Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La langue française : de rencontres en partages

 | 
Françoise Argod-Dutard

1re partie. Les rencontres des langues

L’émergence du français ou la rencontre du latin vulgaire avec des parlers celtiques puis germaniques

Gérard Jacquin

Texte intégral

1C’est sans doute une évidence que de souligner la filiation directe entre latin et français. Les études montrent même une étonnante vitalité du fonds classique, alors qu’une partie notable de notre langue vient de néologismes, de termes familiers, de diminutifs apparus en latin vulgaire. Mais, même le vocabulaire classique qui a survécu par voie héréditaire a subi d’importantes évolutions phonétiques. La langue, ce sont aussi des systèmes morphologiques, une syntaxe, et les transformations ont été importantes dans ces domaines également. Mais s’agit-il d’une simple évolution autonome de la langue latine ou le contact avec d’autres langues a-t-il joué un rôle déterminant ? Ce contact conduit le linguiste à distinguer un substrat (la ou les langues parlées sur le territoire gaulois au moment où le latin s’y impose) et un superstrat (la ou les langues des envahisseurs postérieurs qui ont adopté le latin). L’évolution du latin, pendant et après sa diffusion, a-t-elle donc été influencée – et dans quelle mesure – par cette rencontre avec d’autres langues pour faire émerger le français ?

Le substrat celtique

  • 1 Par exemple, le basque batzarre, « rassemblement, réunion », est passé par l’occitan bagarro, « ri (...)
  • 2 La langue des Ligures a laissé quelques vestiges dans des toponymes alpins et provençaux (le suffi (...)
  • 3 Ces cités doivent leur nom au grec : Nice (Nikaia : « dédiée à la déesse de la victoire »), Antibe (...)

2Pour m’en tenir à l’essentiel, je laisserai de côté les langues qui ont pu être parlées sur le territoire français actuel avant la domination des Celtes. Ces langues, qu’il s’agisse de langues d’origine ibère, de l’aquitain (ancêtre du basque1) ou du ligure2, ne constituent pas, en effet, un véritable substrat, puisqu’elles n’ont fourni à notre langue que quelques toponymes et patronymes, ou, par des intermédiaires comme le gaulois, l’occitan, le provençal ou le franco-provençal, de rares noms communs. Il en va de même pour le grec parlé dans les comptoirs commerciaux établis dès le viie siècle avant J.-C. sur le littoral méditerranéen (Nice, Marseille, Agde, Leucate, etc.3). Les nombreux mots, préfixes, suffixes grecs de notre langue ne doivent évidemment rien à cette colonisation : ce sont, pour la plupart, des emprunts savants directs, modernes ou contemporains. Cependant il convient de tenir compte d’une nouvelle entrée que fait le grec quelques siècles plus tard, bien plus importante cette fois, avec la diffusion du christianisme. Il ne s’agit donc pas d’un substrat, puisque, à cette époque (iiie-vie s.), le latin s’impose déjà comme langue dominante, même si le gaulois est encore parlé. La nécessité de communiquer au peuple un certain nombre de notions ou de réalités de la nouvelle religion a entraîné la création de nombreux néologismes par la latinisation de mots grecs : baptizare, diabolus, ecclesia, episcopus, evangelium et ses dérivés, comme evangelizare, parabola (> parole) et parabolare (> *paraulare > parler). Avec les verbes baptizare et evangelizare, que l’on vient de citer, on remarque que le suffixe verbal grec -ίζεν (-izein) a été latinisé en -izare, pour donner ensuite le suffixe français -iser, d’usage fréquent aujourd’hui. De même, il a été nécessaire de latiniser quelques mots hébreux ou araméens, transmis par le grec : gehenna (« géhenne »), messia (« messie »), sabbatum (« sabbat »), pascha (« pâque »), etc.

3Venons-en donc directement à la population la plus importante et dont la langue, comme substrat, a laissé une empreinte plus marquée : les Celtes. Ces peuples indo-européens avaient quitté l’Europe centrale à partir du ixe siècle avant J.-C. pour s’établir, au fil des siècles, en Gaule, en Grande Bretagne, en Italie du Nord. La langue gauloise restait le plus souvent une langue orale, sans doute pour des raisons religieuses. Elle ne s’est jamais dotée d’un système propre d’écriture, tout au plus a-t-elle été parfois transcrite en alphabet grec près des comptoirs de la côte méditerranéenne que je viens de signaler et, après la conquête romaine, en alphabet latin ; il n’en subsiste que quelques traces : ce sont de brèves inscriptions sur des objets d’usage courant, des monnaies, des stèles funéraires, ou un texte incantatoire de 170 mots découvert en 1983 dans le Larzac.

4Bien que la conquête romaine ait été suivie de la diffusion du latin, le gaulois a encore été parlé plusieurs siècles. Il a laissé de nombreuses survivances dans le domaine onomastique. La majorité des noms de villes sont entièrement gaulois, quelques-uns sont hybrides (latins et gaulois) ; citons, par exemple, ceux qui sont formés sur le suffixe -duno, « fort, d’où place forte », latinisé en -dunum : Autun (Augustodunum, « place forte d’Auguste), Issoudun (Uxellodunum, « hauteur fortifiée »), Lyon (Lugdunum, « place forte du dieu Lug »), Verdun ; ou sur le suffixe -lano, « plaine » : Mediolanum (litt. « la plaine au milieu ») a donné les toponymes Milan, Meulan, Meillan ; ou encore des noms de villes formés à partir de noms de tribus : Paris (les Parisii), Bourges (les Bituriges), Poitiers (les Pictaves), etc. On relève aussi quelques noms de rivières ou de fleuves : Seine, Marne, Oise ; de massifs montagneux : Cévennes, Vosges. La composition et la dérivation caractérisent ce lexique.

5Le gaulois, qui connaissait déclinaisons et conjugaisons, est resté employé comme langue domestique et dans les échanges surtout locaux, jusqu’aux iiie-ive siècles et même au-delà en milieu rural et dans les lieux les plus à l’écart des grandes voies de communication. Mais, selon les études, on estime que, dans le français actuel, il ne reste que cent à cent cinquante mots empruntés au lexique gaulois ; cette estimation, d’abord établie à environ soixante mots, a été constamment revue à la hausse depuis une vingtaine d’années. Si les langues pré-celtiques ont eu une influence négligeable sur notre langue, celle que représente le substrat linguistique gaulois est loin de l’être, tout en restant assez limitée.

6Ce lexique gaulois, latinisé et conservé, concerne surtout le milieu naturel et les activités agricoles : ce sont des noms d’arbres et de végétaux : bouleau, bruyère, chêne, if, des noms d’animaux : l’ancien français aloe (> alouette), blaireau, bouc, mouton, lotte, saumon, vandoise, des noms d’objets liés à la vie rurale, au travail de la terre, du bois, à la charronnerie : benne, char (dont le nom gaulois fut latinisé très tôt en carrum et, ainsi, diffusé dans tout l’Empire), charrue, charpente, gouge, ruche, soc, tonne (« tonneau »), des mots caractérisant le sol ou le terrain : boue, marne, combe, lande, talus, mais aussi des termes de mesure : arpent, lieue, boisseau (dérivé de l’ancien français boisse, du gaulois *bosta, « creux de la main »), ou encore des noms qui concernent la vie quotidienne, le vêtement, la vie sociale : comme bief, chemin, braies, béret (le mot celtique désignait une capuche, il serait passé en provençal avec le sens de « bonnet », puis en béarnais), cervoise, crème, gosier, lie, suie, trogne, truand, vassal, etc. Pour terminer, ajoutons quelques verbes : bercer, brasser, glaner, charger, et l’adjectif dru, qui, outre ses sens actuels, a servi aussi au Moyen Âge à désigner l’amant et, au féminin, l’amante.

7Après l’héritage lexical celtique, examinons maintenant quelques aspects de la rencontre entre latin et gaulois, tandis que se diffuse la langue du vainqueur.

La diffusion du latin sur le territoire gaulois

  • 4 Parmi les signes de cette romanisation, on peut retenir le port de la toge par les élites urbaines (...)

8La latinisation de la Gaule se fit progressivement, créant pendant plusieurs siècles une situation de bilinguisme ; elle se fit à des rythmes différents selon les régions, les milieux sociaux et les fonctions de la langue. En effet, la Gaule méridionale entre Alpes et Pyrénées, conquise à la fin du iie siècle avant J.-C. et devenue « province » sous le nom de « Narbonnaise », s’était déjà romanisée4, lorsque César entreprit la conquête de l’ensemble du territoire gaulois. Après cette conquête, la latinisation progressa assez vite le long des grandes voies de communication : d’une part, en direction de Toulouse et Bordeaux, d’autre part dans les vallées du Rhône, de la Saône, puis de la Seine, d’un côté, de la Moselle et du Rhin, de l’autre. Certaines régions restèrent plus longtemps à l’écart : par exemple, le bocage normand, les marais landais et poitevins, ou les territoires de montagne, où le gaulois fut largement répandu jusqu’au ive siècle et encore parlé, selon certaines études, dans les lieux les moins accessibles jusqu’au vie siècle.

9Pourquoi le latin l’a-t-il finalement emporté sur le gaulois ? La présence des soldats, des marchands et des colons venus d’Italie ne suffit pas à expliquer sa diffusion. Il faut tenir compte également, pour les élites gauloises, de l’attrait de la citoyenneté romaine, de leur désir de conserver leur position dominante en apprenant le latin et en le faisant apprendre à leurs enfants pour obtenir des charges politiques et des honneurs. Le latin s’écrit aussi, et c’était un avantage considérable sur le gaulois, il devint donc la langue de l’administration, du droit, de la politique, de l’école. Mais il était également la langue du commerce entre régions ou nations et il devint la langue de la prédication chrétienne, avant de devenir au ive siècle celle de la liturgie, à la place du grec.

  • 5 Enarrationes in Psalmos, Ps. 138.20.
  • 6 Sidoine Apollinaire, Epist. III, 3.2 ; Sulpice Sévère, Dial. Libri II, 1, 27, 2 (cf. R. Anthony Lo (...)
  • 7 Sur les questions abordées dans ce chapitre, voir R. Anthony Lodge, 1997, p. 65-78, qui cite de no (...)

10Si l’écrit maintenait une norme et une certaine homogénéité, la langue parlée s’en écartait très sensiblement et de plus en plus. Ainsi les prédicateurs chrétiens s’en souciaient-ils moins que de l’efficacité de la communication : melius est reprehendant nos grammatici quam non intellegant populi (« mieux vaut que les grammairiens nous réprimandent plutôt que les populations ne nous comprennent pas ») déclarait saint Augustin5. Mais le latin parlé, surtout le latin parlé populaire, était soumis à d’importantes variations. Les auteurs montrent qu’elles dépendaient de la région considérée, de la date de sa romanisation, du caractère superficiel ou profond de ce processus, du milieu social du locuteur, de l’origine des colons ou du brassage linguistique des commerçants établis ou de passage. Sidoine Apollinaire, au ve siècle, note qu’en Auvergne l’aristocratie gauloise vient juste d’apprendre le latin et de se débarrasser de « la crasse de la langue celtique » (sermonis celtici squamam), visant sans doute davantage, par cette expression, les celtismes qui altèrent son latin que le gaulois lui-même. Au même siècle, Sulpice Sévère estime qu’en Gaule centrale on parle le latin Celtice ou Gallice, « à la manière celtique ou gauloise » et il en évoque ailleurs un habitant inquiet de sa façon « rustique » de parler le latin devant des Gaulois d’Aquitaine6. Des études, à partir de témoignages très limités mais significatifs, invitent même à penser que se sont développées des formes d’ » interlangue » entre gaulois et latin (certaines inscriptions sur des poteries des années 50-70 trouvées près de Millau, d’autres du ive s. attestent ce mélange des deux langues) ou même, sur les rives du Rhin, entre celte, langue germanique et latin7.

  • 8 Mireille Huchon, 2002, p. 36.

11Ce n’est pas le lieu d’examiner ici les grands bouleversements phonétiques, morphologiques et syntaxiques qu’a connus le latin entre le Ier et le Ve siècle. Mais nous pouvons nous demander si le substrat celtique a eu une influence sur ce latin parlé. En phonétique, on a attribué au gaulois un rôle dans la sonorisation de consonnes sourdes intervocaliques, dans la conservation du /s/ final et dans la palatalisation de certaines consonnes (il existait d’ailleurs une affriquée /ts/ nommée tau Gallicum, c’est-à-dire t gaulois), mais ce ne sont que des hypothèses. En ce qui concerne la syntaxe, le verbe était, dit-on, souvent en deuxième position en gaulois et l’ordre sujet-verbe assez fréquent, ce qui est le cas du français, mais ne l’était pas du latin classique. L’argument semble cependant assez fragile pour parler d’influence gauloise. De même la prudence s’impose envers l’hypothèse selon laquelle en gaulois « la mise en relief d’un élément antéposé au verbe par une copule pourrait expliquer une construction française du type c’est… que8 ». En revanche beaucoup plus certaine est l’origine gauloise de la numération par vingt, courante au Moyen Age et dont il nous reste : quatre-vingts, l’hôpital des Quinze-Vingts.

  • 9 Par ex. : manducare, « mâcher, jouer des mâchoires », qui a donné manger, a remplacé edere (cf. Al (...)
  • 10 Liste donnée par Frédéric Duval, 2007, p. 34.

12En ce qui concerne le lexique, les changements du latin parlé révèlent une préférence pour les diminutifs, pour un vocabulaire plus expressif ou imagé9, pour des termes familiers ou régionaux. Ainsi le terme caballus, plus familier et employé pour désigner le cheval hongre ou le mauvais cheval, remplace equus. Certains lui attribuent d’ailleurs une origine celtique (Gaule cisalpine), cependant son étymologie reste obscure ; mais il arrive qu’un croisement se soit opéré entre un mot celte et un mot latin, proches phonétiquement et sémantiquement : par exemple, le gaulois *cactos, « serviteur », et le latin captivus, « prisonnier, captif », se sont croisés en *cactivus qui donnera le français chétif (« captif, misérable » en ancien français). L’apparition d’une interlangue, signalée précédemment, a d’ailleurs été facilitée par de manifestes parentés lexicales entre les deux langues indo-européennes que sont le gaulois et le latin : ainsi relève-t-on alto en gaulois et altus en latin (« haut »), bovi et bos, bovis (« bœuf »), devu et deus (« dieu »), medio et medius (« qui est au milieu »), rix et rex (« roi10 »).

13Envisageons enfin la rencontre du latin avec les langues germaniques lors des « grandes invasions ». C’est elle qui a sans doute exercé l’influence la plus importante.

La rencontre des langues germaniques

  • 11 Noms de villes en -thun (du suffixe saxon -tun, ferme, ville, cf. anglais -ton : Allington) : Offr (...)
  • 12 Le breton actuel, à l’exception du dialecte vannetais, n’est donc pas l’héritier du gaulois ; ses (...)

14Dès le ier siècle, des groupes germaniques, engagés par les Romains comme mercenaires pour surveiller la frontière, s’installèrent sur la rive gauche du Rhin. A la fin du iiie siècle, après une première vague d’invasions, d’autres populations, en échange d’un service militaire ou en devenant des alliés de Rome, obtinrent des territoires importants. Ainsi des Francs s’installèrent en Flandre et Lorraine et des Alamans en Alsace et Suisse. Les Francs, venus de la basse vallée du Rhin, progressèrent vers le sud pour occuper les terres abandonnées par les Gallo-Romains. Des linguistes datent de cette période l’introduction et la latinisation de termes germaniques, dont il resterait environ 300 mots en français. Mais le mouvement migratoire s’intensifia au ve siècle et se diversifia également. Des Saxons établirent des colonies sur la côte boulonnaise, où leur présence est attestée par de nombreux toponymes11, puis dans le Bessin. Mais ils envahirent aussi l’Angleterre, refoulant les populations celtes, qui se réfugièrent notamment en Bretagne (Armorique) et parfois au-delà : en 453, on note la présence d’un évêque des « Bretons » à un synode d’Angers. Ces Celtes, bien que romanisés, ont cependant conservé leur langue, brittonique ou gaélique12. Autre peuple germanique après les Saxons, les Wisigoths, venus par la vallée du Danube et l’Italie, s’installèrent en Aquitaine et Provence. Alliés de Rome, ils fondèrent un royaume dont Toulouse était la capitale. Mais Provence et Aquitaine passèrent sous le pouvoir des Francs au début du vie siècle ; bénéficiant toutefois d’une réelle prospérité et d’un important développement urbain, ces deux régions conservèrent une grande partie de leur autonomie jusqu’au viiie siècle, lorsque les Francs intervinrent à nouveau pour s’opposer aux razzias et à la progression des Arabes. Enfin, à l’est de la Saône et du Rhône, entre Franche-Comté et Isère, s’installèrent les Burgondes, originaires du nord de l’Europe. Eux aussi alliés de Rome, ils fondèrent leurs propres royaumes mais assimilèrent assez vite la culture latine, avant d’être vaincus à leur tour par les Francs en 534.

  • 13 Comme exemple de combinaison de traits d’oc et d’oïl en franco-provençal on peut retenir que le la (...)

15De ces invasions, nous retiendrons d’abord qu’elles n’ont pas engendré de profonds bouleversements sociaux dans la moitié sud de la Gaule : la densité de peuplement nouveau est restée très faible, la langue gotique a laissé très peu de traces ; l’ancienne élite gallo-romaine a conservé son influence et son pouvoir économique, même à l’est, en territoire burgonde. Les régions les plus méridionales sont donc restées tournées vers le monde méditerranéen et le latin y a beaucoup moins évolué : provençal, languedocien, auxquels il donne naissance, sont plus proches des autres langues romanes que le français. Seul le gascon se différencie plus nettement : la région comprise entre Garonne et Atlantique, moins profondément romanisée, est repassée sous domination basque du vie au ixe siècle. Plus au nord, les dialectes limousin et auvergnat formeront une transition entre langue d’oc et langue d’oïl, comme le franco-provençal dans l’Est, dont l’aire correspondra en partie au territoire des Burgondes13. Dans la moitié nord, il en va bien différemment : on assiste à un recul de la langue romane en Bretagne, au profit de parlers celtes, et surtout au nord et au nord-est au profit de parlers germaniques : alaman en Alsace (qui donnera l’alsacien actuel), francique dans une partie de la Lorraine (donnant naissance au mosellan) et dans l’ouest de l’ancienne Gaule Belgique jusqu’à l’Artois (où il donnera le flamand). La frontière linguistique, loin d’être nette, fait alterner des zones bilingues et des îlots de langue minoritaire, romane ou germanique. Mais c’est surtout la présence franque qui a eu l’influence la plus déterminante.

Le francique

  • 14 Prestige de la culture latine, de la civilisation gallo-romaine ; le latin était aussi la langue d (...)
  • 15 Parmi les plus courants aux viii-ixe s., on peut citer : Arnaud, Baudouin, Bérenger, Bernard, Eude (...)

16En dehors des régions devenues germanophones, il est difficile d’évaluer la densité des peuplements francs, mais d’après les toponymes et l’étude des dialectes picards et wallons, on estime qu’ils furent importants au nord d’une ligne Abbeville-Versailles-Nancy, encore notables entre Somme et Seine, faibles au sud de la Seine. Les nouveaux vainqueurs adoptèrent cependant le latin, sans doute parce que beaucoup étaient déjà romanisés avant la victoire de Clovis sur Syagrius à Soissons (48614). Comme exemple de cette assimilation, on cite souvent le mot Francus lui-même, qui désignait au vie siècle une appartenance ethnique, mais prit, dès le viie siècle, un sens plus géographique (« habitant de la Gaule du Nord »), puis social en désignant un homme « libre » par opposition au serf ou au prisonnier. Le rythme de leur latinisation a sans doute varié considérablement en fonction du rang social des locuteurs, de leur lieu d’installation, de leur christianisation. Ainsi, peu nombreux dans les villes, les Francs y adoptaient plus vite le latin ; en revanche la grande majorité d’entre eux étant des agriculteurs, ils conservaient leur langue dans le milieu rural et ses activités. Il faut aussi penser que le francique était la langue des maîtres et qu’à ce titre il conservait un certain prestige : il suffit de noter la très forte progression des prénoms germaniques dans les cartulaires entre le ve et le ixe siècle, même dans le domaine occitan15. Ce prestige ralentissait donc l’assimilation linguistique des Francs. C’est pourquoi le passage d’une langue à l’autre s’est opéré sur plusieurs siècles (entre ve et viiie s.) et s’est accompagné d’un bilinguisme ou, dans ce cas encore, de phénomènes d’interlangue.

  • 16 Citons à titre d’exemples : me > /méi/ (moi) ; hora > /óura/ (heure) ; mare > /máεre/ > /mεr/ (mer(...)

17En adoptant le latin, les Francs accentuent encore l’écart qui se creuse, au nord, entre la langue parlée et la langue écrite. Les premiers traits que l’on peut retenir sont phonétiques. Ainsi est-ce sans doute le renforcement de l’accent tonique par les Francs qui provoque la diphtongaison sous l’accent, au vie siècle, du /e/, du /o/ et du /a/ libres16. Par contrecoup, au viie siècle, les voyelles finales autres que /a/ s’amuïssent (flóre(m) > /flœr/, fleur ; hóra > /œr(a)/, heure). Il en résulte que dans les mots français la voyelle accentuée est la finale (ou la voyelle de la syllabe pénultième, lorsque la finale est un e dit muet, dernière trace du a latin). Au viiie siècle le /u/ devient /y/ palatal : muru(m) > /múro/ > mur, /myr/. Certains de ces traits ont été attribués à l’influence du gaulois, mais leur date d’apparition, entre vie et viiie siècles, doit plutôt faire penser à une influence francique.

  • 17 Cf. allemand Wehr, « défense » pour werra, et warten, « attendre » pour wardôn.

18L’influence la plus spécifique et la plus certaine est la réintroduction de deux phonèmes devant la voyelle initiale de certains mots. L’aspiration latine marquée par le h n’était plus perceptible depuis le ier siècle et, même lorsque le signe se maintient encore aujourd’hui, on le nomme h muet (il n’empêche pas l’élision, ni la liaison) : l’homme, les hommes. Or le francique a réintroduit cette aspiration avec certains termes : halle, heaume, hêtre, honte ; même atténué, le h dit aspiré empêche encore la liaison et l’élision. L’aspiration a même pu contaminer des mots latins, dont le correspondant francique était proche : altu(m) + *hoh > haut (le haut). Il existait aussi en latin une semi-consonne /w/, mais, à l’initiale, elle était devenue labio-dentale /v/ : uenire, /wenire/ > venir. Le francique l’a réintroduite aussi, mais articulée plus fortement en /gw/ : par exemple, *werra, « troubles, désordres », prononcé /gwerra/, va donner guerre ; *wardôn, « regarder vers, être attentif », prononcé /gwardon/ a été latinisé en /gwardare/ qui donnera garder17.

  • 18 Dérivé d’un substantif *trop, qui a donné l’adverbe et désignait un « rassemblement », cf. alleman (...)

19Les changements morpho-syntaxiques qui seraient dus à l’influence du francique sont moins assurés. Si, par exemple, la position médiane du verbe correspond à une tendance déjà amorcée avant les invasions du ve siècle, il semble que l’inversion du sujet après le verbe, lorsque la phrase commence par un groupe complément ou un mot accentué, doive plus spécifiquement être attribuée au francique, de même que l’usage de placer l’adjectif avant le nom, comme le montrent certains toponymes (Francheville vs Villefranche). Mais l’apport le plus net concerne le lexique. Les évaluations des spécialistes varient sensiblement, on peut toutefois estimer qu’il représente entre 700 et 1 000 mots. Ce sont d’abord des termes qui se réfèrent au monde rural, les Francs étant surtout des agriculteurs : des noms d’oiseaux et insectes : chouette (*kawa), épervier, mésange, frelon (*hurslo), hanneton ; des noms d’arbres : hêtre (*haistr), houx, saule, troène, mais aussi bois (*bôsk, « buisson ») ; des noms liés aux activités agricoles : blé (*blad), cresson, gerbe, haie, jardin, trappe (« piège »), troupeau18. Ensuite des termes concernant la vie sociale, par exemple l’habillement : écharpe (*skirpa, « panier de jonc, sac »), froc (*hrokk), gant, poche ; mais surtout des mots associés à l’organisation de la société et aux fonctions remplies par l’aristocratie franque : adouber (*dubban, « frapper »), ban et bannir (*bannjan, « proclamer »), baron, maréchal, marquis, franc, riche (« puissant »), saisir (« entrer en possession de ») ; des noms et verbes exprimant des sentiments et comportements en rapport avec les valeurs de cette société : félon (*fillo ou *filljo, « qui maltraite les esclaves, méchant »), haïr, hardi, honte, laid ; ou encore le vocabulaire de la guerre : épieu (*speot), l’ancien français fuerre (> fourreau, de *fodr), guerre, guetter, hache, haubert, heaume. Enfin des noms ou adjectifs de couleur : blanc (*blank), bleu (*blao), brun, gris.

  • 19 Terme formé sur le nom propre francique Grimwald, à partir de * grima, « masque », qui a donné gri (...)

20Sont également d’origine francique les suffixes -ard (hart, « dur, fort »), -aud (walden, « gouverner, agir en maître »), d’abord employés, avec leur sens étymologique, dans la composition des noms propres : Bernard, Gérard, Richard, Arnaud, Renaud ; puis, en perdant ce sens, comme suffixe de noms communs (dont la racine n’est pas nécessairement germanique) : pillard, soudard, vieillard, badaud, grimaud (qui fut d’abord un nom propre19), ribaud. La particule péjorative francique missi (cf. la particule miss- en allemand) a donné, selon certains, les préfixes més-, mé- : mésestimer, mésalliance, méconnaître, mégarde.

L’ancien norrois

  • 20 Henri IV (1399-1413), premier roi Lancastre, fut aussi le premier souverain anglais dont le frança (...)

21La dernière des grandes invasions eut lieu par la mer, au ixe siècle, elle fut le fait d’un autre peuple de la famille germanique, venu de Scandinavie, les Vikings, qui ravagèrent les régions côtières et les rives des fleuves (Seine, Loire et Garonne) dont ils remontaient le cours. Leurs colonies les plus denses s’établirent de part et d’autre de l’estuaire de la Seine. Ayant obtenu de Charles le Simple la Normandie au début du xe siècle (traité de Saint-Clair-sur-Epte, 911), ils se convertirent au christianisme et s’assimilèrent très vite, abandonnant leur langue, l’ancien norrois, en quelques décennies. Cependant leur présence a concouru à la formation d’une variété de la langue d’oïl, le normand, d’ailleurs peu différent des autres parlers de l’Ouest, mais qu’ils exportèrent en Angleterre après la bataille de Hastings, en 1066, et qui fut à l’origine du dialecte anglo-normand. Ce dernier, parlé pendant environ deux siècles (et même jusqu’au début du xve siècle à la cour de Londres20) joua un rôle très important dans l’évolution de l’anglais et s’illustra en littérature (Lais de Marie de France, versions du Roman de Tristan de Béroul et de Thomas, etc.). Même si les Normands l’abandonnèrent rapidement, l’ancien norrois a laissé des traces dans de nombreux toponymes, en -bec (bekkr, « ruisseau ») : Bricquebec, Caudebec, Orbec ; en -beuf (both, « village ») : Criquebeuf (de kirkia, « église » + both), en -fleur (flodh, « golfe, baie ») : Barfleur, Harfleur, Honfleur ; en -tot, (topt, « ferme, enclos ») : Abbetot, Criquetot, Yvetot. Ils ont aussi légué à la langue française quelques noms communs et verbes liés à leurs activités maritimes, termes désignant le produit de la pêche comme turbot, crabe (krabbi, dont la base germanique désignait un crochet et que l’on retrouve dans grappin), ou concernant la navigation et le monde de la mer : agrès (greida, « préparer »), cingler (sigla, « faire voile »), étrave, garer (« amarrer un bateau »), hauban, hune, quille, vague (vâgr, « mer »), varech (vágrek, « ce qui est rejeté par la mer, épave »).

  • 21 Jacques Chaurand, 1999, p. 24-25 et 27-29 ; Bernard Cerquiglini, 1991, p. 37-42 ; R. Anthony Lodge(...)

22Des diverses langues germaniques, c’est le francique qui a eu le plus d’influence sur le latin parlé, au moins dans son évolution phonétique et son lexique, comme nous l’avons vu. Il a ainsi contribué à accroître l’écart qui se formait entre langue écrite et langue parlée, mais aussi entre les dialectes du Nord (langue d’oïl) et ceux du Sud (langue d’oc). Quelques faits rapportés dans diverses études le montrent bien21. Au vie siècle, les évêques se bornaient à inviter les prédicateurs à user, en latin, d’un style simple pour être compris ; cette simplicité suffisait, car la langue parlée n’était sans doute pas encore très éloignée de la norme écrite qui, elle-même, évoluait. Pourtant en 813, le synode de Tours exhorte les prédicateurs à traduire leurs homélies en « roman rustique », in rusticam Romanam linguam, ou en langue germanique, in thiosticam [linguam] pour en faciliter la compréhension. Ce « roman rustique » est donc perçu comme une langue différente du latin écrit, au même titre que la langue germanique. Son autonomie est, en outre, renforcée par la réforme carolingienne qui restaure les normes du latin écrit, le stabilise et impose de le prononcer litteraliter, c’est-à-dire en articulant toutes les lettres. Certains voient alors dans les décisions du synode de Tours l’acte de naissance du français, comme langue reconnue. Les synodes de Reims et de Mayence, la même année, sans être aussi précis, invitent cependant à tenir compte de la langue parlée et comprise par les fidèles. Quant aux deux autres synodes qui furent tenus à Chalon-sur-Saône et Arles, ils n’abordèrent pas la question de la compréhension des fidèles et ne donnèrent donc aucune directive sur la langue à utiliser, ce qui signifie que le latin pouvait encore y être compris, que la langue parlée ne s’en distinguait pas au point d’être perçue comme une autre langue. Cela se conçoit assez bien à Arles, mais paraît plus étonnant à Chalon-sur-Saône ; la raison en est que cette ville se trouve dans l’aire franco-provençale, le latin parlé y a donc moins évolué qu’entre Loire et Belgique, l’influence méditerranéenne, provençale, y a contrecarré l’influence francique qui, elle, s’est pleinement exercée au Nord.

Notes

1 Par exemple, le basque batzarre, « rassemblement, réunion », est passé par l’occitan bagarro, « rixe », ou le béarnais bacharro, pour donner bagarre, ou encore l’élan du Canada doit au pluriel oregnac, « cerfs », son nom d’orignal donné bien des siècles plus tard par des immigrants basques au Nouveau Monde.

2 La langue des Ligures a laissé quelques vestiges dans des toponymes alpins et provençaux (le suffixe -oscu de Tarascon, Manosque, Cagnosc, par exemple), et, pour les noms communs, le suffixe -anque en provençal (calanque) ou -anche en franco-provençal (avalanche). Mais la base même du mot calanque serait le pré-indo-européen cala qui désignait un abri de montagne, un lieu abrité, et que l’on retrouve aussi dans chalet, tandis que le terme alpin lavanche a donné avalanche par croisement avec l’ancien français avaler (« descendre », « aller vers l’aval ») et peut-être aussi par métathèse (la lavanche > l’avalanche).

3 Ces cités doivent leur nom au grec : Nice (Nikaia : « dédiée à la déesse de la victoire »), Antibes (Antipolis : « la cité d’en face »), Marseille (Massalia), Agde (Agathê : « la bonne » cité ou fortune ; les habitants sont d’ailleurs nommés les Agathois), Leucate (Leukas, « la blanche »).

4 Parmi les signes de cette romanisation, on peut retenir le port de la toge par les élites urbaines au lieu des braies, l’adoption de toponymes latins et de la langue latine.

5 Enarrationes in Psalmos, Ps. 138.20.

6 Sidoine Apollinaire, Epist. III, 3.2 ; Sulpice Sévère, Dial. Libri II, 1, 27, 2 (cf. R. Anthony Lodge, 1997, p. 76-77 et Frédéric Duval, 2007, p. 37-38).

7 Sur les questions abordées dans ce chapitre, voir R. Anthony Lodge, 1997, p. 65-78, qui cite de nombreux travaux.

8 Mireille Huchon, 2002, p. 36.

9 Par ex. : manducare, « mâcher, jouer des mâchoires », qui a donné manger, a remplacé edere (cf. Alain Rey, 1992, sv manger).

10 Liste donnée par Frédéric Duval, 2007, p. 34.

11 Noms de villes en -thun (du suffixe saxon -tun, ferme, ville, cf. anglais -ton : Allington) : Offrethun, Fréthun (Pas-de-Calais), en -inghen/m (du suffixe saxon -ing+ heim, demeure, cf. anglais -ingham : Birmingham) : Audinghem, Hardinghen (Pas-de-Calais). Cf. Frédéric Duval, 2007, p. 56-57.

12 Le breton actuel, à l’exception du dialecte vannetais, n’est donc pas l’héritier du gaulois ; ses ancêtres, le brittonique ou le gaélique, se sont implantés au ve s. dans une région déjà romanisée, mais qui se dépeuplait, où le gaulois n’était plus guère parlé, à l’exception des environs de Vannes. Le vannetais est ainsi le dialecte breton qui a été le plus influencé par le substrat gaulois.

13 Comme exemple de combinaison de traits d’oc et d’oïl en franco-provençal on peut retenir que le latin cantare y a abouti à /tfãntar/ vs /kanta(r)/ en occitan et provençal et /tfãnter/ en langue d’oïl (hormis le picard /kãnter/).

14 Prestige de la culture latine, de la civilisation gallo-romaine ; le latin était aussi la langue de diffusion du christianisme, du culte… On a d’ailleurs vu dans le baptême de Clovis, en 496, un symbole de cette assimilation culturelle des Francs. La loi salique elle-même (début du vie s.) intégrait des notions de droit romain.

15 Parmi les plus courants aux viii-ixe s., on peut citer : Arnaud, Baudouin, Bérenger, Bernard, Eude, Hugues, Richard, Robert, etc.

16 Citons à titre d’exemples : me > /méi/ (moi) ; hora > /óura/ (heure) ; mare > /máεre/ > /mεr/ (mer).

17 Cf. allemand Wehr, « défense » pour werra, et warten, « attendre » pour wardôn.

18 Dérivé d’un substantif *trop, qui a donné l’adverbe et désignait un « rassemblement », cf. allemand Dorf, « village ».

19 Terme formé sur le nom propre francique Grimwald, à partir de * grima, « masque », qui a donné grimace. D’autres influences se sont ensuite exercées, on évoque un rapprochement avec grimoire (altération de gram(m)aire, « grammaire latine > ouvrage obscur et difficile > livre de magie, griffonnage ») et le normand grimer, « griffer » (d’où griffonner). Grimaud a désigné l’écolier des petites classes ou ignorant, le « griffonneur », puis un homme inculte ou pédant.

20 Henri IV (1399-1413), premier roi Lancastre, fut aussi le premier souverain anglais dont le français n’était pas la langue maternelle.

21 Jacques Chaurand, 1999, p. 24-25 et 27-29 ; Bernard Cerquiglini, 1991, p. 37-42 ; R. Anthony Lodge, 1997, p. 129-130.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540