Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La langue française : de rencontres en partages

 | 
Françoise Argod-Dutard

2e partie. Les rencontres de chacun avec la langue

Conclusion

Amin Maalouf, Geneviève Dubois, Henriette Walter, Xavier North, Sylvie Plane et Naïm Kattan

Texte intégral

La langue maternelle : frustrations, échos et réminiscences

1[A. Maalouf] Je me suis laissé dire par Lilia Esteban, à une rencontre avec Xavier North, que souvent venaient la voir des patients qui avaient été frustrés de leur langue maternelle dans l’enfance et qui, finalement, ne s’en remettaient jamais. Est-ce que c’est un phénomène que l’on observe, y a-t-il une explication particulière à cela ?

2[G. Dubois] On peut déjà se demander ce que veut dire être frustré de sa langue maternelle si on considère bon nombre de cas. À cet égard, je trouve que l’exemple de Canetti, évoqué précédemment, est tout à fait curieux et intéressant : la langue de sa mère était la langue judéo-espagnole, celle qu’il portait en lui, affectivement, c’était l’allemand, mais que dire alors des résurgences du bulgare transmises par les jeunes femmes qui lui chantaient des berceuses dans cette langue ? Cela me rappelle ce que disait Françoise Dolto : le bébé qui vient de naître, et ne comprend rien du tout, enregistre sans doute les paroles murmurées par la mère. Elle trouvait une preuve à cela dans le fait que, vingt ans ou trente ans après, ces personnes qui avaient été des bébés et qui avaient appris un grand secret sur leur naissance, peut-être dans des circonstances particulières, le savaient, alors que personne ne leur avait jamais appris par la suite. Bien sûr, on peut objecter qu’avec le temps, probablement, on le leur avait dit d’une autre manière. Mais c’est vrai que cette histoire de berceuse est quand même troublante : est-ce qu’il n’y aurait pas une étape où le bébé de deux ou trois mois, prononçant les phonèmes les plus curieux de n’importe quelle langue, aurait une perméabilité particulière qui disparaîtrait rapidement comme est très vite oubliée la fonction de la marche par le nourrisson. Mais il n’y a aucune preuve scientifique à cela.

3[H. Walter] Ce qui est curieux, c’est que ce soit au moment où l’enfant ne comprend rien. J’ai une histoire qui va tout à fait dans le même sens et que je peux vous raconter :

4J’étais à Pézenas, dans une région où on parle encore une langue régionale, et j’ai entendu parler, à un moment donné, la dame qui me recevait, en patois, à son fils. Elle venait de me dire son âge : elle avait soixante-seize ans. Je lui dis alors : « Madame, bravo, c’est bien, vous continuez à parler, vous portez le flambeau. » Mais elle me répondit : « Détrompez-vous, je ne continue pas, je viens de commencer. » Je m’étonnais : « Mais, enfin, vous parlez comme quelqu’un qui a l’habitude de parler. Est-ce que vous n’avez jamais parlé votre patois quand vous étiez petite ? » « Ah, non, non, non. Je n’avais pas le droit. Mes parents parlaient patois mais pas moi », me répondit-elle.

5Je lui dis alors : « Bien sûr, vous écoutiez ? » Elle ajouta : « Bien sûr, et avec encore plus d’attention et de plaisir, parce qu’on savait qu’à ce moment-là, les parents ne voulaient pas qu’on écoute ce qu’ils disaient. Mais je n’ai jamais pu parler le patois. »

6- « Mais alors comment se fait-il que, maintenant, vous parliez patois ? »

7- « Et bien voilà, l’année dernière, une amie d’enfance est rentrée à Pézenas, après une absence de vingt ou trente ans, et pour rigoler, elle a dit des mots en patois. Et moi, pour rigoler, j’ai répondu en patois ! Et depuis, nous parlons ! »

8Cela m’a intriguée. Alors un jour, rentrée à la maison, j’ai rencontré un médecin – un chirurgien – qui me dit avoir une histoire du même genre à me raconter : « je venais d’opérer une dame. Lorsqu’elle s’est réveillée, l’infirmière a dit à cette dame que, pendant l’anesthésie, elle avait parlé en russe. La dame lui répondit : “Excusez-moi, mais moi, je ne sais pas le russe, je n’ai pas pu vous parler en russe.” Alors, même question : “Quand vous étiez petite, avez-vous vécu dans un milieu russe ?” Oui, ses parents étaient des réfugiés russes de la révolution de 1917, et en fait, elle avait parlé russe. Elle ajouta alors : “Mais, vous êtes sûr que c’est du russe ?” Et l’infirmière de répondre “évidemment, je connais bien le russe…” Voilà ».

Questions de grammaire

9[S. Plane] Je suis un ancien professeur de français, ce qui n’est pas une originalité dans cette salle. J’ai eu besoin de la grammaire, non pas tellement pour faire des cours destinés à apprendre à nos élèves comment il fallait écrire le français, mais beaucoup plus souvent quand j’avais des productions écrites devant moi qui étaient fautives et dans lesquelles il s’agissait d’expliquer pourquoi c’était fautif. On se trouve un peu dans la situation d’un mécano qui est avec vous, devant le moteur de votre voiture, et qui vous dit que ça ne marche pas parce que vous avez les « vis platinées » ou le « carburateur » qui est tombé dans « l’alternateur »… Ce que je veux dire, c’est qu’on a besoin d’un minimum de vocabulaire technique pour désigner les mots qui font problème et, évidemment, on peut se rendre compte que les mots qui sont à notre disposition, dans les grammaires traditionnelles, sont, la plupart du temps, inadéquats, parce que, en effet, ils correspondent à des cas soigneusement triés par les grammairiens et déroutent considérablement les élèves. Je crois que chaque professeur en a fait l’expérience.

10Vous savez aussi que certains grammairiens ont essayé de reprendre le problème carrément à zéro en refondant entièrement le vocabulaire grammatical ce qui a donné lieu, quelquefois, à des créations extrêmement poétiques : ce fut le cas, en particulier, du couple Damourette et Pichon, qui a laissé un monument quasi surréaliste mais qui a eu, au moins, l’avantage de partir d’exemples qui étaient tous authentiques, datés, localisés, entendus dans le métro tel jour à telle heure. Un autre grand linguiste, Lucien Tesnière, a fait un essai de grammaire structurale dans lequel il a essayé de redéfinir complètement la nature et la nomenclature de la grammaire française. Est-ce que ce genre de tentatives existe encore ou bien est-ce qu’on s’est résigné à travailler tant bien que mal avec la grammaire qui nous a été léguée par les dix derniers siècles ?

11C’est une question que toute la communauté se pose : pourrait-on imaginer de reprendre complètement la grammaire ? En même temps, est-il possible de se débarrasser d’une tradition, d’une manière de représenter la norme et, à chaque fois, ne se heurte-t-on pas à des difficultés ? Le seul terme qui soit passé dans la pratique, depuis les années 70, c’est le terme « déterminant » et l’idée que le conditionnel serait plus un temps qu’un mode commence à s’imposer. C’est finalement peu de chose et la question reste ouverte.

Plurilinguisme et cultures

Plurilinguisme et multilinguisme : échange avec Naïm Kattan

12[N. Kattan] L’excellent exposé de Xavier North, que je remercie infiniment, ouvre tellement de possibilités de dialogues et d’échanges que je ne peux résister à l’envie de prolonger cette réflexion très riche.

13Ma première remarque concerne le plurilinguisme et le multilinguisme, nos deux politiques canadiennes en rapport avec l’émigration. On s’oppose généralement au multilinguisme qui permet à chaque communauté de garder sa langue. Moi je dis, par exemple, que Montréal est une ville où l’on parle français. Mais toutes les autres langues ont droit de cité : on peut parler italien, on peut parler grec, on peut parler yiddish, hébreu, qu’importe, mais à condition de parler aussi français pour que la ville existe. S’il n’y a pas une langue commune, il n’y a pas de ville. C’est le plurilinguisme qui est opposé au multilinguisme. C’est tout, c’est la première remarque que je voulais faire parce que c’est ce que nous vivons.

14La deuxième chose que je voudrais évoquer aussi, pour prolonger votre riche réflexion, c’est le rapport entre le multilinguisme et le pluriculturalisme. Chacune des langues, des grandes langues, contient en effet une multiculture. Et je crois que le français n’exprime pas que la culture de la France. Le français exprimera désormais des cultures de beaucoup de parties du monde. Donc, c’est à l’intérieur d’une langue que plusieurs cultures peuvent exister, coexister, enrichir la langue et le rapport des hommes entre eux. Ce n’est pas encore fait en anglais parce que cette langue est fondée sur l’idée de multiculturalisme. L’Angleterre est basée sur le Royaume-Uni, l’Irlande, l’Écosse, etc. qui sont séparés, tandis que la France a fondé sa culture sur une universalité : par exemple maintenant, en langue anglaise, les grands écrivains ne sont pas américains ou britanniques mais aussi indiens, turcs… En français, on trouve la même chose comme pour d’autres langues : il y a de grands écrivains turcs en suédois, de grands écrivains arabes en allemand… des langues deviennent multiculturelles mais à condition qu’elles demeurent une langue, que cette langue-là ne soit pas altérée, que cette langue-là garde sa précision.

15Et finalement, une petite remarque encore, mais ça c’est presque exotique, sur la malédiction de Babylone qui n’en est pas une dans le Talmud et qui est finalement la première option de la diversité.

16[X. North] Merci beaucoup pour cet éclaircissement. En effet je l’avais entendu dire aussi, je crois qu’Henri Meschonnic a fait une petite analyse justement, du mot « Babel ». Dans le Talmud, ce n’est pas une malédiction, mais dans la Bible et la tradition chrétienne, c’est une malédiction.

17Sur l’autre point, vous avez tout à fait raison, je crois, et c’est une question très importante que vous soulevez là : des cultures différentes peuvent se dire dans une même langue, d’ailleurs c’est ce qui fonde l’idée francophone. La francophonie comme idée, comme projet ne pourrait pas être si des cultures différentes ne pouvaient pas s’exprimer dans une même langue. Le monde anglophone, vous avez tout à fait raison de le souligner aussi, en est beaucoup plus conscient que le monde francophone. Pour un américain, un britannique, un sud-africain, un indien, c’est parfaitement naturel de s’exprimer en anglais, et pourtant, ce sont souvent des créateurs qui n’ont pas le sentiment d’appartenir à une même culture, c’est très clair. Au sein de la francophonie, il ne peut pas tout à fait en être ainsi pour une raison très simple qu’on a tendance à sous-estimer très profondément et je n’émets pas ici un jugement de valeur, je me contente de constater un fait : c’est que l’espace francophone n’est pas du tout structuré de la même manière que l’espace anglophone ou l’espace hispanophone. C’est-à-dire que, dans l’espace francophone, la France, les français pèsent un poids énorme. Les français représentent un francophone sur deux, au sens strict, alors que les britanniques, un anglophone sur vingt-cinq, trente. Parmi les espagnols, il y a un hispanophone sur quinze, à cause de l’Amérique Latine. Contrairement à ce que l’on croit, il y a un peu plus de francophones hors de France qu’en France, mais guère plus, quand on prend la francophonie au sens strict. Donc la France pèse un très grand poids et on peut en tirer toute une série de conséquences qui sont à la fois politiques, culturelles, linguistiques que nous vivons au quotidien et qui nous arment moins que d’autres pour penser la difficulté – contrairement à ce qu’on croit aussi, on prétend le contraire, mais soyons modestes. Nous avons un peu de peine à penser la diversité à cause de cela. Mais la société devenant fort heureusement plus multi-culturelle, nous y sommes contraints de l’intérieur. C’est très peu, les francophones de l’extérieur nous le rappellent, parce qu’ils ne sont pas assez nombreux, tout simplement. Le Québec, c’est sept millions, la France c’est un peu plus de soixante millions. Il y a dix fois plus de Français que de Québécois…

La francophonie : échange avec Julien Kilanga-Musinde

18[J. Kilanga-Musinde] Je voudrais prolonger les réflexions soulevées par l’exposé très brillant de Monsieur Xavier North que je remercie. Dans l’ouvrage auquel vous avez participé, L’Avenir du français, il est dit effectivement que la France représente le tiers des locuteurs.

19[X. North] C’est soit le tiers, soit la moitié selon les langues que vous considérez. Si vous prenez en compte les francophones qui parlent un français courant ou approfondi, c’est un francophone sur deux. Si vous étendez, comme il est naturel, la francophonie à ceux qui ont le français pour langue seconde, c’est un francophone sur trois.

20[J. Kilanga-Musinde] C’est effectivement cela et, par rapport aux autres langues comme l’espagnol ou l’anglais, c’est un réel désavantage. Et sur la base de ce constat, vous présentez des pistes de solutions possibles et j’ai beaucoup apprécié votre conclusion.

21[X. North] Sur ce point précis d’ailleurs, ce qui m’a incité à m’engager devant vous, j’allais dire, dans cette voie, c’est le souvenir que j’ai d’une réflexion qu’avait faite un anglais, un peu tout fou, il faut le dire. Il s’appelle David Graddol, il a écrit un ouvrage assez retentissant sur le Future of english, donc « l’avenir de l’anglais ». L’ouvrage que vous citez, L’avenir du français, est censé être une réponse à The future of english, à cette différence près, c’est que le Future of english est l’œuvre d’un homme qui a pris des risques en essayant de faire un peu de prospective sur l’avenir de l’anglais, et L’avenir du français est un ouvrage collectif. David Graddol dit que ce qui risque le plus de faire obstacle au progrès de l’anglais dans les vingt, trente, quarante années à venir (qui sera irrésistible puisqu’aujourd’hui, on compte par milliards le nombre d’anglophones), c’est la conscience éthique, justement, de la défense des langues comme élément de la diversité, au même titre que la diversité biologique, l’environnement, en se fondant sur des questions de droits, et non pas simplement sur des évolutions naturelles.

22[J. Kilanga-Musinde] C’est pratiquement cela qui pourrait constituer le fondement réel des actions à mener pour l’avenir du français. C’est juste cette réflexion que je voulais partager.

23Mais je voudrais revenir à l’exposé de Nadja Maillard. Vers la fin, vous avez présenté une certaine ouverture de formation, pour les étudiants, en leur offrant des cours en anglais. Est-ce que vous n’y voyez pas un danger par rapport aux actions qu’on doit mener en faveur de la diversité linguistique et particulièrement du français ?

24[N. Maillard] C’est une formation qui a été ouverte, il y a quelques années maintenant, à l’université d’Angers. Nous avons une demande de la part des enseignants de la filière d’anglais qui voyaient arriver des étudiants parlant anglais mais qui n’avaient pas un niveau de français suffisant pour s’inscrire et préparer cette licence. On a donc ouvert quelque chose qui me semble intéressant, une licence mixte (à la fois de l’anglais et du français) où les étudiants suivent des cours de licence de langue et de littérature avec les étudiants français. Ils ont une majeure et ils ont une mineure où il y a des cours de FLE pour les aider dans ce domaine. C’est quelque chose de différent et de plus intéressant que des diplômes en anglais.

L’intercompréhension et les langues artificielles

25[Le public] Je voudrais revenir sur le « globish » qui est, pour moi, un outil d’incompréhension. Grâce aux schémas techniques, on arrive à s’en sortir mais personnellement, je pense qu’il faut que l’on développe la connaissance d’autres langues, travailler bien avec un allemand en allemand, et en espagnol avec un espagnol.

26[Le public] J’apprends un petit peu l’espéranto, mais ce n’est pas du tout pour effacer les langues, c’est simplement un moyen de communication facile qui met tout le monde sur le même plan. C’est une langue qui a été inventée, il y a plus de cent ans et qui a une histoire.

27[X. North] Je signale toutefois que la commission de Bruxelles « n’encourage pas l’utilisation de l’espéranto parce que cette langue n’a pas de référence culturelle ».

28[H. Walter] En fait, on n’est pas tous égaux devant l’espéranto, car l’espéranto a des bases uniquement indo-européennes, aussi, pour nous, c’est beaucoup plus facile que pour un chinois, par exemple. La structure est en effet très simple, très bien fabriquée. La manœuvre était très intelligente, et le docteur Espéranto avait une belle idéologie : c’était une façon de ne plus avoir de guerre : « si on a des guerres, c’est parce qu’on ne se comprend pas, si on a la même langue, on va se comprendre ». Malheureusement, il s’est beaucoup trompé car, juste après, il y a eu la première guerre mondiale et, ensuite, la deuxième. Mais l’espéranto est une langue extrêmement bien fabriquée : pas de morphologie, pas de difficulté pour apprendre, on a seize règles qu’il faut connaître, mais il n’empêche que leur revue n’est pas facile à lire.

29Mais il n’y a pas qu’une langue comme l’espéranto, il y en a quelques centaines, entre autres, le volapük, le sol-ré-sol, le iala, qui est devenu aujourd’hui interlingua. Et interlingua, j’aime mieux vous dire, puisque je peux comparer les deux, interlingua est facile d’accès, c’est magnifique. Cette langue a été conçue comme une introduction aux langues européennes. Aussi certaines universités ont commencé par l’interlingua et, ensuite, ont poursuivi par différentes langues comme l’anglais, l’allemand, le français, l’italien, etc.

30[X. North] Oui, mais si aucune de ces langues ne prospère, c’est bien la preuve qu’une langue n’est jamais simplement un outil de communication. Où est le Shakespeare en espéranto, où est le Molière en interlingua, où est le Dante en volapük ?

Une expérience africaine

31[Le public] Je voulais juste donner un témoignage pour avoir entendu ici les propos des uns et des autres, beaucoup de choses qui résonnent sur ma nature d’africain. Mais surtout, je suis d’un pays qui est bilingue où on parle à la fois le français et l’anglais. Et quand on parle deux langues dans un pays, on est vraiment au front, en première ligne de tous les problèmes qu’on peut rencontrer opposant ces deux langues. Au Cameroun, chez moi, j’ai une famille qui est nombreuse dont les membres se trouvent du côté de la frontière linguistique. Donc, des frères, des demi-frères qui sont anglophones mais la majorité est francophone. Et voici ce qui se dit au Cameroun : les francophones sont des gens qui sont nés pour parler correctement et les anglophones sont des gens qui sont nés pour travailler ! Comme résultat, ça fait des francophones des gens qui sont des fonctionnaires et des anglophones des gens qui travaillent, qui fabriquent des outils que les gens de la partie francophone viennent acheter. Les francophones ne fabriquent rien, ils ne savent rien faire, ils ne savent que parler bon français, car si vous ne parlez pas bon français, vous risquez votre poste, c’est ça. Aussi je suis rassuré ici, au Québec, chez vous, en Belgique – je suis éditeur, je vais dans les salons du livre – je suis rassuré de voir que les francophones belges sont confrontés aux mêmes problèmes vis-à-vis des flamands ; c’est la même chose en Suisse entre les allemands, les alémaniques et les autres. C’est curieux de voir cette situation, ce rapport de force qui est quasiment le même entre les anglophones et les francophones africains et le même en Suisse, au Canada, en Belgique. Et je crois que je suis rassuré de voir qu’en France, on change de langage, parce qu’à l’époque où on faisait la guerre au breton, on faisait la guerre aux langues africaines chez nous. Mme Dubois – qui n’est plus dans la tribune – m’a rassuré. Elle a vraiment développé un point qui m’a touché, à savoir que, entre ma langue africaine et moi, il y avait quelque chose de matériel et ça, c’est très fort. Toutes les interventions étaient vraiment excellentes, en particulier celle de M. North. Je n’ai plus honte de moi, de m’exprimer. Je suis écrivain aussi, ça m’arrive maintenant, et là, je salue les maisons d’éditions françaises qui n’éditent plus du tout les auteurs qui écrivent à la manière de Maupassant ou de Victor Hugo. Il faut que le public français sente que ces auteurs, qui sont d’ailleurs, arrivent avec des valeurs qui sont d’ailleurs. C’est cela que je salue et je vois qu’avec votre discours la page est tournée, on n’est plus à l’époque où on faisait la guerre au breton, au bamiléké (la langue au Cameroun). C’est un bon argument que les officiels comme vous ont trouvé là pour défendre la langue française par rapport aux autres langues européennes, que de dire que toutes les langues ont droit de cité.

32[X. North] La vérité oblige à dire qu’on a encore de gros progrès à faire en France. Je constate que, même dans la presse la plus ouverte à la diversité – je ne veux citer aucun titre en particulier – on a beaucoup de peine à comprendre qu’apprendre le français n’implique pas nécessairement de désapprendre sa langue d’origine. Ça, c’est très difficile à comprendre pour un journaliste pourtant très éclairé. Très nombreux sont les articles que vous lisez au quotidien qui disent « ah, on va obliger les migrants désireux de s’installer sur notre territoire à apprendre le français ». Conclusion, on va les obliger à oublier leur langue d’origine. Je ne vois pas au nom de quoi apprendre une langue impliquerait de désapprendre sa langue d’origine. Mais c’est très difficile à penser, semble-t-il. Ceci pour dire simplement que nous avons de gros progrès à faire de ce point de vue là. Mais les esprits évoluent, je crois que le contexte aussi, c’est un des effets très heureux de la mondialisation qui a, par ailleurs, des effets très pervers sur le français. En tout cas, une des conséquences très positives de la mondialisation, c’est justement la conscience accrue de la diversité des langues et de sa valeur.

Le multilinguisme en suisse

33[Le public] Les cantons ont le choix de leur langue, donc en Suisse, il y a quatre langues : le français, le romanche, le suisse allemand (qui n’est pas tout à fait l’allemand) et l’italien. Il y a une confédération qui a un certain nombre de prérogatives sur les cantons. La question est donc : quelle est la langue officielle de la confédération ? Est-ce à dire que tous les documents qui sortent de la confédération sont en quatre langues ?

34[X. North] Oui, oui. Certainement. Cela pose néanmoins un problème dans l’enseignement : vous avez vu que certains cantons étaient de plus en plus exposés à la tentation d’introduire une langue « joker », pourrait-on dire, naturellement, vous voyez à quoi je fais allusion, plutôt que d’apprendre la langue des cantons voisins…

35[H. Walter] Si, en Suisse, il y a quatre langues, chacun des individus n’est pas bilingue ou trilingue.

Les pidgins, les créoles et les langues en formation

36[Le public] Il y a des langues qui, actuellement, sont parlées par des centaines de millions de gens qui sont en formation et dont personne ne parle. Je voudrais en citer trois : la première, la plus éloignée, le pidgin en Papouasie, qui permet de se faire comprendre dans tout ce secteur, le swahili, dans toute la côte orientale de l’Afrique, qui est une langue en formation, et le créole parlé à la fois dans toutes les Antilles et, maintenant, au Québec. J’ai vu avec grande surprise que la présidente, ou le gouverneur général, est une haïtienne, c’est quand même formidable. Elle parle français, oui effectivement, mais sa langue basique et maternelle, c’est le créole. D’ailleurs, à ce point de vue là, j’ai une théorie puisque les mauriciens, les réunionnais comprennent les antillais et réciproquement, contrairement à ce qu’a dit Aimé Césaire, le créole a dû être créé par les blancs pour se faire comprendre de leurs esclaves noirs puisqu’il y a autant de différences entre un africain de la côte de l’ouest qu’entre un norvégien et un sicilien. Mais c’est quand même une théorie. Ma femme est créole, guyanaise, donc je connais très bien le problème. Je m’étonne simplement qu’on n’en parle jamais alors que ce sont de véritables langues, basées sur une culture et qui arrivent pour en remplacer d’autres qui vont mourir.

37[X. North] Je ne me prononcerai pas sur le pidgin, je ne connais pas vraiment le problème, je le regrette d’ailleurs. Mais pour le swahili, chacun sait que c’est une langue qui est en plein développement et il n’y a aucune raison de penser que ce n’est pas ou que ça ne sera pas une langue de culture. D’ailleurs, je suis persuadé qu’il existe toutes sortes d’expressions culturelles et artistiques en swahili. Quant au créole, il ne faut pas parler du créole mais des créoles. Parce que le créole réunionnais n’est pas le créole guadeloupéen qui n’est pas le créole martiniquais, même si ces deux créoles sont très proches. Les créoles sont des langues de France, elles sont officiellement reconnues par les pouvoirs publics français. Il y a aujourd’hui un CAPES de créole, ne l’oublions pas. Le créole est enseigné dans le système éducatif, tant à la Réunion qu’aux Antilles, peut-être insuffisamment, ça c’est un autre problème. Et il a tout à fait droit de cité. Le créole est une langue très récente en effet et elle est née assez brusquement. Ce ne sont pas les colons blancs qui l’ont inventée, c’est une langue naturelle, elle s’est créée toute seule, exactement pour les raisons que vous avez dites. Plusieurs conditions sont nécessaires pour qu’un créole apparaisse : d’abord, un contact inégalitaire, très profondément inégalitaire, dans une situation de domination radicale, du type maître à esclave, ensuite, le fait que les dominés, les esclaves en l’occurrence, parlent eux-mêmes des langues différentes et ne se comprennent pas entre eux. C’est la conjugaison de ces deux facteurs qui provoque l’apparition du créole. Ça se passe comme une expérience de laboratoire, si je puis dire. Et ce sont des langues qui apparaissent dans des moments extrêmement courts : alors que d’habitude, une langue naît à la suite d’un processus qui dure plusieurs siècles, un créole apparaît en quinze ans, vingt ans, très, très vite. Je parle sous contrôle d’Henriette Walter, n’étant pas moi-même linguiste, mais c’est ce que je me suis laissé dire. Les créoles sont donc des langues récentes, qui n’ont peut-être pas eu le temps de produire encore des œuvres marquantes mais il existe une littérature créole, il existe, bien entendu, un corpus de chansons, surtout, un merveilleux corpus de contes et une tradition orale magnifique. Je crois qu’il faut poser comme principe, même si certaines langues sont porteuses de productions culturelles plus que d’autres, que toutes les langues sont des langues de culture, à l’exception des langues artificielles.

38[H. Walter] Il faut dire aussi qu’il n’y a pas que des créoles à base lexicale française. Il y a le jamaïcain par exemple qui est à base lexicale anglaise ou portugaise au Cap-Vert, il ne faut pas oublier ça aussi.

39[J. Kilanga-Musinde] Juste une petite précision pour le swahili. Je suis locuteur de swahili et, outre le fait que la langue française est la langue officielle de mon pays, le swahili fait partie des quatre langues nationales : le lingala, le swahili, le tchiluba et le kikongo. Le swahili fait partie des langues bantoues même s’il a connu l’influence arabe.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540