Version classiqueVersion mobile

Le français et les langues d'Europe

 | 
Françoise Argod-Dutard

2e partie. Le français et les langues d'Europe dans leurs applications pédagogiques

Introduction

Bernard Combeaud

Texte intégral

1Dans le cadre de ces cinquièmes Rencontres de Liré, consacrées aux rapports multiples et complexes que le français entretient avec les langues d’Europe, tant anciennes que modernes, les ateliers du PNP, Recours aux œuvres traduites et contacts interlangues en classe de français : lexique, écriture, lecture ont montré comment les comparaisons entre le français et les langues d’Europe peuvent conduire à une pratique raisonnée et stimulante de l’étymologie et des textes traduits en classe.

2Sur le plan pédagogique, une première question s’est imposée : comment passer d’une étude éclatée du lexique à une approche méthodique, fondée sur l’étymologie et la comparaison interlangues ? Le lexique est, en effet, souvent enseigné de façon éclatée, à la faveur des rencontres de mots dans les textes expliqués en classe, ou parfois de façon systématique mais aléatoire par « listes ». Comment donc dépasser ces approches ? C’est la question que s’est posée le premier atelier, dirigé et animé par Mary Aguer-Sanchiz, Jean-Luc Jaunet et Daniel Nigoul.

3Le deuxième atelier, consacré à la créativité intertextuelle de langue à langue par la citation, la traduction, la transposition, l’imitation et l’émulation, s’est attaché, avec Michel Gramain, Véronique Marché et Romain Vignest, à éprouver l’altérité et le prestige de la langue-source à travers l’inscription de citations dans le texte, à mesurer ce qu’a de créateur le passage d’une langue à l’autre, à identifier, utiliser (dans la lecture analytique) et pratiquer le fragment intertextuel comme support productif.

4Mais comment appréhender la littérarité des œuvres traduites ? C’est une approche de la lecture analytique comparative qui a été proposée par le troisième atelier, dirigé et animé par Isabelle Legras, Odile Luginbühl et Catherine Nabat, à partir du sonnet « Mientras por competir » de Góngora et de ses quatre traductions de P. Jaccottet, E Magne, E Turner et M. Host.

5Si l’enseignement du français pose aux professeurs de lettres un certain nombre de problèmes pédagogiques, celui du français dans les disciplines scientifiques en offre d’autres, liés plus particulièrement aux compétences langagières que l’enfant doit mettre en œuvre pour construire, lire et communiquer le discours scientifique : c’est Claude Gapaillard, professeur-formateur dans l’académie de Caen, qui nous a invités à y réfléchir.

6Mais au-delà de ces préoccupations didactiques disciplinaires, il est un problème, crucial pour l’avenir de nos langues en Europe, celui du choix entre une langue fonctionnelle de service et une langue de culture, comme Heinz Wismann nous l’a montré, avant que tous ne s’intéressent à un nouveau concept et à une nouvelle pédagogie : l’intercompréhension des langues, sous la direction de Guy Fontaine, Maria Godinez, Christian Ghillebaert, Pierre Janin, Mary Aguer- Sanchiz, Françoise Tauzer-Sabatelli et Henriette Walter.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search