Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Usages et théories de la fiction

 | 
Françoise Lavocat

Introduction. Interdisciplinarités et théories de la fiction

Le langage et la fiction : la description linguistique de la fiction littéraire

Florence de Chalonge

Texte intégral

  • 1 L’étude de C. Jacquenod (1988) explore le « concept de fiction » pour proposer une typologie des é (...)

1La fiction ne concerne pas seulement la littérature. On sait qu’elle a une existence en tant que concept1 qu’elle intervient en philosophie et dans les disciplines scientifiques pour renvoyer au domaine heuristique ; de même, en droit, la fiction légale s’apparente à la supposition qui sert à établir un fondement juridique. Aujourd’hui, la fiction écrite se trouve également concurrencée par les nombreux mondes virtuels proposés par les ordinateurs – ces fictions électroniques –, ou plus simplement, par les fictions télévisuelles (il y a désormais dans les programmes une case « Fiction »). De fait, les questions adressées à la fiction se sont, depuis quelques années, multipliées : on trouve des réflexions ontologiques (Pavel, 1986), non seulement préoccupées de savoir « qu’est-ce que la fiction ? », mais encore appliquées à décider de l’« existence [à] accorder aux objets (physiques et mentaux) que la fiction décrit » ou, selon un point de vue plus cognitiviste, une fois l’inexistence des objets de fiction posée, soucieuses de « représenter [ce…] qui n’existe pas » (Reboul, 1992). On relève également des questions anthropologiques, « pourquoi la fiction ? », des questions pragmatiques, à caractère fonctionnel, « la fiction, comment ça marche ? » (Schaeffer, 1999) ou des questions épistémologiques, la fiction est-elle « productrice de connaissance et de vérité » (Shusterman, 2000 : 503) et dans quelle mesure peut-elle « participer au processus de construction des objets de savoir » (Bonoli, 2000 : 498) ?

2Sans affirmer que les relations entre fiction et littérature vont de soi (voir Todorov, 1978 ; Genette, 1991), nous précisons donc que la fiction renvoie ici à la fiction littéraire. C’est en partant de la linguistique, dans son existence disciplinaire, et à l’aide de ses propres concepts, que nous nous demanderons quelle est la pertinence d’une description linguistique de la fiction. La question n’est pas d’évidence car elle comporte la difficulté d’établir que la fiction est une propriété du langage. Peut-on, à la manière dont il existe des usages non littéraux du langage, repérer des « usages fictionnels » du langage (Jacques, 1992 : 100 ; Tadié, 1998 :112) ? Ou encore, faut-il admettre, d’une manière plus radicale, qu’il existe un « langage de la fiction » (comme le postule Macdonald, 1954 et le rejette Reboul, 1992 : 12) que parlerait la littérature ? Si ces dernières questions orientent le débat entre linguistique et pragmatique concernant la fiction, différemment, pour la poétique, vouée à la création artistique verbale et à « ses espèces » (Aristote, 1990,1, 1447, 2), le défi est de réussir à caractériser la fiction littéraire. C’est l’ambition du récent livre de D. Cohn (1999) qui s’intéresse à « ce qui rend unique » et, par conséquent, « différencie » (p. 7) la « fiction narrative » de ses genres proches.

3Aussi, après avoir évalué les solutions théoriques apportées par la linguistique et la pragmatique à la question fictionnelle, les confronterons-nous avec les options d’une poétique rénovée par ces disciplines du langage.

Linguistique et pragmatique

  • 2 Il faut noter que la référence est essentiellement conçue par Benveniste comme « sui-référence » : (...)

4Pour que la linguistique ait pu s’emparer de questions relatives à la fiction littéraire, il a fallu qu’elle se donne un cadre qui soit celui de la phrase, et d’une phrase vue pour sa capacité à s’intégrer dans un discours. Cette phrase est alors envisagée comme un énoncé, en ce qu’elle comprend l’acte de locution dont elle procède, autrement dit une énonciation. C’est en effet la linguistique de l’énonciation, ou linguistique du discours, qui, avec Benveniste (1966, 1974), fait de la phrase une unité qu’on ne saurait réduire à la somme de ses constituants quand sa « fonction est la prédication » ; en tant qu'énoncé, la phrase est « l’assertion d’un énonciateur » et la « mise en relation avec un référent »2 (Simonin-Grumbach, 1975 : 85).

  • 3 Il faudrait sans doute évaluer plus précisément les relations entre linguistique et linérature du p (...)
  • 4 La mimesis ne peut être comprise comme fiction que dans la mesure où sa définition mobilise l'exist (...)

5Toutefois, dans ses années inaugurales, la linguistique de l’énonciation, peu préoccupée par les questions littéraires3, n’interroge pas la fiction comme concept. Tout comme la poétique et la sémiotique. Si, dans les années soixante, ces disciplines prennent la phrase pour modèle narratif et s’emparent des catégories de la personne, de la voix, du mode, du temps et de l’aspect, y compris dans une perspective énonciative, c’est avec l’ambition de formaliser le récit. La fiction ne figure pas, en tant que telle, au nombre de leurs intérêts. Ce n’est pas chose surprenante si l’on pense que la réduction du littéraire au narratif qui dès lors s’opère fait du récit un genre du discours, et non une réalité historique. Il demeure que la conception poétique issue d’Aristote, celle qui, à travers les âges, a décidé de la hiérarchie des genres, a bien séparé fiction et poésie au titre du narratif4, fondement de la mimesis, pour déclarer une équivalence entre littérature (poiesis)et fiction.

  • 5 Au sein de Tel Quel, c'est surtout Barthes qui, dans les années 1963-1968, celles du volume Théorie (...)
  • 6 Dans La Révolution du langage poétique(1974), J. Kristeva emploie de manière interchangeable les d (...)

6Dans ces mêmes années, la linguistique du discours influence également en Tel Quel une description de la littérature, « appelée, dans la clôture, poésie ou fiction », comme une « pratique signifiante » bien spécifique (Sollers, 1968 : 10). Dans la mesure où l’ambition théorique s’applique à détruire l’idée que le sens de l’œuvre relève de la conscience surplombante de l’écrivain ou du poète, il s’agit de redéfinir la place du sujet5 dans la langue, notamment en mobilisant les notions issues de la linguistique de l’énonciation. Cependant, parce que Tel Quel envisage la littérature avant tout comme écriture, le texte devient le concept central de sa réflexion – quoique le terme de fiction conserve un emploi6. Celui-ci apparaît notamment quand il est question de prendre la mesure des relations nouvelles à instituer entre littérature et langage. À cet égard, M. Foucault, dans un article de 1963, inséré dans le volume collectif de Tel Quel publié en 1968, affirme « qu’il n’y a pas fiction parce que le langage est à distance des choses ; [… mais que] tout langage qui au lieu d’oublier cette distance se maintient en elle et la maintient en lui, tout langage qui parle cette distance en avançant en elle est un langage de fiction. Il peut alors traverser toute prose et toute poésie, tout roman et toute réflexion, indifféremment » (p. 22). L’extension que reçoit le concept est à la mesure de la valorisation qui en est faite : « l’homme ne sait au fond ce qu’il peut penser : la fiction est là pour le lui apprendre », affirmait Sollers dans « Logique de la fiction » (1962 : 18). Dans ce domaine de la connaissance, la littérature, celle que Tel Quel, de Lautréamont au Surréalisme, investit, est sœur de l’imagination, de la mémoire, du rêve. Mais si la fiction ne se départit pas de sa puissance d’exploration du réel, la déclarer ici, tel Mallarmé, comme « méthode » (Sollers, 1962 : 33), excède la définition, et la description, linguistique de la notion.

7En 1969, un article de M. Arrivé témoigne de ce moment-charnière où l’enjeu est de réussir à concilier dans l’exploration linguistique des textes littéraires l’héritage structural immanentiste, mis à contribution pour élaborer l’ordre réglé des combinatoires internes au récit, avec la conception translinguistique à l’origine d’un texte ouvert, dont la langue est bouleversée jusqu’à l’agrammaticalité. Dans cet article, l’idée d’une autonomie du texte littéraire – texte conçu par le linguiste comme modalité du discours, et non comme régime d’écriture – est réaffirmée sur la base de son « achèvement structural » (p. 11). L’étudier suppose, nous dit M. Arrivé, de « renoncer à toute information extérieure » (p. 12), comme si la littérature relevait de la fiction par et en son isolement même. On y reviendra.

8D’une manière générale, il faut attendre les années quatre-vingt pour que la linguistique s’intéresse au discours littéraire au titre de la fiction, et non plus à propos de la narrativité. Confrontée aux options devenues dominantes de la pragmatique, la linguistique de l’énonciation, fait effectivement siennes certaines des préoccupations de cette discipline désormais influente. Néanmoins, on verra que, pour envisager la question fictionnelle, elle n’emprunte pas toujours les conceptions logiques de la vérité et de la référence défendues par la pragmatique, mais regarde vers la narratologie et la rhétorique des figures. Par ailleurs, dans ces mêmes années, une sémantique formelle de l’énoncé utilise dans le cadre de la logique modale le concept de « monde possible » et trouve naturellement les récits de fiction pour objet d’étude.

Le discours de la fiction

9Avec « Le Statut logique du discours de la fiction » (1979), John Searle élabore une théorie, l’une des plus connues et des plus influentes, dans un ouvrage où, comme l’indique la préface de Joëlle Proust, il rend compte, selon une attitude plutôt nouvelle pour la philosophie analytique, de « l’énonciation quand elle cesse d’être littérale ou sérieuse » (p. 7). Sa typologie des discours repose sur des actes illocutoires conçus comme des « espèces conceptuelles naturelles » (p. 34), en nombre nécessairement fini et limité. Elle s’inscrit dans le contexte d’une philosophie de l’esprit pour laquelle tout acte est gouverné par une intentionnalité susceptible d’être décrite. Ce n’est pourtant pas que Searle reconnaisse une spécificité actionnelle à la fiction, puisque « l’acte illocutoire accompli dans l’énonciation est fonction du sens » (p. 107), et que la fiction emprunte au langage ordinaire ses significations : « il n’y a pas de propriété textuelle, syntaxique ou sémantique qui permette d’identifier un texte comme œuvre de fiction » (p. 109), affirme-t-il. Aussi « écrire un roman » est-il par lui assimilé à un acte de langage de type assertif, mais où sont suspendues les règles qui l’encadrent, en particulier celle qui régit les conditions de sincérité de l’auteur. En effet, celui-ci « feint d’accomplir des actes illocutoires en énonçant (en écrivant) réellement des phrases » (p. 111). Pour Searle, en tant que discours, la fiction n’a aucun caractère textuel propre ; sa spécificité n’est pas linguistique, mais d’ordre pragmatique ; elle ne renvoie pas de manière inhérente au statut de l’instance discursive en jeu, mais réside dans les « intentions illocutoires de l’auteur » (p. 109) qui sont, d’après lui, celles, ouvertement assumées, de la feinte.

  • 7 À noter que ce « centre de perspective » n'a pas chez Genette (1972,1983) le statut d'instance. Pou (...)
  • 8 Si l'on considère le cadre plus marginal où le discours littéra ire est ramené à l'un de ses régime (...)

10En France, dans les mêmes années, la pragmatique de Ducrot se développe au sein de la linguistique de l’énonciation. Les « descriptions du sens » qu’elle propose sont « pragmatiques dans la mesure où elles prennent en compte le fait que le sujet parlant accomplit des actes, mais il accomplit ces actes en transmettant à l’interlocuteur un savoir – qui est un savoir sur sa propre énonciation » (1984 : 184). Énonciation que le linguiste définit comme « l’événement constitué par l’apparition d’un énoncé », lui-même caractérisé par sa « cohésion » et son « indépendance ». Ducrot (1984) conçoit ainsi que le discours à lire comme un seul énoncé est celui du texte littéraire, poème ou pièce de théâtre. S’il ne s’arrête pas sur une qualification fictionnelle de la littérature, il indique en revanche très clairement que c’est en suivant la voie ouverte par la théorie polyphonique élaborée par Bakhtine au contact des « textes littéraires » (p. 171) qu’il entend remettre en question « l’unicité du sujet de l’énonciation » (p. 189). Dans ce cadre, il façonne comme être théorique, un « énonciateur », qu’il distingue du « locuteur » (responsable de l’énoncé) et du « sujet parlant » (producteur de l’énoncé), unique « être empirique » des trois instances. Les énonciateurs ont pour particularité de manifester leur point de vue dans l’énoncé « sans que pour autant on leur attribue des mots précis » (p. 204). Comme il est évidemment difficile de constituer une telle instance en un véritable sujet illocutoire, Ducrot fait appel aux « comparaisons, avec le théâtre d’abord, puis avec le roman » (p. 205). Quand, Searle, après Austin, voient dans la fiction un usage linguistique déviant, Ducrot, quant à lui, demande au règlement énonciatif des textes littéraires une caractérisation, métaphorique, des instances linguistiques. Le théâtre lui apprend que l’« énonciateur est au locuteur ce que le personnage est à l’auteur » et le roman (l’exemple analysé est l’incipit de L’Éducation sentimentale) met ce sujet « en parallèle avec ce que Genette appelle quelquefois “centre de perspective”7 » (p. 208). Ainsi, ce n’est plus par rapport à la norme du langage usuel que le discours fictionnel8 est envisagé, puisque celui-ci s’offre comme modèle pour comprendre l’ordinaire du discours. Du même coup, chez Ducrot, le discours de la fiction n’obéit à aucune caractérisation énonciative liée à une détermination instancielle susceptible de l’isoler en tant que tel.

  • 9 Searle affirme la prééminence du pragmatique sur le linguistique dans le cadre d'une réflexion sur (...)

11Avec les options d’une pragmatique cognitive, A. Reboul (1992) mène quant à elle une réflexion sur la fiction qui exclut toutes considérations de sémantique linguistique. Le discours de la fiction y est reconnu pour des modalités qui, à la manière de Searle, ne sont pas linguistiques, mais directement pragmatiques9 : « la spécificité de la fiction, c’est tout à la fois, la fausseté par défaut de référence [à rapporter à la vérité logique de la proposition exprimée par l’énoncé] et le manque d’engagement du locuteur » (p. 15). Toutefois, dans cet environnement cognitif, la fiction reçoit une qualification qui, on va le voir, fait d’elle une figure.

La fiction comme figure

12Par contraste avec Searle qui fait une différence très nette entre discours figuré et discours de fiction, puisqu’il déclare que le premier est « non littéral », tandis que le second, « non sérieux », suspend l’engagement illocutoire du locuteur, C. Kerbrat-Orecchioni, dans un article paru en 1982, propose une description linguistique de la fiction, où est mis en avant son caractère de discours figuré.

  • 10 En décrivant l'énallage comme un trope, C. Kerbrat-Orecchioni ne suit pas ici la tradition stylist (...)

13Dans cette réflexion, la fiction acquiert un statut de trope ; la littérature y est vue comme « un gigantesque trope fictionnel » dont le plus évident est l’énallage de modalité10, puisque « presque tous les récits sont de bout en bout rédigés à l’indicatif » (p. 39), en lieu et place du conditionnel qui, selon elle, est le vrai registre modal de la fiction. Certains auteurs tentent d’ailleurs d’exhiber et de faire valoir ce mode comme la littéralité de la fiction : c’est le cas de l'incipit de L’Homme assis dans le couloir écrit en 1980 par Marguerite Duras, choisi comme exemple par Kerbrat-Orecchioni, qui est mené au conditionnel avant que le texte ne poursuive à l’indicatif, en pratiquant l’énallage de mode courante : « L’homme aurait été assis dans l’ombre du couloir face à la porte ouverte sur le dehors. Il regarde une femme qui est couchée à quelques mètres de lui […] ». À la manière du trope – qui propose en même temps, et de façon conflictuelle, sens littéral et sens dérivé, le discours littéraire se présente donc « tout entier et tout à la fois sur le mode de l'“être” et du “n’être pas” » (p. 44) : « littéralement, l’énoncé semble décrire le monde réel ; en fait, c’est d’un monde fictif qu’il nous parle » (p. 42). Le lecteur de fiction n’est d’ailleurs pas une dupe : il sait que le sens littéral est mensonger, mais, encouragé par l’auteur, il souhaite y adhérer pour poursuivre à loisir sa lecture. La fiction réclame en somme, nous dit C. Kerbrat-Orecchioni, en reprenant la terminologie psychanalytique, un « sujet clivé » (p. 43) – sujet dont la division renvoie au caractère polyphonique du « sujet de l’énonciation » proposé par Ducrot (1984, supra).

14La pragmatique d’A. Reboul (1992), qui s’inspire de la théorie de la pertinence de D. Sperber et S. Wilson (1989), emprunte également à N. Goodman (1978) sa conception de l’expression artistique. Pour ce dernier, dont l’esthétique se réclame de la philosophie analytique, la fiction fait appel à des procédés non littéraux, comme la métaphore, ou à des moyens non dénotationnels, comme l’exemplification et l’expression. Ricœur (1975, 1983-1985), dans sa tentative originale de synthèse entre philosophie analytique et herméneutique, envisage lui aussi la métaphore et le récit de fiction comme deux formes d’« innovation sémantique » comparables (la première, dans la prédication ; la seconde, pour l’agencement des événements dans une intrigue feinte). Cette description de la fiction en termes de réalité figurale se retrouve chez A. Reboul (1992). La fiction y est vue là aussi comme une métaphore, seul moyen, selon elle, pour un écrivain ou un poète de communiquer directement sa pensée.

Fiction, mondes et univers d'interprétation

  • 11 . Lorsque Ducrot distingue la phrase comme « objet théorique », invention de la grammaire, de l'éno (...)

15La sémantique formelle qui se préoccupe de questions fictionnelles, celle de R. Martin (1988), prend soin, quant à elle, de disjoindre les domaines sémantique et pragmatique, à la différence de la pragmatique d'O. Ducrot représentant l'option d'une « pragmatique intégrée » (Anscombre, Ducrot, 1988 : 20) à la sémantique (voire même à la linguistique, quand y sont associés les aspects syntaxiques). Dans ce nouveau cadre, le sens repose sur des relations prévisibles, et calculables, qui définissent le champ de la sémantique, tandis que les situations discursives, toujours changeantes, sont de compétence pragmatique : la distance est ainsi volontairement maintenue entre la phrase, objet d'une description sémantique, et l'énoncé, du ressort de la pragmatique11

16Cette sémantique s'est appuyée sur la théorie des « mondes possibles », empruntée à Leibniz, puis à Kripke et Hintikka, pour élargir, sur la base de la logique modale, le domaine des entités dénotables. Elle peut ainsi prendre en compte la fiction, qui, réalité potentielle ou contrefactuelle, s'apparente volontiers à de tels mondes, quoique le monde fictionnel ne puisse pas être directement assimilé à la catégorie élaborée par Kripke (1963). En effet, la fiction est souvent inconsistante, alors qu'un « monde possible » n'admet pas d'entités contradictoires, et même si ce n'est pas le cas, elle nous présente de toute évidence des mondes incomplets et non homogènes (Dolezel, 1988). Aussi une sémantique du monde possible ne peut offrir à la fiction qu'un « modèle distant » (Pavel, 1986 : 67-68) : « on ne peut transposer comme telles à la fiction littéraire les notions logiques de monde possible, de référence et de vérité » Jacques, 1992 : 117). Toutefois, c'est en renvoyant la littérature à une construction mondaine que la fiction trouve une nouvelle caractérisation sémantico-logique.

  • 12 Le monde fictionnel comporte aussi ses mondes possibles, ceux donnés comme tels par un narrateur qu (...)

17À suivre les propositions, et les exemples de R. Martin (1988), on voit en effet que les formes d'irréel, les mondes possibles qu'exprime un locuteur, sont, dans le discours usuel, à rattacher à un « monde futur » (ils auront beaucoup d'enfants), à un « monde potentiel » (ils veulent beaucoup d'enfants), ou encore à un « monde contrefactuel » (ils auraient voulu des enfants). Ils forment dans l' « univers de croyance » du locuteur des inexistants qui sont donnés comme tels. Différemment, dans la fiction, les réalités décrites ont d'emblée, en dépit de leur statut logique d'inexistant, une existence affirmée, ou présupposée, par un locuteur-narrateur qui ne cherche aucunement à faire état de leur irréalité. C'est ainsi que, suggère R. Martin (1988), dans une réflexion où se lit une application originale de la logique modale à la narratologie comme discours du récit (Genette, 1972), le narrateur, celui qui raconte, bien différent de l'auteur qui imagine, s'apparente pour le lecteur de fictions au lieu d' « une image d'univers où se trouve prise en charge la vérité de ce qui est dit » (p. 167). Disparaît alors, selon R. Martin, le « paradoxe de la fiction » (ibid.), où l’on « affirme ce qui n’est pas sans suspicion de mensonge » (p. 161), puisque c’est à l'univers de croyance du narrateur12 qu’il faut rapporter le discours du roman, et non à l’auteur.

18Par ailleurs, en postulant que, dans le texte littéraire, la temporalité verbale modifie les valeurs exprimées en langue, la sémantique a contribué à la description des mondes fictionnels. Dans une perspective poétique, K. Hamburger (1957) dénie au prétérit épique sa fonction grammaticale ordinaire où il désigne le passé, pour en faire un signe de fiction, adressé au lecteur. Puisque dans le monde du roman, les personnages ne vivent pas au passé, avance-t-elle, en fiction, le prétérit prend valeur atemporelle. H. Weinrich (1964), quant à lui, cherche à établir une systématique des temps verbaux sur le modèle des attitudes communicatives, de manière à organiser la partition des genres et des modes littéraires : l’imparfait, le passé simple sont les temps du « monde raconté », ceux du roman, du conte et de la nouvelle ; dans ce monde, l’imparfait est réservé à l’arrière-plan de la description ou de la réflexion, tandis que le passé simple figure l’« événement inouï » (Goethe), support de l’action et moteur de l’intrigue.

La référence fictionnelle (nulle, feinte ou suspendue)

  • 13 . Il est à noter que ce rapport indirect de représentation entre le nom et la chose est qualifié pa (...)
  • 14 Pour Ricoeur (1975), au-delà de la phrase, et dans le registre du texte, c'est l'herméneutique, en (...)

19En 1952, dans un précis de sémantique française, S. Ullmann reprend le triangle sémiotique de C. Odgen et I. Richards (1923) pour doter le signe de la liaison référentielle que Saussure avait écartée. Chez Ullmann, le nom « symbolise » le sens qui « se rapporte » à la chose ; entre le nom et la chose s’établit un rapport indirect où l’un « représente » 13 l’autre (p. 22). La référence renvoie ainsi à la prise en compte des relations entre les mots d’un côté et les choses et états de chose qu’ils désignent de l’autre (également appelés des référents ou des référés). Le mot, et tout particulièrement le nom, est privilégié par la sémantique référentielle. Toutefois, la question de la référence met en jeu aussi d’autres unités linguistiques, avec au premier chef les expressions à fonction référentielle (dont les descriptions définies), tout comme elle intervient à hauteur d’unités de plus grande dimension, de la phrase au texte, dans le contexte modal de l’énoncé comme de son énonciation ou en tant qu’acte de langage14.

20La référence est également au cœur de la réflexion des logiciens et, en tout premier lieu, elle organise la pensée de Frege (Bedeutung) et de Russell (denotation), deux grandes influences de la pragmatique – tant pour son courant formaliste issu de Carnap, que pour l’étude du langage naturel qu’Austin inaugure. Frege, en 1892, propose la distinction entre sens et référence, entre sens et dénotation, et l'exemplifie notamment en s'appuyant sur l'exemple littéraire de l'épopée. Lorsqu'on lit qu'« Ulysse fut déposé sur le sol d'Ithaque dans un profond sommeil » (p. 109), on perçoit bien que cette proposition a un sens, mais parce que le nom d'Ulysse n'a pas de dénotation, elle est privée de référence, c'est-à-dire de valeur de vérité. Frege insiste toutefois pour dire que cette recherche dénotative, ce souci de la référence, ne doit s'appliquer qu'aux cas où la valeur de vérité importe. Cela n'est pas, selon lui, la situation de l'épopée : « à vouloir en chercher la vérité, on délaisserait le plaisir artistique pour l'examen scientifique. De là vient qu'il importe peu de savoir si le nom d' "Ulysse" […] a une dénotation, aussi longtemps que nous recevons le poème comme une œuvre d'art » (ibid.).

  • 15 C'est cet argument qui fait dire à F. Rastier que « la théorie de la référence ne peut fonder une s (...)
  • 16 Il faut dire cependant que des développements donnés à la sémantique structurale par une sémantiqu (...)
  • 17 Il est à noter que le premier tome du Dictionnaire (Greimas, Courtès, 1979) n’avait pas d’entrée «  (...)

21La distinction frégéenne entre sens et référence nous permet d'entrevoir pourquoi la sémantique structurale, qui se consacre à l'exploration du sens au niveau élémentaire de la signification qu'elle décrit avec le sème, ne se préoccupe pas des référents. Le niveau lexical reste en effet le niveau premier d'appréhension du lien référentiel15. Toutefois, lorsque cette sémantique configure des champs à partir d'un sens commun aux lexèmes, elle s'appuie sur leur valeur relative à l'intérieur du système de la langue, sans véritable considération pour la référence16. Dans ce cadre structuraliste, l'article de 1969 de M. Arrivé soutient l'hypothèse que le texte littéraire n'a pas de référent » (p. 6). Tandis qu'il propose une analyse à partir de lexèmes empruntés à l'Ubu roi (1896) de Jarry, il déclare que ceux-ci agencent un « complexe de sèmes organisé de façon cohérente, mais entièrement fictive » (ibid.). Dans cette fin des années soixante, la fiction repose, à l'entendre, sur la manifestation d'un sens autosuffisant, relationnel, coupé de la référence. De la même manière, la sémiotique issue de la sémantique structurale, celle de Greimas qui centre ses intérêts sur la narrativité, conçue comme condition du sens, fait peu de cas de la fiction en tant que telle : « le caractère fictionnel ou non-fictionnel d'un récit ne change rien […] à sa structure narrative » lit-on dans le Dictionnaire (Greimas, Courtés, 1986, art. « Fiction » 17). La fiction devient « un effet de sens produit par la disposition intratextuelle du discours » (ibid.). Ce parti pris d'autoréférentialité opère un déplacement méthodologique de l'exploration notionnelle où la référence interne au texte entre en jeu : des phénomènes de cohérence et de cohésion discursives sont dès lors à l'étude, ceux qu'une sémantique textuelle étudie au moyen des isotopies ou des expressions coréférentielles.

22Les conclusions de M. Arrivé sont directement remises en cause par un article de G. Lavis (1971), tandis que cette vision d'un texte littéraire à référence zéro, : équivalente en quelque sorte à la dénotation nulle des logiciens, est contestée par C. Kerbrat-Orecchioni (1982) au nom d'une conception, non pas logique, mais linguistique de la référence. Dire que le texte littéraire n'a pas de référent est de leur point de vue aussi absurde que de dire qu’un mot comme « licorne » ou comme « snark » en est privé. Que le référent mis en cause par de tels mots renvoie à un objet inexistant est chose entendue et fait dire à Lavis que « le référent du texte littéraire n’est pas réel, mais fictif » (p. 15), dans la mesure où la fiction se donne pour un univers imaginaire ou parce que les référents des objets mentionnés sont eux-mêmes fictifs (fée, lutins, etc.) ; on dit « abusivement non-référentiels [pour] des textes dont le référent est d’un type spécial (fictionnel) », précise quant à elle C. Kerbrat-Orecchioni (1982 : 31).

  • 18 Pour un développement de cette question, voir l’article de C. Montalbetti (2001b) et plus générale (...)

23De son côté, Searle associe une définition linguistique de la référence à son évaluation logique, en termes d’acte de langage, pour déclarer que l'œuvre de fiction, le roman principalement selon ses exemples, n’est pas uniquement redevable d’un discours de la fiction. En effet, dans l’introduction à Sens et expression, le philosophe précise qu’il entend par référence « non pas la prédication, ou la vérité, ou l’extension », mais, linguistiquement en somme, « la relation entre des expressions comme les descriptions définies ou les noms propres d’un côté, et les choses auxquelles elles servent à faire référence de l’autre » (1979 : 34-35). Reliée à l’acte de langage qui consiste à faire référence, et qui suppose, à l’en croire, que l’objet auquel on se réfère existe, la fiction nous présente et des « références feintes » (mais non pas nulles) et, dans la mesure où certaines expressions référentielles font appel en fiction à des noms de personne, de lieux ou d’événements existants ou ayant existé, des « références réelles » (p. 116)18.

24Dans une optique sémantico-pragmatique qui intègre les acquis de la philosophie analytique, F. Jacques (1992) montre également que prôner l’absence de référent du texte littéraire, c’est « oublier que tout discours est référentiel […] par la nature même du langage. Ce n’est pas la référentialité mais le mode de référenciation qui est fonction du type de texte. Quand un discours est imaginaire, il ne cesse pas d’être référentiel. Seulement la référence peut être multiple, opaque, difficile à scruter, être suspendue, mise en échec, etc. » (p. 100). Cette idée d’une référence suspendue, propre à la fois à la fiction et à la métaphore, comme archétype du discours figuré, a déjà été avancée par P. Ricœur (1975). Dans le texte littéraire, la dénotation à l’œuvre est, affirmait-il, « de second rang » ; elle est obtenue « par suspension de la référence du discours descriptif » (p. 278). C’est cette suspension qui permet à la fiction, selon Ricœur et F. Jacques, de proposer des refigurations de notre monde réel. Ce dernier auteur développe cette idée de suspension de la référence pour y associer, dans sa conception dialogique de la pragmatique, ce qu’il décrit comme étant le régime modal implicite du texte littéraire. Fondamentalement, pour lui, la fiction est de nature interrogative et relève du questionnement. Si « c’est à la réponse de stipuler la référence », on sait cependant que, dans le texte littéraire, « la suspension référentielle peut fort bien ne pas se résoudre » (1992 : 119-120) et la référence demeurer virtuelle.

Poétique

  • 19 Voir le titre d’un article de R. Barthes (1976), « Il n’existe aucun discours qui ne soit une Ficti (...)
  • 20 Ricœur (1983-1985) emprunte ce terme au philosophe L. O. Mink (1965) ; au nom de la « prétention à (...)
  • 21 Souvent au-delà de sa stricte définition poétique comme « allégation de fiction, marquée en généra (...)

25Il convient sans doute de dire en préambule que, dans le sillage de la réflexion engagée par Tel Quel, une attitude théorique a été adoptée dans les études littéraires qu’on pourrait qualifier rapidement de textualiste ou de postmoderne. Parce qu’elle réfute, en outre, l’idée même de genre, elle refuse également la pertinence d’une distinction entre fiction et non-fiction dans l’appréhension des œuvres. Ce refus n’a pas cependant pour conséquence de faire disparaître la catégorie de la fiction19, mais conduit plutôt à un usage étendu où le terme devient en quelque sorte synonyme d « acte configurant », pour reprendre un terme de Ricœur (1983 : 129 ; 1984 : 12) 20. L’apparition du néologisme « autofiction », forgé en 1977 par S. Doubrovsky témoigne de ce nouvel intérêt. Proposée comme défi aux classes de la poétique autobiographique élaborée par P. Lejeune (1975), l’autofiction est présentée dans le prière d’insérer de Fils comme une « fiction, d’événements et de faits strictement réels ». Sa définition ne s’appuie donc pas sur l’arbitraire de réalités inventées, mais sur l’artifice de l’ordre compositionnel : « la part d’invention dite romanesque se réduit à fournir le cadre et les circonstances d’une pseudojournée, qui serve de fourre-tout à la mémoire », précisera l’auteur quelques années plus tard (Doubrovsky, 1980). L’architecture (« cadre », « circonstances ») est fictionnelle (« une pseudo-journée ») ; les faits sont avérés (« strictement »). Cette nouvelle catégorie hybride, devenue prégnante dans la critique21, met en évidence que, par un renversement historique, la fiction narrative est désormais le modèle de formation du récit autobiographique, quand le roman en quête de légitimité imitait encore au xixe siècle le récit de vie, pouvait s’intituler Histoire de…, et s’appuyait le plus souvent sur l’équivalence structurelle un roman : une vie (avec l’exception balzacienne pour confirmer la règle et annoncer de nouvelles perspectives).

  • 22 On retrouve dans la pensée de K. Hamburger (1957) cette équivalence entre littérature et fiction. (...)

26Si l’on revient maintenant à la réflexion poétique, il faut dire que la question de la fiction n’y est pas toujours envisagée à partir de considérations directement linguistiques. Même si, d’un point de vue pragmatique, dès sa fondation, la poétique aristotélicienne, comme art de la création verbale, fixe au langage des buts bien différents de la rhétorique conçue comme « ce qui peut être propre à persuader » (Aristote, 1991, II, 1355b), elle peut être qualifiée de « thématique » en raison du privilège qu’elle accorde à la « représentation d’événements imaginaires » (Genette, 1991 : 22). On a vu en effet que le critère thématique de la fable (muthos), définitoire de la mimesis chez Aristote, fait coïncider la littérature (la poiesis) avec la fiction22. Dans un deuxième temps seulement, les frontières internes au littéraire, à la poiesis, entre épopée d’un côté et tragédie et comédie de l’autre, sont redevables d’une opposition (empruntée à Platon) dont le caractère serait dit aujourd’hui énonciatif ou pragmatique : dans un cas, « c’est le poète qui parle lui-même » ; dans l’autre, il parle « comme s’il était quelqu’un d’autre » (Platon, 1993, iii, 393a et c).

27Au xxe siècle, la poétique, descriptive, avec Valéry, puis Jakobson, replace le langage au centre de ses préoccupations pour servir des ambitions formelles et fonctionnelles (chez K. Hamburger aussi, malgré son optique néo-aristotélicienne). Aussi s’emparer de la fiction revient-il pour la poétique à s’intéresser à la définition, et à la caractérisation, au sein du discours littéraire, de marqueurs linguistiques spécifiques de la fictionnalité. La question n’est pas tant en ce qui la concerne celle de la référence et de la valeur de vérité des énoncés fictionnels (comme Frege en avait eu l’intuition), même si, au préalable, et pour une partition des genres, la distinction entre fiction et non-fiction continue de faire appel à une logique référentielle.

28On retrouve là la réflexion initiale de P. Lejeune (1975) qui, en raison de son objet, l’autobiographie, distingue l’un des premiers non pas le texte référentiel du texte fictionnel – car il insiste sur leur indistinction formelle –, mais les récits relevant d’un « pacte référentiel » de « toutes les formes de fiction » (p. 36). Ce pacte étant redevable, comme toute théorie linguistique de la référence singulière y engage, essentiellement du nom propre. C’est aussi la démarche première de Cohn (1999), lorsqu’elle propose une définition générique de la fiction – « la fiction […] n’est pas une question de degré mais de genre », p. 61) – comme « récit littéraire non référentiel » (p. 30). Avec des résonances pragmatiques, « non référentiel » signifie pour elle « invérifiable » et « complet » (p. 33). On voit que lorsque la fiction relève d’une logique poétique où le genre est en jeu, référentiel et fictionnel deviennent des termes complémentaires qui mutuellement s’excluent.

  • 23 Viser directement cette question a consisté le plus souvent pour la poétique à se préoccuper des « (...)

29Ainsi, les préoccupations d’une poétique qui s’appuie sur la linguistique du discours et la pragmatique pour caractériser la fiction s’affirment par-delà la question de la référence23. Et on peut le penser, indépendamment même de ses tendances « ségrégationnistes » ou « intégrationnistes » (Pavel, 1986 : 20-21) à l’égard de la fiction. C’est pourquoi l’on suivra cette exploration de la fiction par la poétique à travers les deux grandes catégories promues par la linguistique de l’énonciation que sont la deixis et le mode (liées, bien évidemment, à la référence). Si celles-ci ne subsument pas la totalité des caractères reconnus par la poétique à la fiction, elles peuvent, croyons-nous, décider de leur présentation raisonnée.

La deixis

  • 24 F. Armengaud (1985 : 54) rapporte l’anecdote fictive, imaginée par Y. Bar-Hillel (dont la pragmati (...)
  • 25 Il ne s’agit pas d’explorer ici les conséquences pour la subjectivité de disposer en langue d’un « (...)

30La notion de deixis implique celle de référence, si l’inverse n’est pas toujours vrai. Il est arrivé en effet que certaines conceptions de la référence aient voulu ignorer les composantes déictiques de la langue, notamment à l’intérieur des traditions logique et sémiotique dont la pragmatique procède, et où naît l’intérêt pour ces questions. Si Peirce est l’un des premiers à parler de « signes indexicaux » pour ces mots de la langue dont la référence varie en fonction de leur usage, Russell (1940), à son tour, les distingue comme « egocentric particulars », quoiqu’il cherche, avec la perspective d’une formalisation logique des langues naturelles, à éliminer ces variables qui, selon lui, « ne sont requises dans aucune partie de la description du monde » (p. 130) 24. Mais, avec Benveniste (1966, 1974), et après Jakobson (1963) et ses « shifters », principalement pronoms et temps des verbes, il est admis dans le cadre d’une linguistique de l’énonciation que les « indicateurs de la deixis, démonstratifs, adverbes et adjectifs, […] organisent les relations spatiales et temporelles autour du “sujet” pris comme repère », puisqu’ils sont « sous la dépendance du je qui s’y énonce » (Benveniste, 1958 : 262)25. Ainsi la situation d’énonciation propre à l’énoncé est à rapporter à ses composantes (inter)personnelles, lesquelles repèrent l’espace-temps des sujets discursifs.

31En poétique, l’origine de la fiction est rapportée aux marqueurs de la deixis personnelle. C’est en effet du lien, et de la présence, de la personne à son énoncé que dépend le statut énonciatif de la fiction, analysé tantôt en termes de discours, tantôt comme une simple fonction.

32Genette (1972), qui reprend la distinction de Benveniste (1959) entre « histoire » et « discours », insiste sur le fait que le récit, exemplifié par le roman, est un régime particulier du discours. Il revient sur la notion d’« énonciation historique » proposée par Benveniste (1959) pour réaffirmer que ce « plan historique » (ibid.)admet bien un locuteur, mais dont il faut considérer que la référence linguistique est effacée. Il confirmera (1991) que la particularité énonciative de la fiction réside dans le dédoublement de son instance d’origine, entre auteur et narrateur. On a vu qu’en sémantique formelle, R. Martin (1988) donne à cette scission une explication en termes de mondes possibles : puisque celui qui imagine n’est pas celui qui raconte, l’énoncé fictionnel appartient à l’« image de l’univers » du narrateur, qualifié de « medium qui évolue avec la fiction littéraire elle-même » (p. 169 ; repris à K. Friedemann, cité par Hamburger, p. 129).

33À l’opposé, s’illustre la réflexion de K. Hamburger (1957). L’auteur soutient le postulat que la fiction épique est, comme le drame, marquée par une simple fonction narrative, dans la mesure où, pour elle, ce type de récit présente une structure autonome, sans narrateur, reposant uniquement sur les « je-origine » fictifs que sont les personnages. C'est d'ailleurs ce qui lui donne à ses yeux un caractère de « fiction » ; caractère à comprendre strictement et à différencier du récit à la première personne qui, imitant un acte de langage ordinaire, a pour Hamburger une vocation toute différente de « feinte ».

34Relativement à ce statut énonciatif de la fiction – discours ou fonction –, les propositions de D. Cohn (1999) se situent en quelque sorte dans une position intermédiaire, entre Genette et Hamburger. Si Cohn acquiesce au postulat d'existence d'un narrateur, distinct de l'auteur en régime fictionnel, elle le fait plus en raison, dit-elle, de la valeur heuristique d'une telle réalité q e pour sa vérité conceptuelle et veut insister sur l'ontologie bien particulière d'une instance dont les compétences outrepassent singulièrement de banales prérogatives auctoriales. C'est le même type de restriction que fait J.-M. Schaeffer lorsqu'il souscrit à l'existence d'un narrateur pour tout récit, mais l'émancipe de sa condition de personne, et non une figure d'auteur comme le pense Genette (1972, 1983), car il n'est pour lui qu'un simple « présupposé pragmatique » (1987 : 572).

  • 26 Sur la place à accorder à l’espace dans le système déictique fictionnel, v. notre article (1993).

35Dans un deuxième temps, c'est en se référant à la composante spatio-temporelle déictique, et plus souvent au temps qu'à l'espace 26, que la spécificité linguistique du discours de la fiction est décrite. En effet, alors que l'immédiateté et la réciprocité d'une situation de communication usuelle, affichée par la deixis, indiquent une relation stable entre les indicateurs interpersonnels (je/tu) et spatio-temporels (ici/maintenant), en fiction, ceux-ci sont susceptibles de présenter des agencements hétérogènes qui combinent des repères contradictoires, ou relèvent de logiques énonciatives concurrentes : futur et passé se télescopent, ancrage et distance énonciatifs rivalisent. Ainsi, pour L. Danon-Boileau, « les trois éléments [je, ici, maintenant] qui définissent la situation d'énonciation ne sont pas nécessairement employés de façon solidaire dans le repérage institué par le texte : c'est même le jeu sur cette déliaison qui s'appelle l'écriture » (1982 : p. 41). Le dernier terme n'est d'ailleurs pas exempt d'ambiguïté : « écriture » est-il ici, dans un livre intitulé Produire Le fictif, synonyme de « fiction », ou plus simplement, pour reprendre un mot de Benveniste, est-ce toute « énonciation écrite » (1970) qui est visée ? Il est patent toutefois que le discours du roman présente des associations aberrantes du point de vue de l'énonciation en langue. C'est ce que met en évidence J. Simonin-Grumbach (1975), avant même L. Danon-Boileau, également dans une perspective culiolienne où l'énonciation est envisagée comme une suite d'opérations et de calculs. Elle s'intéresse au roman de Robbe-Grillet, La Jalousie, paru en 1957 qui, avec la combinaison il + présent, offre l'exemple d'une des plus évidentes déliaisons romanesques de la deixis. A telle enseigne que ce présent de roman ne possède plus, selon elle, les caractéristiques d'un temps énonciatif ; rendu indépendant de toute situation de locution précise, il n’est en réalité qu’un temps de l’énoncé et les adverbes temporels qui lui sont corrélés sont aussi bien des déictiques que des anaphoriques (« A… lit le roman emprunté la veille, dont ils ont déjà parlé à midi », p. 16).

  • 27 Ce dernier exemple est emprunté à M. Vuillaume (1990) qui suggère que la temporalité fictionnelle (...)

36Symétriquement, l’autre grande association discordante du sujet et du temps, proposée de manière récurrente par le discours romanesque, résulte de la combinaison inverse, je + passé simple, montée entre un centre déictique et ce temps typique du récit, coupé de toute source énonciative. L'incipit de L’Histoire de Gil Blas de Santillane(1715-1735) de Lesage en propose un bel exemple, avec un « je vins au monde… » inaugural où, pour mettre en scène l’autre soi-même, celui que l’on fut, situé à distance de celui que désormais l’on est, un tel usage temporel ne manque pas d’attirer le je vers le il. Plus généralement, on peut dire que les grandes formes fictionnelles de première personne, roman picaresque, roman de formation, autobiographie et mémoires fictives, construites sur l’exploration narrative du je, ont partie liée avec la distorsion énonciative du sujet et du temps. Cette hétérogénéité avait été mise en lumière par K. Hamburger, mais d’une manière plus restreinte, comme une caractéristique de la « fiction », au sens strict, à propos des étranges associations qu’on y trouve. Celles agencées entre déictiques spatiaux et troisième personne (du type « C’est la première fois qu’il voit se lever le jour ici. Au loin, des palmes bleues » (M. Duras, Le Vice-consul, 1966), mais aussi celles entre déictiques temporels et prétérit, ou plus-que-parfait (comme « elle se retourna contre les barbares, aussi terribles de ses côtés qu’elle l’était de front tout à l’heure », G. Flaubert, Salammbô, 1862)27. Autrement, dans la littérature contemporaine, il arrive que le roman nous donne à lire la combinaison je + présent, homogène du point de vue énonciatif, mais dont l’étrangeté réside dans un emploi constant. Parce que le dire et le dit coïncident alors tout au long du récit, la situation narrative ne peut, souligne D. Cohn (1999), être rapportée à l’une des rédactions dont il est admis que le roman de première personne procède. Quant à ce présent, il n’est plus ni présent historique (comme dans les contextes narratifs au passé), ni présent d’énonciation (comme dans les monologues), mais devient celui dont aucun autre discours ne procède. C’est typiquement un « présent fictionnel » (p. 164) qui joue aussi bien sur la durée que sur l’aspect : « je somnole et me réveille, dérivant d’un rêve informe à un autre. Dès le milieu de la matinée, il fait trop chaud pour dormir… Déjà une torpeur pèse sur la ville » (J. M. Coetzee, En attendant les barbares, 1991).

Le mode

  • 28 À la différence des romans monologues (v. Les Lauriers sont coupés (1887) d’É. Dujardin ou Amants, (...)

37Catégorie complexe, le mode dont s’empare la poétique n’est ni le mode grammatical, ni le mode de procès (l’Aktionsart), inscrit morphologiquement ou sémantiquement dans le verbe. Il met en jeu l’énoncé dans son ensemble, à la manière dont on oppose, en logique plus encore qu’en linguistique, le modus et le dictum, pour faire état de l’attitude du locuteur vis-à-vis de ce qu’il énonce. C’est bien, de cette dernière manière, comme régulation de l’information narrative, que le mode est annexé à la poétique par Genette (1972, 1983). Il l’applique, quantitativement, à des faits de distance (ceux qui réglementent l’opposition entre récit de paroles et récit d’événements dans la fiction) et, qualitativement, le renvoie à des faits de perspective ou de point de vue. Ainsi l’un des grands indices de la « fiction » (au sens de Hamburger – limité au récit de troisième personne et au drame) est lié au mode, plus précisément au droit que la fiction s’arroge, à la différence de tout autre discours, de représenter de l’intérieur la subjectivité d’autrui : « la fiction épique est le seul espace cognitif où le Je-origine (la subjectivité) d’une tierce personne peut être représenté comme tel » (p. 88). C’est pour cette raison, modale, que, toujours dans le contexte de récits de troisième personne, des phénomènes comme le monologue intérieur28 ou le style indirect libre, nous introduisant au cœur de la subjectivité d’un personnage, apparaissent également spécifiques du discours fictionnel – et ont pour conséquence de fictionnaliser le discours (historique) qui s’en empare. Toutefois, en suivant Genette (1991), on peut légitimement penser que le roman à la première personne expose lui aussi, le plus souvent, et de manière comparable, un caractère fictionnel. En effet, un narrateur-personnage se limite rarement aux conjectures et spéculations qu’une personne fait sur la vie d’autrui : son statut et sa mission de narrateur l’émancipent de sa condition de personnage. De même, avons-nous vu, les déliaisons de la deixis ne se limitent pas au roman impersonnel.

38La question a souvent été posée de savoir si ces quelques indices linguistiques de fictionnalité sont suffisants pour déterminer avec certitude la qualité fictionnelle d’un récit. Si ceux-ci sont assurément caractérisants, sont-ils réellement identifiants ? Est-ce là affaire de degré ou a-t-on une coupure formelle radicale entre fiction et non-fiction ? Si l’on minimise les critères formels – ceux dont le socle est linguistique (c’est-à-dire principalement style indirect : libre, monologue intérieur, présent fictionnel, focalisation interne, système déictique hétérogène…), et qui ont permis à K. Hamburger d’affirmer qu’il existe des « énoncés fictifs » distincts des « énoncés de réalité » –, on peut penser alors que la réponse n’est pas structurale, mais pragmatique. Il n’y aurait pas alors de langage de la fiction.

39C’est assurément la conception de Schaeffer (1999) qui propose une lecture pragmatique (dans une perspective qui intègre les acquis de la psychologie cognitive) pour définir le récit de fiction comme « feintise ludique partagée ». C’est sans doute aussi le point de vue de Genette (1991) qui complète les propositions de Searle (1979) pour penser que l’acte de fiction est bien de l’ordre d’une assertion (feinte), mais auquel il trouve indirectement une spécificité illocutoire (sérieuse) l’apparentant, au choix, à une déclaration (« je décrète fictionnellement que ») ou à une demande (« imaginez que »). Toutefois Genette, comme Cohn, refusent la discrimination que fait Searle au sein du discours fictionnel entre énoncés assertifs feints et véritables énoncés assertifs (ceux qui engagent réellement leur auteur) : « les références externes cessent d’être vraiment externes dès qu’elles sont introduites dans un univers fictif » ; elles sont « contaminées de l’intérieur », soumises à des procédés de « fictionalisation », dit Cohn (1999 : 32). Ce phénomène renforce l’autonomie de la fiction et plaide plutôt pour un mode d’être séparé.

40Les nouvelles audaces de la fiction se voient un peu partout, mais, en littérature, elles se lisaient déjà dans ces romans de première personne qui, dès le début du xxe siècle, se sont émancipés de toute « mimesis formelle » (Glowinski, 1967) pour ne plus feindre l’autobiographie, le mémoire, la correspondance ou le journal. Ces romans personnels créent une situation narrative originale entre écriture et oralité, récit et discours, rétrospection et actualité. De cette façon, ils se désignent à l’aide de tensions formelles propres à une généricité qui, en effet, pourrait être dite de fiction : « du moment qu’on sait que j’écris comme je me parle on est prévenu », nous dit le bavard anonyme du Quelqu’un de Pinget (1965), que jamais on, « prévenu qu’il se parle », n’aura vu écrire.

Bibliographie

Références bibliographiques

Anscombre (J.-C.), Ducrot (O.), 1988, L’Argumentation dans la langue, Liège-Bruxelles, Mardaga.

Aristote, 1990, Poétique, Paris, Le Livre de poche, « Classique ».

–, 1991, Rhétorique, Paris, Le Livre de poche, « Classiques de la philosophie ».

Armegaud (E), 1985, La Pragmatique, Paris, Presses universitaires de hance, « Que sais-je ? ».

Arrivé (M.), 1969, « Postulats pour la description linguistique des textes littéraires », Langue française, n° 3, septembre 1969, p. 3-13.

Banfield (A.), 1955, Phrases sans paroles : théorie du récit et du style indirect libre, Paris, Le Seuil, 1995.

Barthes (R.), « Il n'existe aucun discours qui ne soit une fiction », La Quinzaine littéraire, 16 janvier 1976.

Benveniste (Ë.), 1966, Problèmes de linguistique générale, t. 1, Paris, Gallimard, « Tel » (1956, « La nature des pronoms », p. 251-257 ; 1958, « De la subjectivité dans le langage », p. 258-266 ; 1959, « Les relations de temps dans le verbe français », p. 237-250).

–, 1974, Problèmes de linguistique générale, t. 2, Paris, Gallimard, « Tel » (1970, « L'appareil formel de l'énonciation », p. 79-88).

Bonoli (L.), 2000, (« Fiction et connaissance : de la représentation à la construction », Poétique, n° 124, novembre, p. 485-501.

Chalonge (F de), 1993, « Enonciation narrative et spatialité », Poétique, n° 95, septembre, p. 325-246.

Cohn (D.), 1999, Le Propre de la fiction, Paris, Le Seuil, 2001.

Danon-Boileau (L.), 1982, Produire le fictif linguistique et écriture romanesque, Paris, Klincksieck.

Dolezel (L.), 1988, " Mimesis and Possible Worlds », Poetics today, vol. 9, n° 3, p. 475-496.

Doubrovsky (S. ), 1977, Fils, Paris, Gallimard, « Folio », 2001.

– 1980, « Autobiographie/vérité/psychanalyse », Autobiographiques : de Corneille à Sartre, Paris, Presses universitaires de France, II Perspectives critiques », 1988.

Ducrot (O.), 1984, Le Dire et le dit, Paris, Ëditions de Minuit, ch. VIII, l'(Esquisse d 'une théorie polyphonique de l'énonciation », p. 171-233.

– 1989, Logique, structure, énonciation, Paris, Editions de Minuit, ch. VII, « Enonciation et polyphonie chez Charles Bally », p. 165-19l.

Foucault (M.), 1963, « Distance, aspect, origine », in Tel Quel : théorie d'ensemble (choix), Paris, Le Seuil, « Points », 1980, p. 13-26.

Freze (G.), 1892, Ecrits logiques et philosophiques, Paris, Le Seuil, 1971.

Genette (G.), 1972, Figures III, Paris, Le Seuil, « Discours du récit », p.67-273.

– 1983, Nouveau discours du récit, Paris, Le Seuil.

– 1991, Fiction et diction, Paris, Le Seuil.

Glowinski (M.), 1967, « Sur le roman à la première personne », trad. 1987, p. 229-245, in Esthétique et Poétique, Paris, Le Seuil, « Points », 1992.

Goodman (N.), 1978, Manières de foire des mondes, Nîmes, fd. Jacqueline Chambon, 1992.

Greimas (A.-J.), Courtés O.), 1979, Sémiotique : dictionnaire raisonné de la théorie du langage, t. 1, Paris, Hachette-Université.

– 1986, Sémiotique : dictionnaire raisonné de la théorie du langage, t. 2, Paris, Hachette-Université.

Hamburger (K.), 1957, Logique des genres littéraires, Paris, Le Seuil, 1986.

Jacquenod (C), 1988, Contribution à une étude du concept de fiction, Berne, Peter Lang.

Jacques (F), 1992, « Rendre au texte littéraire sa référence : essai pour introduire en sémantique du texte la notion de référence suspensive », Sémiotiques, n° 2, avril, p. 93- 122.

Jakobson (R.), 1963, Essais de linguistique générale, « Les embrayeurs, les catégories verbales et le verbe russe », Paris, Ëditions de Minuit.

Kerbat-Orecchionii (C), 1982, l( Le texte littéraire : non-référence, auro-référence ou référence fictionnelle », Texte, n° 1, p. 27-49.

Kripke (S.), 1963, « Semantical Considérations on Modal Logic », Acta Philosophica Fennica, XVI, p. 83-94.

Kristeva (J.), 1974, La Révolution du langage poétique, Paris, Le Seuil, « Points », 1985.

Lavis (G.), 1971, « Le texte littéraire, le référent, le réel, le vrai », Cahiers d’analyse textuelle, n° 3, p. 7-22.

Lecarme (J.), Lecarme-Tabone (É.), 1997, L’Autobiographie, Paris, Armand Colin.

Lejeune (R), 1975, Le Pacte autobiographique, Paris, Le Seuil.

– 1986, Moi aussi, Paris, Le Seuil, « Le pacte autobiographique (bis) », p. 13-35.

Macdonald (M.), 1954, « Le langage de la fiction », trad. 1979, p. 203-228, in Esthétique et Poétique, Paris, Le Seuil, « Points », 1992.

Martin (R.), 1988, « Le paradoxe de la fiction narrative : essai de traitement sémantico-logique », Le Français moderne, octobre, p. 161-173.

Mink (L. O.), 1965, « The Autonomy of Historical Understanding », History and Theory, vol. V, n° 1, p. 24- 47.

Montalbetti (C.), 2001a, La Fiction, Paris, Flammarion, « GF corpus ».

–, 2001b, « Fiction, réel, référence », Littérature, n° 123, septembre, p. 44-55.

Odgen (C.), Richards (I.), 1923, The Meaning of Meaning : a Study of the Influence of Language upon Thought and of the Science of Symbolism, New York, London, Harcourt Brace Jovanovich, 1989.

Pavel (T.), 1986, Univers de la fiction, Paris, Le Seuil, 1988.

Platon, 1993, La République : du régime politique, Paris, Gallimard, « Folio-Essais ».

Rastier (F.), 1987, Sémantique interprétative, Paris, Presses universitaires de France.

–, 1989, Sens et textualité, Paris, Hachette-Université.

Reboul (A.), 1992, Rhétorique et stylistique de la fiction, Presses universitaires de Nancy.

Ricœur (P.), 1975, La Métaphore vive, Paris, Le Seuil, « Points », 1997.

–, 1983, 1984, 1985, Temps et récit, t. 1, 2, 3, Paris, Le Seuil, « Points », 1991.

Russel (B.), 1940, Signification et vérité, Paris, Flammarion, « Champs », 1969.

Samoyault (T.), 2001, « Fiction et abstraction », Littérature, n° 123, septembre, p. 56-66.

Schaeffer (J.-M.), 1987, « Fiction, feinte et narration », Critique, n° 481-482, p. 555-576.

–, 1999, Pourquoi la fiction ? Paris, Le Seuil.

Searle (J.), 1979, Sens et expression : études de théorie des actes de langage, Paris, Éditions de Minuit, 1982.

Shusterman (R.), 2000, « Fiction, connaissance, épistémologie », Poétique, n° 124, p. 503-517.

Simonin-Grumbach (J.), 1975, « Pour une typologie des discours », p. 85-120, in Langue, discours, société : pour Émile Benveniste, Paris, Le Seuil.

Sollers (P.), 1962, 1968, « Logique de la fiction », Logiques, Paris, Le Seuil.

–1968, « Division de l’ensemble », présentation de Théorie d’ensemble (choix), « Tel Quel », Paris, Le Seuil, « Points », 1980.

Sperber (D.), Wilson (D.), 1989, La Pertinence : communication et cognition, Paris, Éditions de Minuit.

Tadie (A.), 1998, « La fiction et ses usages : analyse pragmatique du concept de fiction », Poétique, n° 113, p. 111-125.

Todorov (T.), 1978, « La Notion de littérature », La Notion de littérature et autres essais, Paris, Le Seuil, « Points », 1987.

Ullman (S.), 1952, Précis de sémantique française, Berne, A. Francke, 5e éd., 1975.

Vuillaume (M.), 1990, Grammaire temporelle des récits, Paris, Éditions de Minuit.

Weinrich (H.), 1964, Le Temps, Paris, Le Seuil, 1973.

Notes

1 L’étude de C. Jacquenod (1988) explore le « concept de fiction » pour proposer une typologie des énoncés fictifs produits aussi bien dans le cadre de la conversation quotidienne, des discours de masse (la publicité), des discours scientifique, didactique ou philosophique que à propos des discours littéraires.

2 Il faut noter que la référence est essentiellement conçue par Benveniste comme « sui-référence » : si l’assertion de l’énonciateur produit la phrase, le « référent » est d’abord l’énonciateur lui-même, « l’individu qui énonce la présente instance de discours contenant l’instance linguistique je » (Benveniste, 1956 : 252).

3 Il faudrait sans doute évaluer plus précisément les relations entre linguistique et linérature du point de vue des premières conceptions de l'énonciation chez Bally. Le linguiste introduit le terme d’« énonciation » en 1932 pour une stylistique descriptive qui certes s'oppose aux conceptions littéraires du style comme écart, mais qui influencera directement la conception polyphonique du sujet chez Ducrot (1989), lequel, on va le voir, emprunte ses modèles à la littérature.

4 La mimesis ne peut être comprise comme fiction que dans la mesure où sa définition mobilise l'existence d'une histoire configurée (muthos) ; c'est de cette manière, et en tant qu'il implique une histoire, que le concept de récit domine celui de fiction (narrative ou dramatique).

5 Au sein de Tel Quel, c'est surtout Barthes qui, dans les années 1963-1968, celles du volume Théorie d'ensemble, poursuit cette réflexion et se fait lecteur de Benveniste. Ensuite, l'influence de Lacan sur le groupe et l'élaboration du corps théorique de la sémanalyse par Krisoeva font du sujet un concept central.

6 Dans La Révolution du langage poétique(1974), J. Kristeva emploie de manière interchangeable les dénominations de « texte » et de « fiction » à l'occasion d'une étude des structures énonciatives des Chants de Maldoror faite à partir des « shifters » de Jakobson (1963).

7 À noter que ce « centre de perspective » n'a pas chez Genette (1972,1983) le statut d'instance. Pour lui, seuls le narrateur et le personnage peuvent, à titre de figures d'auteur ; être déclarés comme instances du récit.

8 Si l'on considère le cadre plus marginal où le discours littéra ire est ramené à l'un de ses régimes, on note qu'A. Banfield (1955) a proposé, dans le contexte de la grammaire générative, de considérer l'usage du discours indirect libre comme une marque de la fiction narrative. Depuis, il a été établi, en français du moins, que l'indirect libre est possible dans (Qut contexte de discours rapporté, y compris oral et trivial (où il est alors régi par un verbe introducteur).

9 Searle affirme la prééminence du pragmatique sur le linguistique dans le cadre d'une réflexion sur le sens littéral : « ni la distinction phrase-énonciation (encore moins la distinction type-occurrence) ni la distinction entre compétence et performance ne sauveront la thèse du sens complètement indépendant du contexte » (1979, p. 185).

10 En décrivant l'énallage comme un trope, C. Kerbrat-Orecchioni ne suit pas ici la tradition stylistique, issue de Fontanier, qui fait de cette figure, un " non-trope », une figure de construcrion, d'ordre syntaxique, et non sémantique.

11 . Lorsque Ducrot distingue la phrase comme « objet théorique », invention de la grammaire, de l'énoncé, « occurrence hic et nunc d'une phrase », ce n'est pas pour opposer sémantique et pragmatique, mais pour renvoyer le « discours », comme suite d'énoncés, au « sujet parlant » (1984 : 174).

12 Le monde fictionnel comporte aussi ses mondes possibles, ceux donnés comme tels par un narrateur qui envisage l'avenir, formule des hypothèses ou encore revient sur ce qui aurait pu avoir lieu. C'est une autre raison pour ne pas l'assimiler purement et simplement au concept de monde possible, au sens de Kripke (1963).

13 . Il est à noter que ce rapport indirect de représentation entre le nom et la chose est qualifié par Ullmann (1952) de « fictif », à la différence des relations de signification (internes au signe ; entre nom et sens), et de dénomination (où le sens se rapporte à la chose) qui sont dites « réelles ».

14 Pour Ricoeur (1975), au-delà de la phrase, et dans le registre du texte, c'est l'herméneutique, en non plus la sémantique, qui est concernée.

15 C'est cet argument qui fait dire à F. Rastier que « la théorie de la référence ne peut fonder une sémantique linguistique » (1989 : 253), c'est nous qui soulignons.

16 Il faut dire cependant que des développements donnés à la sémantique structurale par une sémantique dite interprétative (v. Rastier, 1987) font (1) qu'il est accordé une place à des sèmes qui ne dépendent pas directement du système de la langue, mais sont reconnus comme des normes socialisées ou idiolectales et (2) qu’est proposée une analyse du sémème en contexte indiquant que le sens est déterminé par des possibles d’ordre culturel, et non exclusivement linguistiques.

17 Il est à noter que le premier tome du Dictionnaire (Greimas, Courtès, 1979) n’avait pas d’entrée « Fiction » ; en 1986, la sémiotique de L’École de Paris doit tenir compte de l’intérêt nouvellement apparu pour la notion.

18 Pour un développement de cette question, voir l’article de C. Montalbetti (2001b) et plus généralement sur les relations entre fiction et philosophie analytique (dans la mesure où elles influencent également la poétique), voir chez le même auteur (2001a).

19 Voir le titre d’un article de R. Barthes (1976), « Il n’existe aucun discours qui ne soit une Fiction ».

20 Ricœur (1983-1985) emprunte ce terme au philosophe L. O. Mink (1965) ; au nom de la « prétention à la vérité » du récit historique – prétention relevant pour lui du troisième degré de la relation mimétique –, il n’assimile pourtant pas « configuration narrative » et « fiction » (1984 : 12).

21 Souvent au-delà de sa stricte définition poétique comme « allégation de fiction, marquée en général par le sous-titre roman » combinée avec l’« unicité du nom propre pour auteur (A), narrateur (N), protagoniste (P) »(Lecarme, Lecarme-Tabone, 1997 : 275).

22 On retrouve dans la pensée de K. Hamburger (1957) cette équivalence entre littérature et fiction. Moins radicale qu’Aristote, elle fait cependant une place à la poésie lyrique dans son système (sur les ambiguïtés du statut de la poésie lyrique chez cet auteur, voir Schaeffer, 1987). C’est d’une tout autre manière que Searle (1979) refuse d’assimiler l’une à l’autre : « c’est aux lecteurs de décider si une œuvre est ou non de la littérature, alors que c’est à l’auteur de décider si c’est ou non de la fiction » (p. 102).

23 Viser directement cette question a consisté le plus souvent pour la poétique à se préoccuper des « effets de réel » (Barthes), de l’« illusion référentielle » (Riffaterre, 1968, 1978) ou du discours réaliste comme « discours contraint » (Hamon, 1973) voir in Littérature et réalité, Paris, Le Seuil, « Points », 1982 ; mais d’une autre manière, ce peut être la référence intertextuelle qui est en jeu, voir sur ce dernier aspect, l’article de T. Samoyault (2001), dans une perspective qui, toutefois, défie la poétique.

24 F. Armengaud (1985 : 54) rapporte l’anecdote fictive, imaginée par Y. Bar-Hillel (dont la pragmatique appartient à la lignée formaliste de Frege et Russell) en 1954, du logicien qui fait le pari de demander à sa femme son petit-déjeuner au lit sans utiliser aucune des expressions déictiques de la langue, et que… la faim conduit à la cuisine.

25 Il ne s’agit pas d’explorer ici les conséquences pour la subjectivité de disposer en langue d’un « appareil formel de l’énonciation » (Benveniste, 1970) ; cette question va bien au-delà du repérage des indicateurs de la deixis.

26 Sur la place à accorder à l’espace dans le système déictique fictionnel, v. notre article (1993).

27 Ce dernier exemple est emprunté à M. Vuillaume (1990) qui suggère que la temporalité fictionnelle est, de manière constitutive, double ; le temps passé de l’événement décrit est associé au présent de la lecture qui le « ressuscite », Grammaire temporelle des récits, Minuit, 1990, p. 12.

28 À la différence des romans monologues (v. Les Lauriers sont coupés (1887) d’É. Dujardin ou Amants, heureux amants (1923) de V. Larbaud), ou le roman de Coetzee (1991), décrit par Cohn au moyen d’un « présent fictionnel », dont la fictionnalité repose avant tout sur une situation narrative invraisemblable, c’est-à-dire directement sur un phénomène de voix.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540