Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le français et les langues d'Europe

 | 
Françoise Argod-Dutard

1re partie. La diversité linguistique en Europe et son évolution

Le français en Belgique et en suisse romande : du purisme franco-français à quelques « fonctionnements pluricentriques »

Bernhard Pöll

Texte intégral

1En 1753, la lexicographe Marie-Marguerite Brun terminait son Essay d’un dictionnaire comtois-français par ces mots :

Il y a long-tems qu’on a comparé le langage à l’eau que l’on boit, ils sont bon [sic] l’un & l’autre lorsqu’ils n’ont aucun goût.

2Derrière la métaphore du (mauvais) goût se cache l’idée que la langue doit être uniforme et pure quel que soit le lieu où elle est parlée. Et cette idéologie a fait son œuvre : plus que dans d’autres communautés linguistiques, on attache, dans le monde francophone, une importance démesurée à la pureté, à la « belle langue » et à l’écrit. En effet, le centralisme politique de la France a engendré un centralisme normatif dont les effets ont dépassé largement les frontières de l’Hexagone. Au xixe siècle, les élites belges, romandes et québécoises ont repris, chacune à leur manière, l’idéologie linguistique française et se sont mises à combattre soit l’influence d’une langue voisine soit celle des dialectes historiques ou patois. Ainsi, au Québec, c’est l’anglais qui devait être considéré comme la cause de tout mal, en Belgique francophone, c’est d’abord le flamand, puis, les dialectes franco-belges (wallon et picard, surtout) qui sont devenus la cible du purisme, et en Suisse romande, on s’est attaqué – et on continue de le faire – à la langue de la majorité à l’intérieur de la Confédération, l’allemand, qu’on tient responsable des écarts de langage.

3Pour de nombreux locuteurs périphériques du français, ce purisme est la cause d’une grande insécurité linguistique (cf. Swiggers, 1993) : ils souffrent d’une double aliénation, d’abord, par rapport à leur propre façon de parler, qui est dévalorisée, puis par rapport à une variété qu’ils ne maîtrisent pas toujours, mais devraient maîtriser, sans s’y reconnaître pleinement.

4On aura compris alors à quel point la comparaison de la langue avec l’eau est absurde, car elle fait l’impasse sur une des fonctions cruciales d’une langue naturelle : véhiculer une identité distincte. Afin de remplir cette fonction, la langue a justement besoin de goût, autrement dit, son goût ne doit pas être partout le même.

5Dans ce qui suit, nous nous proposons d’esquisser à grands traits en quoi le goût des variétés du français de Belgique et de la Suisse romande consiste. Puis, il s’agira aussi de voir comment ces variétés sont perçues par les locuteurs eux-mêmes. Mais, dans un premier temps, il n’est peut-être pas superflu de voir rapidement comment la (socio-)linguistique conceptualise la variation diatopique que l’on observe à l’échelle nationale.

Comment conceptualiser la variation diatopique à l’échelle nationale ?

6Vers la fin du xixe siècle, la dialectologie, à laquelle il appartient traditionnellement de décrire la variation géographique, se rend compte qu’elle ne peut pas se limiter à décrire l’objet qui lui est si cher : les dialectes historiques à l’état pur.

  • 1 On mentionnera en particulier : Félix Boillot, Le français de la Grand’Combe (Doubs), 1929 ; Augus (...)

7C’est qu’à l’époque, le français commun est en pleine expansion et s’infiltre petit à petit dans les coins les plus reculés des domaines d’oïl et d’oc. Il en résulte des variétés de français instables, fortement influencées par le substrat dialectal et parlées d’abord comme langue seconde à côté d’un patois (cf. Chaurand, 1985, 348). Le terme proposé pour décrire ces variétés est d’abord français provincial (J. Gilliéron), puis, à partir du tournant du siècle, c’est français régional qui s’impose. Entre les années 1920 et 1950, on voit paraître plusieurs ouvrages consacrés à des français régionaux de tel ou tel lieu1. Leurs auteurs considèrent les variétés qu’ils décrivent comme un tout, un système complet, mais se décident, pour des raisons de commodité, à ne décrire que les écarts que présentent ces français régionaux par rapport au français de Paris. Dans les années 1970, on observe une nouvelle vague d’intérêt pour la variation régionale. Mais curieusement, cette fois, les observateurs, qui sont tous des dialectologues, réduisent leur objet d’étude au préalable et considèrent le français régional comme un ensemble de particularités. À première vue, les deux conceptions ne semblent pas se distinguer fondamentalement, et cela est vrai pour la description, sur le plan épistémologique cependant, la différence est de taille : on allait à la chasse des papillons rares, et sans le vouloir, on se rapprochait de la méthodologie bien rôdée des dictionnaires correctifs dont les xviiie et xixe siècles ont été particulièrement riches.

8Cette amputation ontologique de l’objet d’étude explique en partie les critiques formulées à l’encontre du concept de français régional dans les années 1980 : d’un côté, plusieurs chercheurs de la périphérie de l’espace francophone ont rejeté le terme de français régional en tant que tel, dans la mesure où, par exemple, le Québec n’est pas une région de France (cf. Poirier, 1987), d’un autre côté, certains observateurs s’opposaient à la simple équation « le français régional, c’est le français de Paris plus un certain nombre de particularités ».

9En effet, une telle vision passe sous silence plusieurs faits incontestables :

  • les variétés géographiques ne sont pas homogènes ; elles connaissent la variation interne sur tous les plans (diaphasique, diastratique et diatopique) tout en présentant, à un certain niveau, une uniformité extérieure,
  • contrairement à ce que l’on a cru pendant longtemps, leur emploi n’est pas nécessairement inconscient, elles ne sont donc pas le fruit de l’ignorance de la norme centrale,
  • elles apparaissent également à l’écrit et disposent d’un potentiel créateur, si bien qu’elles sont capables d’enrichir le français commun.

Quelques particularités des français de Belgique et de Suisse romande

10Voyons donc en quoi consiste l’originalité des variétés régionales ou – si l’on veut – nationales du français.

11Les facteurs qui déterminent le profil de ces variétés sont au nombre de quatre :

12Elles ont parfois tendance à conserver des états plus anciens de la langue (archaïsmes), c’est-à-dire que la périphérie d’un domaine linguistique de grande extension n’adopte pas toujours toutes les innovations qui viennent du traditionnel centre normatif.

13Un autre facteur est les emprunts aux dialectes qui survivent dans les français régionaux. Comme les archaïsmes, les dialectalismes ne se limitent pas au seul lexique, mais peuvent affecter aussi la prosodie, par exemple.

14Puis, la nécessité de dénommer des réalités nouvelles conduit à des dénominations différentes dans les variétés géographiques du français ; parfois, on voit même apparaître des micro-structures grammaticales distinctes (innovations).

15Et finalement, les variétés du français de par le monde entretiennent des rapports fort divers avec les langues des pays ou territoires voisins, qui peuvent agir comme des adstrats. Les emprunts qui en découlent sont aussi en quelque sorte des innovations.

16Dans les régions francophones qui nous intéressent ici, ces facteurs se conjuguent de façon particulière pour conférer un cachet spécial aux variétés que l’on y parle.

Le français en Belgique

La francisation

17Dans les régions que nous appellerons par commodité Belgique francophone, le français est d’introduction très ancienne. Dès les premiers textes en langue romane, l’influence du francien, c’est-à-dire du dialecte de l’Ile-de-France est sensible. Vers 1600, le processus d’introduction du français comme langue écrite est accompli. À partir de cette époque, une hiérarchie s’établit entre le français, utilisé par les clercs et les lettrés, et les dialectes (pour l’essentiel, le wallon, le picard et le lorrain, issus du latin comme le francien) parlés par la grande masse de la population. Au xviiie siècle, le français devient la langue parlée des élites, mais ce n’est qu’au début du xxe siècle que toute la population entre en contact avec cette langue. Sur ce point, la situation n’est pas foncièrement différente de celle qu’on observe dans les coins les plus reculés de l’Hexagone.

18En l’espace de trois générations, tous les patoisants passent au français si bien qu’après la Seconde Guerre mondiale, il n’y a plus de patoisants monolingues. La capitale du pays, Bruxelles, est un cas à part : son caractère francophone s’accentue après la fondation de l’État belge (1830), par suite de l’afflux massif de main- d’œuvre wallonne et flamande. Comme l’ascension sociale passe par le français, les provinciaux installés à Bruxelles s’efforcent d’apprendre rapidement cette langue.

Profil du français

19Parler du français de Belgique est une simplification grossière parce que le français parlé à Bruxelles est bien différent de celui parlé à Liège ou à Mons, par exemple.

20On observe toutefois quelques traits largement répandus : quant à l’accent belge, il se caractérise entre autre par la conservation de quatre voyelles nasales et d’autres oppositions abandonnées dans le français de Paris (mal vs. mâle, nid vs. nie, faite vs. fête, etc.). Chez les personnes moins instruites, on relève la tendance à dé-sonoriser les fricatives sonores en position finale et, dans certaines régions, le h aspiré est une véritable consonne qu’on prononce. On affirme souvent que le débit des Belges est plus lent que celui des Français. Il s’agit très vraisemblablement d’une impression erronée induite par les stéréotypes traditionnellement associés aux locuteurs belges populaires et peut-être aussi par des stratégies verbales différentes mises en œuvre par les Français et les Belges (pauses, « chevilles », etc.) (cf. Moreau et coll., 1999, 23s.)

  • 2 Depuis les travaux Jacques Pohl (1978 ; 1984) de tels termes ou expressions sont communément appel (...)

21Dans le lexique, il y a des mots typiques de telle ou telle région (Bruxelles/ Hainaut : boule ; Liège : chique « bonbon »), mais il existe aussi de nombreux belgicismes utilisés partout et dont l’usage s’arrête ou se raréfie nettement au passage de la frontière franco-belge2 : on pourrait penser à chicon « endive », salade de blé « mâche », ring pour rocade, rigole pour caniveau, drap de bain « serviette de bain », gsm « (téléphone) portable », sonner « appeler par téléphone », tapis plain pour moquette ou bien kot « chambre loué à un étudiant » (du néerlandais) et copion « anti-sèche », qui relèvent tous deux de l’argot estudiantin. On n’oubliera pas tous les termes relatifs aux structures politico-administratives propres à la Belgique, tels que bourgmestre, échevin, conseil communal, etc.

22Sauf pour les termes administratifs, tous ces mots ne sont nullement des dénominations exclusives. En effet, on peut très bien entendre aussi les mots du français de France. Cela vaut même pour les véritables mots-emblèmes tels que septante et nonante qui sont parfois délaissés au profit de soixante-dix et quatre-vingt-dix, par exemple en présence de locuteurs non natifs ou hors de Belgique.

Attitudes linguistiques : hier et aujourd’hui

23Terre de grammairiens – on pensera à Grevisse, entre autres –, la Belgique francophone a été caractérisée pendant des décennies par une forte insécurité linguistique et la conviction profondément ancrée chez de nombreux locuteurs que l’usage que l’on fait du français est naturellement moins bien que celui des Français. Ce complexe linguistique a ses racines dans l’idée de la contamination, du retard et de la fragilité du français imputés à l’influence des patois ou d’une autre langue (en l’occurrence le flamand). Cette influence est dénoncée, pour le flamand, dès le xviiie siècle ; puis au xixe siècle, ce sont les dialectes belgo-romans qu’on accuse. Ainsi, tout au long du xix

ee

24Le fait que cette dévalorisation n’ait pas tout de suite été amoindrie par des stratégies de compensation s’explique peut-être par la situation particulière de la Belgique au sein de la francophonie :

[…] à aucun moment, la communauté des francophones de Belgique ne s’est sentie menacée dans sa langue, tant de ce point de vue la lutte était inégale entre le néerlandais – à faible ancrage international et longtemps concurrencé en Flandre même par les dialectes locaux – et le français, partagé avec une large communauté internationale et plus particulièrement avec le grand voisin français.
Cette quiétude linguistique s’est payée par un déficit identitaire aujourd’hui encore très présent. À la différence des Québécois qui ont fait du français un des moteurs de leur destin collectif, les francophones de Belgique n’ont pas été contraints, pour leur survie, de se forger une identité positive, c’est-à-dire de se reconnaître dans une culture, dans une histoire, dans une écriture et dans une parole qui leur appartiennent vraiment. (Francard, 1993, 67)

25Il semblerait cependant que depuis les années 1990 un changement soit en cours, en ce sens que les belgicismes gagnent en prestige et que la sujétion normative à la France cède la place à une vision plus sereine des choses qui permet aussi de revendiquer un droit de propriété sur le français. Nous reviendrons sur ce point tout à la fin, après avoir esquissé la situation du français en Suisse romande, parce qu’il est utile de placer ces évolutions dans un cadre plus large.

Le français en Suisse romande

La francisation

26En Suisse romande, le français se répand très tôt, d’abord à l’écrit, puis aussi à l’oral. La Réforme a joué un rôle de première importance dans ce processus, car tenus de lire les textes sacrés (à haute voix), les fidèles commencent à se familiariser avec cette langue dès le xvie siècle, si bien qu’à la fin du xviiie siècle, l’ensemble de la population de Genève, de Lausanne ou de Neuchâtel parlait déjà couramment le français. Les facteurs religieux expliquent aussi les différences quant à l’extinction des patois, qui s’est faite bien plus tôt dans les Cantons protestants (Genève, Vaud, Neuchâtel) que dans les Cantons catholiques (Fribourg, Valais, Jura). Ainsi, à l’exception de quelques poches de dialectophones, les patois ont depuis longtemps disparu en Suisse romande.

27La responsabilité du déclin des patois incombe, pour une bonne part, à l’école, qui avait repris l’idéologie linguistique française au xixe siècle, pour pratiquer une chasse aux patois, parfois plus agressive qu’en France.

Profil du français

28Comme dans le cas belge, il n’est pas correct de parler d’un français de Suisse romande. Il n’en reste pas moins qu’on peut relever certains traits largement répandus dans tous les cantons romands.

29En matière de prononciation, on remarque la conservation de certaines oppositions phonologiques disparues en France (par ex. je pourrai vs. je pourrais) et, chez certains locuteurs, l’absence d’oxytonisme généralisé : ainsi, ces locuteurs accentuent parfois des syllabes au sein de groupes rythmiques sans y associer d’effet d’élocution particulier. Ce qui ressemble à un accent affectif est souvent attribué à l’adstrat allemand ou plutôt alémanique. En vérité, il s’agit de l’influence du patois : à la différence du français, les dialectes franco-provençaux n’ont pas connu l’amuïssement des voyelles finales de sorte qu’il y a des contours intonatifs différents, marqués par des mots paroxytons. L’explication facile – adstrat alémanique – a été proposée aussi pour certains phénomènes de morphosyntaxe, dont la position inhabituelle de la particule négative dans je n’ai personne vu. Là encore, l’hypothèse substratique est beaucoup plus plausible.

30Sur le plan lexical, on relève, à côté de mots dont l’emploi se limite à certains points (ustensiles ménagers, formes du relief, outils agricoles), d’autres qui sont très courants dans l’ensemble des cantons francophones ou bilingues français-allemand : natel « téléphone portable », pive « pomme de pin », coter une porte « fermer », etc.

31Certains d’entre eux ne sont pas inconnus en France : panosse « serpillière » ou guillot « fausset du tonneau », etc. Bien sûr, il y a aussi ceux qui se réfèrent aux réalités administratives et politiques propres à la Suisse — syndic [Vaud, Fribourg]/ président [Neuchâtel, Valais] « maire », maturité « baccalauréat », etc. – ou inventées dans ce pays (par ex. case postale et numéro postal).

32À l’exception de termes appartenant aux domaines politico-administratifs, la quasi-totalité des phénomènes esquissés sont aujourd’hui en régression, au profit des variantes hexagonales. Cela montre que les frontières entre les variétés géographiques ne sont pas étanches et que des emprunts à la variété centrale sont la règle.

La perception des particularités et des attitudes linguistiques

33Les années 80 du siècle passé ont vu un intérêt grandissant, dans la francophonie européenne, pour un type de recherche sociolinguistique venu d’Amérique du Nord : en Belgique surtout, mais aussi en Suisse romande, des chercheurs ont repris et adapté différents dispositifs d’enquête qui, dans la foulée de Labov, visaient à mesurer le prestige de langues ou variétés. Ainsi, nous disposons de nombreuses données qui permettent de mieux cerner l’imaginaire linguistique des Belges francophones et des Romands.

34L’image globale que laissent ces études est que les Belges francophones et les Romands restent toujours attachés à la norme du français de France, mais ne renoncent pas pour autant au désir de marquer leurs distances, de souligner leur altérité tout en se définissant comme francophones à part entière.

35Trois questions relatives à cette imaginaire linguistique nous semblent d’importance primordiale (cf. Pöll, 2005, 223 sqq.) :

  1. – Qui est le plus touché par l’insécurité linguistique ?
  2. – Y a-t-il revendication d’une variété de prestige endogène ?
  3. – Comment les attitudes linguistiques se répercutent-elles sur des activités d’aménagement linguistique ?

361. On constate d’abord que l’insécurité linguistique « de type horizontale », c’est-à-dire celle qui met en jeu les variétés diatopiques, ne touche pas tellement les classes moyennes, mais plutôt les plus instruits : ce sont eux qui maîtrisent le mieux le français standard tout en sachant que leur français est différent de celui de France. Quant aux différentes générations, les jeunes Belges semblent être moins touchés par l’insécurité linguistique que les jeunes Romands, pour les générations plus âgées, c’est l’inverse. Cela pourrait s’expliquer par deux facteurs :

  1. Il semble que, pour des raisons d’histoire, de géographie et d’organisation politique, la frontière entre la Suisse romande et la France soit un peu moins perméable que celle entre la Belgique et la France (cf. Jolivet, 1989, 115)3. Ainsi, les Romands de la génération la plus âgée auraient été plus longtemps que les Belges à l’abri du contact avec la norme exogène.
  2. Le purisme, dont la virulence était relativement plus accrue en Belgique francophone qu’en Romandie dans les dernières décennies, n’a guère plus touché les jeunes, mais bien les générations plus âgées. Ainsi, il n’est pas étonnant que celles-ci soient aussi mieux à même de distinguer entre ce qui est tout simplement populaire et ce qui est belge (cf. aussi Pöll, 2002, 74s.), deux catégories qui se trouvent traditionnellement amalgamées.

372. Quant à la question de savoir s’il y a revendication d’une variété de prestige endogène, les données disponibles ne nous fournissent pas de piste concrète :

38Selon une vaste enquête (Singy, 1996) réalisée dans les années 1990, le français parlé à Neuchâtel et à Genève notamment jouit d’un certain prestige auprès des Suisses romands : pour la question « quel est l’accent [tenu] le plus raffiné », Genève obtient 11,8 % (avant la France avec 7,1 %, Lyon avec 3,9 % et Tours avec 1,1 %), mais range néanmoins, loin derrière, Paris qui réunit 33 %. Les enquêtés étaient toutefois très nombreux à affirmer qu’ils aiment leur accent (75,4 %) et qu’il est possible de bien parler avec un accent marqué (85,4 %).

  • 4 Il s’agissait d’étudiants en interprétariat ; le dispositif d’enquête prévoyait l’audition et éval (...)

39Les études consacrées à la Belgique sont un peu plus claires : dans un volet d’enquête intitulé « Aimeriez-vous avoir un fils qui parle comme ça ? », Moreau et coll. (1999) ont montré que la préférence des sujets4 va très clairement vers les variétés soutenues et que la variété belge soutenue obtient même, dans la confrontation directe avec la française, des scores plus élevés. L’association forte entre d’une part français et soutenu et belge et populaire d’autre part commence à disparaître (voir supra).

40Ce changement dans les attitudes a un parallèle tout à fait significatif au niveau des dictionnaires différentiels : en 1994 paraît en Belgique un ouvrage intitulé « Belgicismes. Inventaire des particularités lexicales du français de Belgique » (Bal et al., 1994) qui gratifie ces mots de toutes les vertus, car ils

exprime [nt], au-delà des réalités et des sentiments présents, le goût du passé, le bonheur de l’enfance, les souvenirs d’étudiants, le plaisir des mots oubliés et retrouvés… (Bal et al., 1994, 4e de couverture).

41Curieux détail à signaler : deux des auteurs de ce dictionnaire avaient collaboré à la « Chasse aux belgicismes », et sur les 101 mots et expressions dénoncés dans ce recueil, 92 apparaissent dans l’ouvrage de 1994 sans faire l’objet de critique.

42Il n’est peut-être pas exagéré de voir dans cette revalorisation du français régional un rapport avec la déliquescence progressive des dialectes : au moment où le wallon et le picard disparaissent comme véhicule identitaire, le français régional se voit appeler à combler la lacune. Des évolutions semblables s’observent d’ailleurs en France aussi, en particulier en Provence.

43La tendance à la revalorisation de certaines particularités – celles qui font partie de l’usage des élites – n’est pas surprenante. Au contraire, elle est naturelle dans toutes les communautés linguistiques de grande extension : le monde anglophone l’a vécue, et des tendances analogues s’observent aussi dans le cas de l’espagnol et du portugais hors d’Europe. Autant dire que toutes les langues sont plus ou moins pluricentriques : leur fonctionnement social n’est pas régi uniquement par une norme centrale mais par plusieurs normes.

44Cette vérité, qui se heurte parfois à la résistance des puristes, a été très bien exprimée par les auteurs du Nouveau Petit Robert ; en effet, dans la refonte de 1993, on peut lire ceci dans la préface de ce dictionnaire :

Le « Nouveau Petit Robert », bien qu’il décrive fondamentalement une norme du français de France, inclut certains régionalismes de France et d’ailleurs, pour souligner qu’il existe plusieurs « bons usages », définis non par un décret venu de Paris, mais par autant de réglages spontanés ou de décisions collectives qu’il existe de communautés vivant leur identité en français (Nouveau Petit Robert 1993, XIV ; les italiques sont de mon fait).

45Reconnaître son propre usage comme un bon usage parmi d’autres ouvre la voie pour intervenir sur le français, et c’est ce qui se passe effectivement à la périphérie de la francophonie :

  • Les Québécois, mais aussi les Belges et les Suisses aménagent le français, par exemple, en fixant des terminologies spécialisées qui sont en partie différentes des solutions hexagonales (pour des exemples, on pourra se reporter à Pöll 2005, 259-270).
  • La féminisation des titres, grades et métiers est un autre domaine sur lesquel les francophones périphériques sont intervenus bien avant les Français, et parfois l’usage en France reprend les usages novateurs de la périphérie (par exemple : professeure) ou bien ils co-existent avec les formes utilisées en France.
  • 5 Références :
    Bal Willy, Doppagne Albert, Goosse André, Hanse Joseph, Lenoble-Pinson Michèle, Pohl Ja (...)

46Tout cela pour dire que le français, même s’il n’est pas l’exemple-type d’une langue pluricentrique, connaît ce que l’on pourrait appeler des « fonctionnements pluricentriques », conséquence pour ainsi dire naturelle de l’expansion d’une grande langue de culture et mécanisme permettant de concilier la nécessaire unité du domaine linguistique avec son inévitable diversité sur le plan du code et des identités5.

Notes

1 On mentionnera en particulier : Félix Boillot, Le français de la Grand’Combe (Doubs), 1929 ; Auguste Brun, Le français de Marseille, 1931 et Jean Séguy, Le fiançais parlé à Toulouse, 1951.

2 Depuis les travaux Jacques Pohl (1978 ; 1984) de tels termes ou expressions sont communément appelés statalismes.

3 Cela se traduit aussi en matière linguistique à proprement parler ; Jolivet (1989, 115) cite par ex. la meilleure conservation du passé simple en Suisse romande.

4 Il s’agissait d’étudiants en interprétariat ; le dispositif d’enquête prévoyait l’audition et évaluation d’enregistrements.

5 Références :
Bal Willy, Doppagne Albert, Goosse André, Hanse Joseph, Lenoble-Pinson Michèle, Pohl Jacques, Warnant Léon (1994), Belgicismes. Inventaire des particularités lexicales du français en Belgique, Louvain, Duculot.
Brun Marie-Marguerite (1753), Essay d’un dictionnaire comtois-françois. Besançon : Claude Rochet et Jean-Antoine Vieille [disponible en fac-similé sur http ://gallica.bnf.fr].
Chaurand Jacques, « Les français régionaux », in Antoine Gérald, Martin Robert (éd.), Histoire de la langue française 1880-1914, Paris, Éditions du CNRS, 1985, p. 339-368.
Depecker Loïc, « De voyagiste à courriel, influences réciproques de la coopération entre la France et le Québec en matière de néologie et de terminologie (1975-2000) », in Terminogramme 101/102, 2001, p. 119-129.
De Pietro Jean-François, Matthey, Marinette, « Comme Suisses romands, on emploie déjà tellement de germanismes sans s’en rendre compte… », Entre insécurité et identité linguistiques : le cas du français à Neuchâtel (Suisse), in Cahiers de l’institut de linguistique de Louvain 19, 3/4, 1993, p. 121-136.
De Pietro Jean-François, Béguelin Marie-José, « La Suisse romande. Le féminin dans la langue : un espace de variation et de réflexion », in Bouchard Pierre et al., La féminisation des noms de métiers, fonctions, grades ou titres au Québec, en Suisse romande, en France et en Communauté française de Belgique, Bruxelles : Service de la langue française/Duculot, 1999, p. 30-44.
Francard Michel, « Trop proches pour ne pas être différents. Profils de l’insécurité linguistique dans la Communauté française de Belgique », in Cahiers de l’institut de Linguistique de Louvain 19, 3/4, 1993, p. 61-70.
Hanse Joseph, Bourgeois-Gielen Hélène, Doppagne Albert, Chasse aux belgicismes, Bruxelles, Plisnier, 1971.
Jolive, Rémi, « Sauf en tant que région où l’on parle français… », in Seiler Daniel-L., Knüsel René Vous avez dit Suisse romande ? Lausanne, Éditions 24 heures, 1989, p. 103-116.
Le Nouveau Petit Robert ; dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française, Nouvelle éd. remaniée et amplifiée sous la dir. de Josette Rey-Debove et Alain Rey, Paris, Dictionnaires Le Robert, 1993.
Moreau Marie-Louise, Brichard Huguette, Dupal Claude, Les Belges et la norme. Analyse d’un complexe linguistique. Bruxelles, Communauté française de Belgique, Duculot, 1999.
Pöll Bernhard, Francophonies périphériques. Histoire, statut et profil des principales variétés du français hors de France, Paris, L’Harmattan, coll. « Espaces discursifs », 2001.
Le français langue pluricentrique ? Etudes sur la variation diatopique d’une langue standard, Francfort, etc., Lang, 2005.
– « Du français régional au français national ou : comment conceptualiser la variation de la langue commune en francophonie ? » in Bierbach Christine, Bulot Thierry, Les codes de la ville. Cultures, langues et formes d’expression urbaines, Paris, L’Harmattan, 2007, p. 55-76.
Pohl Jacques, « Communication Field and Linguistic Field : the Influence of the Border (France and Belgium) on the French Language » in International Journal ofthe Sociology of Language 15, 1978, p. 85-90.
– « Le statalisme » in TraLiLi 22/1, 1984, p. 251-264.
Poirier Claude, « Le français “régional” : méthodologies et terminologies » in Niederehe Hans-Josef, Wolf Lothar, Français du Canada-français de France. Actes du Colloque de Trêves du 26 au 28 septembre 1985, Tübingen, Niemeyer, 1987, p. 139-176.
Singy Pascal, L’image du français en Suisse romande. Une enquête sociolinguistique en Pays de Vaud, Paris, L’Harmattan, 1996.
Swiggers Pierre, « L’insécurité linguistique : du complexe (problématique) à la complexité du problème » in Cahiers de l’institut de Linguistique de Louvain 19, 3/4, 1993, p. 19-29.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540