Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La langue française : de rencontres en partages

 | 
Françoise Argod-Dutard

3e partie. Le partage de la langue : de l'école à l'entreprise

Mobilités étudiantes et enseignement du français langue étrangère (FLE), l’exemple des universités d’Angers

L’apprentissage du FLE : cadre et enjeux

Isabelle Maréchal

Texte intégral

1Dans la mosaïque que forment les étudiants de l’université, les étudiants étrangers constituent un ensemble spécifique. Ceux qui ont suivi leur scolarité dans le système d’éducation secondaire français arrivent à l’université avec leurs particularités individuelles mais aussi avec une formation et un parcours d’enseignement communs. En revanche, les étudiants qui ont connu d’autres systèmes de scolarité ont, selon leur pays d’origine, des compétences, des objectifs de formation, des obligations administratives et des besoins d’apprentissage fort variables.

Les étudiants apprenants de FLE à l’université

2Les étudiants apprenants de FLE à l’université suivent des cours spécialement conçus pour eux dans les centres de langue des universités. Les situations de ces étudiants sont variées.

3Il s’agit tout d’abord d’étudiants venus dans le cadre de conventions avec des universités, d’accords bilatéraux avec des universités étrangères et qui valident leurs études en France : ils obtiennent des crédits. Ces étudiants suivent des cours de langue et de culture françaises en immersion ainsi que les cours de leur spécialité en français et adaptés à leur niveau linguistique. Ils restent cependant entre étudiants étrangers. Les programmes de ces cours sont établis en partenariat avec les universités étrangères. Il y a donc adaptation de l’offre de cours aux demandes des universités partenaires étrangères afin de valider un parcours en France sur un semestre ou une année universitaire (conventions du CIDEF avec des universités américaines, japonaises, coréennes…).

4On trouve ensuite des étudiants qui ont un projet d’études dans un cursus universitaire français. Ces étudiants préparent leur entrée à l’université et reçoivent une formation linguistique et une formation de méthodologie universitaire. La durée de leur formation est dépendante du niveau de départ de ces étudiants et du niveau à atteindre exigé pour entrer dans le cursus de leur choix. La formation peut aller d’un semestre à deux ans.

5Il y a enfin des apprenants de français qui ne relèvent pas toujours du statut étudiant. La délivrance de la carte d’étudiant étant liée à l’inscription à un diplôme d’université et au nombre d’heures de cours suivis, certains apprenants ont un autre statut : il peut s’agir d’apprenants ayant pour objectif l’apprentissage de la langue et de la culture françaises pour l’acquisition d’un bagage professionnel (au sein de la communauté européenne, dans la francophonie) ou pour diverses raisons personnelles… Dans cette catégorie, on trouve aussi des personnes étrangères vivant en France : des jeunes filles au pair, des migrants, des conjoints d’expatriés… Ces catégories ne sont pas figées et les apprenants peuvent passer de l’une à l’autre.

En amont : le projet de l’étudiant, les démarches et la politique d’accueil de la France

6L’évolution du public des centres de langue est liée à l’évolution de la mobilité des étudiants, à la politique d’accueil des étudiants étrangers en France et, plus généralement, à la politique d’immigration de la France.

7Si la politique européenne a facilité la mobilité des étudiants à l’intérieur de l’Europe, les universités ont vu également arriver des étudiants en provenance de nouveaux pays et, en particulier, de pays à important risque migratoire. La politique mise en place a parfois compliqué la venue d’étudiants étrangers non ressortissants de l’union européenne et n’ayant pas de projet universitaire autre que l’apprentissage du français.

Les Centres pour les études en France (CEF) et les Campus France

8Initiée en 2003 en Chine, puis en 2005 dans des pays qualifiés de pays à risque migratoire (Maroc, Algérie, Tunisie, Sénégal, Vietnam), la procédure des CEF (Centre pour les Études en France) se généralise à l’étranger. En 2006, ce sont la Corée, le Cameroun, le Mexique et la Turquie qui sont dotés de CEE Aujourd’hui, une trentaine de pays sont concernés, ce qui représente 70 % des flux étudiants.

9En 2007, les CEF ont fusionné avec les espaces ÉduFrance et sont devenus des espaces Campus France, guichet unique à l’étranger pour tout étudiant ayant un projet d’étude en France. Campus France va bientôt être intégré dans un nouvel opérateur chargé de la mobilité internationale. Il faut préciser que la procédure CEF n’intervient que quand il y a délivrance de visa.

10Ce dispositif a été conçu dans l’idée de renforcer « l’attractivité de la France » et pour attirer dans les universités françaises des étudiants étrangers de haut niveau tout en facilitant leurs démarches administratives et pédagogiques. D’un côté, les candidats aux études en France peuvent mieux connaître les filières des universités françaises et mieux définir leur projet d’études ; de leur côté, les universités adhérentes au dispositif peuvent mieux déterminer les profils d’étudiants à recruter.

11Les candidats à un séjour à l’étranger doivent donc désormais justifier d’un projet d’études universitaires et l’étudiant, qui vient en France faire l’expérience d’un séjour en pays étranger d’un semestre ou d’une année pour apprendre la langue et être plongé dans la culture, a des difficultés, sans projet universitaire, pour obtenir un visa de plus 6 mois. Les centres de langue ont dû faire reconnaître l’apprentissage de la langue comme véritable projet d’études.

Attester d’un niveau de français

12Venir étudier en France implique de maîtriser la langue française. Cependant il est possible d’apprendre le français en arrivant en France ou dans son pays avant de partir. Dans certains pays, il est même indispensable d’avoir appris le français avant de partir et de témoigner ainsi de sa volonté d’étudier en France. En Chine, par exemple, l’apprenant doit justifier de 500 heures d’apprentissage du français et passer le TEF (Test de connaissance du Français).

13Quel que soit l’endroit où a eu lieu l’apprentissage de la langue, il est nécessaire, pour les étudiants étrangers d’attester de leur niveau de maîtrise du français avant de rentrer à l’université. Pour cela, il existe plusieurs certifications en français langue étrangère (voir tableau ci-dessous) :

  • le TEF (Test d’évaluation du français) proposé par la CCIP (Chambre de commerce et d’industrie de Paris) et le TCF (Test de connaissance du français) élaboré par le CIEP (Centre international d’études pédagogiques) sont des tests de français. Valables deux ans, ils permettent de donner une idée du niveau de français d’un apprenant étranger à un moment donné. Ils se déroulent sous forme de QCM portant sur des activités de compréhension orale, de compréhension écrite et de maîtrise de la langue (structures et lexique). Ils donnent des résultats sous forme de score qui permet ensuite de se situer sur une échelle de niveaux.
  • Le DELF (Diplôme d’études en langue française) et le DALF (Diplôme approfondi en langue française) sont, eux, des diplômes nationaux délivrés par le ministère de l’Éducation nationale. Pour obtenir un de ces diplômes, les candidats sont évalués dans chacune des quatre compétences : compréhension et production orales, compréhension et production écrites. Toutes ces certifications sont désormais harmonisées et calées sur les niveaux du Cadre européen commun de référence pour les langues.

14Pour entrer en premier cycle universitaire, un étudiant étranger doit justifier de son niveau de français par la DAP (Demande d’admission préalable) qui a remplacé l’ancien « test linguistique » et est organisée par les universités, chaque année, au mois de février.

15En sont dispensés les ressortissants d’un pays officiellement francophone (ceux de l’Algérie, du Maroc, du Liban ou de la Tunisie ayant l’arabe pour langue officielle, n’en sont pas dispensés) ; les ressortissants des pays de l’espace économique européen (pour ces étudiants, c’est l’université qui décidera), ou encore les personnes possédant un baccalauréat français, un DELF B2 ou un DALF.

16Pour entrer en deuxième ou troisième cycle, les universités sont libres de fixer leurs conditions en ce qui concerne le niveau de français.

17Il en résulte une grande disparité d’un établissement à l’autre et une grande perplexité des étudiants sur le niveau à atteindre (un niveau 3 ? un niveau 4 ? le DELF B1 ? le DELF B2 ? un test spécifique à l’université ?). Aujourd’hui les apprenants des centres de langue se ruent dans une course aux certifications et les offres de formation incluent toutes la préparation à ces certifications.

Quel français pour quelles formations ?

Un public en milieu homoglotte

18Quelle que soit la formation suivie, quel que soit leur profil, c’est leur immersion dans la langue et dans la culture qui caractérise tous ces étudiants étrangers en France. En français langue étrangère, on parle de milieu homoglotte pour caractériser cette situation, par opposition à un milieu hétéroglotte.

19Quand on vit de façon même provisoire dans un pays, il est difficile d’échapper à la langue et à la culture de ce pays. L’usage de la langue se révèle indispensable pour satisfaire des besoins élémentaires et profiter des loisirs, mais aussi assouvir sa curiosité. L’étranger va devoir établir des relations commerçantes et civiles, il va devoir effectuer des démarches administratives (carte de séjour, assurance, logement, alimentation, transports, etc.), il va être aussi utilisateur de services (médecin, dentiste ou même coiffeur), consommateur de loisirs (cinéma, théâtre, bars et discothèques) et explorateur de richesses touristiques et culturelles.

20L’étudiant étranger réalise dans la langue étrangère des activités non guidées qui n’ont pas pour but premier l’apprentissage de la langue. Le milieu homoglotte crée ainsi d’autres espaces et d’autres temps pour l’apprentissage. L’authenticité des interactions en milieu homoglotte a toujours prévalu sur l’apprentissage scolaire et formel en milieu hétéroglotte. En milieu homoglotte, on a le sentiment de se rapprocher de l’acquisition de la langue maternelle par les enfants.

21La classe de langue en milieu homoglotte est différente de la classe de langue du système scolaire en contexte hétéroglotte où les élèves apprennent une langue étrangère à raison de quelques heures par semaine. En milieu homoglotte, les apprenants se retrouvent le plus souvent en groupes de nationalités hétérogènes, avec un enseignant natif de la langue et de la culture qu’ils apprennent. Dans cette situation la langue française est souvent la seule langue partagée par l’ensemble des acteurs de la classe et il y a peu de place pour la langue maternelle des apprenants. À tous points de vue, le contexte homoglotte est favorable à l’apprentissage de la langue.

22Bien entendu, il convient de relativiser cette situation idéale : l’anglais fonctionne souvent comme langue véhiculaire au sein de ces communautés internationales et certains apprenants sont « imperméables » au milieu, parce qu’ils vivent enfermés dans une chambre universitaire ou reproduisent une communauté de leur langue et culture d’origine en France. Il reste toujours assez difficile de faire se rencontrer étudiants étrangers et étudiants français malgré de nombreuses initiatives d’intégration.

Le français à l’université

Le français langue d’enseignement

23Quand il va suivre des cours à l’université française dans la spécialité qu’il a choisie, l’étudiant étranger va avoir besoin d’une langue un peu différente de la langue de communication.

24La langue française devient le vecteur des enseignements qu’il va recevoir. Il ne s’agit plus d’enseigner le français mais en français. Cette situation n’est pas propre au milieu homoglotte : dans les programmes d’immersion en Amérique du Nord, on enseigne aux enfants dès le primaire les mathématiques, l’histoire ou les sciences en français. C’est également le cas de l’enseignement universitaire dans les pays francophones.

25Pour parvenir à suivre ses cours, l’étudiant étranger va avoir des besoins différents. Il lui faut d’abord développer sa compréhension de l’oral pour suivre des cours en français. Cette compétence est très différente de la compétence de compréhension orale enseignée dans les cours de FLE. Il s’agit pour l’étudiant étranger de comprendre de l’oral en continu. Or dans les méthodes de langue basées sur la communication, l’accent est mis avant tout sur la compréhension de conversations.

26Il lui faut ensuite maîtriser la prise de notes en français. Prendre des notes signifie transférer des compétences de compréhension orale en compétences d’expression écrite. Ce type d’activité est très peu pratiqué en cours de langue où l’on travaille ensemble la compréhension et l’expression soit à l’oral soit à l’écrit (compréhension orale suivie d’expression orale et compréhension écrite, suivie d’expression écrite).

27Pour parvenir à étudier dans sa spécialité et satisfaire aux exigences des travaux universitaires, l’étudiant étranger aura également besoin de cours spécifiques : d’une part, des cours de FOS (Français sur objectifs spécifiques), appellation qui regroupe de nombreuses notions dans différents domaines, mais ici il s’agit du lexique technique permettant de traiter de la « spécialité » choisie par l’étudiant (agriculture, commerce, professions de la santé, etc.) ; d’autre part, des cours de méthodologie universitaire lui permettant de se préparer aux travaux universitaires de la spécialité choisie pour pouvoir rédiger un rapport, un mémoire, un compte rendu de TP, faire une fiche de lecture, raisonner, résumer et structurer, faire un exposé oral…

28Les étudiants qui arrivent de l’étranger et qui n’ont pas suivi leur formation dans le système scolaire français doivent affronter nombre de difficultés relatives à l’administration, au système universitaire, aux caractéristiques des études universitaires, à la langue française ou à la culture française elle-même. En dépit de ces difficultés, beaucoup d’étudiants d’origine étrangère parviennent à faire de brillantes études, dépassant souvent, dans leurs résultats, les étudiants français. L’Université française devrait choyer plus qu’elle ne le fait ces étudiants qui font montre d’une telle motivation dans leur formation : nous avons besoin de ces étudiants pour l’ouverture internationale de nos universités et pour la diffusion de la connaissance, de la recherche, de la langue, de la culture et du savoir-faire français hors de France.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/32796/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 311k

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540