Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La langue française : de rencontres en partages

 | 
Françoise Argod-Dutard

Le mot du président général des 4e Rencontres

Amin Maalouf

Texte intégral

1Juste un mot pour vous dire ma joie de participer en votre compagnie à l’évocation du souvenir de Joachim Du Bellay. Lorsque j’ai reçu votre aimable invitation, postée à Liré, j’ai naturellement été tenté de retrouver ce poème inoubliable, le 31e des Regrets dont tant de mots restent gravés dans ma mémoire depuis un demi-siècle. Non seulement la douceur angevine, l’ardoise fine, le loir gaulois ainsi que le petit Liré, non seulement le beau voyage d’Ulysse, la toison, l’usage et la raison, mais plus que tout peut-être, ce mot étrange, « cestuy-là », qui émerge comme une vieille pierre dans un mur restauré et qui porte témoignage. Mais au-delà des mots, la puissance évocatrice de ce poème ne pouvait me laisser insensible, moi qui ai également dû m’éloigner un jour de mon village, de ma maison ancestrale, qui « m’est une province et beaucoup davantage », la différence étant que j’ai quitté, pour ma part, une patrie en guerre pour chercher sous d’autres cieux la paix et la sérénité, alors que Du Bellay, comme il transparaît dans divers poèmes de son recueil, avait quitté un terroir paisible afin de parcourir une Italie tumultueuse. Pour avoir écrit jadis un roman qui prenait justement pour cadre une Italie du xvie siècle, terre d’affrontement entre les armées de France, d’Espagne, de Saxe et d’ailleurs, et ses propres princes, y compris les princes de l’église, une Italie où Benvenuto Cellini se vantait d’avoir tué le connétable de Bourbon d’un coup d’arquebuse et où le plus célèbre des héros était un condottiere surnommé « Jean de Bandenoir », je puis dire que le pays où séjourna Du Bellay ressemblait alors bien plus à ce qu’est devenu le Liban, ma patrie natale, qu’à la France, à l’Italie ou à l’Europe d’aujourd’hui. De ce fait, l’ardent désir du poète de revenir chez lui, de retrouver la maison de ses aïeux, la cheminée, le clos, le village, le cours d’eau et, avec eux, la douceur, la paix, la sérénité, cette certitude de la sérénité qui se dégage de ses vers, cette quête, enfin, m’émeut d’autant plus qu’une telle perspective apparaît aujourd’hui, pour moi et pour les miens, plutôt lointaine. Mais c’est là une tout autre histoire que je vous épargnerai pour ne pas assombrir cette belle journée de fête. Merci encore de votre accueil.

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540