Version classiqueVersion mobile

Le français et les langues d'Europe

 | 
Françoise Argod-Dutard

3e partie. Le français et les langues d'Europe dans leurs usages spécialisés

L’invention terminologique, clef de la vitalité des langues

Michel Rabaud

Texte intégral

1La vie, la vitalité et l’expansion d’une langue tiennent à de multiples facteurs extrinsèques, essentiellement politiques, religieux, sociologiques ou démographiques. Elles tiennent aussi à deux facteurs intrinsèques complémentaires : la capacité de cette langue à dire le monde – c’est le rôle des conteurs, des écrivains et des poètes – et sa capacité à le décrire en épousant les progrès continus de la connaissance – c’est le rôle des scientifiques, des philosophes et des traducteurs.

2Le rapport entre les mots et les choses est étudié depuis longtemps et l’on ne l’évoquera ici que pour insister sur le fait qu’une langue doit s’équiper sans relâche pour permettre à ses locuteurs de saisir le réel dans son évolution et d’agir sur lui, donc de nommer les choses et particulièrement les nouveautés.

3On observera d’autre part que la force d’une langue et son inventivité terminologique se trouvent historiquement au confluent de plusieurs courants : son utilité dans les échanges, l’activité intellectuelle et culturelle de ses locuteurs et la volonté politique de leurs dirigeants.

4Dans l’Antiquité, la langue grecque, sous ses différents dialectes, a ainsi développé une extraordinaire richesse lexicale, grâce aux scientifiques, aux poètes et aux philosophes qui l’ont travaillée. Elle s’est répandue dans tout le bassin méditerranéen et s’est enrichie de la pensée et des apports de non-hellénophones. Outre l’expansion impériale d’Alexandre, deux instruments essentiels contribuent à expliquer cette étonnante diffusion : l’institution de la bibliothèque d’Alexandrie par les Ptolémées et l’immense entreprise de traduction vers le grec qui lui a été associée. La conquête romaine a ensuite fait apparaître la relative pauvreté de la langue latine face à la richesse lexicale du grec : les enfants romains de bonne famille étaient du reste éduqués en grec, le latin étant réservé à la vie quotidienne.

  • 1 Antoine Meillet a montré que les emprunts au grec étaient permis dans la comédie, mais non dans la (...)

5Cicéron, le père de la terminologie moderne, a été un des premiers à avoir jugé qu’il fallait équiper le latin pour lui donner un rang de langue savante, poétique1 et impériale : il s’attacha à élaborer en latin une terminologie philosophique qui lui était nécessaire pour traduire les philosophes grecs. Ce faisant, il a pratiqué trois des outils majeurs de l’invention terminologique : adapter, traduire, forger.

  • Adapter : il lui manquait en latin le précieux article grec, qu’il a dû remplacer, pour les abstractions au neutre, par l’adjectif omnis. To agathon (le Bien) devint ainsi omne bonum. Le français, qui retrouve l’usage de l’article, gardera les deux tournures, avec une distinction nouvelle et souvent utile : « l’homme » ou « tout homme ».
  • Traduire : une notion peut être absente de la langue d’accueil et nécessiter une métaphore soigneusement choisie2, soit pouvoir être rendue par plusieurs termes. Cicéron utilise ainsi trois termes (motus animi, commotioou perturbatio) pour rendre le concept grec « pathos », d’extension assez large. De même phusis est rendu tantôt par natura, tantôt par ingenium, doublet qui restera très vivant et fécond en français (nature et génie). La difficulté de traduction peut ainsi conduire à un enrichissement de la langue et de la pensée.
  • Forger : Cicéron a été un grand néologue. On lui doit des termes importants, tous passés dans les langues romanes, tels que : moralis, notio (« ennoia »), providentia, qualitas, quantitas et peut-être essentia. Il s’excuse parfois d’un néologisme qui ne lui plaît pas. Ainsi, lorsqu’il forge medietas pour traduire mesotès, dans sa traduction du Timée de Platon, il note en marge : « j’ose à peine nommer medietates ce que les Grecs appellent mascottes, mais mettons que je l’ai dit afin que ce soit plus clair3 ». Le mot est resté, malgré ses réticences, et a donné « moitié » en français, toujours bien vivant et actif.

6L’expansionnisme arabe rencontra les mêmes nécessités linguistiques que la conquête romaine. Pour espérer supplanter le latin, comme le latin supplantait le grec, et devenir ainsi une langue de premier rang, il fallait que l’arabe puisse tout dire, et donc tout traduire et tout commenter. L’entreprise fut menée pendant quatre siècles.

7Le fils d’Haroûn al Rashîd, le calife Al-Mamoûn, fonda le Beït al-hikma, la maison de la sagesse, un collège de traduction des œuvres scientifiques et philosophiques de l’hellénisme, placé sous la direction de Yûhannâ Mâsawaih (787-857). Un des traducteurs les plus prolifiques fut le médecin et philologue Hunayn ibn Ishâq (809-875). Avicenne (980-1037) écrivit son grand œuvre, le Qanûn, à partir de la traduction d’Hippocrate et de Galien. Enfin, à Cordoue, Averroès (1126-1198) traduisit et commenta Aristote en arabe.

8En dépit d’une polémique récente, il est communément admis que bien des textes de l’Antiquité et leurs commentaires arabes sont revenus en Europe par la traduction. Albert le Grand, maître de Thomas d’Aquin, a ainsi travaillé sur Aristote à partir des commentaires d’Averroès.

9Ce qui précède ne signifie pas que toutes les langues doivent pouvoir tout dire. C’est par nature impossible. Voltaire écrit ainsi :

Je crois, monsieur, qu’il n’y a aucune langue parfaite. […] Il n’est, à la vérité, aucun idiome au monde qui peigne toutes les nuances des choses. (Lettre 4432 à Deodati de Tovazzi, 1762.)

10On sait que les Inuits possèdent dans leur langue une dizaine de radicaux indépendants qui se combinent à plusieurs suffixes pour décrire les différentes qualités de neige : leur survie l’exige. Les Africains du Sahel n’ont pas ce besoin. Le monde langagier qui est le nôtre, lié à des conditions et à des environnements particuliers, est par essence babélien, et c’est ce qui a permis à la pensée humaine de se construire dans sa diversité.

11Les périls de l’unilinguisme sont aujourd’hui identifiés, même s’ils ne sont pas reconnus par tous. On remarquera en particulier qu’une langue n’est pas un simple vecteur de communication, mais qu’elle est avant tout le foyer même de la pensée, que l’on soit nominaliste ou non. Les catégories universelles existent, sans doute, et permettent la traduction des langues entre elles, jusqu’à un certain point : on sait cependant que ces traductions sont toujours imparfaites. Mais on a vu aussi que l’effort de la traduction pour vaincre ces obstacles est souvent source d’enrichissement de la langue d’accueil et de la pensée qu’elle permet.

12Une étape importante du développement de la pensée européenne au cours de la Renaissance et du premier âge classique, a coïncidé avec l’abandon progressif du latin au profit des langues nationales. L’effet collatéral de cette substitution a été, hélas, le déclin des langues locales et des variétés dialectales.

13Cet abandon du latin, malgré la commodité de langue internationale qu’il offrait aux clercs (analogue à l’anglais d’aujourd’hui), fut général en Europe. Mais abandonner le latin pour quelle langue ou quelle forme dialectale ? Tel fut le problème qu’ont rencontré les traducteurs européens.

14Quand Luther traduisit la Bible en langue allemande (le Nouveau Testament en 1521, l’Ancien en 1534), il opta pour le Hochdeutsch, langue littéraire du Sud, qui devint peu à peu, jusqu’au xixe siècle, en évinçant le bas-allemand du Nord, la langue standard de l’espace germanophone.

  • 4 De façon analogue, Henri Estienne publia plus tard la Précellence du langage français (1579) la fo (...)

15En Angleterre, les débats linguistiques ont été vifs durant le Moyen Âge et la Renaissance. L’affaire était de lutter contre l’influence du franco-normand, langue de la cour4, notamment en se ressourçant aux racines saxonnes. En 1362, le Statute of pleading marqua un début de résolution du conflit du bilinguisme (anglais/ normand) en établissant l’anglais comme langue des tribunaux : l’anglais devint également la langue d’usage au Parlement. Par la suite, les querelles linguistiques continuèrent, beaucoup luttant contre les mots importés du latin via le français : le personnage d’Holopherne, dans Peines d’amour perdues de Shakespeare, est la caricature d’un maître d’école trop épris de latinismes.

16En France, l’influence de traducteurs tels que Bersuire et Oresme auprès de Charles V fut déterminante. Nicole Oresme, en particulier, conseiller du roi, mathématicien, astronome, musicien, traducteur d’Aristote, fut à bien des égards un des fondateurs de la politique linguistique moderne. Dans le prologue de sa traduction de l’Éthique d’Aristote, Oresme revendique tout naturellement pour lui l’autorité de Cicéron :

Or est-il ainsi que, pour le temps de lors, grec était en regard de latin, quant aux Romains, si comme est maintenant latin au regard de français quant à nous. Et étaient pour le temps les étudiants introduits en grec, et à Rome et ailleurs, et les sciences communément baillées en grec ; et en ce pays, le langage commun et maternel c’était latin. Donc puis-je bien encore conclure que la considération et le propos de notre bon roi Charles V est à recommander, qui fait les bons livres et excellents translater en français.

17On trouve trois idées importantes dans ce texte. La première est le lien établi entre langue et politique. Il est clair que pour Oresme la langue française doit être instituée, et cela par la volonté royale. Il se pose ainsi comme un des fondateurs d’une politique publique de la langue. Ce lien puissant qui unit le pouvoir et la langue en France est bien connu, qu’il s’agisse d’en imposer l’usage national, de la parfaire, de l’enrichir ou de la protéger de la corruption, réelle ou fantasmée, par des langues étrangères.

  • 5 Thomas d’Aquin oppose le « sermo regius » (langue royale ou langue officielle), langue de la crain (...)
  • 6 Fiebat autem res non materno sermone, sed litteris (De vita sua, 1115)

18La deuxième idée tient dans l’expression « langue commune et maternelle ». La substitution de sermo maternus (langue maternelle) à sermo paternus (langue paternelle) pour désigner la langue vulgaire5 est attribuée à Guibert de Nogent6, Oresme inaugurant pour sa part l’expression en français. Quant à « commune », Oresme semble jouer sur le double sens de ce terme (« ordinaire » et « partagée »), ce qui a été vu comme un coup de force en faveur du français.

  • 7 Les langues qui ont décliné sont, parmi d’autres raisons, celles vers lesquelles cet effort de tra (...)

19La troisième idée est reprise de Cicéron : la force d’une langue est liée à sa capacité de traduire les meilleurs ouvrages d’autres langues. Les langues qui se sont imposées et développées sont les langues vers lesquelles on a beaucoup traduit (grec, latin, arabe)7 :

C’est certain, translater tels livres en français et bailler en français les arts et les sciences est un labeur moult profitable ; car c’est un langage noble et commun à gens de grand engin et de grande prudence.

20Charles V engagea ainsi un vaste programme de traduction. Pour traduire, il faut bien sûr équiper la langue d’accueil des termes nécessaires. La production terminologique se situe bien dans le droit fil des exigences de la traduction.

  • 8 On pourrait ajouter, parmi tant d’autres : aristocratie, démocratie, anarchie, civilité, atténuer, (...)
  • 9 Certains termes forgés par Oresme ne sont pas restés – « être iré contre » (en colère), « recordat (...)

21Oresme fut un grand producteur de terminologie abstraite, pour des motifs de précision scientifique : « Une science qui est forte quant est de soy, ne peult pas estre baillée en termes legiers à entendre ». On lui doit plus de 300 néologismes dont beaucoup, tel « incommensurable », ou « électeur », sont restés dans l’usage8. Une phrase comme « l’économie scientifique doit évaluer les équivalences frauduleuses » ne contient pas moins de cinq néologismes inventés par Oresme9

22Le mouvement lancé par Oresme s’est poursuivi le long d’étapes bien connues. Le mouvement humaniste, en premier lieu, autour de Du Bellay et de la Pléiade, a été un grand forgeur de termes. On pense aussi à l’Académie française, bien sûr, mais dont le travail a plus été de fixer et de préciser l’usage que de néologiser. Au xviiie siècle, le flambeau est repris par Restif de la Bretonne et surtout Louis-Sébastien Mercier dont l’ouvrage intitulé La Néologie, publié en 1801, vient d’être réédité. Enfin aujourd’hui, depuis la loi du 4 août 1994, dite loi Toubon, un dispositif public de terminologie a été mis en place et fortifié au fil des années.

23Les facteurs extrinsèques de développement d’une langue que sont le commerce et la conquête peuvent ne répandre qu’une lingua franca, utilitaire et fluctuante. Les langues majeures et solides qu’ont été le grec, le latin et l’arabe se sont stabilisées, développées et enrichies par leurs locuteurs, leurs prêtres, leurs savants et leurs poètes, bien sûr, mais surtout au contact les unes des autres et particulièrement dans l’espace de frottement qu’occupent la traduction et ses besoins terminologiques. Aujourd’hui, l’expansion de l’anglais illustre bien ce concours d’une force politique, militaire et commerciale, du développement scientifique et technique et de la création terminologique qui l’accompagne.

24Le maintien du multilinguisme en Europe, aujourd’hui menacé, est donc une obligation. Et cela non seulement par le souci patrimonial d’éviter que meurent ou se dialectisent les langues de l’Europe, mais surtout pour maintenir la vitalité de sa pensée, développée et affinée dans ses différentes langues, comme l’ont montré Hume, Rousseau ou Kant. Il faut rappeler avec force que toute langue est un creuset de pensée autant qu’une commodité de communication et que, si elle renonce à dire et à décrire le monde, elle est perdue. La recherche scientifique elle-même est plus dépendante qu’on ne croit de l’univers linguistique et culturel dans laquelle elle se constitue. On a pu soutenir que l’entreprise bourbakienne, qui cherchait à édifier une totalité harmonieuse des mathématiques, devait beaucoup au souci de clarté, d’ordre et de lisibilité imputé à la culture française.

25La philosophie et les sciences humaines sont le terrain par excellence où l’on constate que la diversité linguistique est une heureuse nécessité. Il apparaît en outre, en matière de droit, qu’une langue véhicule ses concepts et que le passage à une langue unique risque d’entraîner une perturbation, voire un détournement des règles et des usages à l’œuvre dans différents pays et aboutir à de graves désordres sociétaux.

Notes

1 Antoine Meillet a montré que les emprunts au grec étaient permis dans la comédie, mais non dans la tragédie ou dans la poésie sérieuse.

2 Ainsi, pour « suspendre son jugement », son ami Atticus préférait inhibere, emprunté au vocabulaire des rameurs lorsqu’ils se mettent à l’arrêt, à sustinere ; mais Cicéron lui fait observer que inhibere ne désigne pas exactement l’arrêt de ramer, mais le fait de ramer à l’envers pour stopper le bateau à l’accostage. Donc, ce sera sustinere, c’est-à-dire « soulever et tenir en l’air » (les rames).

3 Vix enim audeo dicere medietates, quas Graeci mesotetas appellant, sed quasi dixerim intellegatur, erit enim planius.

4 De façon analogue, Henri Estienne publia plus tard la Précellence du langage français (1579) la fondant sur sa prétendue « conformité avec le grec » tout en pourfendant le « langage français italianisé », qu’il reprochait aux snobs de la cour de Catherine de Médicis. Son combat porterait aujourd’hui contre le franglais. Voltaire partira également en guerre contre l’italien (cf. supra).

5 Thomas d’Aquin oppose le « sermo regius » (langue royale ou langue officielle), langue de la crainte, à « sermo paternus » (langue familiale), langue de l’amour et de l’efficacité affective : licet sermo regius magis possit per viam timoris, tamen sermo paternus magis potestper viam amoris, quae quidem via est efficacior in his qui non sunt totaliter male dispositi (Sententia Ethic., lib. 101. 15 n. 5)

6 Fiebat autem res non materno sermone, sed litteris (De vita sua, 1115)

7 Les langues qui ont décliné sont, parmi d’autres raisons, celles vers lesquelles cet effort de traduction n’a pas eu la même ampleur.

8 On pourrait ajouter, parmi tant d’autres : aristocratie, démocratie, anarchie, civilité, atténuer, abnégation – tous provenant du latin, ou du grec via le latin.

9 Certains termes forgés par Oresme ne sont pas restés – « être iré contre » (en colère), « recordation » (souvenir actif) – d’autres sont devenus rares ou obscurs, tel « illibéral ». Le destin de tout travail terminologique est d’être ou non adopté et vivifié par l’usage, souverain maître de la langue.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search