Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le français et les langues d'Europe

 | 
Françoise Argod-Dutard

1re partie. La diversité linguistique en Europe et son évolution

Conclusion

Bernard Combeaud, Jacques Delmoly, Christian Ghillebaert, Michel Rabaud et Henriette Walter

Texte intégral

La vitalité des langues

1[H. Walter] Les enquêtes qui sont faites constamment sur les langues européennes sont de bons indicateurs de leur vitalité. Mais elles ne vont pas sans difficultés, parce que, très souvent, lorsque l’on parle d’une langue minoritaire, d’une langue régionale, on n’ose pas dire qu’on parle cette langue. On pense qu’on parle mal et donc on n’ose même pas se manifester de cette façon-là. Et pourtant, il y a quelques années, nous avons eu une centaine de personnes qui sont venues à une journée que nous avions organisée à Vivoin, près du Mans, intitulée Quand ceux qui cherchent rencontrent ceux qui savent. Nous arrivions de la Sorbonne et nous étions ceux qui cherchent et eux, ceux qui savent. André Martinet a fait un exposé sur l’évolution du latin vers cette variété de langue romane qu’est le manceau, assez proche des variétés parlées dans l’Ile-de-France, donc du français. J’ai pris soin de bien faire la différence entre patois et français régional : le patois c’est la langue romane telle qu’elle a évolué dans cette région-là, et le français, c’est une langue qui a été surimposée plus tard parce qu’elle est devenue la langue de l’État. Une de nos collègues qui savait très bien parler le manceau, a ensuite commencé à raconter une petite histoire dans ce parler. Et c’est ce qui a déclenché les réactions dans la salle : tout le monde a voulu faire part de sa manière de parler. Et même un petit garçon d’une douzaine d’années a regretté de n’avoir pu dire ce qu’il savait sur le manceau. Voilà donc une anecdote probante mais les chiffres sont toujours faux en raison de la réticence des gens. C’est donc compliqué, mais ce n’est pas pour cela qu’il ne faut pas continuer de dire combien de personnes parlent encore le languedocien ou le provençal.

2[M. Rabaud] Dans l’enquête du recensement de 1999, il avait été imaginé un questionnaire assez ingénieux demandant à trois cent mille personnes, ce qui était quand même un échantillon assez large, si elles avaient parlé une autre langue que le français dans leur enfance, si elles avaient entendu leurs parents ou leurs grands parents en parler une autre. Cette enquête, très ingénieuse, a permis de démontrer que la transmission familiale des langues traditionnelles était en perdition. C’est une des raisons pour laquelle la délégation générale de la langue française s’appelle désormais la délégation générale à la langue française ET aux langues de France, parce que l’on est dans une situation de relatif péril pour un certain nombre de langues régionales. Cette remarque vaut d’ailleurs pour les langues de l’émigration, contrairement à ce que certains peuvent croire également.

L’évolution du grec

3[B. Combeaud] Le grec a connu une évolution différente de celle du latin pour des raisons historiques. Dans l’empire romain d’Orient, il n’y a pas eu d’invasions barbares et l’unité de l’église d’Orient s’est maintenue, et à travers l’unité de l’église, l’unité de la langue religieuse, ce qui fait que le grec a fait front et a résisté à l’apport turc de manière collective et uniforme. L’histoire du grec est donc complètement différente de l’histoire du latin en Occident. Mais il y a tout de même eu la langue katharévousa qui est une langue purifiée que les popes ont réinventée après 1823, une fois la Grèce libérée, et c’est tout à fait stupéfiant de voir que la langue du droit, par exemple, est pratiquement celle de Démosthène ou de Platon. C’est très différent du démotique, et entre les deux, la langue des journaux applique une langue purifiée, simplifiée. Il y a eu sensiblement le même phénomène qu’en Roumanie qui a connu une re-latinisation ou qu’en Israël qui a institué une re-hébraïsation, à partir, d’ailleurs, d’un substrat un peu mythique. Ce sont des situations bizarres. Le grec a quand même connu une restructuration importante, qui fait que celui que l’on parle en Grèce aujourd’hui, c’est le démotique.

4[M. Rabaud] Il y a deux facteurs aussi qui ont été très importants dans cette évolution : la katharévousa, était parlée par des gens qui revenaient de Byzance, des exilés qui, au moment de la libération de la Grèce, sont arrivés avec une langue qui n’était pas vraiment pratiquée par la population. Le démotique a donc été choisi pour des raisons politiques, d’une part, mais aussi littéraires : les grands écrivains ont écrit, de manière très volontaire, en démotique, ce qui a contribué à assurer non seulement le statut de langue officielle du démotique en grec, mais aussi son statut littéraire.

5[H. Walter] Jusqu’en 1976, c’était la katharévousa qui était la langue officielle. A partir de cette date, c’est devenu le démotique. Les gens qui sont nés après 76 n’ont pas connu cette époque aussi ne reste-il que certains mots de katharévousa, qui font office de doublets ou d’emplois spécifiques selon le contexte.

Le choix des langues

6[C. Ghillebaert] Dans le cadre de l’Éducation nationale, ni le picard ni le flamand ne peuvent être enseignés au même titre que les autres langues régionales. Le flamand l’est actuellement dans quatre écoles au titre d’une expérimentation qui s’achève cette année et ne sera peut-être pas reconduite. Donc ni le flamand ni le picard ne peuvent constituer une option au bac. Si les objectifs européens qui concernent l’apprentissage de deux langues étrangères sont très justes et très bons, il faut apprécier toutefois la manière dont ils sont reçus au niveau national : dans beaucoup d’universités, on demande pour la licence, l’obtention d’une certification, par exemple le CNES 2, un niveau B2, normalement acquis déjà en terminale. Ce CNES 2, concerne n’importe quelle langue étrangère, mais, en l’occurrence, c’est pratiquement l’anglais qui est choisi systématiquement.

7Mais il faut ajouter que les étudiants Erasmus, à Sciences-Po-Lille, par exemple, suivent un cours sur la vie politique française et, à l’issue de leur doctorat, sont invités chaque année à publier des articles ou des ouvrages sans que la langue ne soit spécifiée. En réalité, ils sont poussés à publier en langue anglaise et le français, symboliquement, est réduit à l’état d’un vernaculaire, la vraie langue étant la langue anglaise. Aux Pays-Bas, où l’on a des étudiants et des enseignants néerlandophones, les cours sont en anglais dans la plupart des filières et cursus.

8[J. Delmoly] J’ai connu cette situation notamment en siégeant dans un conseil d’administration des universités : c’est vrai qu’il y a une espèce d’impératif à publier en anglais. Je voudrais ajouter que la rigueur, la pureté que l’on exige pour le français font fuir beaucoup de non francophones. J’ai passé près de trente ans dans une institution internationale où, autour de moi, il y avait de magnifiques polyglottes, qui parlaient cinq ou six langues mais, malheureusement, lorsque l’Internet est arrivé, ils ont préféré s’exprimer en anglais. Pourquoi ? Par peur de la faute d’orthographe ou d’accord : ils me disaient préférer faire les petits courriels en anglais, parce l’anglais international n’a pas du tout le même niveau d’exigence Et c’est malheureux parce qu’on assiste à des colloques où des communications sont présentées dans un anglais très rudimentaire et parfois difficile à comprendre. C’est une matière à réflexion et à témoignage en même temps. Ajoutons, dans un autre ordre d’idée, mais sans quitter notre sujet, que les parents vivent avec cette pensée que tout petit français, tout petit espagnol, tout petit italien doit être bilingue le plus rapidement possible et que l’anglais est la clef de tout.

9[M. Rabaud] Il y a des entreprises qui avaient choisi, dans le cadre de filiales à l’étranger, par exemple, Volvo, Renault-Nissan, Michelin, l’anglais comme langue pivot et qui se sont aperçues qu’il y avait une déperdition de sens considérable entre le français et le japonais. Et pas mal d’entreprises, aujourd’hui, gardent l’anglais comme langue des recommandations techniques, mais la communication entre les ingénieurs est parfois confiée à des traducteurs, comme chez Nissan, par exemple. Les polyglottes, qui ont une magnifique maîtrise de l’anglais, ce qui est souvent demandé dans les entreprises, ne sont pas très bons souvent en ingénierie : l’entreprise se retrouve à propulser dans la communication, dans le marketing, des gens qui ne connaissent pas tellement bien le métier. Et inversement, vous avez dans des entreprises des gens qui maîtrisent parfaitement la technique de leur profession et qui sont maladroits en anglais. Donc, le problème du statut de l’anglais dans les entreprises est en train d’être repensé.

10[B. Combeaud] C’est plus du globish que de l’english dont il est question ici. Un tel anglais est une langue de service, mais ce ne peut pas être la langue de la culture européenne. Ou bien l’Europe, en tant que construction politique future et projetée, renonce à toute identification d’elle-même pour se dissoudre dans une zone de libre-échange, ou bien elle s’identifiera, et elle sera bien obligée de poser la question de ses frontières, de son identité culturelle et de ses identités linguistiques. Aujourd’hui, on chante la biodiversité, chacun comprend presque intuitivement que la diversité linguistique est une richesse culturelle et non pas une richesse en termes de communication. Si on réduit la langue à n’être qu’un instrument de communication, je ne suis pas sûr que nous allions très loin.

Auteurs

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540