Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

La langue française : de rencontres en partages

 | 
Françoise Argod-Dutard

3e partie. Le partage de la langue : de l'école à l'entreprise

Quand des diplômés étrangers doivent apprendre le français pour des raisons professionnelles…

Dominique Brossier, Bernard Daurensan, Bernard Proux, Françoise Renaud, Marian Reszka, Richard Lescure y Michel Rabaud

Texto completo

Ouvertures

1[D. Brossier] La célébration en 1999 du 450e anniversaire de la publication de Défense et illustration de la langue française de Joachim Du Bellay par Liré et le canton de Champtoceaux, en Anjou, a donné le coup d’envoi des Lyriades et inauguré une réflexion sur la langue française dans toutes ses dimensions, réflexion qui s’y développe largement depuis dix ans. Dès 2000, en effet, le Pays des Mauges, en partenariat avec la Chambre de commerce et d’industrie de Cholet, a vu dans ce thème de la langue française un excellent vecteur pour diverses initiatives, non seulement dans le domaine de l’insertion et de l’enseignement, mais aussi dans celui de l’économie et de l’emploi : l’ouverture au monde et à la culture qu’on pouvait en attendre devait être profitable à tous, ainsi qu’à l’image de notre territoire. Cette aventure et les réflexions faites nous ont conduits à élargir peu à peu le champ d’animations sur ce thème. Nous avons ainsi créé le Centre de langue française, à Angers, et nous constatons que de très nombreuses instances nationales, régionales et départementales reconnaissent la nécessité et le bien-fondé de cette action en Pays de la Loire. L’intuition de départ se vérifie : le thème de la langue française est fédérateur à tous les niveaux de notre vie sociale ; il est susceptible d’entraîner un bouillonnement d’initiatives, d’échanges et de débat dans tous les domaines. Cette table ronde en est un nouvel exemple. Elle suit logiquement celle qui a eu lieu au lycée Henri Dunant, sur l’apprentissage du français pour une insertion rapide des jeunes immigrés.

2[B. Daurensan] Le président de l’Association régionale du Conservatoire national des arts et métiers (ARCNAM) des Pays de la Loire que je suis ne pouvait résister à l’envie de venir tous vous saluer, d’abord parce que tout ce qui se passe d’important en matière scientifique, technique, culturelle et économique dans sa région ne peut lui être indifférent et que ceci s’inscrit au sein même des missions du Conservatoire national des arts et métiers (CNAM) que sont la formation, l’aide au développement des entreprises par la formation, l’aide au développement des territoires, et la culture scientifique et technique. C’est pourquoi le CNAM est venu vous rejoindre cette année pour vous aider à organiser ces manifestations. Les débats, les conférences qui suivront au sein des Lyriades vont être mises sur le site Internet de l’ARCNAM des Pays de la Loire et seront accessibles au plus grand nombre, ce dont nous ne pouvons que nous réjouir. La langue française est-elle ou non un vecteur économique industriel, telle est une des questions que je me pose souvent ?

L’apprentissage et l’usage du français dans l’entreprise selon la DGLFLF

3[M. Rabaud] Si on m’a demandé d’animer cette table ronde, c’est sans doute parce que le service que je représente ici, la Délégation générale à la langue française et aux langues de France (DGLFLF), est chargé de piloter, d’animer et de coordonner la politique linguistique de l’État. À ce titre, je voudrais simplement présenter en quelques mots le contexte dans lequel nous nous plaçons, concernant l’apprentissage et l’usage du français dans l’entreprise. Comme vous le savez, c’est la loi de 1994, dite loi Toubon, et les circulaires qui l’accompagnent, qui ont fixé les grandes lignes de l’emploi du français, notamment dans l’entreprise. Une deuxième loi est venue la compléter, le 4 mai 2004, qui inscrit au code du travail la maîtrise du français comme une compétence professionnelle de droit commun. Autrement dit, ces lois ouvrent deux champs complémentaires du droit du travail : le droit de travailler en français, d’une part, le droit à la formation au français, de l’autre.

4La loi du 4 mai 2004 relative à la formation professionnelle précise, à l’article L. 900-6 du code du travail, que « les actions de lutte contre l’illettrisme et l’apprentissage de la langue française font partie de la formation professionnelle tout au long de la vie ». Cette avancée majeure du droit du travail doit évidemment être accompagnée pour entrer dans les pratiques. La DGLFLF a entrepris, avec les partenaires concernés (la Délégation générale à l’emploi et à la formation professionnelle, la Direction de la population et des migrations, la Chambre de commerce et d’industrie de Paris, le Centre international d’études pédagogiques), de mener des actions de sensibilisation pour mettre cette loi en application. Dans ce partenariat, plusieurs ont déjà été lancées.

5Un premier séminaire a été suivi d’une publication que l’on trouve en ligne sur le site de la DGLFLF au ministère de la Culture, Apprendre le français dans un contexte professionnel. Cette première étude posait la question des référentiels et des parcours de formation dans ce qu’on appelle le français sur objectif spécifique, ou le français langue professionnelle.

6Une deuxième rencontre, organisée en mars 2007 sur la question de « La maîtrise du français au service de l’entreprise » reposait sur une enquête menée par l’Observatoire de la formation, de l’emploi et des métiers (OFEM) à propos de l’apprentissage du français dans les entreprises, à la suite d’une demande conjointe de la CCIP (Chambre de commerce et d’industrie de Paris) et de la DGLFLF. Il s’agissait de savoir si on pouvait mesurer quelque peu l’incidence de la loi du 4 mai 2004. Cette enquête quantitative menée auprès de 200 entreprises a connu malheureusement un taux de réponse assez faible, révélateur du temps de latence à prévoir pour que les entreprises mettent en œuvre, soit par initiative personnelle, soit dans le cadre des accords de branches, des formations de leurs salariés au français. Que peut-on retenir de cette enquête ? Essentiellement que, pour 70 % des entreprises qui ont répondu, une mauvaise maîtrise du français par un salarié était un obstacle à son évolution soit dans l’entreprise, soit dans les entreprises annexes. Certaines ont souligné qu’elle pouvait en outre entraîner des pertes de productivité, voire des risques réels d’accident du travail.

7La troisième action que je voudrais évoquer portait presque le même titre que nos rencontres d’aujourd’hui : « Le français, une langue pour l’entreprise. » Ce travail a été conduit à partir d’une enquête sur les changements organisationnels et l’informatisation des entreprises et a concerné un échantillon beaucoup plus large que le précédent, puisque 18 000 salariés et 13 700 entreprises ont été interrogés. Il s’agissait surtout de porter un diagnostic sur la situation linguistique des entreprises, et plus particulièrement des quelque 20 000 entreprises étrangères installées en France. Rappelons en effet qu’un salarié sur sept travaille pour une entreprise étrangère, ou filialisée, ou multinationale. Que relever dans l’analyse de cette enquête qualitative ? On constate d’abord une relative coupure entre les cadres dirigeants et le reste des salariés, les hauts cadres n’étant pas contraints de maîtriser la langue française pour venir ou pour s’installer légalement en France. On constate aussi qu’au sein de la vie des entreprises, en revanche, la maîtrise du français est absolument indispensable. Autrement dit, et c’est, je crois, la question que les intervenants vont s’attacher à résoudre aujourd’hui, quelles sont les conditions pour que le français, à défaut d’être la langue de l’entreprise, soit une langue pour l’entreprise ? Ces conditions sont a priori de natures fort diverses, allant de considérations terminologiques – veiller à ce qu’un vocabulaire français adéquat permette de décrire le travail et de nommer avec précision les technologies et les outils des entreprises -, à un effort de promotion, de persuasion, fondé sur des analyses de la vie interne des entreprises.

8Autour de moi : Bernard Proux, qui nous accueille ce soir, est directeur juridique et directeur des ressources humaines de Scania en France ; François Renaud est responsable du service de recherche et des conceptions pédagogiques à la CCIP ; Richard Lescure, maître de conférences à l’université d’Angers, est le coordonnateur pédagogique pour les langues au CNAM des Pays de la Loire ; et enfin Marian Reszka, chargé des relations entre les laboratoires de recherche et les entreprises à l’institut Carnot ARTS, ancien directeur de l’École nationale supérieure d’arts et métiers d’Angers (ENSAM), s’exprimera en duo avec une stagiaire, Mademoiselle Yang Lin. Je vais tout de suite demander à Bernard Proux de nous brosser, de façon concrète, la situation telle qu’elle se présente à Scania.

La langue de la profession et la langue de l’entreprise

9[B. Proux] Notre société est heureuse d’accueillir les Lyriades, et remercie Mme Branger, directrice du Centre départemental de documentation pédagogique de Maine-et-Loire, à qui nous devons cette initiative. Je voudrais d’abord présenter mes collègues qui sont ici pour échanger avec vous : Nathalie Chanteau, responsable de la communication, Bo Hermansen, directeur administratif et financier de Scania France, et Petrus, directeur technique de Scania Production. Ces deux derniers sont Suédois. N’étant pas universitaire, mais homme d’entreprise, je vais parler à partir de mon expérience. Je commencerai par établir une distinction entre langue de la profession et langue de l’entreprise. La langue de la profession renvoie à un métier, à une technique. Quand des ingénieurs discutent du produit, bien commun qui nous rassemble, ils vont se comprendre en utilisant l’anglais, quelle que soit leur nationalité, pour traiter des problématiques d’ordre technique. Quand deux économistes de nationalités différentes vont parler économie, ils recourront également à l’anglais professionnel. En revanche, là où la maîtrise de la langue française prend toute son importance, c’est lorsqu’il s’agit de management, de culture, et donc de valeurs. Et là, je voudrais demander à Petrus et à Bo d’évoquer les difficultés qu’ils ont pu rencontrer pour faire passer des concepts, et en particulier, des concepts de management. En France, le management est de tradition plutôt directive et hiérarchique, alors qu’en Suède, il est fondé sur la recherche du consensus, ce qui est radicalement différent.

10[Pétrus] Je confirme que nous utilisons le français, dans le management, pour gérer l’organisation, et notamment pour lui donner ses valeurs. Cette façon de faire demande une relative subtilité et impose de pouvoir parler français. En ce qui concerne la technique, on peut bien sûr utiliser le français et l’anglais, mais j’avoue qu’on peut se débrouiller assez vite en français. Je connais bien les termes français concernant les camions, et il m’est presque plus facile de discuter camions que d’aller chercher du pain dans le quartier !

11[Bo Hermansen] Je dirais la même chose : la langue de métier, ce n’est pas très compliqué. Le plus dur, c’est de parvenir à un bon niveau de français de base : après, c’est plus facile. L’autre difficulté concerne les éléments de culture, qu’on ne peut apprendre que sur place et en français. Par exemple, en Suède les gens prennent beaucoup d’initiatives, alors qu’en France le chef doit donner des instructions précises pour tout. Ce qui serait plutôt mal vécu en Suède est très bien accepté ici.

12[M. Rabaud] Je ne suis pas sûr d’avoir bien compris. Quand vous parlez de la langue technique, voulez-vous dire que la langue technique c’est l’anglais ou le français ?

13[Bo Hermansen] C’est souvent les deux en fait. Même les Français, ici chez Scania, utilisent des mots anglais, quelques termes spécifiques de métier, mais les échanges se font surtout en français. Je ne sais pas si c’est pareil chez toi ?

14[Pétrus] Oui. En fait, on utilise le français quotidiennement, et il est assez facile et rapide d’apprendre le vocabulaire nécessaire.

15[M. Rabaud] Je posais la question parce que M. Proux m’a montré quelques éléments de la chaîne de montage tout à l’heure, où j’ai pu constater que les indications données aux ouvriers, comme le vocabulaire technique employé, sont en français, ce qui est conforme à la loi Toubon, que j’évoquais il y a un instant.

16[Bo Hermansen] Mais je pense aussi, comme Bernard Proux l’a dit, que l’on développe dans une entreprise, dans une organisation, une culture de l’entreprise, et que dans cette culture se développe une langue commune. Ainsi, chez nous, on se trouve souvent entre français et anglais, et on développe des expressions particulières à l’entreprise qui mélangent suédois, anglais et français.

17[B. Proux] En fait, l’approximation, voire l’erreur, peuvent être des sources de progrès à condition qu’elles ne se répètent pas, mais offrent l’occasion de mises au point et d’ajustements. Il faut un certain temps pour qu’un dirigeant suédois, par exemple, qui a un concept en tête mais pas les mots pour le dire, parvienne à le faire comprendre et adopter. Autre exemple : dans le dialogue social entre un PDG suédois et des organisations syndicales françaises, les différences culturelles sont considérables. En Suède, la relation est fondée sur la discussion, alors qu’en France, la relation est plutôt a priori conflictuelle. Et là, on s’aperçoit qu’il faut maîtriser bien des nuances de la langue française pour arriver à comprendre le comportement, les attitudes, ou les termes utilisés dans ce dialogue social : il a fallu une bonne année au PDG pour y parvenir. Dans le cas d’espèce, on ne se trouve pas dans une stratégie de résultat, mais dans une stratégie de méthode, qui exige que les mots soient bien compris de tous, dans un langage commun.

18[Bo Hermansen] Moi je pense que ce n’est pas évident pour les employés d’avoir un chef ou un collègue qui parle trop mal français : les échanges sont sommaires, manquent de subtilité, et cela crée pour tout le monde des frustrations parfois difficiles à gérer. C’est pourquoi il me semble indispensable, dans l’intérêt même de l’entreprise, que l’encadrement s’efforce de maîtriser aussi bien que possible la langue française.

19[M. Rabaud] Une dernière question : est-ce que Scania s’est donné une charte linguistique spécifique, précisant les rapports du français et du suédois et les règles pratiques pour la communication interne de l’entreprise ? A-t-on besoin de l’anglais comme langue pivot ou bien les rapports s’établissent-ils directement en interlangue entre suédois et français ?

20[Bo Hermansen] En fait, la langue du groupe Scania, c’est l’anglais, plus que le suédois, et il y a beaucoup d’instructions qui ne sont écrites qu’en anglais. Cependant, le siège du groupe Scania accepte parfaitement, comme nous le faisons à Angers, que nous traduisions ces instructions en français, y compris dans le domaine financier dont je suis chargé. Cela ne m’a jamais posé de problème.

21[M. Rabaud] C’est-à-dire que quand vous rapportez à l’entreprise mère en Suède, vous le faites en anglais. Vous nous disiez tout à l’heure qu’en politique managériale, vous n’avez pas de problème linguistique avec des employés français. Autrement dit, le management d’entreprise se fait en français, n’est-ce pas ?

22[Bo Hermansen] Oui, le plus possible. Presque tout ce qui se monte dans la société, en France, est en français. Mais si je dois rédiger un rapport ou des commentaires au niveau des résultats, pour le siège, en Suède, je le fais en anglais.

23[M. Rabaud] Merci beaucoup de ces précisions importantes. Je voudrais maintenant passer la parole à Richard Lescure et lui demander de nous présenter son propos.

Le français (et les langues) à destination des professionnels étrangers et des entreprises

24[R. Lescure] Je me réjouis d’être présent parmi vous mais c’est très difficile de prendre la parole après cette intervention à trois voix qui nous a très bien éclairés et qui va me permettre de passer plus vite sur un certain nombre de points que j’avais envisagé de développer. J’avais pensé, pour ce qui me concerne, resituer les choses de manière un petit peu différente et parler des langues en général et du français en particulier, sachant qu’évidemment, ceci sera repris ensuite par les autres intervenants, ici rassemblés. J’envisagerai d’abord le contexte d’évolution et les langues en situation professionnelle et ensuite les politiques européennes, éducatives et linguistiques.

25Les structures et entreprises françaises – francophones, internationales ou non – agissent dans un environnement global mondialisé : fournisseurs, capitaux et ressources humaines viennent de pays divers, de France, d’Europe et des autres régions du monde. Les clients de biens « culturels ou industriels » sont aussi désormais de tous les continents. Les acquisitions d’entreprises étrangères par des entreprises françaises, les acquisitions d’entreprises françaises par des entreprises étrangères, les fusions et toutes les formes de partenariat entre entreprises de « nationalités » différentes sont nombreuses et en expansion. Parler de nationalité pour une entreprise paraît de plus en plus discutable… (même si l’on perçoit çà et là encore quelques accents de nationalisme protecteur). Les technologies, comme les pratiques s’internationalisent aussi. Il en est de même au cœur de la coopération internationale, qu’elle soit bi- ou multilatérale.

26Dans les domaines de l’entreprise et des services (de l’éducation et de la formation…), les équipes, les rencontres, les réunions de travail internationales se développent. Se pose alors le problème de la communication interne et, au-delà, la question des choix des supports et des langues. De même, pour les entreprises, préfèrent-elles ou non favoriser l’utilisation du français ? Il convient de dire que, lorsque la communication et l’information dans les organisations sont étudiées, elles le sont à partir de supports : l’information en provenance de l’extérieur ou encore la manière de « bien communiquer et diffuser ». La question de la langue, qu’il s’agisse du niveau de langue, du type de langage ou du choix de telle ou telle langue, n’est que très peu interrogée. Le langage fait peu partie des préoccupations des spécialistes du commerce, de l’économie et du management, et pourtant son rôle est décisif, dans la vie interne des entreprises comme dans ses relations avec l’extérieur et même la perception de son image.

27Dans le fonctionnement interne, plusieurs problèmes peuvent se poser et ils touchent potentiellement des salariés très divers. On peut penser aux problèmes entre ouvriers, employés ou cadres de langue maternelle étrangère et leur hiérarchie, lorsque celle-ci est francophone ou d’une autre origine que les ouvriers, et aux difficultés de communication des salariés entre eux s’ils sont de langue maternelle différente. On peut aussi songer aux problèmes de communication entre les français et leurs partenaires étrangers dans les filiales. Par rapport à cette problématique, les recherches se sont, à ce jour, centrées sur des questions d’ordre culturel et non pas langagier, mettant l’accent sur les rapports entre des cultures nationales et des styles de management ou de gouvernance. Elles n’intègrent pas, en général, la langue de manière explicite. Or, les deux dimensions sont intrinsèquement liées. Les partenaires étrangers ne parlant pas toujours français, se pose la question du choix de la langue, avec ses conséquences, pour de nombreuses situations de communication dans les organismes à vocation internationale.

28A priori, toute structure française ou francophone œuvrant au niveau international se trouve face à deux problématiques : d’une part faire apprendre une langue étrangère (la langue ou la culture des pays « cibles ») à ses collaborateurs français ou développer les compétences dans une langue véhiculaire « tierce », l’anglais par exemple, et d’autre part, permettre aux collaborateurs étrangers qu’elle emploie d’acquérir les bases suffisantes en français. Dans la majorité des cas, c’est la première des solutions qui est retenue et qui va mobiliser les moyens et les énergies. Rien que de très normal en apparence : l’objectif de toute entreprise désireuse de se développer à l’étranger consiste à s’assurer que ses collaborateurs pourront être les vecteurs de sa politique. Du coup, on peut privilégier – dans une démarche que l’on croit pertinente – telle ou telle langue internationalement reconnue.

29Vis-à-vis des langues et de leur importance, l’on peut trouver trois types d’ » idéologies circulantes » : l’idéologie de l’état nation, de l’importance des langues et, pour ce qui nous concerne, l’idéologie linguistique « de l’économie », qui s’est trouvée, depuis quelques années, renforcée par trois faits co-occurrents : la mondialisation des échanges et de l’économie, un développement des médias audio-visuels, le développement rapide des technologies de la communication qui ont amplifié les contacts multilingues et créé, au moins en surface, des contacts culturels divers. Cette idéologie propose d’accroître l’efficacité en réduisant les coûts et les investissements, les « gains » pouvant porter sur les traductions, les formations d’enseignants ou d’apprenants, concerner les équipements et faciliter les compréhensions mutuelles (or, l’intercompréhension n’est pas réductible à un problème de connaissances linguistiques plus ou moins partagées). Cette conception a partie liée avec des idéologies néolibérales (efficacité et réduction des coûts) avec malheureusement comme effet la limitation des variétés linguistiques dans le monde. Aujourd’hui les discussions marquées par cette idéologie gravitent autour de la place de l’anglo-américain dans les communications internationales. Donné comme plus simple que la majorité des langues ( !), il prend les caractéristiques des linguas francas (économie d’échelle, pour des échanges mondiaux en croissance exponentielle…)

30Cependant, l’anglo-américain se caractérise comme une « langue d’empire ». Au-delà des échanges économiques, commerciaux, intellectuels, touristiques… il représente une nation dominante. On évoque le chiffre d’un milliard (1,2 milliard pour certains) de locuteurs potentiels en anglo-américain, soit environ 17 % de la population mondiale. Il convient de ne pas perdre de vue que l’industrie culturelle américaine et celle d’autres pays anglophones conduisent à la diffusion planétaire de modèles de vie et de comportements, de représentations et de valeurs.

31Quelques instances œuvrent puissamment pour le développement du plurilinguisme de manière générale et l’expansion du français comme seconde langue internationale.

32D’un point de vue international, le Conseil de l’Europe est devenu un acteur majeur dans le domaine des politiques linguistiques. Compte tenu de sa vocation internationale (Europe continentale) – 46 pays -, il a pu faire tout un ensemble de propositions à différents niveaux et a développé différents projets dont celui qui nous intéresse ici, avec deux réalisations principales : le Cadre européen commun de référence et le Portfolio européen des langues (CECR).

33Le « cadre » est « conçu pour aider les personnes qui, à tous les niveaux, travaillent dans l’apprentissage et l’enseignement des langues, ainsi que dans l’évaluation des connaissances, à envisager les options qui s’offrent à elles quand elles ont des décisions à prendre ». Il est élaboré pour « accroître et améliorer l’information des professionnels et utilisateurs ». Le cadre identifie et définit « les aspects de la communication qu’un apprenant a besoin de maîtriser pour devenir un utilisateur pleinement compétent de la langue qu’il apprend ». Il décrit les stades ou niveaux de compétence que l’apprenant pourra avoir à franchir (échelles de compétence, grilles pour l’auto-évaluation…) et s’intéresse aux approches pédagogiques. Il prend parti pour une approche communicative, actionnelle. L’apprentissage des langues est conçu comme une « préparation à une utilisation active de la langue pour communiquer » dans les domaines personnels et professionnels. Le « cadre » représente la synthèse d’un travail colossal, de nombreux pays l’ont adopté, pour leurs systèmes éducatifs, d’autres sont en passe de le faire. Les prescriptions et indicateurs du CECR sont utilisés par les organismes de formation d’adultes. En didactique des langues, il représente désormais, en Europe et même dans le monde, une référence partagée et ce, pour toutes les langues de large diffusion.

34Les portfolios européens des langues (passeport pour les langues), sont des curriculum vitae linguistiques à compléter de manière permanente par les apprenants eux-mêmes. Ce document leur permet de mettre en évidence des « qualifications de manière transparente et portable au niveau international » et « de présenter un plus large éventail de connaissances langagières et interculturelles que ne le permettent les diplômes traditionnels ». Les portfolios des langues sont conçus comme des supports d’informations (pour l’apprenant, les employeurs…) et comme un outil pédagogique. « Il sert à motiver les apprenants et les aide à devenir plus indépendants, en améliorant et diversifiant leurs compétences linguistiques tout au long de la vie. »

35Dans l’Union Européenne (plus de 50 ans après le Traité de Rome), les formations universitaires, scientifiques et linguistiques bénéficient, depuis plus de 20 ans maintenant, de dispositifs puissants – sur le plan financier et humain – mis en œuvre par l’Union Européenne. Certains programmes sont bien connus des étudiants et des enseignants ou même du grand public… d’autres, moins. Les programmes ERASMUS (pour les étudiants, et même le grand public depuis le film de Cédric Klapisch « l’Auberge Espagnole »), COMENIUS pour les dimensions scolaires. Moins connus et pourtant très importants, LEONARDO DA VINCI pour les formations initiales à orientation professionnelle ou GRUNDVIG dont l’objectif est de fournir aux adultes des parcours pour améliorer leurs connaissances et compétences professionnelles. D’autres programmes existent ou sont en développement (ERASMUS, Mundus… tempus… Europass), renvoient à des programmes transversaux et ouvrent, puisqu’on est dans l’international, sur des formations en langues.

36Le français est en progression, dans les systèmes éducatifs en Europe et dans le monde. Il se développe en chiffres bruts, mais progresse moins vite que la population scolaire. Les langues (biens culturels, comme tels vendables et exportables) sont désormais de plus en plus en « libre concurrence », et échappent souvent aux impositions et injonctions des politiques éducatives et linguistiques. Sur un plan international, citons les travaux et le soutien, à l’enseignement et apprentissage du français, d’organismes tels que l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) et l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF). L’OIF regroupe 55 États membres et 13 observateurs répartis sur les cinq continents, rassemblés autour du partage d’une langue : le français. Parlé par 200 millions de personnes, le français a un statut officiel dans 32 États membres de l’OIF. La Francophonie a connu, depuis 1970, bien des évolutions tout en restant au service et au soutien du développement du français depuis plus de 35 ans : l’Agence de coopération culturelle et technique (ACCT) est devenue l’Agence de la Francophonie en 1995, puis, actuellement, l’Organisation internationale de la Francophonie. L’AUF (à dimension universitaire) œuvre pour « […] l’avènement d’un citoyen plurilingue et pluriculturel en francophonie reposant sur l’accès réel au français, langue officielle de nombreux États, tout en sauvegardant /…/, la diversité culturelle et linguistique ». En matière de formation de cadres étrangers, l’entreprise, les services, les exportateurs de biens (y compris culturels) ont besoin du soutien de la puissance publique (qu’elle soit supranationale, nationale ou loco-régionale). C’est ce qu’elles apportent, même si parfois on regrette que cela ne soit pas dans des volumes plus importants.

37Il convient de souligner le rôle des instances nationales qui œuvrent, militent même parfois pour la « défense » et la diffusion de notre langue : la DGLFLF (ministère de la Culture), le ministère des affaires étrangères et européennes, via la Direction générale de la Coopération internationale et du Développement (DGCID) notamment, ou d’autres directions, qui coordonne le réseau des Services de coopération et d’action culturelle (SCAC), les Centres culturels et Instituts français (153) et les Alliances françaises (1 060 comités dans le monde). Je rappellerai que, pour le ministère des Affaires Étrangères français et la Direction générale des Relations culturelles, scientifiques et techniques (DGRCST), la question de la formation en français de cadres (futurs décideurs) étrangers a été prise en compte, dès les années 70 (76 exactement), par la mise en place de programmes prioritaires (à l’initiative du Premier ministre d’alors), ce qui a donné lieu à d’importants travaux de recherche et a débouché sur d’importantes avancées didactiques et méthodologiques. Depuis, complémentairement au multilatéral évoqué, les programmes de coopération bilatérale se sont développés, notamment sous l’impulsion du ministère des Affaires étrangères et européennes (projets qu’il finance intégralement ou accompagne). Un ensemble de projets (700 environ) et de bourses est aujourd’hui mis à disposition d’états pour la formation de haut niveau de cadres et de scientifiques étrangers. Sans prétendre à l’exhaustivité, je citerai les bourses du gouvernement français (BGF) au nombre de 20 000 (sur les 200 000 que nous recevons dans les établissements d’enseignement supérieur) et les bourses d’organismes nationaux : Bourses Charcot (CNRS-INRAINSERM), Bourses Excellence Major, Bourses Eiffel, Bourses de l’Institut Pasteur, Partenariats Hubert Curien (Direction des Relations européennes et internationales et de la Coopération – DREIC – ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche), Bourses sur le Fonds de solidarité prioritaire (FSP qui touche les étudiants et cadres de l’Asie du Sud-est, d’Afrique et du Maghreb…). Citons également le développement de filières bilingues dans les établissements d’enseignement supérieur étrangers qui reçoivent 16000 étudiants annuellement. Il existe bien sûr des aides et des impulsions de la part des collectivités territoriales (avec des implications en matière de formation linguistique) : les conseils régionaux, généraux, les municipalités… proposent des bourses, développent des programmes de formation… Par rapport à notre langue se pose avec récurrence la question suivante : comment conduire des étrangers à parler le français, langue à la réputation infondée d’excessive difficulté ? Le français dans un certain nombre de pays est présenté (un peu à l’image de l’allemand en France), comme une langue complexe, au fonctionnement hasardeux, à l’utilité professionnelle non avérée… ce qui peut l’écarter de tout un ensemble de publics. Dans le même temps, il n’en est pas moins vrai que l’espoir d’accéder à des fonctions hiérarchiques supérieures peut constituer un important moteur pour se mettre à apprendre le français, ou d’autres langues (objets de « distinction »). Outre les étudiants, futurs cadres, les « impatriés », salariés étrangers venant en France, constituent un important vivier des personnes désireuses d’apprendre le français, qui leur est alors indispensable s’ils veulent s’intégrer à la société française (dans le domaine des relations civiles et grégaires, au niveau professionnel…).

38En Français, pour le cas qui nous occupe, mais aussi de manière générale, quelles compétences développer ? À l’écrit, pour la compréhension comme pour l’expression, il convient d’être capable notamment de comprendre des documents écrits et des propos tenus dans le cadre de réunions de travail et de séminaires, de rédiger des rapports, des comptes-rendus, d’échanger, aujourd’hui essentiellement par courrier électronique, de produire des rapports écrits et des supports de présentation, affiches, résumés… En formation professionnelle pour adultes, la pratique d’une langue dépend du contexte particulier dans lequel se trouvent les personnes, ainsi que de leurs nationalités respectives. Concernant l’écrit, il faut différencier ce qui relève de documents officiels (règlements, brochures, documents de travail destinés aux personnes d’un même métier dans toutes les implantations) et ce qui correspond à des échanges plus limités ou même informels (lettres, notes, messages électroniques). À l’oral, il convient d’être capable de s’exprimer de manière formelle en public, de comprendre des propos tenus dans le cadre de réunions de travail et de séminaires, d’échanger dans le cadre de réunions ou de rencontres moins formelles. Certaines difficultés associées à ces situations peuvent être identifiées. Il peut s’agir, par exemple, de comprendre des interlocuteurs aux accents variés, de « prendre sur soi » pour s’exprimer en public, de penser assez rapidement pour prendre la parole au moment opportun (dimension culturelle des prises de parole et des « tours de parole »), de comprendre une situation et de s’y insérer langagièrement… C’est en ce sens que, sans attendre les spécifications du Cadre européen, nous avons travaillé et travaillons en français langue étrangère, dès lors que l’on s’adresse à des professionnels ou de futurs cadres qui seront en interaction avec des homologues francophones. Tout cela, on l’a compris, dépasse la conception traditionnelle de l’enseignement et de l’apprentissage des langues, puisque cela touche à des savoirs certes, mais aussi à des compétences et des savoir-être. Cela entraîne des changements radicaux sur le plan pédagogique. Selon les cas, il s’agira de remettre en confiance les stagiaires, de les impliquer, de les habituer à prendre la parole même s’ils pensent de pas avoir la maîtrise suffisante des dimensions linguistiques, de faire en sorte qu’ils puissent se « débrouiller ». Les pratiques pédagogiques sont, on l’aura compris, en relative rupture avec une conception scolaire, disciplinaire de l’enseignement des langues vivantes.

39Pour ce faire, les démarches (à partir d’analyses de besoins, de cahiers des charges pédagogiques…) porteront à la fois sur des apprentissages systématiques certes, mais que l’on peut faire parfois aussi bien de manière personnelle ; surtout, l’espace de formation sera consacré pour une large part à des simulations, des jeux de rôles, des études de cas professionnels dans les implications actuelles et par rapport aux situations que les apprenants auront à rencontrer ultérieurement. Nous rappellerons ici que, dans l’enseignement des langues à finalité professionnelle (langues sur objectifs spécifiques), la question du lexique n’est pas centrale contrairement à une idée reçue. Ce qui pose problème c’est la mise en discours, l’utilisation de règles socioculturelles, les savoir-faire et les savoir-être… Se pose aussi la question des savoir-apprendre. Les enjeux pour les entreprises sont importants : il s’agit de faire en sorte que leurs collaborateurs, dans ces différentes situations et face à ces difficultés, sachent négocier, convaincre aussi bien que leurs interlocuteurs étrangers. Mais alors que dans un contexte international, la maîtrise d’une langue, voire de deux, constitue à l’évidence une nécessité, les moyens et volontés (politiques et institutionnelles) ne suivent pas toujours. Il convient qu’il y ait des volontés politiques et même une prise de conscience de la société. Des manuels, des programmes de plus en plus pertinents existent, mis en oeuvre par des formateurs de mieux en mieux formés… et pour des apprenants qui maîtrisent de mieux en mieux les langues étrangères (100 millions d’élèves scolarisés apprennent le français dans le monde). Désormais, plus de 55 % des Européens s’estiment capables de communiquer dans une autre langue que leur langue maternelle.

40En ce qui concerne les certifications, et cela sert bien sûr la crédibilisation, tout un ensemble d’outils existe aujourd’hui (diplômes nationaux, tests…) aussi bien pour évaluer les compétences et connaissances générales que les dimensions linguistiques spécifiquement liées à telle ou telle profession. Il s’agit pour le français langue étrangère : du DELF/DALF (diplôme d’études en langue française et diplôme approfondi de langue française, du test de connaissance du français (TCF) ou du test d’évaluation de français (TEF) de la CCIP, équivalents du Test of English as a foreign language (TOEFL) ou du Test of English for international communication (TOEIC), des examens de spécialités de la CCIP… C’est ce que nous mettons en place dans les structures de formation (espaces langues, centres publics ou privés).

41Le français seconde langue internationale (la seule avec l’anglais à être parlée sur tous les continents) peut jouer demain un rôle plus important encore. Je forme l’espoir que nos instances dirigeantes en mesurent pleinement les enjeux pour notre langue, notre culture et nos échanges et mettent en œuvre les moyens nécessaires pour que le français ait une place de premier ordre et soit effectivement un contre-poids à l’hégémonie linguistique que nous pouvons légitimement craindre (et que certains n’hésiteraient pas à vouloir imposer).

Le dispositif de formation au français de la Chambre de commerce et d’industrie de Paris

42[F. Renaud] Permettez-moi tout d’abord de vous présenter très rapidement la CCIP. C’est un établissement public administratif au service de 387 000 entreprises de Paris et de sa région. Elle représente ces entreprises auprès des pouvoirs publics, les appuie à toutes les étapes de leur développement et répond à leurs besoins de formation, dans son réseau d’écoles en France et à l’étranger. Elle met en œuvre un important dispositif dédié à la langue française, et notamment à la langue française des affaires et des professions, au travers des actions de son centre de langue française, le CELAF. Ce dispositif s’oriente autour de deux grands axes : l’évaluation en langue et la certification en français des affaires et des professions, avec le test d’évaluation de français et les diplômes de français professionnel, d’une part, et d’autre part, la formation en français langue professionnelle, par des formations sur mesure pour les professionnels et les futurs professionnels, et également par des formations de formateurs, initiales ou continues.

43Le test d’évaluation de français (TEF) propose de situer les compétences linguistiques d’un candidat sur les échelles de niveau du cadre européen commun de référence pour les langues, ainsi que sur les échelles canadiennes. La qualité largement reconnue au TEF lui a permis d’étendre progressivement son public d’utilisateurs, notamment vers les entreprises qui peuvent y recourir dans le cadre de leur procédure de recrutement, de mobilité ou de promotion de leurs salariés. Reconnu par le ministère de l’Éducation nationale, il est également utilisé pour l’accès des étudiants étrangers aux études supérieures sur notre territoire, ainsi que pour les immigrants au Québec. Sa version électronique, l’ITEF, est utilisée par les centres agréés, telles les Alliances françaises, pour aider les entreprises à recruter et à former des agents destinés à travailler en français.

44À côté du TEF, la CCIP propose dix diplômes de français professionnel (DFP), généralement préparés dans le cadre d’un enseignement de français à visée professionnelle. Les DFP de niveau A2 et B1 visent une langue commune à différents secteurs professionnels et s’adressent à ceux qui veulent avoir une première approche de la langue française en contexte professionnel. Ils font un peu figure de porte d’entrée dans le dispositif de certification de la Chambre de commerce et d’industrie. Ce dernier compte, quant à lui, deux grandes catégories : les diplômes en français des affaires pour les niveaux B2, C1 et C2, et les diplômes en français des professions qui visent des contextes professionnels spécifiques (tels que le secrétariat, le tourisme, l’hôtellerie), scientifiques et techniques, à la charnière des niveaux B1 et B2, le droit et la médecine au niveau B2. Outre l’emploi que ces certifications peuvent trouver auprès des entreprises francophones qui recrutent à l’étranger ou qui recrutent des personnels non francophones, plusieurs de ces diplômes sont également utilisés dans les systèmes éducatifs d’enseignement technique ou supérieur en Europe. Parallèlement à la production de ces outils d’évaluation, la CCIP mène également des travaux de recherche en français langue professionnelle afin d’élaborer des référentiels de compétences en ce domaine dans les secteurs en tension, secteurs économiques qui ont de plus en plus recours à une main d’œuvre non francophone, pour des niveaux de compétences élémentaires ou intermédiaires. Ces recherches sont menées en partenariat avec des universités actives dans le domaine du français langue professionnelle.

45Outre le TEF et les DFP, la CCIP propose des programmes de formation sur mesure en français langue professionnelle, qui s’adressent aux professionnels d’origine non francophone travaillant dans des entreprises de la région parisienne ainsi qu’aux étudiants reçus dans les établissements de la Chambre de commerce et d’industrie de Paris ou adressés à la CCIP par des institutions éducatives, des universités américaines ou des fondations, pour des programmes de formation en français orientés vers des domaines de spécialités qui les intéressent.

46Enfin, le CELAF propose deux types de formations de formateurs : formation initiale élaborée en partenariat avec l’université Paris IV Sorbonne, dans le cadre d’un master professionnel, et formation continue des enseignants qui veulent développer leur compétence dans un domaine professionnel particulier, dans le cadre d’universités d’été ou de missions de formation sur la demande de postes à l’étranger ou d’institutions. Ces formations peuvent être sanctionnées par le diplôme de didactique du français sur objectifs spécifiques (DDiFOS), destiné à garantir la qualité pédagogique des formateurs en français langue professionnelle, ou par le diplôme d’aptitude au management d’organisme culturel et d’éducation (DAMOCE), adressé aux professionnels qui se dirigent vers des fonctions de management ou de projets culturels à l’étranger. Le site internet http://www.fda.ccip.fr propose des fiches pédagogiques en accès libre, des fiches-notions dans les différents domaines du français des affaires, ainsi que la revue Points communs, qui vise à informer les formateurs de l’avancée de la recherche dans le domaine et qui propose également un dossier pédagogique avec des fiches exploitables en classe.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540