Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La langue française : de rencontres en partages

 | 
Françoise Argod-Dutard

2e partie. Les rencontres de chacun avec la langue

Échos et miroirs : un enfant apprend à parler

Geneviève Dubois

Texte intégral

1Un enfant vivant en dehors d’un bain de langage ne peut arriver à parler : tout le monde connaît les histoires d’« enfants sauvages » qui, récupérés et entraînés tardivement, même par le bon Docteur Itard, ne sont jamais arrivés à parler ! On sait aussi que si les sourds profonds sont muets, c’est parce qu’ils n’ont eu aucun accès au monde sonore. Mais tout ceci, qui paraît actuellement évident, ne l’a pas été pendant des siècles.

2De grands hommes d’état, à l’esprit curieux, se sont aussi posé la question qui taraude encore la communauté linguistique : quelle langue fut la langue première de l’humanité, autrement dit, quelle langue parleraient des enfants laissés libres de tout contact linguistique ? Le pharaon Psammétique fit ainsi élever des enfants par des chèvres. Le premier mot prononcé fut « bèc » qui, en phrygien veut dire « pain » ; on en conclut que la première langue de l’humanité était le phrygien ; mais il est plus logique de penser que cette syllabe correspond au bêlement des chèvres… Frédéric II de Prusse voulut renouveler l’expérience en faisant élever des bébés par des femmes qui n’avaient pas le droit de leur parler ; mais il ne put poursuivre l’expérience car les enfants en sont morts...

3Ceci nous montre d’ailleurs que le bain de langage est non seulement nécessaire à l’éclosion du langage, mais aussi nécessaire à la vie.

4Echos et miroirs. C’est donc bien en écho avec le monde linguistique environnant que l’enfant apprend à parler, en écho et en miroir qu’il apprend à communiquer. Laissons donc de côté l’hypothèse invérifiable, pour le moment, d’une langue-mère originelle pour retenir l’idée d’une faculté de langage propre à l’être humain.

5Je parlerai d’abord des rencontres « normales » qu’un enfant fait avec sa langue (pour nous, la langue française), pour m’attacher ensuite à des rencontres hasardeuses ou problématiques, sources de difficultés dans les acquisitions.

Les premières rencontres avec la langue

6Les premières rencontres avec la langue se font bien avant la naissance… On sait maintenant, grâce à des expérimentations doublées d’échographies, que le fœtus entend des sons filtrés par le liquide amniotique dès le 5e mois de grossesse. Au 7e mois, il repère déjà, comme en écho, le fondamental de la voix de sa mère, la voix grave de son père, ainsi que diverses mélodies qu’il réentendra avec plaisir peu après sa naissance (comme l’air de basson de Pierre et le Loup...). Car un processus de mémorisation est déjà en place.

7On sait qu’à la naissance, le bébé s’annonce par un cri. Ce cri, signe de vie, est aussi un lien puissant avec l’entourage ! Françoise Dolto, Caroline Eliachef, ont pensé qu’à la naissance, le bébé avait des capacités exceptionnelles d’enregistrement de messages verbaux et qu’on pouvait lui dire des paroles importantes qui seraient alors mémorisées, cette faculté se perdant par la suite… Je n’ai pas d’opinion personnelle à ce sujet, aussi c’est un point que je laisse en suspens...

8Mais la véritable entrée dans la communication se fait vers 6 semaines, avec le sourire. Là, de réels échanges commencent à s’instaurer, le dialogue avec la mère prend toute sa dimension et se module sur la réception, la réponse qu’en fait le bébé. En écho et en miroir se développe ce « parler bébé » qui est un aspect très particulier de la langue (le « babytalk » !) et qui, dans les meilleures conditions s’instaure entre la mère (ou son substitut) et l’enfant. La mère se penche sur son bébé, lui sourit, elle prend une voix douce, de timbre élevé, elle lui marmonne des « coucous », des petits mots tendres ; ses phrases courtes, articulées lentement, prennent une tonalité ascendante. Le bébé sourit, émet des sons, que la mère répète, comme extasiée, et le bébé à nouveau répète, module. Echo et miroir : l’enfant entend, répète, il lit dans le regard de sa mère, dans le miroir de ses yeux, cette joie intense qui est la sienne.

9Winnicott dira le premier, avec sa merveilleuse perception du lien mère-enfant, toute l’importance du miroir des yeux maternels dans le développement du bébé. Diatkine, lui, parlera d’illusion anticipatrice : cette attente positive, ce rêve maternel, qui fondent le devenir de l’enfant.

10Quelque chose se passe vers le deuxième mois : le bébé commence à émettre des vocalises et bruits buccaux de plus en plus variés ; et cela même quand il est tout seul, comme s’il jouait à fabriquer avec sa bouche les sonorités les plus fantaisistes ! Effectivement, il s’agit d’un jeu, que le bébé produit pour lui-même, pour son propre plaisir. Ce premier babil a été très étudié, et on s’est rendu compte que le bébé produisait des sons de toutes les langues, sans référence à la langue maternelle, des sons chinois aussi bien que tamouls, russes, ou anglais !… Et, tout aussi étonnant, les bébés sourds produisent également ces sons très variés. On en a conclu que ces jeux étaient essentiellement des jeux moteurs, où la boucle audio-phonatoire qui se mettra en place plus tard ne joue pas encore de rôle déterminant. Ces jeux buccaux dureront jusque vers 6 mois. À ce moment se produit un phénomène de déflation, puis de quasi extinction des productions vocales qui dure quelques semaines et étonne l’entourage. Le bébé oublie… peut-être pour toujours, qu’il fut potentiellement un polyglotte !

11Quand le babil revient, vers 7-8 mois, ce n’est plus tout à fait le même ; car il prend les caractéristiques de la langue maternelle, et des observateurs peuvent repérer dans quelle langue les bébés babillent : un bébé chinois n’aura pas le même babil qu’un bébé portugais, par exemple. Là, le « parler-bébé », entre la mère et l’enfant n’aura plus tout à fait les mêmes caractéristiques, car le bébé cherche à répéter, et la mère lui donne à entendre des syllabes redoublées, des onomatopées, qui serviront de base à son matériel linguistique, à son grenier phonologique, une réserve pour l’avenir où la boucle audio-phonatoire joue à plein son rôle. D’ailleurs, les enfants sourds profonds (ou sévères) n’accèderont pas à cette phase.

12Cette phase est appelée celle des lallations ; le bébé redouble ou triple les syllabes, avec les consonnes T ou D, P ou K (c’est l’âge des tatata...).

13Quelques mois plus tard, vers 11-12 mois, le bébé commence à émettre des syllabes redoublées intentionnellement. C’est l’âge où l’on guette le premier « mama » adressé réellement à la mère, et ce « m » dans presque toutes les langues du monde : mother en anglais, mutter en allemand, madre en espagnol et italien, meter en grec, ama, ima, etc.

14Souvent le schéma intentionnel des premiers « mots » émis est assez complexe, et s’accompagne de pointage, avec un lien entre mot, objet et intention. Je me souviens ainsi de cette petite-fille d’un an qui pointait du doigt avec beaucoup d’excitation la photo d’un attelage de vaches dans la neige, en disant « wa, wa » au moment où apparaissait la personne qui les lui avait montrées la première fois ! Elle avait repéré qu’il s’agissait d’animaux et n’avait qu’un seul terme, générique, pour les nommer : c’était le wa-wa. Mais il y avait ce schéma situationnel particulier qui déclenchait la production de ce « mot » et du geste de pointage, sa fierté et sa joie de montrer son nouveau savoir.

15À cette époque l’effet jubilatoire des premiers mots est évident. C’est ainsi que Freud fit une observation devenue célèbre à propos de son petit-fils : c’est le jeu de la bobine ; une bobine apparaît et disparaît, et le bébé accompagne la séparation-réapparition des mots devenus fameux : « fort-da », ce qui veut dire en allemand là-bas et ici. Le mot fait réapparaître la chose ; puis le mot présentifie l’objet au niveau de sa représentation mentale. Le mot sert d’objet transitionnel(terme proposé par Winnicott) entre le moi de l’enfant et le monde environnant. C’est l’entrée dans la fonction symbolique, rendue possible par l’existence d’une capacité de distanciation, de dé/fusion, où prend toute sa place le tiers séparateur (c’est-à-dire la figure paternelle), entre l’enfant et le tout-maternel. Cette place tenue par « le nom du père » dans le discours de la mère, sur laquelle ont insisté les psychanalystes, est capitale pour éviter que ne perdure une confusion préjudiciable au développement de l’enfant et à son accession au langage.

16Un peu plus tard, vers 16-17 mois, le bébé peut associer deux mots dans un contexte situationnel bien déterminé : tout le monde connaît le « papa-pati », que disent les bébés en voyant par la fenêtre partir leur père en voiture, et en lui faisant adieu de la main.

17C’est vers 18 mois qu’apparaît vraiment une explosion du langage : les mots deviennent plus nombreux, ils s’associent dans des « mots-phrases » élémentaires. Le bébé passe rapidement à une dizaine puis à une vingtaine de mots. Vers 2 ans, il possède souvent 100 à 200 mots, déjà reliés dans des ébauches de phrases, où manquent encore les mots de liaison, les déterminants...

18On considère habituellement que la grammaticalisation commence vers 2 ans et demi avec l’apparition des pronoms : souvent un seul pronom de type « i » pour signifier toutes les personnes. On considère qu’à 3 ans, il peut émettre des phrases élémentaires de 3 mots.

19Quand l’enfant a-t-il conscience de sa propre personne ? Quand peut-il dire « JE » ? Il est admis que la conscience de lui-même s’inaugure avec le stade du miroir défini par Lacan. Le bébé, entre 12 et 18 mois, se regarde dans un miroir et quelqu’un lui dit : « c’est toi Loïc ! » Le bébé, nommé et reconnu par l’entourage, prend conscience de sa propre image, prend conscience de l’unité de sa personne. Il se reconnaît. Mais ce n’est que plus tard qu’il pourra dire : « Loïc i veut… (ou) moi, veux »… Il n’est pas encore sujet de sa parole ; il est encore dans l’objectivation. Quand il peut dire « Je », vers 3 ans, il parle alors en son nom propre, en tant que Sujet. C’est l’entrée dans l’ » appropriation » du langage.

20Trois ans, c’est aussi l’âge du « NON » ; l’enfant s’affirme en disant « Je », mais en même temps, il s’installe dans un refus parfois systématique de tout ce que l’entourage lui propose ou lui impose. C’est une phase d’opposition, parfois difficile avec certains enfants, mais nécessaire, une phase d’exploration aussi où il fait ses premières expériences personnelles sur le monde environnant (à ses risques et périls !). C’est aussi une phase d’ouverture au monde environnant, une sortie de l’univers clos de la toute petite enfance.

Quelles rencontres fait-il, à ce moment-là, avec la langue ?

21Ce peut être justement une rencontre conflictuelle, faite d’injonctions et de contradictions : « fais, ne fais pas… touche pas… mange pas… ». Il serait dommage d’en rester là, car c’est au contraire l’âge où la rencontre avec les comptines, les petits livres pour bébés, les premiers contes, se révèle la plus fructueuse. Dans les comptines, il y a la répétition, la mélodie, la mise en lien du corps et de la parole, l’émerveillement du face à face, les jeux de doigts. Dans les petits livres, c’est la rencontre avec l’image, basique, en grand format, réduite à l’essentiel, mais avec généralement des couleurs vives, et qui raconte une histoire toute simple, comme celles qui arrivent quotidiennement au bébé. Dans les premiers contes, c’est l’appel fait à l’imaginaire, le passage direct du langage à la représentation mentale, c’est aussi un déroulement temporel qui s’instaure, dans une écoute où la mélodie et le bercement de la voix jouent un rôle contenant essentiel… Corps, espace, temps, sont ainsi introduits dans une langue toute simple, au cœur des mentalisations de l’enfant, où se créent des « enveloppes narratives », où il s’inscrit vraiment dans la langue, tout enveloppé des langes de soie du langage ! Ceci se fait idéalement, mais en réalité souvent assez mal, dans l’entourage familial, sûrement mieux à la crèche, au jardin d’enfants ou à l’école maternelle.

22Ainsi l’enfant enrichit son vocabulaire, sa compréhension du langage, et introduit dans son propre discours, des pronoms, des déterminants, des adjectifs, des circonstanciels, de lieu, de manière, de temps, des adverbes. Sa langue s’affine, et il procède souvent à cet âge par généralisations : ainsi, ayant capté quelque chose de la terminaison du passé simple, il pourra l’employer de manière systématique ; de même qu’il dit : il pleura, il dira aussi : il pouva, il pleuva, il disa, etc.

23Sur le plan phonologique, certains enfants, dès 3 ans, parlent à la perfection. Pour beaucoup d’autres, persistent des vestiges d’une articulation encore en devenir : les S et Z, les CH et J, sont parmi les phonèmes les plus souvent confondus en français. Parmi les consonnes occlusives, il arrive que le K et le G soient d’apparition tardive ; de même les groupes en R et L sont longtemps simplifiés. Entre 5 et 6 ans, tout de même, l’enfant arrive normalement à articuler tous les sons et groupes phonétiques de la langue française, avec leurs systèmes d’oppositions, ceci donc avant de se lancer dans l’apprentissage de la langue écrite.

24Il aura, à cet âge, bien assimilé les bases fondamentales de sa langue maternelle, on admet qu’il possède 1 000 à 2000 mots, parfois plus selon le milieu ; il sait manier le subjonctif, le conditionnel, le passif, les pronoms complexes, il est capable de construire un bref récit sur images ou sur lui-même… Mais revenons sur le problème de ce terme que je viens d’employer : la langue maternelle.

Qu’est-ce que la langue maternelle ?

25Est-ce la langue parlée par la mère ? la langue que transmet la mère ? la langue de l’entourage immédiat du bébé ? la langue maternelle existe-t-elle ? Rien d’évident à tout cela.

26Je vais vous donner un exemple : celui de l’écrivain Elias Canetti, que relate Daniel Heller-Roazen (Echolalies). Canetti était né en Bulgarie en 1905, dans un milieu où l’on parlait encore le « ladino », c’est-à-dire le judéo-espagnol. Sa mère lui parlait cette langue, mais il y avait également de jeunes bulgares qui, comme nurses, s’occupaient de lui et lui chantaient des berceuses en bulgare. Phénomène plus particulier : son père et sa mère s’étaient connus à Vienne, et la langue de leur intimité était l’allemand, langue à laquelle le petit Elias n’avait pas accès, mais qui avait pour lui tout l’attrait du mystère. Les circonstances de la vie firent que la famille Canetti dut émigrer en Angleterre en 1911. Elias apprit donc l’anglais que parlaient alors ses parents. Mais voilà que son père mourut peu après. Alors sa mère repartit avec lui à travers l’Europe. C’est ainsi qu’ils passèrent quelques temps à Lausanne (où l’on parlait français) avant de gagner Vienne. La mère d’Elias voulait qu’il arrive à Vienne avec déjà un bon niveau d’allemand, pour y être scolarisé sans problèmes ; aussi lui inculqua-t-elle cette langue avec l’énergie du désespoir, et d’autant plus de fougue que ç’avait été la langue de sa passion amoureuse. Avec des péripéties que je ne vous détaille pas, Elias apprit cette langue et lui voua un amour fou. Ce fut par la suite en langue allemande qu’il devint écrivain. Il va jusqu’à écrire : « c’est à Lausanne que je naquis à la langue allemande » !

27Quelle était dans ce cas la langue maternelle ? La langue qui avait été investie affectivement, amoureusement, par sa mère est probablement celle qui l’a le plus marqué, celle dans laquelle il voulut écrire, puisqu’il a le sentiment d’être « né » à cette langue comme s’il s’agissait d’une nouvelle langue des origines… Mais il raconte aussi que, plus tard, à Prague, entendant parler tchèque, il crut retrouver une langue ancienne et les sonorités de la langue des berceuses que lui chantaient les jeunes bulgares de son enfance, il lui semblait les comprendre sans qu’il ait besoin de traduction...

28Tout cela laisse songeur… En clinique, nous rencontrons ainsi des enfants qui ont apparemment complètement « oublié » une langue de leur enfance, qui s’est comme effacée de leur cerveau. Est-ce un phénomène d’oubli ou de censure ? Ces langues, dans un autre contexte, font parfois un retour inattendu. Ainsi il n’est pas exceptionnel de rencontrer des malades aphasiques, victimes d’un accident vasculaire cérébral (AVC) par exemple, qui se remettent à parler une langue de leur enfance, occultée, censurée peut-être, oubliée en tout cas depuis des décennies ! La langue et l’affectivité sont fortement liées. Je connais ainsi deux sœurs qui, se retrouvant, ne peuvent parler entre elles que le patois de leur enfance… prohibé par ailleurs !

29Le phénomène inverse peut se produire : ainsi Wolfson, l’étudiant en langues schizophrène, concentra toute son énergie à annuler la langue de sa mère, qui était l’anglais ; « tout sauf l’anglais » était devenu sa devise ! d’ailleurs le livre où il raconte sa douloureuse histoire (Le schizo et les langues, Gallimard, 1970) est écrit en français !

Écho et miroir de la langue maternelle...

30Il y aurait beaucoup à dire ! Le problème se pose fréquemment dans les cas d’immigration. Le plus souvent, la mère d’une famille immigrée possède mal le français, voire pas du tout, car elle sort peu de chez elle. Quelle langue va-t-elle parler à son enfant ? Sa propre langue, sans doute, mais avec culpabilité. Si elle possède quelques rudiments de français, elle pourra faire l’effort de lui parler en français, mais avec quelle peine, et le sentiment de ne jamais dire les petits mots tendres qu’elle avait elle-même reçus de sa mère… Certaines mères se font ainsi une obligation de parler français pour que leur enfant soit plus tard mieux intégré. D’autres par contre, dans la perspective de retourner ultérieurement dans leur pays d’origine privilégient cette langue. Donc, on le voit, les situations sont diverses et répondent à un sentiment d’exil vécu bien différemment selon les circonstances. Mais on peut dire qu’une langue mal investie ou surinvestie, véhiculant une part de secret des origines, peut avoir des effets néfastes sur le développement linguistique de l’enfant. Ainsi cette mère d’origine péruvienne, mariée à un Français, qui ne s’autorisait à parler espagnol à ses enfants que dans la salle de bains, et à l’insu de son mari. Son fils avait développé un retard de langage important et l’orthophoniste qui le suivait n’arriva à un déblocage de la situation qu’en découvrant ce déni et en valorisant l’espagnol. Ceci permit une vraie rencontre avec la langue… française.

31Echo et miroir… quand l’écho se brouille, quand le miroir se ternit… que devient l’enfant ? Que devient son accès à la langue ?

32Nous l’avons dit, l’enfant développe son langage en écho avec la langue de l’entourage, notamment la langue de la mère, partenaire privilégié, dans une boucle audio-phonatoire où les sons émis sont dans le même registre que ceux de la mère : c’est ainsi qu’au téléphone, on a souvent du mal à reconnaître la mère et la fille ! (nous avons tous fait cette expérience). Mais, quand la mère a un défaut de parole ou d’articulation, l’enfant capte et souvent s’approprie le même défaut. Je me souviens ainsi d’un petit garçon ayant un fort schlintement sur le S et le Z, que rien n’expliquait valablement ; mais sa mère, porteuse d’une fente palatine et d’un bec de lièvre avait exactement le même schlintement, explicable mécaniquement chez elle. Ce ne fut pas facile d’établir chez lui une articulation correcte : on voit quels étaient les enjeux !

33Le cas des enfants sourds est bien particulier. Nous l’avons vu, chez eux, le babil existe, mais il s’éteint rapidement pour ne plus revenir. En effet la boucle audio-phonatoire est inexistante ou brouillée. Le bébé voit le visage de sa mère s’animer, ses lèvres bouger ; il essaye d’imiter ses mimiques, mais sans pouvoir émettre de son adapté. Le diagnostic précoce, qui est fait le plus souvent actuellement, permet aux parents, certes traumatisés par ce handicap, d’adapter au mieux leur communication avec le bébé, par une langue gestuelle. La « langue des signes » n’est pas facile à apprendre ; certains parents y arrivent bien, pour d’autres c’est une épreuve redoutable. L’enfant rencontre alors une langue faite pour lui, une langue faite de gestes et de mimiques, qui a sa propre syntaxe (universelle) ; une langue qui lui permet, plus tard, d’accéder à la langue française écrite. Mais, heureusement, les surdités profondes sont rares, et actuellement les progrès des implants cochléaires apportent des améliorations inespérées.

34Beaucoup d’enfants seront par contre atteints d’hypoacousie, c’est-à-dire d’une surdité légère, temporaire, en liaison avec les fréquents troubles rhino-pharyngés de la petite enfance. Le message sonore est alors brouillé, déformé, et ce peut être préjudiciable dans l’apprentissage de la langue orale, comme plus tard de l’écrit. Il est nécessaire de dépister et de traiter précocement ces enfants afin de prévenir, autant que faire se peut, le retentissement sur l’acquisition de la langue.

35Autre est le cas des enfants chez qui fait défaut le miroir maternel : il est des mères offrant à leur enfant un miroir sans tain, c’est-à-dire, une absence de reflet, un regard qui le traverse sans s’arrêter sur lui. Des mères au regard absent, déserté de cette lumière qui fait vivre… cela existe. Une mère trop préoccupée, malheureuse, abandonnée ; une mère dépressive, cela n’est pas rare. L’enfant ne s’illumine plus du regard d’une mère et il se replie sur lui-même, ne communique plus.

36Des expériences ont été faites, notamment par le Pr. Montagner, qui filmait des relations mère-bébé ; expérimentalement, il demandait aux mères de s’abstenir de réagir, un certain temps, devant leur bébé ; et l’on voyait le bébé qui manifestait d’abord de la surprise, puis redoublait de sollicitations ; mais devant sa mère imperturbable, son visage rapidement se crispait et il se mettait à pleurer (L’expérience s’arrêtait là, heureusement ! !). Mais il existe un phénomène bien décrit autrefois par Spitz, qui l’appelait « hospitalisme ». Il s’agissait là de bébés privés longtemps de leur mère ; bien soignés physiquement à l’hôpital, mais qui n’avaient plus de sollicitations affectives : on s’aperçut que ces bébés dépérissaient. Je me souviens en avoir vu, autrefois, dans les services hospitaliers parisiens ; j’ai conservé en mémoire leur absence de regard, leur absence de sourire ; des enfants calmes, mais figés, qui n’appelaient plus et dont beaucoup mouraient. Ce fut un grand progrès de permettre aux mères d’accompagner leur enfant à l’Hôpital. Mais hélas, cela se manifeste encore de par le monde, là où règnent la guerre et la misère, où des enfants abandonnés sont regroupés dans des orphelinats-garderies avant d’être éventuellement adoptés.

37Le bébé a besoin, pour vivre, d’une irradiation de sourires, de l’immersion dans un bain de langage, de sollicitations tactiles, sonores, visuelles. Il a besoin de chants, de bercements, d’enveloppes narratives, de rencontres douces avec la langue pour se développer en harmonie avec l’entourage. Ainsi pourra-t-il peu à peu supporter l’absence, la distance, la frustration qu’accompagnent sa prise d’autonomie. L’appropriation de la langue sera le signe que la séparation s’est bien effectuée.

38En thérapie du langage, les enfants que nous rencontrons ont eu des lignes de faille, des brouillages, dans cette présence ; les échos, les miroirs, n’ont pas joué leur rôle incitatif. Chercher le sens de ces défaillances, recréer un lien, afin que puisse s’établir une séparation structurante là où régnait la confusion, telle est la tâche difficile des thérapeutes.

Il faut que la langue s’objective pour que le sujet puisse se l’approprier

39Car une rencontre en face à face avec la langue orale est nécessaire, non seulement dans la communication au quotidien, mais aussi dans l’épanouissement de l’enfant, et dans sa rencontre avec une autre dimension de la langue : l’écrit.

40On le sait, c’est hélas d’une banalité désarmante : beaucoup d’enfants (de plus en plus, dit-on...) sont handicapés dans l’acquisition de l’écrit comme dans leur réussite et leur insertion scolaire. Ce que l’on oublie de dire, c’est que cela est bien souvent en liaison avec un nœud de difficultés initiales dans les toutes premières relations avec la langue orale. Et l’on a vu combien cela joue de façon complexe, au cas par cas, pour des raisons de tous ordres.

41L’état fusionnel longtemps entretenu chez certains enfants, l’absence de tiers séparateur, réel ou symbolique, une représentation ambiguë de la langue, laissent l’enfant dans un état de confusion entre le moi et le non-moi, où la langue ne peut s’instaurer assez nettement comme objet transitionnel.

42La voix de la Nymphe Écho se perdait dans les collines… le visage de Narcisse se noyait dans son propre reflet… Ces mythes antiques traduisent la faillite de l’écho et du miroir si la langue orale reste repliée sur elle-même, sans valeur de communication : lui donner les ailes de Mercure pour la transformer en messagère de l’être, c’est en faire une « parole » porteuse.

43C’est la finalité de ces toutes premières rencontres avec la langue.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540