Version classiqueVersion mobile

Le français et les langues d'Europe

 | 
Françoise Argod-Dutard

1re partie. La diversité linguistique en Europe et son évolution

L’émergence des langues romanes : continuités et discontinuités

Marieke Van Acker

Texte intégral

  • 1 Voir notamment les ouvrages – anciens ou récents – consacrés à l’histoire et à la caractérisation d (...)
  • 2 La filiation latin-langues romanes s’est imposée dès le xvie siècle, après qu’avaient été envisagée (...)

1Les langues romanes apparaissent de nos jours comme des entités bien distinctes. Ce sont des systèmes langagiers autonomes, avec leurs caractéristiques phonétiques, morphologiques, syntaxiques propres. Elles ont chacune des histoires et des traditions différentes, des architectures sociolinguistiques propres1. Pourtant, il fut un temps où ces différents univers ne faisaient qu’un et où la diversité langagière observée dans le même espace était perçue comme ne relevant que d’une langue, la langue latine qui avait été importée et qui s’était maintenue dans une grande partie du territoire de l’Empire romain2. La comparaison des langues romanes permet de rapprocher la variation linguistique d’une variation dialectale, comme le montrent les cartes et tableaux qui suivent.

  • 3 Il y apparaît bien sûr des traits évolutifs (souvent dits « vulgaires »), mais leur présence n’est (...)
  • 4 On trouvera une édition contextualisée dans P. Lauer, Histoire des fils de Louis le Pieux, p. 163-1 (...)

2Du latin aux langues romanes, il y a ainsi à la fois discontinuité et continuité. On s’imagine par conséquent une lente métamorphose, un changement dans la continuité. Pourtant, lorsqu’on observe la documentation écrite, celle-ci paraît décevante tellement elle reflète peu la métamorphose telle qu’on se l’imagine. Jusqu’à la fin du viiie siècle, les textes se présentent comme étonnamment latins et étonnamment homogènes sur tout l’espace de la romanophonie en devenir3. Il faut attendre le ixe siècle – 842 – pour qu’apparaisse sur le sol gallo-roman un premier document qui reflète une autre réalité. Les fameux Serments de Strasbourg marquent la naissance du français ou, en tout cas, sa naissance à l’écrit, par une graphie radicalement différente et par l’apparition de traits morphosyntaxiques et lexicaux qui, pour la première fois, se distancient du latin de manière nette4.

  • 5 1=italien méridional ; 2=gascon ; 3=corse ; 4=sarde ; 5=gallo-italien ; 6=friulan (rhéto-roman) ; 7 (...)

Image 1 : Carte tirée de Gerhard Rohlfs, Panorama delle lingue neolatine. Piccolo atalante linguistico pan-romanzo, Tübingen, 1986, p. 2455.

  • 6 La plupart des mots pour « fromage » remontent à formaticum, qui était à l’origine un adjectif préc (...)

Image 2 : Tableau comparatif de quelques vocables en latin et dans les différentes langues romanes (officielles6).

Image 3 : Tableau comparatif du début du premier article de la Déclaration des droits de l’homme en latin et en différents parlers romans.

Image 4 : Fragment des Serments de Strasbourg : le serment prononcé par Louis le Germanique.

Image 5 : Fragment des Serments de Strasbourg : transcription et transposition hypothétique en latin classique, telle quelle a été proposée dans F. Brunot, Histoire de la langue française des origines à 1900, Paris, 1933.

  • 7 Notamment pour les comparatistes des dernières décennies du xixe et du début du xxe siècle, la lang (...)
  • 8 Ainsi pour ex., les théories de J. Bonfante et de G. Gröber. Cf. M. Van Uytfanghe, « Le latin des h (...)
  • 9 V. Väänänen, « Trimalchion et ses convives parlaient-ils italien ? », Neuphilologische Mitteilunge (...)
  • 10 Cf. J. Herman, « En souvenir de Veikko Väänänen : l’état présent des études sur le latin tardif et (...)
  • 11 József Herman l’explique ainsi : « nous appelons latin vulgaire la langue parlée des couches peu in (...)

3Entre ce texte et toute la documentation écrite qui précède, il semble y avoir une rupture, un hiatus difficile à appréhender. La conséquence a été que longtemps, on a essayé de reconstituer l’histoire de l’émergence des langues romanes en écartant la documentation écrite. Celle-ci se vit reléguée au rang des productions savantes n’ayant plus de lien réel avec l’histoire de la langue parlée7. C’est ainsi qu’à la question « quand a-t-on cessé de parler latin ? », certains ont affirmé que tel fut le cas dès que le latin a été importé dans les différents territoires conquis et s’est accommodé de substrats différents8. Dans un fameux échange entre scientifiques à ce sujet, le grand latiniste finlandais Veikko Väänänen posa ironiquement la question de savoir si Trimalchion et ses convives – les personnages mis en scène par Pétrone au ier siècle après J.-C. – parlaient italien9. De nos jours, la réponse à cette question est unanimement négative10. Une autre approche, qui bénéficie encore de larges suffrages de nos jours, consiste à ne pas négliger la documentation écrite pour se renseigner sur l’évolution de la langue, tout en se méfiant d’elle. L’idée est que, tout artificielle que soit cette langue écrite, elle peut ici et là laisser transparaître des éléments de l’oral, dans la mesure où les auteurs ne maîtrisaient pas toujours à la perfection une grammaire qui n’était plus actuelle11. De cette manière, on pouvait fouiller les documents, tels des chantiers archéologiques, à la recherche d’éléments attestant de manière fragmentaire, à travers des fautes, une langue parlée disparue à jamais. Beaucoup de textes continuent ainsi d’apparaître comme totalement étrangers à l’oralité. À titre d’illustration, ce fragment de la Passion de saint Léger, dans sa seconde version latine, datant de la fin du viie siècle :

  • 12 Passio Leudegarii secunda, éditée par B. Krusch, Monumenta Germaniae Historica, Scriptores Rerum Me (...)

Igitur beatus Leudegarius ex progenie celsa Francorum ac nobilissima exortus, a primi aetatis infantia a parentibus in palatio Chlothachario Francorum rege traditus, ab eodem vero rege non post multum temporis Didoni praesole Pectavensis urbis, abunculo scilicet suo, ad inbuendo litterarum studiis datus est.12

  • 13 Les premiers appels allant dans ce sens se sont fait entendre dès le début des années 1980. Voir no (...)
  • 14 M. Van Uytfanghe, « L’audience de l’hagiographie au vie siècle en Gaule », p. 166 sq. pour le vie s (...)
  • 15 M. Van Uytfanghe, « L’hagiographie et son public… », p. 57-9. Michel Banniard fournit des illustrat (...)

4 C’est finalement de la sociolinguistique qu’est venu un appel à concevoir un rapport plus organique entre langue écrite et langue parlée13. Ce courant de recherche a pour caractéristique fondamentale d’étudier la langue dans son fonctionnement social. Appliquée à l’histoire de la langue, l’approche sociolinguistique invitait à s’interroger sur la fonctionnalité des textes. Or les types de textes les mieux représentés pour la période précédant immédiatement la première apparition du roman à l’écrit, sont les documents administratifs – chartes et diplômes – et les vies de saints. Était-il possible que ces documents ne s’adressaient qu’à une élite de lettrés ? Pour l’hagiographie, certains témoignages vinrent à l’encontre de cette idée. Il existait apparemment une pratique bien établie qui consistait à réciter à haute voix ces vitae et passiones à l’église devant le peuple, et ce à l’occasion de la fête des saints14. Qui plus est, dans certaines préfaces, les auteurs de ces textes insistent à plusieurs reprises sur le fait qu’ils se sont efforcés d’adapter leur niveau stylistique afin que les gens puissent comprendre ce qui était dit15. C’est le cas de la préface du moine Ursin à sa version de la Passion de saint Léger (fin viiie s.) :

Image 6 : Schéma représentant la langue comme une succession d’ensembles parcourus de trois axes, l’axe diatopique, l’axe diastratique et l’axe diaphasique.

Image 7 : Schéma représentant le diasystème langagier comme un ensemble comprenant des sous-ensembles de traits archaïques, actuels et modernes.

  • 16 Ursin de Ligugé, Préface à la Passio Leudegarii, début viiie s., MGH SRM V, p. 324, 1. 7-10. Traduc (...)

Hoc etenim sciendum puto, quia quamvis quisquis alti sermones eloquentia eiusdem viri Dei acta disserere cupiat, apertius et absque fallatibus verbis fari non valeat. Et forsitam valueram et ego, annuente Deo, clausis ac aliquis incognitis verbis narrare ; ideo nolui, ut, quique rustici et inlitterati hec audierint, intellegant et devoti appe- tant eius imitare exempla, cuius intellegerent audiendum miracula16.

  • 17 Cf. e.a. R. Ferri, « Review latin vulgaire-latin tardif V » : « even on the most vernacular deliver (...)
  • 18 Ce fut le point de départ de notre recherche doctorale : M. Van Acker, ut quique rustici et inlitte (...)
  • 19 C’est le mérite de travaux en linguistique fonctionnelle, comme ceux d’André Martinet, et en sociol (...)
  • 20 E. Coseriu, Sincronía, diacronía e historia. El problema del cambio lingüístico (secunda edición, r (...)
  • 21 Distinction proposée par M. Banniard, dans : « Prérequis de réceptibilité du latin tardif en périod (...)

5On peut bien sûr balayer ces témoignages et affirmer que ces hagiographes se faisaient de belles illusions17. Mais on peut aussi leur donner l’avantage du doute et voir si réellement ces textes sont incompatibles avec une langue parlée en passe de devenir romane18. C’est d’autant plus justifié que les dernières décennies, le concept « langue » a fait l’objet de larges réflexions, pour se présenter dorénavant comme une entité beaucoup plus complexe que celle maniée par les diachroniciens de la première heure. Là où la langue a longtemps été conçue comme une entité homogène et stable, elle est à l’heure actuelle conçue comme multiple et dynamique19. Pour Eugenio Coseriu, philosophe du langage, la langue est premièrement activité (energeia). En synchronie, dit-il, une langue est un ensemble de modes communs. Ces modes ne cessent pas d’être transmis, ce qui fait qu’en diachronie, une langue est un ensemble de modes qui se transmettent20. Les locuteurs se servent de ces modes en partie consciemment et en partie inconsciemment. Pour ce faire, ils puisent en quelque sorte dans un ensemble de structures disponibles. L’usage qu’ils en font peut varier en fonction de leur situation dans l’espace (variation diatopique), de leur provenance sociale (variation diastratique), du contexte dans lequel ils se trouvent (variation diaphasique). En fonction de ces axes, l’usage langagier présentera une répartition variable de traits ressentis comme archaïques, de traits actuels et de traits modernes21.

  • 22 E. Coseriu, Sincronía, diacronía e historia, p. 29.
  • 23 Cf. N. Catach,« Code, langage et norme, à l’oral et à l’écrit » dans La sociolinguistique. Approche (...)
  • 24 A. Winther, « L’écrit et la norme », dans J.-B. Marcellesi et B. Gardin (éd.), Sociolinguistique, (...)

6Mais la langue n’est pas que energia, elle est aussi produit (ergon 22). En effet, en tant que support d’échanges sociaux, la langue génère tout un système de valeurs symboliques. Certains modes, en général ceux qui sont associés à des réalités prestigieuses, peuvent être investis d’une valeur représentative et s’imposer comme moyen de communication « trans-dia » ou « super-dia ». Avec l’écrit, les choses se compliquent davantage encore. L’écrit permet de conserver la langue23. Mais pour que cette langue en conserve soit fonctionnelle, il faut de la stabilité, il faut des règles spécifiques. C’est pourquoi l’écrit est le support par excellence de l’idéologie de la langue. L’écrit nous tient un discours implicite sur la langue. Il neutralise certaines variantes et en érige d’autres à la dignité de valeur « normale ». De ce fait, l’écrit fixe une norme d’une part, et d’autre part, fait en sorte qu’une langue véhicule toujours une partie de son passé24.

Image 8 : Schéma représentant la langue comme une succession d’ensembles parcourus de trois axes, l’axe diatopique, l’axe diastratique et l’axe diaphasique, en distinguant entre les emplois oraux et écrits.

  • 25 Cf. H. Petersmann, « Standardisation et déstandardisation du latin d’un point de vue diachronique » (...)
  • 26 Voir P. Riché, « L’enseignement et la culture des laïcs dans l’Occident pré-Carolingien », dans Set (...)

7Dans le cas du latin, le « latin classique », tel que nous le concevons, correspond à une norme écrite créée à un moment donné sous l’impulsion d’une classe sociale, puis maintenue durant de longs siècles, transmise par l’intermédiaire de l’enseignement et de plus en plus « langue en conserve » correspondant à un enchevêtrement d’idéaux. À côté de cette norme, différentes autres normes, d’autres idéaux langagiers ont existé et évolué selon les exigences sociales, toutes relevant d’actions conscientes sur la langue parlée en fonction d’imaginaires différents25. Le Haut Moyen Âge est héritier de ces traditions. L’enseignement se fonde sur l’étude de grammaires et de textes appartenant à différentes époques, avec une place centrale pour la Bible et pour les auteurs chrétiens de l’Antiquité tardive26. C’est un univers fortement marqué par le poids de la tradition, d’une part parce que celle-ci est nécessaire pour transmettre le message divin – la Bible –, d’autre part parce qu’elle est la garante, depuis la christianisation de l’empire romain, de l’unité chrétienne.

  • 27 Cf. M. Van Acker, « D’une étape négligée dans la modélisation du changement langagier : importance (...)

8Quel est, alors, le rapport à l’oral ? S’il est vrai que le décalage entre l’écrit et l’oral était réel, il ne faut pas pour autant exclure un lien entre les deux. Un examen détaillé des hagiographies précarolingiennes a montré que ces auteurs cherchaient généralement le compromis. Ils essayaient d’écrire de telle manière que leurs textes, du moins ceux destinés aux illettrés, puissent à la fois s’insérer dans la tradition, et être le support d’une communication verticale efficace. Pour ce faire, ils produisent des textes en ayant recours à une majorité de traits archaïques, un nombre contrôlé de traits actuels et une minorité de traits modernes, tout en sachant qu’un certain nombre de traits archaïques ne relèvent plus de connaissances actives de leurs auditeurs. Comment cette communication pouvait-elle alors être efficace ? D’une part, il importe d’être conscient des connaissances passives chez les illettrés : certaines constructions et formulations ne devaient plus être utilisées activement, mais, à force de les entendre souvent, et dans des contextes prévisibles, ils les comprenaient encore27. D’autre part, il faut tenir compte d’un pilotage sémantique et rythmique tel qu’il pouvait se passer de marques morphologiques explicites, comme certaines désinences, certaines terminaisons archaïques. Certains textes fonctionnent ainsi souvent à deux niveaux, celui qu’on voit à l’écrit et qui se conforme à la grammaire traditionnelle, avec des marques morphosyntaxiques explicites, l’autre celui qu’on entendait à l’oral, où beaucoup de ces marques explicites devenaient inopérationnelles et où le sens reposait sur des rapports implicites. Le rapport entre les deux niveaux pouvait fluctuer. Nous proposons comme exemple une phrase où l’écart est mince entre les deux niveaux, en ce sens qu’il y a peu de marques explicites qui se perdent. L’extrait suivant est tiré de la Vie de saint Wandrille (fin viie s., abbé de Fontenelle, Belgique, province de Namur). Le narrateur y rapporte le témoignage d’un moine qui a entendu des choeurs célestes chanter à l’approche de la mort du saint :

  • 28 Vita Wandregiseli abb. Fontanellensis, MGH SRM V, c. 19, p. 23, 1. 28-33. Traduction en français : (...)

Et ego ipsi, aliquo fratri in monasterio narrante, cognovi, cum esset in cella sua, audivit choris excellentissime psallere. Exsurgens frater ille in pavimento et currens, festinus accessit ad aecclesiam, cogitavit infra se, ut fratres iam decantarint ad exitum beati viri Dei. Qui veniens in aecclesiam et nihil in eam invenit ; regressus cum terrore, venit ad locum ubi venerabilis pater erat ; interrogavit ad circumstantes, si aliqua rem audissent. Respondentes autem fratres dixerunt ei, quia niminem audierant28.

  • 29 Par ex. E de la Chaussée, 1974, Initiation à la phonétique historique de l’ancien français (Paris, (...)

9Dans ce fragment, il y a peu d’écart entre les niveaux explicite et implicite. Cela a pour conséquence que l’auditeur a perdu peu de contenu lorsque le texte lui fut récité avec une prononciation où bon nombre de marques morphologiques explicites à l’écrit, notamment les marques casuelles, devenaient inaudibles (note sur graphies erronées). Ainsi, l’ablatif absolu aliquo fratri in monasterio narrante devait fonctionner comme une construction participiale sans marques morphologiques, comme c’est encore possible en français moderne : « Le repas terminé, ils rentrèrent ». En tenant compte des évolutions phonétiques telles qu’elles ont été retracées par les spécialistes29, on peut tenter une reconstruction de la prononciation pour le nord de la zone d’oïl :

Et ego ipsi, aliquo fratri in monasterio narrante, cognovi, cum esset E jo eps, alque fraire en moustier narrant, connui, com est in cella sua, audivit choris excellentissime psallere en celle soue, oït cuers essellentisme saldre

10Je me dois de signaler ici qu’une reconstruction de ce genre est forcément hypothétique. Mon intention est surtout de montrer que derrière cet écrit à l’apparence statique on peut supposer une grande diversité au niveau des prononciations (diversité qu’on retrouve ensuite dans les différentes langues romanes et, à un niveau géographique inférieur, dans les scriptae françaises). Tenir compte d’une prononciation évoluée permet aussi de faire apparaître plus de continuité qu’il n’y paraît à première vue. Le début du fragment se révèle ainsi très proche de l’ancien français, tel qu’on le trouve dans les textes dès le xe siècle.

11Lorsqu’on compare ce fragment avec le début de la préface d’une autre vita, la Vita Amandi (avant 750), on se rend compte que le rapport entre explicite et implicite y est tout autre. L’auteur, un clerc anonyme du diocèse de Noyon- Tournai, qui adressa le texte à son évêque, fait état de beaucoup plus de traits langagiers archaïques, tant au niveau morphologique, syntaxique que lexical, ce qui devait produire à l’oral un énoncé peu fonctionnel, d’autant plus qu’il n’est pas du tout soutenu par un rythme proche de l’oral. Mais il s’agit d’une préface, destinée à être lue par des lettrés et non pas à être récitée devant des illettrés.

  • 30 Vita Amandi episcopi, B. Krusch (éd.), MGH SRM V, 1910, 428-449. Traduction en français : « Moi qui (...)

Incipit prologus in vita sancti ac beatissimi amandi episcopi et confessoris Scripturus vitam beati Amandi, habitatorem eius invoco Spiritum sanctum, ut qui ei virtutes largiri dignatus est, mihi etiam eas sermonem tribuat narrandi, quatenus et caritati vestrae debitum servitutis inpendam officium, et ne his lateat, qui omni- modis est imitandus30.

  • 31 Comme le dit Ernest Lavisse : « Il est vrai que déjà les Mérovingiens se réclamaient de cette origi (...)
  • 32 Cf. I. H. Garipzanov, The Symbolic Language of Authority in the Carolingian World (c.751- 877), Lei (...)

12Nous venons de voir jusqu’ici qu’oral et écrit, dans les siècles qui ont suivi la chute de l’Empire romain, sont entrés dans un rapport de tension, où un compromis devait constamment être créé entre le poids de la tradition et la valeur symbolique de la langue d’une part, et le besoin d’efficacité communicative d’autre part. Or, cet équilibre instable allait être totalement perturbé par un changement dans la gestion de la valeur symbolique. Avec les Carolingiens, on assiste à une radicalisation portée par différentes forces en jeu. Charlemagne veut unifier son empire et asseoir son autorité sous la bannière du christianisme et en se profilant comme un dirigeant de droit divin31. Pour ce faire, il renforce les parallèles entre son empire et l’empire romain chrétien32. C’est dans cette optique que la langue s’impose comme un symbole fort, capable de véhiculer l’idée d’unité, d’infaillibilité et de prestige. Cette réorientation a des conséquences fondamentales pour la gestion de la langue écrite : on assiste à une redéfinition des rapports entre passé (tradition) et présent, avec un avantage net pour le premier. La diversité du présent est ressentie comme un signe de désordre. Dans un premier temps, il en résulte une hétérogénéité accrue dans les types d’écrit, puisqu’à la diversité existante, s’ajoutent des écrits conformes à la nouvelle idéologie. Mais cette hétérogénéité porte en germe une dichotomisation car, au fur et à mesure que le latin s’identifie à des modèles anciens, les modes d’expression modernes s’en voient exclus.

Image 9 : Diasystème en phase de dichotomisation par une révision du rapport oral/écrit.

  • 33 Cf. Ibidem, p. 303.
  • 34 Cf. Ibidem, p. 305 ; R. Balibar, L’institution du français. Essai sur le colinguisme des Carolingi (...)

13Cette évolution aurait pu déboucher sur une situation où la langue écrite aurait été totalement figée dans le passé, et où la langue parlée aurait été privée d’écrit. Toutefois, certaines traditions de compromis, notamment dans l’administration, n’ont pas été enrayées. Puis, surtout, sur le sol gallo-romain, une autre évolution sociolinguistique importante a eu lieu, due à l’émergence d’une structure ecclésiastique puissante et autonome. Au temps de Louis le Pieux, les évêques en viennent à construire leur propre mythe d’un empire romain chrétien, dans lequel des empereurs humbles courbaient devant l’autorité spirituelle des évêques et non plus l’inverse33. Le latin uni, symbole de l’unité chrétienne, c’est l’institution ecclésiale qui se l’approprie, en s’établissant comme un ordre séparé et indépendant. C’est sans doute pourquoi, en 842, Nithard ne veut avoir recours au latin pour symboliser l’une des factions politiques impliquées : Charles le Chauve et Louis le Germanique dirigent des royaumes qui ne cherchent plus à se profiler comme des héritiers du grand empire romain chrétien, mais comme des entités politiques nouvelles34. Face à la langue germanique comme symbole du royaume de Louis, Charles instrumentalise la langue latine non cléricale, celle qui se démarque des grammaires et des livres anciens (la rustica romand lingua) Par cette appropriation, la langue parlée acquiert un statut politique qui lui permettra de développer son propre écrit, sa propre histoire et de se détacher progressivement de sa langue- mère. Le détachement des autres langues romanes se fera attendre un peu plus longtemps, et il sera fonction d’autres appropriations symboliques.

  • 35 Voir les ouvrages complémentaires :
    Passio Leudegarii secunda, par Bruno Krusch (éd.), Monumenta Ger (...)

14L’émergence des langues romanes est ainsi une belle illustration de la façon dont les langues sont déterminées par leur double fonctionnalité : communicationnelle d’une part, et symbolique de l’autre. Ce sont ces deux enjeux qui produisent des fluctuations dans le rapport entre continuité et discontinuité inhérent au dynamisme incessant des langues vivantes.35

Notes

1 Voir notamment les ouvrages – anciens ou récents – consacrés à l’histoire et à la caractérisation des langues romanes, parmi lesquels : F. Diez, Grammatik der romanischen Sprachen, Bonn, 1836-1838 (3 vol.) ; J.-M. Klinkenberg, Des langues romanes, Bruxelles, De Boeck-Duculot, 1999 [1994] ; E. Roegiest, Vers les sources des langues romanes. Un itinéraire linguistique à travers la Romania, Leuven, Acco, 2006.

2 La filiation latin-langues romanes s’est imposée dès le xvie siècle, après qu’avaient été envisagées également des origines hébraïques, grecques ou celtiques. Cf. F. Brunot, Histoire de la langue française des origines à 1900, t. 1 De l’époque latine à la renaissance, Paris, Librairie Armand Colin, 1933 (4e éd. revue et augmentée), p. 1-4.

3 Il y apparaît bien sûr des traits évolutifs (souvent dits « vulgaires »), mais leur présence n’est jamais telle qu’elle crée l’impression d’une rupture avec la grammaire traditionnelle. On a souvent parlé dans ce contexte d’un latin corrompu. Cette image erronée est toutefois en train d’être revue (Cf. aussi infra). En ce qui concerne la présence de ces traits évolutifs, il existe plusieurs florilèges proposant des textes intéressants de ce point de vue ; voir par exemple : V. Väänänen, Introduction au latin vulgaire, Paris, Klincksieck, 1963 ; D’arco Silvio Avalle, Protostoria delle lingue romanze (dal sec. VII ai Giuramento di Strasburgo e con particolare riguardo al territorio gallo-romanzo), Torino, Giappichelli, 1965 ; M. Iliescu & D. Slusanski, Du latin aux langues romanes. Choix de textes traduits et commentés, Egert, 1991.

4 On trouvera une édition contextualisée dans P. Lauer, Histoire des fils de Louis le Pieux, p. 163-164, Paris, Champion, 1926.

5 1=italien méridional ; 2=gascon ; 3=corse ; 4=sarde ; 5=gallo-italien ; 6=friulan (rhéto-roman) ; 7=romanche ; 8=napolitain. La plupart des formes sont issues du latin sapere, « sentir les saveurs », puis « savoir ». Quelques-unes remontent à la forme plus ancienne scire, « savoir ».

6 La plupart des mots pour « fromage » remontent à formaticum, qui était à l’origine un adjectif précisant qu’il s’agissait d’un fromage coulé dans un moule (forma). Le roumain pour « église », biserică, remonte à basilica, un type de bâtiment ayant servi d’église.

7 Notamment pour les comparatistes des dernières décennies du xixe et du début du xxe siècle, la langue écrite était une façade artificielle, la véritable langue-mère étant un « protoroman » repérable par reconstruction (avec d’éventuelles confirmations partielles dans la documentation écrite).

8 Ainsi pour ex., les théories de J. Bonfante et de G. Gröber. Cf. M. Van Uytfanghe, « Le latin des hagiographes mérovingiens et la protohistoire du français » dans Romanica Gandensia XVI, Gand, 1976, p. 31-35.

9 V. Väänänen, « Trimalchion et ses convives parlaient-ils italien ? », Neuphilologische Mitteilungen 70 (1969), p. 604-611.

10 Cf. J. Herman, « En souvenir de Veikko Väänänen : l’état présent des études sur le latin tardif et vulgaire » dans Latin Vulgaire Latin Tardif vi, Actes du VIe colloque international sur le latin vulgaire et tardif, Helsinki 29 août-2 septembre 2000 édités par H. Solin, M. Leiwo, Halla-aho, Hildesheim/Zürich/New York, Olms-Weidmann, 2003, p. 5.

11 József Herman l’explique ainsi : « nous appelons latin vulgaire la langue parlée des couches peu influencées ou non influencées par l’enseignement scolaire et par les modèles littéraires […]. Le latin vulgaire étant, par définition, une des variantes parlées du latin, il est en principe impossible de parler de texte vulgaire […]. On a par contre le droit de parler de texte plus ou moins influencé par la langue vulgaire. » Cf. J. Herman, Le latin vulgaire, Paris, PUE 1967, p. 16-17. Herman est en cela tout à fait en accord avec Veikko Väänânen, qui affirma : « Il est devenu banal de dire qu’il n’existe pas de texte en latin vulgaire ; il existe des « vulgarismes » qui percent à travers la langue littéraire des monuments écrits. C’est vrai, aussi et surtout, pour les textes émanant de personnes peu cultivées ; celles-ci s’efforcent aussi de « bien écrire » dès qu’elles mettent la main à la plume. Ce sont donc les fautes, d’une part, et d’autre part, les excès de correction ou les hypercorrections que ces personnes commettent en un mot, les dérogations aux normes littéraires, qui nous instruisent sur le latin vulgaire. ». Cf. V. Väänänen, Introduction au latin vulgaire, Paris, Klincksieck, 1963, p. 14-15.

12 Passio Leudegarii secunda, éditée par B. Krusch, Monumenta Germaniae Historica, Scriptores Rerum Merovingicarum V (1910), p. 324. En traduction française : « donc le bienheureux Léger, né d’une haute et très noble lignée parmi les Francs, confié par ses parents depuis sa prime enfance au palais du roi des francs Clothaire, fut cependant confié après peu de temps par ce même roi à l’évêque de la ville de Poitiers, Didon, c’est-à-dire son oncle, pour être formé à l’étude des lettres ». C’est nous qui avons traduit ce fragment, comme ceux qui suivent.

13 Les premiers appels allant dans ce sens se sont fait entendre dès le début des années 1980. Voir notamment : M. Richter, « À quelle époque a-t-on cessé de parler latin en Gaule ? À propos d’une question mal posée » dans Annales Économies, Sociétés, Civilisations 38 (1983), p. 439-448. (Réimpression dans Studies in Medieval language & culture, Dublin, 1995, p. 109-119) ; R. Wright, Late latin and early Romance in Spain and Carolingian France, Liverpool, 1982 ; M. Van Uytfanghe, « L’hagiographie et son public à l’époque mérovingienne » dans Studia patristica xvi. (Papers presented at the Seventh International Conference on Patristic Studies held in Oxford, 1975) (éd. E.A. Livingstone), part 2, Berlin, 1985, p. 54-62. Pour une récente mise au point : D. Aquino-Weber, S. Cotelli, A. Kristol, Sociolinguistique historique du domaine gallo-roman, Enjeux et méthodologies, Bern, Peter Lang, 2009.

14 M. Van Uytfanghe, « L’audience de l’hagiographie au vie siècle en Gaule », p. 166 sq. pour le vie siècle ; « L’hagiographie et son public… », spéc. p. 59, n. 24 et 27 pour le viie siècle.

15 M. Van Uytfanghe, « L’hagiographie et son public… », p. 57-9. Michel Banniard fournit des illustrations dans Viva voce. Communication écrite et communication orale du ive au ixe siècle en Occident latin, Paris, Études Augustiniennes, 1992, p. 253-271.

16 Ursin de Ligugé, Préface à la Passio Leudegarii, début viiie s., MGH SRM V, p. 324, 1. 7-10. Traduction en français : « Mais je veux que l’on sache ceci : s’il est vrai que chacun a le désir de narrer les actes de ce saint avec éloquence et en recourant à un langage élevé, tout le monde n’est pas en mesure de le faire en restant clair et en respectant la vérité. Et il est probable que moi aussi, avec l’aide de Dieu, j’eusse été capable de rédiger un texte avec des mots difficiles et peu courants, mais je ne l’ai pas voulu pour la raison suivante : pour que tous les illettrés et les non instruits qui entendraient ce texte puissent le comprendre, et qu’ils s’appliquent pieusement à suivre l’exemple de cet homme dont ils comprennent les miracles lorsqu’ils sont récités ».

17 Cf. e.a. R. Ferri, « Review latin vulgaire-latin tardif V » : « even on the most vernacular delivery, typological, syntactical, lexical differences were such as to make comprehensibility nearly impossible » (§ 11, [p. 4]) ; J. Herman, « La chronologie de la transition : un essai », dans József Hermán (éd.), La transizione dal latino alle lingue romanze (Atti, Tavola rotonda di linguistica storica, Venezia, 1996) (Tübingen, Niemeyer), 1998, p. 23.

18 Ce fut le point de départ de notre recherche doctorale : M. Van Acker, ut quique rustici et inlitterati hec audierint intellegant, Hagiographie et communication verticale au temps des Mérovingiens (viie-viii e siècles), Leuven, Brepols, 2007.

19 C’est le mérite de travaux en linguistique fonctionnelle, comme ceux d’André Martinet, et en sociolinguistique synchronique, avec les travaux de William Labov. Voir A. Martinet, Langue et fonction (trad. en français de A functional view of language, 1962), Paris, Denoël, 1969 ; W. Labov, Sociolinguistique, Présentation de P. Encrevé traduit de l’anglais par A. Kihm, Éditions de minuit, 1976 (titre de l’édition originale : Sociolinguistic patterns, 1973, University of Pennsylvania press).

20 E. Coseriu, Sincronía, diacronía e historia. El problema del cambio lingüístico (secunda edición, revisada y corregida), Madrid, Gredos, 1973, p. 49.

21 Distinction proposée par M. Banniard, dans : « Prérequis de réceptibilité du latin tardif en période de transition », dans S. Kiss, L. Mondin, G. Salvi, Latin et langues romanes. Etudes de linguistique offertes à Jozsef Herman (Tübingen, Niemeyer), 2005, p. 105-113, spéc. p. 112.

22 E. Coseriu, Sincronía, diacronía e historia, p. 29.

23 Cf. N. Catach,« Code, langage et norme, à l’oral et à l’écrit » dans La sociolinguistique. Approches, théories, pratiques (Actes du colloque 1978), t. II, 1980. p. 523.

24 A. Winther, « L’écrit et la norme », dans J.-B. Marcellesi et B. Gardin (éd.), Sociolinguistique, approches, théories, pratiques, Actes du colloque organisé du 27 novembre au 2 décembre 1978, Paris, PUF, 1980, p. 539-544.

25 Cf. H. Petersmann, « Standardisation et déstandardisation du latin d’un point de vue diachronique » dans R. Van Deyck, R. Sornicola, J. Kabatek, La variation en langue, II, Les quatre variations, Gand (Communication & Cognition) 2005, p. 473-488 ; J. Herman, « Les variétés du latin », dans G. Holtus, M. Metzeltin, C. Schmitt, Lexikon der romanistischen Linguistik, II/l, 1988, p. 44-61.

26 Voir P. Riché, « L’enseignement et la culture des laïcs dans l’Occident pré-Carolingien », dans Settimane di Studio XIX (La Scuola nell' Occidente latino dell’alto medioevo), Spoleto, 1972, p. 231-253 et 340-357 (discussion).

27 Cf. M. Van Acker, « D’une étape négligée dans la modélisation du changement langagier : importance et fonctionnement des connaissances passives au sein de la communication verticale mérovingienne », dans Da. Trotter, Actes du XXIIIe Colloque international de linguistique et de philologie romanes (Aberystwyth 2-6 aout 2004), Berlin, De Gruyter, 2007, vol II, p. 575-588.

28 Vita Wandregiseli abb. Fontanellensis, MGH SRM V, c. 19, p. 23, 1. 28-33. Traduction en français : « Et moi-même j’appris, parce qu’un frère de monastère l’a raconté, que lorsqu’il était dans sa cellule, il entendit chanter des psaumes de manière excellente par des choeurs. Ce frère se leva, sortit en courant dans la cour et se rendit à la hâte à l’église et pensait que les frères chantaient déjà la mort du bienheureux homme de Dieu. Et lorsqu’il arriva dans l’église, il n’y trouva rien. Il revint frappé de terreur et se dirigea vers le lieu où se trouvait le père vénérable, et il interrogea ceux qui étaient là pour savoir s’ils avaient entendu quelque chose. Mais les frères lui répondirent et lui dirent qu’ils n’avaient rien entendu. »

29 Par ex. E de la Chaussée, 1974, Initiation à la phonétique historique de l’ancien français (Paris, Klincksieck) ; E. J. Matte, 1982, Histoire des modes phonétiques du français (Genève, Droz).

30 Vita Amandi episcopi, B. Krusch (éd.), MGH SRM V, 1910, 428-449. Traduction en français : « Moi qui vais écrire la vie du bienheureux Amand, j’invoque le Saint-Esprit qui vivait en lui, pour que celui qui a daigné lui accorder les dons de la sainteté, me donne la parole pour les raconter, afin que je puisse faire don à votre charité d’une charge due de serviteur, et pour que ne reste caché celui qui, de toutes façons, doit servir de modèle ».

31 Comme le dit Ernest Lavisse : « Il est vrai que déjà les Mérovingiens se réclamaient de cette origine sacrée, mais Charlemagne, qui a reçu l’onction, qui est le fils du réformateur de l’Église, le protecteur du pape, et le propagateur de la foi par ses conquêtes, est un monarque chrétien, un roi d’Église à plus haut titre que Clovis ou qu’un Gontran et un Childebert. » V. E. Lavisse, Histoire de France depuis les origines jusqu’à la révolution, tome deuxième, Le Christianisme, les Barbares, Mérovingiens et Carolingiens, Paris, Hachette, 1903, p. 308.

32 Cf. I. H. Garipzanov, The Symbolic Language of Authority in the Carolingian World (c.751- 877), Leiden, Brill, 2008, p. 285 sqq.

33 Cf. Ibidem, p. 303.

34 Cf. Ibidem, p. 305 ; R. Balibar, L’institution du français. Essai sur le colinguisme des Carolingiens à la République, Paris, PUF 1985.

35 Voir les ouvrages complémentaires :
Passio Leudegarii secunda, par Bruno Krusch (éd.), Monumenta Germaniae Historica, Scriptores Rerum Merovingicarum V, Hannover-Leipzig, 1910, p. 323-356.
Vita Amandi, Bruno Krusch (éd.), Monumenta Germaniae Historica, Scriptores Rerum Merovingicarum V, Hannover-Leipzig, 1910, p. 428-449.
Vita Wandregiseli abb. Fontanellensis, Wilhelm Levison (éd.), Monumenta Germaniae Historica, Scriptores Rerum Merovingicarum V, Hannover-Leipzig, 1910, p. 1-24.
Aquino-Weber Dorothée, Cotelli Sara, Kristol Andres (éd.), Sociolinguistique historique du domaine gallo-roman, Enjeux et méthodologies, Bern, Peter Lang, 2009.
Avalle D’Arco Silvio, Protostoria delle lingue romanze (dal sec. vii ai Giuramento di Strasburgo e con particolare riguardo al territorio gallo-romanzo), Torino, Giappichelli, 1965.
Balibar Renée, L'institution du français. Essai sur le colinguisme des Carolingiens à la République, Paris, Presses Universitaires de France, 1985.
Banniard Michel, Viva voce. Communication écrite et communication orale du iv au ix siècle en Occident latin, Paris, Études Augustiniennes, 1992.
Banniard Michel, « Prérequis de réceptibilité du latin tardif en période de transition », dans Kiss Sándor, Mondin Luca, Salvi Giampaolo (éd.), Latin et langues romanes. Etudes de linguistique offertes à József Herman (Tübingen, Niemeyer), 2005, p. 105-113.
Brunot Ferdinand, Histoire de la langue française des origines à 1900, t.1 De l’époque latine à la renaissance, Paris, Librairie Armand Colin, 1933 (4e éd. revue et augmentée).
Catach Nina, « Code, langage et norme, à l’oral et à l’écrit », dans La sociolinguistique. Approches, théories, pratiques (Actes du colloque 1978), t. II, 1980. p. 519-538.
Coseriu Eugenio, Sincronía, diacronía e historia. Elproblema del cambio lingüistico (secunda edición, revisada y corregida), Madrid, Gredos, 1973.
de la Chaussée François, Initiation à la phonétique historique de l’ancien français, Paris, Klincksieck, 1974.
Diez Friedrich, Grammatik der romanischen Sprachen, Bonn, 1836-1838 (3 vol.).
Ferri Rolando, « Review latin vulgaire-latin tardif V », dans Bryn Mawr Classical Review, 2001/08/30 [http://ccat.sas.upenn.edu/bmcr/2001/2001-08-30.html]
Herman József, Le latin vulgaire, Paris, PUF, 1967.
Herman József, « Les variétés du latin », dans Holtus Günther, Metzeltin Michael et Schmitt Christian, Lexikon der romanistischen Linguistik, II/1, 1988, p. 44-61.
Herman József, « La chronologie de la transition : un essai », dans József Herman, La transizione dal latino alle lingue romanze (Atti, Tavola rotonda di linguistica storica, Venezia, 1996), Tübingen, Niemeyer, 1998, p. 5-26.
Herman József, « En souvenir de Veikko Väänänen : l’état présent des études sur le latin tardif et vulgaire », dans Solin Heikki, Leiwo Martti, Halla-aho Hilla, Latin Vulgaire Latin Tardif vi, Actes du VIe colloque international sur le latin vulgaire et tardif, Helsinki 29 août-2 septembre 2000, Hildesheim/Zürich/New York, Olms-Weidmann, 2003, p. 3-20.
Iliescu Maria et Slusanski Dan, Du latin aux langues romanes. Choix de textes traduits et commentés, Egert, 1991.
Klinkenberg Jean-Marie, Des langues romanes, Bruxelles, De Boeck-Duculot, 1999 [1994].
Labov William, Sociolinguistique, Présentation de Pierre Encrevé traduit de l’anglais par Alain Kihm, Les Éditions de minuit, 1976 (titre de l’édition originale : Sociolinguistic patterns, 1973, University of Pennsylvania press).
Lauer Philippe (éd.), Histoire des fils de Louis le Pieux, Paris, Champion, 1926.
Lavisse Ernest, Histoire de France depuis les origines jusqu’à la révolution, t. II, Le christianisme, les Barbares, Mérovingiens et Carolingiens, Paris, Hachette, 1903.
Martinet André, Langue et fonction (trad. en français de A functional view of language, 1962), Paris, Denoël, 1969.
Matte Edouard Joseph, Histoire des modes phonétiques du français, Genève, Droz, 1982.
Petersmann Hubert, « Standardisation et déstandardisation du latin d’un point de vue diachronique », dans Van Deyck Rika, Sornicola Rosanna, Kabatek Johannes, La variation en langue, t. II, Les quatre variations, Gand (Communication & Cognition) 2005, p. 473-488.
Riché Pierre, « L’enseignement et la culture des laïcs dans l’Occident pré-Carolingien », dans Settimane di Studio XIX (La Scuola nell’Occidente latino dell’alto medioevo), Spoleto, 1972, p. 231-253 et 340-357 (discussion).
Richter Michael, « À quelle époque a-t-on cessé de parler latin en Gaule ? À propos d’une question mal posée », dans Annales Économies, Sociétés, Civilisations 38 (1983), p. 439-448. (Réimpression dans Studies in Medieval language & culture, Dublin, 1995, p. 109-119).
Roegiest Eugène, Vers les sources des langues romanes. Un itinéraire linguistique à travers la Romania, Leuven, Acco, 2006.
Rohlfs Gerhard, Panorama delle lingue neolatine. Piccolo atalante linguistico pan-romanzo, Tübingen, Narr, 1986.
Väänänen Veikko, Introduction au latin vulgaire, Paris, Klincksieck, 1963.
Väänänen Veikko, « Trimalchion et ses convives parlaient-ils italien ? », dans Neuphilologische Mitteilungen 70 (1969), p. 604-611.
Van Acker Marieke, ut quique rustici et inutterati hec audierint intellegant , Hagiographie et communication verticale au temps des Mérovingiens ( vii e - viii e siècles), Leuven, Brepols, 2007.
Van Acker Marieke, « D’une étape négligée dans la modélisation du changement langagier : importance et fonctionnement des connaissances passives au sein de la communication verticale merovingienne », dans Trotter David, Actes du XXIII e Colloque international de linguistique et de philologie romanes (Aberystwyth 2-6 août 2004), Berlin, De Gruyter, 2007, vol II, p. 575-588.
Van Uytfanghe Marc, « Le latin des hagiographes mérovingiens et la protohistoire du français » dans Romanica Gandensia XVI, Gand, 1976, p. 5-89.
Van Uytfanghe Marc, « L’hagiographie et son public à l’époque mérovingienne », dans Livingstone E.A. (éd.), Studia patristica xvi (Papers presented at the Seventh International Conference on Patristic Studies held in Oxford, 1975), part 2, Berlin, 1985, p. 54-62.
Van Uytfanghe Marc, « L’audience de l’hagiographie au vie siècle en Gaule », dans Renard Étienne, Trigalet Michel, Hermand Xavier, Bertrand Paul, « Scribere sanctorum gesta » : Recueil d’études d’hagiographie médiévale offert à Guy Philippart (Hagiologia : Études sur la Sainteté en Occident/Studies on Western Sainthood, 3) Turnhout, Brepols, 2005, p. 157-177.
Winther André, L’écrit et la norme dans Marcellesi Jean-Baptiste, Gardin Bernard, Sociolinguistique, approches, théories, pratiques, Actes du colloque organisé du 27 novembre au 2 décembre 1978, Paris, Presses Universitaires de France, 1980, p. 539-544.
Wright Roger, Late latin and early Romance in Spain and Carolingian France, Liverpool, Cairns, 1982.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search