Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La langue française : de rencontres en partages

 | 
Françoise Argod-Dutard

Les rencontres de mots dans la langue littéraire

Conclusion

Julien Kilanga-Musinde, Claude-Gilbert Dubois, Jérôme Roger, Naïm Kattan, Henriette Walter et Christine Fontenau

Texte intégral

1[J. Kilanga-Musinde] Claude-Gilbert Dubois nous a montré que l’imitateur au xvie siècle, qu’il soit conservateur, narcissique ou baroquisant, était avant tout un créateur. Jérôme Roger nous a fait vivre l’expérience d’Henri Michaux, dans Genèse et métaphore des mots, ses tentatives pour inventer une nouvelle langue. Mais les deux exposés se rejoignent dans la mesure où l’imitation constitue toujours une certaine effraction. J’ai beaucoup aimé, personnellement, l’idée de « néothémie », de cette langue avant la langue, de cet exil linguistique et j’ai beaucoup aimé aussi le fait que les mots sont des branchies, toujours à renouveler, sinon on étouffe.

Les limites de la création verbale

2[F. Argod-Dutard] Mais se pose alors la question des limites de la création verbale. On a bien vu, ne serait-ce qu’à la lecture de certains extraits de l’œuvre de Michaux que, finalement, seuls les préfixes et les suffixes transformaient les mots utilisés, porteurs, par ailleurs, d’une racine transparente, d’une intonation et d’un rythme révélateurs du sens. Alors jusqu’où peut-on aller dans la création littéraire pour ne pas engendrer un hermétisme, toujours discutable ?

3[C.-G. Dubois] On en revient toujours au même problème : imitation, création, reproduction et production originale. Lorsque j’ai entendu tous ces mots exotiques, ethnologiques ou géographiques sous la plume d’Henri Michaux, ça m’a tout simplement fait penser à la description de Carême-prenant dans Rabelais où vous avez des inventions qui sont du même type. Cela ne veut pas dire que l’un a copié sur l’autre, non, ce n’est pas le cas, mais cela veut dire que l’un comme l’autre ont trouvé, chacun de leur côté, dans un environnement de vocabulaire qui leur est propre, un moyen d’enrichir la langue en la faisant sortir de ses gonds. Donc, on pourrait dire qu’Henri Michaux ne fait qu’imiter Rabelais, mais, en fait, tout le contexte est différent et il n’empêche que la structure est la même. Dans le Chant des oiseaux, par exemple, Christophe de Gamon, du début du xviie siècle, ne fait que reprendre un « truc » qui se trouvait déjà dans les grands rhétoriqueurs du début du xvie siècle et qu’ils appelaient le « pangrammatisme », c’est-à-dire faire un poème dans lequel tous les mots commencent par la même lettre, ce qui donne des effets d’allitérations. La complainte du roi de la Basoche, de Jean de la Vigne, par exemple, est un très long poème dont la première strophe n’a que des mots commençant par « a », la deuxième par « b », la troisième par « c », etc. On est là au niveau du « truc », on est au niveau de l’invention de type Oulipo ou Raymond Queneau, ce n’est quand même pas Rabelais, ce n’est pas Michaux, il y a quelque chose en plus, je ne sais quoi, qui fait qu’on ne confond pas une production mécanique avec une production véritablement littéraire.

4[J. Roger] Juste un mot sur la contextualisation des œuvres, nécessaire pour mesurer leur originalité. La tentation est effectivement forte de faire des allusions à Rabelais, mais le contexte est vraiment différent. Ce grand combat intervient après une histoire de la langue que Rabelais ne connaissait pas, d’où la célèbre phrase de Céline « Rabelais a raté son coup ». Dans le travail créatif de Michaux, il y a l’utilisation de procédés radicaux fixes mais aussi un jeu sur les onomatopées, les connotations de certaines fins de syllabes, les « ou »… il y a beaucoup de choses qui sont à la fois du spontané et du travail.

5[Le public] Je voulais juste dire que ce phénomène de l’effraction me paraît très important : c’est sans doute la volonté d’être soi à travers le langage qu’on emploie, cette volonté que l’on retrouve peut-être, même si l’on s’éloigne du sujet, chez les enfants qui lisent et qui orthographient mal : faire effraction à la langue c’est sans doute être soi.

Les limites de la langue française

6[Le public] Je voudrais simplement revenir sur le thème de ce matin : la capacité de la langue française à devenir expression littéraire ou langue, disons, expression plus générale, comme ce fut le cas au 18e siècle. Il me semble que la langue française a toutes les qualités pour devenir ce que les intervenants ont souhaité, mais personne n’a signalé les dangers et les handicaps qu’elle comporte, de nos jours, du fait qu’elle est produite et véhiculée par des outils, des logiciels ou même une technologie qui n’appartiennent pas à notre langue. Tout ce qui entoure la langue est de l’anglo-saxon. Nous sommes enveloppés par une autre langue. Et je me demande combien de temps pourra tenir la langue française dans sa vocation d’expression universelle, si elle appartient, par la force des choses et la technologie, à une autre langue qui l’enveloppe. Je voudrais donner un exemple simple : quand on écrit « bonjour » avec un traitement de texte comme World, et qu’on cherche par une ou deux manipulations, c’est-à-dire en renommant le document et en affichant ce qui est derrière au plan informatique pour générer le mot « bonjour », il y a de l’anglo-américain qui donne la forme des lettres, la taille des lettres, la couleur. Tout le reste, c’est de l’américain. Si on veut maîtriser la production langagière française, la transporter, la transmettre sur internet ou par d’autres moyens, il faut que les auteurs, connaissent l’américain, les nouveaux auteurs, en quelque sorte, qui, par exemple, interviennent sur internet, qui font des blogs, les jeunes en particulier, qui construisent à la fois du texte, de l’image, qui transmettent des messages, qui connaissent parfaitement ces langages de programmation, y compris pour s’informer des dernières données, pour savoir comment on fait pour associer tel ou tel élément de la communication. Ne serait-il pas temps de s’interroger, dans le cadre des Lyriades, sur le devenir de la langue française, sur les moyens qui lui permettent de survivre ?

7A cela, s’ajoute une autre interrogation, qui est la conservation des écrits, de ces nombreux écrits. Depuis François Ier, on le fait très bien et, par le dépôt légal, on conserve pratiquement tout ce qui est sur papier, mais on ne conserve pratiquement rien de ce qui se fait sur Internet comme créations spontanées et langagières en français. Donc, mon interrogation va vers tous ceux qui, n’étant pas français, souhaitent se diriger vers le français parce qu’ils savent qu’ils doivent passer par l’anglais pour conserver le français. Et dans cette situation-là, c’est dramatique, d’autant plus que, dernier point, la langue française est en train de perdre une de ses qualités cardinales, qui était, comme l’a dit Voltaire, la clarté. La langue française n’est plus univoque et, sans m’attarder sur ce cas, je voudrais évoquer simplement le fonctionnement des anaphores : on ne sait plus, maintenant, en français, à quoi renvoie un pronom ou un possessif, parce qu’on a transgressé les règles d’accord. C’est un petit détail, mais qui s’ajoute aux autres, si bien que je crois que nous sommes en grand péril alors que nous parlons de l’universalité des œuvres qui, finalement, est très menacée.

8[N. Kattan]. J’utilise beaucoup l’ordinateur et heureusement ! Ceci dit, nous, au Québec, nous essayons de traduire tous les termes américains en français : par exemple, on ne dit pas « email », on dit « courriel ». Moi, j’écris toujours « courriel », mais les gens ne comprennent pas. Et c’est en France qu’on ne veut pas utiliser les mots que nous, au Québec, nous utilisons et avons traduits. Par exemple, vous dîtes toujours « chat », nous nous disons « clavardage ». On a trouvé des équivalents et on les utilise. Il faut les trouver et il faut les imposer. Mais il faut commencer par soi-même, nous, nous commençons par nous-mêmes au Québec. Nous essayons de trouver des équivalents français à des mots anglais, parce que nous sommes entourés de mots anglais, nous avons toujours fait l’effort de trouver des équivalents. Tous les noms de l’ordinateur que nous avons traduits sont disponibles, prenez-les et vous allez voir.

9[H.Walter] À ce sujet, il faut dire que le mot « courriel » a été adopté par les commissions de terminologie pour remplacer la première solution qui était très mauvaise et qui était « mél ». Donc, depuis déjà un certain temps, c’est courriel qui a été adopté et qu’on a emprunté aux québécois.

Langue littéraire et langue maternelle

10[Le public] Juste une petite question à Monsieur Kattan : est-ce que le français est pour vous uniquement une langue littéraire ou est-ce que vous l’utilisez dans la vie quotidienne ? Est-ce vous avez-besoin d’une respiration, de temps en temps, dans votre langue originale, l’arabe, et éprouvez-vous un plaisir à réutiliser la langue des origines ?

11[N. Kattan]. C’est une question très, très intéressante pour moi. J’étais, il y a quelques mois, à Alexandrie où il y avait un colloque qui avait pour thème la francophonie. Et à la fin, je devais tirer la conclusion des interventions. Et une des choses que j’ai dites, c’est que j’étais venu en Canadien Québécois pour parler de francophonie, mais que j’avais redécouvert le bonheur de parler ma langue maternelle au quotidien. Même si je la parle encore avec des amis au téléphone, ce n’est pas la même chose qu’à l’hôtel où on me parle naturellement dans ma langue : ça, je l’ai redécouvert à Alexandrie. Mais ma langue est toujours là – je lis des livres, des journaux en arabe – mais c’est le français dans lequel j’écris, et je ne peux pas faire autrement. S’il y a un soubassement linguistique arabe qui est toujours là, ma langue de choix, ma langue actuelle, depuis cinquante ans, c’est le français.

Le dialogue des lettres et des arts

12[Le public] J’ai été sensible à la méditation de Madame Fonteneau, à son dialogue entre lettres et peinture, mais comment pourrait s’inscrire ce dialogue Chambaz/Schneider par rapport à d’autres dialogues ? est-ce que c’est une spécificité ou est-ce qu’il se trouve dans la filiation de ce qu’écrit Charles Juliet ?

13[Ch. Fonteneau] Non. Par rapport à Juliet, lisant Bram van Velde par exemple, il y a vraiment des différences fondamentales dans la mesure où chez Chambaz, il y a réellement une écriture. Je n’ai peut-être pas assez étudié cette dimension, j’en suis convaincue, c’était aussi presque mon exercice d’admiration que je montrais là, devant vous, mais il y a vraiment un principe d’écriture poétique dans ce texte qui est un texte préfacial, c’est-à-dire, vraiment une déstructuration, par exemple, de la phrase normée ; on y trouve un travail de l’alinéa, une disposition même du terme dans la phrase qui font que ce n’est pas un texte autonome sur le plan poétique, mais il y a quelque chose d’éminemment poétique qui, à mon avis, n’existe pas chez Juliet parlant de Bram van Velde, par exemple.

14C’est parce que j’essayais de trouver une expression qui serait un nouveau mode de désignation que j’ai proposé « paraphrase » : c’est un mot que lui-même souhaite voir revivre, mais c’est l’idée aussi d’un commentaire fraternel, un peu spécifique que j’ai voulu exprimer. D’ailleurs, je voudrais simplement dire que Chambaz est invité actuellement à un festival à Chambéry, dont il est l’invité d’honneur, et qu’il a invité, sans que je le sache et sans que je lui en aie parlé, Jean-Pierre Schneider qu’il n’avait pas revu depuis plusieurs années. Donc, je pense qu’il y a quelque chose du dialogue, ici vraiment profond, de deux artistes qui se sont trouvés et qui trouvent, chacun à leur manière, cette expression de l’effacement, de l’infinitude et, en même temps, de l’émerveillement.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540