Version classiqueVersion mobile

Le français et les langues d'Europe

 | 
Françoise Argod-Dutard

1re partie. La diversité linguistique en Europe et son évolution

Le multilinguisme et l’identité culturelle européenne

Jacques Delmoly

Texte intégral

1Contrairement à ce que laisse penser une présentation exclusivement institutionnelle et économique de la construction européenne, celle ci est avant tout un projet culturel et de civilisation. Certes, la culture européenne est nourrie d’héritages multiples : la raison grecque, la spiritualité judéo-chrétienne, le droit romain, l’apport de l’islam, l’humanisme de la Renaissance, l’esprit des lumières... Culturellement on a pu dire que l’Europe avait une « identité excentrique » (Rémi Brague).

2Il n’en demeure pas moins vrai que le projet européen né au xxe siècle se caractérise par le partage de valeurs communes et la diversité des expressions culturelles, en premier lieu linguistiques. Aussi bien le paradigme de la construction de l'identité nationale n’est pas transposable au niveau européen. L’Union européenne n’a d’autre choix que d’établir un modèle de gestion efficace de sa diversité linguistique, culturelle et religieuse.

État des lieux

3Le terme « multilinguisme » fait référence d’une part à une situation où plusieurs langues sont parlées dans un espace géographique déterminé et, d’autre part, à la capacité d’une personne de maitriser plusieurs langues.

4Sur le plan factuel, le multilinguisme constitue une réalité essentielle de l’Union européeene dans ces deux sens :

5500 millions de citoyens ; 27 États membres ; 3 alphabets ; 23 langues officielles ; 60 autres langues dites régionales et minoritaires ; 5 familles de langues (baltique, celtique, germanique, romane, slave) plus l’estonien, le finnois, le hongrois, le maltais et le basque.

6Selon un sondage Eurobaromètre (2006), 56 % des citoyens européens se disent capables de participer à une conversation dans une autre langue que leur langue maternelle. Un autre enseignement de cette enquête montre que les États membres ayant plusieurs langues officielles sont plus multilingues : ainsi les citoyens les plus polyglottes sont les luxembourgeois, suivis des slovaques et des lettons. Six États membres ont une majorité de monolingues : Irlande, Royaume- Uni, Italie, Hongrie, Portugal et Espagne. Enfin, et ce n’est pas une surprise, l’anglais est la langue étrangère la plus parlée en Europe (38 %) suivie de l’allemand et du français (14 %)

Politique européenne

7Sur le plan institutionnel, le multilinguisme est dans le « code génétique » de la construction européenne puisque le premier règlement du Conseil des ministres (n° 1/58) reconnaît toutes les langues officielles des États membres comme langues officielles des institutions communes (c’est-à-dire 23 en 2010), sans établir de hiérarchie entre elles. Le statut de langue officielle signifie que tout citoyen peur écrire à une institution et recevoir une réponse dans sa langue et que le Journal Officiel européen parait en 23 langues. Sur un plan pratique, toutefois, les langues de procédures orale et écrite, de l’Union européenne sont limitées, à ce jour, à trois : le français, l’anglais et l’allemand. Le régime d’interprétation des réunions est à géométrie variable mais inclut toujours le français (coût=2,5 euros /an par citoyen européen).

8En matière d’éducation, l’outil principal de la politique européenne est le « Programme d’apprentissage tout au long de la vie », qui couvre la période 2007-2013.

9Les messages clefs de ce programme sont les suivants : apprendre une lingua franca n’est pas suffisant ; il faut développer la connaissance de deux autres langues en plus de la langue maternelle, en insistant sur les compétences de communication ; cet apprentissage doit se faire tout au long de la vie ; la diversité linguistique doit être promue et, enfin, l’intercompréhension favorisée et réellement intégrée dans les curricula.

Conclusion

10La langue est à la fois un outil de communication, un marqueur d’identité et un matériau culturel. Les langues définissent les identités personnelles mais s’inscrivent également dans un héritage commun. Le multilinguisme est consubstantiel à l’identité culturelle européenne.

11Dans un rapport de 2008, un groupe d’intellectuels présidé par Amin Maalouf a proposé deux mesures qui pourraient renforcer le multilinguisme : les relations bilatérales entre États devraient passer en priorité par les langues de ces États plutôt que par une langue tierce. En second lieu, chaque européen devrait apprendre une langue personnelle adoptive, sorte de seconde langue maternelle, en plus de sa langue identitaire et de la langue de communication internationale qu’est devenu l’anglais. Ce sont des pistes intéressantes.

12Si, comme l’a dit avec une certaine ironie Umberto Eco « la langue de l’Europe c’est la traduction », cela signifie bien que l’Europe est linguistiquement plurielle et que l’Européen est culturellement multiple

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search