Version classiqueVersion mobile

Le français et les langues d'Europe

 | 
Françoise Argod-Dutard

1re partie. La diversité linguistique en Europe et son évolution

Introduction

Bernard Combeaud

Texte intégral

  • 1 M. Bernard Combeaud, inspecteur général de l’Éducation nationale (groupe des lettres), après avoir (...)

1La diversité linguistique en Europe et son évolution, c’est un phénomène qui est à la fois linguistique et politique1, politique bien sûr, à l’échelle de la construction européenne mais aussi linguistique parce que la diversité des langues est en soi quelque chose d’étonnant, compte tenu qu’il existe tout de même une certaine universalité langagière, des opérations cognitives communes malgré des transformations multiples héritées de l’histoire. Nous sommes donc invités à repenser de manière approfondie les problèmes de l’intercompréhension, notamment entre langues de la même famille, romane, germanique, slave, mais aussi à repenser le problème de la diversité linguistique et de son évolution.

2C’est Marieke Van Acker qui va intervenir en premier lieu. Elle me permettra, en tant que spécialiste d’Ausone, de dire quelques mots pour introduire son propre propos. À l’époque où vivait Ausone au ive siècle, c’est-à-dire à l’époque de la restauration, de la renaissance constantino-théodosienne, à Burdigala (Bordeaux), on ne parlait que latin. On faisait son marché en latin. Et, naturellement, le latin que devait parler le céramiste ou le maçon était fort éloigné de ressembler à celui de Cicéron ; pourtant, il est probable que Cicéron, à son grand étonnement, devant cette étrangeté linguistique, aurait compris ce qui se disait – en tout cas, c’est ce que saint Augustin avait voulu faire au siècle suivant — en un latin finalement dont tous les mots faisaient partie du latin cicéronien, dont l’ordre syntagmatique était simplement arrangé et permettait à la fois aux lettrés et aux illettrés de comprendre ce qui avait été dit. Bien évidemment, les sermons d’Augustin auraient été compris par Cicéron même s’il aurait été assurément très surpris de la tournure et du caractère peu lettré, peu élégant des tournures.

3Et justement, Mme Van Acker va insister sur ces continuités qui font que, bien au-delà du ive siècle, au viie, au viiie, même encore au ixe à l’époque du Serment de Strasbourg, les sentiments de rupture, que nous avons lorsque nous lisons des documents, n’étaient certainement pas présents dans la conscience des usagers de la langue. Cette intercompréhension, qui historiquement existait encore dans la Lotharingie du ixe siècle, peut sans doute perdurer. Mais avant de laisser la parole à Mme Van Acker, je dirais quelques mots de sa carrière : elle a étudié le fonctionnement de la communication verticale dans la Gallo-Romanie des viie et viiie siècles et s’est intéressée principalement à l’étude des continuités linguistiques et sociolinguistiques dont le haut Moyen Âge en Gaule. Et même au ixe siècle, nous dira-t-elle, les lettrés ne font pas encore une distinction très évidente, ou en tout cas, conceptualisée, entre le latin dont ils usent tous les jours et le vernaculaire qui, depuis cent à cent cinquante ans, commence à avoir une existence pensée ou identifiée parce qu’il y avait toute une période où ce qui allait être le vernaculaire est encore du latin et où personne ne s’en rendait compte. Je pense quelquefois à la situation qui pourrait être la suivante : Jean d’Ormesson se rend à Deauville, et sur l’autoroute, il prend un auto-stoppeur, un jeune beur : ils sont victimes d’une panne, une crevaison, il faut changer la roue. L’académicien est incapable de le faire, le beur en est fort capable, ils vont donc s’entendre. L’intercompréhension est assurée. Qui le croirait pourtant ?

4C’est sans doute à penser ces continuités que Mme van Acker, de l’université de Gand, va nous inviter et que prolongeront et élargiront, de leurs réflexions historiques, linguistiques et politiques, Geneviève Goubier, maître de conférences à l’université de Provence, Henriette Walter, professeur honoraire de l’université de Haute-Bretagne, Bernard Pöll, professeur à l’université de Salzbourg, et Jacques Delmoly, vice-président de l’alliance française Bordeaux-Aquitaine, ex-directeur de l’unité politique pour le multilinguisme à la direction générale « Éducation et culture » de la Commission européenne. Une table ronde permettra ensuite à Jean-Claude Jacq, Julien Kilanga-Musinde, Michel Leclerc, Xavier North, Marina Muresanu Ionescu, Pascale de Schuyter-Hualpa, Heinz Wismann, tous bien placés par leur formation et leur fonction, d’élargir la réflexion et d’échanger avec le public sur les choix linguistiques et leurs conséquences dans l’Europe de demain et dans l’espace francophone.

Notes

1 M. Bernard Combeaud, inspecteur général de l’Éducation nationale (groupe des lettres), après avoir salué le public, l’a prié d’excuser l’absence de M. Jean-Michel Blanquer, directeur général de l’enseignement scolaire qui regrette de ne pas pouvoir présider cette première séance des Rencontres, comme prévu, en raison d’un surcroît d’occupations.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search