Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La langue française : de rencontres en partages

 | 
Françoise Argod-Dutard

Annexes

Les travaux pédagogiques de l’académie de Nantes

Jean-Luc Jaunet

Texte intégral

Les actions Lyriades Jeunesse

1Les Lyriades 2006 avaient permis d’ouvrir les Rencontres de Liré aux productions des élèves, de tous les élèves, de l’école au lycée en passant par le collège. C’était ainsi, pour les enseignants, l’occasion de donner aux projets pédagogiques qu’ils avaient imaginés avec leurs classes une ouverture vers un public plus large, de donner à voir, à entendre, à connaître, par-delà les murs de l’école ou de l’établissement scolaire, tout ce qui avait été écrit, illustré, joué, lu, chanté, voire dansé. Cette participation de l’École aux Lyriades, cette célébration commune de la langue française dans tous ses états, sous toutes ses formes, nous la retrouvons cette année à l’occasion des Rencontres de Liré. Comme il y a deux ans, un nombre important d’instituteurs, de professeurs des écoles, d’enseignants des collèges et des lycées ont choisi de mettre le parcours pédagogique de leurs élèves sous le signe des Lyriades de la langue française, de s’inscrire dans cette dynamique collective dont le thème pour 2008, « La langue française : de rencontres en partages », résume bien l’esprit. Rencontres et partages, les deux termes pourraient d’ailleurs fort bien résumer le programme des activités pédagogiques prévues pour ces 4e Lyriades qui, à côté des écoles et des établissements déjà engagés lors de l’édition précédente, intègre de nouvelles équipes pédagogiques venant de tout le département de Maine-et-Loire, voire de départements voisins, comme pour illustrer la capacité toujours actuelle du « Petit Liré » à mobiliser et rassembler tous ceux qui agissent pour la défense et l’illustration de la langue française. À un moment où beaucoup, ici et là, déplorent la difficulté croissante des enfants, des jeunes, à s’exprimer par écrit, regrettent leur fréquent manque d’appétence pour l’imprimé au profit de l’image, il est réconfortant de voir que l’École, non seulement ne renonce pas, mais réussit au contraire à redonner la connaissance et le goût des mots, à restaurer le sentiment de plaisir dans l’expression écrite, y compris pour des élèves éprouvant des difficultés à maîtriser le code de la langue. C’est ce que montrent les nombreux projets portant sur l’écriture de contes, de poèmes qui ont été réunis en recueil, de saynètes, de lettres, etc. Il peut aussi s’agir de l’adaptation d’un texte romanesque d’une pièce de théâtre ; de l’élaboration de définitions imaginaires ; de dialogues, dans le cadre d’un concours, avec des personnages d’ouvrages africains de littérature de jeunesse ; de la mise en place d’un mur d’expression sur le principe du « cadavre exquis » ; de la création de carnets de voyage suite à une classe littérature et patrimoine, au château de La Turmelière, à Liré. La dimension de partage et de rencontre prend plus de sens encore si l’écrit, à travers la traduction de poèmes, croise les langues, établit des passerelles entre le français et la langue d’origine d’élèves nouveaux arrivants en France. Bien souvent, dans les projets signalés, la parole prend le relais de l’écrit, les voix viennent incarner le texte rédigé, lui insuffler une vie nouvelle. Ce passage par l’oral, outre qu’il retrouve la grande tradition du dire poétique, constitue aussi, de fait, la meilleure façon de révéler l’écrit en le donnant à entendre. L’ingéniosité et l’ambition des équipes pédagogiques conduisent aussi vers des rencontres avec d’autres arts. Ici, ce sont des poèmes qui, avec l’aide d’un musicien, sont mis en musique, et là, ils donnent naissance à des chansons. Ailleurs, on a recours aux arts plastiques pour illustrer des textes, élaborer un diaporama synchronisant images et son, réaliser des poèmes-objets, des affiches poétiques. Le théâtre, parce qu’il offre de multiples possibilités de mettre les mots, les textes en lumière, est aussi abondamment représenté dans les actions de ces Lyriades 2008. Des lycéens ont présenté, à partir de textes d’auteurs dramatiques contemporains, de « petites formes », des spectacles courts qui permettent de donner toute sa place à l’art théâtral sans les contraintes et les lourdeurs de la représentation d’une pièce entière. D’autres, en partenariat avec des lycées d’Europe, se sont engagés dans un questionnement dramatique, un puzzle de voix, sur la manière dont les mémoires individuelles et la mémoire collective se constituent et se transmettent. Des enfants d’une école ont réalisé, eux, un « théâtre d’orthographe » en interprétant, par groupes de trois à cinq, des petites saynètes dont quelques titres disent bien l’approche ludique et humoristique des particularités orthographiques de la langue française : « je hais les [Ɛ] » ; « valsez cédilles ». Un tel recensement devrait aussi citer la mise en place, ici, d’un arbre de la poésie, la réalisation, avec d’autres élèves, de cahiers de littérature, les rencontres et les ateliers d’écriture avec des écrivains, des poètes, sans toutefois pouvoir prétendre à l’exhaustivité. Ce qu’on retiendra cependant de cette présentation d’ensemble, c’est qu’elle regroupe les activités de plusieurs dizaines de classes, de plusieurs centaines d’élèves, témoignant ainsi du dynamisme et de la vitalité des actions Lyriades Jeunesse pour cette édition 2008.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540