Versione classicaVersione mobile

Le français et les langues d'Europe

 | 
Françoise Argod-Dutard

2e partie. Le français et les langues d'Europe dans leurs applications pédagogiques

La créativité intertextuelle de langue à langue1

Michel Gramain, Véronique Marché e Romain Vignest

Testo integrale

  • 1 Cet atelier était sous la responsabilité de Michel Gramain et animé par Romain Vignest et Véroniqu (...)

1Le processus de création littéraire s’inscrit dans un rapport d’innutrition et la singularité d’une langue nourrit la langue qui va en être pénétrée ; ainsi se constituera une « chaîne d’or » de la littérature, de l’Antiquité à nos jours. Cet atelier propose plusieurs approches de la relation entre les langues anciennes et la langue française. Cette relation constitue un échange qui permet aussi une ramification vers d’autres langues européennes. Seront analysés quatre types de rapports :

  • le rapport de citation, par l’observation des titres latins dans la table des matières de Les Contemplations de Victor Hugo ;
  • le rapport de transposition, avec plusieurs versions de Le loup et le chien
  • le rapport de création, d’émulation, avec la reprise du motif des « satyres dansants », de Virgile à Horace, Ronsard et Hugo.
  • le rapport de traduction, par la comparaison du prologue d’Agamemnon d’Eschyle, et de quatre traductions, de Leconte de Lisle, de P. Claudel et de P. Mazon.
  • 2 Puis est annoncée la présentation de documents ayant pour « fil rouge » « La Porte des Enfers », d (...)

2Dans ce corpus tous les genres sont représentés : le théâtre, la poésie lyrique, la fable, l’épopée, la satire, l’ode…, et les travaux proposés peuvent être exploités aussi bien en collège qu’en lycée2.

Citations et traductions

  • 3 Voir ci-après le questionnaire de l’enseignant et, pour la table des matières, se reporter à une é (...)

3Après la distribution des documents aux participants sont observées les questions qui suivent le premier document : la table des matières de Les Contemplations3 ; les objectifs sont de faire saisir l’irréductibilité du latin à la traduction. Pour cela, les élèves doivent :

  • chercher où sont les titres latins (majoritairement dans « au bord de l’infini » qui développe le thème de la mort et révèle l’ambition métaphysique du recueil)
  • repérer que ce sont des titres nominaux (titres-notions) et chercher le sens de ces mots : ces approches leur permettront de constater que le latin n’est plus une langue de communication mais qu’il révèle l’essence des choses, leur pureté. Ces mots ont leur étymologie interne, par exemple horror. La recherche de la polysémie et de la richesse du mot montre le pouvoir de la langue latine dont une traduction affaiblirait le contenu.

4Ces titres soulignent le lien entre Virgile et Hugo : leur répartition dans le recueil permet de superposer le parcours poétique de Hugo et celui de Virgile. Le premier est ainsi accompagné par son prédécesseur de façon purement intertextuelle ; quant à Hugo, il poursuit et approfondit ainsi l’œuvre de Virgile.

5Il est précisé que la force du latin réside également dans l’absence de déterminant, que Hugo manie la langue de la même façon : l’écrivain associe d’ailleurs Hugo à ego, Victor à victus.

6On peut aussi partir des formes latines ou latinisantes pour aller au sens, en collège comme en lycée. Est également évoquée la nécessité de supprimer les contresens possibles (par exemple pour Pauca meae), ainsi que celle de lever les préjugés quant au recours au latin.

7À propos de Pauca meae, un des professeurs rappelle que la concision est une des grandes forces de la langue latine : deux mots suffisent pour définir la poésie lyrique intime. De plus, la musicalité des titres latins les rend parfois difficiles à traduire : la traduction en affaiblirait la beauté (cependant attention à un faux-ami : Pronto était le nom du chien de Hugo !).

8Suit un relevé des citations prises par Hugo à Virgile.

9Dans un registre plus bucolique, plus léger, on pourrait imaginer un travail semblable avec Chansons des rues et des bois qui comporte aussi beaucoup de titres latins. Les nouveaux programmes de lettres classiques, portant sur les cultures de l’Antiquité incitent à ces rapprochements. Et il ne faut pas raisonner en termes de racines, d’origine, mais de circulation, de dialogue entre les auteurs et les textes ; la lecture doit mener vers d’autres auteurs et il est judicieux de prendre l’auteur moderne comme guide. Le va-et-vient entre le latin et le français montre aussi que la culture latine est parfois irréductible, comme la langue, et qu’elle correspond à des notions spécifiques. Par exemple, le mot « horror » correspond à la peur des dieux. De plus, chaque mot a son sens dans un contexte précis ; il faut donc éviter les pratiques de simple équivalence, de synonymie. Quant au titre Nomen, numen, lumen, il comporte un jeu de mots sur des termes difficilement traduisibles ; ce titre est emblématique de la latinité lexicale de Les Contemplations.

Travaux proposés aux élèves
1) Où se concentrent les titres latins du recueil ? Cherchez-en le sens : à quelles réalités renvoient-ils ? Mettez cette concentration et ce thème en relation avec le titre du livre concerné.
Sept des seize titres latins se trouvent dans le livre VI, « Au bord de l'infini » ; ils gravitent autour du thème de la mort et participent de l’ambition métaphysique des Contemplations.
2) Qu’observez-vous quant à la forme de ces titres, comme de la plupart des autres titres latins du recueil ? Qu’en concluez-vous quant à la valeur que Hugo prête à la langue latine ? En quoi le poème VI, 25, « Nomen, numen, lumen », en est-il emblématique ?
Il s’agit d’un verbe et de noms employés absolument. Ces « titres-notions » supposent que le latin atteint à une plénitude du sens, à son absoluité et, finalement, à l’essence des choses, comme le proclame la reprise ici du jeu de mot traditionnel nomen, numen, lumen.
3) Certains de ces substantifs vous paraissent-ils intraduisibles ?
Il s’agit de souligner l’irréductibilité de la langue à la traduction. On insistera sur le mot horror.
4) Plusieurs des titres latins sont des citations de Virgile, par ailleurs nommé quatorze fois dans le recueil et dont la descente aux Enfers (Enéide, VI) a largement inspiré « Ce que dit la bouche d’ombre », le dernier poème d’ » Au bord de l’infini ». Repérez et relevez ces titres et tirez-en une conclusion quant au rôle de ce poète dans Les Contemplations.
Outre I, 12, « Vere novo » (Géorgiques, I, 43), IV, « Pauca meae » (Bucoliques, X, 2), V, 17, « Mugitusque boum » (Géorgiques, II, 470) et V, 2, « Ibo » (Bucoliques, X, 50), on comparera l’apothéose du pâtre dans III, 30, « Magnitudo parvi » à celle de Daphnis dans la cinquième Églogue. À travers ces citations, forcément latines, Hugo fait de Virgile et de sa poésie son guide (songeons à Dante) dans la catabase que sont aussi Les Contemplations. La création poétique apparaît ainsi comme la prolongation et l’approfondissement des grandes œuvres précédentes, indissociables de la langue dans laquelle elles ont été composées.

Transposition

10Le travail sur le rapport de transposition se fait à partir de la fable de Phèdre et de ses différentes versions, par Esope, Avanius et La Fontaine). Le texte de Phèdre est le texte de référence, car cet auteur est le principal inspirateur de La Fontaine. Plusieurs approches sont possibles : thématique, structurelle, lexicale, voire sociologique.

11En ce qui concerne le récit, il est intéressant de proposer une comparaison des personnages : en effet chez Avanius le loup est remplacé par un lion, ce que La Fontaine ne fait pas. On peut aussi observer les modifications concernant le collier : chez Esope le chien est déjà attaché alors que chez Phèdre, suivi par La Fontaine, il n’en a que la trace sur le cou. Cette trace montre que le collier a imprégné sa chair, que l’esclavage est intériorisé ; de plus chez La Fontaine le loup découvre progressivement la marque ; le fabuliste procède par une série d’étapes qui soulignent la dimension symbolique du collier ; il faut penser à faire interpréter les choix des auteurs.

12Les paroles peuvent être l’objet d’une analyse : chez La Fontaine le loup ne se lamente pas : l’accent est mis sur sa fierté et sur son caractère sauvage ; il reste taciturne, ce qu’on peut mettre en relation avec les attributs des animaux (l’origine du mot « fier » est en effet fera, la bête sauvage).

13Une autre observation concerne surtout les latinistes : elle a trait au rythme de la versification et permet d’apprécier la plus grande habileté de La Fontaine dans la conduite de la chute du récit : celui-ci s’effiloche, se dissout. La Fontaine est plus efficace alors que Phèdre est plus bavard, et Avianus freiné par le carcan du distique élégiaque. La variété des vers employés par La Fontaine permet de renforcer la chute.

14Il faut également faire remarquer que chaque texte évoque sa propre société, sa propre civilisation : La Fontaine ne reprend pas les termes otiosum et sine labore de Phèdre. L’auteur latin évoque un esclavage qui n’existe plus au xviie siècle ; La Fontaine met en scène deux hommes libres, le collier étant alors la représentation de la courtisanerie. À chaque époque sa forme de servitude ! Suit une proposition de travail au collège, qui consiste à comparer Le Roman de Renart avec les fables d’Esope et de La Fontaine, ainsi qu’un passage de La farce de Maître Pathelin. L’épisode du corbeau permet une comparaison intéressante. De plus, le Roman de Renan peut être lu en ancien français ; en effet les textes s’éclairent, d’où l’intérêt de les donner en langue originale. La comparaison de Aulularia de Plaute et de L’Avare de Molière permet aussi de repérer une intertextualité intéressante, en particulier dans le monologue d’Harpagon. On peut partir de L’Avare pour aller vers Plaute, et éventuellement La Bruyère ; ce rapprochement fait sens pour les élèves, qui deviennent davantage acteurs du repérage.

15Ces comparaisons peuvent mener à un questionnement sur le processus de création, par exemple en atelier d’écriture : transposer, écrire à la manière de… permet de lever le blocage, la résistance des élèves vis-à-vis du tabou de la réécriture (« copier, c’est tricher », « plagier, c’est pas bien »). Les pastiches constituent une étape de formation des auteurs : voir le cas de Proust. Et la notion de copie est très vite dépassée si on donne aux élèves des exercices de réécriture avec contraintes.

Textes étudiés

Phèdre, III, 7
Quam dulcis sit libertas breuiter proloquar.
Cani perpasto macie confectus lupus
forte occucurrit. Dein, salutati inuicem
ut restiterunt : « Vnde sic, quaeso, nites ?
aut quo cibo fecisti tantum corporis ? 5
Ego, qui sum longe fortior, pereo fame. »
Canis simpliciter : « Eadem est condicio tibi,
praestare domino si par officium potes. »
« Quod ? » inquit ille. « Custos ut sis liminis ;
a furibus tuearis et noctu domum. » 10
« Ego uero sum paratus ; nunc patior niues
imbresque in siluis asperam uitam trahens ;
quanto est facilius mihi sub tecto uiuere,
et otiosum largo satiari cibo ? »
« Veni ergo mecum. » Dum procedunt, aspicit 15
lupus a catena collum detritum cani.
« Vnde hoc, amice ? » « Nil est. » « Die, sodes, tamen. »
« Quia uideor acer, alligant me interdiu,
luce ut quiescam, et uigilem nox cum uenerit : ;
crepusculo solutus qua uisum est uagor. 20
Adfertur ultro panis ; de mensa sua
dat ossa dominus ; frusta iactat familia,
et, quod fastidit quisque pulmentarium.
Sic sine labore uenter impletur meus. »
« Age, abire si quo est animus, est licentia »
« Non plane est » inquit. « Fruere quae laudas, canis ;
regnare nolo, liber ut non sim mihi. »

Jean de La Fontaine, Fables, I, 5, « Le loup et le chien »
Un Loup n’avait que les os et la peau,
Tant les chiens faisaient bonne garde.
Ce Loup rencontre un Dogue aussi puissant que beau,
Gras, poli, qui s’était fourvoyé par mégarde.
L’attaquer, le mettre en quartiers, 5
Sire Loup l’eût fait volontiers ;
Mais il fallait livrer bataille,
Et le Mâtin était de taille
A se défendre hardiment.
Le Loup donc l’aborde humblement, 10
Entre en propos, et lui fait compliment
Sur son embonpoint, qu’il admire.
« Il ne tiendra qu’à vous beau Sire,
D’être aussi gras que moi, lui repartit le Chien.
Quittez les bois, vous ferez bien : 15
Vos pareils y sont misérables,
Cancres, hères, et pauvres diables,
Dont la condition est de mourir de faim.
Car quoi ? rien d’assuré : point de franche lippée :
Tout à la pointe de l’épée. 20
Suivez-moi : vous aurez un bien meilleur destin. »
Le Loup reprit : « Que me faudra-t-il faire ?
– Presque rien, dit le Chien, donner la chasse aux gens
Portants bâtons, et mendiants ;
Flatter ceux du logis, à son Maître complaire : 25
Moyennant quoi votre salaire
Sera force reliefs de toutes les façons :
Os de poulets, os de pigeons,
Sans parler de mainte caresse. »
Le Loup déjà se forge une félicité 30
Qui le fait pleurer de tendresse.
Chemin faisant, il vit le col du Chien pelé.
« Qu’est-ce là ? lui dit-il. – Rien. – Quoi ? rien ? – Peu de chose.
– Mais encor ? – Le collier dont je suis attaché
De ce que vous voyez est peut-être la cause. 35
– Attaché ? dit le Loup : vous ne courez donc pas
Où vous voulez ? – Pas toujours ; mais qu’importe ?
– Il importe si bien, que de tous vos repas
Je ne veux en aucune sorte,
Et ne voudrais pas même à ce prix un trésor. » 40
Cela dit, maître Loup s’enfuit, et court encor.
Ésope, « Le loup et le chien »
Un loup voyant un très gros chien attaché par un collier lui demanda : « Qui t’a attaché et nourri ainsi ? » Le chien répondit : « Un chasseur. »
Ah ! Que le loup qui m’est cher n’ait pas à souffrir cela ! Car mieux vaut la faim que le poinds d’un collier. »
Cette fable montre que, dans les malheurs, avoir le ventre plein n’est rien.

Avianus, 37
Pinguior exhausto canis occurrisse leoni
fertur, et insertis verba dedisse iocis.
« Nonne vides duplici tendantur ut ilia tergo
luxurietque toris nobile pectus, ait ?
Proximus humanis ducor post ocia mensis, 5
communem capiens largius ore cibum. »
« Sed quod crassa malum circumdat guttura ferrum ? »
« Ne custodita fas sit abire domo.
At tu magna diu moribundus lustra pererras,
donec se silvis obvia praeda ferat. 10
Perge igitur nostris tua subdere colla catenis,
dum liceat faciles promeruisse dapes. »
Protinus ille gravem gemuit collectus in iram
atque ferox animi, nobile murmur agit.
« Vade, ait, et meritis nodum cervicibus infer, 15
compensentque tuam vincula dura famem.
At mea cum vacuis libertas redditur antris,
quamvis ieiunus quelibet arva peto.
Has illis epulas potius laudare memento,
qui libertatem post posuere gulae. » 20

Travaux proposés
1) Pourquoi La Fontaine a-t-il conservé le loup au lieu de le remplacer par un lion comme Avianus l’avait fait ?
Il s’agit de préserver le couple antithétique, ou la « fraternité antithétique », d’un même animal sous sa forme sauvage et sous sa forme domestique.
2) Les chiens de Phèdre et de La Fontaine, contrairement à ceux d’Ésope et d’Avianus, n’ont que la marque du collier sur le cou. Sur quoi ce choix permet-il de mettre l’accent ?
L’aliénation du chien est ainsi renforcée, puisqu’il est soumis sans même être effectivement attaché ; l’impression du collier dans sa chair symbolise en outre cette intériorisation de la servitude.
3) Observez le déroulement des deux fables et opposez-le à la manière dont progresse le récit chez Esope et Avianus. Quelles sont les conséquences sur le ton et l’efficacité du récit ?
Le loup aperçoit successivement l’embonpoint et la trace du collier ; alors qu’il les aperçoit simultanément chez les deux autres fabulistes (il les évoque même ensemble chez Ésope). Le ton est ainsi plus didactique chez Avianus, où la fable est largement occupée par le discours du chien, l’allure des fables de Phèdre et de La Fontaine est plus théâtrale (plus fidèle donc à l’étymologie et aux origines de l’apologue ou de la fable). Cependant, le revirement final, chez Phèdre et chez la Fontaine, renforce la leçon et rend l’énoncé de la morale inutile.
4) En quoi les paroles du loup chez La Fontaine diffèrent-elles de celles qu’il prononce chez Phèdre ou chez Avianus ?
Le loup chez La Fontaine, comme le lion chez Avianus, ne se lamente pas : l’accent est mis sur sa fierté (on pourra souligner l'étymologie du mot). La Fontaine l’a en outre voulu beaucoup plus taciturne que le loup « galant » de Phèdre ou que le lion moralisateur d’Avianus ; contrairement à ce dernier, il a mis en cohérence son discours avec son caractère sauvage.
5) Comparez les attributs du loup chez La Fontaine et ceux du lion chez Avianus.
La Fontaine ne reprend pas le vocabulaire de la sauvagerie employé par Avianus : par exemple, le lion d’Avianus retourne dans son antrum, alors que le loup de La Fontaine a une « épée ». C’est une psychologie, transposable à toute espèce et à toute époque, qu’il privilégie.
6) Comparer le rapport vers/phrase chez Phèdre, Avianus et La Fontaine. De qui ce dernier ce rapproche-t-il ?
On montrera comment le vers libre de La Fontaine rend la souplesse du sénaire iambique de Phèdre et comment ces rythmes prosaïques s'adaptent mieux au genre que le distique élégiaque d’Avianus.

Création et émulation

  • 4 Voir ci-après les textes étudiés et le questionnaire proposé.

16Le troisième groupement de textes sur Les Bucoliques et le motif des « satyres dansants4 » sont ensuite abordés. Ce motif a fasciné Hugo, chez qui les références au poète latin et les reprises de motifs sont multiples. Comme Virgile remplace Daphnis, c’est Hugo qui remplace Virgile ; en effet, le poète donne à voir : les satyres ne dansent que parce que le poète les fait danser. Deux thèmes s’associent dans ce motif : d’abord celui du poète célébré par un autre, puis celui du poète voyant, qui perçoit la vie propre à la nature, comme le suggère « Orphée, au bois du Caystre ».

17Hugo inscrit ce motif dans des registres variés : lyrique mais aussi épique (Solitudines coeli), comique (Promontorium somnii, hommage ébouriffant à Molière). Le poète visionnaire explore le même problème, qui sert de support à la création poétique, dans des optiques et des contextes différents.

18L’usage ambigu des satyres révèle aussi deux aspects de la poésie : Apollon et/ ou Dionysos. Daphnis appartient à Bacchus qui est un dieu ambigu en lui-même. Un élargissement sur le motif de la danse est possible : d’autres auteurs ont écrit sur la danse : Chateaubriand dans les Mémoires d’outre-tombe, Nerval, Apollinaire, Valéry. On peut aussi aborder d’autres arts. La danse peut d’ailleurs être associée à la mort. L’histoire d’Orphée étonne les élèves et les choque par ce rapport entre la danse, la mort et la poésie.

19On remarque cependant que Hugo se réfère à Pan et à Cybèle mais très peu à Dionysos, Bacchus : on peut y voir une volonté d’arracher la poésie bucolique à ce dieu, de l’amener vers la lumière. Hugo a même réécrit des extraits d’Horace en supprimant Bacchus.

Textes étudiés

a) Bucoliques, V, 56-66 et 72-75

20Après l’apothéose de Daphnis, le pâtre poète, voué à Bacchus qui inventa le genre bucolique, la nature entre en allégresse et les bergers d’Arcadie lui rendent hommage.

Candidus insuetum miratur limen Olympi,
sub pedibusque videt nubes et sidera Daphnis.
ergo alacris silvas et cetera rura voluptas
Panaque pastoresque tenet, Dryadasque puellas ;
nec lupus insidias pecori, nec retia cervis
ulla dolum meditantur : amat bonus otia Daphnis.
ipsi laetitia voces ad sidera iactant
intonsi montes ; ipsae iam carmina rupes,
ipsa sonant arbusta : « Deus, deus ille, Menalca. »
Sis bonus O felixque tuis ! En quattuor aras :
ecce duas tibi, Daphni, duas altaria Phoebo.
[…]
cantabunt mihi Damoetas et Lyctius Aegon ;
saltantis satyros imitabitur Alphesiboeus.
Haec tibi semper erunt, et cum solemnia vota
reddemus Nymphis, et cum lustrabimus agros.

b) Les Voix intérieures, VII, « À Virgile »

21Ce poème semble avoir été composé l’année même de la parution du recueil, en 1837.

O Virgile ! ô poète ! ô mon maître divin !
Viens, quittons cette ville au cri sinistre et vain
[…].
Pour toi qui dans les bois fais, comme l’eau des cieux,
Tomber de feuille en feuille un vers mystérieux,
Pour toi dont la pensée emplit ma rêverie,
J’ai trouvé dans une ombre où rit l’herbe fleurie,
Entre Buc et Meudon, dans un profond oubli,
– Et quand je dis Meudon, suppose Tivoli ! —
J’ai trouvé, mon poète, une chaste vallée
A des coteaux charmants nonchalamment mêlée,
[…].
Pour toi je l’ai cherchée, accompagné de celle
Qui sait tous les secrets que mon âme recèle,
Et qui, seule avec moi sous les bois chevelus,
Serait ma Lycoris si j’étais ton Gallus.
Car elle a dans le cœur cette fleur large et pure,
L’amour mystérieux de l’antique nature !
Elle aime comme nous, maître, ces douces voix,
Ce bruit de nids joyeux qui sort des sombres bois,
[…].
Maître ! puisque voici la saison des pervenches,
Si tu veux, chaque nuit, en écartant les branches,
Sans éveiller d’échos à nos pas hasardeux,
Nous irons tous les trois, c’est-à-dire tous deux,
Dans ce vallon sauvage, et de la solitude,
Rêveurs, nous surprendrons la secrète attitude.
Dans la brune clairière où l’arbre au tronc noueux
Prend le soir un profil humain et monstrueux,
Nous laisserons fumer, à côté d’un cytise,
Quelque feu qui s’éteint sans pâtre qui l’attise,
Et, l’oreille tendue à leurs vagues chansons,
Dans l’ombre, au clair de lune, à travers les buissons,
Avides, nous pourrons voir à la dérobée
Les satyres dansants qu’imite Alphésibée.

c) Solitudines cœli

22Dans cette partie, écrite en 1855, de ce qu’on a appelé Dieu, Hugo présente une série de créatures, qui représentent chacune un système du monde : le Vautour figure le paganisme, conçu comme une orgie insensée et universelle.

Une grâce lugubre est mêlée à l'effroi.
Partout quelque chaos, dont quelque monstre est roi,
Obéit, dans l’écume ou la flamme ou l’épine,
Aux yeux d’une Amphitrite ou d’une Proserpine
Ou de quelque Cybèle au front blond et serein.
Partout se croisent l’eau, le feu, l’autan sans frein,
Les satyres dansants, les nymphes chasseresses,
Et, dans le sombre azur, des essors de déesses.

d) Les Chansons des rues et des bois, I, I, 2, « Orphée, au bois du Caystre »

23Le poème fut écrit en juin 1859, le recueil publié en octobre 1865. Hugo y célèbre la lignée des poètes amants et voyants de la nature, depuis Orphée jusqu’à André Chénier, consacrant à chacun un quatrain et leur prêtant chaque fois un attribut virgilien. Voici le dernier quatrain.

24[…]
Ô feuillage, tu m’attires ;
Un dieu t’habite ; et je crois
Que la danse des satyres
Tourne encore au fond des bois.

e) Promontorium somnii

25Ce texte, publié posthume, fut écrit en même temps que William Shakespeare, publié en avril 1864. Hugo y célèbre la puissance extravagante (au sens étymologique) de l’inspiration. Le passage suivant est consacré à Molière.

Brusquement, tout à coup, Molière est ivre. Il est ivre de la grande ivresse sombre qui pousse la tragédie à l’abattoir et la comédie au tréteau. Abattoir sublime ; tréteau splendide, Molière, subitement éperdu, chancelle du trop plein de la coupe divine, et, comme Horace, il dit : Ohé ! Dicit Horatius : Ohé ! Ce sage devient fou ; et voilà le fantasque qui arrive, et le grotesque, et le bouffon, et la parodie, et la caricature, et l’excentrique, et l’excessif […] la farce fait éclater la comédie, la bouche du mascaron Thalie s’ouvre jusqu’aux oreilles et vomit les satyres dansants, les sauvages dansants, les cydopes dansants, les procureurs dansants, les importuns dansants, les Espagnols chantants, les Turcs bâtonnants, les lutins faisant des sauts périlleux, le muphti et les dervis, les matamores parlant patois, et l’ours, et Moron sur l’arbre, et Scapin avec son sac, et Jupiter dans son nuage, et Mercure dans Sosie, et Sbrigani, et Pourceaugnac, et Diafoirus, et Desfonandrès ; le bourgeois gentilhomme et le malade imaginaire donnent la réplique aux révérences ironiques, Argan se coiffe d’un pot de chambre idéal, le latin sorbonesque fait rage, le mamamouchi baragouine, les tiares de chandelles s’allument, les seringues tourbillonnent, l’apothéose des apothicaires flamboie ; et toute cette folie, ô Molière, ajoute à ta sagesse.

Travaux proposés
Quelle réalité le motif des « satyres dansants » cristallise-t-il dans les extraits a, b et d ?
Il s’agit de la vie mystérieuse et sensuelle de la nature.

Dans ces mêmes extraits, quelle relation illustre-t-il entre le poète et la nature ?
Le poète (notez qu’Alphésibée, comme tous les bergers d’Arcadie, est poète) voit, révèle, suscite même cette danse ; dans chacun de ces textes elle est associée à un hommage au poète (à Daphnis chez Virgile, à Virgile et à la lignée orphique chez Hugo). On évoquera le mythe d’Orphée.
De quels registres relève chacun de ces textes ? Quelle variation les extraits c et e apportent-ils au motif ?

Alors que les extraits précédents, comme les vers de Virgile, sont lyriques, la vision du Vautour relève d’un style épique-monstrueux et l’extrait de Promontorium somnii est comique. C’est toujours la vie du corps que révèle le poète (on rapprochera l’hommage à Molière des hommages à Daphnis et à Virgile), mais effrayante parce que mécanisée, livrée à elle-même : le motif cristallise cette fois l’horreur de la matière sans l’esprit. Hugo explore différents aspects du réel et du rapport de la poésie au réel à travers un « paradigme virgilien », véritable instrument d’exploration poétique.

Écriture et traduction

26Le quatrième groupement de texte observé concerne un extrait d’Agamemnon et quatre traductions, de Leconte de Lisle, Claudel, Mazon. Sont repérés des choix particuliers, des lignes directrices :

27La traduction de Claudel est l’exemple d’une restitution remarquable, plus agréable à lire, qui colle au mouvement de la langue grecque, sans chercher la syntaxe française : Claudel ne traduit pas, il rend compte de sa lecture. Il a choisi de respecter le texte par une vision d’ensemble et la restitution de la structure. Il privilégie le lexique par rapport à la syntaxe, le vers par rapport à la phrase, et ne recule pas devant la versification. Il garde la puissance des mots, la sobriété puissante et la saveur du lexique, la force de la simplicité de la langue grecque. De plus, chez Claudel, le vers est un tout, une limite qui cadre le mot, contrairement au flux continu de la prose ; une certaine littérarité est alors génératrice de poésie. Au contraire, Leconte de Lisle, bien que poète, fuit la versification.

28Il faut donc prendre le temps de regarder les textes ; l’objectif est-il de pratiquer un exercice scolaire ou de s’approprier le texte ?

29Or la traduction de Mason est plus proche d’un travail scolaire, et reflète la formation des enseignants d’autrefois, avec la composition en langue ancienne (contrairement à l’apprentissage de Hugo, plutôt clandestin). On évoque cependant le cas d’une dame de 85 ans qui avait appris par cœur de très nombreux textes, dont les rythmes lui revenaient quand elle prenait la parole.

  • 5 Le groupement de textes sur L’Enfer de Dante, proposé par Mmes, MM les IPR ne peut être abordé mai (...)

30Cette anecdote permet d’insister sur la nécessité d’apprendre par cœur : la mémorisation peut être matrice d’écriture et permet l’appropriation, ce qui est souvent perdu de vue5.

Textes étudiés

31Eschyle, Agamemnon, vers 1 à 21

32Traduction de Leconte de Lisle (1872) :

33LE VEILLEUR

Je prie les Dieux de m’affranchir de ces fatigues, de cette veille sans fin que je prolonge toute l’année, comme un chien, au plus haut faîte du toit des Atréides, regardant l’assemblée des Astres nocturnes qui apportent aux vivants l’hiver et l’été, Dynastes éclatants qui rayonnent dans l’Aithèr, et qui se lèvent et se couchent devant moi. Et, maintenant, j’épie le signal de la torche, la splendeur du feu qui doit annoncer, de Troia, que la ville est prise. En effet, voilà ce que le cœur de la femme impérieuse commande et désire. Ici et là, pendant la nuit, sur mon lit mouillé par la rosée et que ne hantent point les songes, l’inquiétude me tient éveillé, et je tremble que le sommeil ferme mes paupières. Parfois, je me mets à chanter ou à fredonner, cherchant ainsi un moyen de ne point dormir, et je gémis sur les malheurs de cette maison si déchue de son antique prospérité. Qu’elle arrive enfin l’heureuse délivrance de mes fatigues ! Que le feu apporte la bonne nouvelle, en rayonnant à travers les ténèbres de la nuit !

Traduction de Paul Claudel (Gallimard, 1961) :

LE VEILLEUR
Je prie les dieux qu’ils mettent fin à ces fatigues,
La longueur de la veille d’un an que je prolonge
Au plus haut du toit des Atrides, sur les coudes comme un chien,
Apprenant des astres nocturnes à connaître l’assemblée,
Et ceux-là qui apportent l’hiver et l’été aux vivants, les seigneurs
De lumière, qui nous sont préposés par l’étendue,
Les astres quand ils s’éteignent et leurs levers.
Et maintenant j’épie le signal de la lumière,
Le rayon de feu apportant de Troie la nouvelle
Et le mot qu’elle est prise ; car ainsi le commande,
Avec un esprit d’homme, le cœur de la femme qui espère.
Ainsi j’endure la nuit et la rosée, et j’ai
Une couche qui n’est point visitée par les songes,
Moi, car la crainte me tient lieu de sommeil,
De peur que je ferme les yeux, si je dors, pour de bon ;
Et quand je veux chanter ou siffler entre mes lèvres,
Me cueillant contre le sommeil ce charme,
Les larmes viennent et je gémis sur l’état de la maison,
Qui n’est pas celui d’autrefois et la main du maître n’y est plus.
Mais maintenant, par fortune, vienne la fin de ces fatigues,
La bonne nouvelle que montre dans le noir un feu !

Traduction de Paul Mazon (Les Belles Lettres, 1961) :

LE VEILLEUR. – J’implore des dieux la fin de mes peines, depuis de si longues années qu’à veiller sur ce lit, au palais des Atrides, sans répit, comme un chien, j’ai appris à connaître l’assemblée des étoiles nocturnes, et ces astres surtout qui apportent aux hommes et l’hiver et l’été, princes lumineux des feux de l’Éther, dont je sais et les levers et les déclins. Et me voici encore épiant le signal du flambeau,la lueur enflammée qui, de Troie, nous portera la nouvelle, le mot victorieux : ainsi commande un cœur impatient de femme aux mâles desseins. Mais, lorsque je suis là, sur cette couche pénétrée de rosée, qui me retient la nuit loin de mon toit, qui ne connaît point, elle, la visite des songes – car, au lieu du sommeil, c’est la peur qui seule s’en approche et me défend de joindre mes paupières pour un sommeil paisible – quand je veux donc chanter ou fredonner, me faire avec des refrains un remède contre la torpeur, alors j’éclate en sanglots, déplorant le sort de cette maison, où ne règne plus le bel ordre d’antan. Ah ! puisse donc luire aujourd’hui l’heureuse fin de mes peines et le feu messager de joie illuminer les ténèbres !

34L’objectif du second atelier était de sensibiliser les enseignants à la nécessaire prise de conscience des élèves aux enjeux culturels et littéraires de la créativité intertextuelle dans l’écriture.

Note

1 Cet atelier était sous la responsabilité de Michel Gramain et animé par Romain Vignest et Véronique Marché, rédactrice de ce compte-rendu.
Michel Gramain, inspecteur d’Académie, inspecteur pédagogique régional, a consacré sa thèse de doctorat à la réception de l’œuvre de Jean Giono de 1934 à 1944 (Presses du Septentrion, 3 volumes, 2003). Il a publié en 2006 une édition diplomatique et critique du manuscrit de Colline (éd. Honoré Champion) et collabore régulièrement aux colloques et publications sur l’œuvre de Giono. Les traductions de cette œuvre (romans et essais) en allemand et leur réception en Allemagne font partie de son champ de recherche.
Véronique Marché, enseignante au lycée Joubert depuis 1999, membre des Lyriades et des Amis du Petit Lyré, ainsi que de l’ARRA d’Ancenis (Association de recherches historiques dans la région d’Ancenis), s’intéresse particulièrement à la littérature et au patrimoine culturel de la région, des deux côtés de la Loire. Dans son métier, elle cherche à donner aux jeunes le goût de la langue française et les amène à participer aux manifestations culturelles proposées dans la région (dernièrement au festival de théâtre européen Quartet d’Ancenis). À titre personnel, elle a découvert avec enthousiasme Les Lyriades, auxquelles elle participe depuis six ans.
Romain Vignest, agrégé de lettres classiques, docteur de l’université Paris IV-Sorbonne, a d’abord travaillé avec le professeur Michel Crouzet, puis avec le professeur Bertrand Marchai sur la réécriture des poètes latins chez Victor Hugo, spécialement dans la poésie de l’exil ; il a, sur ce sujet, procuré une dizaine d’articles et de communications et rédigé un ouvrage à paraître prochainement. S’intéressant également aux littératures francophones, il a dirigé un numéro spécial du Bulletin de l’Association des Professeurs de Lettres (BAPL n° 110, juin 2004) sur la littérature francophone d’Afrique noire et préfacé un ouvrage critique consacré à la romancière libanaise Ezza Agha Malak (Ezza Agha Malak. À la croisée des regards, L’Harmattan, 2010). Ses deux centres d’intérêts se sont trouvés réunis dans le colloque qu’il a dirigé à Marseille en 2009 (La Méditerranée et la langue française, SCERÉN-CNDP, 2010). Professeur en lycée à Dreux depuis 2001, président de l’Association des Professeurs de Lettres depuis 2006, auteur de plusieurs articles pédagogiques (« Etude de la tragédie classique en classe de seconde », BAPL n° 124 ; « Berlioz, Symphonie fantastique », BAPL n° 107…), il a également contribué à la réflexion sur l’enseignement des lettres à travers la direction de plusieurs journées d’étude, notamment « L’intégration par les lettres » en 2008 (BAPL n° 126) et « Enseigner les humanités : enjeux, programmes et méthodes de la fin du xviiie siècle à nos jours » en 2010 (actes à paraître chez Kimé en 2011).

2 Puis est annoncée la présentation de documents ayant pour « fil rouge » « La Porte des Enfers », de Dante, ce qui n’aura pas lieu faute de temps.
Ce chapitre est à compléter dans son ensemble par les éléments bibliographiques suivants : « Construire les compétences lexicales », dossier coordonné par David Jacques, Paveau Marie-Anne et Petit Gérard, Le Français aujourd’hui, n° 131, 2000.
Ballard, Michel, « Histoire et didactique de la traduction », Traduction, terminologie, rédaction, vol.8, n° 1, 1995, p. 249-256, site [www.erudit.org.]
Berman Antoine, La traduction et la lettre ou l’auberge du lointain, Paris, Le Seuil, 1999 (1re éd. 1985).
Berman, Antoine, L'Epreuve de l’étranger, Culture et traduction de l’Allemagne romantique, Gallimard, Tel, 312 p., 1984.
Bortolussi, Bernard, Keller Madeleine, Minon Sophie, Sznajder Lilyane, Traduire, transposer, transmettre dans l’Antiquité gréco-romaine, Textes, Histoire et monuments de l’Antiquité au Moyen Âge, Picard, 2009.
Breda Martine (dir.), La Traduction-Poésie, A Antoine Berman, Presses Universitaires de Strasbourg, 208 p., 1999.
Canavagio Jean, « L’humanisme de Cervantès », conférence pour l’ALLE (Association le Latin des les Littératures Européennes), 2009.
Cesbron Georges et Richer Laurence (dir.), La Réception du Latin du xixe siècle à nos jours, Actes du colloque d’Angers des 23 et 24 septembre 1994, textes réunis par Georges Cesbron et Laurence Richer, Presses de l’Université d’Angers, 1996.
Chevrel Yves, « La lecture des œuvres littéraires en traduction : quelques propositions », L’Information littéraire, janvier-mars 2006.
Eco Umberto, Dire presque la même chose. Expériences de traduction, Paris, Grasset, 2006, Biblio Essais, Livre de Poche, 2010.
Enseigner les œuvres littéraires en traduction, tome 1 (séminaire novembre 2006) et tome 2 (parcours et méthodes), coll. « Les Actes de la DGESCO, CRDP de Versailles », 2007 et 2008.
Genaille Nicole, « D’Horace à Ronsard : la Fontaine de Bandusie et la Fontaine Bellerie », Bulletin de l’Association des Professeurs de Lettres n° 118, juin 2006, [http ://aplettres.org/Bandusie-Bellerie.pdf],
Genaille Nicole, « Le combat des Horaces : de l’Histoire au Théâtre », Bulletin de l’Association des Professeurs de Lettres n° 120, décembre 2006.
Hassan Delphine, Les Fables. Des influences gréco-latines à Jean de La Fontaine, Les Éditions du Panthéon, 2008.
Hersant Yves, « Le rôle du latin dans la Renaissance italienne », conférence pour l’ALLE, 2008 : [http ://sitealle.com/index.php?option=com_content&view=article&id=37:compte-rendu-de-la conference-de-jean-canavaggio&catid=3:conferences&Itemid=16] ;
[http://sitealle.com/index.php?option=com_content&view=article&id=28:compte-rendu-de-la- conference-dyves-hersant-decembre-2008&catid=3:conferences&Itemid=16] ;
[http://sitealle.com/index.php%c3%afoption=com_content&view=article&id=40:compte-rendu-de-la-conference-de-romain-vignest&catid=3:conferences&Itemid=16].
Ladmiral Jean-René, Traduire : Théorèmes pour la traduction, Biblio Essais, Livre de poche, 276 p., 1979.
Launay, Marc de, Qu’est-ce que traduire ?, Vrin, 2006.
Meschonnic Henri, Poétique du traduire, Verdier, 468 p., 2007.
Michel Alain et Michel Arlette, « Juvénal dans les Châtiments », dans les Actes du Colloque des 17 et 18 janvier 1976 sur Châtiments, Clermont-Ferrand, Société des études romantiques, 1977.
Michel Alain, La Parole et la beauté, Albin Michel, coll. « Bibliothèque de l’évolution de l’humanité », 1994.
Mounin Georges, Les Problèmes théoriques de la traduction, Gallimard, coll. « Tel », 296 p., 1976.
Nadjo Léon, « Mathurin Régnier à l’école des satiriques latins », dans Du latin au français d’Afrique noire, L’Harmattan, coll. « Kubada », 2010.
Niorthe Aurélie, « La Fontaine, le voyage et la retraite aux champs », Bulletin de l’Association des Professeurs de Lettres n° 118, juin 2006, [http ://aplettres.org/La%20Fontaine.pdf].
Oustinoff Michael, La Traduction, Presses Universitaires de France, coll. « Que sais-je ? », 128 p., 2007.
Picoche Jacqueline, Didactique du vocabulaire français, Nathan, 1993.
Pruvost Jean, « Lexique et vocabulaires : une dynamique d’apprentissage », Études de linguistique appliquée, n° 116, 1999.
Piégay-Gros Nathalie, Introduction à l’intertextualité, Dunod, 1996.
Ricœur, Paul, Sur la traduction, Bayard, 120 p., 2004.
Riffaterre Michaël, « La trace de l’intertexte », La Pensée, n° 215, octobre 1980.
Steiner George, Après Babel, Une Poétique du dire et de la traduction, Albin Michel, 470 p., 1998 [1978],
Syme Stephen, « Traduire pour comprendre ou comprendre pour traduire », Le français dans le monde, mars-avril 2001, n° 314.
Vignest Romain, « (Ruit) océano nox : deux hantises méditerranéennes chez Virgile et Hugo », dans La Langue française et la Méditerranée, Scérén-CNDP, 2010.
Vignest Romain, « L’intertextualité latine dans la Première série de La Légende des siècles », Studi francesi n° 140, mai-août 2003.
Vignest Romain, « Victor Hugo et Juvénal », Bulletin de l’association Guillaume Budé n° 99-4, octobre 1999.
Vignest Romain, « Victor Hugo, latiniste et poète », conférence pour l’ALLE, 2009.
Vrinat Marie, « Savoir lire pour pouvoir traduire », Communications et langages, 1997, n° 112, p. 111-119.

3 Voir ci-après le questionnaire de l’enseignant et, pour la table des matières, se reporter à une édition des Contemplations.

4 Voir ci-après les textes étudiés et le questionnaire proposé.

5 Le groupement de textes sur L’Enfer de Dante, proposé par Mmes, MM les IPR ne peut être abordé mais quelques pistes sont suggérées : le rapport entre l’Antiquité et l’écriture contemporaine, via Virgile, Homère, Dante, le mélange de réalisme et de merveilleux chez Gaudé…

Indice delle illustrazioni

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/33075/img-1.jpg
File image/jpeg, 276k

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Questa pubblicazione digitale è stata realizzata tramite il riconoscimento ottico dei caratteri automatico (OCR).
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search