etc., dont les racines puisent très loin et sont au contact, souvent, de plusieurs familles de langues, tel le frioulan, pris entre langues latines et langues germaniques. Si on retourne le regard vers nous, on voit la France recenser officiellement, en 1999, 75 langues, du corse à l’alsacien, au breton, au gallo, à l’occitan, au morvandiau, sans compter les langues d’outre-mer. On peut même considérer qu’elle en compte plus, comme le rouchi, dialecte du nord de la France et oublié du recensement de 1999, Rouchi de mon enfance, soudain propulsé sur la scène internationale grâce au succès du film Bienvenue chez les chtis !

3Ces quelques indications pour donner une première réponse au titre de mon intervention « Le français et les langues européennes dans les sciences et techniques ». Je n’irai pas plus loin, car cela supposerait de connaître l’état des langues en Europe : ce que nul ne connaît, même pas la Commission européenne.

4Nous allons donc nous recentrer sur la langue française avec Du Bellay qui serait sans doute heureux de l’expérience de francisation des vocabulaires que nous avons entreprise, et dont j’ai été l’un des acteurs. J’ai en effet été chargé, tout jeune, d’une mission de francisation des vocabulaires anglo-américains, expérience qui se poursuit aujourd’hui à travers les commissions spécialisées de terminologie et de néologie. J’ai été recruté, pour cette mission de francisation, dans les services du Premier ministre en 1980, et je l’ai quittée pour entrer à la Sorbonne en 1996.

5Du point de vue de la réflexion sur le destin de la langue française, Du Bellay a des successeurs. Je citerai ici René Étiemble, non celui qui étudie Rimbaud, mais le René Etiemble de Parlez-vous franglais ? (1964). C’est un brûlot. L’ouvrage est intéressant dans sa dénonciation du déferlement des vocabulaires anglo-américains. Mais il est décevant dans son approche, qui n’est pas des plus scientifiques, et ce faisant, il reste d’un bout à l’autre outrancier. Si vous le relisez aujourd’hui, vous verrez que bien des mots ou expressions du franglais en vogue à l’époque sont en voie de disparition ou ont aujourd’hui disparu (referee, goal, congressman, voire doping ou brushing). Pipeline, joli mot bizarre, est resté. Quant à la speakerine, elle fait partie de l’histoire ancienne !

6Il est sûr que les échanges mondiaux, qui n’ont cessé de se développer au xixe et xxe siècles, ont suscité des emprunts massifs à l’anglais, ce qu’on appelle des anglicismes, mot de langue anglaise ayant tendance à s’implanter dans une langue. Les deux guerres mondiales que nous avons subies ont accéléré le processus, notamment avec l’investissement des États-Unis dans ces différents conflits. Le terme container s’installe en France à partir des années 1920, celui de marketing à partir des années 1930, celui d’engineering à partir des années 1950. Devant l’afflux des termes techniques et scientifiques, une politique de francisation des vocabulaires a été mise en place dans l’administration française à partir de 1970. La forme que cette politique terminologique a prise a été celle d’une organisation en commissions ministérielles de terminologie, chargées chacune d’un ou de plusieurs secteurs d’activité. Parmi les grandes batailles terminologiques de ces années figure celle, aujourd’hui célèbre, de software et de hardware, adaptés respectivement en logiciel et matériel.

7On doit notamment à cette expérience, à laquelle j’ai contribué à partir des années 1980, d’avoir aujourd’hui une langue française de l’informatique, ce que d’autres langues nous envient. On dépasse ici une première fois Du Bellay qui, dans sa dénonciation des mots italiens qui envahissaient à l’époque le français (italianismes), ne mentionne pas quels termes il fallait traduire pour que le français retrouve son statut. Pour nous, dans les années 1980, il fallait absolument que le français puisse décrire au moins les grands secteurs d’activité, notamment l’informatique, dans le cadre d’une politique industrielle visant à créer une industrie française de l’informatique.

8Durant ces années 1970, ce sont plusieurs centaines de termes anglais qui sont francisés, dont self service traduit en libre service (1973), garden center en jardinerie (1973), mailing en publipostage (1971), ou mercatique choisi pour marketing (1971). J’ai fait l’histoire de cette expérience de francisation des vocabulaires techniques et scientifiques américains dans ma première thèse d’université (1994). Pour sa publication, j’ai ajouté à la demande du jury, une introduction qui porte sur les mouvements intellectuels qui ont amené, en 1966, à la création d’un organisme de politique linguistique en France, le Haut comité pour la défense et l’expansion de langue française. On trouve tout au long du siècle des personnalités comme Paul Valéry, Ferdinand Brunot, Aurélien Sauvageot, Alain Guillermou ou Alfred Sauvy. Les problématiques sont très diverses, comme, dans les années 1920, tout un ensemble d’interrogations portant sur la francisation des vocabulaires : faut-il laisser s’installer interview en français, doit-on transposer container en conteneur, convient-il d’écrire vagon plutôt que wagon ? (Depecker, 1994, 2001).

9Si je reprends l’exemple de l’informatique, nous n’avons cessé de travailler dans ce domaine, en inventant à mesure une langue structurée (logiciel, didacticiel, tutoriel, etc.) et en nous confrontant à un matériau avec lequel il est difficile de rivaliser, en raison, particulièrement, de la brièveté des termes anglais : blog, spam, chat, web, log, mail, etc. Monosyllabes extrêmement difficiles à traduire (mot qu’affectionne Du Bellay), au point qu’on peut se demander parfois si nous n’avons pas deux langues : si on regarde mail, il s’agit d’un emprunt couramment employé en France, au détriment de courriel, le terme officiel plus long et plus distingué (Journal officiel du 20 juin 2003). Si on étend cette constatation à des termes d’autres secteurs (par exemple fax traduit en télécopieur), on pourra se demander si on a, non pas une terminologie, mais deux terminologies : une terminologie anglicisée et une terminologie française plus distinguée, mais moins utilisée. De là aurait-on plusieurs langues, une langue française officielle plus « littéraire » et une langue française de l’entreprise ? Ce sont des sujets importants, que nous devons absolument prendre en compte si on veut aller dans le sens des aspirations de Du Bellay dans Defense et Illustration de la langue françoise.

10Les langues de l’Europe sont aux prises avec les mêmes problèmes. Si vous regardez les dictionnaires de mots nouveaux dans les langues de l’Europe, vous constaterez que ce sont souvent davantage des dictionnaires d’anglicismes. Si l’on regarde l’italien, pensez que, parmi les équivalents de to e-mail (« envoyer un courriel »), on trouve en italien des verbes comme emailizzàre, ou mailàre ; on commence à rencontrer aussi postàre (« envoyer un courriel »), qui fait pendant à impostàre (« envoyer un pli postal »). En français, nous n’avons pas de verbe synthétique pour dire brièvement « envoyer un courriel » : courriéler, que certains de mes amis emploient, fait bizarre aujourd’hui. On observe ici que non seulement les mots de l’anglais sont souvent très courts, mais qu’ils ont souvent aussi la propriété d’avoir une même forme pour le nom, le verbe et l’adjectif !

11Quoi qu’il en soit, on ne peut dire du français qu’il est en avance, mais il n’est pas en retard. Cela, grâce à une certaine prise de conscience, due à différents facteurs dont la loi sur l’emploi de la langue française dite « Loi Toubon », du 4 août 1994, et aussi, grâce aux travaux des commissions de terminologie (aujourd’hui commissions spécialisées de terminologie et de néologie). C’est le socle, le dispositif essentiel pour traiter des vocabulaires techniques et scientifiques. La liste d’exemples de termes traités serait longue, de baladeur (1981) pour Walkman, à covoiturage (1989) pour car pool, en passant par monospace (1989) pour minivan, voire papillon (2005) pour Post-it. On trouvera dans ces quelque 5 000 termes traités et officialisés, des termes qui fleurent bon les temps anciens, et que n’aurait pas reniés Du Bellay, tels aubette (1989) pour bus shelter ou Abribus, coche de plaisance (1990) pour houseboat, bannière (publicitaire, 2006), ou spationef (1995).

12Il serait injuste ici de passer sous silence l’immense contribution des francophones dans ce travail de francisation, notamment de la part du Canada et du Québec. Je passerai en revue seulement quelques termes, par manque de temps. Pour rester dans les mots de la vieille langue, le Québec a depuis longtemps choisi traversier pour ferry boat, ancêtre de la barque traversière qui reliait les navires à la côte. Si nous n’avons pas repris ce terme à la Nouvelle-France, qui fait contresens chez nous (est « traversier » un bateau qui coupe la route à un autre), nous avons repris au Québec des termes comme voyagiste pour tour operator (avis de normalisation de l’Office de la langue française du Québec du 19 juin 1981). Nous l’avons nous-mêmes publié au Journal officiel de la République française par arrêté du 3 avril 1982.

13Voyez comme ces mots sont proches de nous, mais aussi de Du Bellay ! Je ne sais ce qu’il aurait dit d’hambourgeois pour hamburger, qui fait, vous en conviendrez, un peu moyenâgeux, mais tellement attachant, comme de dire, au départ d’un voyage en avion : « Bonne envolée » ! Voilà notre pays de cœur, du cœur de notre langue. Sur ce point, nous rejoignons tout à fait Étiemble : « Vous qui nous préparez un dictionnaire, fréquentez, je vous en prie, les dictionnaires canadiens ; n’oubliez pas de les employer libéralement lorsque vous composerez la suite du Littré. Pillez nos amis wallons, et romands, restaurez septante et nonante, rendez- nous les pistolets (des petits pains), l’aubette et les branloires » (p. 345-346). Voilà qui est en partie rendu : j’ai moi-même fait passer le terme aubette au Journal officiel du 18 juillet 1989. Quant à branloire, voici, à l’adresse des amateurs, ce qu’en dit Littré : « On dit plus souvent aujourd’hui une balançoire, et, dans le langage très-familier, un tape-cul » (Littré, 1863 sq.). Remarque qui montre, si c’était nécessaire, combien les mots changent et évoluent !

14Il serait donc facile aujourd’hui, en s’inscrivant dans la pensée de Du Bellay, d’écrire une nouvelle Défense et Illustration de la langue française. En veillant cependant à être prudent dans le message, car le terme de défense ne passe pas dans les milieux de l’entreprise et de la recherche. Je lui préfère nettement ces expressions plus « angevines » : « l’ornement et illustration de notre langue », voire « l’ornement et amplification d’icelle » (Défense et Illustration de la langue française, p. 249, 286). Pensons bien que ce travail d’illustration et d’ornementation est en cours et que les prémisses ont été solidement travaillées.

15Nous pouvons dire en effet que nous disposons aujourd’hui de terminologies françaises pour désigner les réalités d’aujourd’hui. Les termes sont bien là, ce qui nous fait réfléchir sur le destin des langues. Comme pour le destin des nations, il faut y veiller et y travailler. Il ne faut pas penser qu’il y a une fatalité à ce que les termes anglais arrivent et s’implantent en français et dans les autres langues. C’est à chacun de nous de réagir vis-à-vis de l’emprunt et cela dans un esprit ouvert et équilibré. On me pose souvent la question : « Qui invente les mots ? » Les mots et expressions sont inventés par chacun de nous, ouvriers, techniciens, agriculteurs, ingénieurs, chercheurs, sans oublier chanteurs et chansonniers ! La parole des gens au travail est précieuse. Écoutons encore une fois Du Bellay :

Encore te veux-je avertir de hanter quelquefois, non seulement les savants, mais aussi toutes sortes d’ouvriers et gens mécaniques, comme mariniers, fondeurs, peintres, engraveurs et autres, savoir leurs inventions, les noms des matières, des outils, et les termes usités en leurs arts et métiers… (ibidem, p. 282).

16On a tendance à penser que, pour Du Bellay, les enjeux pour la langue française étaient d’ordre littéraire : si on le lit bien, on s’aperçoit qu’il n’oublie pas cette dimension des vocabulaires techniques, se révélant par là éminemment moderne.

17Il revient cependant souvent à « la langue », principe abstrait : c’est la langue qui doit se défendre et assimiler. On sait aujourd’hui que les langues vivent non par volonté royale, mais par l’usage qu’en font les sujets parlants, expression ici bien à sa place. Encore faut-il traiter les termes, les analyser, les comprendre, et aussi les diffuser. Car il ne s’agit pas seulement, et cela on l’a compris encore récemment, de publier des termes au Journal officiel pour qu’ils se répandent comme cela dans la société, par la grâce du Saint-Esprit. Il faut mettre ces termes à la disposition des citoyens, les faire connaître, avec les moyens ultramodernes dont nous disposons. Il est ensuite nécessaire que les gens s’en emparent. Et ils ne s’en emparent que si ces mots leur parlent. Causette pour chat n’a pas pris (chat pour dialogue sur la toile, non chat en tant que bête à poils !), sans doute parce qu’il a un air désuet. Il en est de même de bande vidéopromotionnelle pour clip, évidemment trop long ! La diffusion des termes et des mots nouveaux (néologismes) est notamment la mission de la délégation générale à la langue française et aux langues de France et celle des actuelles commissions spécialisées de terminologie et de néologie.

18On peut s’arrêter un instant sur la question de l’évolution et du renouvellement des langues. Peu de mots dénoncés par Étiemble sont véritablement encore utilisés en français. Ainsi par exemple de globbe-trotter, juke box, flirt, standing, snack, brushing. Cela bien sûr avec des oscillations, car ces mots sont plus ou moins utilisés en fonction des personnes, des générations, des niveaux de langue, des territoires. Ainsi de snack, qu’on retrouve plus facilement dans le Maghreb (Maroc notamment) ou au Portugal. Et il faut toujours penser que nous avons chacun, individuellement, nos anglicismes, de même que d’autres langues ou que d’autres pays : la Belgique parle de flat (appartement), anglicisme inexistant chez nous. J’ajouterai à ces quelques remarques que, dans mon enfance, quand je jouais au football dans les terrains vagues de Gennevilliers, tout mon vocabulaire du foot était anglais. J’aurais du mal à dire autre chose que shooter !

19Enfin, il faut que les institutions qui sont chargées de la langue prennent conscience des enjeux et jouent le jeu. Nous avions proposé en 1991 une famille substitutive à lobby (to), lobbyst et lobbying : influencer, influenceur, et influençage. L’Académie, sous la plume de Pierre Moineau, a refusé cette famille, ce qui est grand dommage.

20En conclusion, je dirai que s’ouvre à nous une immense aventure : celle des langues. Et cette aventure n’est pas seulement celle du français, mais des autres langues, car le plurilinguisme est le maître mot de la politique de la France. Pour faire évoluer les langues de façon concertée et raisonnée, nous avons mis en place en 1988 le Réseau international de néologie et de terminologie (RINT). J’ai personnellement créé en 1993, avec l’aide de quelques amis, le Réseau d’aménagement des langues néolatines (REALITER), chargé d’élaborer et de proposer des terminologies techniques et scientifiques pour les langues d’origine latine. Ce réseau s’étend maintenant à celui des langues de moindre diffusion en Europe (LIMNITER), qui permet aux langues de France d’envisager en commun leur destin. La Société française de terminologie que j’ai créée en 1999, en me lançant, je dois dire, à l’eau et sans appui, est une société savante dont j’ai voulu qu’elle soit axée sur le français, mais en étant la partenaire et l’alliée des autres langues. Le français ne survivra pas seul. Nous essayons de mettre en place, au sein de cette société, des actions de terrain pour permettre aux acteurs des langues, à savoir chacun de nous, de construire des vocabulaires, de proposer des mots nouveaux, de faire œuvre de création raisonnée (c’est en quelque sorte 1’ » ornementation » de Du Bellay). Nous participons activement aux travaux des commissions spécialisées de terminologie et de néologie, nous organisons des colloques internationaux et faisons des lexiques et dictionnaires techniques en français et en langues de France. Mais ce travail ne peut se faire sans le relais précieux que représente le ministère de la Culture et de la Communication et sans les acteurs principaux des langues, les enseignants, chercheurs, industriels et gens de médias.

  • 1 Voir pour compléter ou renseigner cette communication :
    Adamo Giovanni et Della Valle Valeria (dir. (...)

21Je terminerai donc ici en donnant la parole à Du Bellay, si décidemment moderne lorsqu’il dit à l’adresse des savants : « Tu ne dois avoir honte d’écrire dans ta langue. » (ibidem, p. 291.) Et à notre adresse, poètes et néologues : « Ne crains donc, poète futur, d’innover quelques termes. » (ibidem, p. 2701

Notes

1 Voir pour compléter ou renseigner cette communication :
Adamo Giovanni et Della Valle Valeria (dir.), Il vocabulario treccani, Neologismi, Parole nuove dai giornali, Instituto della Enciclopedia italiana, Roma, 2008, 61 p.
Délégation générale à la langue française et aux langues de France, Franceterme, en ligne (base de données des termes officiels).
Délégation générale à la langue française, Répertoires terminologique (Révision des listes antérieurement publiées), Textes d’intérêt général, Les éditions du Journal officiel, Paris, 2000, p. 42003-42192.
Délégation générale à la langue française et aux langues de France, Rapport au Parlement sur l’emploi de la langue française, Ministère de la Culture et de la Communication, 2010, 166 p.
Délégation générale à la langue française et aux langues de France, Premier ministre, Rapport annuel de la Commission générale de terminologie et de néologie, Ministère de la Culture et de la Communication, Paris, 2009, 26 p. et annexes.
Depecker Loïc, Les mots de la francophonie, Belin, 1988 ; 2e édition 1990, Paris, 397 p. (prix Saintour de l’Académie française).
Depecker Loïc, Les mots des régions de France, Belin, 1992, Paris, 447 p.
Depecker Loïc et Mamavi Gina, Logiciel et épinglette, Guide des termes francophones recommandés, La documentation française, Paris, 1992, 92 p.
Depecker Loïc, Dictionnaire du français des métiers, Adorables jargons, Le Seuil, col. Point Virgule, Paris, 1995, 350 p.
Depecker Loïc, Guide des mots francophones, Le ziboulateur enchanté, Le Seuil, col. Point Virgule, Paris, 1999, 187 p.
Depecker Loïc, L’invention de la langue : le choix des mots nouveaux, Larousse/Armand Colin, Paris, 2001, 720 p. (prix Logos 2002).
Depecker Loïc, Entre signe et concept : éléments de terminologie générale, Presses de la Sorbonne nouvelle, Paris, 2002, 196 p.
Du Bellay Joachim, Défense et illustration de la langue française, Gallimard, col. « Poésie », 1967 [1549], p. 217-295.
Étiemble R. Parlez-vous franglais ?, col. Folio, Gallimard, Paris, 1991 [1964], 438 p.
Office de la langue française, Interventions sociolinguistiques et pratiques langagières, L’Office de la langue française de 1961 à 2001, Terminogramme, Hors-série 2001, n° 101-102, Les Publications du Québec, Montréal, 2002, 192 p.
Société française de terminologie, Les néologies contemporaines, col. Le savoir des mots, actes du colloque tenu à l’École normale supérieure de la rue d’Ulm, le 15 octobre 2004, Paris, 2005, 95 p.
Société française de terminologie, L’idée de politique linguistique, col. Le savoir des mots, actes du colloque tenu à l’École normale supérieure de la rue d’Ulm, le 18 décembre 2008, Paris, 2009, 161 p.
Société française de terminologie, Lexique du commerce électronique (catalan, corse, français, occitan), Paris 2010.
Pour entrer dans certaines questions fondamentales de la linguistique : Depecker Loïc, Comprendre Saussure, Armand Colin, 2009, Paris, 192 p.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search