Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La langue française : de rencontres en partages

 | 
Françoise Argod-Dutard

Annexes

Jeux et concours

Texte intégral

Liré

2e et 3e dictées des Lyriades

1Le samedi après-midi 17 mai, alors qu’à l’École d’arts et métiers d’Angers, il était question des « Rencontres de chacun avec la langue » puis de « Regards croisés sur l’œuvre de Julien Gracq », dans la salle du Plessis-Curé, avant le concours de scrabble à 15 heures 30, de nombreux candidats à la dictée se penchaient sur « La sangsue alitée qui, victime de sa goinfrerie, a dû être mise au repos », composée et lue par Jean-Pierre Colignon, responsable du concours national de dictée et animateur de la « Dictée de Paris ».

Texte de la 3e dictée des Lyriades par Jean-Pierre Colignon

La sangsue alitée

2Lorsque Amédée Bridoison, natif de l’ouest de la France, plus précisément du département de Maine-et-Loire, très exactement de Saumur, fait ses courses dans le bourg ligérien où il vit depuis quelque trente ans, plus d’un passant lui trouve un air décrépit. Il est vrai que, se traînant en charentaises, ou en nu-pieds quand il fait plus de trente degrés Celsius, le chenu octogénaire atteint de canitie n’a rien d’un robuste athlète…

3Mais il n’en est plus du tout de même quand, chez lui, Amédée est bien calé dans son fauteuil grâce à quelques coussins de plumes d’eider glissés derrière ses reins. Là, l’ancien instituteur, s’il est certes atteint de sénescence, démontre à tout un chacun que le gérontisme – d’aucuns préfèrent dire « sénilité » – ne l’a pas touché.

4Fin pour les cadets-juniors.

5Intarissable sur les dieux, demi-dieux et héros des diverses mythologies, incollable sur l’histoire des Francs – même ceux qui étaient sournois —, prolixe sur la philatélie et l’héraldique, logorrhéique sur les animaux, le vieillard s’anime, fait des effets de manches, mime, glousse… Cela, tout en ne dédaignant pas de s’humecter régulièrement le gosier avec un rosé d’Anjou frais comme il convient, tout en mangeottant des pommes allumettes ou des pommes paille, même à demi refroidies.

6Aujourd’hui, il narre à un auditoire ébaubi, dont un homme de fort petite taille, que les nymphes se subdivisent, entre autres, en hamadryades, oréades, naïades et napées. Ses yeux vairons arrondis comme de grosses pièces de monnaie, le nain fait : « Ah ! » L’assistance frissonne quand l’orateur aux yeux globuleux de potto explique avec véhémence pourquoi il abhorre l’éfrit. Ou bien quand il évoque une paire de djinns démoniaques.

7Le cercle s’attendrit avec le narrateur quand celui-ci, adoptant un style familier pour parler de la région, dépeint « l’âne à Baptiste », étroit baudet madré et finaud d’un chemineau, un hippie sans lit au pantalon de mille(-)raies usé, ou se penche sur une sangsue qui, victime de sa goinfrerie, a dû être mise au repos. L’auditoire s’égaie à la description des pouliches zen qui, décontractées, jouent les starlettes au haras intercommunal.

8Chacun convient qu’il faut tuer le taon, ce buveur de sang, mais qu’il faut, en revanche, protéger l’épeire de l’église, voire les tégénaires sédentarisées.

9Ainsi s’écoule l’après-midi, jusqu’à sept heures passées, quasiment sept heures et demie. Une telle bonne compagnie ne saurait se quitter sans prendre le coup de l’étrier, et, si abstème que fût le quincaillier jusqu’ici, lui aussi accepte un verre de whisky – c’est du rye – qu’il savoure sans le moindre état d’âme !

10© Jean-Pierre Colignon, mai 2008.

11Créée à l’occasion des 3e Rencontres de Liré en mai 2006, la 2e édition de la Dictée des Lyriades a eu lieu le 27 octobre 2007 au musée Joachim Du Bellay lors de la soirée Renaissance organisée dans le cadre de la Semaine du goût. En voici le texte :

Texte de la 2e dictée des Lyriades par Jean-Pierre Colignon

Un cordon-bleu aux cheveux rouges

12Entré au service d’un duc d’Anjou à la fin des années mil(le) six cent quatre-vingt, le sémillant Albin aux cheveux carotte devint rapidement une célébrité du château Renaissance. Ce Vendéen amateur de beaujolais apporta, à remplir ses fonctions de maître queux et d’échanson, tant de fantaisie et un tel parti pris d’imprévu que les commensaux du duc, confits dans une routine sclérosante, n’y trouvèrent pas toujours leur compte…

13Fin pour les cadets.

14Aux sempiternelles escalopes panées d’hier succédèrent, sur les conseils de sa marraine, une mytilicultrice et ostréicultrice installée à Cancale, en Bretagne, les tourteaux aux scorsonères noires d’aujourd’hui. L’hypocras traditionnel se retrouva dûment additionné d’une pincée d’un paprika venu d’Europe centrale et de quelques centimètres cubes, distillés au compte-gouttes, de la liqueur extraite de l’armoise commune, que d’aucuns nomment « herbe de la Saint-Jean ». Voire d’une orangeade et d’un citron pressé.

15Fin pour les juniors.

16Quand Sa Majesté le roi, en route pour les Pyrénées atlantiques, vint à passer une nuit chez son ami le duc, Albin aux yeux pers et à la chevelure que plus d’un, bizarrement, voyait ponceau dut préparer un souper des plus goûteux. Il ne s’agissait plus de se contenter, à l’image de son prédécesseur dénué d’imagination, d’un insipide poulet aux heures mornes des dîners languissants… Pour satisfaire la noble assemblée, il fallait étonner, et rassasier ! Récapitulant par avance les agapes raffinées qu’il devait concocter, il se disait, en contemplant les fruits de mer et coquillages reçus de Cancale : « Les bulots, je vais les servir tièdes, accompagnés de psalliotes safranées ; les pholades seront très appréciées si je les saupoudre d’origan ; les huîtres de marraine, il serait bien de les arroser de quelques gouttes d’un gros plant du pays nantais juste avant de les servir ; enfin, les palémons charnus, tout juste rissolés, constitueront le bouquet final… »

17Les vol-au-vent financière, insolites avec leur accompagnement de crosnes et de salicornes marinés ensemble dans le beaujolais imposé par Albin – on connaît l’échanson : inutile de vouloir lutter contre les moulin-à-vent ! – surprirent agréablement certains gargotiers jaloux qui s’étaient juré pourtant de ne rien admirer.

18Comme on n’en était pas encore à l’ère du steak dare-dare, c’est avec une grande lenteur qu’avait été mitonné un roboratif plat qui aurait rappelé à un Alsacien le traditionnel baeckeofe (ou : bäkeofe) cuit à l’étouffée tant à Colmar qu’à Mulhouse !

19L’excellence du souper fut, hélas, gâchée par la maladresse d’un valet qui, s’étant brûlé les doigts et s’étant pris les pieds dans le grand tapis bleu Nattier, perdit l’équilibre alors qu’il servait au roi un dessert breton des plus connus. Le souverain eut à peine le temps de s’écarter en entendant le cri d’avertissement : « Sire, gare au(x) chaud(s) far(s) ! »

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540