Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

La langue française : de rencontres en partages

 | 
Françoise Argod-Dutard

Conclusion générale

Françoise Argod-Dutard

Full text

1Les 4eRencontres de Liré se sont achevées mais non les rencontres et les partages de la langue française car une belle histoire d’amour, commencée à Liré en 1999 avec autant d’enthousiasme pour fêter le 450e anniversaire de la publication de La Deffence et Illustration de la langue francoyse (1549) de notre poète Joachim Du Bellay Angevin, ne peut pas s’arrêter à son 4e épisode, épisode important s’il en est. Après s’être bien enracinées à Liré, les Lyriades ont essaimé vers Angers et tentent d’y diversifier leurs activités à partir d’un centre de langue française qui réunira les compétences, les recherches et les ressources de différentes équipes autour de sept grands domaines : langue, littérature et culture de l’Anjou, français courants et français spécialisés, apprentissage de la langue, difficultés de langage, français dans le monde, français et dictionnaires. Il y a donc beaucoup à faire et beaucoup de rencontres en perspective pour prolonger ces partages savoureux qui vous auront mis en bouche, je l’espère, pour d’autres agapes, d’autres fêtes de la langue française à Liré et en Anjou.

2Nous en sommes donc à un moment crucial de notre belle histoire d’amour et les Rencontres de Liré 2008 ont voulu illustrer et défendre la langue française en montrant comment rencontres et partages sont liés à l’émergence des langues, à leur acquisition et comment la langue littéraire résulte du mariage heureux, et souvent surprenant, des mots et des tours.

3G. Jacquin, H. Walter, E. Gardaz et D. Morsly nous ont d’abord montré comment les mots et les structures ont ensemencé le territoire pour faire naître et croître le français et ses différentes expressions, de la cour à la ville, des campagnes aux cités, de la France aux espaces francophones et plurilingues où il se complaît pour mieux se parer et se faire aimer des autres langues.

4Ainsi bâti, fort et resplendissant, il a tout pour séduire le jeune enfant, l’adolescent ou l’étranger. Mais comment passer du charme de la rencontre au partage ? Comment apprivoiser la langue, se l’approprier peu à peu pour que l’attirance soit source de communication et d’enrichissement, de pensée et d’humanité ?

5Conquêtes bien difficiles que celles du petit d’homme en quête d’amour et de sécurité à l’écoute des inflexions maternelles et dans le tâtonnement des premières lallations, que nous a fait découvrir Geneviève Dubois, mariage de raison que celui de l’écolier avec la langue de la société, celle du maître et de l’institution, qu’a évoqué Sylvie Plane, rencontres plus impérieuses ou fugitives de l’étranger en quête de travail ou de culture dont nous ont parlé Nadja Maillard-De La Corte Gomez et ses collègues, partages enfin, plus problématiques pour tous, dans un monde plurilingue et multiculturel qu’a exposé Monsieur Xavier North.

6Mais la langue, une fois séduite et ravie, que de plaisirs pour l’écrivain – que ce soient les poètes de La Pléiade évoqués par C.-G. Dubois, Henri Michaux commenté par J. Roger, ou Naïm Kattan lui-même —, pour l’écrivain qui la ploie sous le mouvement de sa pensée, aux caprices de ses désirs, lui donnant une vie nouvelle, de la caresse imitative à l’impulsion féconde, jouant avec les mots pour mieux en faire jaillir des échos nouveaux. Magie de la création littéraire qui se déploie au-delà du langage dans un imaginaire des arts, comme l’a bien évoquée Christine Fonteneau !

7C’est ce programme d’ensemble qu’ont proposé les Lyriades 2008 que chaque communication a problématisé et qu’ont amplifié les tables rondes relatives au français dans la francophonie, à l’éducation et à l’intégration professionnelle, ou au choix de la langue d’écriture. Mais comment mieux démontrer le pouvoir de la rencontre des mots, les appropriations créatrices du poète ou du romancier, les partages magiques entre lecteur et auteur qu’en célébrant, dans leur région, l’œuvre de Joachim Du Bellay, le défenseur de notre langue, et celle de Julien Gracq, le premier membre d’honneur de nos Lyriades, qui nous a quittés depuis peu ?

8C’est grâce aux contributions d’un grand nombre de partenaires, que nous remercions chaleureusement, et tout particulièrement grâce à la Délégation générale à la langue française et aux langues de France, aux Ministères de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche, aux établissements d’enseignement supérieur d’Angers et à tous les éminents spécialistes de la langue française qui ont bien voulu enrichir de leurs réflexion, le thème proposé, véritable problématique linguistique, socio-économique et culturelle, que ces journées ont pu voir le jour et nous conduire De Rencontres en partages vers une meilleure connaissance de notre langue.

9Mais ces Lyriades n’auraient pas eu tant d’éclat sans le public, nombreux et divers qui y a participé activement : public du séminaire du vendredi matin, au Centre départemental de documentation pédagogique d’Angers, composé d’enseignants des Pays de la Loire et dirigé par le délégué académique à l’évaluation et à la pédagogie du rectorat de Nantes et par des inspecteurs pédagogiques régionaux de l’académie, sous le patronage du recteur Paul Desneuf et avec la participation de l’Inspection générale et de L’Ecole des Lettres ; public d’Angers, public de Liré, public des Mauges et d’Ancenis, de la région, de plus loin et de tous horizons ; public des inspecteurs, des enseignants, des parents et des élèves ; public des élus et des administrations, des associations d’apprenants, des cités et des villages ; public de la Chambre de commerce et d’industrie, des chefs d’entreprise ; public des tables rondes, des universités, des écoles ; à tous, public de bonne volonté, public qui vous intéressez à la langue française, merci !

10Ma reconnaissance va également au comité pédagogique, dirigé par M. Jean-Luc Jaunet, qui nous a largement ouvert les voies du rectorat de Nantes et a permis l’engagement, tout au long de l’année scolaire, de l’enseignement secondaire et primaire, dans les multiples projets pédagogiques, suivis par M. Bernard Malblanc, que nous avons pu découvrir lors de ces Rencontres, particulièrement ceux animés par Mmes Marché et Sautier, ou M. Gy. Je pense spécialement à l’Inspection générale de lettres qui, en la personne de M. Pascal Charvet, soutient notre action et nous informe des nouvelles perspectives de réflexion du ministère sur la langue française.

11Que soit aussi bien vivement remercié le comité culturel, en les personnes de Mmes Brunet, Beaumont, Charles, Mainguy et Paré, de M. M. Martin, Alix et Bernard, qui n’ont cessé d’animer ces journées par des activités variées propres à faire de la langue française une fête des mots. Nous en avons particulièrement savouré les plaisirs, le samedi et le dimanche, à Liré, à Champtoceaux et à Ancenis où des expositions ont mis à l’honneur les jeux et divertissements à la Renaissance et l’écriture, sous toutes ses formes, mais où ont eu lieu aussi des lectures de poèmes, des échanges littéraires et même un chapitre d’intronisation dans la confrérie des compagnons vignerons de Joachim Du Bellay au château de La Turmelière. Mais il faut encore mentionner les concours de mots et la 3e dictée des Lyriades composée et lue par Jean-Pierre Colignon, qui a connu un grand succès, et encore bien d’autres activités qui ont permis, en somme, de faire du français une langue de partage.

12Je ne voudrais pas oublier notre comité scientifique, qui m’a aidée de façon très efficace et positive. Nous avons véritablement fait œuvre commune pour choisir les intervenants qui nous ont donné à entendre des communications particulièrement brillantes, pleines de force et de vie, pour donner aussi un éclat régional nouveau à ces Lyriades, grâce, notamment au parcours littéraire et touristique d’Angers à Liré, imaginé et commenté par Jacques Boislève, prémices d’un projet plus vaste d’Angers vers Nantes et d’Angers vers Tours, qui mettra en valeur la Loire et les écrivains qui s’en sont inspirés, qui ont voyagé le long de son cours ou qui ont vécu sur ses rives.

13Que soient tout particulièrement remerciés M. Amin Maalouf, qui nous a fait l’honneur de présider ces Rencontres, M. Xavier North, délégué général à la langue française et aux langues de France et nos brillants présidents de séance, Jean-Luc Jaunet, Henriette Walter, Julien Kilanga-Musinde, nos douze intervenants, ces écrivains et poètes, ces professeurs et chercheurs, ces journalistes, tous spécialistes de la langue française, qui ont bien voulu nous parler de leur domaine de prédilection. Ils ont fait briller pour nous les rencontres de la langue et celles des mots dans la création littéraire.

  • 1 Nous remercions particulièrement Mme Marie Bosselet pour avoir retranscrit avec beaucoup d’applicat (...)

14Toute ma gratitude va enfin aux organisateurs M. Brossier, M. Beaumon, M. Staub, Mme Brunet, Mme Paré, M. Tobie, aux organismes qui ont contribué à la réalisation de ces journées et, en particulier, au CDDP d’Angers, si actif en les personnes de Madame Jacqueline Branger et M. Malblanc, de Mme Marie Bosselet, assistante des Lyriades1, et tous ceux, de Liré, de Champtoceaux, d’Ancenis, d’Angers ou d’ailleurs, sans lesquels ces 4e Rencontres de Liré n’auraient pu voir le jour. Ils ont permis d’orchestrer les éléments indispensables à leur réalisation, de convaincre les partenaires du bien-fondé de notre projet. Nous tenons à remercier tout particulièrement le Conseil régional des Pays de la Loire, le Conseil général de Maine-&-Loire, le ministère de la Culture et de la Communication – Délégation générale à la langue française et aux langues de France et Direction régionale des affaires culturelles des Pays de la Loire -, le ministère de l’Éducation nationale – rectorat de Nantes et centre régional de documentation pédagogique des Pays de la Loire -, la communauté de communes du canton de Champtoceaux, les communes d’Ancenis et de Liré, le syndicat mixte des Mauges, la fondation d’entreprise Mécène et Loire, l’entreprise Scania d’Angers, la caisse des dépôts et consignation – délégation des Pays de la Loire —, la chambre de commerce et d’industrie de Maine-&-Loire, l’école nationale supérieure d’arts et métiers d’Angers, le château d’Angers, la bibliothèque municipale d’Angers, les archives départementales de Maine-&-Loire. Tous nous ont permis de faire en sorte que ces Lyriades puissent se passer dans une grande harmonie et une belle convivialité pour faire briller la rencontre des mots et nous inciter à mieux les partager.

Notes

1 Nous remercions particulièrement Mme Marie Bosselet pour avoir retranscrit avec beaucoup d’application et de compétence les enregistrements des Rencontres, sans lesquels une édition fidèle des propos tenus n’aurait pu avoir lieu, et pour nous avoir aidés à la relecture de ces actes.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Terms of use: http://www.openedition.org/6540