Version classiqueVersion mobile

Pérégrin d’Opole

 | 
Hervé Martin

Introduction

Texte intégral

1En 1997, à l’occasion d’une mission d’enseignement à l’Université Adam Mickiewicz de Poznań en Pologne, les collègues médiévistes de cet établissement m’offrirent un gros livre de 650 pages en latin intitulé : Peregrini de Opole, Sermones de tempore et de sanctis, édition Richard Tatarzyński, Institutum Thomisticum, Varsovie, 1997. C’était une sympathique invitation à me plonger dans les sermons d’un dominicain silésien, le frère Pérégrin d’Opole (vers 1260-vers 1330), dont je ne connaissais alors que les diatribes contre les riches, citées par mon maître Michel Mollat dans ses études novatrices sur les pauvres au Moyen Âge.

  • 1 Ouvrage de la fin du xiie siècle, plus souvent appelé Aurora (voir G. Hasenohr et M. Zink, Diction (...)
  • 2 Jean Gobi le Jeune est un contemporain de Pérégrin ; prieur du couvent d’Alès, dans le Gard, en 13 (...)

2J’ai entrepris tout d’abord de lire et de traduire les homélies de Pérégrin consacrées aux saints et aux saintes d’Europe centrale : Adalbert de Prague, Venceslas de Bohême, Stanislas de Cracovie, Élisabeth de Hongrie et Hedvige de Silésie. Peu à peu, je me suis pris au jeu, et j’ai finalement traduit l’ensemble de ce recueil de 128 allocutions, composé pour l’essentiel entre 1297 et 1304, en un temps où la Silésie passait sous le contrôle des rois de Bohême et où Philippe le Bel s’en prenait ouvertement aux ambitions théocratiques du pape Boniface VIII. Au fil des jours, ce travail harassant et gratifiant est devenu pour moi une sorte de lutte de Jacob avec l’Ange, sur le mode mineur évidemment ! Comme le chanoine de Reims Pierre Riga, parvenu difficilement au terme de sa Bible versifiée1, j’ai souvent eu envie de dire à ce gros livre : « Lâche-moi, c’est l’aurore » (Genèse, 32,27). J’ai surmonté cette tentation récurrente de tout abandonner en découvrant l’intérêt exceptionnel de certains passages. Comme la plupart des prédicateurs médiévaux, Pérégrin est captivant dans ses bons jours, tout en étant ennuyeux plus souvent qu’à son tour. Il était donc exclu de publier intégralement cette traduction ; il fallait y opérer des choix et doter les passages retenus des commentaires indispensables. Finalement, j’ai opté pour un genre mixte et j’ai entrepris de rédiger un livre associant la mise en situation du frère prêcheur précité, deux homélies in extenso, et une analyse thématique des contenus de l’homiliaire, agrémentée de larges extraits. Je pense avoir abouti à un ouvrage comparable, par certains aspects, à ceux de la défunte collection « Archives », où le lecteur se trouve mis en prise directe avec le passé. Mais on peut aussi rapprocher la présente étude de deux titres récents en histoire médiévale : Berthold de Ratisbonne, Péchés et Vertus, Scènes de la vie du xiiie siècle, textes présentés, traduits et commentés par Claude Lecouteux et Philippe Marcq (Paris, 1991), et Marie-Anne Polo de Beaulieu, Éducation, Prédication et Cultures au Moyen Âge, Essai sur Jean Gobi le Jeune (Lyon, 19992).

3Je ne pouvais, pour plusieurs raisons, ambitionner d’écrire un ouvrage aussi érudit et aussi achevé que celui de Nicole Bériou et de ses collaborateurs sur Les sermons de Frédéric Visconti archevêque de Pise (1252-1277) (Rome, EFR, 2001). La richesse incomparable de ce travail tient, en dehors du talent de ses auteurs, au fait que l’on connaît la date, le lieu d’énonciation et l’auditoire de quelques-uns des cent sermons conservés de Visconti. Toutes ces indications permettent de se rapprocher de la « prédication effective », ce qui n’est pas le cas avec les homélies de Pérégrin, qui ne sont ni localisées ni datées, et qui sont en fait des énoncés « tout terrain » destinés aux orateurs pressés ou en manque d’inpiration.

4Notre étude pourra aussi être rapprochée de la récente thèse de Xavier Masson, Une voix dominicaine dans la cité. Le comportement exemplaire du chrétien dans l’Italie du Trecento d’après les sermons de Nicoluccio di Ascoli, soutenue à l’Université de Paris X-Nanterre en 2005. Ce travail considérable, dont il faut souhaiter la publication, est fondé sur le manuscrit latin 16893 de la BNF, qui renferme 119 sermons composés entre 1342 et 1348 par Nicoluccio d’Ascoli. Il s’agit d’allocutions modèles destinées à un auditoire de frères dominicains, constituant, selon Xavier Masson, une approche symbolique de ce bas-monde et une mise en ordre idéologique du réel sous ses différents aspects. Ce monument de la culture dominicaine du xive siècle a contribué à entretenir le mythe, forgé dans l’entourage du roi de Naples Robert le Sage (1309-1343), de la « société de prédication », entendons celui d’une société régie et façonnée par la parole sacrée, gouvernée par un monarque exemplaire, entouré d’une cour décalquée de celle du ciel. Nous constaterons que Pérégrin, lui aussi, opère des rapprochements entre la cour du roi terrestre et celle du Tout-Puissant. À la différence de son confrère italien, il ne met pas en scène le monde communal, l’univers des Républiques urbaines jalouses de leur indépendance ; il en reste aux cadres politiques de la monarchie féodale en voie de centralisation. Par ailleurs, les deux recueils de sermons déploient chacun une cosmovision cohérente, de façon très savante chez Nicoluccio d’Ascoli, avec plus de simplicité chez Pérégrin.

5À la suite de Nicole Bériou, de Marie-Anne Polo de Beaulieu et de Xavier Masson, je me suis donc lancé dans un travail « sur corpus clos », pour reprendre le jargon des spécialistes. Ce recueil d’homélies m’a donné l’occasion de franchir toutes les étapes de « l’opération historiographique » chère à Michel de Certeau, sauf une. Toutes les étapes, entendons la traduction du document, son analyse, puis son interprétation au regard de l’histoire religieuse, de l’histoire culturelle et de l’histoire des mentalités. Sauf une, c’est-à-dire sans le travail initial, et fondamental, de transcription et de confrontation des manuscrits pour établir le texte ; ce labeur a été accompli, pour le plus grand profit de la communauté scientifique, par le médiéviste polonais Richard Tatarzyński, à l’égard duquel ma dette est immense.

  • 3 Il appelait en effet de ses vœux, en plus d’une édition critique des sermons de Pérégrin, une anal (...)

6Tout en faisant écho à un souhait formulé il y a plus de trente ans par le professeur Jerzy Kłoczowski3, j’ai bien conscience de m’être engagé dans une entreprise périlleuse, dans la mesure où je porte ici un regard d’historien français sur un monde complexe – la Silésie, la Pologne occidentale et la Bohême – dont la christianisation a été tardive et où se sont rencontrées les cultures slave et germanique. J’assume donc le risque de commettre des erreurs de perspective. C’est la rançon de tout regard extérieur, tantôt irritant, tantôt éclairant pour les autochtones. Je précise toutefois que mon « extériorité » relativement au sujet est atténuée dans la mesure où Pérégrin d’Opole était un serviteur zélé de l’Église latine, dont il voulait propager les dogmes et les normes en Europe centrale. Qui plus est, son œuvre a touché l’Europe occidentale au bas Moyen Âge. En la lisant, tout médiéviste, voire tout individu marqué par la culture catholique, se trouve en terrain connu, dans un champ de représentations familier. On constatera d’ailleurs que les composantes proprement polonaises ou silésiennes du discours du frère dominicain sont peu nombreuses, et d’autant plus précieuses !

7Au lecteur de juger si Pérégrin méritait d’être distingué dans la cohorte fournie des porte-parole de l’Église apostolique et romaine. Il me semble y avoir occupé une position intermédiaire entre le redoutable inquisiteur Bernard Gui (1261-1331) et l’ineffable maître Eckhart (vers 1260-1328). Comme le premier nommé, il a exercé les fonctions d’inquisiteur, comme le second, il a régi une province dominicaine. Comme l’un et l’autre, il a appartenu à l’ordre des frères prêcheurs fondé par saint Dominique, dont la cosmovision était très cohérente. J’ai tenté, à travers l’œuvre subsistante de ce religieux polonais, de saisir un état précis de la prédication médiévale, quand, consciente des fins qu’elle poursuivait et maîtresse des techniques nécessaires pour y parvenir, elle a entrepris de passer au stade de la communication de masse, en anticipant sur certains procédés et sur certains errements de notre système médiatique.

  • 4 Ainsi parlait Zarathoustra, dans F. Nietzsche, Œuvres, vol. 2, Paris, Laffont, 1993, p. 322.

8Vers 1300, le temps des batteurs d’estrade est sur le point de s’ouvrir, l’heure va sonner de ces bateleurs issus des couvents de dominicains et de franciscains, auxquels s’applique si bien cet aphorisme de Frédéric Nietzsche : « commence aussi le bruit des grands comédiens et le bourdonnement des mouches Où cesse la solitude commence la place publique, et où commence la place publique venimeuses. Dans le monde, les meilleures choses ne valent rien sans quelqu’un qui les met en scène : le peuple appelle ces metteurs en scène des grands hommes4. »

9Que le lecteur se rassure : Pérégrin d’Opole n’est pas assimilable au catalan Vincent Ferrier, un autre dominicain, qualifié d’Ange de l’Apocalypse au début du xve siècle. Sans être optimiste sur le présent et sur l’avenir, le religieux polonais ne sombre pas dans le pathos et n’agite pas en permanence la menace du Jugement Dernier. Il incarne assez bien un christianisme ouvert et fraternel, sinon serein, en un temps d’équilibre de la Chrétienté, avant que n’interviennent les grandes fractures et que ne s’installent les grandes peurs du bas Moyen Âge.

10Tout au long de ce livre, un terme reviendra régulièrement, celui de « cosmovision », dont seront crédités tour à tour le prédicateur, son ordre et ses contemporains. Ce vocable ne peut être considéré comme un équivalent rigoureux et comme un substitut possible de celui de « mentalité ». La seconde notion englobe en effet l’enfoui, l’oublié et le refoulé, alors que le première recouvre ce qui s’énonce au niveau de la conscience claire, la partie émergée de l’iceberg mental, la seule à laquelle un recueil de sermons permette véritablement d’accéder. « Cosmovision », c’est une façon de dire « vision du monde » en plus ramassé et en plus synthétique. C’est aussi une façon de dresser la cathédrale mentale, fondée sur le texte biblique et sur la subordination de la terre au ciel, face à la cathédrale de pierre des architectes, ruisselante de lumière céleste. Dans chacun des cas règne un même principe de clarté et s’affiche une même conviction de détenir la vérité, en toute fierté et en toute intransigeance.

Notes

1 Ouvrage de la fin du xiie siècle, plus souvent appelé Aurora (voir G. Hasenohr et M. Zink, Dictionnaire des Lettres Françaises. Le Moyen Âge, Paris, 1992, p. 1192-1193).

2 Jean Gobi le Jeune est un contemporain de Pérégrin ; prieur du couvent d’Alès, dans le Gard, en 1323 et en 1334, il est décédé vers 1350.

3 Il appelait en effet de ses vœux, en plus d’une édition critique des sermons de Pérégrin, une analyse approfondie de leur contenu, pour cerner la substance de l’enseignement religieux prodigué par les dominicains (« Dominicans of the Polish province in the Middle Ages », dans Studies of the History of the Dominicans in Poland 1222-1972, Warszawa 1975, p. 88).

4 Ainsi parlait Zarathoustra, dans F. Nietzsche, Œuvres, vol. 2, Paris, Laffont, 1993, p. 322.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search