Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La langue française : de rencontres en partages

 | 
Françoise Argod-Dutard

Allocution d’ouverture

Dominique Beaumon

Texte intégral

1Toute l’aventure des Lyriades depuis bientôt dix ans, tout le sens donné au projet se résument dans cette affirmation de Ferdinand de Saussure : « la langue est un trésor commun ». Trésor en effet que celui déposé dans le creuset des futures Lyriades par l’association des Amis du Petit Lyré et les élus du canton de Champtoceaux en octobre 1999 ; ils furent à l’origine des 1res Rencontres de Liré organisées à l’occasion de la commémoration du 450e anniversaire de Deffense et Illustration de la langue francoyse, ouvrage publié en 1549 par notre poète angevin Joachim Du Bellay. Sans doute ne savaient-ils pas à l’époque quelle pépite ils avaient au creux de leurs mains, quel témoin ils allaient vouloir transmettre !

2L’Académie française, le ministère de la Culture, l’Organisation internationale de la Francophonie parrainaient déjà cette première manifestation, honorée par la présence de M. Boutros Boutros-Ghali, qui ne portait pas encore le nom de Lyriades. Sous l’impulsion du sous-préfet de Cholet d’alors, M. François Dumuis, dans le contexte d’élaboration d’un nouveau projet de territoire pour un pays, les Mauges, en pleine restructuration économique, le projet a pris le large, soutenu par des partenaires de plus en plus nombreux, au premier rang desquels la Délégation générale à la langue française et aux langues de France, le Conseil régional des Pays de la Loire, le Conseil général de Maine-&-Loire et la Direction régionale des Affaires culturelles, bientôt rejoints par le ministère de l’Éducation nationale. En 2002, avec les 2e Rencontres, naquirent les Lyriades.

3Comme chacun le sait, l’Anjou est l’un des berceaux de notre langue. Au xvie siècle, trois Angevins contribuèrent fondamentalement à promouvoir et fixer l’usage du français : le poète Joachim Du Bellay, le juriste Jean Bodin et le ministre Guillaume Poyet, rédacteur de l’Ordonnance de Villers-Cotterêts en sa qualité de chancelier de François Ier. Quoi de plus naturel alors que s’enracine en Anjou et sur les bords de Loire, de Liré et d’Ancenis jusqu’à Angers et au-delà, quelques siècles plus tard, ce projet des Lyriades de la langue française, qui n’est encore que jeune pousse appelée à grandir, avec la bienveillante attention de ses nombreux parrains, dans quatre directions :

  • les Rencontres de Liré, qui se déroulent toute cette semaine à Angers, à Cholet, à Ancenis, à Champtoceaux et, bien évidemment, à Liré ;
  • le centre permanent de langue française, installé à Angers depuis octobre dernier, « inauguré » par Mme Henriette Walter, qui nous est toujours fidèle ;
  • le parcours littéraire et touristique qui verra progressivement le jour d’Angers vers l’aval puis vers l’amont, sur les pas des grands écrivains que la Loire a nourris ou inspirés, de Joachim Du Bellay, à l’origine de nos Rencontres, à Julien Gracq, premier membre d’honneur de notre association ;
  • enfin, les actions de terrain qui veulent irriguer des territoires très larges : séminaire de l’Education nationale, projets pédagogiques, spectacles, expositions, ateliers, concours, rencontres avec des écrivains, la désormais traditionnelle « dictée des Lyriades » et d’autres encore qu’en un élan mutuel chacun peut contribuer à initier ou à développer.

4Aujourd’hui Les Lyriades font fête une nouvelle fois à la langue française, si bien illustrée dans cette « France, mère des armes, des arts et des lois » où les mots sont des « êtres vivants », pour reprendre nos grands poètes Du Bellay et Hugo. Au nom de M. Dominique Brossier, président de notre association, que des raisons familiales ont empêché d’être présent, au nom des membres de l’association des Lyriades, merci à vous, institutions, partenaires, mécènes ; merci à vous tous, passionnés de la promotion et de l’illustration de la langue française jusque dans ses usages contemporains, courants ou spécialisés.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540