Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

La langue française : de rencontres en partages

 | 
Françoise Argod-Dutard

1re partie. Les rencontres des langues

Conclusion1

Full text

Créolisation et évolution, du latin au français

  • 1 Synthèse suggérée par les échanges entre le public et les intervenants.

1[G. Jacquin] Parler de créolisation est quelque peu anachronique et simplificateur : le terme le plus adéquat est certainement celui d’interlangue. Si j’ai repris ce mot, c’est qu’il permet quelquefois d’être mieux compris de certains linguistes. Et pour être plus exact, d’ailleurs, il faudrait parler, dans ce cas-là, de semi-créolisation. Si les romains ont laissé les gaulois libres de parler le gaulois ou d’adopter le latin, néanmoins, s’ils voulaient exercer certaines fonctions, ou obtenir des charges, il leur fallait apprendre le latin. L’emploi du mot « créolisation » est donc purement technique et désigne un mélange alors que l’évolution consiste parfois à conserver la syntaxe d’une langue et à utiliser le vocabulaire d’une autre. Or, dans l’évolution du latin au français, on n’a pas ce phénomène : il s’agit plutôt de confusions ou de rapprochements de mots. Devant les rares mots gaulois qu’on a pu trouver écrits, quelquefois, on a une hésitation, on ne sait pas si c’est du gaulois ou du latin, parce que des mots, comme altum et alto, medium, medio, par exemple, ont la même origine indo-européenne : il y avait en effet, dans le gaulois, des mots qui étaient très proches des mots latins. Les gens ont donc mélangé les deux. Aussi le terme technique qui conviendrait le mieux serait celui d’interlangue.

2[H. Walter et G. Jacquin] Le passage du lexique à la grammaire est un fait très intéressant de l’évolution de l’ancien français au français moderne. La négation en offre un bon exemple, les textes du Moyen Âge, par exemple du xii-xiiie siècle, emploient pour nier, « ne… point », « ne… pas », « ne… goutte », « ne… mie ». S’il est vrai qu’ils conservent leur valeur lexicale à cette époque, puisque ces substantifs sont associés au verbe de même sémantisme : « je ne couds point, je ne marche pas, je ne bois goutte, je ne mange mie »), ils tendent à la perdre au cours du moyen âge (plus rapidement dans le cas de « pas » et de « point ») et, au xvie siècle, à se figer après le verbe. Ce sont désormais des forclusifs qui n’ont aucune valeur sémantique sinon celle de négation absolue. Quant à « guère », d’origine francique, il voulait dire « beaucoup », et par conséquent « ne… guère » signifie « ne pas… beaucoup ».

Métissage et alternance des langues

3[E. Gardaz] Pour aborder le métissage des langues, je voudrais évoquer le cas d’un écrivain arménien que j’ai rencontré au cours de mes travaux et qui m’a beaucoup passionnée, un écrivain mort jeune, du nom de Jajoian. Il a écrit des œuvres de fiction, des poèmes, et également des essais. Il a réfléchi sur cette question du métissage des langues dans un court article qu’il intitule : « Langue d’émigration ou émigration de la langue. » Il y évoque la communauté arménienne qu’il a trouvée en France et, plus largement, la communauté russophone en général et pas seulement arménienne ; il y fait état du type de français parlé par les différentes vagues de l’émigration d’une façon absolument saisissante et montre que, pour beaucoup de ces émigrés, le métissage constitue une langue en soi. Il y a même, selon lui, des écrivains qui ont revendiqué une sorte de russo-français et ont publié des textes dans cette langue métissée. Il y a donc bien des travaux en perspective pour le chercheur qui s’intéressera aux conséquences linguistiques de cette émigration importante.

4[D. Morsly] Tous les locuteurs bilingues ou plurilingues mélangent, c’est une règle de la communication plurilingue ou unilingue. L’étude de ces mélanges que, dans le domaine des sciences du langage, on appelle l’alternance des langues, constitue une part très importante des recherches qui sont menées à travers le monde, la majorité des locuteurs étant plurilingue. Mais ceci ne veut pas dire qu’on mélange les langues dans toutes les situations. En fait, c’est un outil de communication qui permet d’exprimer toute une série d’effets communicatifs particuliers, notamment, dans les pays bilingues et plurilingues, l’humour, fondé sur le mélange des langues. Mais on peut aussi, dans certaines situations, ne pas mélanger. En didactique, toutes les études considèrent qu’il y a alternance dans l’apprentissage des langues étrangères mais qu’il y a aussi mélange de registres différents dans l’enseignement d’une même langue. Dans un pays comme l’Algérie, le Maroc ou la Tunisie où bilinguisme et plurilinguisme sont bien présents, si on écoute les gens parler, si on écoute les chaines de radio et de télévision, on est frappé par le passage constant d’une langue à une autre : l’arabe et le français ou l’arabe, le berbère et le français ou encore le français local et le français scolaire… Mais une question reste posée : comment prendre en compte institutionnellement les conséquences linguistiques d’une émigration constante?

5La position défendue par l’institution semble résumée par cette conclusion d’une étude publiée en 2008 par la DGLFLF : « en contribuant à une meilleure connaissance des langues de France mais aussi à leur développement créatif, l’action du ministère de la culture et de la communication illustre et soutient les grands choix de notre pays en faveur du plurilinguisme et de la diversité culturelle ». Les instructions européennes aussi sont favorables à un apprentissage plurilingue ou pluriculturel mais ce qu’on voit apparaître à l’heure actuelle, c’est en quelque sorte une contre-offensive par rapport à ces positionnements : il y a des mobilisations qui se font ici ou là et le réseau de sociolinguistique a reçu des offres d’un certain nombre de syndicats d’enseignants souhaitant intervenir dans les formations pour discuter de ces questions.

6[J.-L. Jaunet] Je suis né dans un quartier populaire de la région parisienne et il y avait déjà un bilinguisme : c’était entre l’argot et le français si ce n’est que l’argot s’arrêtait à la cour de récréation ou mieux, à la porte de l’école. Maintenant, ce langage en a franchi les portes et est arrivé dans la salle de classe où il est parlé constamment alors qu’il faudrait faire un effort, au contraire, pour apprendre aux élèves à parler une langue châtiée. Il y a donc eu une inversion totale des valeurs et des pratiques.

7[D. Morsly] Je pense qu’il faudrait observer les choses de plus près et vérifier d’abord cette hypothèse. Je crois qu’effectivement, il y a eu des franchissements, que ces variétés de français sont entrées dans la classe. Mais il faut aussi se poser la question de savoir ce qu’on en fait. Est-ce que la solution qui consiste à dire que ces variétés de français ne doivent pas être dans la classe est le meilleur chemin vers l’acquisition du français scolaire ? Ou bien est-ce qu’il y a d’autres modalités ? Je me rappelle, il y a quelques années déjà, alors que je faisais un cours sur ce qu’on a appelé, à un moment donné, les français branchés, que j’avais lu et raconté à mes étudiants une expérience tout à fait intéressante, manée par un enseignant confronté à ce problème. Il avait décidé de faire avec les élèves un dictionnaire de leur parler : ils ont donc relevé systématiquement les termes qu’ils utilisaient et en ont défini la signification, ils ont ensuite travaillé sur le dictionnaire ainsi constitué pour réfléchir aux variations entre leurs usages et le français normé de l’école… Son expérience a très bien marché sur le plan pédagogique mais n’a pas été très bien comprise des parents. Mais il y a sans doute des méthodes à mettre en place sur lesquelles il faut réfléchir davantage.

8[N. Kattan] Je suis très intéressé par ce discours parce que ma langue maternelle est l’arabe et que je vis au Québec. Au Canada, cela fait des siècles qu’on est confronté à ce mélange des langues. On veut lutter contre l’infiltration de l’anglais, visible et invisible dans le français parlé, par la création de synonymes, par ex. « courriel » pour email, « fin de semaine » pour week end. Mais, ce qui est le plus difficile c’est d’agir sur la syntaxe. L’école a fait évoluer le problème : les enfants y apprennent l’anglais et mélangent moins les deux langues. Quand on parle bien l’anglais, on réussit à mieux parler le français. En ce qui me concerne, par exemple, quand je suis allé en Algérie, j’ai parlé arabe, mais un arabe infiltré par le français et contrecarré par mon arabe natal du Moyen Orient.

9Mais l’important, c’est de ne pas mélanger les langues, pour être précis, pour dire ce qu’on veut dire. En tant qu’écrivain, je le dis toujours, pour parler une langue, il faut la connaître, il faut se battre avec elle, autrement, on est dans un « no man’s land », vous voyez je parle anglais…

10[D. Morsly] Je crois que le travail de création écrite n’est pas le travail de communication. Mais le passage à une autre langue peut servir à être plus précis. Des enquêtes ont montré qu’il y a d’autres fonctions de l’alternance, du passage d’une langue à une autre, dont une qui a souvent été étudiée en Tunisie, en Algérie auprès des lycéens à qui on demandait d’être enregistrés. On s’est aperçu qu’ils recouraient au français et non à l’arabe pour exprimer ce qui était de l’ordre du tabou. D’autres enquêtes ont révélé que la « drague », par exemple, s’effectuait en grande partie en français. Donc, l’alternance des langues n’est pas le signe d’une incapacité des locuteurs à ne pas maintenir distinctes les langues de leur répertoire. Ils jouent du contact des langues parce que cela leur permet d’obtenir des effets communicatifs particuliers. Par conséquent, ce qu’un projet pédagogique doit se fixer comme objectif, c’est de former linguistiquement les gens à la diversité des répertoires dans une langue ou dans plusieurs langues.

11[E. Gardaz] Je crois qu’il faudrait vraiment alléger le côté prescriptif de l’école et susciter chez les enfants l’envie de parler, par mille inventions pédagogiques dont les enseignants sont les champions. Ma deuxième remarque, c’est qu’il est important aussi que les langues existent dans leur distinction, parce qu’elles existent de fait, et que nous sommes tous redevables à l’immensité de la littérature dans toutes sortes de langues, à laquelle nous n’aurions jamais accès, s’il n’y avait pas un autre passage de langue à langue : le travail du traducteur. Il y a les deux : il y a le plurilinguisme et il y a cette richesse. Et je crois aussi que l’école est justement dans cette double exigence : certes, faire vivre la langue et l’ouvrir mais essayer aussi de donner envie aux élèves d’aller voir ce qui les a précédés et ce qui les côtoie dans l’immensité créative des littératures.

Notes

1 Synthèse suggérée par les échanges entre le public et les intervenants.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Terms of use: http://www.openedition.org/6540