Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La langue française : de rencontres en partages

 | 
Françoise Argod-Dutard

Annexes

Les manifestations2

Texte intégral

Angers

Rencontre autour de la Tenture de l’Apocalypse

1Le samedi 17 mai à 9h30, au château d’Angers, a eu lieu la présentation par Gérard Cieslik, alors administrateur du Château dAngers, de la Tenture de l’Apocalypse, ensemble unique et homogène de tapisseries dont les origines et les influences historiques, artistiques et culturelles ont ensuite été commentées par Mme Marie-Odile Mandy, spécialiste d’histoire de l’art et d’histoire médiévale, guide-conférencière au château d’Angers. Prolongeant cette contemplation, Jean Rouaud, écrivain et prix Goncourt, a conduit notre imagination vers l’Entrée en lisse de quatre cavaliers, texte inédit, inspiré de la découverte de la Tenture de l’Apocalypse d’Angers.

Présentation par Jean Rouaud du texte. Entrée en lisse de quatre cavaliers

2« On commençait à donner un peu partout sur les parvis des cathédrales des Mystère de la passion, représentant la vie, la mort et la résurrection du Christ, mais ce n’est pas le sujet que propose au maître lissier le duc d’Anjou, frère du roi Charles VI, pour décorer sa chapelle portative. Les mystères étaient sans doute trop populaires pour lui et c’est vers le texte le plus énigmatique qu’il se tourne. Mais aussi celui qui parle des puissants et des seigneurs de la guerre. Qui parle de sa caste, en somme. L’Apocalypse, le xive siècle se l’était joué grandeur nature. La peste débarquée à Marseille en 1347, l’interminable guerre centenaire avec l’Angleterre et les grandes compagnies, s’étaient entendues comme larrons en foire pour vider le royaume de ses habitants. Mais contrairement à la prédiction de Jean, en dépit de cette conjonction de catastrophes, le Christ n’était pas revenu sur terre pour procéder au tri dernier et choisir ceux qui l’accompagneraient dans sa Jérusalem céleste. La vie avait malgré tout continué. On trouvait même certains avantages à cette saignée dans la population. Moins de bouches à nourrir et c’est le spectre de la famine qui s’éloigne, moins d’héritiers et les fortunes se concentrent entre les mains d’une poignée. Un tiers des habitants disparus, d’une certaine manière le ciel avait son choix. Mais les élus, cette fois, ce sont les survivants. Pour eux, l’au-delà a été remis à plus tard. Ils ont du temps devant eux. La Jérusalem céleste, ils vont se l’aménager ici-bas. Finies les grandes messes collectives où le prince et le peuple communiaient en élevant des prières de pierre en forme de cathédrales. L’heure du “sauve qui peut” et du “chacun pour soi arrive”.

3Nous sommes devant cette tapisserie pliable et transportable voulue par le duc, comme devant une cartographie à la fois de son imaginaire et de l’esprit du temps. Alors que nous raconte cet imaginaire d’un des plus grands personnages du Roy aume ? Que nous donne à penser cet esprit du temps alimenté par ceux qui ont échappé à la grande moisson macabre ? La tapisserie de l’Apocalypse n’a pas d’autres secrets que ceux d’une époque charnière qui s’apprête à basculer du Moyen Âge à la Renaissance. Il suffit de la regarder attentivement. Et comme toujours, le diable gît dans les détails […]. »

Exposition des éditions illustrées des œuvres de Joachim Du Bellay

4Une exposition, organisée par la bibliothèque municipale d’Angers (Bibliothèque Toussaint), avec la collaboration des archives départementales de Maine-et-Loire (16 mai-7 juin 2008) a été présentée aux participants des Lyriades de la langue française à 11 heures, le 17 mai, par Marc-Édouard Gautier, conservateur des fonds patrimoniaux de la bibliothèque.

Présentation de l’exposition par Marc-Edouard Gautier

5La puissance d’évocation de l’œuvre de Joachim Du Bellay a inspiré aux graveurs et illustrateurs du xxe siècle des œuvres graphiques d’une réelle qualité. De la redécouverte de Du Bellay par Sainte-Beuve dans sa jeunesse romantique jusqu’à l’essor de l’édition bibliophilique illustrée dans l’entre-deux-guerres, les essais sur Joachim ou les éditions de ses œuvres n’ont été illustrés presque exclusivement que de portraits de l’auteur, inspirés de celui de Jean Cousin le Jeune (1522-1594), ou de représentations gravées ou photographiques de Liré. En 1922, Louis Bouquet donne une gravure sur bois pour un recueil de Six sonnets du xvie siècle publié à Paris par la Société de la gravure sur bois. Avec Jean-Gabriel Daragnès et son édition des Jeux rustiques en 1936 s’ouvre une période de grande créativité, qui, pour s’être considérablement réduite depuis trente ans, n’en continue pas moins de survivre à travers l’œuvre à moindre tirage de quelques artistes contemporains, comme celle de Chantai Aubin à Amboise de nos jours.

6Une douzaine d’éditions bibliophiliques d’œuvres de Du Bellay agrémentées d’une illustration originale ont ainsi pu être repérées entre 1922 et 1977. Onze illustrateurs, dont deux Angevins (Henry Cordier et Jean Adrien Mercier), ont ainsi composé de 1922 à 1977 un ensemble de plus de trois cent cinquante gravures. Le Saumurois Henry Cordier a apporté la contribution quantitativement la plus importante en illustrant d’un bois chacun des poèmes des Regrets. Ce courant d’illustrations de Du Bellay n’est pas exceptionnel puisque dans le même temps Ronsard fait l’objet d’un intérêt semblable, sinon plus grand, des bibliophiles. Daragnès, Berque, Courbouleix et Lucy Boucher ont d’ailleurs illustré des œuvres de Ronsard avant d’aborder celle de Du Bellay.

7Comme dans l’édition courante, les Regrets et les Jeux rustiques ont la meilleure part. Chacun ont fait l’objet de quatre éditions bibliophiliques tandis que l’Olive n’a guère inspiré que Jean Berque. Les arts graphiques du xvie siècle ont peu inspiré ces artistes qui ont su garder leur style propre pour mettre en image la poésie de Du Bellay, au point que même Lucy Boucher ne se départit point de son goût du pastiche du xve siècle pour orner son édition des Sonnets. On observe cependant que le célèbre dessin de Jean Cousin continue d’inspirer les portraits du poète, tandis que Cluseau-Lanauve réinterprète avec grâce le thème renaissant de la dame au bain ou de la dame à sa toilette pour illustrer dans son anthologie de la poésie courtoise du xvie siècle le Regret « O beaux cheveux d’argent mignonnement retors. »

Œuvres exposées

81. Joachim Du Bellay, Œuvres choisies précédées d’une notice par M. Sainte-Beuve et portrait d’après David d’Angers ; Angers : Victor Pavie/Paris : Techner, 1841 ; Angers, Bib. mun., Rés. FB 0200.
Très beau portrait en frontispice gravé d’après un dessin de David d’Angers.

92. Joachim Du Bellay, La Vieille courtisane ; Paris, La Connaissance, 1925/ Maastricht, Charles Nypels, 1925 ; illustré par Willem Jacob Rozendaal (1899-1971) ; Angers, Bib. mun., Rés. FB 0203
Ornementation dorée avec entrelacs et fleurons d’inspiration Renaissance.

103. Joachim Du Bellay, Divers jeux rustiques, Paris, Les Cent une, 1936, illustré par Jean-Gabriel Daragnès (Bordeaux, 1886-Paris, 1950).
Angers, Bib. mun., Rés. C12842.
Exemplaire n° XII avec deux dessins originaux au crayon signés Daragnès, une des dix suites en couleur des quinze gravures et une des dix suites des bois en sanguine. Initié à l’art de la gravure chez l’orfèvre Christofle, Jean-Gabriel Daragnès est repéré pendant la guerre pour ses illustrations bibliophiliques publiées à compte d’auteur, puis fonde sa propre maison d’édition à Montmartre en 1925. Explorant toutes les techniques de la gravure, il illustre plus d’une centaine de livres et apporte une contribution importante au renouveau du livre illustré dans l’entre-deux-guerres.

114. Joachim Du Bellay, Sonnets de l’Olive, Paris, 193 ; illustré par Jean Berque (Reims, 1896-Paris, 1954) Angers, Bib. mun., Rés. C05998.
Exemplaire n° IV avec justification manuscrite de l’artiste : « Cet exemplaire est un des vingt-cinq entièrement gouachés de ma main. J. B. »
36 pointes sèches gouachées.
Jean Berque a été élève de Maurice Denis, de Paul Serusier et de Félix Valloton. Peintre, graveur et dessinateur, il expose chaque année aux Salons d’Automne et des Tuileries de 1924 à 1934 où il se fait repérer pour ses nus, ses natures mortes et paysages. Une grande partie de son activité porte sur l’illustration d’éditions bibliophiliques. Son édition de L’Olive suit de quatre ans une édition illustrée des Poèmes de Ronsard, seul autre auteur du xvie siècle qu’il a illustré.

125. Joachim Du Bellay, Les Regrets, Angers, Éd. Jacques Petit, 1944 ; illustré par Henry Cordier (Châteaurenard, 1897-Saumur, 1986) ; Angers, Bib. mun., Rés. A31630.
Exemplaire hors-commerce non numéroté avec la suite en noir des hors-texte et la décomposition en trois couleurs de trois hors-texte.
Élève à l’École des Beaux-arts de Nantes de 1915 à 1918 puis professeur de dessin à Saumur, Henry Cordier participe à la vie culturelle angevine de l’entre-deux-guerres en illustrant plusieurs œuvres littéraires de Jacques Isolle. Le très soigneux éditeur Jacques Petit publie en 1944 une édition entièrement illustrée des Regrets où chaque poème est orné de bandeaux ou de quinze hors-texte originaux gravés sur bois par Henry Cordier.

136. Joachim Du Bellay, « O beaux cheveux d’argent mignonnement retors » (Les Regrets) dans Sonnets à l’amye, Paris, Aux deux colombes, 1945 ; illustré par Jean Cluseau-Lanauve (Périgueux, 1914-Paris, 1997), Angers, Bib. mun., Rés. C19633.
Exemplaire n° 10/175. Un des 10 sur papier Hollande van Gelder contenant une double suite avec remarques sur Japon impérial et sur velin d’Arches et une planche de dessins originaux tous signés au crayon par Jean Cluseau-Lanauve.
Jean Cluseau-Lanauve est élève à l’École des Beaux-arts de Paris de 1933 à 1937 en peinture et lithographie, puis il fréquente les Académies de Montparnasse. Il participe à de nombreuses expositions dont plusieurs expositions universelles au cours desquelles il obtient plusieurs prix. Il développe principalement une œuvre de pastelliste, d’aquarelliste et de peintre de grands paysages.

147. Joachim Du Bellay, La vieille courtisane, s. 1., 1949 ; illustré par Léon Courbouleix (actif de 1913 à 1953) ; Angers, Bib. mun., Rés. C19632.
Exemplaire n° 34/350. Un des « 20 exemplaires sur Japon impérial numéroté de 21 à 40, contenant une suite & un dessin original » de Léon Courbouleix.
Léon Courbouleix a principalement développé une œuvre d’aquafortiste comme illustrateur d’éditions bibliophiliques. Son édition de La vieille courtisane, poèmes tirés des Divers jeux rustiques, est une de ses dernières œuvres, qui suit de quelques années une édition des Amours de Ronsard (1943). L’ouvrage est composé de 71 eaux-fortes où textes et images sont entièrement gravés.

158. Joachim Du Bellay, « Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage » dans Sonnets du xvie siècle, Paris, Arthaud, 1953 ; illustré par Jean Peyre ; Angers, Bib. mun., B95493.
Cinq bois illustrent les sonnets de Joachim Du Bellay présents dans cette anthologie.

169. Joachim Du Bellay, Divers jeux rustiques, Paris : Vialetay, 1961 ; illustré par Paul Leuquet (Bordeaux, 1932-…) ; Angers, Bib. mun., Rés. C1598.
Contient deux dessins originaux et 17 burins signés Paul Leuquet.

1710. Joachim Du Bellay, Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage, Paris, Compagnie générale transatlantique, 1966 ; illustré par Jean Adrien Mercier (Angers, 1899-Paris, 1995) ; Angers, Bib. mun., Rés. C19550 (1).
Menu du samedi 5 novembre 1966/Paquebot France, Compagnie générale transatlantique.
Parmi les huit poèmes de la littérature française illustrés par Jean Adrien Mercier pour les menus de la Compagnie générale transatlantique, le célèbre poème des Regrets, Heureux qui, comme Ulysse offre à Mercier l’occasion de chanter la campagne angevine et la Loire.

1811. Joachim Du Bellay, « A Cérès, à Bacchus, à Palès » (Divers jeux rustiques), dans Doulce Loire (s. 1., 1972) ; illustré par Jacques Deschamps (Caen, 1933-…) ; Angers, Bib. mun., Rés. C1084.
Exemplaire sur vélin d’arches n° 56/60, avec une suite du premier état de 6 gravures au burin, signées Jacques Deschamps.

1912. Joachim Du Bellay, Les Sonnets, tome 1 : Les Amours, Nice, Éditions d’Art Sefer, 1977 ; illustré par Lucy Boucher ; Angers, Bib. mun., Rés. C05993 (1). Exemplaire n° 1439. Relié sous emboîtage. Illustrations pastichant le style des enluminures du xve siècle.
Après quinze années d’illustrations bibliophiliques d’œuvres littéraires médiévales, Lucy Boucher se consacre aux Amours de Ronsard (1974) puis aux Sonnets de Du Bellay (1977). Son style reste empreint de la manière des enlumineurs et peintres de vignettes du xve siècle, abandonnée au temps des premières publications des poètes de la Pléiade.

2013. Joachim Du Bellay, Les Sonnets, tome 2 : Les Regrets, Nice, Éditions d’Art Sefer, 1977 ; illustré par Lucy Boucher ; Angers, Bib. mun., Rés. C05993 (2).
Exemplaire n° 1439. Relié sous emboîtage. Illustrations pastichant le style des enluminures du xve siècle.

D’Angers à Liré

Promenade littéraire

21À 9 heures, le dimanche 18 mai, un autocar a conduit les participants d’Angers à Liré en passant par Rochefort-sur-Loire et Saint-Florent-Le-Vieil. Commentée par Jacques Boislève, journaliste et écrivain, la promenade littéraire, illustrée de lectures de textes par l’association Voies plurielles, a plongé les passagers dans l’univers poétique des écrivains de la Loire sur une partie du parcours envisagé ici, le long des rives ligériennes.

Le parcours littéraire par Jacques Boislève

22Il y a au départ d’Angers une belle promenade littéraire à faire en direction du « Petit Liré », avec, avant d’y parvenir, au moins deux étapes obligées : Rochefort-sur-Loire et Saint-Florent.

23Un poème d’Aragon ouvre ce parcours : J’ai traversé Les Ponts-de-Cé…

Vers Nantes, par la Rive Gauche

24Rochefort-sur-Loire, pour y saluer les poètes qui s’y retrouvèrent dans les années de guerre en pays ami autour de Jean Bouhier et René Guy Cadou : Béalu, Bérimont, Rousselot… et tant d’autres si on ajoute à ceux qui firent réellement le voyage au pays des vignes, tous ceux, bien plus nombreux qui vont former à Paris, la guerre finie, « Les Amis de Rochefort » – dont Follain et Guillevic – pour publier la seconde série des « Cahiers ». À Rochefort, un centre poétique, au sein de la bibliothèque municipale, un marché annuel de la poésie et des publications poétiques entretiennent toujours la flamme.

25Saint-Florent, parce que c’est le pays natal de Julien Gracq et du poète Edmond Humeau, de quelques années son aîné. Mais tout autant parce que c’est un des hauts lieux des Guerres de Vendée qui ont donné lieu à toute une littérature. Que de lectures à faire ici in situ, dont la page désormais fameuse que consacre Louis Aragon au Bonchamps graciant les prisonniers de David d’Angers, qu’il était venu voir sur place. Sur les « évènements » de Saint-Florent – début de la guerre et passage de la Loire – : à lire aussi le récit épique qu’en font Chateaubriand, Victor Hugo et Michelet… ou les pages plus pittoresques de Paul Féval et d’André Theuriet. Et le regard porté par Stendhal sur les effigies des chefs vendéens Bonchamps et Cathelineau.

26Liré, – le Petit Lyré de Du Bellay – où le musée qui lui est consacré resitue le poète dans son siècle exceptionnel – celui de la Renaissance -, Du Bellay étant par ailleurs l’auteur de la Défense et illustration de la langue française. Or le contexte actuel de mondialisation et, à nouveau, de compétition des langues et des cultures, apparaît à bien des égards assez comparable à celui qui a conduit le poète à produire, dans l’effervescence de la Renaissance, son manifeste en faveur de notre langue.

27Champtoceaux, pour y saluer la mémoire d’André Obey, auteur de pages inoubliables sur la Loire qui fît de Champtoceaux puis de Montsoreau sa terre d’élection, dont une pièce remarquable à sa gloire. Quel beau spectacle cela ferait que la remise en scène d’un tel texte !

Rive droite, et retour vers Angers

28En retraversant la Loire à Ancenis, on retrouve sur l’autre rive – la rive droite – le poète René Guy Cadou qui, dans les années 40, fut instituteur au Cellier et à Saint-Herblon. Ancenis, c’est le pays de la fantasque Anne-Marie, la mère de Lucien Bodard. Ce dernier raconte dans un autre livre – La chasse à l’ours – ses parties de pêche sur la Loire, enfant, à la Rabotière, entre Bouzillé et Liré. Anetz, où il vécut plusieurs étés en bord de Loire, Hervé Bazin nous en parle dans « Au nom du fils ». Pascal Quignard (à Oudon) et Danielle Sallenave (à Savennières) s’inscrivent aussi dans ce parcours, de même que Rodolphe Bresdin (le Chien-Caillou de Champfleury) et Gabrielle Bossis au Fresne-sur-Loire.

29On croisera en bord de Loire le Cardinal de Retz qui nous a laissé le récit épique de son évasion du château de Nantes où il était retenu prisonnier et de sa traversée du fleuve, et le vrai d’Artagnan venu dans ce même château arrêter sur ordre du roi l’intendant Fouquet. À Ingrandes, Madame de Sévigné, descendue d’Orléans par la Loire, écrivit une belle lettre à sa fille. Flaubert, Stendhal, Hugo, Balzac et Jules Vallès ont fait, eux aussi, le voyage sur la Loire et nous en ont laissé le récit.

30À Champtocé, se dressent les ruines du château « de Barbe Bleue », toujours hanté par cette grande ombre sanguinaire : quel phénomène littéraire que ce Gilles de Rais. De multiples écrivains, et non des moindres (J. K. Huysmans, Georges Bataille, Michel Tournier, Jean Genet, Huidobro, Lanza del Vasto,…) se sont tour à tour penchés sur le mystère de sa cruauté, restée jusque-là assez largement inexpliquée.

31Promenades littéraires, lectures à haute voix, spectacles, récitals, veillées : il y a là, assurément, tout un patrimoine à revisiter, tout un imaginaire étroitement lié au fleuve à raviver, tout un potentiel culturel à développer en prenant naturellement appui, outre de belles bibliothèques comme celle de La Pléiade à Ancenis, sur les lieux dédiés qui jalonnent ce parcours et les rendez-vous qu’ils proposent régulièrement.

32Comment ne pas citer à ce titre Rochefort, son centre poétique et son marché de la poésie, Liré, ses Lyriades de la langue française, son musée Du Bellay, la Turmelière et les classes patrimoine littéraires et résidences d’écrivains et de poètes qui y sont proposées, les rencontres avec des auteurs régulièrement organisées au château de Goulaine, Bibliopolis à Thouaré, Mauves en noir, sur le roman policier, l’amorce à Champtoceaux d’un salon du livre de Loire, et d’autres initiatives autour du livre à Savennières (festival Terres à vins, Terres à livres, avec le parrainage de Danièle Sallenave), à Mûrs-Erigné, le Salon du livre ancien et des vieux papiers, à quoi il convient d’ajouter, avec Nantes, la proximité du Centre René Guy Cadou et du musée Jules Verne et, sur Angers, une Bibliothèque universitaire qui dispose d’un riche fonds sur Julien Gracq et de belles archives sur les Poètes de Rochefort, le siège dans cette ville de la Société ligérienne d’Art et Littérature qui propose depuis un quart de siècle des promenades littéraires dans tout l’Ouest et maintenant du Centre de ressources « langue française » des Lyriades ?

33Ce parcours littéraire – volontairement circonscrit ici au segment Nantes-Angers – appelle évidemment un fécond prolongement vers l’amont, vers Saumur, Montsoreau, Fontevraud, Chinon et Bourgueuil. Il peut de même se poursuivre à l’aval, au pays de Jules Verne. On se reportera pour ce parcours élargi de Chinon à Saint-Nazaire à la présentation que j’en fais dans le numéro spécial de la revue 303 consacré à la Loire.

34Pour Rochefort-Saint-Florent-Liré, j’invite à se reporter aux Pages littéraires autour des « Amis de Rochefort » que j’avais rassemblées pour accompagner la promenade littéraire organisée en clôture du colloque d’Angers consacré à l’École de Rochefort et à ses poètes en décembre 1983 (Bibliothèque Universitaire d’Angers 1983).

Chapitre d’intronisation dans la Confrérie des compagnons vignerons de Joachim Du Bellay 18 mai 2008

35Le dimanche 18 mai était prévu à Liré, dans les ruines du château de la Turmelière, berceau de Joachim Du Bellay, après la table ronde sur « Pourquoi choisir le français comme langue d’expression littéraire ? » qui a réuni écrivains et spécialistes, et avant l’aubade musicale donnée par la chorale de Liré à la salle du Plessis-Curé, en présence de Paul Desneuf, recteur de l’académie de Nantes, un chapitre d’intronisation dans la Confrérie des compagnons vignerons de Joachim Du Bellay, conduit par le grand chambellan Joseph Pineau, de cinq nouveaux membres qui ont rejoint les dix-sept compagnons intronisés depuis la création des Lyriades en 1999.

Les cinq nouveaux compagnons

36François Dumuis
Sous-préfet de Cholet en 1999, il a grandement contribué à la création des Lyriades. Actuellement, en poste dans le Massif Central, il est revenu dans « son fief des Mauges » pour les Lyriades, accompagné de sa gente épouse et de ses quatre jeunes enfants.

37Paul Desneuf
Agrégé, docteur en sciences économiques, il est Recteur de l’Académie de Nantes depuis juillet 2006.

38Jean-Luc Jaunet
Agrégé de Lettres, il a enseigné en France mais aussi au Maroc et en Côte d’Ivoire. Il est actuellement délégué académique en charge de la pédagogie et de l’évaluation au rectorat de Nantes et responsable du comité pédagogique des Lyriades.

39Naïm Kattan
Il est né et a grandi à Bagdad. Il a fait des études littéraires à la Sorbonne. En 1954, il émigre au Canada où il participe activement à la vie culturelle. Romancier, essayiste, nouvelliste et critique, il parcourt le monde pour y donner des conférences ou participer à des colloques… En 2005, il a reçu le prix annuel décerné à l’écrivain qui a le mieux servi la francophonie.

40Julien Kilanga Musinde
Congolais, docteur en langue et littérature françaises, homme de culture et écrivain (il a publié, entre autres, plusieurs recueils de poèmes, des ouvrages scientifiques sur la francophonie et la littérature, un roman, des essais). Il a été recteur de l’université de Lubumbashi et coordonnateur de l’Union des écrivains congolais. Il est actuellement chef de la Division de la langue française et des langues partenaires dans la nouvelle structure de l’Organisation internationale de la Francophonie.

Les compagnons intronisés depuis la création des Lyriades

41– 23 octobre 1999 à Liré

42Boutros Boutros-Ghali
Secrétaire général de l’Organisation internationale de la Francophonie.

43Michel Lucier
Délégué général du Québec en France.

44– 29 septembre 2002 à Liré

45Françoise Argod-Dutard
Professeur à l’université Michel de Montaigne-Bordeaux 3, responsable du comité scientifique des Lyriades.

46Gabriel de Broglie
De l’Académie française, président de la Commission générale de terminologie et de néologie.

47Bernard Cerquiglini
Recteur de l’Agence universitaire de la Francophonie.

48Denis Gervais
Délégué aux affaires francophones et multilatérales à la Délégation générale du Québec à Paris.

49Isidore Ndaywel e Nziem
Directeur des langues et de l’écrit à l’Agence intergouvernementale de la Francophonie.

50Henriette Walter
Professeur émérite à l’université de Haute-Bretagne-Rennes 2, membre du Conseil supérieur et du Conseil international de la langue française.

51– 20 mai 2006 à Liré

52Nathalie Avédian
Principale du collège Joachim Du Bellay de Cholet, initiatrice des projets pédagogiques des Lyriades.

53Slimane Benaïssa
Écrivain, dramaturge et metteur en scène, ancien membre du Haut conseil de la Francophonie.

54Jean Pierre Colignon
Journaliste, responsable de la langue française au groupe Le Monde, créateur de la Dictée des Lyriades.

55Xavier North
Délégué général à la langue française et aux langues de France au ministère de la Culture et de la Communication.

56Michel Rabaud
Chef de mission à la Délégation générale de la langue française et des langues de France.

57— 12 décembre 2006 à Angers (à l’issue de la conférence sur le vocabulaire de la vigne et du vin par Mme F. Argod-Dutard)

58Elisabeth Verry
Directrice des Archives départementales de Maine-et-Loire,

59Jacqueline Branger
Directrice du Centre de documentation pédagogique de Maine-et-Loire,

60François Chanteux
Vice-président du Conseil général de Maine-&-Loire, en charge de la culture, du patrimoine et des relations internationales,

61Marian Reszka
Chargé des relations laboratoires de recherche-entreprises à l’Institut Carnot-Arts (réseau des écoles nationales supérieures d’arts et métiers), ancien directeur de l’École nationale supérieure d’arts et métiers d’Angers.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540