Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

La langue française : de rencontres en partages

 | 
Françoise Argod-Dutard

De créations en partages

Pourquoi choisir le français comme langue d’expression littéraire ?

Julien Kilanga-Musinde, Naïm Kattan, Jean Pruvost, Geneviève Goubier e Ambroise Queffélec

Testo integrale

  • 1 Présentation de F. Argod-Dutard. Cette table ronde, présidée par Julien Kilanga-Musinde et animée (...)

1Pourquoi choisir le français comme langue littéraire ? Cette question fondamentale pose le problème du pouvoir créateur de la langue française et des raisons de son choix, sociales, politiques ou personnelles, lorsqu’un écrivain possède déjà sa propre langue d’écriture. Et c’est Monsieur Ambroise Queffélec, professeur à l’université de Provence, qui anime ce débat, destiné à apporter à cette question quelques réponses d’universitaires et d’écrivains. Il est bien placé pour cela, puisqu’il enseigne, à Aix, l’histoire de la langue française, mais aussi tout ce qui concerne le français dans le monde, qu’il connaît bien pour avoir enseigné à l’étranger, notamment à Brazzaville ou à Miami, et conduit de nombreux travaux sur le sujet. Il dirige, en outre, la revue Le Français en Afrique et fait partie d’une équipe de recherche qui s’intéresse aux français de ce continent. La parole est donc laissée à Monsieur Queffélec qui va présenter ses invités et à Monsieur Kilanga-Musinde, qui préside cette séance1.

2[J. Kilanga-Musinde] Je m’en voudrais de commencer cette rencontre sans vous transmettre le cordial salut du président Abdou Diouf, secrétaire général de la Francophonie et de Monsieur Clément Duhaime, administrateur de l’Organisation internationale de la Francophonie. Je suis très sensible à l’invitation que les organisateurs ont bien voulu nous adresser. Et pour marquer mon émotion, je vais juste lire un poème que j’ai rédigé d’un trait, hier soir, pour marquer ma présence. Je l’ai intitulé : « Sur les pas de ma silhouette » :

Sur les pas de ma silhouette
Aux confins de cette Afrique profonde
Un nom m’inspire
Joachim Du Bellay
Dans sa splendeur
Pourtant aux allures imperceptibles
M’appelle dans le clos de la pauvre maison
Et moi, sous le regard des fonds des âges
Victime des espaces infranchissables
Comme Morphée en quête de son Eurydice
Je cherchais l’insaisissable
Joachim
Enfoui dans les vestiges de son Liré natal
Sur les pas des Lyriades Un rêve se réalise
Le château mythique m’ouvre ses portes
En récompense du partage de cette langue à partager
Je peux ainsi boire une cuvée de prestige
Pour noyer l’amertume et les regrets
Et ainsi me remémorer le mythe de ce grand nom
Qui n’a pas cru si bien dire
Heureux qui comme Ulysse
Sous le regard de ma silhouette
Pour avoir fait un bon voyage
Me voici investi
En défenseur attitré de la langue françoyse
Un apôtre acharné de ce fils du château mythique
De Liré.

3Ce poème annonce déjà ses couleurs, en rapport avec le thème de notre débat qu’Ambroise Queffélec va animer.

4[A. Queffélec] Ce très beau préambule, qui illustre si bien la langue française, nous introduit déjà dans le cœur du sujet de cette table ronde car le français ne trouve de prestige et ne pourra garder son statut de langue internationale, de langue de l’émotion aussi, qu’à condition qu’il continue à être illustré. Et quelle meilleure preuve de ces qualités du français que le fait que ce soit des écrivains dont le français n’est pas la langue maternelle qui utilisent comme langue d’écriture privilégiée le français, quelquefois en concomitance avec d’autres langues, quelquefois, comme seule langue. On peut citer, à cet égard, un grand nombre d’écrivains qui utilisent le français comme langue d’expression. Bien sûr, on commencera par les anglophones parce qu’effectivement, ce sont eux qui offrent les cas les plus exemplaires, dans la mesure où ils pourraient utiliser une langue qui bénéficie d’un prestige international au moins égal au français. Parmi ces derniers, on peut penser à Samuel Beckett, tout récemment à John Little, mais on peut penser aussi à d’autres européens, que ce soit des roumains comme Cioran ou Ionesco ou que ce soit des slaves comme Kundera. On peut citer encore bien d’autres écrivains, par exemple les écrivains arabophones, comme Naïm Kattan qui est à cette table, mais aussi les Maghrébins, Yasmina Khadra, Driss Chraïbi, Boualem Sansal, des écrivains créolophones comme Confiant, comme Chamoiseau, comme Césaire, des écrivains d’Afrique Noire comme l’Ivoirien Kourouma, le Malien Hampâté Bâ, le Sénégalais Léopold Sédar Senghor, des écrivains d’Afrique Centrale : Sony Labou Tansi pour le Congo Brazzaville, Ferdinand Oyono ou Patrice Nganang pour le Cameroun, Julien Kilanga Musinde pour la République Démocratique du Congo… Alors, pour aborder ce problème central qui nous réunit, à savoir pourquoi des écrivains dont le français n’est pas la langue maternelle, ont utilisé le français, se trouvent réunis autour de cette table à la fois des écrivains qui ont choisi le français comme médium de création et des universitaires qui ont eu à réfléchir sur les raisons de ce choix.

5Parmi les écrivains, nous avons le plaisir d’accueillir Naïm Kattan, dont je dirais simplement qu’il est né à Bagdad : c’est donc en langue arabe qu’il a rédigé ses premiers écrits. Mais, installé à Paris d’abord, puis à Montréal depuis 50 ans, c’est comme essayiste, romancier et nouvelliste francophone qu’il fait « sa marque », pour reprendre d’ailleurs une expression qui est plutôt un québécisme qu’un francisme. Qu’il me suffise de vous citer, dans un premier temps, et vous aurez ensuite tout loisir pour expliciter les raisons de votre choix : « j’ai choisi comme immigrant de vivre en Amérique française et dès lors, j’ai décidé comme écrivain de m’exprimer uniquement en français ». Vous êtes l’auteur d’une quarantaine d’ouvrages et vous avez obtenu, parmi de nombreux prix et de nombreuses participations à des jurys de prix, le Grand Prix du Québec en 2004.

6Le président de notre table, Julien Kilanga Musinde, est né en République Démocratique du Congo, donc le Congo Kinshasa, l’ex Congo Belge. Il mène de front une activité universitaire – c’est un chercheur qui a travaillé sur le français parlé et écrit en Afrique -, des fonctions administratives – c’est un ancien recteur de l’université de Lubumbashi -, et joue un rôle important à l’intérieur de l’Organisation internationale de la Francophonie, puisqu’il y est chef de la division de la langue française et des langues partenaires : cet organisme n’est pas uniquement un moyen de défense et d’illustration du français, c’est aussi un organisme qui s’occupe de la promotion des autres langues partenaires, en particulier, des langues du sud. Il a une activité universitaire et administrative mais, en tant qu’écrivain, il a publié des essais, des études, de la poésie, et le poème qu’il nous a offert est un beau témoignage de cette aptitude à créer de la poésie lorsque les circonstances s’y prêtent. Et puis, il vient de publier un roman, son premier roman, Retour de manivelle, que j’ai lu, dont je ferai prochainement un compte-rendu et qui me semble extrêmement prometteur, en tout cas révélateur des modes d’écriture qu’on observe en Afrique.

7Parmi les universitaires, interviendra Geneviève Goubier, qui est maître de conférences à l’université de Provence et spécialiste de la littérature française et européenne du xviiie siècle. Elle a publié des ouvrages sur Diderot, sur Rousseau et travaille actuellement à une édition des œuvres de Jean-Baptiste Louvet, qui est un romancier très connu au xviiie siècle pour un roman pseudo libertaire, en tout cas léger, qui s’appelle Faublas et qui a été, de très nombreuses fois, réédité au 18e siècle. Mais Louvet, qui a écrit un journal sous la Révolution, nous est aussi et surtout connu comme journaliste, comme mémorialiste et comme politique. C’est un conventionnel girondin, adversaire de Robespierre qui a publié, en particulier, une Robespierrite où, dès 92, il remettait en cause le pouvoir de la montagne, de Robespierre et de Marat.

8Quant à Jean Pruvost, il nous est bien connu : c’est un habitué des Lyriades, qui est professeur à l’université de Cergy-Pontoise et qui connaît très bien la littérature des xixe et xxe siècles. On le connaît aussi, et surtout peut-être, par ses nombreux travaux sur la lexicologie et la lexicographie. Il est célèbre par ses recherches sur les grands auteurs des dictionnaires du xixe siècle, Larousse et Littré en particulier. Les universitaires le connaissent aussi comme l’organisateur des « Journées du Dictionnaire », qui ont lieu, chaque année en France, mais qui ont eu un tel succès que, sur le modèle des journées des dictionnaires qu’il organise à Cergy-Pontoise, se créent des manifestations à l’étranger, notamment en Italie, en Allemagne ou même au Québec où, en avril dernier, ont eu lieu avec grand succès les 3e journées québécoises des dictionnaires. Mais c’est aussi un essayiste et un universitaire qui publie beaucoup. Il vient d’obtenir, pour son ouvrage Les dictionnaires français, outils d’une langue et d’une culture, le grand prix de l’Académie française. C’est donc l’un des meilleurs lexicographes français qui se situe dans la lignée des Alain Rey, Bernard Quémada et autres lexicographes de prestige.

  • 2 L’Académie de Berlin formule ainsi sa question : « Qu’est-ce qui a rendu la langue française univer (...)

9Avant d’entrer dans le cœur du sujet, il est bon de rappeler toutefois que le français n’a été choisi comme langue d’expression littéraire qu’assez tardivement. Pendant longtemps, le latin et secondairement le grec ont été les grandes langues de cultures et de sciences du monde européen. Même quand les langues profanes ont accédé au statut de langue littéraire, le choix du français n’a pas été immédiat. Aux xie et xiie siècles, la langue d’oc était perçue comme la langue littéraire par excellence. Les écrivains du sud de l’Europe, qu’ils soient catalans, originaires du nord de l’Italie et, bien sûr, occitans, choisissaient ce qu’on appelait le limouzi comme langue littéraire. Même le roi d’Angleterre, Richard Cœur de Lion, écrivait en langue d’oc. La croisade contre les Albigeois et la défaite des barons occitans permirent l’expansion littéraire du français qui s’imposa dès la fin du xiiie siècle, puisqu’un Florentin comme Brunetto Latini choisit le français comme langue de la somme encyclopédique qu’est son Trésor (ce qui lui valut les foudres de Dante). Les siècles suivants virent l’extension du français comme langue littéraire jusqu’à ce qu’il devienne au xviiie siècle la langue européenne par excellence, comme le rappelle le titre du livre de Marc Fumaroli Quand l’Europe parlait français. On peut s’interroger sur les raisons du succès du français. Elles sont multiples et certaines sont externes, de nature socio-économique : l’expansion du français est étroitement liée à l’influence politique militaire, économique, démographique de l’État français, monarchique puis républicain. D’autres facteurs sont souvent allégués, pour expliquer ce que l’Académie de Berlin, dans son concours de 17842, appelle l’universalité de la langue française et seraient davantage liés à la langue elle-même : musicalité et expressivité, pour ce qui est du plan esthétique, clarté, précision et rigueur, pour ce qui du domaine logique.

10Les experts et les écrivains, ici présents, nous diront ce qu’ils pensent de la valeur de ces arguments. On commencera par Geneviève Goubier qui va évoquer les raisons de la suprématie du français comme langue littéraire dans l’Europe des Lumières.

  • 3 Article « Langue françoise », Encyclopédie d’Alembert et Diderot.
  • 4 M. Fumaroli, Quand. l’Europe parlait français, Paris, éditions de Fallois, 2001.

11[G. Goubier] Je partirai d’une citation de Voltaire qui est extraite du Dictionnaire Philosophique : « Le génie français, déclare Voltaire, est peut-être supérieur à tous les autres peuples, depuis quatre-vingts ans dans la littérature ; et le premier, sans doute, pour les douceurs de la société, pour cette politesse si aisée, si naturelle, qu’on appelle improprement urbanité. » La liberté et la douceur de la société ne se connaissent guère alors qu’en France, servies par un langage jugé remarquable et unique pour sa finesse et sa délicatesse d’expression. Le français, écrit Faiguet dans l’Encyclopédie3, jouit de la gloire « d’être cette langue que les nations apprennent par une convention tacite pour se pouvoir entendre ». Rivarol croit à l’universalité de la langue française dans cette Europe des Lumières qui parle français, pour reprendre le titre du livre de Marc Fumaroli4. Comment expliquer ce succès du français et le choix de cette langue par les lettrés et les têtes couronnées de l’Europe ?

12Les raisons relèvent de plusieurs facteurs : historique, philosophique et linguistique.

13L’hégémonie de la langue française tient d’abord au contexte politique et à l’intense activité diplomatique – officielle et officieuse – conduite par Choiseul et dont le centre se trouve à Versailles. Dans la recherche d’une paix civilisée, les diplomates croisent les acteurs de la République des Lettres et de la République des Arts, tissant ainsi des réseaux en Europe. Malgré des conflits localisés, l’Europe bénéficie, de la mort de Louis XIV à la Révolution, d’une exceptionnelle période de paix, qui autorise les revendications optimistes des représentants des Lumières au plaisir et au bonheur. L’universalité de la langue se confond alors de facto avec l’universalisme humanitaire des Lumières. Partout la diplomatie de Choiseul assoit sa réussite, qui culmine en 1770 avec la conclusion du mariage du Dauphin et de Marie-Antoinette. Pour la représenter à Paris et la renseigner sur les suites de cette union, Marie-Thérèse choisit un diplomate français, le comte Mercy d’Argenteau, avec lequel elle échange une abondante correspondance, écrite en français bien sûr. C’est dans cette langue que la Dauphine s’entretient avec sa mère, dans cette langue encore que, devenue souveraine, elle s’adressera plus tard au comte de Fersen, dans cette langue toujours que la reine captive rédigera sa correspondance chiffrée. Stanislas Poniatowski, le dernier roi de Pologne exilé à Saint-Pétersbourg, le protégé de Mme Geoffrin, rédige aussi ses mémoires en français.

  • 5 M. Fumaroli, op. cit., p. 21.
  • 6 Margrave de Bayreuth, Une Enfance à la cour de Prusse, Paris, Mercure de France, 1996, p. 39-40. « (...)
  • 7 C. de Ligne, Fragments de l’histoire de ma vie, Œuvres I, Bruxelles, Éditions Complexe, 2006, p. 1 (...)

14Choisir le français, pour un Européen dont il n’est pas la langue maternelle, ne répond toutefois pas à la nécessité de trouver une langue de communication, mais au désir de prendre part à l’entreprise de civilisation initiée à Paris. Au xviiie siècle comme au xxie siècle, nous dit fort justement Marc Fumaroli, « quiconque découvre qu’il veut avant de mourir prendre part à une conversation civilisée [...] se met au français5 ». Quiconque parle français bénéficie des vertus civilisatrices de cet idiome. Voltaire est ébloui par les changements que les progrès du français ont apportés à la cour de Saint-Pétersbourg. La margrave de Bayreuth, sœur de Frédéric II de Prusse et francophone avertie, se gaussait du tsar et de sa femme, « que l’on “aurait prise à son affublement pour une comédienne allemande”, et qui ne s’exprimaient qu’en “russien6” ». Mais la francophilie éclairée de Catherine II a métamorphosé cette cour grossière. Et Voltaire de s’extasier : « Rien n’est plus extraordinaire que cet assemblage de toutes les grâces françaises dans le pays qui n’était que celui des ours il y a cinquante ans. » Le prince de Ligne, dont la capitale familiale était Vienne, ne parla jamais que fort peu sa langue maternelle. Il salue, dans le français, la langue de l’urbanité, de la civilisation et de la conversation – termes équivalents pour un homme des Lumières – et déplore que l’usage s’en soit perdu après le traumatisme révolutionnaire. Comment croire encore à la délicatesse d’une nation qui a décrété la Terreur ? L’Ancien Régime entraîne dans sa chute la société francophone policée européenne, dont la disparition se marque par l’usage retrouvé de l’allemand. Cette langue, à laquelle « on s’est remis dans la conversation », se désole Charles de Ligne, « ôte l’urbanité que le règne de François Ier de Lorraine avait apportée avec lui. Les tutoiements parmi les femmes, l’organe que cette langue nécessite, en ramènent la grossièreté dans la société. [...] Les vieux seigneurs et les vieilles princesses accoutumés à parler [le français] depuis cinquante ans sont les seuls polis7 ». Frédéric II l’avait bien compris, lui qui ne s’entretenait en allemand qu’avec ses chevaux ! Tout Européen, homme de goût et d’esprit, voit en Paris sa seconde patrie, souvent par la grâce d’un apprentissage linguistique et culturel dispensé par des précepteurs et des gouvernantes français. Mme de Rocoules, gouvernante de Frédéric II et de sa sœur Wilhelmine, console ses élèves, maltraités par leurs royaux géniteurs, des charmes de sa conversation. Le français scelle la complicité du frère et de la sœur, ainsi que le rapporte dans ses Mémoires, en français, la margrave de Bayreuth.

  • 8 Voltaire, op. cit., p. 170.

15L’exceptionnelle richesse de notre littérature assure le triomphe de la langue. « Le génie de la nation se mêlant au génie de la langue », écrit Voltaire dans le Dictionnaire philosophique8, « a produit plus de livres agréablement écrits qu’on n’en voit chez aucun autre peuple ». Cette appréciation se retrouve dans l’Encyclopédie : « Le xviie et le xviiie siècles ont produit dans notre langue tant d’ouvrages admirables en tout genre, qu’elle est devenue nécessairement la langue des nations et des cours de l’Europe. » La Correspondance littéraire de l’allemand Grimm, revue manuscrite réservée aux têtes couronnées européennes, se fait l’écho des disputes de la coterie philosophique, diffusant une information partielle et partiale, mais souvent pimentée de l’ironie du bel esprit, ingenium rendu possible par le génie de la langue.

  • 9 C. de Ligne, op. cit., p. 107.
  • 10 Voir, par exemple, ce trait rapporté par C. De Ligne (op. cit., p. 172) : « Ai-je raconté que je d (...)
  • 11 Anecdote rapportée par C. De Ligne, op. cit., p. 154.

16Quel est ce génie ? Pour Isabelle de Charrière, le français offre un modèle de pensée, admiré pour sa clarté et sa capacité de raisonnement. Alors qu’elle est âgée d’à peine onze ans, elle affirme avoir presque oublié son hollandais natal. L’Encyclopédie vante la clarté, l’ordre, la justesse et la pureté des termes qui distinguent le français de toutes les autres langues. Voltaire définit lui aussi le « génie de cette langue » comme « la clarté et l’ordre ». Cette capacité naturelle à la rationalité et à la justesse s’accompagne d’une délicatesse intrinsèque, censée bannir les termes grossiers ou obscènes. Aussi Charles de Ligne, obligé à communier avec Marie-Thérèse, cherche-t-il désespérément, jusqu’à dix heures du soir, un confesseur qui sache le français : « J’aurais pu dire en allemand, mais trop grossier, le seul genre de péchés que je commets, car excepté celui-là, je n’en sais pas d’autres que de ne jamais aller à l’église9. » La langue de la philosophie est aussi celle de la frivolité d’une aristocratie experte dans l’art de se désennuyer et de séduire par la virtuosité des bons mots10, des saillies de l’esprit et des charmes du langage gazé. Et pourtant ce n’est pas à la délicate décence de la langue française que le général Panowsky doit son salut à la bataille de Reichenbach. Devant haranguer les dragons wallons et se désolant de ne pas savoir le français, il cherche tous les mots qu’il croit avoir entendus et finit par crier : « Allons foutre, sacredieu11 », pour la plus grande satisfaction des soldats, qui voient là une métaphore galvanisante de la guerre et conforme au génie de leur langue.

  • 12 Cité par M. Fumaroli.

17Tant de qualités ne sauraient exister sans les défauts qu’elles induisent. Si le génie de la langue est reconnu se prêter particulièrement bien aux activités spéculatives, il pêche en revanche par ses insuffisances poétiques et la lourdeur d’une versification sans attrait. Horace Walpole, qui fut la passion malheureuse de Mme du Deffand, correspond en français avec la célèbre salonnière, mais s’avoue peu à l’aise dans cette langue, selon lui « l’idiome le plus antipoétique d’Europe, le plus stérile, et de surcroît le plus entravé de difficultés12 ».

18Le français du xviiie siècle s’identifie ainsi à la civilisation douce et heureuse prônée par les Lumières. Il est une langue claire et juste, vecteur de la philosophie autant que de la frivolité, mais toujours exigeante dans sa pratique. Voltaire critiquait violemment les fautes commises par ses compatriotes et par les locuteurs étrangers, reprochant à certains de ces scripteurs, s’éloignant d’un usage normé, d’abâtardir le français. La langue des Lumières, à l’image de l’idéologie qu’elle sert, rayonne, mais pour qui consent à se plier à la clarté précise et vive qu’elle requiert et à l’élégance qu’elle demande, à la façon de Robespierre dont, nous rappelle Marc Fumaroli, « la tenue était impeccable, les cheveux toujours poudrés de frais, la diction et les manières celles d’un homme de cour ».

  • 13 C. De Ligne, op. cit., p. 132.

19Sans doute le français de l’Europe des Lumières confortait-il l’immense privilège de l’élite sociale et intellectuelle, dont il était la langue d’élection. Sans doute aussi nous entretient-il dans un plaisir de nostalgie mais aussi dans le bonheur d’une langue parlée par des hommes qui croyaient au recul de la barbarie, à l’avènement d’une urbanité européenne et aux délices des entretiens illuminés par le génie d’une langue civilisatrice. Que des châteaux de Prusse aient reçu les noms de Sans-Souci ou de Mon-Bijou le prouve aisément : semblable onomastique invite à la douceur de vivre dans des sociétés aspirant, par la grâce d’une langue, à sortir du pays des ours. Nous empruntons à l’esprit de Charles de Ligne la formule pointue où se condense tout le génie prêté à la langue française : « On ne rit même décemment qu’en français13. »

20[A. Queffélec] Si le français est la grande langue littéraire de l’Europe du xviiie siècle, il y a cette rupture que constitue la Révolution. Il est évident que l’image du français, en particulier pour l’élite aristocratique européenne, va être fortement assombrie par les excès de cette période. On peut se demander ce qui va se passer au xixe et au xxe siècle, et là, je vais me tourner vers Jean Pruvost et son excellente connaissance de cette littérature pour lui demander si, en particulier, d’après le témoignage des lexicologues et des lexicographes, il y a un changement de point de vue sur les qualités du français et sur son rayonnement.

21[J. Pruvost] Quand on se sent en amitié, on est prompt à faire des confidences. Je n’en ferai qu’une : quand j’avais seize ans, je m’intéressais aux mots et j’avais rencontré une expression « être l’homme d’un seul livre » et je me disais : « jamais je ne serais l’homme d’un seul livre ». C’est pour cela que j’ai fait des études de lettres. Évidemment, j’ai rencontré Bernard Quemada qui a, comme vous le savez, dirigé le Trésor de la langue française, et je suis devenu, quarante ans plus tard, l’homme d’un seul livre : c’était donc vraiment raté. Je me présente donc comme l’homme des dictionnaires, du dictionnaire, en essayant à travers ces dictionnaires justement – et j’ai de la chance parce que c’est un genre foisonnant – de présenter quelques réponses aux questions que nous nous posons. Alors première question peut-être, pourquoi le français comme langue d’expression ? Tout simplement peut-être parce que nous sommes le pays qui, au monde, a le plus de dictionnaires pour sa langue. C’est quelque chose d’étonnant : si on est en Angleterre, il y a énormément de dictionnaires, mais il y en a beaucoup qui sont encyclopédiques ; si on est en Allemagne, il y a beaucoup de dictionnaires, mais il n’y en a pas autant concernant la langue allemande et, si on est en France, on est exactement dans la position dénoncée par le général de Gaulle pour les fromages quand il disait que c’était impossible de diriger un pays où il y avait plus de 300 fromages. Et bien, imaginez un pays où il y a plus de 15 000 dictionnaires, c’est quelque chose de très difficile à maîtriser. Et c’est sans doute la preuve de notre attachement à la langue française puisqu’il fallait un code pour la langue et que ce code devait s’exprimer à travers un dictionnaire au moment où s’installait la monarchie absolue. Et donc, en 1635, à l’instar un peu de ce qui venait de se faire en Italie, Richelieu crée l’Académie française avec pour projet celui de faire un dictionnaire de la langue française, un code, en quelque sorte, de la langue du roi, de la langue de l’élite, de la langue des écrivains. Qui participe à ce dictionnaire de l’Académie ? Bien sûr, Racine, Corneille, toutes sortes de grands écrivains comme Boileau, Bossuet, Fénelon, qui sont de l’Académie française, ce qu’il ne faut pas, naturellement, oublié. Du coup, une sorte de stimulation s’instaure qui sera aussi une grande chance pour la France : en 1680, l’Académie étant un peu lente, paraît un dictionnaire émanant de l’entreprise privée, qui a l’aval, d’ailleurs, de l’Académie et du roi, et c’est celui de Richelet. C’est le premier dictionnaire de langue française, j’insiste beaucoup parce que ça signifie que ce sont des mots qui sont entrés dans la langue avec une définition, des exemples et des citations. Quelques années plus tard, 10 ans, en 1690, c’est le dictionnaire de Furetière qui est publié, et là, c’est encore l’initiative privée qui passe en quelque sorte avant l’initiative nationale et qui lance ce fameux dictionnaire universel, préfacé plus tard par Pierre Bayle. C’est un autre type de dictionnaire qui apparaît : ce n’est pas seulement un dictionnaire de langue, mais un dictionnaire encyclopédique, l’ancêtre du Petit Larousse, comme tout à l’heure le Richelet était l’ancêtre du Petit Robert, l’ancêtre du Littré, etc. Et puis en 1694, c’est le dictionnaire de l’Académie française qui est publié et sera suivi de huit éditions : il prend pour modèle la belle langue et, en même temps, essaie dans l’usage de présenter le mot le mieux possible. Entre l’initiative privée et l’institution, on a là une stimulation permanente, et des moyens différents, au court et long terme, qui nous donnent une profusion de dictionnaires comme aucun pays n’en a eu. Alors je crois que c’est peut-être déjà un des éléments de réponse à la question posée.

22Deuxième élément de réponse : le dictionnaire est né en France, davantage pour les étrangers que pour les français eux-mêmes. Richelet publie en 1680, le premier dictionnaire monolingue et ce n’est pas étonnant que ce soit au xviie siècle, au moment où on impose la langue, où la langue devient vraiment langue d’état, langue nationale. Voici ce que dit Richelet dans sa préface : « j’ai fait un dictionnaire français afin de rendre service aux honnêtes gens qui aiment notre langue ». Évidemment, on pense que ce sont les français mais très vite il va un peu plus loin. D’abord le dictionnaire est fait à Genève, ensuite il est dédié au Prince Ferdinand, évêque de Munster et de Paderborn, Prince du Saint Empire, etc. Ses dédicaces sont révélatrices : « l’inclination que votre altesse sérénissime a pour la France me fait croire que la langue française ne lui est peut-être pas indifférente. C’est aujourd’hui l’amour des nations les plus polies. Elles disputent de la beauté avec toutes les langues mortes ». L’argument essentiel est ici, c’est-à-dire qu’il y avait le latin, langue internationale et il y a maintenant la langue française, langue internationale, censée le remplacer pour l’ensemble de l’Europe. Le dictionnaire est publié à l’étranger, il est dédié à un étranger, il est vendu à l’étranger et vient en France de l’étranger. Que dit encore Richelet, dans la préface ? À la onzième ligne, donc au tout début, les choses les plus essentielles : « en faveur des étrangers, on a ajouté aux mots et aux phrases des bons écrivains, le genre de chaque nom, avec la terminaison féminine des adjectifs et l’on a donné des exemples. On a expliqué les diverses significations d’un même mot, découvert le sens des dictions difficiles ou équivoques, mis l’origine des verbes ou des adjectifs, même quand les verbes sont irréguliers ou malaisés à conjuguer, on en a marqué la 1re personne du présent, du prétérit, du futur et de l’impératif ». C’est donc un dictionnaire de français langue étrangère en grande partie. Il est destiné à répandre le français dans toute l’Europe et, donc, il a un côté didactique, un côté homogène et un côté exhaustif, en tout cas, il fait preuve d’une volonté d’exhaustivité. À la lecture, on ne peut qu’en être convaincu. Il suffit de se pencher sur la première page : « abbaye, prononcé abbaye ». Les français le savent, on ne s’étonne pas qu’il y ait eu des critiques disant qu’on savait déjà tout cela. Si le Furetière a eu un énorme succès, c’est, finalement, pour sa partie encyclopédique et ses citations. On retrouvera ceci dans les autres dictionnaires. Pierre Bayle mentionne « combien il y a de villes, d’ailleurs très souvent en guerre avec la France, dans lesquelles non seulement tout ce qu’il y a de distingué dans l’un et dans l’autre sexe parle français, mais aussi plusieurs personnes parmi le peuple. Veut-on qu’un libel courre bien le monde, aussitôt, on le traduit en français, lors même que l’original est en latin. Ce sera un grand moyen de répandre sur plus de nations les lumières qu’il contient et d’acquitter cette langue auprès ce ceux qui lui rendent tant d’honneurs ». Un peu plus loin : « Charles Quint, d’ailleurs ennemi mortel de la France, aimait si fort la langue française qu’il s’en servit pour haranguer les états des Pays-Bas, le jour qu’il fit son abdication et pour écrire les mémoires de sa vie. » Il en va de même pour l’Académie qui a exactement le même discours. Dès la première page de la préface, il est dit : « le dictionnaire de l’Académie ne sera pas moins utile, tant à l’égard des étrangers qui aiment notre langue qu’à l’égard des Français mêmes qui sont quelquefois en peine de la véritable signification des mots ou qui n’en connaissent pas le bel usage ». Et, dans l’épître au roi, qu’on oublie de lire, il est mentionné : « la langue se voit aujourd’hui établie dans la plupart des cours d’Europe, elle réduit pour ainsi dire les langues des pays où elle est connue à ne servir presque plus qu’au commun du peuple ». Langue d’élite, évidemment au xviie siècle, elle réussira, fort heureusement, à être langue du peuple ensuite. Je ne dirais qu’un mot avant de conclure sur un autre aspect, une autre question : pourquoi les dictionnaires sont-ils si près de la langue française ? Et bien la chose est simple et confirme un peu ce que je viens d’évoquer : presque 80 % des grands auteurs des dictionnaires sont bilingues, voire étrangers, ou ne sont pas de langue française au départ. Robert Etienne n’est pas bilingue mais il parle le latin couramment ; c’est l’imprimeur de François Ier pour les langues latines et hébraïques ; on parlait latin dans son atelier parce qu’il recevait l’Europe entière dont le souhait était de parler français ; Jean Nicot, auteur du Thrésor de la langue française, en 1606, est un diplomate envoyé au Portugal ; Richelet, est le traducteur de l’Histoire de la Floride de l’espagnol de Garcilaso de la Vega ; Vaugelas, qui a traduit l’historien latin Quinte Curce, s’exprime très bien dans la poésie italienne. Ménage, notre premier auteur de dictionnaire étymologique, broche très facilement les épigrammes grecques et latines, connaît très bien l’italien, et fait même partie de l’Academia della Crusca en Italie. Il connaissait aussi l’ancien français, avait des rudiments d’anglais et d’allemand. Diderot, qui a dirigé l’Encyclopédie, est un très bon traducteur d’anglais et a même traduit le dictionnaire de médecine de Robert James et l’Essai sur le mérite et la vertu de Shaftesbury. Prévost connaît très bien l’anglais et a même vécu en Angleterre. Laveaux a fait un dictionnaire d’allemand et c’est notre premier auteur de dictionnaires des difficultés. Gattel innove en donnant la phonétique et publie un nouveau dictionnaire espagnol-français, Prévost-Paradol connaît l’anglais, Littré, les langues arabes. Miguel Del Toro, directeur du Petit Larousse, lancera le petit Larousse espagnol. Paul Robert adore l’anglais, il travaille au service des chiffres en anglais et, quand il commence ce dictionnaire, c’est d’abord en partant de l’anglais et ensuite, il fera un dictionnaire d’anglais. Alain Rey aime l’anglais aussi et Henriette Walter connaît bien les langues qu’elle aime beaucoup… Quant à moi, je voulais être professeur d’anglais, je me retrouve dans un dictionnaire français : j’ai bien fait parce que si je vous avais lu un passage en anglais, vous auriez compris que je n’avais aucune chance ! Je vais conclure en disant tout simplement que, on le sent, les français aiment leur langue. La francophonie aime la langue française et on le voit à travers les chroniques de langues qui ont un énorme succès. Je pense à Canal Académie où nous nous sommes retrouvés, il y a quelques temps, où j’allais pour parler un peu des dictionnaires, mais sans connaître le public, et le public, c’est la francophonie toute entière : on nous a appris qu’il y a 800 000 personnes par mois qui écoutent Canal Académie, qui est une radio sur internet. 800 000 personnes, c’est énorme, c’est la francophonie dans tout son rayonnement, dans tout son partage. Alors, je dirais, la francophonie, pays des dictionnaires qui honorent si intensément la langue, passe par le Petit Lyré, la grande équipe qui organise les Lyriades, mais il n’y a pas de belles histoires sans une fée, je pense donc à ma collègue et amie, Françoise Argod-Dutard, et qu’on me permette, pour conclure, de citer Bergson et une pensée qui m’a toujours été chère, dans l’Evolution de la pensée créatrice : « l’idée de l’avenir est féconde ». Je crois que l’idée de l’avenir de la langue française est féconde et l’idée de l’avenir du Petit Lyré et des Lyriades est particulièrement féconde.

  • 14 Dourari A., Les malaises de la société algérienne : crises de langues et crise d’identité, Alger, (...)
  • 15 Boudjedra, Fis de la haine, Paris, Denoël, 1992, rééd. Gallimard, 1994, p. 28.
  • 16 Dib M., « Écrivains : écrits vains », Ruptures, 6 (16 au 22 février 1993), p. 30.
  • 17 Benrabah, Langue et pouvoir en Algérie, Paris, Seguier, 1999, p. 66.

23[A. Queffélec] Je vais maintenant me tourner vers les écrivains eux-mêmes ; avant de m’adresser à Naïm Kattan, qui est originaire d’Irak et qui a écrit ses premiers textes en arabe, je rappellerai que, dans les pays arabophones, le choix de la langue d’écriture a toujours été délicat, voire conflictuel. La question s’est posée en particulier pour les pays arabophones, autrefois sous colonisation, protectorat, ou mandat français. L’aspect socio-esthétique s’est doublé d’un aspect idéologique et identitaire car la langue touche au plus profond de la culture et de l’identité individuelle ou collective. Ainsi en Algérie et, dans une moindre mesure, au Maroc et en Tunisie, la question linguistique a été et reste au cœur d’affrontements idéologiques violents. Comme l’écrit justement un chercheur algérien, la concurrence entre français et arabe « se manifeste socialement sous la forme d’une lutte sourde, parfois très tumultueuse, entre arabisants et francisants à tous les niveaux de la hiérarchie sociale et administrative. Sous l’apparence d’une guerre linguistique, se profile une lutte des élites pour sauvegarder ou améliorer leur statut dans l’administration et pour contrôler le pouvoir [...]. La langue n’est plus perçue comme moyen de communication remplissant, entre autres choses, une fonction sociale déterminée. Elle est devenue un critère d’appartenance idéologique14 ». Dès lors, le choix du français comme langue d’expression, que ce soit dans la presse ou la littérature, est vécu soit comme une trahison, soit comme une ouverture vers l’Autre et la modernité. Dans le clan de ceux qui pensent que choisir le français c’est renier la nation arabe et le monde musulman, se rangent, par exemple, un ancien premier ministre qui traitait l’élite francisante de « laïco-assimilationniste » ou le célèbre écrivain en langue arabe Tahar Ouattar qui demandait qu’on retire leur nationalité aux écrivains algériens de langue française. C’est pour obéir à ces pressions très fortes qu’un écrivain comme Rachid Boudjedra, qui a commencé par écrire en français, s’en est détourné pour publier en arabe, persuadé que la francophonie était responsable de la faillite de la politique algérienne d’arabisation en ce qu’elle « frappe d’interdit la langue arabe, la condamne à mort, la cloue au pilori de l’archaïsme démodé, hors-jeu, iconoclaste15 ». Dans l’autre camp, un écrivain d’expression française, comme Mohamed Dib, présente la langue française comme le résultat « fécond » d’un contact interculturel : « La langue française est à eux, elle leur appartient. Qu’importe, nous en avons chipé notre part et ils ne pourront plus nous l’enlever [...]. Et si, parce que nous en mangeons aussi, de ce gâteau, nous lui apportions quelque chose de plus, lui donnions un autre goût ? Un goût qu’ils ne lui connaissent pas16. » Même sentiment chez le grand Kateb Yacine, qui a écrit à la fois en français et en arabe dialectal et pense que le français est un « butin de guerre » : « c’est en français que nous proclamons notre appartenance à la communauté algérienne [...] On ne se sert pas en vain d’une langue et d’une culture universelle pour humilier un peuple dans son âme. Tôt ou tard, le peuple s’empare de cette langue, de cette culture et il en fait les armes à longue portée de sa libération17 ». Dans le cas de Naïm Kattan, arabophone, mais non arabe, les choses étaient un peu différentes et il va nous expliquer son choix du français.

24[N. Kattam] Si j’ai choisi le français, c’est une question de circonstances de vie, mais aussi d’émotions, de joies, de désirs. J’ai fait mes études à Bagdad où il y avait, à l’époque, très peu de personnes qui parlaient ou qui connaissaient le français. On était sous la domination britannique, et cela, c’est très important pour moi. La deuxième langue était donc l’anglais et l’école où je suis allé, l’école israélite de l’alliance universelle, fondée par la communauté juive de France, proposait quatre langues d’enseignement : l’arabe, l’hébreu, le français et l’anglais. L’arabe était ma langue maternelle, ma langue de choix et la langue principalement enseignée dans cette école. Dès mes premières années de lecture – il y avait une bibliothèque très importante à notre école – j’ai découvert l’Occident par la lecture de livres français. Bien sûr, j’ai lu aussi des livres anglais mais, comme je me sentais sous la domination britannique, je voulais m’en dégager et, pour moi, la découverte du français a été la découverte de la liberté. Pendant la guerre, il y avait un examen français, le brevet élémentaire, qu’un français de France est venu faire passer à Bagdad, Jean Gaulmier, qui a eu, par la suite, une influence considérable sur moi et ma vie. Dans ma dissertation, j’ai cité les écrivains que j’avais découverts dans la bibliothèque de l’école, Malraux et Gide. J’avais quatorze ou quinze ans. Au lieu de donner, pour la récitation, une fable de La Fontaine, j’ai cité « La rose et le réséda » d’Aragon. À Bagdad, c’était quelque chose d’assez inouï pendant la guerre et j’étais très fier : j’étais celui qui avait découvert, en Irak, tous ces écrivains que personne ne connaissait. Alors, j’ai dit à Monsieur Gaulmier :

Regardez ma récitation, vous avez entendu parler d’Aragon ? Il répondit :
– Oh oui, je le connais, je le connais bien.
– Comment ça, vous le connaissez personnellement ?
– Oui, oui. Je l’ai connu personnellement.
– Donnez-moi votre nom, je veux vous connaître (c’était le premier français que je rencontrais dans ma vie) je veux vous connaître.
– Attendez… j’ai lu votre dissertation, venez me voir à mon hôtel. On ne va pas discuter là.
Il enseignait la littérature à Beyrouth. Quand je suis allé le voir à son hôtel, je lui ai dit :
Notes
– Je voudrais apprendre avec vous.
Quelqu’un qui connaissait les écrivains français, c’était pour moi quelque chose d’exceptionnel. Il me répondit :
– Non, non. Vous ne viendrez pas à Beyrouth, vous irez à Paris.
– Comment ça ? Paris est occupé par les allemands et je suis juif. Il faut faire le voyage et je n’ai pas d’argent…
– Vous aurez la première bourse que la France donnera après la guerre.

25Il est vrai qu’il travaillait pour le général De Gaulle. Il était gaulliste et il était sûr que la France allait être libérée et que la France donnerait des bourses. Et en effet, il a tenu parole, j’ai eu la première bourse que la France a donnée après la guerre pour un irakien. Et cela a changé ma vie, parce que j’ai découvert la France à travers la lecture et, quand je suis venu à Paris, j’ai écrit un livre Villes de naissance. Si je suis né d’abord à Bagdad, ma deuxième naissance a lieu à Paris et la troisième, évidemment, à Montréal qui est maintenant ma ville. À Paris, parmi les choses que j’ai découvertes, il y avait le théâtre, le cinéma français, car à Bagdad, il n’y avait que des films américains et arabes. J’ai aussi découvert la musique et surtout la possibilité de parler en tête à tête avec des jeunes filles, ce qui était une interdiction totale à Bagdad, et comme j’avais dix-huit ans, c’était pour moi quelque chose d’exceptionnel. C’était vraiment la liberté et là, j’ai commencé à faire mes études de français à la Sorbonne et j’ai découvert que ce qui intéressait les journaux français ce n’était pas que je parle de Gide ou de Malraux – il y avait assez de français pour le faire -, c’était que je parle de littérature arabe. J’ai écrit mon premier article dans le journal Combat en 1948, sur Tewfik el-Hakim, d’Égypte. Évidemment, c’était quelque chose de très important pour moi, et j’ai retrouvé, en parlant à des français, ma culture arabe. Les circonstances de la vie ont fait que j’ai découvert l’Amérique du Nord par le voyage gratuit que m’ont valu, fort heureusement, des conférences que je faisais sur un bateau hollandais qui allait aux États-Unis. Je me suis dit alors que mon avenir, c’était d’aller en Amérique parce que c’était très difficile pour un étranger de trouver, à l’époque, du travail en France. Donc, j’ai décidé de quitter la France et d’aller en Amérique, à Montréal, une ville où l’on parle français. Je me suis donc installé au Québec où j’étais correspondant de journaux arabes. Et quand j’ai publié mon premier article, de Montréal, pour mon journal de Bagdad, un mois après, je me suis dit que c’était absurde que ce journal ait un seul correspondant à l’étranger et que ce soit à Montréal. C’était en 1954 et je voyais bien qu’il y avait un décalage entre les langues et qu’il fallait que je choisisse. Je me suis dit : « dorénavant, je vais écrire uniquement en français ». Écrire en français, faire des articles dans les journaux, c’était facile. C’était plus facile de passer à la radio, à la télévision, et je l’ai fait abondamment, surtout qu’à l’époque, on avait besoin de quelqu’un qui parle du Moyen-Orient, et moi, je pouvais lire les journaux arabes. Mais, dès mon jeune âge, je voulais être écrivain. Mon rêve a toujours été d’être écrivain et je rêve toujours d’être écrivain. Même si j’ai publié quarante livres, je rêve toujours de devenir écrivain – heureusement, parce que j’ai d’autres livres à écrire. Je suis resté silencieux de quinze ans à vingt ans. Passer d’une langue à l’autre, c’est traverser le silence. J’ai écrit mon premier texte, Le réel et le théâtral, où je parle de mon itinéraire passé de l’Orient à l’Occident, et je l’ai envoyé à la Nouvelle Revue Française où je ne connaissais personne parce que j’écrivais à l’époque dans les Lettres Nouvelles de Nadeau, dans la Quinzaine Littéraire, enfin, j’écrivais dans des revues françaises… Mais à la Nouvelle Revue Française, je ne connaissais personne. Je me suis dit alors, si on m’accepte comme écrivain, c’est que je rentre dans le sentier que j’aurais voulu choisir dès le départ. Mais je n’ai pas reçu de réponse. Comme, j’allais à Paris de temps en temps, à une de mes arrivées, j’ai téléphoné à la revue et c’est Dominique Aury qui m’a répondu et m’a dit : « Vous êtes à Paris, donnez-moi vos coordonnées, il y a Jean Grosjean qui voudrait vous voir. » Alors j’ai rencontré Jean Grosjean qui a eu une influence très considérable sur ma vie : il a lu mon texte et a dit qu’il allait le publier. Jean Grosjean, pour moi, c’était un grand poète que j’avais lu, qui a traduit le Coran, qui savait donc d’où je venais mais qui était aussi très français. Il m’a dit : « Vous avez fait le chemin de l’Orient vers l’Occident et moi j’ai fait le chemin de l’Occident vers l’Orient et maintenant, c’est le moment de nous rencontrer. » C’était quelque chose de formidable. Il est devenu un ami pour moi. Chapitre après chapitre, Jean Grosjean a lu mon premier livre. C’était formidable ! et il en a écrit la préface. Cet ouvrage est sorti à Paris mais aussi au Canada. Et il a été traduit en plusieurs langues. Un écrivain américain, Saul Bellow, qui était né d’ailleurs à Montréal – j’ai fait quelques essais sur lui – m’a dit un jour : « Il faut toujours dire son nom, d’où on vient, parce qu’une fois qu’on l’a fait, le monde s’ouvre. » Quand j’ai dit que j’étais un juif de Bagdad, le monde s’est effectivement ouvert. Et il fallait qu’à Québec, je dise qui j’étais pour appartenir à ma nouvelle ville. Alors j’ai écrit mon livre, Adieu Babylone, où je raconte ma vie d’enfant et d’adolescent à Bagdad. D’ailleurs, ce livre a été publié en France et vient d’être republié en livre de poche par Albin Michel, parce qu’on parle beaucoup de Bagdad maintenant. Après cela, j’ai pu commencer à écrire beaucoup d’autres choses. Quand ce livre est sorti au Québec, la personne qui m’a interviewé à la télévision – et qui est décédée maintenant – a dit : « ce livre-là a été écrit pour nous. Naïm Kattan nous appartient, appartient à notre littérature et il écrit pour nous, au Québec ». C’était vrai. J’ai eu ensuite l’occasion d’être directeur au Conseil des Arts du Canada. Je suis devenu expert de la littérature canadienne et québécoise, et mieux, je participe à cette culture, à cette littérature. Et c’est cette ouverture vers le monde que le français m’a donné d’abord à Bagdad, ensuite en passant par Paris et enfin à Montréal qui est ma ville et me relie à Paris et au monde entier. Et c’est grâce au français que j’ai pu le faire.

  • 18 La situation est différente dans les anciennes colonies britanniques et belges où les autorités co (...)
  • 19 Pour reprendre l’expression de Sony Labou Tansi.

26[A. Queffélec] Si l’on se tourne maintenant vers les écrivains d’Afrique subsaharienne, le choix de la langue d’écriture est tout aussi crucial mais se pose différemment : dans les anciennes colonies françaises, portugaises, espagnoles18, la grande majorité de la population ne sait ni lire ni écrire ses langues, à cause de la politique linguistique en faveur des langues européennes, menée pendant et après les indépendances. Dès lors, pour les écrivains issus des pays « francophones », le choix du français peut sembler une contrainte mais différentes sensibilités se font jour dans ce rapport à la langue d’écriture. Jacques Chevrier distingue trois types de réactions : les réticents comme Sembène Ousmane qui écrit à contrecœur en français et se prononce (paradoxalement en français...) pour une politique linguistique favorisant les langues africaines : « On ne décolonisera pas l’Afrique avec les langues étrangères. La langue est un problème national. » Il y a aussi les réalistes qui acceptent le fait historique en regrettant de ne pouvoir écrire en langue africaine, comme Jean-Baptiste Tati-Loutard qui reconnaît que « la littérature congolaise orale est certainement notre littérature la plus accomplie dans la mesure où elle s’accorde parfaitement avec nos traditions culturelles ». Mais il ajoute qu’ » elle est en train de perdre son support et son statut » et que le passage par le français est un biais obligé. Tchicaya U Tam’Si va dans le même sens et accepte le recours au français comme « un phénomène naturel » mais à condition de le « tropicaliser19 » : « La langue française me colonise. Je la colonise à mon tour. » Enfin il y a les enthousiastes comme Senghor qui multiplie les professions de foi favorables au français, comme dans la très belle postface de son recueil Ethiopiques :

C’est le sceau de la Négritude, l’incantation qui fait accéder à la vérité des choses essentielles : les Forces du Cosmos. Mais on me posera la question : « Pourquoi, dès lors, écrivez-vous en français ? » Parce que nous sommes des métis culturels, parce que, si nous sentons en nègres, nous nous exprimons en français, parce que le français est une langue à vocation universelle. Car je sais ses sources pour l’avoir goûté, mâché, enseigné, et qu’il est la langue des dieux. Écoutez donc Corneille, Lautréamont, Rimbaud, Péguy et Claudel. Écoutez le grand Hugo. Le français, ce sont les grandes orgues qui se prêtent à tous les timbres, à tous les effets, des douceurs les plus suaves aux fulgurances de l’orage. Il est, tour à tour ou en même temps, flûte, hautbois, trompette, tam-tam et même canon. Et puis le français nous a fait don de ses mots abstraits – si rares dans nos langues maternelles -, où les larmes se font pierres précieuses. Chez nous, les mots sont naturellement nimbés d’un halo de sève et de sang ; les mots du français rayonnent de mille feux, comme des diamants. Des fusées qui éclairent notre nuit.

27Julien Kilanga, à la fois écrivain et universitaire, va nous faire part de ses sentiments de chercheur et de praticien sur la question.

28[J. Kilanga-Musinde] Quand on m’a demandé d’intervenir dans cette table ronde pour répondre à cette question délicate, j’ai cru comprendre qu’il me fallait décrire mon cheminement dans l’acquisition et l’usage du français jusqu’à mon engagement dans l’écriture en passant par mes contacts avec les grands écrivains français.

29J’ai appris la langue française à l’école. Durant les premières années d’apprentissage, j’ai commencé mes études en langues congolaises. Au fur et à mesure que j’avançais dans mes études, je me familiarisais progressivement avec la langue française. J’ai ainsi pris goût à cette langue qui est devenue à la longue, pour moi, la langue de travail et la langue d’expression littéraire. La langue française m’a mis en contact avec la littérature française et, particulièrement, avec ses grandes figures classiques, du Moyen Âge à l’époque contemporaine.

30J’ai écrit des recueils de poèmes et publié récemment un roman, Retour de manivelle, paru aux éditions Riveneuve à Paris ainsi que plusieurs essais en français.

31J’ai, à mon tour, formé en langue française des générations d’élèves et d’enseignants. J’ai dirigé des mémoires et des thèses dans ce domaine. Plus de la moitié de mon existence sur cette terre des hommes, je l’ai passée à réfléchir et à écrire en français ou sur la langue française. Mon souci a toujours été celui de la préserver tant dans sa structure interne que dans l’accroissement de son usage.

32Depuis quelques années, je travaille à la Francophonie où j’ai d’abord assumé les fonctions de directeur des langues et de l’écrit et ensuite celles de chef de division de la langue française et des langues partenaires. Ces nouvelles charges ont répondu à mes préoccupations antérieures. Si, dans ma carrière d’enseignant, j’ai centré mon attention sur la nature du français dans l’espace francophone, dans mes nouvelles fonctions, à la Francophonie, je pilote des programmes qui ont pour objectif l’accroissement de l’usage du français dans le monde et dans diverses activités de la vie humaine. Ces deux perspectives sont complémentaires en ce sens que la première observe le français dans l’évolution de sa structure interne et l’autre, dans sa structure externe. À la lumière de mes recherches antérieures et de mes préoccupations actuelles, apparaissent donc les types de rapports que j’entretiens avec la langue française.

33Comme on peut le remarquer, mon engagement personnel vis-à-vis de cette langue, ma carrière d’enseignant-chercheur en linguistique française, ma qualité d’écrivain et mes fonctions à la Francophonie m’ont aidé à contribuer largement à la promotion de la langue française par la mise au point des projets qui participent au rayonnement de cette langue dans le monde et à la création littéraire en français.

34Comme on le dit, la langue appartient à ceux qui la parlent, particulièrement à ceux qui en font le lieu d’expression d’un art ou d’une pensée originale. La littérature française accumule à elle seule, aujourd’hui comme hier, un nombre important des classiques de la littérature universelle. La promotion de la langue française passe, de manière incontestable, par le soutien à la créativité littéraire et à la production scientifique. Et l’encouragement à la littérature va de l’initiation aux métiers d’écriture, à des moyens de facilitation pour l’exercice de cet art, en passant par la mise en place d’une réelle politique de Prix littéraires comme espace d’incitation à la création. C’est donc pour moi un véritable plaisir que d’être associé à cette rencontre qui nous permet de nous projeter dans l’avenir de la langue française, une langue en partage, à partager.

35[A. Queffélec] Une question corollaire à celle du choix du français par des écrivains de langue maternelle non française est celle des variétés de français à employer. Doivent-ils choisir le français littéraire commun ou trouver un français spécifique comme l’ont fait, par exemple, Ahmadou Kourouma, Sony Labou Tansi ou Patrice Nganang en enrichissant le français d’un vocabulaire, d’une syntaxe, d’une prosodie ou d’une rhétorique qui leur seraient propres ? c’est une question qui restera ouverte, qui a déjà été posée, en d’autres termes, à l’issue des communications précédentes sur « Les rencontres de mots dans la création littéraire » et qui restera ouverte à notre réflexion d’auditeur ou de lecteur.

Note

1 Présentation de F. Argod-Dutard. Cette table ronde, présidée par Julien Kilanga-Musinde et animée par Ambroise Queffélec, s’est déroulée à Liré, à 11 h dans la salle du Plessis-Curé, le dimanche 18 mai 2008.

2 L’Académie de Berlin formule ainsi sa question : « Qu’est-ce qui a rendu la langue française universelle ? Pourquoi mérite-t-elle cette prérogative ? Est-il à présumer qu’elle la conserve ? » Dans sa célèbre réponse qui lui valut de remporter le prix, Rivarol proclame l’universalité du français et examine successivement pour quelles raisons l’allemand, l’italien, l’anglais n’ont pu arriver à la même extension. Selon lui, la langue française se distingue par l’ordre et la clarté de sa constitution : « Ce qui n’est pas clair, n’est pas français. Cette langue est circonspecte dans l’emploi des métaphores ; c’est la seule qui ait une probité attachée à son génie… Sûre, raisonnable, sociale, c’est la langue humaine. »

3 Article « Langue françoise », Encyclopédie d’Alembert et Diderot.

4 M. Fumaroli, Quand. l’Europe parlait français, Paris, éditions de Fallois, 2001.

5 M. Fumaroli, op. cit., p. 21.

6 Margrave de Bayreuth, Une Enfance à la cour de Prusse, Paris, Mercure de France, 1996, p. 39-40. « La Czarine était petite et ramassée, fort basanée et n’avait ni air ni grâce. [...] Son habit avait été acheté à la friperie. Il était à l’antique et fort chargé d’argent et de crasse. [...] Elle avait une douzaine d’ordres et autant de portraits de saints et de reliques attachés tout le long du parement de son habit, de façon, que lorsqu’elle marchait on aurait cru entendre un mulet : tous ces ordres qui se choquaient l’un sur l’autre faisant le même bruit. »

7 C. de Ligne, Fragments de l’histoire de ma vie, Œuvres I, Bruxelles, Éditions Complexe, 2006, p. 132-133.

8 Voltaire, op. cit., p. 170.

9 C. de Ligne, op. cit., p. 107.

10 Voir, par exemple, ce trait rapporté par C. De Ligne (op. cit., p. 172) : « Ai-je raconté que je dis au duc Albert, qui avait été extrêmement battu à Jemappes et extrêmement malade ensuite, et qui me demanda si je ne le trouvais pas changé : Je vous trouve, Monseigneur, l’air encore défait. »

11 Anecdote rapportée par C. De Ligne, op. cit., p. 154.

12 Cité par M. Fumaroli.

13 C. De Ligne, op. cit., p. 132.

14 Dourari A., Les malaises de la société algérienne : crises de langues et crise d’identité, Alger, Casbah, 2003, p. 9-15.

15 Boudjedra, Fis de la haine, Paris, Denoël, 1992, rééd. Gallimard, 1994, p. 28.

16 Dib M., « Écrivains : écrits vains », Ruptures, 6 (16 au 22 février 1993), p. 30.

17 Benrabah, Langue et pouvoir en Algérie, Paris, Seguier, 1999, p. 66.

18 La situation est différente dans les anciennes colonies britanniques et belges où les autorités coloniales s’étaient servi des langues vernaculaires comme medium d’enseignement.

19 Pour reprendre l’expression de Sony Labou Tansi.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540