Version classiqueVersion mobile

Pérégrin d’Opole

 | 
Hervé Martin

Chapitre IV. Un pédagogue nourri de l’Écriture sainte

Texte intégral

  • 1 Voir à ce propos J. Longère, La Prédication médiévale, Paris, 1983, pp. 177-202.

1Qualifier Pérégrin d’Opole de pédagogue n’a rien de dépréciatif : c’est simplement une façon de souligner son souci prioritaire de rendre recevable par les simples fidèles le message religieux dont il est le dépositaire. Cette pédagogie en général aimable, mais susceptible de revêtir parfois des aspects autoritaires, s’enracine dans une connaissance intime de l’Écriture sainte, dont tout procède. L’Ancien et le Nouveau Testaments, dont les versets viennent spontanèment à l’esprit du prédicateur, constituent la matrice de ses homélies. Ignorer ce fait capital conduirait à de graves méprises sur la nature des textes ici pris en compte. C’est à partir d’une parfaite maîtrise des textes sacrés, acquise dans les écoles conventuelles et entretenue ensuite avec l’aide des recueils de concordances bibliques, que pouvait s’exercer une pédagogie religieuse aux recettes simples et efficaces1.

Le terreau biblique

  • 2 Sermones, p. 3, 7, 11. En traduisant la péricope, nous reproduisons le geste initial du prédicateu (...)

2L’Écriture sainte constitue la nourriture spirituelle et intellectuelle, le terrain de référence et l’oxygène de Pérégrin. Sans la Vulgate, la Bible latine de saint Jérôme révisée à l’époque carolingienne, toute prédication lui serait impossible. Comme l’arbre dans le sol, chacun de ses sermons s’enracine dans une péricope, entendons dans une citation de l’Évangile ou de l’Ancien Testament. Pour le premier dimanche de l’Avent, il choisit pour thème : « Ecce rex tuus veniet tibi, etc., “Voici que ton roi viendra à toi” » (Zch 9,9 ; Mt 21,25). Le dimanche suivant, il développe : « Erunt signa in sole et luna et stellis, etc., “Des signes apparaîtront dans le soleil, la lune et les étoiles” » (Lc 21,25). Huit jours plus tard, il fait intervenir le Précurseur : « Cum audisset Ioannes in vinculis opera Christi, etc., “Comme Jean dans sa prison avait entendu parler des œuvres du Christ” » (Mt 11,22).

3Bien que toute sa parole procède des textes sacrés, Pérégrin n’accable pas ses auditeurs sous des avalanches de citations, comme le montre une recension des autorités invoquées dans dix de ses sermons.

  • 3 « La prédication en langue latine », dans P. Riché et G. Lobrichon, Le Moyen Âge et la Bible, Pari (...)
  • 4 Ce travail de compilation et de mise en ordre a été accompli au xiie siècle (Longère, ouv. cité, p (...)

4À l’exception de l’homélie du cinquième dimanche après la Pentecôte, riche (ou encombrée ?) de 32 citations, les autres allocutions en renferment de 7 à 16, ce qui n’a rien d’excessif et reste très en deçà de la consommation de bien des confrères. Le franciscain Antoine de Padoue (1195-1231) parvenait, nous dit Jean Longère, à susciter l’enthousiasme des foules avec des sermons constellés, en moyenne, de 78 autorités3. La sobriété de Pérégrin peut s’expliquer par la relative briéveté de ses sermons, et aussi par le fait qu’il n’aime pas tronçonner les livres saints pour en extraire des bribes utilisables dans une argumentation comme des flèches lancées sur l’adversaire. Son rapport à la Bible n’a rien de scolaire ni d’artificiel ; il reste vivant et « nourricier », alors que nombre de ses confrères se satisfont d’un discours de fragments arrachés à leur environnement initial. Notre homme se comporte plus souvent en maître spirituel qu’en debater rompu aux subtilités de la dispute universitaire. Il ne s’interdit pas pour autant d’utiliser la Glose ordinaire, où se trouvent rassemblés, par le labeur tenace des maîtres de Laon et de Paris, les principaux commentaires patristiques des textes scripturaires4.

5Pérégrin utilise l’Écriture de façon puissante et vigoureuse, en la résumant plutôt qu’en la citant littéralement, et sans s’interdire de brasser les époques, en rapprochant le temps de l’Église du passé hébraïque. À preuve, ce parallèle entre les souffrances de l’Exode et la pénitence de carême :

  • 5 Sermones, p. 80, l. 14-24.

« De ce désert il est dit dans l’Exode (15,22-25) : Sortis de la mer Rouge, les fils d’Israël s’en vinrent au désert de Sur [Shur] et marchèrent trois jours dans le désert sans trouver de l’eau ; ils s’en vinrent à Mara, où ils ne purent boire l’eau à cause de son amertume, jusqu’à ce qu’elle devienne douce après qu’ils y eurent jeté du bois. Sur veut dire l’état de gêne et d’amertume ; par les fils d’Israël, il faut entendre nous, les chrétiens, qui sortons de la mer Rouge, c’est-à-dire des fréquentations dangereuses. Et sur nous qui entrons dans le désert de la pénitence pendant trois jours de contrition, de confession et de satisfaction, ont fondu les difficultés, parce que nous ne pouvons pas boire l’eau de la mer, qui paraît amère et non potable5. »

6En ces lignes, le prédicateur est peut-être tributaire de l’Histoire scolastique de Pierre le Mangeur ou de quelque autre abrégé de l’histoire sainte, mais peu importe, puisque le message est clairement formulé.

  • 6 Voir G. Dahan, L’exégèse chrétienne de la Bible en occident médiéval, xiie-xive siècle, Paris, Cer (...)
  • 7 Comme on le verra au chapitre vi.
  • 8 J. Longère, ouv. cité, p. 14-15.
  • 9 Sermones, p. 4, l. 40-43. Épisode relaté dans Nb, 17,6-15.
  • 10 Sermones, p. 6, l. 97-104.

7Sans s’imposer d’extraire systématiquement de toute citation de l’Écriture les quatre sens canoniques (l’historique ou littéral, l’allégorique, le moral et l’anagogique ou spirituel6), Pérégrin privilégie le sens moral et le sens allégorique7. Il s’adonne couramment à la typologie, entendue comme « l’interprétation des personnages, faits et gestes de l’Ancien Testament par ceux du Nouveau8 ». Il témoigne en la matière d’une virtuosité de bon aloi, comme nombre de ses confrères. À preuve, ce rapprochement entre Aaron et le Christ, à propos de ce passage du livre des Nombres (16,41-48) où Moïse et Aaron doivent faire face aux protestations des Hébreux que le feu de Yavheh dévore par milliers ; Aaron fait cesser ce châtiment en accomplissant le rite d’expiation : « Aaron signifie le Christ qui, ayant pris l’encensoir, c’est-à-dire l’humanité, et le feu, c’est-à-dire l’âme, se tint entre les anges vivant par la grâce et les hommes morts par le péché. Alors qu’il priait ainsi sur la croix, cessa le fléau du feu, c’est-à-dire l’offense faite à Dieu par son peuple9. » Voici maintenant une comparaison entre Pinhas, le fils d’Eléazar, et le Sauveur qui est venu « comme le vaillant combattant pour libérer le captif de l’emprise du diable. C’est figuré dans les Nombres au chapitre 25, en la personne de Phinees [Pinhas] qui représente le Christ : s’étant saisi du poignard de la chair, entendons de la croix, surgissant du milieu de la multitude, entendons des anges, il fit irruption dans le lupanar, c’est-à-dire dans le monde, et tua l’homme, figure du diable, qui forniquait avec la Madianite, entendons avec la nature humaine10 ».

  • 11 Le décret d’extermination des Juifs obtenu par Aman.
  • 12 Sermones, p. 27, l. 47-52.
  • 13 Sermones, p. 247, l. 103-108 (3 R = 1 R).

8On peut aussi citer ce parallèle entre la joie de Noël et celle d’Esther : « Sur cette terre, Dieu a accompli des choses nouvelles, à commencer par une joie d’un type nouveau. D’où Luc 2,10 : “Je vous annonce une grande joie.” Ce fut figuré en Esther 8, après que le roi [Assuérus] eut mis fin à sa colère à l’encontre des Juifs et eut révoqué les lettres11 par lesquelles il les condamnait à mort. Aussi lit-on que “l’on vit une nouvelle lumière se lever pour les Juifs, joie, honneur et exaltation” (8, 16). Nous aussi, nous devions mourir dans nos âmes, si Dieu compatissant n’avait pas renoncé à sa colère12. » La typologie peut se pratiquer dans les deux sens, de l’amont vers l’aval ou l’inverse. Voici un exemple du second cas : « Nous sommes tous des pèlerins en ce monde, cheminant vers la Jérusalem céleste. Aussi, pour ne pas défaillir en chemin, devons-nous nous restaurer avec le pain du Corps du Christ. Ainsi fut réconforté Élie qui, retrouvant des forces grâce à la nourriture que l’ange lui avait apportée, marcha quarante jours et quarante nuits avant de parvenir au mont Horeb (3 R 19,8)13. » Dans l’esprit du prédicateur, le sens circule de façon permanente et insécable entre les origines juives, l’époque apostolique et le temps de l’Église. Ces différents moments de l’histoire du salut s’expliquent l’un par l’autre et s’enrichissent mutuellement. Les chrétiens du xxie siècle, habitués à une exégèse littérale et de plus en plus critique, ont de bonnes raisons d’être désorientés par une telle démarche intellectuelle, dont les vertus heuristiques sont pourtant incontestables.

Une pédagogie attentive

9À défaut d’avoir connu les actuels Instituts de formation des maîtres, où les préoccupations pédagogico-didactiques sont prévalantes, Pérégrin a fréquenté les écoles dominicaines, où l’on cherchait plus à former des prédicateurs qu’à faire avancer la réflexion théologique. Les traces de ce passage par le moule scolaire sont bien visibles dans les sermons, mais notre orateur ne verse pas dans les subtilités oiseuses qu’aurait pu lui suggérer la fréquentation de la Sorbonne ou d’une autre faculté de théologie.

  • 14 Ibidem, p. 58, l. 4 à 6 ; p.72, l. 3 à 6 ; p. 80, l. 3 à 7 ; p.123, l.5 à 8.

10Les plans des allocutions sont d’une clarté limpide. Voici quelques échantillons de ces entrées en matière claires comme de l’eau de roche, susceptibles d’être dotées à l’oral de quelques ornements. Pour le quatrième dimanche après l’Épiphanie, le propos porte sur « Jésus monta dans la barque, suivi de ses disciples » (Mt 8,23). « Dans cet Évangile, souligne le prédicateur, nous pouvons noter deux choses. Primo, il nous inspire la terreur. Secundo, il nous enseigne ce que nous devons faire quand nous sommes environnés de périls. » Pour le dimanche de la Sexagésime, le thème : « Le semeur est sorti pour semer sa semence » (Lc 8,5) est ainsi divisé : « Dans cet Évangile, nous pouvons noter deux choses. D’abord, qui est celui qui sortit pour semer. Ensuite ce que signifie cette semence. Et pour que vous puissiez mieux comprendre ce que je veux dire, je veux vous dire un exemplum notable. » Lors du premier dimanche de carême, la péricope : « Jésus fut conduit dans le désert par l’Esprit » (Mt 14,1) donne lieu à un développement ternaire : « Dans cet Évangile, trois choses nous sont signifiées. La première est que Jésus fut conduit dans le désert. La seconde est qu’il y jeûna quarante jours et quarante nuits. La troisième est qu’après avoir jeûné il fut tenté par le diable. » Pour la troisième férie après Pâques, la ternarité est à nouveau de rigueur. Le verset thématique est un combiné de Luc 24, 36, 40 et de Jean 20,19-20 : « Jésus se tint au milieu de ses disciples et leur dit : Paix à vous. Et après qu’il l’eut dit, il leur montra ses mains, ses pieds et son côté. » La division du thème ne s’embarrasse d’aucune subtilité : « Dans ces paroles, trois choses sont à relever. Primo, que le Christ se tint au milieu de ses disciples après sa résurrection. Secundo, qu’il leur apporta la paix. Tertio, qu’il leur montra ses mains et son côté14. » La cause est entendue : les sermons de Pérégrin n’étaient pas des labyrinthes, quiconque le voulait pouvait s’y retrouver.

  • 15 Les spécialistes de l’homilétique l’appellent le prothème, ou thème associé. Ce développement s’in (...)

11Le plan échafaudé, la construction du sermon s’opérait à grand renfort de pièces rapportées : autorités bibliques, développements sur les propriétés des choses et sur le sens des mots, questions soulevées par telle ou telle citation, comparaisons avec la vie quotidienne (similitudes), tranches d’histoire et enfin exempla, entendons des anecdotes lestées d’une morale. Ces dernières constituaient le « produit d’appel » des prédicateurs pour capter et pour relancer l’attention du public. J’y reviendrai au chapitre suivant. Concernant les autres ingrédients des homélies, il faut souligner une particularité de Pérégrin : n’appartenant pas à la caste des docteurs en science sacrée, il ne verse ni dans les difficiles questions théologiques ni dans les fastidieuses énumérations des propriétés des choses. Doté d’un faible bagage en science physique, il ne cultive pas beaucoup les similitudes naturelles et leur préfère les comparaisons puisées dans l’ordre politique ou culturel. Il aime à raconter des épisodes de l’histoire antique, qu’il dit avoir lus « dans les livres des Romains ». En réalité, il les a puisés dans des recueils médiévaux, comme le prouvent les parallèles dressés avec l’histoire de l’Église. Voici, à titre d’exemple, l’ouverture15 de son sermon de Noël :

  • 16 Sermones, p.26, l.5 à 16.

« Nous lisons dans les livres des Romains qu’il y avait trois solennités majeures, à savoir le jour de la naissance (dies natalis) du roi ou de l’empereur, celui de son couronnement, et enfin celui de la naissance de la ville, quand furent jetées les fondations des murs. De même, dans l’Église, le jour de la naissance de l’Empereur correspond à la nativité et à l’incarnation. Le jour de la naissance de l’empire correspond à la résurrection, quand il est couronné en tout honneur et en toute gloire. Le jour de la naissance de la ville correspond à l’envoi du Saint Esprit, car alors l’Église fut fondée dans les apôtres comme dans ses murs, et en leurs cœurs par l’Esprit Saint qui leur fut donné ; et la loi d’amour fut écrite16. »

12On notera que le prédicateur choisit de ne pas s’enfermer dans l’évocation de Noël. Ici, ni crèche ni bergers, mais la prise en compte de trois étapes essentielles dans l’histoire du salut de l’humanité : Noël, Pâques et la Pentecôte. Nourri de conceptions holistes, comme la plupart des clercs médiévaux, l’orateur ne saurait séparer le début de la fin, l’alpha de l’oméga. À la suite des Pères de l’Église, il est convaincu que l’Église est l’héritière de l’Empire romain, y compris dans le calendrier des grandes fêtes annuelles.

13Dans la capitale de l’Empire, poursuit Pérégrin dans la même homélie, se sont produits trois événements inouïs, lourds de sens.

  • 17 Sermones, p. 27-28, l. 60-70.

« Première nouveauté : on vit jaillir à Rome une fontaine d’huile qui coula jusqu’au Tibre, et cela convint tout à fait, parce qu’il était né, celui qui est la fontaine de miséricorde, venu racheter le péché qui pesait sur nos épaules. […] Seconde nouveauté : à Rome, le temple de la paix s’écroula. Quand ils édifiaient ce temple, les Romains se demandèrent combien de temps il durerait. Il leur fut répondu : “Aussi longtemps qu’une vierge n’aura pas enfanté.” Estimant cette chose à peu près impossible, ils crurent que leur temple tiendrait toujours. Il s’écroula la nuit même où la Vierge enfanta. La troisième nouveauté consista en ceci : César Auguste vit dans le ciel une jeune fille portant un enfant dans ses bras. Aussi ordonna-t-il de n’adorer personne, sauf cet enfant17. »

14En première analyse, on peut parler d’une série de phénomènes merveilleux (mirabilia) destinés à accréditer l’idée que des signes très clairs de la venue du Messie ont été adressés aux Romains à l’époque d’Auguste. Ces prodiges sont narrés avec une certaine aisance. Visiblement, ces développements conviennent mieux à Pérégrin que les considérations savantes.

15Son talent de narrateur se manifeste aussi quand il condense les historiens chrétiens de la Basse Antiquité. Voici un passage où il pense reprendre Eusèbe de Césarée, alors qu’il suit son continuateur Rufin d’Aquilée (I, 36-37), qui prétend lui-même avoir recueilli les confidences d’un martyr du nom de Théodore.

  • 18 Ibidem, p. 145, l. 68-79.

« À ce propos, Eusèbe de Césarée écrit au sujet d’un certain Théodore qu’un tortionnaire tortura cruellement du matin jusqu’à la sixième heure, au point que tout le monde se demandait comment il pouvait supporter pareils tourments. Mais celui-ci ne faisait rien d’autre que de chanter des psaumes, en arborant un visage serein et gai. Comme Eusèbe avait rencontré ce Théodore à Antioche et lui demandait s’il avait eu une sensation de douleur, il répondit qu’il avait peu souffert et qu’un jeune homme s’était tenu à ses côtés, qui avait épongé sa sueur avec un linge très blanc et avait versé sur lui de l’eau froide. Et il s’en était à ce point délecté qu’il en devint tout triste quand on ordonna de l’extraire du chevalet de torture. Et c’est pourquoi je tiens pour certain que, s’il n’y avait pas eu la consolation de l’Esprit Saint, les martyrs auraient très peu supporté ces peines18. »

  • 19 Patrologie latine, 20, 504, cap. XXXVI (37). Indication fournie par Annik Martin.

16Vérification faite dans Rufin, « De Theodoro confessore apud Antiochiam19 », il s’avère que Pérégrin suit de près sa source, la condense à l’occasion, et n’hésite pas à supprimer des noms propres, ce qui vaut au préfet Sallustius de se transformer en « un certain tortionnaire ». Des détails sont gommés pour renforcer la valeur exemplaire de l’histoire.

17La Légende dorée elle-même est allégée, au point de se transformer en une sorte de digest. À preuve, le récit de la passion de saint André, où le long affrontement avec le proconsul Egée, en Achaïe, est ramené à quelques lignes.

« Il convertit à la foi chrétienne la femme du proconsul Egée. Apprenant cela, ce dernier entreprit de lui imposer, à coups de menaces, de vénérer les idoles. Le bienheureux André lui répondit : “Imagine toutes les menaces que tu veux, plus je serai dans les bonnes grâces de mon Roi, plus je serai constant dans les tourments pour la défense de son nom.” Le proconsul ordonna alors à vingt hommes de le battre et, après cela, de lui lier les pieds et les mains, pour lui faire subir un plus long supplice. »

  • 20 Sermones, p. 309, l. 86 et suiv. À confronter avec le texte de la Légende dorée, Éd. Garnier, I, p (...)

18La crucifixion d’André est elle-même résumée brièvement. Finalement, la femme du proconsul recueille le corps du saint et l’ensevelit20.

  • 21 Sermones, p. 8, l. 30-33. Autres exemples de ce procédé : « Mais tu dis : moi je n’ai jamais eu ce (...)
  • 22 Sermones, p. 9, l. 81-85.
  • 23 Ibidem, p. 28, l.63-64 ; p. 68, l. 48-50 ; p. 74, l. 59-61.

19Abréviateur expérimenté, narrateur habile, comme on le verra mieux au chapitre suivant, Pérégrin est aussi un rhéteur bardé de recettes destinées à faire passer son message. Il ne manque pas de recourir à des dialogues fictifs, sur le mode : « Un homme pourrait dire : pourquoi le Seigneur enverra-t-il ce signe pour annoncer le jour du jugement ? Je veux te dire, d’abord pour te faire peur et t’amener à corriger ta vie. Ensuite parce qu’il est juste que toute la famille participe au trouble du père de famille », etc.21. La prosopopée, discours fictif attribué à un absent, constitue une autre façon d’animer le propos, ainsi quand le Crucifié détaille ses souffrances : « Homme, vois la croix, à laquelle j’ai été suspendu pour toi, vois les clous qui ont été fichés à travers mes pieds et mes mains. Vois la lance, par laquelle mon côté fut ouvert. Vois la couronne d’épines, par laquelle je fus couronné22. » Au nom de la rhétorique, il faut aussi savoir s’exclamer : « Ô combien de pécheurs il a oints de cette huile, comme Madeleine, Marie l’Égyptienne et d’autres ! », il faut avoir l’art d’interpeller et d’enjoindre : « Entends-tu, prince, chevalier ou juge : si tu vois faire quelque violence à l’Église, tu es tenu de la défendre », et il ne faut pas hésiter à user du nous pour partager le sort de ses ouailles : « Sortons donc de l’Égypte des vices comme sortirent les enfants d’Israël, et cessons de servir le pharaon, c’est-à-dire le diable, dans la boue de la luxure23. »

20En pasteur avisé, Pérégrin insère ses sermons dans la liturgie du jour. Ainsi pour les Rameaux :

  • 24 Le prédicateur anticipe, en considérant la procession du vendredi saint comme accomplie. L’emploi (...)
  • 25 Sermones, p. 103, l. 3 à 15.

« Risus dolore miscebitur, et extrema gaudii luctus occupat, “Le rire sera mêlé de douleur et le deuil envahit la plus grande joie”, Prov. 14,13. Dans ces paroles, la fête d’aujourd’hui peut être évoquée de façon adéquate. Aujourd’hui en effet, l’Église mêle la douleur et le rire, le deuil et la joie. Le rire et la joie sont représentés dans l’évangile qui est lu avant la messe, mais le deuil et la douleur de la passion le sont au cours de deux processions qui ont été faites comme aujourd’hui24. L’une, en grand honneur, qui se déroula du Mont des Oliviers à Jérusalem, où Jésus fut reçu solennellement avec des louanges et des branches de palmier, comme les fidèles l’ont fait aujourd’hui. L’autre procession se déroula de Jérusalem au Mont du Calvaire, sous le signe de la honte et de la tristesse. Si l’on considère l’entrée du Christ à Jérusalem, c’est le rire qui l’emporte ; si l’on considère le concours du peuple, c’est la joie qui éclate25. »

21De façon plus nette que dans le sermon du jour de l’Épiphanie, cité plus haut, l’orateur évoque des paraliturgies, dont on peut percevoir des échos dans l’imagerie religieuse contemporaine.

  • 26 Ibidem, p. 115, l. 83-86.
  • 27 Il s’agit du sermon « pour la fête de Noël » contenu dans la série « desanctis », à ne pas confond (...)

22Le jour de Pâques, le propos fait explicitement référence aux gestes du prêtre : « Ces cinq apparitions (du Seigneur ressuscité), le prêtre les figure pendant la messe quand il se tourne cinq fois vers le peuple, la troisième fois silencieusement, pour figurer la troisième apparition à Pierre, dont on ne sait ni où ni comment elle se produisit26. » Le jour de Noël, l’allocution commence par une récapitulation des différentes étapes de l’Avent27.

  • 28 Sermones, p. 324, l. 4 à 17.

« Puer natus est nobis, “Un enfant nous est né”, Isaïe, 9,6. Aujourd’hui nous sont données de bonnes nouvelles, pour ceux qui ont attendu le Christ pendant cet Avent, qui ont désiré le voir et s’y sont préparés. Le premier dimanche de l’Avent, les fidèles aspiraient à sa venue en disant : “Viens, Seigneur, et ne tarde pas.” Il leur fut répondu : “Le Seigneur viendra de loin” (Is 30,27). Le dimanche suivant, il leur a été lu de quelle façon il viendra pour le jugement, et les signes annonciateurs. Le troisième dimanche, saint Paul dit, l’ayant vu approcher : “Réjouissez-vous, parce qu’il est proche” (Ph 4,4-5). Or hier on a propagé des rumeurs encore plus certaines, selon lesquelles le salut vous sera apporté demain. De fait, aujourd’hui, des nouvelles très sûres ont été apportées par l’envoyé céleste : “Voici que je vous annonce une grande joie, qui concerne tout le peuple, parce que le Sauveur du monde est né pour vous” (Lc 2,10-11)28. »

  • 29 Ibidem, p. 568, l. 169-171.

23On saluera ici une double habileté : tout en procédant à une très pédagogique révision des phases de l’Adventus Domini, l’orateur fait enfler progressivement la rumeur de la prochaine venue du Messie, au point de lui conférer une sorte de nécessité historique. Pour le vendredi saint, il souligne de façon poignante combien la douleur des chrétiens se traduit dans les rites : « Les cloches pleurent aussi, on ne les heurte pas ; les autels pleurent, ils sont dénudés ; les prêtres et les clercs pleurent en chantant des lamentations, et beaucoup d’autres se lamentent29. »

24Le sens pédagogique de Pérégrin se manifeste d’une façon encore plus écla

25tante dans le sermon du premier dimanche après l’Épiphanie, dont voici quelques extraits :

  • 30 Nous retrouverons cet exemplum dans un autre chapitre.
  • 31 Sermones, p. 43-45, l. 1 à 60, passim.

« Post triduum invenerunt eum parentes in templo, “Au bout de trois jours, ses parents le trouvèrent dans le Temple”, Luc 2,46. Les commentateurs disent que telle était la coutume des Juifs : quand ils cheminaient vers le Temple, puis dans les processions et dans le Temple lui-même, les hommes étaient séparés des femmes. Ces dernières aussi allaient séparèment ; les enfants n’étaient pas soumis à cette règle, ils allaient tantôt avec leur père, tantôt avec leur mère. De ce fait, Joseph pensa que l’enfant Jésus était avec sa mère en compagnie des femmes, et sa mère pensa qu’il était avec Joseph, dans le groupe des hommes. Cette coutume avait été instaurée pour des raisons d’honnêteté. Il fut ordonné par Dieu que tout individu mâle, dans l’ensemble du territoire d’Israël, se présenterait au Seigneur trois fois l’an, à l’occasion de trois fêtes (Ex 23,17) et qu’il offrirait les victimes prescrites par la Loi. C’est pourquoi Joseph, conformément à cette loi, monta à Jérusalem avec Marie et avec le Christ, qui était alors âgé de douze ans. Or ce précepte ne concernait pas les femmes. Ce passage de l’Évangile nous enseigne plusieurs choses.
D’abord, il nous incite à visiter les saints lieux, en ceci que le Christ monta avec ses parents à Jérusalem. Aujourd’hui, hélas, les tavernes et les lupanars sont plus visités que les saints lieux : “Les chemins de Sion sont en deuil, nul ne vient plus à ses fêtes” (Lamentations, 1,4). Ceux qui agissent ainsi doivent craindre qu’il ne leur arrive comme à ce bourgeois qui avait l’habitude suivante : quand il devait aller à la messe, il montait à cheval pour aller visiter ses propriétés, ses moissons dans les champs ou ses moulins, etc.30.
Secundo, cet extrait de l’Évangile nous enseigne à célébrer les fêtes, en ceci qu’ils montèrent à Jérusalem le jour de la fête, pendant lequel ils ne travaillaient pas et se consacraient uniquement à la prière. […] Le repos du sabbat doit s’interpréter et signifie qu’en un jour de fête nous devons nous dispenser de toute œuvre servile, c’est-à-dire du péché. Mais les hommes s’adonnent plus au péché qu’à la prière les jours fériés ; ils versent dans la luxure et dans d’autres vices. Certains, en effet, alors qu’ils devraient aller prier, se préoccupent d’acheminer des denrées aux foires et de porter leur blé au moulin. Ceux qui se comportent ainsi doivent craindre qu’il ne leur arrive comme il arriva, dans l’Ancienne Loi, à celui qui récoltait du bois le jour du sabbat : Moïse ordonna de le lapider. […]
Tertio, cet extrait de l’Évangile nous enjoint de mener nos enfants à l’église pour qu’ils prennent l’habitude de bien faire, à l’exemple de Marie, qui emmena son fils avec elle au Temple, et pour que nous les instruisions au bien. Ceux qui instruisent bien leurs enfants les verront conduits devant Dieu, ceux qui les éduquent mal les verront conduits devant tout le monde à la prison infernale31. »

26Comme tout maître au sommet de son art, Pérégrin n’hésite pas à s’attaquer

27aux sujets difficiles, qu’il sait exposer avec clarté et conviction. À preuve, son homélie pour la fête de la très sainte Trinité.

« Benedicat nos Deus, Deus noster ! Benedicat nos Deus, et metuant eum omnes fines terrae. “Que Dieu nous bénisse, notre Dieu ! Que Dieu nous bénisse et que toutes les extrémités de la terre le craignent” ! » (Ps 66,7-8).
« Dans ces paroles, nous apprenons ce que nous devons croire et ce que nous devons souhaiter. Le Jour de Dieu se présente trois fois dans l’année. Un jour, on loue le Père, comme à Noël, quand, plein de compassion pour nous, il nous a envoyé son Fils. À Pâques, on célèbre le Fils, parce qu’alors il a obtenu la victoire et vaincu le diable et la mort. L’Esprit saint est célébré dimanche prochain. Et pour que personne ne dise : puisqu’il y a trois fêtes, il y a donc aussi trois dieux, aujourd’hui c’est le jour de la Trinité. Ces paroles ont donc été chantées à matines, et je voudrais que tout homme les connût, parce qu’il s’agit d’une bonne prière. Comme Dieu est nommé trois fois, nous apprenons ce que nous devons croire, comme si le prophète disait : “Homme, tu dois croire qu’il y a Dieu le Père, Dieu le Fils, Dieu le Saint Esprit et ces trois personnes sont un seul Dieu.” Tout chrétien désireux d’être sauvé doit le croire.
Que le Père, le Fils et le Saint Esprit sont un seul et même Dieu, ce fait nous est montré en plusieurs passages de l’Écriture sainte. C’est dit dans la Genèse 1,26, où le Père dit ceci au Fils et au Saint Esprit : “Faisons l’homme à notre image.” Il ne dit pas : à nos images, mais à notre image. Il ne parlait pas aux anges, mais aux autres créatures. Il ne revient pas aux créatures de créer ; l’expression “faisons” appartient à une pluralité de personnes, l’expression “à notre image” appartient à une unité de substance. Sur ce point nous avons le témoignage des anges, Isaïe 6,3, où les anges de l’ordre le plus haut furent entendus par le prophète criant : “Saint, Saint, Saint, Seigneur Dieu !” Parce qu’il est dit trois fois “saint”, cela appartient à une trinité de personnes ; parce qu’il est dit une seule fois “Seigneur Dieu”, cela appartient à l’unité de substance. Nous avons aussi le témoignage du Christ au cours de sa vie humaine. Au dernier chapitre de Matthieu 28,19, le Christ dit aux apôtres : “Allez et enseignez toutes les nations, baptisez-les au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit.”
Nous en avons aussi un témoignage dans les créatures, et cela par similitude. Et d’abord dans l’eau. Soit une fontaine, dont procède une petite rivière, et enfin un étang ou un lac : sous ces trois aspects, il s’agit d’une seule et même eau. Ainsi le Père, le Fils et le Saint Esprit ne sont qu’un seul Dieu. Nous avons aussi un exemple dans le feu où il y a trois choses – le feu, la chaleur et la lumière – et cependant ce n’est rien d’autre qu’un seul feu. Il en est de même dans le soleil, dans lequel on distingue le rayon, la chaleur et la lumière, bien qu’il s’agisse d’un soleil unique. Ces choses, nous devons les croire en toute simplicité, sans en chercher la raison, parce que celui qui s’enquiert de la majesté sera accablé par la gloire. »

  • 32 Ibidem, p. 177-179, l. 1 à 75.

28Un peu plus loin, le prédicateur proclame : « L’homme doit donc imiter la Trinité et non s’en étonner. » Il doit imiter la force du Père, aspirer à la sagesse du Fils, et rechercher la bénédiction, qui ne peut lui venir que du Saint Esprit32.

29En ces lignes très denses se succèdent quatre types d’arguments : le premier est tiré de la liturgie, les rites validant la croyance qui les fonde ; le second procède de l’Écriture, au prix de quelques subtilités grammaticales ; le troisième vient de la nature, qui fournit au moins trois images suggestives de la Trinité ; le dernier n’est autre que l’argument d’autorité, avancé pour balayer les dernières résistances. Pérégrin n’est ni le premier ni le dernier à comparer la Trinité à l’eau, au feu et au soleil, mais il le fait, convenons-en, avec clarté et concision. Il laisse entendre au passage que certains fidèles ont du mal à comprendre le mystère du Dieu un et trine et que des dérives polythéistes ne sont pas à exclure.

30Le sérieux pédagogique du prédicateur dominicain pourra surprendre les lecteurs habitués à assimiler la prédication aux envolées de Bossuet et de Lacordaire, ou aux adresses intimistes du cardinal Lustiger. Les premières résonnaient dans une chrétienté sûre d’elle-même, les secondes se font à peine entendre dans une société largement sécularisée. Tout autre était la situation au temps de Pérégrin : il lui fallait parachever l’édification de la « société chrétienne du monde plein » en accordant la priorité au résultat sur la manière. Quand on veut inculquer les vérités de la foi, les bases de la morale et des normes de comportement, les exigences de la rhétorique passent à l’arrière-plan, ce qui ne prive pas nécessairement les sermons de tout attrait.

Notes

1 Voir à ce propos J. Longère, La Prédication médiévale, Paris, 1983, pp. 177-202.

2 Sermones, p. 3, 7, 11. En traduisant la péricope, nous reproduisons le geste initial du prédicateur quand il s’adressait à des laïcs.

3 « La prédication en langue latine », dans P. Riché et G. Lobrichon, Le Moyen Âge et la Bible, Paris, 1984, p. 524-527.

4 Ce travail de compilation et de mise en ordre a été accompli au xiie siècle (Longère, ouv. cité, p.186).

5 Sermones, p. 80, l. 14-24.

6 Voir G. Dahan, L’exégèse chrétienne de la Bible en occident médiéval, xiie-xive siècle, Paris, Cerf, 1999, p. 239 et suiv. ; les quatre sens de l’Écriture sont très clairement définis par Albert le Grand au xiiie siècle (voir H. Martin, Le Métier de prédicateur, ouv. cité, p. 262).

7 Comme on le verra au chapitre vi.

8 J. Longère, ouv. cité, p. 14-15.

9 Sermones, p. 4, l. 40-43. Épisode relaté dans Nb, 17,6-15.

10 Sermones, p. 6, l. 97-104.

11 Le décret d’extermination des Juifs obtenu par Aman.

12 Sermones, p. 27, l. 47-52.

13 Sermones, p. 247, l. 103-108 (3 R = 1 R).

14 Ibidem, p. 58, l. 4 à 6 ; p.72, l. 3 à 6 ; p. 80, l. 3 à 7 ; p.123, l.5 à 8.

15 Les spécialistes de l’homilétique l’appellent le prothème, ou thème associé. Ce développement s’intercale entre l’annonce du thème et celle du plan.

16 Sermones, p.26, l.5 à 16.

17 Sermones, p. 27-28, l. 60-70.

18 Ibidem, p. 145, l. 68-79.

19 Patrologie latine, 20, 504, cap. XXXVI (37). Indication fournie par Annik Martin.

20 Sermones, p. 309, l. 86 et suiv. À confronter avec le texte de la Légende dorée, Éd. Garnier, I, p. 41-44.

21 Sermones, p. 8, l. 30-33. Autres exemples de ce procédé : « Mais tu dis : moi je n’ai jamais eu cette contrition. Alors je vais t’enseigner de quelle façon acquérir la contrition » (p.13, l. 76-77) ; « Et pourquoi devons-nous célébrer la Pâque ? Eh bien, parce qu’il a promis une récompense à ceux qui la célébreraient » (p. 44, l. 41-42).

22 Sermones, p. 9, l. 81-85.

23 Ibidem, p. 28, l.63-64 ; p. 68, l. 48-50 ; p. 74, l. 59-61.

24 Le prédicateur anticipe, en considérant la procession du vendredi saint comme accomplie. L’emploi du passé composé au lieu du présent et du futur renvoie à un déroulement attendu du cycle liturgique. Pérégrin présente comme accompli ce qui est en cours (les rameaux) ou à venir (le chemin de croix).

25 Sermones, p. 103, l. 3 à 15.

26 Ibidem, p. 115, l. 83-86.

27 Il s’agit du sermon « pour la fête de Noël » contenu dans la série « desanctis », à ne pas confondre avec celui de la série « de tempore » cité plus haut.

28 Sermones, p. 324, l. 4 à 17.

29 Ibidem, p. 568, l. 169-171.

30 Nous retrouverons cet exemplum dans un autre chapitre.

31 Sermones, p. 43-45, l. 1 à 60, passim.

32 Ibidem, p. 177-179, l. 1 à 75.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/3308/img-1.png
Fichier image/png, 12k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search