Version classiqueVersion mobile

Le français et les langues d'Europe

 | 
Françoise Argod-Dutard

1re partie. La diversité linguistique en Europe et son évolution

Les choix linguistiques et leurs conséquences dans l’Europe de demain et dans l’espace francophone

Jean-Claude Jacq, Julien Kilanga Musinde, Michel Leclerc, Marina Mureşanu Ionescu, Xavier North, Pascale de Schuyter Hualpa et Heinz Wismann

Texte intégral

  • 2 Délégué général à la langue française et aux langues de France, M. Xavier North, après la présenta (...)

1[X. North2] Les choix linguistiques et leurs conséquences dans l’Europe de demain et dans l’espace francophone, qu’ils soient effectués par les pouvoirs publics, les administrations, les entreprises, ont des effets structurants très profonds sur l’ensemble de la société et comportent des incidences politiques, économiques, culturelles, sociales très importantes. Ce sont donc ces enjeux que nous allons tenter de mesurer, ces effets que nous allons essayer d’évaluer grâce aux interventions des personnalités réunies par les organisateurs des Lyriades, auxquels je voudrais d’abord rendre hommage, pour nous parler de ces choix linguistiques. Michel Leclerc parlera de la dynamique des langues en Europe, mais vue d’ailleurs, du Québec, de l’autre côté de l’Atlantique. Puis ce sera le témoignage de trois personnalités qui m’ont paru pouvoir s’exprimer à partir d’une situation linguistique singulière. Pascale de Schuyter Hualpa, qui est en poste à Bruxelles où elle dirige l’Alliance française, se trouve au cœur de deux problématiques, celle des langues, au sein de l’Union européenne et celle d’un pays où le débat linguistique a une certaine acuité. Marina Mureşanu Ionescu, professeur de lettres à l’Université de Iaşi, nous parlera de ces enjeux en Europe centrale et orientale. Ensuite, nous changerons de continent avec Julien Kilanga-Musinde, jusqu’à une date récente, chef de la division langue française et langues partenaires à l’Organisation internationale de la Francophonie, après avoir été recteur de l’université de Loumoumbachi, qui évoquera cette dynamique mais vue d’Afrique. Nous prendrons ensuite le recul d’une vision planétaire avec Jean-Claude Jacq, secrétaire général de l’Alliance française et président de cette fondation. Il apportera un regard panoramique sur ces questions puisque, comme vous le savez, le réseau de l’Alliance française s’étend sur le monde entier. Enfin, Heinz Wismann, directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) de Paris, dont chacun connaît les travaux et, en particulier, la réflexion sur les langues de culture et les langues de service, nous donnera la dimension réflexive du philosophe et du philologue sur ces questions. Mais auparavant peut-être, quelques remarques sur la politique européenne des langues telle que je puis l’apercevoir du haut de mon petit observatoire de la rue des Pyramides à la délégation générale à la langue française et aux langues de France.

L’ambivalence profonde des langues

2[X. North] Cette politique européenne des langues vise, du moins en théorie, parce que, dans la pratique, il en est souvent tout autrement, à substituer à un régime vertical de tête-à-tête entre l’anglais, qui s’est imposé comme langue globale, et chacune des langues nationales parlées en Europe, un autre régime qui serait un régime horizontal de passerelle entre les différentes langues européennes entre elles. Je dirais qu’il vise à passer du deux à quelque chose comme « un plus de deux » parce que, dans le tête-à-tête du français avec l’anglais (mais ce qui vaut pour le français vaut aussi bien pour toutes les autres langues parlées en Europe), le rapport des forces induit par la mondialisation est tel que les langues nationales sont presque toujours perdantes. De fait, dans la situation actuelle, pas simplement dans le champ du savoir mais aussi dans le monde de l’entreprise, il se caractérise par des pertes de la fonctionnalité de la plupart des langues européennes et même de la plupart des langues tout court d’ailleurs, au bénéfice de la plus forte d’entre elles, c’est-à-dire de l’anglais. Ces pertes de fonctionnalité résultent de pertes de domaine, comme disent les linguistes, une langue véhiculaire cessant progressivement d’être en usage dans certaines circonstances de la vie sociale, les échanges commerciaux par exemple, ou les conseils d’administrations des entreprises. Dans le monde de la recherche, les travaux en sciences dures, en tout cas, (c’est moins vrai dans le domaine des sciences sociales et humaines), se font aujourd’hui en anglais et dans l’enseignement supérieur prospèrent les masters en cette langue. On assiste donc, pour les langues nationales, à une perte du lexique qui leur permettrait de rester « en état de service » selon l’expression de Pierre Encrevé. C’est un phénomène que l’on observe partout en Europe, notamment, mais pas exclusivement, en Scandinavie, au Danemark, en Allemagne, l’usage de l’anglais étant partout bien établi et certaines spécialités sinon certaines disciplines cessant purement et simplement d’êtres enseignées dans les langues nationales. À ces pertes de domaines, l’Union européenne oppose une doctrine. Je l’ai esquissée tout à l’heure en évoquant ce régime horizontal que l’Union cherche à substituer à un régime vertical. Cette doctrine est d’affirmer et même de poser comme postulat que la diversité des langues est une chance. D’ailleurs, au cours des états généraux du multilinguisme que nous avons organisés sous présidence française en 2008, on pouvait lire sur la tribune cette phrase : « la diversité des langues, une chance pour l’Europe ». Si la diversité des langues est une chance, dit l’Union européenne, c’est parce que chacune d’elles traduit à sa manière l’expérience humaine et contribue par conséquent à enrichir l’expérience de tous et que cet avantage compense très largement l’inconvénient qu’il y a à ne pas toujours tout comprendre, à se heurter à ce qu’on appelle communément l’obstacle linguistique. La vérité est que l’Union européenne est tiraillée entre deux objectifs contradictoires, d’une part, la logique unificatrice des marchés qui militent en faveur d’une langue partagée, et d’autre part, le souci de ménager des possibilités d’expressions pour les identités culturelles nationales, de sorte qu’elle oscille en permanence entre les impératifs de l’échange dans un marché ouvert et l’attachement légitime des citoyens à leur langue nationale (voire régionale). En fait, et à bien y réfléchir, ces hésitations ne sont peut-être que le reflet de l’ambivalence des langues elles-mêmes, que l’on ne peut, sans les amputer gravement, ni réduire à leur fonction de communication, ni limiter à leur fonction identitaire qu’elles ne préservent d’ailleurs qu’en gardant leur fonctionnalité parce qu’une langue sans emploi est une langue morte. C’est l’ambivalence profonde des langues qui sont à la fois indissociablement des outils de communications, et des points de vue sur le monde, qui sont, Heinz Wismann, tout ensemble, des langues de culture et des langues de service. Cette ambivalence profonde expose leur avenir à deux évolutions contradictoires parce que, s’il est clair que la diversité des langues est bien un obstacle à la communication dans le village global, il est non moins clair que chacun tient à affirmer son identité singulière, à faire valoir son avantage comparatif. En d’autres termes, si les langues comme outils de communication tendent vers l’universalité, vers l’uniformité, comme marqueurs d’identité, comme expression d’un point de vue sur le monde, elles tendent au contraire vers la diversité, et c’est dans cette tension qu’il faut penser leur avenir. Mais c’est peut-être un point de vue très européen. Je serais donc heureux de savoir comment les choses sont perçues de l’autre côté de l’Atlantique lorsque vous nous regardez nous, européens, nous débattre avec cette question linguistique. Michel Leclerc est bien placé pour cela. Diplomate, sociologue, écrivain, il est actuellement premier conseiller à la Délégation générale du Québec à Paris. Son double regard, de Québécois et de francophone, va nous permettre de mieux situer cette question linguistique et lui donner toute son ampleur.

L’Europe ne doit pas renoncer à l’idéal de diversité culturelle qui a fait son histoire

  • 3 Michel Leclerc, premier conseiller à la Délégation aux affaires francophones et multilatérales de (...)

3[Michel Leclerc3] Au Québec, l’Europe n’est pas une préoccupation obsédante, sauf peut-être au moment des vacances estivales. Les problèmes européens y sont souvent mal compris, parfois cause d’une vague perplexité, surtout lorsque la crise de l’euro menace de déstabiliser l’économie mondiale. Les chinoiseries bruxelloises, quant à elles, suscitent au Québec, comme partout en Amérique du nord, une franche stupéfaction.

4Dans ce contexte, le déclin du français au sein des institutions communautaires, déclin avéré et attesté par un nombre maintenant surabondant d’indices, nourrit deux réactions principales : il provoque instantanément l’indignation des élites nationalistes québécoises qui se sentent trahies aussitôt que les autorités européennes, et au premier chef françaises, renâclent à se porter à la défense du français malmené ; à la différence, il laisse de marbre le reste de la société québécoise qui voit mal comment le recul du français au sein des instances européennes pourrait d’une quelconque façon affecter le statut du français sur le continent nord-américain. Au Québec, on vit généralement dans la croyance réconfortante que le statut du français est une affaire exclusivement nationale.

5Je me dissocie d’une telle conception. Je prétends, pour ma part, que le statut du français au Québec n’est pas dissociable, dans la durée, de celui du français au sein de l’Union européenne. Je reste persuadé que la place du français dans l’Union européenne, longtemps forte et toujours juridiquement protégée, revêt une importance politique et symbolique considérable, car les institutions communautaires constituent un lieu décisif de défense et de promotion du français comme langue de communication internationale. Une partie cruciale se joue là qui conditionne, parmi une nébuleuse de facteurs endogènes et exogènes, l’avenir du français au Québec. S’agissant des institutions communautaires, deux faits m’apparaissent particulièrement éclairants :

  • 4 T. Chopin, M. Kubišta, « La présence des Français au sein des institutions communautaires : du myt (...)

6Premièrement, pour le français, « l’influence par la présence » ne joue que marginalement au sein des institutions communautaires. Une étude de la Fondation Robert Schuman4 publiée en février dernier a mis en exergue, je dirais à l’insu de ses auteurs, qu’une présence politique significative des Français dans les différents cabinets de la Commission européenne, du Conseil des ministres et du Conseil européen, ne se traduit pas nécessairement par un renforcement de la situation du français comme langue d’usage et de travail. Autrement dit, il n’existe pas d’automaticité de résultats entre la présence privilégiée de locuteurs francophones dans des postes d’encadrement de l’Union européenne et l’emploi au quotidien du français.

7Deuxièmement, l’appartenance à la Francophonie institutionnelle n’infléchit pas positivement la pratique linguistique des États membres et de leurs représentants à Bruxelles, car, seule, une minorité d’entre eux fait du français sa langue d’usage dans les instances communautaires.

8Sur les quinze ambassadeurs et représentants permanents membres de l’OIF, seulement quatre recourent au français comme langue de travail aux réunions du COREPER II (France, Belgique, Luxembourg et Chypre).

9Sur les quinze représentants permanents adjoints des pays appartenant à la Francophonie, seulement quatre utilisent le français comme langue de travail lors des réunions du COREPER I (Belgique, France, Luxembourg et Grèce).

  • 5 « Le français dans les institutions européennes », Note interne, Représentation permanente auprès d (...)

10Sur les quinze conseillers des représentations permanentes dans le « Comité développement », seulement deux s’expriment en français (France et Luxembourg5).

11Ce dont attestent ces constats, c’est que la maîtrise du français ne conduit à son usage qu’à la condition qu’il soit encouragé par une forte volonté politique. En son absence, c’est la règle de la fonctionnalité qui s’impose, certains diront d’un pragmatisme bien compris.

12Dans son allocution du 20 mars dernier, prononcée à l’Élysée à l’occasion de la Journée internationale de la Francophonie, le Président Nicolas Sarkozy s’est moqué de ces diplomates français qui, « par une sorte de snobisme dont on peut penser qu’il est assez partagé […] sont tellement heureux de parler anglais. » Il aurait pu tout aussi bien évoquer ces ministres français qui, à l’image du président du FMI, s’entêtent à s’exprimer en anglais même en présence d’un régiment de francophones pur jus. Ce fait apparemment anodin, vu de la terrasse du Café de Flore, plonge le Québécois lambda, qui éprouve une affection inquiète à l’endroit du français, dans un état de grande indignation.

13Comment expliquer un pareil geste de la part de politiques français en exercice ? D’où vient, chez un nombre croissant de francophones, le sentiment que le français est impropre à exprimer l’époque, même dans leur propre maison, et qui les pousse à le tenir en dédain ?

14Sans prétendre en élucider les raisons, j’y vois au moins deux explications. Je crois que le français est entré dans une crise du symbolique ou, pour le dire plus précisément, l’autorité symbolique du français, longtemps forte, est à présent en régression. Babil du passé, pour les plus pessimistes ou les ultramodernes, le français est juste bon à leurs yeux à figurer au musée Grévin des marottes insolites. Pour qui s’intéresse au nouveau siècle et décrypte le monde les yeux braqués sur un traité de mondialisation, le français est devenu subitement inaudible. Il souffre de délégitimation. Dans le catéchisme des opinions en vogue, mieux vaut l’anglais incertain ou souffreteux des diplomates communautaires que le français, dont le cours s’est brutalement dévalué depuis l’élargissement de l’Union européenne.

  • 6 M. Chevrier, « La fatigue linguistique de la France », Encyclopédie de la Francophonie, [http ://a (...)

15Et puis, le français vit aussi, me semble-t-il, dans une tension permanente entre la tentation du multilinguisme, vu comme une réponse créatrice et dénuée de toute arrière-pensée démodée face à l’extension fulgurante de l’anglais, et l’attrait tout-puissant de l’anglosphère. Certes, cette fascination de l’anglais, qui s’accompagne d’un recul parallèle des langues nationales, n’est pas un phénomène propre à la France et s’observe tout aussi bien en Italie, qu’en Suisse ou en Allemagne6, pays où l’on a plus ou moins déposé les armes, dans une sorte de reddition satisfaite. Tout à coup, les peuples d’Europe apparaissent malades de leurs langues, celles-ci mises enfin à leur place, rétrogradées au rang de dialectes domestiques sans importance.

16En fait, il existe une sorte d’angélisme paneuropéen qui consiste à croire que l’usage de l’anglais dans la communication européenne est une simple réponse fonctionnaliste à la nécessité de dialoguer dans un idiome commun. Au millefeuille linguistique communautaire (largement imaginaire puisqu’il n’y a toujours que trois langues de travail), on oppose la langue unique.

17Je dirais qu’il s’agit là d’un axiome politique qui n’est ni neutre ni sans conséquence. Il entraîne au moins deux effets considérables :

  • 7 J. Laforgue, « Albums » in Poésie complète, Paris, Gallimard, coll. « Poésie », 2001.

18Premièrement, il transforme chaque Européen en une sorte d’errant linguistique. Face à l’anglais, les locuteurs européens sont semblables aux marins d’Ulysse qui, après avoir goûté au lotus des Lotophages, oubliaient leur patrie. « Scalpés de leur cerveau d’Europe », selon les mots de Jules Laforgue7, les citoyens du Vieux continent s’abandonnent avec délectation à l’anglobalisation. À l’unisson, ils se délivrent de leur langue pour endosser des mots venus d’ailleurs, censés les dire mieux que leurs propres idiomes, progressivement abaissés, raillés, dépréciés. Autant de langues sans guide, ballottées aux quatre vents de l’anglo-puissance.

19En second lieu, j’observe en Europe, notamment en France, une érosion progressive de la langue en tant que facteur identitaire. Dans la fraction française dite des « élites », la langue française n’est plus considérée que comme l’une des composantes parmi d’autres de la personnalité nationale. La langue est désavouée en tant que creuset et forge de l’identité nationale. Dans ce contexte, adhérer au « tout-à-l’anglais », équivaut à se désempêtrer du carcan vermoulu de l’identité pour se livrer tout entier au pluriel de la mondialisation, autrement dit à l’identité hybride et indifférenciée du supranational. Noble et perverse ambition car, à cet exercice, le locuteur francophone (ou allemand, ou suédois) est en position d’infériorité linguistique dès lors qu’il se rallie sans nécessité à l’anglais, puisque se fondre dans la langue d’autrui, c’est forcément se déposséder d’une part de sa maîtrise et de sa compétence. L’Europe choisit donc l’anglais, quitte à s’exclure au passage.

  • 8 J. Fidrmuc, V. Ginsburgh et S. Weber, « Le Français, deuxième langue de l’Union européenne ? », Ec (...)

20En pratique, l’unilinguisme anglais comme langue de travail à l’Union européenne a pour conséquence d’exclure 45 % des locuteurs européens. Au contraire, le plurilinguisme diminue l’exclusion : l’addition du français fait chuter le nombre des exclus à 30 %, celle du français et de l’allemand à 18 %8.

  • 9 F. Grin, L’enseignement des langues étrangères comme politique publique, Paris, Rapport n° 19, Hau (...)

21La conséquence d’un tel choix est visible partout : la marginalisation du français et des autres langues européennes et, du même coup, du statut politique de l’Europe culturelle qui emprunte sans sourciller et avec un aveugle empressement des codes contraires à ses traditions séculaires comme à ses propres intérêts économiques. En effet, sur la base de l’hypothèse la plus prudente, on estime que, du fait du statut dominant de l’anglais à l’Union européenne, l’économie pour le Royaume-Uni équivaut annuellement à 2,2 milliards d’euros. À la lumière de cette perte assumée par tous les autres membres, une conclusion s’impose selon l’économiste François Grin de l’université de Genève : « l’hégémonie est inefficace en termes d’allocation des ressources, et inéquitable en termes de distribution de ressources9 ».

22Comment expliquer ce réflexe culturel qui s’est soudain emparé des élites politico-bureaucratiques ? Quelle signification accorder à cette extravagante et mimétique anglomanie qui s’empare des diplomates et des fonctionnaires européens dès qu’ils franchissent le seuil enchanté des Nations Unies ou de la Commission européenne ?

23Un fait marquant est apparu sous nos yeux et à une vitesse vertigineuse au cours des vingt dernières années : grâce à une structure d’organisation socio-économique exceptionnellement performante, la culture de masse anglo-américaine a fait de l’anglais la langue véhiculaire universelle et sans rivale.

24Cette suprématie de l’anglais ne résulte pas d’un enchaînement hasardeux d’événements, encore moins d’une immanente supériorité de la langue anglaise qui l’aurait naturellement destinée à occuper cette position impériale. L’anglicisation du monde est, à mon sens, le résultat d’une politique délibérée et cohérente, voulue par les pays anglo-saxons au sortir de la Deuxième Guerre mondiale, pour étendre le monolinguisme à l’échelle mondiale.

25Lors d’une conférence donnée à l’Université Harvard le 6 septembre 1943, Winston Churchill a très explicitement formulé cette ambition politique :

Je ne vois pas pourquoi nous ne tenterions pas d’étendre notre langue plus loin encore à travers le monde, ni pourquoi, sans chercher des avantages égoïstes sur autrui, nous ne profiterions pas de cette précieuse amitié et de cet héritage […]. De tels projets assurent des conquêtes plus heureuses que celles que moissonnent les voleurs de territoires ou de pays étrangers, les oppresseurs et les exploiteurs […]. Les empires de l’avenir sont des empires de l’esprit.

26Un an plus tôt, le 10 novembre 1942, dans un discours prononcé au Guild Hall, à Londres, Churchill, avait repris cette idée qui était déjà la trame de son Histoire des peuples de langue anglaise depuis 1900 :

Si les forces anglaises et américaines peuvent poursuivre sur les bords méditerranéens le cours d’un heureux destin, un nouveau lien s’étalera entre les peuples de langue anglaise, et le monde entier tressaillera d’un nouvel espoir.

  • 10 R. Phillipson, Linguistic imperialism, Oxford University Press, London, 1992.

27Dans son ouvrage sur l’impérialisme linguistique, Robert Phillipson10 a montré clairement comment les Britanniques et les Américains, dès les années 1940, ont coordonné leurs stratégies pour imposer la langue anglaise à l’échelon mondial, grâce à une politique massive de subventions publiques et privées. Au milieu des années 1960, la Fondation Ford finançait des projets d’enseignement de l’anglais dans plus de 38 pays, tandis que la CIA menait une vaste campagne de promotion des intérêts culturels américains en Europe auprès des universitaires, des journalistes et des intellectuels. Phillipson cite les conclusions d’un rapport confidentiel du British Council rédigé en 1961. Permettez-moi de faire état d’un passage particulièrement lumineux :

L’enseignement de l’anglais à des locuteurs non natifs peut transformer de façon permanente toute la perception du monde de ceux qui l’étudient, si et quand une nouvelle langue devient vraiment opérationnelle dans un pays sous-développé, le monde des étudiants s’en trouve restructuré. Un ministère de l’Éducation – sous la pression nationaliste – peut ne pas être bon juge des intérêts d’un pays… Un esprit nationaliste pourrait ruiner tout espoir de l’anglais comme seconde langue. L’anglais est devenu non seulement le représentant de la pensée et des sentiments contemporains du monde anglophone mais encore un vecteur de toute la tradition humaine en voie de développement : du meilleur (et du pire) qui ait été pensé et ressenti par l’homme depuis que l’on écrit l’histoire.

28Le grand dessein churchillien est aujourd’hui réalisé, la colonisation des esprits étant pleinement accomplie. Plus besoin de coercition, de contrainte, d’imposition, nul besoin d’armée pour dicter les comportements linguistiques. Il suffit à l’anglais d’occuper les pensées de chacun pour infléchir les pratiques linguistiques. Il suffit à l’Amérique et à ses alliés anglo-saxons d’inonder le marché de ses fulgurantes et irrésistibles inventions. iPad, iPhone, iTunes, cette formidable troïka technologique, relayée par le Web, ne fait pas que réinventer le monde, elle redéfinit le flux des échanges entre les peuples, bouleverse la hiérarchie historique entre les différentes cultures, mieux encore, elle instaure et produit du culturel là où, jusqu’à présent, on ne discernait qu’un outil sans âme ni force. On a oublié le message de l’Enéide selon lequel il faut « craindre les Grecs même quand ils font des offrandes ». Les États-Unis, « empire sans doctrine impériale », selon le mot de Kissinger, ont surclassé le rêve romain : les limes de la barbarie sont tombés partout sous l’offensive de l’anglais.

  • 11 A. Roberts, « France Will Simply Have to Swallow Anglobalization of Common Language », The Wall St (...)

29Dans un article récent du Wall Street Journal11, Andrew Robert a antidaté la riposte britannique à la bataille de Waterloo et au Congrès de Vienne, qui ont permis à la Grande-Bretagne de conquérir tous les éléments stratégiques dont elle avait besoin pour construire un empire mondial et exporter la langue anglaise sur le cinquième de la surface de la Terre. À ses yeux, le français n’est plus aujourd’hui qu’une « curiosité linguistique », au même titre que le Cornish ou le Manx.

  • 12 Le Monde diplomatique, janvier 1990, p. 25.

30La position monopolistique de l’anglais suffit à lui assurer un contrôle moral des esprits et des représentations sociales. La Chine, qui élargit chaque mois son réseau international d’Instituts Confucius, forme chaque année 20 millions de nouveaux locuteurs anglophones. L’anglais et son cortège infini de produits culturels sont perçus comme des symboles inégalables de la modernité. À ses côtés, la littérature française, boudée et décriée par l’Amérique, juge toute-puissante de soi-même en Europe, apparaît soudainement comme une émanation provincialiste sans grand intérêt. Songez, seulement 640 ouvrages littéraires francophones ont été traduits aux États-Unis entre 1900 et 2003, contre 4 000 titres traduits de l’anglais au français. Le cinéma européen se délite. « Le cinéma américain, ce pléonasme », disait déjà Alexandre Astruc en son temps. Le Monde diplomatique a beau proclamer que « la communauté scientifique se doit de refuser cet appauvrissement intellectuel qui résulterait du monopole de l’anglo-américain12 », rien n’y fait, les scientifiques restent sourds à ce type d’injonction. En France, c’est sans grandes émotions que les éditeurs décidèrent en 1989 de publier uniquement en anglais Les Annales de l’institut Pasteur.

31L’anglais, devenu inconscient collectif de toutes les cultures, a fait des instances communautaires le lieu d’un vaudeville linguistique permanent. Une certaine Europe politique et culturelle parle anglais comme un animal au bout d’une laisse et se marginalise avec une satisfaction complice. Parler le globish est du dernier cri, tandis que l’anglais cohabite mentalement dans l’univers culturel de chaque européen au point qu’on peine aujourd’hui à cerner la matrice vivace de l’Europe, sauf à tourner son regard vers le passé.

  • 13 D. Graddol, The Future of English, London, British Council, 2000, p. 8.

32Paradoxalement, je persiste à croire que le français reste la seule véritable rivale de l’anglais comme langue de travail des institutions internationales, bien que la position mondiale du français soit en déclin rapide et incontestable depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale13.

  • 14 H. Védrine, « La place des langues dans les problematiques internationales », Colloque annuel de l (...)

33J’observe chaque jour en Europe les manifestations de ce que Hubert Védrine appelle une sorte « d’œcuménisme globalo-cosmopolite14 ». Bien sûr, il serait stupide de déclarer la guerre à l’anglais. Pour autant, considérer l’anglais comme une langue parmi d’autres et s’y assujettir sans état d’âme, relève d’un angélisme suicidaire. Cette légitimation aveugle de l’anglais consiste à lui accorder une supériorité de fait qui relègue toutes les langues à un rôle d’idiomes sans influences.

34Tout cela pour dire que, si la langue anglaise n’est pas l’ennemi, pas même l’adversaire, elle reste l’Autre, irréductiblement, en désaccord avec elle, elle reste ce miroir déformant dans lequel se contemplent les langues européennes. L’anglais, qui prétend faire entrer les peuples dans les temps modernes, leur fait aussi courber la tête.

35Certains se rassurent à bon compte, comme des marchands d’illusions. « Jamais on a compté autant de locuteurs francophones dans le monde », rétorquent, imperturbables, ceux que lassent ces déplorables lamentations sur le déclin du français. On oublie que sur ces 200 millions de francophones de tous types dénombrés, seulement 30 % vivent en France métropolitaine. Le reste est dispersé sur cinq continents, exposé, voire assujetti à d’autres langues majoritaires, dotées d’une force d’attraction souvent bien plus puissante. Ce nombre, je le tiens en quelque sorte pour un miroir aux alouettes, car il ne peut à coup sûr et partout compter sur une protection juridique garantissant son épanouissement, une dynamique démographique positive, une attractivité incontestable et, surtout, un rapport de force politique susceptible de lui assurer un avenir, comme celui dont dispose, par exemple, l’hébreu en Israël. S’il existait en Europe, voire en Amérique, un État nation comptant « seulement » 100 millions de locuteurs francophones, l’avenir du français comme langue internationale me semblerait mieux assuré que par ces 200 millions de parlants français sans véritable unité politique, sans projet commun. Bref, cette expansion incontestable du nombre de locuteurs francophones ne s’accompagne pas d’une influence politique équivalente qui pourrait efficacement faire contrepoids à la suprématie de l’anglais ou de toute autre langue qui aspirerait dans l’avenir à cette position. Cela dit, je ne sous-estime pas l’importance de ce type d’évaluation statistique : quand on n’est pas compté, on ne compte pas.

36Le statut futur du français dans le monde est inséparable, à mes yeux, de la capacité de la France et de l’Europe communautaire à imposer le français comme une option plurilingue crédible.

37Le français reste un pôle secondaire, mais encore influent, dans la dynamique aujourd’hui globalisée des langues. Malgré les reculs presque partout constatés du français, la situation n’est pas dramatique. Mais cette situation pourrait rapidement se dégrader car, dans la compétition linguistique multipolaire qui prend forme aujourd’hui, notamment sous le réveil économique de l’Asie et des autres pays émergents d’influence anglo-saxonne comme l’Inde, ou d’influence portugaise et espagnole, comme le Brésil et le Mexique, le français apparaît comme une langue de plus en plus désarmée et fragile.

38Les forces démographiques ne lui sont plus favorables, les représentations sociales qui confèrent à une langue son statut et son prestige symbolique ont cessé d’agir à son avantage, la volonté politique est parfois vacillante, souvent contradictoire dans ses manifestations les plus visibles, la perception de sa vulnérabilité est soit inexistante soit niée, la France se complaisant dans un sentiment de fausse sécurité au fur et à mesure que la connaissance de l’anglais progresse parmi sa population, comme si la maîtrise individuelle suffisait à contrecarrer l’infériorité linguistique collective.

  • 15 D. Graddol, English Next. Why Global English may Mean the End on « English as a Foreign Language » (...)

39Je reste pourtant optimiste et je continue de croire qu’un sursaut européen est possible, que la diversité linguistique et culturelle, fondatrice de l’Europe historique, reste au cœur du projet européen contemporain. Surtout, il n’existe pas de fatalité linguistique, comme le montre la volonté de la Chine et de l’Inde d’opposer le mandarin et l’hindi au régime hégémonique de l’anglais. Dans son second rapport préparé à la demande du British Council15, David Graddol, pressentant cette évolution, allait jusqu’à évoquer l’apparition d’un « scénario catastrophe » dans lequel le monde entier se retournerait contre l’anglais », langue associée à la « destruction des cultures ».

40Le français, et pas seulement lui, doit donc jouer son rôle de langue intermédiaire ou pivot dans les espaces où il entend étendre ou perpétuer son influence politique, culturelle et économique. Pour l’Europe communautaire, cette responsabilité est non transférable. Pour autant, la défense de la diversité linguistique ne doit pas être un prétexte vertueux pour abandonner le français aux forces géopolitiques du marché linguistique. Sans la promotion méthodique et continue du français, la lutte en faveur du plurilinguisme reste un mirage, sinon un contresens. Le français serait alors pareil à ce chevalier de l’Arioste qui continuait de combattre oubliant qu’il était mort.

41La mondialisation n’efface pas la Nation, pas plus qu’elle nous autorise à nous accommoder d’une langue unique (quelle qu’elle soit), faussement parée des vertus d’un universalisme libérateur et pacifiant, autre fiction idéologique à laquelle s’agrippent les partisans du monolinguisme, avec le zèle des fondateurs d’une nouvelle Église. Je reste convaincu que si l’Europe, vieil espace multilingue, entend exercer une influence politique réelle, voire majeure, dans le siècle qui débute, elle devra donner corps à son idéal de diversité culturelle et sortir du cul- de-sac linguistique dans lequel elle s’est enfermée.

42L’Europe ne doit pas renoncer à son rôle historique si elle entend s’inscrire dans l’histoire d’aujourd’hui. Elle doit renouer avec une vérité qui pendant des siècles a assuré sa puissance et son prestige dans le monde : la langue a, elle aussi, sa place dans la définition de la culture.

43En guise de conclusion, j’ajouterais ce n’est pas l’anglais qui est l’ennemi, mais notre servilité face à la volonté de ceux qui nous l’imposent sous de trompeux idéaux. L’ennemi c’est nous-mêmes, toujours prompts à renoncer à notre juste raison.

Le français à Bruxelles et à l’Alliance française

44[P. de Schuyter Hualpa] Mon point de vue sera beaucoup plus pragmatique puisque je ne suis que l’artisan, avec mon équipe, d’une politique élaborée justement à Paris, non seulement par le ministère des affaires étrangères, la fondation de l’Alliance française, mais aussi par l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF). Je commencerai par un conte que j’appellerai « Babel-Bruxelles » ou « Comment peut-on devenir francophone dans la capitale européenne ». Babylone, selon la Bible, était la ville de la langue unique, d’un peuple unique. Jugés trop orgueilleux dans leur ambition de se rapprocher du Ciel, les hommes se virent infliger la punition, selon la même source, de devoir vivre dans les affres du multilinguisme. La Tour de Babel devint la référence pour parler d’un lieu où règnent le brouhaha et la confusion. Et bien, n’en déplaise à la Genèse, Babel-Bruxelles, pour moi du moins et pour beaucoup des personnes qui y vivent, apparaît comme un espace d’échanges extraordinaires où fusent à tous les coins de rues, et ce n’est pas une image, des conversations en polonais, arabe, anglais, espagnol, néerlandais, portugais, italien, turc et parfois français. L’Alliance française de Bruxelles d’ailleurs est à l’image de cette ville d’un imposant cosmopolitisme. Notre école de langue a en effet accueilli en 2009 plus de 4 400 étudiants différents issus de 95 pays. L’ambiance est fort bonne. La première singularité de notre institution est la part significative d’un public de diplomates, de fonctionnaires européens, de journalistes et de stagiaires dans des programmes partenaires de la Commission européenne. Et ce multilinguisme devient un paramètre essentiel dans notre organisation. Par exemple, tout notre personnel, pratiquement, est obligatoirement polyglotte. Cela nécessite aussi de traduire de très nombreux documents dans différentes langues et de concevoir une pédagogie particulière : lorsqu’un groupe de quinze étudiants par classe réunit une dizaine de nationalités, c’est en effet une vision de l’enseignement complètement différente qui s’impose et n’a rien à voir avec celle d’un groupe de brésiliens ou de chinois réunis dans une Alliance française à l’autre bout du monde. Un cours à l’Alliance française de Bruxelles-Europe, vu les habitudes des fonctionnaires européens, s’apparente un peu à un train dans les Andes ou bien en Inde. On l’attrape en courant, on en sort précipitamment et on change de wagon aisément. Une extrême souplesse d’organisation est nécessaire, mais avec des procédures très structurées pour éviter toute dérive dans un marché des cours de langues, et particulièrement du français, très concurrentiel. Il est difficile d’imaginer le nombre d’écoles enseignant le français que l’on peut trouver à Bruxelles. La seconde singularité est de se situer au confluent de nombreux partenariats et groupes de promotion et de diffusion de la langue française. Je rappelle que dans cette ville se côtoient trois représentations françaises, donc trois ambassades. La bilatérale, la représentation permanente auprès de l’Union européenne et la délégation permanente auprès de l’OTAN. Vous imaginez que, parfois, c’est un peu difficile, même pour nous fonctionnaires, de s’y retrouver. De plus, nous avons – et là c’est plutôt une facilité car nous identifions tout de suite notre allocuteur – une représentation permanente de l’OIF, de la francophonie. D’autre part, il y a la communauté française belge et de nombreuses associations de promotion, diffusion et défense de la langue française. Ceci dit, cela nous donne des opportunités de rencontres et de mise en œuvre de projets qui sont très nombreuses. Ajoutons que l’Alliance française de Bruxelles- Europe est membre fondateur d’un groupe, connu peut-être de certains, Unic Bruxelles qui réunit les instituts culturels européens au sein d’un consortium. L’Alliance française assure, évidemment, la représentation de ses intérêts au sein de ce groupe où chacun, de son côté, essaie de promouvoir sa langue, de défendre la diversité linguistique et culturelle et essaie de se faire comprendre… en anglais ! Je dois déplorer que la plupart des réunions de ce groupe de multilinguisme se fasse en anglais, la seule personne à parler français, reste la directrice de l’Alliance française. Toutefois, depuis quelques mois, à force d’essayer de convaincre mes collègues, les Italiens et les Polonais sont venus à ma rescousse. Car n’étant pas dans le meilleur des mondes, il faut bien remonter le temps et se confronter de nouveau aux fantasmes de certains et revenir à une époque où une langue unique pouvait résoudre bien des problèmes de communication et d’intercompréhension. Bruxelles-Babel n’échappe pas à cette utopie sociale et les institutions de l’Union européenne non plus. Pourtant, l’usage du français, langue officielle et langue de travail dans la communication orale et écrite, y est très spécifiquement et très précisément indiqué. Malheureusement, bon nombre de francophones cèdent aux appels de la langue unique qui n’est pas le français. En effet, alors que l’anglais semble pouvoir être maltraité à Bruxelles (j’ai eu la confession directe d’un journaliste anglo-saxon me disant que souvent il ne comprenait pas ce que les commissaires européens exprimaient en anglais), la langue française, elle, reste associée à l’idée de perfection et d’exactitude. Tout néologisme, toute erreur ou approximation se transforment en faute, voire en outrage. Un locuteur ne peut se risquer alors à parler en français s’il ne maîtrise pas parfaitement les codes de la langue. Nombre d’ambassadeurs ou de diplomates ayant un très bon niveau de français (formés à l’Alliance française !) n’oseront pas parler la langue de Molière de crainte d’afficher des fautes et préfèrent s’exprimer dans un anglais approximatif, globalisé et sans nuance. Certains s’en plaignent d’autant qu’une langue propre aux institutions européennes, assez comparable dans l’esprit au globish, semble occuper le terrain. Ce n’est pas le globish mais c’est une variété de français qui est en train de se créer et, par exemple, pour parler de label de qualité, la dernière fois, un de mes professeurs m’a dit que les diplomates étrangers utilisaient le terme d’ » allégation » qui, à mon avis, n’était pas du tout approprié. Que faut-il enseigner ? L’euro- français, fidèle à l’esprit d’économie régnant à Bruxelles ou la langue dont le prestige se situe moins dans l’efficacité que dans l’art et la manière ? Il me semble que l’un des rôles de l’Alliance française est aussi de relativiser, voire casser, cette image d’élitisme et de pureté farouche associée à la langue française, malheureusement souvent véhiculée par les français eux-mêmes, et de dédramatiser ou de désacraliser l’usage du français auprès des non-francophones, voire de certains francophones qui n’osent revendiquer une langue en partage avec des variables et des marques de diversités nationales ou régionales. La francophonie (représentée par l’OIF), la communauté française de Belgique, le réseau diplomatique français unissent leurs efforts et leurs moyens, et c’est là où je ne rejoins pas complètement notre ami québécois, pour la promotion et la diffusion de la langue française dans les institutions européennes. Je crois qu’il est nécessaire aussi de citer tous les efforts qui sont entrepris, par exemple, par une chaîne de télévision comme TV5. Je ne sais pas si elle a été évoquée lors de ces journées, mais c’est un outil absolument incontournable de la promotion et de la diffusion du français dans le monde entier. C’est un outil, peut-être méconnu des français mais qui devrait être soutenu et alimenté puisque nous allons didactiser un nouveau produit qui aura comme point de départ une émission « Le bar de l’Europe ». Voilà donc quelques actions de l’Alliance française. Nous sommes donc un acteur de la diffusion et de la promotion du français dans l’Union européenne et notre grande question, c’est comment passer du multilinguisme à un plurilinguisme, comment donner une normalité à la pratique de plusieurs langues mais une préférence à Bruxelles, à la langue de la Belgique, le français ?

La situation du français en Roumanie et en Europe Centrale

45[M. Mureşano ionescu] La Roumanie est un exemple parfait de multiculturalisme et, pour une large part, de multilinguisme. Dans le monde contemporain, c’est plutôt un atout. La langue roumaine a un statut et une situation à part dans le contexte de l’Europe centrale et orientale, étant – comme on l’a souvent dit – une « île » de latinité, entourée de langues et de peuples non-latins. Le long de l’histoire, différentes influences sont venues se greffer sur le fond latin : slaves, grecques, turques, hongroises, allemandes… C’est l’une des sources du multiculturalisme roumain. Dans ce contexte, le concept de langue étrangère est à redéfinir. Les langues parlées sur le territoire roumain, par des minorités ou par une bonne partie de la population, sont-elles des langues étrangères ?

46Les choix linguistiques ont été orientés par les modèles culturels dominants à travers les époques et les échos de ces choix ne se sont pas complètement éteints. Des trois Principautés Roumaines traditionnelles, la Moldavie et la Valachie, situées à l’est et au sud du pays, avec leurs deux capitales – Iaşi et Bucarest – ont toujours été tournées vers le français, tandis que la Transylvanie, située à l’intérieur de l’arc des Carpates, longtemps intégrée à l’Empire Austro-Hongrois, a suivi le modèle allemand.

47Aujourd’hui, la Roumanie, comme la Bulgarie, est membre de l’OIF et d’autres organismes francophones. On peut se demander pourquoi et de quel type peut être la francophonie roumaine – ou bulgare, ou moldave (de la République de Moldavie) – puisqu’elle est complètement différente de la francophonie des pays francophones de l’Europe occidentale ou des pays africains.

48La francophonie roumaine et centrale, européenne en général, est avant tout une francophonie de culture. Dès la fin du xviiie siècle et surtout au xixe, la France et le français y jouissent d’un grand prestige. Durant la seconde moitié du xixe siècle, l’influence française atteint son apogée et se manifeste dans presque tous les domaines de la vie sociale et culturelle : mode, mœurs, cuisine, théâtre, enseignement, vie littéraire, traductions, etc. C’est à ce moment que se construit la francophonie roumaine qui est singulière. Elle est fondée tout d’abord sur une admiration de la France et de sa culture, sur une francophilie bien marquée. Par le truchement des différents contacts linguistiques, se produisent beaucoup d’emprunts, un grand nombre de termes, surtout des néologismes du français enrichissent la langue roumaine. Pour cette raison, cette période a été nommée la seconde « romanisation » du roumain, romanisation qui vient contrebalancer l’influence slave, assez importante, des époques précédentes.

49La circulation intense des livres français est attestée également par la constitution de grandes bibliothèques dont celles de la cathédrale métropolitaine de Iaşi, celle de l’église Saint-Sava de Bucarest, les bibliothèques Bruckenthal et Bathyani en Transylvanie, à Sibiu et à Alba Iulia. Les publications françaises sont diffusées également, parallèlement à celles d’autres pays européens. On cite le plus souvent le Journal littéraire, l’Almanach des Dames, Le Mercure de France, La Revue de Paris, Le Magasin Pittoresque, Le Petit courrier des enfants. Tout cela favorise le développement du commerce du livre et de la presse française surtout à Iaşi et à Bucarest. Les librairies englobent le plus souvent aussi des cabinets de lecture. Les nombreux catalogues et factures conservés dans les archives de Iaşi attestent de la variété, de la qualité et de la quantité des livres et des publications commercialisés, ce qui montre la forte demande d’un public francophone cultivé.

50Dans ce contexte, le choix du français comme première langue étrangère allait de soi. On ne pouvait pas concevoir qu’un intellectuel, un artiste, un savant ne soient pas francophones. Et l’enseignement joua un rôle primordial. Globalement, le français a eu un rôle décisif dans la modernisation des mœurs et des mentalités roumaines et, sur le plan linguistique, dans la formation du langage scientifique.

51Quelle est la situation à présent ? Comme un peu partout, l’intérêt pour le français a connu un recul, en faveur de l’anglais qui est passé à l’avant-scène. Mais est-ce que l’anglais, dont personne ne peut plus se passer, remplace véritablement le français ? L’anglais, devenant une forme de communication quasi généralisée, on a presque cessé de le percevoir comme une langue étrangère. Dans ce contexte, le français reste – si l’on peut dire – la première langue apprise, sans oublier pourtant les langues qui jouissent d’un intérêt croissant, l’italien et l’espagnol, dans la mesure où l’Italie et l’Espagne sont devenues des destinations privilégiées de Immigration roumaine. Dans cette nouvelle configuration, il y a des chances pour que l’anglais soit une langue, parmi d’autres, qu’on apprend.

52Et le français ? Que devient-il dans ce paysage ? Connaître le français à côté d’autres langues devient un atout. Car le français est considéré comme une langue difficile. La connaître est un mérite, une marque de distinction et un avantage. La connaître bien est un avantage encore plus grand. Car, on l’a souvent remarqué, si l’anglais – dans sa forme simplifiée d’outil de communication – peut être parlé et même écrit avec des fautes, le français ne semble pas supporter un tel traitement. Le français se parle bien ou ne se parle pas. L’erreur est inacceptable.

53Pour utiliser une distinction qui a été souvent évoquée lors de ce colloque, on pourrait dire que l’anglais est, en Roumanie et les autres pays de l’Europe Centrale, une langue de service, tandis que le français reste ce qu’il a toujours été, une langue de culture. La francophonie roumaine a cette particularité d’être une francophonie de tradition culturelle et, en ce sens, elle ne sera jamais remplacée par une autre langue.

54Les politiques linguistiques jouent également un rôle important dans les choix linguistiques en Roumanie et dans les pays avoisinants : dans quelle mesure la France et les organismes francophones sont-ils présents, que proposent-ils par rapport aux instances anglophones ? La règle de l’offre et de la demande agit dans ce domaine également et les fluctuations du marché linguistique suivent de près celles du marché économique et de la scène politique.

Les choix linguistiques et leurs conséquences dans l’espace africain francophone

55[J. Kilanga Musinde] Trois présupposés sous-tendent nos réflexions sur la question des choix linguistiques et de leurs conséquences dans l’espace africain francophone :

  • Les choix linguistiques impliquent des principes qui donnent lieu à une ou des politiques linguistiques.
  • Toute politique linguistique vise à remédier à une inadéquation, à résoudre un problème dans la situation linguistique d’une entité politique.
  • Toute communauté linguistique permet de mettre en évidence nombre de problèmes et de jeter les bases des situations plurilingues.

56En situations plurilingues, les choix linguistiques sont liés à certaines contraintes à savoir :

  • Le coût et l’effort ;
  • la dimension psychique ;
  • la complexité des situations plurilingues ;
  • les instances d’usage ;
  • le dénombrement d’idiomes ;
  • la coopération et l’accommodation ;
  • les implications pour la politique linguistique ;

Le coût et l’effort

57Par exemple, une langue nationale ou officielle dans une entité, est celle qui a une plus grande extension sociale, qui est pratiquée par le plus grand nombre de sujets. Il en découle deux possibilités :

  • Exiger que les sujets se dotent tous de compétences plurilingues. Dans ce cas, l’administration recourt alternativement à l’une ou l’autre langue.
  • Exiger que l’administration soit plurilingue. Dans ce cas, l’individu s’adresse aux services publics dans la langue de son choix.

58Le coût variera selon les situations. Le plurilinguisme institutionnel est d’autant plus coûteux que le nombre de langues officielles est plus élevé. Les exigences du moindre coût peuvent entrer en conflit avec l’exercice des droits inaliénables de l’être humain.

La dimension psychique

59L’effort consenti dans des situations plurilingues ne se ramène pas à la seule dimension matérielle. Elle revêt aussi un caractère éthique. Sous cet aspect, pour tout groupe social, la pratique d’une langue qui n’est pas la sienne propre, implique un effort. Le coût moral, c’est aussi la concession qu’est l’abandon du recours – ne serait-ce que dans certaines circonstances – à sa propre langue. Si l’on admet le principe selon lequel l’usage de la langue maternelle est un droit inaliénable de l’être humain, on ne peut faire prévaloir la différence du nombre de locuteurs comme argument pour établir les rangs et la hiérarchie entre les langues.

La complexité des situations plurilingues

60Trois types de rapports entre les langues s’offrent à nous :

  • Les langues ne sont pas soit identiques soit étanches les unes aux autres.
  • Les communautés parlantes ne sont ni totalement homogènes ni séparées par un espace.
  • Les rapports entre langues et communautés permettent de déterminer la langue parlée par la communauté dans telle circonstance.

Les instances d’usage

61Dans une communauté linguistique plurilingue, les langues ont leurs spécificités fonctionnelles selon qu’on se situe dans le cadre de l’école, de l’administration, du commerce, du culte, des réunions politiques ou dans le cadre familial.

Le dénombrement de langues en présence

62Les variations et les chevauchements des langues rendent souvent difficile le dénombrement des langues d’un espace donné.

Coopération et accommodation

63La communication risque d’être bloquée si les interlocuteurs tiennent chacun à leurs propres certitudes. Il y a nécessité de concessions mutuelles.

Implications pour une politique linguistique

64Toutes ces considérations comportent des éléments pertinents pour orienter les choix et la politique linguistique et en mesurer les conséquences.

65Une politique linguistique qui vise à tout régenter risque de manquer son but. Elle gagnerait en efficacité en opérant des choix, des priorités entre la réalisation d’un matériel pédagogique et l’élaboration d’un vocabulaire scientifique.

66Pour cela les centres de décision devraient tenir compte des aspirations des sujets parlants et hiérarchiser les problèmes en fonction de leur échelle.

Les choix linguistiques en Afrique francophone : Cas d’illustration

67Le plan d’aménagement linguistique de l’espace francophone du Sud (Paris, ACCT, 1993) présente une typologie des langues de cet espace en trois catégories :

  • Les langues transcontinentales : anglais, français, espagnol, portugais et arabe.
  • Les langues transfrontalières africaines : le kiswahili, le kikongo, le manding, l’haoussa et le sango…
  • Les langues intranationales limitées à chacun des pays de l’espace concerné.

68L’ouvrage de B. Heine et D Nurse, Les langues africaines (Paris, Karthala, 2004) parle de 2000 langues réparties en quatre philums ou superfamilles selon la classification de Greenberg :

  • Le Niger-Congo : 1436 langues ;
  • l’Afro-asiatique : 371 langues ;
  • le Nilo-saharien : 196 langues ;
  • le Khoissan : 35 langues.

L’espace linguistique congolais

69Cet espace compte entre 234 et 250 langues. Devant la complexité de cette situation plurinlingue, plusieurs solutions ont été adoptées selon qu’on était sous la colonisation belge ou après la décolonisation.

70Les Belges ont regroupé les dialectes apparentés en déterminant les régions linguistiques : l'aire lingalaphone, swahiliphone, kikongophone et cilubaphone.

71Selon la règlementation de 1946, en dehors des centres urbains où l’enseignement est dispensé dans les langues véhiculaires des aires linguistiques concernées, l’enseignement se donne dans les langues locales.

72En 1948, la règlementation s’est assouplie. En 1955, suite à la revendication des évolués, on assiste à la généralisation du français.

73En 1962, une ordonnance présidentielle de l’époque impose la généralisation du français comme véhicule de l’enseignement.

74En 1974, avec la politique de recours à l’authenticité, suite au premier séminaire des linguistes Zaïrois, on est revenu à la solution belge qui répartissait les langues en 4 aires linguistiques mais on garde la langue française comme langue officielle.

75En 1997, des projets de constitutions proposaient comme langues officielles l’anglais, le français et le sawahili. Mais la constitution de 2006 consacre la langue française comme unique langue officielle, le lingala, le kikongo, le swahili et le ciluba comme langues régionales, les autres langues étant considérées comme relevant du patrimoine culturel du pays.

76Ce choix n’est pas sans conséquences sur la structure interne de la langue française et des autres langues : leurs rapports, de nature conflictuelle, conviviale, complémentaire, peuvent beaucoup jouer en effet sur le plan de l’apprentissage des langues en présence et sur la privation des droits inaliénables à la langue maternelle.

77On se rend bien compte que toute communauté linguistique permet de mettre en évidence les conséquences liées aux choix linguistiques. Les politiques linguistiques mettent en place des principes de nature à remédier à une inadéquation et à résoudre un problème dans la situation linguistique d’une entité donnée.

Entre aspiration à une langue commune et besoin d’identité, une nécessité : retrouver la sensualité de notre langue

78[J.-C. Jacq] Nous sommes invités à nous interroger de façon prospective sur les enjeux des choix linguistiques en Europe et dans la francophonie. Bien malin qui pourra esquisser une évolution, crédible sur la moyenne ou longue durée, des interactions linguistiques dans un monde en très rapide évolution. Je souhaite contribuer modestement à la réflexion en formulant un certain nombre de remarques à première vue disparates mais que relie, je crois, un fil invisible.

79Précisons en préambule que je considèrerai la francophonie non dans son sens politique, mais dans son acception littérale, c’est-à-dire le fait de parler français, en incluant le lien affectif et spirituel qu’il crée entre tous les individus qui le parlent, ce que Senghor lui-même appelait une « noosphère ».

80Première remarque : Les linguistes Humboldt, Sapir et Whorf ont émis, il y a une vingtaine d’années, l’hypothèse troublante selon laquelle la structure même d’une langue façonne les mentalités. En partageant une langue, on partagerait une façon de voir le monde. C’est, dans le fond, le sentiment qu’ont pu d’instinct éprouver ceux qui ont longtemps vécu dans des pays étrangers, assez en tout cas pour en apprendre la langue et en connaître les mœurs. On pourrait en déduire que toute hégémonie d’une langue est de nature à réduire la diversité culturelle puisqu’elle tend à influer sur nos valeurs, nos besoins et nos désirs. Derrière ce que Virillo appelle « le babélien supérieur », se dissimulerait la menace de « la pensée gramophone » (Orwell). Certains considèrent même qu’en matière de recherche, une langue universelle de la science et de la technique peut conduire à une forme pernicieuse de stérilisation des capacités d’innovation.

81Les instances politiques européennes ne semblent guère s’en soucier, c’est le moins qu’on puisse dire. Un haut responsable de la Commission me disait il y a deux ans à Bruxelles : « Ah, c’est toujours le débat entre le pragmatisme et les principes… Nous sommes tous pour le principe du multilinguisme, mais le pragmatisme nous amène à utiliser une langue commune. »

82En fait, le débat n’est pas entre le pragmatisme (notion survalorisée) et les principes (lesquels suscitent au mieux le respect, au pire l’ironie), le débat doit être resitué entre pragmatisme à courte vue et pragmatisme de longue visée. Sacrifier la diversité des langues à des économies dérisoires d’apprentissage ou d’interprétation, cela se paiera en termes d’appauvrissement des échanges, de destruction des identités et donc du tissu social, cela coûtera cher en pathologies dépressives engendrées par la monotonie.

83Deuxième remarque : ce serait sans doute aussi une erreur stratégique sur le long terme pour les entreprises. Une étude de l’université de Bristol note qu’au sein de 29 pays considérés en Europe, 11 % des entreprises ont perdu des contrats à cause d’une insuffisante maîtrise des langues, pour un montant moyen de 325 000 euros par entreprise. L’effort pour généraliser l’anglais (formation, investissement en temps et en énergie) apparaît dans de nombreux cas disproportionné en coût (et inadapté) par rapport à l’apprentissage d’une langue tierce. Selon une autre étude récente de l’institut économique allemand de Cologne (DIW), le tout- anglais (« l’espéranglais ») freinerait les échanges économiques entre la France et l’Allemagne. Un quart des entreprises allemandes interrogées ont des difficultés en raison d’un manque de candidats parlant français. Le président de la Chambre de commerce franco-allemande pense que 160 000 postes ne sont pas pourvus en France à cause d’un manque de germanophones (et plus encore de l’autre côté en Allemagne pour des raisons similaires). Pourtant, un haut responsable du groupe Société générale à Francfort considère que la maîtrise de l’allemand est un facteur de succès pour une entreprise étrangère en Allemagne : elle témoigne d’un souci d’intégration culturelle et de présence sur le long terme, elle permet d’instaurer un dialogue plus riche avec les clients et de développer plus facilement une approche partenariale.

84Troisième remarque : les récents déboires, pour ne pas dire plus, d’un libéralisme sauvage, nous confortent dans l’idée qu’il serait déraisonnable de faire confiance au marché pour assurer la régulation du problème par une sorte de mécanique de l’offre. L’intérêt des marchés est immédiat et simple : réduire la diversité afin de minorer les coûts et augmenter les marges. Force est d’observer que, livré à lui-même, le marché conduit plutôt à la standardisation de la production. Or la culture et la langue, plus que toute autre « marchandise », ont une dimension symbolique, rappelée dans une déclaration des pays siégeant à l’UNESCO, qui dépasse largement la valeur d’usage des biens et le poids des productions culturelles dans le PIB.

85Quatrième remarque : on assiste aujourd’hui à un double mouvement paradoxal, contradictoire en lui-même, qui s’exprime :

86– d’un côté, par un besoin de langue commune (ce que Claude Hagège appelle la « nostalgie de fusion »), lequel recourt à des arguments bien connus : nécessité d’une communication universelle rapide, économie de moyens, déjà citée, confort des déplacements dans un monde désormais unifié par les transports.

87– de l’autre côté, par un besoin d’identité (C. Hagège parle d’« ivresse d’altérité »), perçue comme une garantie de survie d’un groupe, d’un peuple, d’une façon de vivre, et qui se donne pour une promesse d’échanges, d’innovation et de créativité, la diversité culturelle apparaissant pour le genre humain comme aussi nécessaire que l’est la biodiversité dans l’ordre du vivant.

88Cinquième remarque : mon sentiment est que le français est peut-être, par une singularité de l’histoire, à la confluence de ces deux courants contraires. Pourquoi ? D’abord, notre langue est toujours extraordinairement vivante. André Thérive, célèbre grammairien, écrivit en 1923 un livre intitulé Le français, Langue morte : de toute évidence, il s’est trompé. Il oubliait que le latin n’a pas chassé le grec, qui demeura, de longs siècles après le début de la domination romaine, la langue de la culture et du commerce en Grèce, en Asie mineure et en Egypte. La culture française est peut-être en train de reprendre, pour nombre de nations, un certain rôle médiateur dans les domaines du goût, de l’esprit, du plaisir de vivre. D’ailleurs, et c’est significatif, le français est fortement présent dans des secteurs qui apparaissent comme essentiels pour l’avenir de l’humanité : océanographie, agriculture, mathématiques, démographie…

89En fait, favoriser la diversité linguistique concerne une multiplicité d’enjeux : géopolitiques, citoyens, artistiques, économiques, technologiques, écologiques. Les tensions restent très fortes à ce sujet, en particulier en Europe. Or, du fait de son héritage linguistique exceptionnel, l’Europe pourrait ouvrir des voies pour échapper au monoculturalisme à travers une dynamique des langues et des échanges.

90Ce qui manque le plus, et en particulier en France, c’est la volonté politique. Mais celle-ci, pour dire vrai, ne peut rien sans l’amour de notre langue (nous y montrons souvent plus de suffisance que de fierté), sans le courage d’être nous- mêmes, sans optimisme inlassable.

91Le français, dit-on souvent, a joui d’un statut universel qui n’est plus le sien. Je serais tenté de conjuguer le verbe sans objet et de nous demander : « le français a joui : jouit-il encore ? » Nous serons sauvés si le français, la langue française, recommence à jouir. Donnons-nous avant tout pour programme de retrouver la sensualité de notre langue, sa beauté, son efficacité et le bonheur exceptionnel de la parler entre nous et avec les autres.

Langues de service, langues de culture et langues vivantes

92[H. Wismann] Il faut distinguer très nettement entre communication et information. Les langues de service informent. Elles sont tournées vers des réalités objectivables et elles font l’impasse sur le vouloir dire, sur le sujet. Je crois que cette distinction est tout à fait essentielle si on veut raisonner à partir de cette opposition sans la rendre elle-même idéologique. C’est que les langues de service rendent des services éminents dans un ordre de relations qui n’est pas la communication au sens plein.

93Mais une autre question se pose : qu’est-ce qui rend une langue vivante ? On peut être tenté de considérer que c’est tout simplement le nombre de gens qui se servent de cette langue qui garantissent sa vitalité. C’est un leurre car une langue qui est parlée sans qu’elle se renouvelle, sans qu’elle s’enrichisse, sans qu’elle déborde les frontières qui sont déjà les siennes est une langue qui se meurt. Et on peut avoir autant de locuteurs que l’on veut, la langue ne vivra que d’une innovation poétique au sens étymologique du terme. J’établirai trois niveaux d’analyse : le niveau plat qui est le niveau purement répétitif dans l’utilisation d’une langue à des fins d’information : on peut faire ça avec l’italien aussi bien qu’avec l’anglais. Et d’ailleurs les Anglais parfaitement cultivés peuvent tout à fait s’insurger contre la manière aplatie et complètement indigeste dont cet anglais est utilisé dans les instances bruxelloises, par exemple. On a entendu des Anglais dire, en parlant de documents en anglais sur lesquels ils discutaient : « that’s not english ! » Ensuite, il y a le niveau déjà plus estimable de la maîtrise des terminologies, des codes, de tout ce qui sert à informer avec précision au sujet de la réalité à laquelle on se réfère. Et puis il y a un troisième niveau dans lequel intervient la subjectivité du locuteur qui peut contribuer à faire évoluer la langue. Puisque nous sommes ici réunis sous le haut patronage de Du Bellay, je voudrais m’appuyer sur un témoignage de poète pour étayer ce que je viens d’avancer. Quand Rilke se trouve à Paris auprès de Rodin, il entretient une correspondance avec la poétesse russe Tsvetaieva. Et dans cette correspondance, les deux poètes réfléchissent à ce qu’est une langue vivante. Ils appellent cette langue vraiment vivante la « vraie langue maternelle ». Or, selon la manière ordinaire de considérer les choses, la poétesse russe a le russe pour langue maternelle, et Rilke l’allemand pour langue maternelle. Mais, dans leur correspondance, ils développent l’idée que la langue maternelle est à créer, et Tsvetaieva va dire à Rilke : « toi, tu es en France, tu as une chance extraordinaire, tu vas te servir du français pour, d’une certaine manière, faire évoluer l’allemand que tu écris ». Et Rilke lui répond : « Comment fais-tu, toi, si tu t’inscris dans la même logique évolutive de la langue maternelle ? » Et elle répond : « Je me sers de l’allemand ! » C’est, je crois, un témoignage important qui a une conséquence pour la réflexion : une langue qui ne se frotte pas à une autre langue est une langue qui se meurt. Et la défense d’une langue, fût-elle une langue de haute culture, qui se limiterait au maintien du statu quo de la langue et qui veillerait uniquement à ce qu’un nombre aussi grand que possible de gens se servent de cette langue, finit par secréter son décès. C’est la rencontre entre les langues qui fait qu’une langue vit, c’est en ce sens que j’ai compris la phrase d’Umberto Eco qui disait « la langue maternelle de l’Europe est la traduction ». Or, par traduction, il ne faut pas entendre l’exercice scolaire français que l’on appelle la version. Ce n’est qu’une invention de professeur, destinée à rendre un jugement aussi juste que possible sur les copies. Or, c’est une pure convention qui n’a rien à voir avec une vraie traduction. On fait d’ailleurs maintenant, dans des collèges et des lycées, des ateliers de traduction (surtout lancés par P. Charvet) pour faire prendre conscience qu’une langue inédite naît lorsqu’on traduit vraiment : la traduction fait que cette langue vit. Le plus beau texte que je connaisse, qui développe cette idée, est l’essai de Walter Benjamin sur la tâche du traducteur. Dans cet essai, il développe l’idée que les langues s’enrichissent les unes les autres grâce à une transposition qui ne consiste pas simplement à reproduire ce qui existe dans une autre langue, mais consiste à inventer dans la langue cible quelque chose qui lui manque et dont on trouve la trace dans une autre langue. C’est cet enrichissement mutuel qui est la vraie vie des langues. Aussi la situation en Europe est-elle particulièrement favorable. Dans des pays où on a fait de l’anglais basique quelque chose de dominant, comme par exemple en Inde, on assiste actuellement à un processus qui ressemble à s’y méprendre à ce qui est arrivé au bas latin lorsqu’il s’est diversifié dans les langues romanes. En Inde, on parle déjà maintenant plusieurs anglais et j’ai cru entendre tout à l’heure que Julien Kilanga Musinde disait qu’en Afrique on se demandait aussi quel français enseigner. C’est un processus tout à fait normal. Le besoin de s’exprimer authentiquement pousse à créer dans la langue que l’on parle. Nous ne sommes pas tous poètes mais nous bénéficions de ce syndrome poétique qui ne fera jamais défaut et qui corrigera cette espèce d’abandon dans lequel un locuteur, pressé et uniquement intéressé par les effets d’informations qu’il produit, laisse la langue. C’est en gros ce que je voulais ajouter à la réflexion qui a été menée ici. Ne négligeons pas l’amour que quelqu’un peut porter à sa langue au point de vouloir lui faire des enfants.

Le pouvoir de la Francophonie

94[J.-C. Jacq] De tous les pays africains, il n'y en a pas un seul qui veuille sortir de la Francophonie parce qu’ils sont coercitivement obligés d’y rester. La France a eu une telle diversité d’interventions dans le monde au cours des siècles qu’il y a des effets de billards assez extraordinaires : beaucoup de gens, qui aspirent à aller au Canada, apprennent au Pérou, en Bolivie ou en Asie le français pour cela. Nous avons des atouts formidables qu’il faut utiliser au mieux en restant optimistes.

95[J. Kilanga] Je sais bien que, dans l’espace francophone, c’est la langue française qui constitue le lien fondateur des pays membres. Mais lorsque l’on regarde les situations particulières des pays, on constate qu’il y a une certaine érosion linguistique sur le plan de la vie sociale et économique. Et c’est d’ailleurs la raison pour laquelle les missions de la francophonie ont été élargies, parce qu’on sait qu’au-delà de la langue, il y a le locuteur et ses aspirations, ses problèmes, ses questions économiques, politiques. Et pour rassembler effectivement tout le monde, il faudrait prendre tout cela en compte : il y a deux ans, je suis rentré dans mon pays et je me suis retrouvé dans un hôtel où étaient logés des investisseurs qui venaient négocier des contrats. Ils venaient de par le monde, il y avait des francophones, des anglophones… Mais ce que j’ai constaté, c’est que tous faisaient un effort pour s’exprimer en français parce que leurs interlocuteurs parlaient le français. C’est un atout lorsqu’on a besoin d’apprendre une langue pour négocier, pour entrer en contact avec les interlocuteurs, et c’est un élément important dont il faut tenir compte.

Conclusion

  • 16 M. X North a ainsi terminé son intervention : « Si j’avais à conclure, je le ferais en remerciant (...)

96[X. North] Il serait très difficile d’apporter une conclusion définitive tant les approches ont été différentes et se sont d’ailleurs nourries les unes les autres. On voit bien se dessiner une vision tantôt un peu pessimiste tantôt plus optimiste de l’avenir du français. Je crois que l’une et l’autre, à bien des égards, peuvent être renvoyées dos à dos au sein d’une réflexion plus ample sur l’avenir des langues, les rapports de force dans lesquels elles entrent les unes avec les autres. Partout, c’est un même amour de la langue qui se manifeste et c’est évidemment à Liré qu’il faut l’exprimer16.

97[F. Argod-Dutard] Je suis heureuse de voir que la salle était remplie pour vous écouter et de voir aussi que vous avez bien voulu, tous, aussi éminents spécialistes que vous êtes, vous déplacer à Liré pour nous faire faire un tour du monde de la langue française : nous sommes allés en Europe, au Canada, à Bruxelles, en Afrique et ce regard étendu à travers le monde a permis de mesurer les processus compliqués qui régissent les langues. Mais ce que je retiendrai surtout, c’est la vision positive que M. Wismann a finalement dressée des rapports entre les langues et les hommes, une vision très humaniste qui montre clairement que les langues servent l’homme, et que l’homme permet, par ses émotions, par ses affects, ses contingences et ses imperfections, aux langues d’évoluer : et c’est bien dans ces échanges que réside la vie véritable des langues.

Notes

2 Délégué général à la langue française et aux langues de France, M. Xavier North, après la présentation des intervenants et les remerciements d’usage, a problématisé le sujet de cette table ronde dont il était président.

3 Michel Leclerc, premier conseiller à la Délégation aux affaires francophones et multilatérales de le Délégation générale du Québec en France, se présente comme le seul non-spécialiste de cet échange : il souhaite par conséquent « rester un modeste observateur du fait linguistique en Europe et proposer moins une analyse savante qu’une série d’impressions que l’on voudra bien lui pardonner de formuler sans complaisance ».

4 T. Chopin, M. Kubišta, « La présence des Français au sein des institutions communautaires : du mythe à la réalité », Questions d’Europe, n° 159, 22 février 2010.

5 « Le français dans les institutions européennes », Note interne, Représentation permanente auprès de l’Union européenne, OIF, 24 mars 2010.

6 M. Chevrier, « La fatigue linguistique de la France », Encyclopédie de la Francophonie, [http ://agora.qc.ca/francophonie.nsf/dpocuments/anglomanie].

7 J. Laforgue, « Albums » in Poésie complète, Paris, Gallimard, coll. « Poésie », 2001.

8 J. Fidrmuc, V. Ginsburgh et S. Weber, « Le Français, deuxième langue de l’Union européenne ? », Economie publique, 15-2004/2.

9 F. Grin, L’enseignement des langues étrangères comme politique publique, Paris, Rapport n° 19, Haut conseil de l’évaluation de l’éducation, septembre 2005.

10 R. Phillipson, Linguistic imperialism, Oxford University Press, London, 1992.

11 A. Roberts, « France Will Simply Have to Swallow Anglobalization of Common Language », The Wall Street Journal, 20 janvier 2010.

12 Le Monde diplomatique, janvier 1990, p. 25.

13 D. Graddol, The Future of English, London, British Council, 2000, p. 8.

14 H. Védrine, « La place des langues dans les problematiques internationales », Colloque annuel de la Fondation Alliance francaise, janvier 2009.

15 D. Graddol, English Next. Why Global English may Mean the End on « English as a Foreign Language », Royaume Uni, The British Council & The British Company Ltd., 2006.

16 M. X North a ainsi terminé son intervention : « Si j’avais à conclure, je le ferais en remerciant les Lyriades – notre ministre de la culture a eu l’occasion de le faire hier avec éclat –, mais je voudrais à mon tour renouveler mes remerciements à Dominique Brossier, Bernard Staub, Dominique Beaumon et Francoise Argod-Dutard pour leurs magnifiques projets qui se developpent à la fois à Lire et à Angers en touchant un public nombreux et en attirant d’éminentes personnalités et celles qui nous ont fait le plaisir d’être autour de cette table et que je remercie à mon tour. Merci à tous. »

Auteurs

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search