Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La langue française : de rencontres en partages

 | 
Françoise Argod-Dutard

3e partie. Le partage de la langue : de l'école à l'entreprise

Introduction

Françoise Argod-Dutard

Texte intégral

1Notre langue évolue considérablement au cours de la vie et se complexifie pour répondre, en fonction de nos aptitudes langagières, aux sollicitations de notre milieu. Si la langue intime et personnelle de la famille permet de communiquer aisément avec les proches qui comprennent à demi-mot, elle doit aussi s’ouvrir à d’autres réalités sociales pour permettre à l’enfant ou à l’adulte d’entrer dans le monde des sciences et des lettres, des techniques et des métiers, des faits et des idées, lui donner aussi le pouvoir d’exprimer ses pensées de manière précise, de communiquer ses émotions en les mettant à distance. Encore faut-il vivre dans un milieu où les mots s’échangent et se multiplient, où l’écrit nourrit l’esprit, où les activités sont porteuses de nouveautés.

2L’école, en tous cas, a la lourde mission d’essayer de compenser certaines inégalités et de parfaire la formation linguistique des enfants pour qu’ils sachent lire et écrire, mais aussi pour qu’ils soient capables de communiquer et de se réaliser. Mais, comment susciter, en classe, rencontres et partages de mots ? C’est la préoccupation pédagogique qui a guidé la réflexion des enseignants qui ont participé au séminaire de l’Éducation nationale, organisé par Jean-Luc Jaunet, délégué académique à l’évaluation et à la pédagogie au rectorat de Nantes, Michel Gramain, Martine Husson, inspecteurs pédagogiques régionaux de l’académie de Nantes, et Daniel Nigoul, professeur-formateur à l’IUFM de Montpellier. Ils se sont demandé comment diversifier les apprentissages, comment mieux connaître les ressources du lexique, comment faire de l’acquisition des mots un plaisir à cultiver.

3Mais certains ne bénéficient ni du bain linguistique familial ni de l’apprentissage précoce à l’école. C’est le cas des étudiants étrangers qui apprennent le français à l’université ou viennent y perfectionner leurs connaissances linguistiques. Isabelle Maréchal, maître de conférence à l’université catholique de l’Ouest (Angers), a envisagé le cadre et les enjeux de l’apprentissage du français-langue étrangère (FLE), les problèmes des apprenants, les mesures imaginées par l’université et les enseignants pour y remédier.

4Les difficultés sont encore plus grandes pour les jeunes nouvellement arrivés en France qui doivent, de toute urgence, apprendre le français. C’est le sujet du débat qui a été organisé au lycée professionnel Henri Dunant d’Angers par Jacqueline Branger, directrice du Centre départemental de documentation pédagogique de Maine et Loire. Des enseignants y ont exposé les moyens mis en œuvre, en termes de méthode, de pédagogie et d’accueil, exprimé leurs difficultés et leurs inquiétudes mais aussi leurs ressources et leurs satisfactions. De jeunes et de moins jeunes émigrés sont venus témoigner de leurs difficultés mais aussi de leur courage sur le long chemin de l’insertion linguistique qui conduit parfois à de remarquables réussites professionnelles.

5Mais lorsqu’on a quitté l’école, qu’on est déjà diplômé et dans le milieu professionnel, que se passe-t-il si on est amené à travailler à l’étranger ? C’est la question à laquelle ont essayé de répondre des dirigeants et cadres d’entreprise, des enseignants et formateurs spécialisés, des étudiants de l’ENSAM, à la table ronde, animée par Michel Rabaud, chef de mission à la Délégation générale à la langue française et aux langues de France, qui a eu lieu à l’entreprise Scania à Angers. Que permet le dispositif législatif ? quelles structures sont mises à la disposition des cadres ? quels sont les réels besoins linguistiques qu’éprouvent les salariés dans la vie professionnelle ? comment améliorer la communication dans l’entreprise ?

6Ce sont donc de vastes problématiques que cette partie aborde et qui touchent non seulement les relations professionnelles et sociales mais l’épanouissement même de l’être : de l’école à l’entreprise, les mots se rencontrent, se partagent, se précisent… Ils donnent des ailes à nos idées et des élans à notre cœur.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540