Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La langue française : de rencontres en partages

 | 
Françoise Argod-Dutard

3e partie. Le partage de la langue : de l'école à l'entreprise

Conclusion

Françoise Argod-Dutard

Texte intégral

1Les communications exposées dans cette 3e partie nous ont montré, globalement que l’école, l’université, la société et l’entreprise se préoccupent d’améliorer dans notre pays la communication en français en mettant en œuvre de nombreux moyens.

2Le cadre législatif des apprentissages s’est en effet enrichi de lois, de règles propres à autoriser de nouvelles pratiques ou à encourager de nouvelles initiatives, que ce soit dans le domaine de l’école où l’enseignement du vocabulaire est au cœur des instructions officielles relatives à l’apprentissage de la langue ou dans l’entreprise où sont réglementés le droit de travailler en français et le droit à la formation en langue française.

3Des structures spécialisées dépendant des principaux ministères, des départements universitaires, des centres de langue, de la Chambre de commerce de Paris, par exemple, des programmes universitaires, des associations et organismes privés se préoccupent de conduire des enquêtes, de mettre au point des politiques d’ensemble et des mesures d’accueil circonstanciés.

4Les enseignants et les formateurs imaginent des méthodes d’évaluation et d’apprentissage mieux adaptées aux élèves, aux étudiants, aux jeunes immigrés et aux salariés de l’entreprise. Les professeurs mettent l’accent sur la fréquence et le contexte d’usage des mots en fonction de l’âge, sur leur sens et leur origine mais aussi sur le plaisir d’écrire et de dire ; les universitaires cherchent à améliorer la prise en charge de l’étudiant par une évaluation plus sûre et des méthodes d’apprentissage mieux ciblées ; les enseignants-formateurs, en lycée professionnel ou dans les écoles d’ingénieurs ou d’arts et métiers, cherchent plutôt à ancrer l’apprentissage de la langue sur des activités pratiques et concrètes, des savoir-faire et des échanges fondés sur des besoins plus immédiats. En entreprise, c’est la langue de la profession qui s’acquiert le plus facilement puisqu’elle renvoie à un métier déjà connu, alors que la langue de l’entreprise pose plus de problèmes de communication à qui veut discuter d’un produit, d’une politique de marketing ou s’intéresser à la vie de la société : à l’intérieur de la langue de spécialité, le plus important c’est finalement la langue générale. À cela s’ajoutent les difficultés liées à la communication écrite, dans les groupes internationaux, qui se fait souvent en anglais.

5La situation n’est donc pas dénuée de problèmes et l’insertion linguistique de tous, des immigrés comme des natifs, restera sans doute une préoccupation majeure de ce xxie siècle, pour des raisons économiques et sociales, certes, mais aussi, et cela va de pair, pour des raisons humaines : habiter sa langue, c’est comme habiter son pays, c’est circuler à travers les mots, découvrir des espaces d’échanges, conquérir des lieux de travail et d’expression personnelle pour un meilleur épanouissement de soi. Comment ne pas croire que les mots bien sentis affinent la pensée, aiguisent l’esprit et soulagent le cœur ?

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540