Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le français et les langues d'Europe

 | 
Françoise Argod-Dutard

3e partie. Le français et les langues d'Europe dans leurs usages spécialisés

Introduction

Michel Rabaud

Texte intégral

1Chaque langue a ses sphères d’action plus ou moins étendues et ses usages variables selon les besoins et l’évolution des sociétés qui les emploient si bien que faire la différence entre langue de service et langue de culture, comme nous y a invités Heinz Wismann, est fondamental. Mais les usages spécialisés d’une langue, même s’ils répondent à des besoins utilitaires, sont le fruit d’une histoire, la projection d’une société et de sa culture, d’un vécu et même d’une intimité personnelle. Tout dépend finalement de la connaissance profonde et de la pratique plus ou moins étendue qu’on peut en avoir. Mais ces langues spécialisées ne vont pas sans ajustements terminologiques au fur et à mesure des évolutions technologiques ou sociales. Se posent alors inévitablement des conflits entre les notions à nommer et les habitudes linguistiques. Il faut toujours penser qu’une langue doit être attachée au plus profond de l’intime tout en traduisant une vision claire, objective et partageable du monde. Pas de langue artificielle, mais une langue aux valeurs maternelles, une langue sous-jacente, automatique, celle des premiers réflexes, la langue originelle des fondamentaux mais aussi la langue du plaisir et la langue de l’angoisse.

  • 2 M. Michel Moreau a été également conseiller d’État en service extraordinaire et recteur d’Académie

2Voilà bien des difficultés pour le terminologue que Loïc Depecker, professeur et directeur de recherches à l’université de la Sorbonne nouvelle-Paris 3, président de la société française de terminologie, et moi-même nous évoquerons au plan historique et général avant qu’Odile Canale, chef de la mission « emploi et diffusion de la langue française » à la Délégation générale à la langue française et aux langues de France, ne fixe le cadre légal et actuel de l’emploi de la langue française, Michel Moreau, professeur à l’université de Poitiers, directeur de Juriscope2 et Jean-Marc Baïssus, directeur général de la Fondation d’entreprise pour le droit continental, ne réfléchissent aux problèmes que posent la traduction juridique et l’usage de la langue du droit dans la négociation. Plus largement, les enjeux et problèmes de la traduction des textes spécialisés seront ensuite débattus par les spécialistes que sont Marc Baratin, Marc Champion, Pascale Duclos, Isabelle Rosselin, David Staquet et Jean Vaumoron.

Notes

2 M. Michel Moreau a été également conseiller d’État en service extraordinaire et recteur d’Académie.

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540