Version classiqueVersion mobile

Le français et les langues d'Europe

 | 
Françoise Argod-Dutard

1re partie. La diversité linguistique en Europe et son évolution

Langues nationales et langues régionales dans l’Union européenne

Henriette Walter

Texte intégral

1Depuis le 1er janvier 2007, l’Union européenne comprend 27 pays, et, dans chacun de ces 27 pays, on compte de nombreuses langues, mais avec des statuts très différents :

  • langue officielle d’État,
  • langue officielle régionale,
  • langue minoritaire régionale sans statut officiel,
  • langue minoritaire non territorialisée.

Une majorité de langues indo-européennes

2Parmi la prodigieuse diversité des idiomes qui se sont perpétués en Europe au cours des siècles, voire des millénaires, on peut remarquer que, pour la plupart d’entre elles, ces langues appartiennent à la même famille, la grande famille indo- européenne, qui présente la singularité d’être la famille de langues la mieux répandue dans le monde.

3Six branches de cette famille sont représentées dans l’Union européenne :

  • le grec ;
  • les langues issues du latin, parmi lesquelles le français, l’italien, le roumain, le portugais, ou l’espagnol, mais aussi le wallon ou le picard, le gallo, le provençal ou le gascon, le frioulan ou le sarde, le catalan ou le galicien…
  • les langues germaniques : allemand, néerlandais, anglais, danois, suédois, luxembourgeois, mais aussi frison, alsacien, yiddish ou sorabe…
  • les langues baltes (lituanien, letton)
  • les langues slaves (polonais, tchèque, slovaque, bulgare, slovène, sorabe…)
  • les langues celtiques (irlandais, mais aussi gallois, breton…)

D’autres langues, d’origines diverses

4À côté de ces langues apparentées, coexistent des langues non indo-européennes : trois d’entre elles appartiennent à la famille finno-ougrienne (le finnois, l’estonien, le hongrois), l’une d’entre elles est une langue sémitique (le maltais), mais il y a également une langue altaïque, le turc, et enfin une langue qui ne ressemble à aucune autre, et qui les a toutes précédées sur le territoire, le basque, encore parlé de part et d’autre des Pyrénées.

5Seules, certaines d’entre elles ont le statut de langues officielles d’État.

Géographie linguistique de l’Union européenne

6Si l’on fait abstraction des frontières politiques actuelles, on peut constater que les langues d’un même groupe se retrouvent presque toutes dans la même zone géographique :

  • les langues germaniques au nord (langues scandinaves, néerlandais, allemand, anglais…) ;
  • les langues romanes à l’ouest et au sud ;
  • les langues baltes et slaves à l’est ;
  • le grec à l’extrême sud-est ;
  • les langues celtiques à l’extrême nord-ouest.

7Les langues non indo-européennes (finnois, estonien, hongrois, maltais, turc, auxquelles il convient d’ajouter le basque), ne sont pas regroupées géographiquement.

La diversité linguistique : une réalité européenne favorable

  • 1 Quelques-unes des langues de l’Europe occidentale ont été décrites dans Walter Henriette, L’aventu (...)

8Face au spectre de l’uniformisation qui se profile derrière la mondialisation, on peut être tenté de voir un atout dans cette multiplicité des langues. Bien sûr, on pourrait objecter que se perpétue ainsi la vieille malédiction de Babel, génératrice d’incompréhension, de méfiance, voire d’hostilité. Mais ce serait alors négliger une réalité tout à fait positive : le patrimoine culturel de l’Europe ne se limite pas à ses monuments artistiques chargés d’histoire, et il serait inconsidérément minimisé si l’on omettait d’y inclure l’apport renouvelé de ses langues, de toutes ses langues1.

Carte des langues officielles dans l’Union européenne en 2010

Des langues qui se sont réciproquement enrichies

9En réalité, la longue histoire des langues de l’Europe témoigne que leurs échanges incessants ont été bénéfiques pour chacune d’entre elles : il suffit, par exemple, de répertorier les innombrables mots français qui ont été adoptés par l’anglais, par l’allemand, par le néerlandais, par le portugais, l’italien ou le polonais, qui s’en sont trouvés enrichis, et de constater qu’à leur tour, ces mêmes langues ont aussi généreusement donné une partie de leur richesse lexicale au français, qui doit

  • à l’italien : aquarelle, caleçon, douche, gazette, réussir…
  • à l’espagnol : camarade, cédille, moustique…
  • au portugais : fétiche, marmelade, pintade…
  • à l’anglais : bagage, film, paletot…
  • au néerlandais : boulevard, bière, digue, pamplemousse…
  • au polonais : baba, mazurka…
  • au turc : caviar, chacal, odalisque…

10mais aussi

  • au picard : cabaret, canevas…
  • à un dialecte d’oïl de l’Ouest : aubépine, palourde, lessive… ou encore
  • aux langues d’oc : abeille, cigale, salade, troubadour…
  • au breton : bijou, goéland…
  • à l’alsacien : choucroute, kouglof, quiche…

11Avec ces derniers exemples, on peut observer que ce n’est pas toujours la langue officielle de l’État qui enrichit les langues de moindre diffusion, mais que l’inverse est souvent prédominant.

Diversité des statuts

12On l’a déjà dit : les nombreuses langues présentes dans l’Europe d’aujourd’hui ne bénéficient pas toutes du même statut.

13Si, en Belgique, coexistent trois langues officielles de l’État (français, flamand et allemand) et si, en Espagne, auprès de la langue officielle de l’État, l’espagnol – ou plus précisément, le castillan –, quatre autres langues ont le statut de langue officielle sur le plan régional (le basque, le catalan, l’aranais et le galicien), la situation est bien différente en France où, alors que bien d’autres langues ont enrichi son patrimoine culturel séculaire, il n’y a qu’une seule langue officielle de l’Etat, le français.

Les langues officielles d’État

14Dans l’Europe des 27, on compte 25 langues officielles d’État, dont 20 appartiennent à la grande famille indo-européenne.

Famille indo-européenne

15Branche germanique (6)

  • allemand (Allemagne, Autriche, Belgique, Luxembourg)
  • luxembourgeois (Luxembourg)
  • anglais (Grande-Bretagne, Irlande, Malte)
  • néerlandais (Pays-Bas, Belgique)
  • danois (Danemark)
  • suédois (Suède, Finlande)

16Branche romane (5)

  • français (France, Belgique, Luxembourg)
  • italien (Italie)
  • espagnol (Espagne)
  • portugais (Portugal)
  • roumain (Roumanie)

17Branche slave (5)

  • polonais (Pologne)
  • tchèque (République tchèque)
  • slovaque (Slovaquie)
  • slovène (Slovénie)
  • bulgare (Bulgarie)

18Branche balte (2)

  • letton (Lettonie)
  • lituanien (Lituanie)

19Branche celtique (1)

  • irlandais (Irlande)

20Branche hellénique (1)

  • Grec (Grèce)

Autres familles

21Cinq langues appartiennent à d’autres familles :

  • 3 langues à la famille finno-ougrienne (finnois, estonien et hongrois),
  • une langue à la famille sémitique, le maltais (langue officielle de Malte, avec l’anglais),
  • et une langue à la famille altaïque, ou turco-mongole, une famille qui regroupe le turc, le mongol et le toungouse (parlé en Sibérie). C’est avec le grec que le turc partage le statut de langue officielle à Chypre.

Des langues officielles régionales

22Auprès de ces 25 langues officielles d’État, un petit nombre d’autres langues jouissent aussi du statut de langue officielle, mais uniquement sur le plan régional, par exemple,

  • en Espagne : le basque (langue non indo-européenne), le catalan, le galicien et l’aranais (trois langues romanes),
  • en Italie : le français (Val d’Aoste), l’allemand (Haut-Adige),
  • en Grande-Bretagne : le gallois (pays de Galles),
  • à Jersey : le français,
  • au Danemark : l’allemand (Sud-Jutland), le féroïen (îles Féroé),
  • en Autriche : le slovène, le hongrois,
  • en Allemagne : le sorabe (langue slave).

Les autres langues

23Outre ces langues institutionnellement reconnues, il existe un nombre encore plus grand de langues régionales sans statut officiel, et qui continuent à se manifester, mais dans des conditions parfois de plus en plus difficiles.

24L’exposé qui suit permettra de mieux connaître l’histoire de cette diversité européenne.

Les langues celtiques

25La branche celtique, après avoir recouvert, sous la forme de différentes variétés, les deux tiers de l’Europe pendant plusieurs siècles, n’occupe plus aujourd’hui qu’un modeste espace à l’extrémité nord-ouest du continent européen, avec le gaélique d’Irlande et d’Écosse, le gallois, le manxois et, de façon beaucoup plus modeste, le comique, en Cornouaille britannique. En France, une langue celtique, venue des îles britanniques vers la fin du ve siècle de notre ère, a donné naissance au breton, encore parlé en Bretagne occidentale.

26Mais la seule langue celtique qui ait, en Europe, un statut de langue officielle d’État, est l’irlandais qui, dans la République d’Irlande, partage ce statut avec l’anglais.

Le grec

27De son côté, le grec est la seule langue officielle de la Grèce et, avec le turc, une des deux langues officielles de Chypre. Ce qu’il faut certainement souligner, c’est que cette langue revêt une importance sans pareille en Europe.

28Les autres langues lui doivent tout d’abord l’alphabet : c’est sur la base de l'alphabet grec – lui-même inspiré de l’alphabet phénicien – qu’a été créé l’alphabet latin (et également plus tard, l’alphabet cyrillique).

29La langue grecque a aussi toujours servi de modèle privilégié au latin et, à sa suite, aux diverses langues romanes, qui ont emprunté au grec des centaines de mots, souvent devenus internationaux, comme : catalogue, dont l’étymologie est « qui se lit de haut en bas », ou encore microscope, rhinocéros, géographie… Ce sont généralement des termes savants, comme dinosaure, tachycardie, cybernétique… qui ont été forgés à partir de racines grecques.

30Enfin, le grec est aussi une des sources favorites d’inspiration lorsque, par nécessité ou pour plaisanter, on veut créer des néologismes originaux. Par exemple, sur la base de polyglotte « qui parle plusieurs langues », on peut très facilement former hypnoglotte « celui qui parle en dormant » et, si l’on voulait qualifier une personne qui parle peu, on pourrait dire qu’elle est oligoglotte. De même, on pourrait proposer le néologisme leptocratie, pour désigner, dans les milieux de la mode, la préférence accordée aux silhouettes minces. Pourquoi faire simple quand on peut faire savant ?

Le latin et sa nombreuse descendance

31Après le grec, c’est le latin qui, depuis des siècles, a été la langue savante par excellence, alors qu’il n’était à l’origine que celle d’un peuple de paysans, comme on peut le vérifier jusque dans le vocabulaire le plus typique du monde des lettres : pagina, la « page », désignait en latin l’ensemble des rangs de vigne où les ceps étaient alignés de façon régulière, tout comme les mots sur la page d’un livre. Le mot livre lui-même, du latin liber, était aussi un terme d’agriculture, qui servait à nommer le tissu végétal situé entre le bois et l’écorce des arbres… Quant au vers (poétique), c’est un mot issu de versus, lui-même formé à partir du verbe latin vertere « tourner », et qui évoquait, en premier lieu, le mouvement que le laboureur imprime à sa charrue au bout du sillon en la retournant pour creuser le sillon suivant en sens inverse.

  • 2 Walter Henriette, « Latin et politiques linguistiques de l’Union européenne », Colloque Langues de (...)
  • 3 Walter Henriette, « La double vie du latin », Libération-Le Magazine n°12, Chronique Tant qu'il y (...)
  • 4 Walter Henriette, « Le latin des naturalistes, source d’un bilinguisme bien particulier », La ling (...)

32Destin prodigieux que celui de cette langue latine2 qui, avec la chute de l’Empire romain, aurait pu perdre son prestige et disparaître à tout jamais mais qui, au contraire, connaîtra un essor exceptionnel, et cela dans deux directions3 : à la fois en se spécialisant sous sa forme classique dans des emplois savants4et en se fragmentant, c’est-à-dire en se dialectalisant. Dans chacun des pays de l’Empire romain – à l’exception de ceux où régnait le grec – le latin s’est donc transformé pour donner vie à une multiplicité de langues romanes, dont certaines ont eu la chance de devenir la langue officielle d’un État.

L’italien : du toscan

33En Italie, c’est le toscan qui a réussi à s’imposer grâce au hasard heureux qui a fait naître à Florence trois écrivains incontestés de la littérature mondiale : Dante, Boccace et Pétrarque.

  • 5 Vincent Nigel, « Italian », The Major Languages of Western Europe, et Comrie Bernard (dir.), Londo (...)
  • 6 De Mauro Tullio (dir.) Il romanesco ieri e oggi, Roma, Bulzoni, 1989, 255 p.

34Mais, parallèlement à l’italien, seule langue officielle de l’État en Italie, de nombreuses langues régionales y connaissent encore une belle vitalité : il y a seulement une vingtaine d’années, environ 50 % de la population déclarait comme langue première une autre langue que l’italien5 : en Italie du Nord, par exemple, on parlait le provençal, ou encore le français, dans les vallées dites « vaudoises » et dans le Val d’Aoste, où se perpétue une langue régionale présente aussi en France, le franco-provençal, alors que le génois, le lombard et le bergamasque ne se maintiennent plus de nos jours qu’en dehors des villes. Dans les Dolomites, existent non seulement des locuteurs de deux dialectes romans, le frioulan, autour de Udine et le ladin près de Bolzano, mais encore des variétés de dialectes germaniques, dans le Haut-Adige. Plus à l’est, le vénitien fait preuve d’une vitalité exemplaire et, dans la vallée du Pô, un peu plus au sud, on peut entendre, autour de Ravenne, le romagnol. Beaucoup plus insolite, autour de Trieste, c’est une langue slave, le slovène, qui est parlée par la population rurale, dans une région qui, il est vrai, appartenait à l’Empire austro-hongrois jusqu’à la Première guerre mondiale. Rome avait aussi sa langue vernaculaire, le romanesco6, mais l’italien – c’est-à-dire le toscan – avait dès la fin du xve siècle, commencé à faire reculer cette langue régionale, tandis que tout le sud de l’Italie reste encore, de nos jours, profondément attaché à ses dialectes, qu’il s’agisse du napolitain, des dialectes des Pouilles et de l’extrémité de la botte, du sicilien ou encore du sarde.

35Enfin, l’Italie du Sud a aussi gardé plus ou moins vivants quelques îlots de langues diverses ; un îlot albanais, vestige de la langue apportée par des mercenaires arrivés au xve siècle, un îlot serbo-croate dans les Abbruzzes, où la langue remonte à celle de réfugiés parvenus en Italie entre le Ve et le vie siècle, un îlot grec en Calabre, un îlot catalan à Alghero, en Sardaigne, et également un îlot franco-provençal dans les Pouilles.

36La diversité des langues régionales est donc vraiment pleine d’imprévu en Italie.

L’espagnol, le portugais et les effets de la Reconquête

37Dans la péninsule Ibérique, le latin introduit par les légions romaines avait également connu une fragmentation en divers dialectes, et l’invasion des Arabes et des Berbères à partir de 711, allait modifier de façon sensible ce latin déjà très évolué. C’est parce que la Reconquête s’est faite à partir du Nord, de la Castille pour l’espagnol, et de la Galice pour le portugais, que le castillan a acquis le statut de langue officielle de l’État en Espagne et que la langue dérivée du gallaïco-portugais, est aujourd’hui la langue officielle de l’État au Portugal.

38Depuis, on l’a déjà indiqué, l’Espagne a aussi reconnu quatre langues officielles, mais uniquement sur le plan régional : le basque, le catalan, le galicien et l’aranais.

Le français, langue du roi

39Cela n’est pas le cas en France, où la langue du roi, diffusée à partir de l’Ile-de-France, est la seule langue officielle de l’État, tandis que dans les différentes régions subsistaient avec plus ou moins de constance, plusieurs autres langues : dans l’extrême sud-ouest (département des Pyrénées-Atlantiques), le basque, langue pré-indo-européenne véritablement résistante, et dans le nord-ouest, le breton, langue celtique, plus proche du gallois que de l’irlandais, tandis qu’au nord et à l’est, des langues germaniques, le flamand, le francique lorrain (ou platt), et l’alsacien se maintiennent encore de nos jours.

  • 7 Walter Henriette, « La France, un unilinguisme apparent Lez Valenciennes », 14, Presses Universita (...)

40Le reste du territoire est recouvert par trois grands groupes de langues romanes : oïl, franco-provençal et oc, toutes aujourd’hui menacées, malgré un certain désir de renouveau. Et il convient d’ajouter à cette liste le catalan, ainsi que le corse7.

41Mais, malgré l’inscription des langues régionales dans la Constitution (article 75.1) comme faisant partie du patrimoine de la France, aucune d’entre elles ne jouit d’un statut de langue officielle régionale, et le français reste la seule langue officielle de l’Etat.

Le roumain, « un îlot latin dans une mer slave »

42La question se pose différemment pour le roumain, car le latin n’a été introduit dans cette extrémité de l’Empire romain que tardivement, avec Trajan (à partir de 53 jusqu’en 117). C’est dire que la présence du latin ne s’y est manifestée que pendant moins de deux siècles. Cette langue latine a ensuite subi pendant des siècles l’influence conjuguée des langues slaves, du hongrois, de l’albanais et aussi du turc. Mais une relatinisation du roumain a été très active au xixe siècle, en général par l’intermédiaire du français, et en 1860, pour la langue écrite, on abandonnera définitivement l’alphabet cyrillique pour l’alphabet latin.

43Entrée dans l’Union européenne depuis le 1er janvier 2007, la Roumanie ne reconnaît qu’une seule langue officielle de l’État, le roumain.

Les langues de la Belgique et du Luxembourg

  • 8 Fuckerieder Josef, « La Belgique, le Luxembourg et le Suisse : trois situations linguistiques, Que (...)

44En Belgique et au Luxembourg8, plusieurs langues ont bénéficié du statut de langues officielles de l’État : le français, langue romane, y partage le statut de langue officielle avec deux langues germaniques.

45Les trois langues officielles de l’État, en Belgique, sont en effet le français, le néerlandais (flamand) et l’allemand, une situation qui a été officialisée, en 1963, par une loi fixant une frontière linguistique précise entre le français au sud et le flamand au nord, tout en ménageant, à l’est, deux districts de langue allemande : Eupen et St-Vith. Depuis 1970-1971, la frontière est même entrée dans la Constitution.

  • 9 Wynants Armel & Neve de Mevergnies François-Xavier, « Fourons, ou les effets pervers de la « terri (...)

46Pourtant, des problèmes linguistiques subsistent depuis des décennies, du fait de la cohabitation difficile des deux communautés sur le terrain, avec quelques points particulièrement sensibles. C’est le cas, par exemple, de Bruxelles, aujourd’hui en grande majorité francophone, mais située en région flamande. C’est surtout le cas, beaucoup plus dramatique, des Fourons : six petits villages dont le dialecte ancestral est le limbourgeois, un dialecte germanique bas-allemand, et qui constituent, depuis 1962, une enclave de la province unilingue flamande du Limbourg belge dans la province unilingue française de Liège. La situation y est véritablement explosive9.

47Au contraire, le Luxembourg connaît une situation de trilinguisme paisible car toute la population y parle quotidiennement le luxembourgeois, qui est un dialecte francique mosellan, accompagné de deux autres langues qui y jouent des rôles importants et complémentaires : par exemple, les députés discutent souvent entre eux en luxembourgeois, mais c’est en français que se déroulent les débats parlementaires, qui sont ensuite imprimés en allemand. Les rapports de police sont également rédigés en allemand mais les panneaux de signalisation routière, les noms des rues et la monnaie sont en français.

48Depuis le 26 février 1984, les 3 langues officielles du Grand Duché du Luxembourg sont le français, l’allemand et le luxembourgeois.

Les langues des Pays-Bas

49Aux Pays-Bas, il n’y a qu’une seule langue officielle de l’État, le néerlandais, qui est une langue germanique de l’Ouest.

50Auprès du néerlandais, au nord-ouest des Pays-Bas, une langue régionale se maintient encore, le frison, une langue germanique qui est moins proche du néerlandais que de l’anglais.

Les langues de Grande-Bretagne

  • 10 Walter Henriette, Honni soit qui mal y pense ou l’incroyable histoire d’amour entre le français et (...)

51L’anglais est aussi une langue germanique, mais que son histoire a mise très tôt, et sans discontinuer, en contact avec le latin et le français, si bien que la plus grande partie de son vocabulaire remonte aux mêmes sources que celles des langues romanes. Après environ trois siècles où le français a été la langue de la Cour, de la noblesse et de tous les gens importants, la langue anglaise ne refait finalement et définitivement surface que vers le milieu du xive siècle. Au point qu’encore aujourd’hui, le lexique de l’anglais est bien plus qu’à moitié français10.

52C’est aussi au xive siècle que le parler londonien s’imposera comme langue commune, tout en reléguant progressivement les autres dialectes au rang de langues locales. Parmi celles-ci, une place à part doit être faite au scots, qui est la forme prise par l’ancien anglo-saxon dans les Lowlands, à la limite de la région où s’est maintenu le gaélique d’Ecosse, qui est une langue celtique.

53Parmi les langues celtiques du Royaume-Uni, le gallois, qui est langue officielle au Pays de Galles, est aujourd’hui celle qui montre aussi la plus grande vitalité, tandis que le comique et le manxois ne sont plus des langues apprises dès l’enfance.

54En Grande-Bretagne, deux langues sont reconnues comme langues officielles régionales : le gallois au pays de Galles et le français dans les îles anglo-normandes. Mais l’anglais est la seule langue officielle de l’État. Cette langue a aussi été très influencée par les Vikings, locuteurs d’une langue Scandinave.

Les langues germaniques du Nord

55Parmi les langues scandinaves, seules deux d’entre elles, le danois et le suédois, figurent, en 2010, parmi les langues de l’Union européenne. Le suédois est langue officielle de l’État en Suède et également en Finlande, mais au Danemark, alors que seul le danois est langue officielle de l’État, le féroïen est langue officielle régionale dans les îles Féroé et l’allemand est langue officielle régionale dans le Sud-Jutland, à la frontière avec l’Allemagne.

Les langues de l’Allemagne et de l’Autriche

56L’allemand est la langue officielle de l’État, à la fois en Allemagne et en Autriche. Élaborée au xive siècle pour la rédaction des actes officiels dans la chancellerie impériale de Prague, cette langue, fondée sur plusieurs dialectes haut-allemands, est celle que choisit Luther pour traduire la Bible. Mais c’est seulement à partir de 1830 qu’elle devient une langue familière également en dehors des cercles cultivés.

57D’autres langues sont parlées en Allemagne, mais sans être reconnues comme langues officielles régionales : le bavarois, dans le Tyrol et les Alpes bavaroises, le Plattdeutsch ou bas-allemand dans le Bas-Rhin, au sud d’Aix-La-Chapelle, le luxembourgeois à Bitburg, le frison dans le Schleswig-Holstein (Frise orientale) et dans la Basse-Saxe, tandis que c’est le danois qui est parlé dans le Schleswig du Sud.

58Dans la partie orientale de l’Allemagne, on trouve aussi des populations parlant des langues slaves (polonais, sorabe) et une langue balte, le letton.

59En Autriche, la langue allemande, langue officielle de l’État, est parlée par 99 % de la population mais des minorités de langue hongroise, croate, slovène et tchèque composent le reste de la population.

Les langues des douze nouveaux pays de l’UE

60Avec les douze nouveaux membres entrés dans l’Union européenne (dix en mai 2004 et deux en janvier 2007), ce sont douze nouvelles langues qui sont venues enrichir son paysage linguistique : une langue romane, le roumain, déjà signalé, cinq langues slaves, deux langues baltes, deux langues finno-ougriennes, une langue sémitique et une langue altaïque.

Les cinq langues slaves

61Le polonais, langue slave du groupe slave occidental, est la seule langue officielle de la Pologne. Les origines de cette langue remontent à la préhistoire, mais les premières traces du polonais écrit ne datent que du xiie siècle, et ce n’est qu’à partir du milieu du xive siècle que, progressivement, le polonais écrit supplante le latin, jusqu’alors prédominant dans tous les domaines : gouvernement, commerce, science et culture littéraire. Le polonais s’écrit d’ailleurs avec l’alphabet latin.

62En République tchèque, le tchèque est la langue officielle de l’État. Cette langue, également du groupe slave occidental, s’écrit aussi en caractères latins. Cette langue est très proche du slovaque, qui est la langue officielle de la Slovaquie et qui a aussi adopté l’alphabet latin.

63Le slovène, langue officielle de l’État en Slovénie, est une langue slave du Sud et l’une des plus diversifiées de l’Europe, du fait des nombreux dialectes qui s’y sont développés dans chacune des vallées alpines. C’est le dialecte de la région de Ljubljana, écrit en alphabet latin, qui a servi de base à la langue slovène actuelle.

64Le bulgare, langue officielle de l’État en Bulgarie – entrée dans l’Union européenne depuis le 1er janvier 2007 – y est parlé par 90 % de la population et il tient une place à part parmi les langues slaves, parce que la langue liturgique était au ixe siècle le slavon, qui a pour origine un dialecte bulgare, écrit en cyrillique, et que le slavon a longtemps été le véhicule littéraire choisi par tous les peuples slaves.

Les deux langues baltes

65Auprès des nombreuses langues slaves encore vivantes, la branche des langues baltes n’est plus représentée que par deux langues, le lituanien et le letton.

66Le lituanien est un sujet d’étude particulièrement intéressant pour les linguistes, qui considèrent cette langue comme la plus archaïque des langues indo-européennes. C’est dans les campagnes que le lituanien a connu une vie intense, alors que les langues officielles du Grand Duché de Lituanie ont été pendant des siècles le latin, le polonais, le vieux-prussien et le biélorusse. Tout en produisant une riche littérature orale, le lituanien ne s’est fixé par écrit qu’à partir du xvie siècle et c’est après la chute de l’URSS que cette langue est redevenue, en janvier 1989, la langue officielle de la Lituanie.

67L’autre langue balte, le letton, est la langue officielle d’État, en Lettonie. Tout comme le lituanien, il est d’abord resté la langue des habitants des campagnes, pour n’apparaître dans un texte écrit qu’en 1535, dans une traduction du catéchisme catholique.

68Une confusion reste à éviter : il y a bien trois pays baltes, mais si le lituanien et le letton sont bien des langues baltes, qui appartiennent à la grande famille indo-européenne, ce n’est pas le cas de l’estonien, qui se rattache à la famille finnoougrienne, elle-même représentée par trois langues dans l’Union européenne ; le finnois, l’estonien et le hongrois.

Les trois langues finno-ougriennes

69Venu des monts de l’Oural aux premiers siècles de notre ère, le finnois est, avec le suédois, la langue officielle de l’État en Finlande. À partir de 1323, la Finlande appartient au royaume de Suède, c’est pourquoi le suédois, langue actuellement minoritaire dans ce pays, y a gardé une position de prestige. La Finlande compte aussi une petite proportion de citoyens de langue russe, sans statut officiel.

70Proche du finnois, l’estonien est la langue officielle de l’Estonie. Des populations venues de l’Oural s’étaient installées dans cette région de l’Europe pendant le haut Moyen Âge, mais l’estonien n’est attesté par écrit qu’au xiiie siècle et ne s’est réellement fixé qu’à partir du xvie siècle. Comme la connaissance de cette langue détermine l’accès à la citoyenneté en Estonie, cela pose un problème crucial aux résidents de langue russe, qui forment près de 40 % de la population de ce pays.

71Enfin, bien que langue finno-ougrienne comme l’estonien ou le finnois, le hongrois, qui est la langue officielle de l’État en Hongrie, s’est beaucoup différencié de ces deux langues au cours des siècles. Il s’ensuit que l’intercompréhension, qui est possible bien que difficile entre Estoniens et Finlandais, est de nos jours pratiquement impossible pour ceux-ci avec des locuteurs de langue hongroise.

Les langues de Chypre et de Malte

72Avec l’entrée de la République de Chypre dans l’Union européenne le 1er mai 2004, la langue grecque a renforcé sa position parmi les langues de l’Europe. Mais comme le grec partage le statut de langue officielle de Chypre avec le turc, c’est cette fois une langue d’une tout autre famille, celle des langues ouralo-altaïques, qui apporte ses particularités dans le paysage linguistique diversifié de l’Europe.

73Enfin, l’île de Malte, entrée également dans l’Union européenne le 1er mai 2004, reconnaît deux langues officielles de l’État : l’anglais et le maltais. Le maltais est une langue sémitique, parlée dans l’île depuis la conquête des Arabes en 870. On peut dire que cette langue est une variété d’arabe, mais d’un arabe vraiment très particulier car, la population maltaise étant de confession catholique, cette langue s’écrit en caractères latins et sa prononciation s’écarte sensiblement de celle de l’arabe parlé dans les pays musulmans. De plus, son contact avec l’anglais et l’italien a largement modifié son lexique.

L’Union européenne et ses langues

74Toutes les langues évoquées ici sont loin d’épuiser la multiplicité linguistique de l’Europe. Il faudrait y ajouter un grand nombre d’autres langues régionales minoritaires sans statut officiel, comme les créoles, par exemple, ainsi que les nombreuses langues de l’immigration, non territorialisées (entre autres, l’arabe un peu partout en France, le turc en Allemagne, des langues de l’Inde en Grande- Bretagne…), en plus des diverses variétés de tsigane. Il s’agit, pour ces dernières, de langues qui, parties de l’Inde au Moyen Âge avec les « gens du voyage », ont déferlé en Europe à partir du xive siècle.

75Ici se termine notre propre voyage au cœur des langues – officielles ou non – de l’Union européenne. Ce parcours historique nous a donné l’occasion de mieux connaître leurs aventures et parfois leurs mésaventures : un avenir somme toute très incertain.

76Pourtant, cette réalité multiple de l’Europe linguistique témoigne d’un dynamisme dû au fait que toutes ces langues sont porteuses de traditions séculaires, avec des spécificités culturelles qui apportent une autre vision du monde et qui piquent la curiosité. L’avenir nous dira si cette multiplicité des langues peut véritablement constituer un atout pour lutter contre le danger d’une uniformisation excessive en Europe et dans le monde.

Notes

1 Quelques-unes des langues de l’Europe occidentale ont été décrites dans Walter Henriette, L’aventure des langues en Occident. Leur origine, leur histoire, leur géographie, Paris, Robert Laffont, 1994, 498 p. Préface d’André Martinet. (Prix spécial du Comité de la Société des Gens de Lettres et Grand Prix des Lectrices de ELLE, 1995).

2 Walter Henriette, « Latin et politiques linguistiques de l’Union européenne », Colloque Langues de l’Europe et politiques linguistiques, Université Denis Diderot, 3 déc. 2009, à paraître dans les Actes.

3 Walter Henriette, « La double vie du latin », Libération-Le Magazine n°12, Chronique Tant qu'il y aura des langues, Paris 25/02/95, p. 59-604. Walter Henriette, « Le latin des naturalistes, source d’un bilinguisme bien particulier », La linguistique, numéro spécial « Plurilinguisme », vol. 41, 2005 fasc. 2, p. 121-128.

4 Walter Henriette, « Le latin des naturalistes, source d’un bilinguisme bien particulier », La linguistique, numéro spécial « Plurilinguisme », vol. 41, 2005 fasc. 2, p. 121-128.

5 Vincent Nigel, « Italian », The Major Languages of Western Europe, et Comrie Bernard (dir.), London, Routledge, (1re éd. Croom Helm, 1987), 1990, 315 p., p. 271.

6 De Mauro Tullio (dir.) Il romanesco ieri e oggi, Roma, Bulzoni, 1989, 255 p.

7 Walter Henriette, « La France, un unilinguisme apparent Lez Valenciennes », 14, Presses Universitaires de Valenciennes, 1992, p. 73-83, ainsi que l’ouvrage récapitulatif Aventures et mésaventures des langues de France, Nantes, éd. du temps, 2009, 287 p.

8 Fuckerieder Josef, « La Belgique, le Luxembourg et le Suisse : trois situations linguistiques, Quel modèle ? », Actes du XVe Colloque international de Linguistique Fonctionnelle

(Moncton, Canada, 18-24 août 1988), université de Moncton, 1989, 277 p., p. 57-60.

9 Wynants Armel & Neve de Mevergnies François-Xavier, « Fourons, ou les effets pervers de la « territorialité » : étude sociolinguistique de la « pétaudière » linguistique belge », Actes du XVe Colloque de la Société Internationale de Linguistique fonctionnelle (Moncton, Canada, 18-24 août 1988), Centre de Recherche en Linguistique Appliquée, université de Moncton, 1989, p. 51-55.

10 Walter Henriette, Honni soit qui mal y pense ou l’incroyable histoire d’amour entre le français et l’anglais, Paris, Robert Laffont, 2001, 352 p. Publié dans Libération-Le Magazine n° 12, Chronique Tant qu’il y aura des langues, Paris 25/02/95, p. 59-60.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search