Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La langue française : de rencontres en partages

 | 
Françoise Argod-Dutard

1re partie. Les rencontres des langues

L’affirmation du français : rencontres et partages

Henriette Walter

Texte intégral

1Si le xvie siècle apparaît comme celui de l’affirmation du français, c’est qu’il vient après une époque d’hésitations aussi bien sur le plan des prononciations, hautement diversifiées et fluctuantes, que sur celui de l’écrit, encore sous l’emprise du latin. Jusqu’à la fin du xve siècle, non seulement l’enseignement se faisait encore en latin, mais seul le latin était considéré comme digne de diffuser la science.

2C’est avec le xvie siècle naissant qu’émerge une nouvelle conception de la place que pourrait tenir la langue française, une langue qui va bientôt non seulement acquérir droit de cité dans le monde judiciaire et littéraire, mais qui va pouvoir se répandre dans tout le royaume. Et une date vient immédiatement et tout naturellement à l’esprit : 1539, celle de l’Ordonnance de Villers-Cotterêts.

Le français face aux dialectes

3Mais ne nous y trompons pas, ce n’est pas encore la victoire définitive du français. L’Ordonnance de Villers-Cotterêts prenait en considération la situation linguistique de la France, où la diversité dialectale régnait sans partage, tout au moins dans les communications orales.

  • 1 Brun Auguste, Recherches historiques sur l’introduction du français dans Les provinces du Midi, 192 (...)

4En fait, même à l’écrit, le français mettra longtemps à s’imposer : en Languedoc, par exemple, les chartes rédigées en langue vulgaire d’oc existaient depuis le xiie siècle1

5Si le latin avait déjà un peu reculé dans les écrits administratifs à partir du xive siècle, ce n’était pas pour être remplacé par le français, mais précisément pour favoriser les écrits officiels en langue d’oc, qui seront encore omniprésents à l’aube du xvie siècle dans la plupart des provinces du Midi.

  • 2 Brun Auguste, Recherches historiques (réf. note 1), p. 382, ainsi que Brun Auguste, La langues fran (...)

6La même résistance s’y manifestera également dans le domaine de la poésie, grâce en particulier à un concours poétique, destiné à perpétuer les traditions des troubadours, qui avait été institué au début du xive siècle, pour récompenser des œuvres en langue d’oc, dans le cadre du « Consistoire du Gai Savoir ». Au xvie siècle, cette institution admettra des poèmes en langue française, tout d’abord en concurrence avec la langue d’oc, puis en exclusivité. Devenue l’« Académie des Jeux Floraux » sous Louis XIV en 1694, elle favorisera ensuite la langue française jusqu’à la fin du xixe siècle (1895), date à laquelle elle redeviendra bilingue2.

L’Ordonnace de Villers-Cotterêts

7C’est parmi les dispositions prises pour l’organisation de la justice que deux articles de l’Ordonnance de Villers-Cotterêts sont consacrés à l’usage de la langue, afin d’éviter les interprétations erronées des jugements chez une population qui ne comprenait plus le latin :

Art. 110. Et afin qu’il n’y ait cause de douter sur l’intelligence desdits arrests, nous voulons et ordonnons qu’ils soient faits et escrits si clairement, qu’il n’y ait ne puisse avoir aucune ambiguïté ou incertitude, ne lieu demander interpretation.
Art. 111. Et pour que de telles choses sont souuent aduenues sur l’intelligence des mots latins contenus esdits arrests, nous voulons d’ores en auuant que tous arrests, ensemble toutes autres procedures, soient de nos cours souueraines et autres subalternes et inferieures, soient de registres, enquestes, contrats, commissions, sentences, testamens, et autres quelconques actes et exploicts de justice, ou qui en dependent, soient prononcez, enregistrez et delivrez aux parties en langaige françois et non autrement.

8Ce qui fait de 1539 une date symbolique, c’est que jusqu’à cette date, la compétition avait été entre le latin et les multiples langues vulgaires, et non pas entre le latin et l’une d’entre elles, le français. Déjà 49 ans auparavant, Charles VIII avait, en 1490, ordonné de mener les enquêtes et l’instruction de tous les procès soit en français, soit en langue vulgaire. En juin 1510, Louis XII avait aussi promulgué une ordonnance contre l’emploi du latin, tout en précisant que c’était au profit de toutes les langues régionales :

Ordonnons que doresnavant tous les proces criminels et les dites enquestes, en quelque manière que ce soit, seront faites en vulgaire et langage du pays autrement ne seront d’aucun effet ni valeur.

9François Ier lui-même avait, en 1531 – huit ans avant Villers-Cotterêts – confirmé cette disposition aux Remontrances des États du Languedoc :

Les trois Estats de nos pays du Languedoc nous ayant humblement fait dire et remontrer que les dits notaires escripvoient en latin et autre langage que de ceux qui font lesdits contracts et dispositions, ordonnons et enjoignons auxdits notaires passer et escripvre tous et chacun en langage vulgaire des contractants.

10On voit donc que seul le latin était visé, mais on constatera plus tard, par un effet pervers, que sans être directement mis en cause, tous les autres idiomes de France souffriront de cette décision et perdront du terrain.

Le français face au latin

11Jusque-là, le latin tenait incontestablement le haut du pavé. Depuis des siècles, à l’école, les enfants apprenaient le latin, et si chacun parlait son propre dialecte, ceux qui savaient écrire le faisaient en latin.

12Mais avec la création en 1530 du Collège des trois langues (hébreu, grec, latin), parmi lesquelles le français ne figurait pas, et qui est ensuite devenu le Collège de France que nous connaissons aujourd’hui, le bastion du latin va lentement s’écrouler car un certain nombre de professeurs, dont Ambroise Paré, fondateur de la chirurgie moderne, y dispenseront leur enseignement en français.

  • 3 Cité par Condeescu N. N., Traité d’histoire de la langue française, Bucarest, Editura didactica° Si (...)
  • 4 Cités par Clerico Geneviève, « Le français au xvie siècle », dans Chaurand Jacques (dir.), Nouvelle (...)

13C’était enfin reconnaître que la langue française était apte à transmettre la connaissance, non seulement en médecine, mais également dans la plupart des matières scientifiques. On ose dès lors écrire en français des ouvrages aussi savants que L’Arithmétique abrégée (Fustel, 15883) ou Arithmétique (Estienne Forcade, 1556), ou encore Arithmétique et géométrie (Estienne de la Roche, 15384).

14En géographie, on doit citer en particulier le Bref recit de la navigation faicte es isles de Canada de Jacques Cartier (1545).

15L’astronomie, et surtout l’astrologie, n’étaient pas en reste. Les « prédictions » de Nostradamus ont été écrites en français (1555).

  • 5 Brunot Ferdinand, Histoire de la langue française des origines à nos jours, tome II, Le xvie siècle(...)

16La géologie et la chimie en langue française sont l’œuvre de Bernard Palissy, mais la physique reste encore presque totalement sous l’emprise du latin5.

17L’année 1549 est enfin celle de la Deffence et illustration de la langue française de Joachim Du Bellay, à la fois manifeste de la Pléiade – créée officiellement en 1553 par Ronsard, du Bellay, Antoine de Baïf, Pontus de Tyard, Jodelle, Belleau, Peletier du Mans -, et prélude au succès du français qui, pour les œuvres d’imagination, sera total à la fin du siècle, sans toutefois éliminer le latin pour les ouvrages scientifiques.

Le français et la grammaire

18Si le français avait ainsi gagné l’estime des plus grands poètes et écrivains du temps, qui l’avaient préféré au latin, il avait aussi suscité l’intérêt des grammairiens et des lexicographes.

19C’est en 1530 que paraît le premier ouvrage consacré à la langue française, Lesclarcissement de la langue française, mais en anglais. Il s’agissait plus exactement d’un dictionnaire anglais-français qui était en même temps une première tentative d’élaboration d’une grammaire du français. Son auteur, John Palsgrave, diplômé des universités de Cambridge et de Paris, était le précepteur de la sœur du roi d’Angleterre Henry VIII, Mary, à qui il devait enseigner la langue de son futur époux, le roi Louis XII de France.

20L’année suivante (1531), paraît une autre grammaire du français, mais cette fois rédigée en latin, par Jacques Dubois, dit Sylvius.

21Et il faut attendre le milieu du xvie siècle pour qu’enfin existe une grammaire du français, en français, par Louis Meigret.

22C’est à cette époque que se fixe la double négation, particulière à la langue française, sous la forme ne… pas ou ne… point, alors que seule la forme simple (non ou ne), remplissait cette fonction au Moyen Âge.

23Déjà depuis longtemps, on avait pris l’habitude de faire suivre le verbe à la forme négative par un complément spécifique, en accord avec le sémantisme du verbe : avec le verbe marcher, par exemple, cela pouvait être pas (il ne marche pas = « il ne fait pas un pas »), mais le complément était différent avec d’autres verbes : par exemple il ne voit point, il ne boit goutte, il ne mange mie, et même il ne moud grain.

24Dès le Moyen Âge, et surtout à partir du xve siècle, pas et point deviennent de plus en plus fréquents et tendent à éclipser progressivement les autres compléments, goutte, grain ou mie, qui néanmoins subsisteront encore sporadiquement chez quelques écrivains au xvie et au xviie siècle.

25Le xvie siècle marque donc un passage du lexique à la grammaire, plus exactement d’un choix lexical diversifié en fonction du verbe employé, à une forme grammaticale unifiée. De nos jours, on constate qu’un pas de plus a été franchi puisque aussi bien pas que point n’ont pas gardé leur sens étymologique : ils ne font que renforcer la négation, et l’on va jusqu’à purement et simplement supprimer l’élément négatif originel dans les usages parlés familiers, où je sais pas s’entend beaucoup plus souvent que je ne sais pas.

La prononciation du français au xvie siècle

  • 6 Meigret Louis, Le tretté de la grammaire frnaçoeze, Paris, 1550 Genève, Slatkine Reprints, 1970.

26C’est grâce à cette grammaire de Meigret que nous pouvons nous faire une idée de la prononciation du français au xvie siècle, en particulier en ce qui concerne la prononciation des consonnes en position finale de syllabe : de façon systématique, aucune syllabe finale ne se prononçait à moins d’être suivie par une voyelle, d’où la règle des liaisons telle qu’on la trouve formulée dans cet ouvrage : « À la fin du mot nous écrivons mais ne prononçons pas l’s ou les autres consonnes, excepté lorsqu’elles sont suivies d’une voyelle, ou placées à la fin d’une phrase6. »

27De nos jours, cette belle régularité n’existe plus car, vers le milieu du xvie siècle, des exceptions commencent à apparaître, à l’instigation des grammairiens, qui préconisent de réintroduire quelques consonnes finales, mais sans régularité. Si l’Infinitif en -er s’est en effet prononcé sans /-r/ final, les verbes en -ir ou -oir ont récupéré leur /-r/ : on dit chanter sans prononcer le -r final, mais partir et pouvoir en prononçant ce même -r final.

  • 7 Cf. Martinet André et Walter Henriette, Dictionnaire de la prononciation française dans son usage r (...)

28Mais la consonne /r/ n’est pas la seule en cause et, de nos jours, on hésite souvent à prononcer ou non les consonnes finales de persil ou sourcil, de but ou fait, de exact ou suspect7.

L’enrichissement lexical venu d’ailleurs

29C’est aussi au xvie siècle qu’une partie du lexique français se trouve pour la première fois réunie sous la forme d’un dictionnaire, dans le Dictionnaire françois-latin (sic) de Robert Estienne, mais le latin y tient encore une place prépondérante. Il est vrai que la langue française puise encore très abondamment dans le fonds latin pour renouveler son vocabulaire. Mais ce qui frappe le plus les contemporains, c’est surtout l’afflux de vocabulaire venu d’ailleurs, et en particulier de l’italien.

30A la faveur du prestige de la Renaissance italienne, qui a eu pour effet de multiplier les séjours de nombreux écrivains français en Italie, et d’artistes italiens à la cour de France, une véritable vogue de l’italien se répand en effet au xvie siècle, appuyée par les échanges commerciaux et le développement des premiers réseaux bancaires.

31L’apport lexical de l’italien dans la langue française a été si massif, à cette époque et par la suite, qu’on ne pourra que l’illustrer par quelques exemples montrant que tous les domaines étaient touchés : les mots de l’art et de l’art de vivre, ceux de la table et des vêtements, des armes et de la guerre, de la banque et du commerce...

  • 8 Walter Henriette et Walter Gérard, Dictionnaire des mots d’origine étrangère, Paris, Larousse, 1992 (...)

32Voici, pêle-mêle, quelques exemples de mots français venus de l’italien à cette époque8 :

alerte, chamade, bataillon, escadron, escorte, casemate, fleuret, cartouche, coutelas, escopette, gourdin, pertuisane, duelliste, fantassin, soldat, sentinelle, cavalcade, débandade, désastre, carnage, saccager, escampette, escapade,
concert, concerto, trio, ballet, bémol, conservatoire, contrebasse, épinette, sourdine, air (musique), fugue (musique), intermède, adagio
bas-relief, balustre, coupole, corniche, belvédère, esplanade,
arcade, architrave, cannelure, façade, parapet,
appartement, antichambre, douche, corridor, carpette,
anchois, brocoli, citrouille, macaron, saucisson, polenta, ravioli, vermicelle, bocal, camisole, caleçon, capeline, ombrelle, capuchon, escarpin,
artisan, guillocher, mosaïque, clair-obscur, figurine, esquisse, ombrer,
escompte, défalquer, escroquer, banqueroute,
boussole, frégate, môle, escale, trajet, noliser,
batifoler, briller, contourner, débarrasser, voltiger.

33L’influence de l’italien ne s’est pas manifestée uniquement sur des lexèmes nominaux figés, puisque de nombreux verbes ont prospéré en français et que quelques suffixes italiens figurent en français en bonne place dans des formes dérivées. Par exemple, le suffixe augmentatif -one, devenu -on en français, se reconnaît dans ballon, carafon, ou escadron, et le suffixe -ello, -ella, à la fois diminutif et avec une connotation favorable, devenu -elle en français, se retrouve dans une grande série de mots désormais français, comme ombrelle, violoncelle, balancelle, citadelle, filoselle ou ritournelle.

34Ce suffixe italien a pour équivalent espagnol -illo, Alla, qui se reconnaît aussi dans de nombreux mots français venus de l’espagnol, comme cochenille, jonquille, pastille, ou peccadille, empruntés à l’espagnol au xvie siècle, en même temps qu’était introduite la cédille dans l’orthographe du français. Le signe graphique de la cédille et le mot pour le désigner ont tous deux été empruntés à l’espagnol, mais la cédille n’existe plus en espagnol.

  • 9 Argod-Dutard Françoise, « Des graphies à “l’orthographie” : une normalisation contraignante », dans (...)

35D’autres innovations orthographiques auraient pu être évoquées ici, mais un exposé très suggestif en avait été présenté aux 3e Lyriades, en 2006, par Françoise Argod-Dutard9.

Le xvie siècle, époque bénie pour la langue française

36À l’issue de ce bref exposé sur l’état et le développement du français au xvie siècle, force est de regretter que l’on n’ait pu qu’effleurer la multiplicité des problèmes à résoudre pour l’enrichir en puisant à la fois dans ses propres réserves tout en bénéficiant d’emprunts aux langues anciennes et aux langues voisines.

37En prenant appui sur quelques exemples parmi beaucoup d’autres, on a seulement voulu montrer que l’époque avait donné libre cours à la création et à l’innovation sous toutes ses formes, afin qu’en s’affirmant dans tous les domaines, le français puisse s’épanouir en une langue capable de tout exprimer et de tout expliquer, sans se préoccuper de fixer une norme.

38Ce sera la mission du siècle suivant, qui sera celui de la création de l’Académie française et de la recherche du « bon usage ».

Notes

1 Brun Auguste, Recherches historiques sur l’introduction du français dans Les provinces du Midi, 1923, rééd. Genève, Slatkine Reprints, 1973, 505 p., p. 27 et 31.

2 Brun Auguste, Recherches historiques (réf. note 1), p. 382, ainsi que Brun Auguste, La langues française en Provence, de Louis XIV au Félibrige, Marseille, 1927, rééd. Genève, Slatkine Reprints, 1972, 167 p.

3 Cité par Condeescu N. N., Traité d’histoire de la langue française, Bucarest, Editura didactica° Si pedagogica, 1975, 454 p., p. 200.

4 Cités par Clerico Geneviève, « Le français au xvie siècle », dans Chaurand Jacques (dir.), Nouvelle histoire de la langue française, Paris, 1999, 816 p., p.185.

5 Brunot Ferdinand, Histoire de la langue française des origines à nos jours, tome II, Le xvie siècle, éd. de 1967, Armand Colin, notamment ch. V et VI, p. 36-61.

6 Meigret Louis, Le tretté de la grammaire frnaçoeze, Paris, 1550 Genève, Slatkine Reprints, 1970.

7 Cf. Martinet André et Walter Henriette, Dictionnaire de la prononciation française dans son usage réel, Paris, 1973, distribué actuellement par Droz, Genève, 932 p.

8 Walter Henriette et Walter Gérard, Dictionnaire des mots d’origine étrangère, Paris, Larousse, 1992, 2e éd. 1998, 427 p.

9 Argod-Dutard Françoise, « Des graphies à “l’orthographie” : une normalisation contraignante », dans Argod-Dutard F. (dir.), Le français : des mots de chacun, une langue pour tous. Des français parlés à la langue des poètes en France et dans la Francoplphonie, Troisièmes Lyriades de la langue française 2006, Rennes, PUR, coll. « Interférences », 2007, 360 p., p. 81-99.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540