Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La langue française : de rencontres en partages

 | 
Françoise Argod-Dutard

1re partie. Les rencontres des langues

Flux et reflux du français dans la langue russe

Elisabeth Gardaz

Texte intégral

  • 1 Lo Gatto nous apprend à ce sujet que les premières traductions de la Bible furent une singulière p (...)

1La langue littéraire russe est née avec Pouchkine. Avec Pouchkine, c’est-à-dire au début du xixe siècle. C’est là évidemment façon de parler, la Russie a une longue et riche histoire littéraire qui remonte à l’introduction de l’écriture qui coïncide elle-même avec la pénétration du christianisme via les innombrables traductions qui se succèdent depuis le xie siècle1. Vies de Saints, Chroniques, livres de piété à usage des clercs comme des laïcs vont longtemps côtoyer les somptueuses épopées de la tradition orale, jusqu’à ce que se dégage une littérature profane et que se constitue, tardivement, un répertoire de théâtre. Comment alors entendre cette formule devenue un véritable adage ? Sans doute en la replaçant dans le contexte historique.

2Les xviie et xviiie siècles, si ouverts aux courants européens, ont vu s’intensifier, paradoxalement, les écarts culturels, politiques et sociaux à l’intérieur du pays au point qu’il est redevenu exact de dire que l’on parle alors trois langues en Russie : le slavon, qui est la langue d’église, la langue des longs offices religieux que tous vénèrent mais à laquelle seul le clergé comprend encore quelque chose. Il y a la langue populaire parlée avec l’usage qu’elle affectionne des diminutifs et des proverbes et qui échappe en grande partie au statut écrit, il y a enfin la langue russe officielle, si bien frottée aux langues étrangères (le français et l’allemand avant tout) qu’elle en porte la marque dans des emprunts innombrables. À cela s’ajoute l’usage consacré du français à la Cour.

3Pouchkine est celui qui va rassembler ces langues – la langue officielle et la langue populaire principalement – mais l’événement imprévisible qui s’ensuit est que toute la Russie, peuple et noblesse, va adopter cette langue. La langue forgée par le poète, fondue au creuset de son œuvre, va constituer la langue de référence, la langue proprement nationale. Voilà aussi comment s’explique qu’il n’y a pas, en russe, de différence notoire entre langue littéraire et langue parlée.

4Je vais venir à mon sujet, à cette langue et aux dictionnaires qui l’hébergent mais je veux, avant, m’arrêter encore un instant sur l’ » événement » Pouchkine. Le « résultat linguistique » dont j’ai parlé, l’adoption par tous de la langue de Pouchkine, n’est rien, en effet, en regard de ce qu’apporte l’œuvre : un souffle de liberté, une grâce, une finesse de pensée qui n’ont pas fini de rafraîchir l’esprit, de le mettre en alerte.

  • 2 Je cite dans la traduction magistrale de Jean-Louis Backès.

5Voici deux strophes d’Eugène Onéguine pour donner le ton2 :

Je pourrais divertir vos yeux
En vous décrivant sa toilette
Et donner au monde savant
Un léger crayon de la mode ;
Mais décrire, c’est mon affaire.
Pourtant « pantalon, frac, gilet »,
Tous ces mots manquent à la langue.
Or j’avoue à ma grande honte
Que jusqu’ici mon pauvre style
N’est déjà que trop émaillé
De mots étrangers ; j’ai pourtant
Autrefois un peu feuilleté
Le dictionnaire académique.

Mais là n’est pas notre sujet.
Courons plutôt, courons au bal.
La voiture au triple galop
Y emmène notre Onéguine.
Devant les façades obscures,
Le long de la rue endormie,
Les lanternes des attelages
Jetant une lumière gaie
Font des arcs-en-ciel sur la neige.
Partout répandus, les lampions
Font étinceler le palais ;
On voit des ombres aux fenêtres,
On voit se profiler les têtes
Des femmes et des élégants.

6Après la plainte ironique et feinte sur les capacités de la langue, l’auteur nous a emportés d’un trait dans la beauté de la nuit d’hiver pétersbourgeoise. Pas de transition, une phrase a coupé court : cette légèreté abasourdit de justesse.

7Et voici une dernière strophe qui réveille d’autres timbres encore. Le portrait est celui de Tatiana :

Mais voici que parmi la foule
Courut un frisson, un murmure…
Une dame arrivait, suivie
D’un général assez en vue.
Rien de précipité en elle,
Ni froideur, ni verbosité,
Point de ces regards impudents
Qui semblent chercher le succès,
Point de ces petites grimaces,
De ces manières empruntées…
Tout en elle était simple et calme.
C’était l’image, le modèle
Du comme il faut (Pardon, Chichkov ;
L’équivalent me fait défaut).

8Mobile, ironique, léger et infiniment bienveillant, Pouchkine ébranle tous les codes. Il dit ce qu’il veut, quand il veut, et comme il veut, quitte à couvrir une demi-page de points de suspension pour signifier que la censure aurait bien pu passer par là.

9La langue, qui le porte et dans laquelle il écrit, importe moins, alors, que la parole qu’il délivre – à moins que les deux, ici, ne fassent qu’un et que ce soit cela, précisément, être poète : prendre à sa charge la liberté de dire et maintenir ainsi, d’un même mouvement, le langage et la parole dans leur plus haute fonction.

10Placer ma contribution à ces 4e Lyriades sous le signe de Pouchkine n’est pas coquetterie ou révérence obligée, c’est saluer une réalité décisive : Pouchkine est resté un repère précieux dans les turbulences du xxe siècle, il est demeuré, au milieu des tempêtes insensées, indestructible phare.

La langue russe : une langue ouverte et hospitalière

11Le xviiie siècle a si bien mis le français en usage que le russe bruisse de mots français sans le savoir :

Авенью, аллея, бульварь, пассаж, горизонт… (avenue, allée, boulevard, passage, horizon…)

12Le lexique du théâtre est presqu’intégralement français. Un collègue russe s’est amusé à le faire entendre par une petite mise en scène verbale que je vais vous lire en russe, en soulignant de la voix les termes qui nous intéressent. (Ne vous laissez pas troubler, ici ou là, par une terminaison liée à la déclinaison du mot. Le russe, comme l’allemand, a trois genres et des déclinaisons qui rendent la langue si souple, tonique et chantante.)

  • 3 Ce collègue, Yazgar Gaïdarov, professeur de français à l’Université de Kémirovo, que j’ai rencontr (...)

Мы собираемся в mеаmр, мы знакомимся с его репертуаром по афишам, покупаем билеты на премьеру спектакля, проходим черезфойе на балкон или впартер , ждём с нетерпеньем выхода изкулис на сцену актёров и актрис. Начался первый акт. Публикаоценивает костюмы актёров, мизансцену , вслушивается врепликки, диалоги имонологи персонажей пьесы. Раздаются аплодисменты , крики« браво ! ». Вот и первый антракт. Идём в буфет. Кто то берет бокал шампанского , кто то пирожноебезе3

13Lexique du théâtre donc, lexique de la mode – habillement et mets culinaires (суn, десерт, компот, менью… soupe, dessert, compote, menu…) – du mobilier et de l’agencement intérieur (бюро, паркет, шифоньерка, абажур… bureau, parquet, chiffonier, abat-jour…).

14Les mots français adoptés concernent toute la nomenclature des sciences (история, география, биология, химия, ботаника, философия… histoire, géographie, biologie, chimie, botanique, philosophie…), toute la terminologie de la rhétorique (риторика, литота, калембур, ассонанс… rhétorique, litote, calembour, assonance…)

15Tous ces mots « appartiennent » donc à la langue russe et figurent de longue date dans les dictionnaires.

16A cette adoption pure et simple, et encore audible, de lexiques très variés, s’ajoute l’adoption de termes moyennant une sorte d’ » estampillage ».

Pratiques d’estampillage

17Elles consistent principalement en suffixations, selon des principes propres aux verbes, aux substantifs ou aux adjectifs.

18Les linguistes grammairiens ont classé les verbes d’origine étrangère selon la suffixation qui leur a été adjointe. Ainsi peut-on reconnaître d’emblée ceux qui viennent directement du français par une suffixation simple (-оватъ,)  : стилизовать, организовать (styliser, organiser), et ceux qui ont transité par l’allemand et sont dotés d’une suffixation plus longue (ыровать, изировать, ицировать) : адаптировать, имитировать, реставрировать, драмат изировать, механизировать, импровизировать, классифицировать, м одифицировать… (adapter, imiter, restaurer, dramatiser, mécaniser, improviser, classifier, modifier…).

19Pour les substantifs, même allongement variable qui estampille toute une série de termes féminins en -ion : révolution, opposition, illustration, illumination (революция, оппозиция, иллюстрация, иллюминация). Pareillement les adjectifs font souche moyennant un légère touche russe : театральный, элегантный, модный… (théâtral, élégant, à la mode…).

20Cette adoption massive de mots français, moins fondus que coulés dans la langue russe, nous permettrait presque d’improviser une démonstration de traduction simultanée. J’emprunte encore une fois à mon jeune collègue une suite d’expressions qu’il a sélectionnées dans cet esprit ludique. J’inverse le jeu et vous invite à traduire : « monopoliser la production, former des partis politiques, stimuler la production, industrialiser la région, concrétiser le programme économique, minimiser les risques, informer le directeur… ». Vous avez, pour ainsi dire, parlé russe.

Les dictionnaires

21Mon premier projet comparatif reposait sur une idée simple et peut-être simpliste : au vu des fluctuations politiques, des changements de régimes, on verrait les dictionnaires éliminer tel ou tel pan du lexique et la langue française serait prise dans cette opération de « nettoyage ». Ceci est en partie vrai mais, dans les faits, les choses sont beaucoup plus complexes, avant tout à cause de la multiplicité des dictionnaires et de la variété de leurs fonctions. De cela je ne m’étais pas avisée. C’est donc le grand nombre de dictionnaires publiés à l’époque soviétique avec leurs fréquentes rééditions qui a finalement retenu mon attention à cause des phénomènes très inattendus que j’y ai rencontrés.

22Ma réflexion a ainsi bifurqué : j’ai délaissé la question des mouvements de flux et reflux du français dans la langue russe pour m’orienter vers la question de la fonction que le français a pu jouer dans la réalité russe. Ma méthode changeait aussi sensiblement : plus de grands relevés pour constituer de longues listes à comparer. Je procédai par examen détaillé des faits qui m’étonnaient.

Des présences surprenantes

23Le dictionnaire français-russe de Ganchina (1960) est le premier à réserver de grandes surprises.

24On y trouve des mots donnés pour français et qui n’existent pas en français : « cache-canon », « amiralissime », « câble-chaîne » (pour « chaîne-câble »). On y trouve aussi nombre de mots relativement rares et qui ne figurent en tout cas pas dans le Petit Larousse de 1968. Ainsi « cache-poussière », « cabre », « amure ». Ces phénomènes m’ont plus intriguée que l’absence de certains mots comme « cache-sexe », « cafardage », « cafouillis ».

25C’est évidemment en faisant des rapprochements, ceux qui viennent tout de suite à l’esprit, qu’on entrevoit, sinon les raisons, du moins les effets produits par ces étrangetés et la logique de leur fonctionnement. La savoureuse ronde de « cache-cache » correspond bien à la pruderie érigée en norme dans le monde soviétique. La création de l’ » amiralissime » fait entendre assez haut le signifiant « marine » que viennent soutenir les autres termes de ce champ lexical (amure, cabre, chaîne-câble). Mais le « cache-canon » m’intriguait et m’a donné envie d’aller explorer un peu plus loin mon hypothèse d’une inflexion insidieuse du français vers la « cause » soviétique.

Des choix orientés

26Trois pointages seulement faits dans le même dictionnaire.

27Le mot « défilé » (sur lequel nous aurons à revenir parce qu’il constitue aussi un gallicisme « дэфиле ») énumère successivement les sens suivants : I. adj. terme militaire désignant un terrain où tir et observation sont rendus impossibles par un masquage. II. subst. 1. revue militaire ; 2. procession ; 3. gorge.

28Est-il besoin de dire que Larousse inverse I. et II. et, dans son I., donne « gorge » en première position.

29Le mot « amour » donne en première application : « amour de la patrie », en seconde : « amour maternel ».

30Autour de « cabale », le dictionnaire retient « cabaler », « cabaleur » et « cabalistique ». Exit « cabaliste ». Ainsi se trouve systématiquement omise la référence à la mystique juive : l’adjectif est traduit par son exact équivalent « каббалистический », doublé de deux synonymes « secret » et « mystérieux ».

  • 4 La Petite Encyclopédie soviétique qui date de 1958 donne, en revanche, une définition tout à fait (...)

31Mais le choix de « cabaleur » vient à son tour renforcer l’omission en réduisant ostensiblement la portée du champ lexical. Le « cabaleur » est un « intrigant » et le mot russe sonne de façon péremptoire : « интриган ». Pour cabale, le dictionnaire distingue deux sens : 1. faction, sédition ; 2. bande, clique. La cause est entendue4.

Les dictionnaires entre idéologie et sauvegarde de la langue

32Nous nous trouvons au total devant deux mouvements concomittants : rétrécissement et orientation du champ lexical d’un côté, de l’autre, maintien, voire renforcement laudatif d’un champ (naval, ici, et militaire-patriotique). Ce deuxième mouvement, ce mouvement de maintien d’un lexique ouvert, constitue un fait sûrement plus important pour notre propos.

33Il ressort avec d’autant plus de relief du dictionnaire français-russe de Ganchina qu’il n’en va pas de même en sens inverse, quand on passe du russe au français. La navigation entre les langues y diffère singulièrement. Plus d’amiralissime dans le dictionnaire bilingue russe-français de Chtcherba (1959) (mais on y retrouve quelques-uns des termes techniques de la marine). Le « défilé » y est d’abord donné pour terme géographique, ensuite seulement militaire.

34Mais, le plus instructif pour nous, dans ce dictionnaire, est la tendance à la disparition des termes à forte charge culturelle étrangère.

35Ainsi, le « cabaleur », déjà réduit chez Ganchina au gallicisme « intrigant », disparaît complètement, « intrigant » étant renvoyé à… « intrigant ». Le même sort est réservé à « sommelier » (sur lequel nous reviendrons). Ganchina lui donne deux équivalents, dont le gallicisme « économe ». Chez Chtcherba, ledit gallicisme retourne à « économe ».

36On sait que les deux dictionnaires n’ont, par définition, pas le même usage et on ne s’étonne pas outre mesure de ces écarts. On est frappé néanmoins de voir comment, au niveau du lexique au moins, l’un a, bon an mal an, fonction de laisser entrer de l’étranger, là où l’autre se tient sur la défensive, surveille la frontière, s’en tient au connu.

37Il n’empêche. Alors que la répression était depuis longtemps première, alors que régnait la « logocratie » si bien démontée par Alain Besançon, alors que le pouvoir continuait de légifèrer tant et plus, de façonner et marteler le seul discours admis, les dictionnaires bilingues, étrangement, ont continué d’offrir des « réserves de liberté » par la seule présence des mots étrangers, même si ceux-ci constituaient un lexique passif, confiné, ou s’ils étaient, comme nous l’avons vu, profondément dévoyés de leur sens.

38On est en droit de se demander si les philologues, linguistes et experts en différents domaines n’ont pas fait subrepticement acte de résistance inaperçue en concevant ces dictionnaires.

39Deux dictionnaires le donnent particulièrement à penser : le Dictionnaire des mots étrangers de 1964 et le Dictionnaire phraséologique franco-russe de 1963.

40Le premier aligne des listes impressionnantes de mots que nous reconnaissons comme issus du français, mais la « ruse » de l’auteur, Pétrov, consiste à préciser, pour chacun, son origine : ils sont ainsi plus souvent renvoyés au latin ou au grec qu’au français. Leur identité, ainsi déclinée, ne constitue plus menace.

41Le voile du lointain posé sur la langue et les œuvres semble avoir effectivement permis l’existence de « l’autre » à l’intérieur d’un monde qui avait prétendu l’éradiquer. Dans une interview récente à la radio, à Moscou, l’écrivain Efimov racontait comment il avait renoncé à son projet d’entrer à la faculté de Lettres et Littérature pour s’épargner le discours idéologique de rigueur et parce qu’il n’aurait jamais pu, disait-il, dispenser longtemps l’enseignement officiel requis. Il avait opté pour des études technologiques qui lui laissaient tout loisir de lire « ce qui demeurait lisible », à savoir : les auteurs de l’Antiquité. Des années durant, il avait dévoré, précisait-il avec humour, tout ce qui a été écrit avant la naissance du Christ.

42Quant au dictionnaire phraséologique, c’est un puits de science, un modèle de méthode et, pour notre propos, un vivier inestimable de langue française. Les auteurs y ont travaillé à partir de l’étude de la littérature classique et contemporaine (d’accès par ailleurs interdit) et à partir de pas moins de cinquante dictionnaires phraséologiques, raisonnés, ou anciens (pour la littérature des xviie et xviiie siècles).

43À défaut d’entreprendre une lecture diachronique fine de ces publications que j’ai finalement laissée de côté, notons que les dictionnaires que j’ai finalement retenus appartiennent tous à l’embellie de l’époque de Khrouchtchev, comme si le « dégel » des années cinquante-quatre/soixante-neuf avait permis cette floraison intense d’outils donnés simplement pour linguistiques et savants.

44Quittant les dictionnaires, je ferai maintenant un bond dans le présent et le russe actuel qui n’échappe pas à la règle commune des emprunts débridés à tout ce qui se présente, sans distinction de provenance. L’anglais américain est évidemment roi mais le français fait comme résurgence sur un mode assez étonnant. C’est à une petite excursion au cœur des gallicismes fortement en usage que je vous convie pour finir ce survol et cette réflexion.

De quelques gallicismes dans la langue contemporaine5

  • 5 J’emprunte l’essentiel de mes informations à un article que m’a communiqué Yazgar Gaïdarov mais do (...)

45Parmi les mots à la mode dictés par la conjoncture, une place de choix revient à tout le vocabulaire lié à l’usage de l’ordinateur. Il s’agit d’un lexique principalement anglais avec, soudainement, ce gallicisme « резьюме » (« résumé »). Ce mot, entré depuis longtemps dans la langue au sens de « bilan de ce qui a été dit ou écrit » et figurant avec ce sens dans tous les dictionnaires raisonnés, a pris, dans la Russie post-soviétique, le sens particulier de « texte énumérant les emplois professionnels ou états de service et autres données d’un chercheur d’emploi », en somme le sens de С. V., à ceci près que, marque des temps, le résumé comporte même le montant du salaire souhaité. Le mot donne lieu à réclames : « un bon résumé, c’est la voie du succès ! » et à brochure explicative : « Trente minutes pour la préparation d’un résumé dans les recherches d’emploi. »

46Ce qui a trait à la mode, au prestige, emprunte au français. Ainsi « дефиле » (« défilé »), et « бомонд » (« beau monde »).

47Le premier de ces gallicismes désignait à l’origine un défilé de mode puis il est entré dans des associations multiples : « parade-défilé », « gala-défilé », « défilé-show », pour donner lieu à des annonces linguistiquement aussi excentriques que ces « Тридцать дефиле Russian Fashion Week сезона осень/зима 2003 2004 » « Trente défilés de la Semaine de la Mode Russe pour la saison automne/hiver 2003-2004 ». L’annonce, vous l’entendez, mêle allègrement gallicisme, russe et anglais. Le terme est aussi entré dans une expression originale « народное дефиле » (« défilé populaire ») qui désigne une soirée dans un club où les participants, quels qu’ils soient, peuvent monter sur le podium dans la tenue spécialement conçue pour être présentée en public.

48Le second gallicisme, devenu en russe un seul vocable, que je transcris « Bomonde », pour lui conserver ce caractère de préciosité et artifice, figurait dans les dictionnaires de lexique ancien, suivi de la mention « caduc », mais il avait disparu des dictionnaires raisonnés, et visiblement pas seulement à cause de son archaïsme. Lui qui désignait une réalité étrangère, voire ennemie, si marquée, le voilà aujourd’hui l’un des mots les plus usités dans la langue.

49Il existe une Encyclopédie du Bomonde, on organise des concours de Miss Bomonde. Dans les magazines et les journaux, on parle du Bomonde moscovite et petersbourgeois qui se presse chez tel artiste. On a pu lire dans le Journal indépendant du 24 mars 2001 : « le Bomonde russe s’est battu en l’honneur de Poutine » (il s’agit du tournoi de judo – Gmono de soie – qui a eu lieu en l’honneur du premier anniversaire de l’élection de Poutine). Le mot se répand, entre dans les combinaisons les plus larges : le Bomonde du pétrole, le Bomonde de l’automobille, de la boxe, de l’art, « Soirée-gala-bomonde » jusqu’à produire les alliances les plus baroques tels « le bomonde yakoute » ou l’extravagant « Bomonde mondial de la mode ».

50Parmi les autres mots français revenus dans le russe, mention spéciale doit être faite de « сомелье » (sommelier) et « рантье » (rentier) parce qu’ils donnent lieu à une distanciation qui nous intéresse.

51Sommelier est aujourd’hui une des professions les plus à la mode. L’ » Association russe des sommeliers », qui s’est créée en 2001, compte déjà cent vainqueurs aux concours internationaux de sommeliers. Tel journal surenchérit « des sommeliers de talent rapportent 40 % de gain supplémentaire aux propriétaires de restaurants ». Si fréquent soit-il, le mot est encore souvent suivi de son explication, « spécialiste en vins », ce qui dit la jeunesse de son retour dans la langue. Il ne pouvait guère trouver place à la période soviétique « où la pénurie était la règle », commente l’auteur de l’étude à laquelle j’emprunte, « ni dans les années 80 quand Gorbatchev menait sa compagne anti-alcoolique ».

52Sous ce ton faussement laconique qui emboîte le pas au triomphe d’une profession, perce un humour acerbe qui renvoie dos à dos la doxa récente et l’actuelle. On l’entend aussi dans cette remarque que l’auteur relève dans la revue « Энотика » (Œnologie), en mars 2003 : « autrefois, en Russie, il y avait moins de sommeliers que de cosmonautes ».

  • 6 Allusion au fait que, comme les écrivains les mieux reconnus, les membres de l’Académie des Scienc (...)

53Le retour du mot rentier témoigne lui aussi de l’écart si subitement advenu entre le monde soviétique et le monde actuel. Le mot bascule, à l’occasion, au service de la satire, fût-elle désabusée. Dans le Journal indépendant du 19 décembre 2002, sous le titre « Comment devenir rentier », l’humoriste Kryssine donne la recette qui suit : « Tu habites dans l’appartement de ton père, la datcha de ton grand père académicien, tu la loues pour deux-trois mille dollars par mois – et te voilà rentier, pas plus malin que ça6. »

Frontière ouverte

54Ainsi l’usage exubérant des gallicismes dans le russe actuel reflète à souhait l’exubérance et l’enrichissement sans limite d’une nouvelle classe sociale. Mais nous ferions fausse route si nos observations nous conduisaient à cette seule conclusion.

55Le heurt des champs lexicaux est de longue date l’outil préféré des satiristes, parodistes et humoristes. L’alliance d’un terme du lexique livresque – désuet ou recherché – et d’un mot du registre oral – en partie familier – est une façon d’éveiller l’attention de l’auditeur ou du lecteur. « Бонжур мосье Горбачев ! » (Bonjour monsieur Gorbatchev !) titrait un journaliste de la Komsomolskaïa Pravda en juillet 1989 et le lecteur avait d’emblée la teneur, critique, de l’article qui rendrait compte des annonces de visites, contacts, échanges entre les deux pays.

56Il serait intéressant d’aller voir de près ce que font les écrivains et hommes de lettres contemporains à cet égard, comment ils jouent du français dans le russe. Les publicistes, les journalistes, eux, semblent s’adonner moins à des jeux de mots qu’à des « jeux de langue ».

57La présence du français dans la langue russe pourrait ainsi avoir, par vieille tradition, valeur métaphorique, dans sa fonction tout à la fois de représenter un ailleurs et de signifier un écart insurmontable, sans lesquels penser n’est possible dans aucune langue.

Notes

1 Lo Gatto nous apprend à ce sujet que les premières traductions de la Bible furent une singulière prouesse puisque les langues slaves méridionales ne possédaient pas d’écriture. À l’origine du russe écrit il y a donc création d’une langue par emprunts et alliance de plusieurs langues.

2 Je cite dans la traduction magistrale de Jean-Louis Backès.

3 Ce collègue, Yazgar Gaïdarov, professeur de français à l’Université de Kémirovo, que j’ai rencontré à Moscou en janvier, au XVIIe Séminaire de Langue Française de l’Association russe des Professeurs de français, se passionne pour l’étude comparée des langues. Il m’a généreusement communiqué plusieurs articles dans lesquels j’ai puisé abondamment. Je le remercie ici très chaleureusement.
Peut-être un jour pourrait-il être l’hôte des Lyriades.
Je traduis sa petite mise en scène linguistique :
Nous décidons d’aller au théâtre, nous prenons connaissance du répertoire par les affiches, nous achetons des billets pour la première du spectacle, nous passons par le foyer pour aller au balcon ou au parterre, nous attendons avec impatience que les acteurs et les actrices sortent des coulisses en entrent en scène. Le premier acte a commencé. Le public apprécie les costumes des acteurs, la mise en scène, prête l’oreille aux répliques, aux dialogues et monologues des personnages de la pièce. Éclatent les applaudissements, on crie « bravo ! ». Et voilà le premier entr’acte. Nous allons au buffet. L’un prend une coupe de Champagne (littéralement : un « bocal »), l’autre un gateau « baiser »…

4 La Petite Encyclopédie soviétique qui date de 1958 donne, en revanche, une définition tout à fait précise et fait expressément référence au judaïsme.

5 J’emprunte l’essentiel de mes informations à un article que m’a communiqué Yazgar Gaïdarov mais dont il ne m’a pas donné le nom de l’auteur.

6 Allusion au fait que, comme les écrivains les mieux reconnus, les membres de l’Académie des Sciences recevaient une datcha comme bien propre. Contrepartie de cette largesse, pour chaque corps, les datchas étaient sises en un même lieu et donc, au su de tous, sous haute surveillance.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540