Version classiqueVersion mobile

Le français et les langues d'Europe

 | 
Françoise Argod-Dutard

1re partie. La diversité linguistique en Europe et son évolution

Diffusion et pratique de la langue française dans l’Europe des Lumières

Geneviève Goubier

Texte intégral

  • 1 Correspondance complète de la Marquise du Deffand avec ses amis, M. Lescure (éd.), Paris, He (...)
  • 2 Article « France, françois, français », Dictionnaire philosophique, Œuvres complètes, Paris, Renoua (...)
  • 3 M. Fumaroli, Quand l’Europe parlait français, Paris, éditions De Fallois, 2001, p. 18.
  • 4 Article « Langue françoise », Encyclopédie d’Alembert et Diderot.

1« Nous avons pourtant encore un prodigieux avantage, c’est qu’on parle français à Astrakan, et qu’il y a des professeurs en langue française à Moscou », écrit Voltaire à sa correspondante Mme du Deffand, le 18 mai 17671. Voltaire célèbre ainsi le rayonnement de la langue française et du « génie français », « peut-être supérieur à tous les autres peuples, depuis quatre-vingts ans dans la littérature ; et le premier, sans doute, pour les douceurs de la société, pour cette politesse si aisée, si naturelle, qu’on appelle improprement urbanité2 ». Les douceurs de la société, l’art de la conversation, les pratiques salonnières ne se connaissent guère qu’en France et cette science du monde sert l’expansion d’une langue, vecteur à la fois de communication et de civilisation. « La France du xviiie siècle et sa langue », écrit Marc Fumaroli3, « étaient tout simplement contagieuses et irrésistibles, parce que leur image était celle du peu de bonheur et d’intelligence dont les hommes sont capables au cours de leur bref passage dans la vallée de larmes terrestre ». Faiguet4, dans l'Encyclopédie de d’Alembert et Diderot, en comparant le français au latin, exalte et justifie la valeur civilisatrice de notre langue :

il me semble que les ouvrages français faits sous le siècle de Louis XIV tant en prose qu’en vers, ont contribué autant qu’aucun autre événement, à donner à la languedans laquelle ils sont écrits, un si grand cours, qu’elle partage avec la langue latine, la gloire d’être cette langue que les nations apprennent par une convention tacite pour se pouvoir entendre. Les jeunes gens auxquels on donne en Europe de l’éducation, connaissent autant Despréaux, La Fontaine et Molière, qu’Horace, Phèdre et Térence.
La clarté, l’ordre, la justesse, la pureté des termes, distinguent le français des autres langues, et y répandent un agrément qui plaît à tous les peuples. Son ordre dans l’expression des pensées, le rend facile ; la justesse en bannit les métaphores outrées ; et sa modestie interdit tout emploi des termes grossiers ou obscènes.

  • 5 M. Fumaroli, Quand l’Europe parlait français, Paris, éditions De Fallois, 2001.

2L’Europe des Lumières parlait français, pour reprendre le titre du livre de Marc Fumaroli5. Comment expliquer ce succès du français et le choix de cette langue par les lettrés européens et les têtes couronnées ? Quel usage les Européens font-ils de cette langue ? Quel regard les Français portent-ils sur cette expansion de leur langue ? Quelles sont les causes du déclin de la langue française au crépuscule des Lumières ?

  • 6 L’Antiradoteur ou le Petit Philosophe moderne, texte paru sans nom d’auteur en 1785, à Londr (...)
  • 7 Sainte-Beuve, Critiques et portraits littéraires, Paris, Félix Bonnaire et Eugène Renduel, 1839, vo (...)

3« Je remercie [la] Providence de m’avoir fait naître Français », écrit Charles de Peyssonnel6, « parce que j’aime beaucoup à courir, et qu’il me paraît fort doux et fort commode de trouver ma langue chez tous les peuples de l’Europe ». Il reconnaît toutefois que cette étude du français ne concerne que les gens de cour, les gens de lettres et les personnes d’un état un peu élevé. La commodité de se faire entendre en français dans les états européens tient d’abord au contexte politique et à l’intense activité diplomatique – officielle et officieuse – conduite par Choiseul et dont le centre se trouve à Versailles. Dans la recherche d’une paix civilisée, les diplomates croisent les acteurs de la République des Lettres et de la République des Arts, partageant leur talent et tissant ainsi des réseaux en Europe. Sainte-Beuve, brossant le portrait de madame de Krüdener, évoque cette « haute noblesse du Nord […] attirée par un attrait invincible vers Paris, vers cette Athènes des arts et des plaisirs ». « Les princes et les rois », ajoute-t-il, « s’honoraient d’y venir passer quelques instants, et d’y prendre, pour ainsi dire, leurs grades de beaux-esprits ou d’esprits forts. Leurs ambassadeurs étaient eux-mêmes un des ornements essentiels de la philosophie et de la conversation française7 ». Au nombre de ces diplomates lettrés se comptent le baron de Gleichen et le comte de Creutz, respectivement ambassadeur du Danemark et ambassadeur de Suède. Malgré des conflits violents mais localisés, l’Europe bénéficie, de la mort de Louis XIV à la Révolution, d’une exceptionnelle période de paix, qui autorise les revendications optimistes des hommes des Lumières au plaisir et au bonheur. L’universalité et le rayonnement de la langue française se confondent alors de facto avec l’universalisme humanitaire et la métaphore solaire des Lumières. La diplomatie de Choiseul brille et culmine en 1770 avec la conclusion du mariage du Dauphin et de Marie- Antoinette. Pour la représenter à Paris, surveiller sa fille et recueillir des informations sur les suites de cette union, Marie-Thérèse choisit un diplomate français, le comte Mercy d’Argenteau, avec lequel elle échange une abondante correspondance en français. C’est dans cette langue que la future reine s’entretient avec sa mère, et, devenue souveraine, avec le comte de Fersen, La correspondance chiffrée de Marie-Antoinette pendant la Révolution est aussi rédigée en français. Stanislas Poniatowski, le dernier roi de Pologne exilé à Saint-Pétersbourg, le protégé de Mme Geoffrin, rédige aussi ses mémoires en français.

  • 8 Sainte-Beuve,op. cit., p. 475.
  • 9 Mme du Deffand, op. cit., p. 81.

4La bonne société européenne s’exprime en français. Isabelle van Zuylen, future madame de Charrière, avoue avoir presque oublié son hollandais natal auprès de son institutrice française. L’échange épistolaire, qu’elle entretient durant sa jeunesse avec sa mère, se fait en français « et du plus leste », juge Sainte-Beuve, qui affirme que « c’est sa vraie langue de nourrice ». La jeune fille ne semble guère goûter les charmes de sa langue maternelle : quand on l’avertit qu’il faut répondre en hollandais aux lettres des grandes tantes et des grands parents, elle note : « Je me suis hâtée de le faire du mieux que j’ai pu. Les h, w, gb n’y sont pas épargnés, non plus que les tk8. » Madame du Deffand, détaillant à Horace Walpole le bulletin des mondanités (15 juillet 1770), s’extasie sur les enfants de M. Elliot, qui « sont infiniment aimables, […] savent parfaitement le français, sont gais, doux et polis, et plaisent à tout le monde9 ». Il n’est rien de fortuit ici dans la liaison entre la connaissance du français et l’aimable sociabilité de ces petits Anglais : parler français ne répond pas au seul désir de trouver une langue de communication, mais à l’espoir de partager l’entreprise civilisatrice initiée à Paris.

  • 10 M. Fumaroli, op. cit., p. 21.
  • 11 Mme du Deffand, lettre à Walpole du 21 avril 1766.
  • 12 Mme du Deffand, op. cit., p. 356.

5Au xviiie siècle comme au xxie siècle, nous dit fort justement Marc Fumaroli, « quiconque découvre qu’il veut avant de mourir prendre part à une conversation civilisée […] se met au français10 ». Quiconque parle français bénéficie des vertus civilisatrices inhérentes à cet idiome. Mme du Deffand sait bien rappeler à son cher Walpole que la barbarie appartient au peuple d’outre-Manche : « je dirai, comme mes chers compatriotes, quand on leur raconte quelque trait dur et féroce : cela est bien anglais11 ». A contrario, l’effacement de la rugosité de son caractère national devient le plus beau compliment qu’elle entend sur Walpole : « Walpole a bien plus de douceur, de politesse, bien plus d’envie de plaire : oh ! Il est tout à fait français12 ! » Voltaire applaudit les changements que la diffusion du français, rendue possible par le succès de nos écrivains, a apportés à la cour de la « Sémiramis du Nord » :

  • 13 Lettre à Mme du Deffand, 3 avril 1769, op. cit., p. 561.

On parle français à Moscou et en Ukraine. Ce n’est ni le Parlement de Paris ni la Sorbonne qui ont établi des chaires de professeurs en notre langue dans ces pays autrefois si barbares. Peut-être y ai-je un peu contribué13.

6Il suffit, pour se convaincre des bienfaits de l’influence française, de se remémorer le terrible portrait que Wilhelmine, margrave de Bayreuth, sœur de Frédéric II de Prusse et francophone avertie, trace de l’épouse du tsar Pierre le Grand, qui ignore le français, massacre l’allemand et ne s’exprime qu’en « russien » :

  • 14 Margrave de Bayreuth, Une Enfance à la cour de Prusse, Paris, Mercure de France, 1996, p. 39-40. «  (...)

On l’aurait prise à son affublement pour une comédienne allemande. Son habit avait été acheté à la friperie. […] Elle avait une douzaine d’ordres et autant de portraits de saints et de reliques attachés tout le long du parement de son habit, de façon que lorsqu’elle marchait on aurait cru entendre un mulet : tous ces ordres qui se choquaient l’un l’autre faisaient le même bruit14.

  • 15 Elisabeth Vigée Le Brun, « Les Femmes régnaient alors, la Révolution les a détrônées », Souvenirs, (...)

7Cette cour barbare, ces « salamalecs à la russienne » et la grossièreté du tsar qui ordonne à son épouse de baiser la statue fort indécente d’une divinité païenne contrastent violemment avec le raffinement de la société de Mon-Bijou. La francophilie éclairée de Catherine II a métamorphosé cette cour vulgaire. Et Voltaire de s’extasier : « Rien n’est plus extraordinaire que cet assemblage de toutes les grâces françaises dans le pays qui n’était que celui des ours il y a cinquante ans ». Mme Vigée Le Brun note que Catherine II écrivait le français « avec la plus grande facilité » et qu’elle a vu « à la bibliothèque de Pétersbourg le manuscrit original du code de lois qu’elle a donné aux Russes, entièrement écrit de sa main et dans notre langue15 ».

8Le prince de Ligne, dont la capitale familiale était Vienne, ne parla jamais que fort peu sa langue maternelle, jugée trop rude. Frédéric II l’avait bien compris, lui qui ne s’entretenait en allemand qu’avec ses chevaux ! Tout Européen homme de goût et d’esprit, voit en Paris sa seconde patrie, surtout s’il a bénéficié d’un apprentissage linguistique et culturel dispensé par des précepteurs et des gouvernantes français. Mme de Rocoules, gouvernante de Frédéric II et de sa sœur, console ses élèves, maltraités par leurs royaux géniteurs qui se déchirent les faveurs de leurs enfants, par le charme de sa conversation. Sorti des mains de sa gouvernante, Frédéric parfait son éducation grâce à Duhan, son précepteur français.

9Mais la grande complaisance des Européens à parler notre langue induit chez les Français une certaine paresse à apprendre d’autres langages et une extrême arrogance dans la certitude où ils sont qu’il n’est pas une nation où ils ne soient parfaitement entendus. Charles de Peyssonnel critique ce comportement de ses compatriotes dans une anecdote où, paradoxalement, se révèle l’esprit français qui l’anime. Un jeune Parisien, séjournant à Amsterdam, interroge un Hollandais sur l’identité du propriétaire d’une maison qu’il admire. Ik kan niet verstaan (je ne vous comprends pas), répond-il. Et notre jeune homme d’envier l’heureux sort de ce M. Kaniferstan. Continuant sa promenade, le Français rencontre une fort jolie femme. Le passant, auquel il demande le nom de cette beauté, répond : Ik kan niet verstaan et le jeune homme trouve que ce M. Kaniferstan est vraiment un homme heureux. Se renseignant plus loin sur le nom du gagnant d’une importante loterie, il reçoit la même réponse : Ik kan niet verstaan, et commence à penser que c’est trop de chance pour le seul M. Kaniferstan. Enfin il croise un convoi funèbre, s’enquiert du défunt et s’entend répondre Ik kan niet verstann. Et notre Parisien s’apitoie sur le sort de ce pauvre M. Kaniferstan, dont la félicité était décidément trop complète pour pouvoir durer. Cette petite fable se conclut par une espèce de morale qui souligne que l’adoption du français s’accompagne de celle d’un mode de vie et de pensée :

  • 16 C. de Peyssonnel, op. cit., p. 51.

Je suis Français ; je ne saurais être fâché que les autres habitants de l’Europe apprennent notre langue, imitent nos manières, copient nos modes, préfèrent nos manufactures, mangent de notre cuisine ; je ne puis voir qu’avec plaisir cet aveu tacite de notre supériorité ; mais je suis forcé d’avouer aussi que nous abusons bien souvent de nos avantages, et que nous sommes les enfants gâtés de toutes les nations du monde16.

  • 17 Voltaire, op. cit., p. 170.

10L’exceptionnelle richesse de notre littérature assure le triomphe de la langue. « Le génie de la nation se mêlant au génie de la langue », écrit Voltaire dans le Dictionnaire philosophique17, « a produit plus de livres agréablement écrits qu’on n’en voit chez aucun autre peuple ». Faiguet reprend ce thème dans l’Encyclopédie : « Le xviie et le xviiie siècle ont produit dans notre langue tant d’ouvrages admirables en tout genre, qu’elle est devenue nécessairement la langue des nations et des cours de l’Europe ». La Correspondance littéraire de l’allemand Grimm, revue manuscrite réservée aux privilégiés européens, commente et diffuse l’actualité philosophique, scientifique et littéraire, souvent relevée du sel du bel esprit, ingenium rendu possible par le génie de la langue.

  • 18 H. Walpole à Mme du Deffand, op. cit., p. CLXXXV.

Je serais retourné en Angleterre sans avoir eu l’idée de ce genre d’esprit qui est particulier à la nation française, si je n’avais pas été à Ferney et à Saint-Joseph. On apprend auprès de vous à goûter le parfait, mais on devient plus difficile sur le médiocre18,

11déclare Horace Walpole à Mme du Deffand.

12Quel est ce génie de la langue si propice au bel-esprit ? Il reflète d’abord, pour Voltaire, les agréments de la société qui l’a produit :

  • 19 Voltaire, Dictionnaire philosophique, op. cit., p. 170.

La liberté et la douceur de la société n’ayant été longtemps connues qu’en France, le langage en a reçu une délicatesse d’expression et une finesse pleine de naturel qui ne se trouvent guère ailleurs. On a quelquefois outré cette finesse, mais les gens de goût ont su toujours la réduire dans de justes bornes.19

  • 20 Voltaire, Dictionnaire philosophique, article « Langues », op. cit., p. 104.
  • 21 C. de Ligne, op. cit., p. 107.
  • 22 Voir, par exemple, ce trait rapporté par C. de Ligne(op. cit., p. 172) : « Ai-je raconté que (...)
  • 23 Ces propos sont rapportés par Mme Vigée Le Brun, dans le portrait du prince de Ligne, op. cit., p. (...)

13« De toutes les langues de l’Europe », ajoute-t-il20, « la française doit être la plus générale, parce qu’elle est la plus propre à la conversation : elle a pris son caractère dans celui du peuple qui la parle. » Pour Isabelle de Charrière, le français offre un modèle de pensée, admiré pour sa clarté et sa capacité de raisonnement. L'Encyclopédie vante la clarté, l’ordre, la justesse et la pureté des termes qui distinguent le français de toutes les autres langues. Voltaire définit lui aussi le « génie de cette langue » comme « la clarté et l’ordre », d’autant plus que « l’ordre naturel », dans lequel on est obligé d’exprimer ses pensées, contribue à l’agrément de la langue. Cette capacité naturelle à la rationalité et à la justesse s’accompagne d’une délicatesse intrinsèque, censée bannir les termes grossiers ou obscènes, si l’on en croit le rédacteur de l’Encyclopédie. Aussi le prince de Ligne, devant communier avec Marie-Thérèse, cherche-t-il désespérément, jusqu’à dix heures du soir, un confesseur qui sache le français : « J’aurais pu dire en allemand, mais trop grossier, le seul genre de péchés que je commets, car excepté celui-là, je n’en sais pas d’autres que de ne jamais aller à l’église21. » La langue de la philosophie est aussi celle de la frivolité d’une aristocratie experte dans l’art de se désennuyer et de séduire par la virtuosité des bons mots22, des saillies de l’esprit et des charmes du langage gazé. De nombreux recueils et pièces de société témoignent de ce goût cultivé pour le mot d’esprit. Charles de Ligne rappelle complaisamment les siens dans ses Cahiers, avec une originalité saluée par Mme de Staël qui voit en lui « peut-être le seul étranger qui dans le genre français soit devenu un modèle, au lieu d’être imitateur23 ! » Le 29 mai 1770, lors des cérémonies parisiennes célébrant le mariage du Dauphin et de l’archiduchesse d’Autriche, un terrible mouvement de foule provoque la mort de plusieurs centaines de spectateurs, écrasés et étouffés. Le lendemain, le prince de Ligne se mêle aux personnes qui recherchent leurs morts parmi les cadavres exposés au cimetière de la Madeleine. Interrogé par un commissaire qui lui demande s’il cherche quelqu’un, il répond :

  • 24 C. de Ligne, op. cit., p. 160.

Je ne pus m’empêcher de lui répondre que je n’étais pas un connaisseur, mais seulement un amateur. Les Français étaient en tout si comiques dans ce temps-là qu’on ne doit pas s’étonner si même dans les scènes les plus tragiques d’alors il y avait le mot pour rire24.

  • 25 Anecdote rapportée par C. de Ligne, op. cit., p. 154.

14Ce n’est pas à la délicate décence de la langue française mais à la gaieté qu’elle portait que le général Panowsky doit son salut à la bataille de Reichenbach. Devant haranguer les dragons wallons et se désolant de ne pas savoir le français, il cherche tous les mots qu’il croit avoir entendus et finit par crier : « Allons foutre, sacredieu25 », pour la plus grande satisfaction des soldats, qui voient là une métaphore galvanisante de la guerre, réjouissante et conforme au génie de leur langue.

  • 26 Sainte-Beuve, op. cit., p. 34.

15Pourtant, si les Français applaudissent la diffusion de leur langue, ils n’en portent pas moins de sévères jugements sur l’usage qu’en font les étrangers. Voltaire affirme que « tout conspire à corrompre une langue un peu étendue », en particulier « les auteurs qui écrivent en pays étranger » et qui mêlent presque toujours des expressions étrangères au français, même si c’est leur langue naturelle. Les appréciations de Sainte-Beuve sur des écrivaines étrangères témoignent du même souci de voir préserver la pureté de la langue française, sans que les influences des patries d’origine s’y signalent autrement que par une thématique spécifique. Il juge que Mme de Krüdener a su introduire, dans Valérie, « son mélancolique Scandinave dans le vrai style de la France » et que « l’inspiration germanique, si sentimentale qu’elle soit, se corrige en s’exprimant, et, pour ainsi dire, se termine avec un certain goût toujours, et par une certaine forme discrète et française26 ». Mais il relève, chez Mme de Charrière, la faute qui trahit l’auteure hollandaise :

  • 27 Sainte-Beuve, op. cit., p. 510 (note).

C’est du meilleur français, du français de Versailles que le sien, en vérité […] Elle ne paie en rien tribut au terroir… en rien ; pourtant je lis en un endroit de Caliste : Mon parent n’est plus si triste d’être marié, parce qu’il oublie qu’il le soit, au lieu de qu’il l’est. Toujours, toujours, si imperceptible qu’il se fasse, on retrouve le signe27.

  • 28 Article « Langues », Dictionnaire philosophique, op. cit., p. 110.
  • 29 Article « France, françois, français », Dictionnaire philosophique, op. cit., p. 180.

16Voltaire estime qu’il faut prendre pour modèles les bons auteurs du xviie et du xviiie siècle et ne rien changer à la langue, sous peine de rendre inintelligible notre littérature. Il s’insurge violemment contre ceux qu’il accuse d’abâtardir la langue française, ces « beaux-esprits des pays étrangers, qui, ne connaissant pas l’usage, vous disent qu’un jeune prince a été très bien éduqué, au lieu de dire qu’il a reçu une bonne éducation28 ». Dans les deux articles du Dictionnaire philosophique consacrés à la France et à sa langue, il recense toutes les fautes, les solécismes, les barbarismes qui risquent de renvoyer à la barbarie notre langue française si polie. Il se gausse de ces auteurs « qui ont parlé allobroge en français, ont dit élogier au lieu de louer, ou faire un éloge ; par contre au lieu d’au contraire ; […] égaliser les fortunes pour égaler29 ». Il reconnaît que notre langue est issue de la corruption que nous avons faite du latin, quand nous avons commencé à le parler, mais refuse de prendre en considération une évolution contemporaine. Les apports nouveaux n’enrichissent pas la langue mais la défléchissent vers un abâtardissement voisin de l’antique barbarie.

  • 30 Voltaire écrit à Mme du Deffand pour la prier de lui envoyer un exemplaire de l’Histoire de Charles (...)

17Nombre d’auteurs déplorent que les Français eux-mêmes participent à corrompre leur langue. Voltaire ne manque pas de dresser la liste des aberrations langagières qu’il entend et de constater que les « mots et les idées changent souvent chez les Français30 ». Charles de Peyssonnel, irrité et scandalisé par les outrages faits à la langue et à l’orthographe, propose un projet original pour conserver à la langue sa pureté :

  • 31 Peyssonnel cite un exemple de ces outrages : « Une des plus belles maisons de la rue de Cléry est a (...)

Je voudrais que le roi érigeât l’Académie française en tribunal glossaire qui connût toutes les infractions faites aux lois de la langue et de l’orthographe, et que Sa Majesté revêtît ce tribunal d’une autorité suffisante pour punir les solécismes et les barbarismes publics à la réquisition du secrétaire perpétuel, qui serait le procureur du roi de ce tribunal, et donnerait ses conclusions sur les dénonciations qui lui seraient faites par des inspecteurs galloglotes établis pour la police de la langue31.

18Les coupables d’atteintes à l’intégrité de la langue paieraient des amendes, dont le produit financerait une école gratuite où l’on enseignerait au bas peuple la grammaire française et l’orthographe. Pessimiste sur le temps nécessaire pour atteindre le but désiré et bien mauvais prophète, Peyssonnel déclare que les amendes perçues suffiraient pour alimenter ce fonds « jusqu’à l’extinction de la monarchie » !

  • 32 Cité par M. Fumaroli.

19Ce souci normatif de protection de la langue va de pair avec les qualités qu’on lui accorde. C’est parce que le français est une langue admirable, qui se prête particulièrement bien au raisonnement et aux activités spéculatives, qu’il faut le protéger. Mais le français peut être reconnu peu propice à d’autres formes de l’esprit comme la poésie, gênée par la lourdeur d’une versification sans attraits. Horace Walpole correspond en français avec Mme du Deffand, mais s’avoue peu à l’aise dans cette langue, selon lui « l’idiome le plus antipoétique d’Europe, le plus stérile, et de surcroît le plus entravé de difficultés32 ». Il est vrai que, tout en admirant l’aisance et le ton de ses lettres, Mme du Deffand ne manque pas de lui rappeler son imparfaite maîtrise du français :

  • 33 Correspondance complète de la marquise du Deffand avec ses amis, op. cit., p. 13.

Vous êtes fort gai, et votre style a un délibéré qui doit vous rendre fort difficile sur celui des autres. Si vous saviez parfaitement notre langue, je ne balancerais pas (flatterie et amitié à part) à vous dire que vos lettres valent mieux que celles de votre sainte (i.e. Mme de Sévigné33.

  • 34 Je reprends ici une formule d’Elisabeth Vigée-Lebrun dans ses Mémoires : « Les femmes régnaient alo (...)
  • 35 M. Fumaroli, op. cit, p. 17.

20Comment expliquer le déclin du français en Europe ? Sans doute à cause de la Révolution. Le français régnait alors, la Révolution l’a détrôné34. L’essor et le rayonnement du français accompagnaient ceux des Lumières ; or, les locuteurs français étrangers, qui appartiennent aux classes élevées de la société, vont accuser les écrivains des Lumières d’être responsables d’une Révolution qui les effraie. « La stupeur, la désillusion, le désarroi créés par la Terreur furent à la mesure de la sympathie, de l’admiration, voire de la fascination qu’avait exercées la France des Lumières », écrit Marc Fumaroli35. Charles de Ligne regrette le temps d’avant, où la seule arme dont on se servait alors était le ridicule :

  • 36 C. de Ligne, op. cit., p. 159.

Elle était moins funeste que celles que la folie, la cruauté et la barbare philosophie ont mises entre les mains de cette détestable, exécrable et abominable nation qui avait été si heureuse pendant cent cinquante ans36.

  • 37 C. de Ligne, Fragments de l’histoire de ma vie, Œuvres I, Bruxelles, Editions Complexe, 2006, p. 13 (...)
  • 38 C. de Ligne, op. cit., p. 132.

21Les Français, pour leurs voisins, sont retournés à la barbarie. Et leur langue aussi… Comment croire encore à la délicatesse d’une nation qui a décrété la Terreur ? L’Ancien Régime entraîne dans sa chute la société francophone policée européenne, dont la disparition se marque par l’usage retrouvé de l’allemand. Cette langue, à laquelle « on s’est remis dans la conversation », se désole Charles de Ligne, « ôte l’urbanité que le règne de François Ier de Lorraine avait apporté avec lui. Les tutoiements parmi les femmes, l’organe que cette langue nécessite, en ramènent la grossièreté dans la société. […] Les vieux seigneurs et les vieilles princesses accoutumés à parler [le français] depuis cinquante ans sont les seuls polis37 ». « On ne rit même décemment qu’en français38 », conclut-il.

22Le français du xviiie siècle s’identifie ainsi à la douceur de vivre cultivée par une société policée. Il est une langue claire et juste, parfois gazée, et vecteur d’une éthique qui relève du bon goût et qui devient une question d’esthétique : certaines délicatesses de l’âme, du sentiment et de l’esprit ne se peuvent dire que dans la langue qu’elles ont façonnée. C’est à un vrai banquet des esprits que convie l’apprentissage du français : les exigences de la grammaire, du lexique et de la syntaxe sont les voies d’accès à une éducation, à une philosophie, à un système de valeurs humanistes de la bonne compagnie. Autant de réquisits interdisent heureusement au français de n’être qu’une langue vernaculaire. La langue des Lumières, à l’image de l’idéologie qu’elle sert, rayonne, mais pour qui consent à se plier à la clarté précise et vive qu’elle requiert et à l’élégance qu’elle demande, à la façon de Robespierre dont, nous rappelle Marc Fumaroli, « la tenue était impeccable, les cheveux toujours poudrés de frais, la diction et les manières celles d’un homme de cour ».

  • 39 M. Fumaroli, Quand l’Europe parlait français, op. cit., p. 22.

23Le français de l’Europe des Lumières peut nous entretenir dans un plaisir de nostalgie, mais il nous rappelle aussi qu’il était la langue d’hommes croyant au recul de la barbarie, partageant les idéaux des Lumières et se réjouissant des délices de la conversation et des entretiens. Même s’il confortait dans ses privilèges l’élite sociale et intellectuelle, dont il était la langue d’élection. Les châteaux de Prusse, nommés Sans-Souci ou Mon-Bijou attestent du désir de vivre dans des sociétés aspirant, par la grâce d’une langue, à sortir du pays des ours. Le français n’occupe plus désormais de position hégémonique, ni en Europe ni dans le monde, mais il reste une minorité « d’honnêtes gens » pour lesquels il demeure la langue de la littérature et de la bonne compagnie, la langue pour, selon la formule de Marc Fumaroli39, « participer au banquet des esprits dont la France a été longtemps l’hôtesse experte, et dont le souvenir ne s’effacera jamais ».

Notes

1 Correspondance complète de la Marquise du Deffand avec ses amis, M. Lescure (éd.), Paris, Henri Pion, 1865, tome I, p. 425.

2 Article « France, françois, français », Dictionnaire philosophique, Œuvres complètes, Paris, Renouard, 1819, p. 171.

3 M. Fumaroli, Quand l’Europe parlait français, Paris, éditions De Fallois, 2001, p. 18.

4 Article « Langue françoise », Encyclopédie d’Alembert et Diderot.

5 M. Fumaroli, Quand l’Europe parlait français, Paris, éditions De Fallois, 2001.

6 L’Antiradoteur ou le Petit Philosophe moderne, texte paru sans nom d’auteur en 1785, à Londres chez Emsley et réédité sous le titre de Petite Chronique du ridicule, édition de Mario Pasa, Paris, Payot, 2007, p. 45.

7 Sainte-Beuve, Critiques et portraits littéraires, Paris, Félix Bonnaire et Eugène Renduel, 1839, volume 5, p. 29.

8 Sainte-Beuve,op. cit., p. 475.

9 Mme du Deffand, op. cit., p. 81.

10 M. Fumaroli, op. cit., p. 21.

11 Mme du Deffand, lettre à Walpole du 21 avril 1766.

12 Mme du Deffand, op. cit., p. 356.

13 Lettre à Mme du Deffand, 3 avril 1769, op. cit., p. 561.

14 Margrave de Bayreuth, Une Enfance à la cour de Prusse, Paris, Mercure de France, 1996, p. 39-40. « La Czarine était petite et ramassée, fort basanée et n’avait ni air ni grâce. […] ».

15 Elisabeth Vigée Le Brun, « Les Femmes régnaient alors, la Révolution les a détrônées », Souvenirs, 1755-1842, D. Masseau (éd.), Paris, Tallandier, 2009, p. 296.

16 C. de Peyssonnel, op. cit., p. 51.

17 Voltaire, op. cit., p. 170.

18 H. Walpole à Mme du Deffand, op. cit., p. CLXXXV.

19 Voltaire, Dictionnaire philosophique, op. cit., p. 170.

20 Voltaire, Dictionnaire philosophique, article « Langues », op. cit., p. 104.

21 C. de Ligne, op. cit., p. 107.

22 Voir, par exemple, ce trait rapporté par C. de Ligne(op. cit., p. 172) : « Ai-je raconté que je dis au duc Albert, qui avait été extrêmement battu à Jemappes et extrêmement malade ensuite, et qui me demanda si je ne le trouvais pas changé : Je vous trouve, Monseigneur, l’air encore défait. »

23 Ces propos sont rapportés par Mme Vigée Le Brun, dans le portrait du prince de Ligne, op. cit., p. 488.

24 C. de Ligne, op. cit., p. 160.

25 Anecdote rapportée par C. de Ligne, op. cit., p. 154.

26 Sainte-Beuve, op. cit., p. 34.

27 Sainte-Beuve, op. cit., p. 510 (note).

28 Article « Langues », Dictionnaire philosophique, op. cit., p. 110.

29 Article « France, françois, français », Dictionnaire philosophique, op. cit., p. 180.

30 Voltaire écrit à Mme du Deffand pour la prier de lui envoyer un exemplaire de l’Histoire de Charles-Quint par Robertson (28 janvier 1770) : « Je l’attends avec la plus grande impatience ; je vous supplie d’ordonner qu’on la fasse partir par la guimbarde de Lyon. C’était autrefois un bien vilain mot que celui de guimbarde ; mais vous savez que les mots et les idées changent souvent chez les Français, et vous vous en apercevez tous les jours. », Correspondance complète de la marquise du Deffand avec ses amis, op. cit., p. 28.

31 Peyssonnel cite un exemple de ces outrages : « Une des plus belles maisons de la rue de Cléry est actuellement à vendre ; il y a sur la porte un grand écriteau écrit avec prétention en grandes lettres moulées, mais orthographié de la manière suivante : MAISON AVANDRE SADRESSERE A MR GABRIELLE RUE DE LA CROIX. Il est très permis à un homme de vendre sa maison, mais il ne devrait pas lui être permis de la proposer au public d’une manière aussi incorrecte. » Op. cit., p. 110.

32 Cité par M. Fumaroli.

33 Correspondance complète de la marquise du Deffand avec ses amis, op. cit., p. 13.

34 Je reprends ici une formule d’Elisabeth Vigée-Lebrun dans ses Mémoires : « Les femmes régnaient alors, la Révolution les a détrônées ».

35 M. Fumaroli, op. cit, p. 17.

36 C. de Ligne, op. cit., p. 159.

37 C. de Ligne, Fragments de l’histoire de ma vie, Œuvres I, Bruxelles, Editions Complexe, 2006, p. 132-133.

38 C. de Ligne, op. cit., p. 132.

39 M. Fumaroli, Quand l’Europe parlait français, op. cit., p. 22.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search