Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le français et les langues d'Europe

 | 
Françoise Argod-Dutard

Introduction

Texte intégral

1Après le temps des Rencontres et des partages, évoqué en 2008 à propos de la langue française, voici celui de la coexistence et des choix, des ententes et des compromis pour les langues d’Europe, dans un espace en expansion géographique mais aussi en décroissance économique et en concurrence avec le monde anglo-saxon. C’était une belle histoire d’amour, c’est maintenant une histoire de familles dans un monde en changement.

2Issues, pour la plupart d’entre elles, des mêmes racines indo-européennes, elles n’ont cessé de se différencier dans le temps et l’espace de leur croissance, même si quelques-unes restent apparentées. Comment dès lors, dans une communauté européenne aux langues multiples, « passer de Babel à Pentecôte » ?

3Si, dans le monde politique, ce sont les institutions qui règlent officiellement les usages de la communication, qu’en est-il dans les échanges spécialisés, scientifiques et techniques ? Comment passer d’une langue à une autre, lorsque les notions qu’elles recouvrent diffèrent sensiblement ? Comment, par exemple, traduire en anglais, langue du droit anglo-saxon, des textes juridiques de langues romanes et de droit continental ? Comment rendre compte, par la transposition linguistique, de la spécificité d’une œuvre, en traduire la littérarité ? Comment enseigner les langues, aujourd’hui et demain ? Faut-il dès lors éduquer à l’intercompréhension ?

4Ce sont autant de questions que se sont posées les enseignants qui ont participé au plan de formation continue de l’Éducation nationale (programme national de pilotage), auxquelles ont réfléchi les socio-linguistes, les hommes politiques, les traducteurs, les journalistes, les représentants des institutions et tous les habitants d’Angers, de Liré et d’ailleurs, spécialistes ou non, au cours de ces cinq jours, de communications en tables rondes et débats.

5Mais ces Rencontres n’auraient pu voir le jour sans le concours d’un grand nombre de partenaires, que nous remercions bien chaleureusement, et, en particulier, grâce à la Délégation générale à la langue française et aux langues de France, aux ministères de la Culture et de la Communication, de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, aux établissements d’enseignement supérieur d’Angers et à tous les éminents spécialistes de la langue française qui ont bien voulu enrichir de leurs réflexions, le thème proposé, véritable problématique linguistique, politique, socio-économique et culturelle dans l’Europe d’aujourd’hui et de demain.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540