Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Usages et théories de la fiction

 | 
Françoise Lavocat

Avant-propos

Françoise Lavocat

Testo integrale

1L’objet de ce livre est de confronter les théories contemporaines sur la fiction et des textes, tous antérieurs au xixe siècle, pour lesquels elles n'ont pas, a priori, été pensées.

2L’extrait de l'article du journal de Libération cité en tête de l'introduction de l'ouvrage de Jean-Marie Schaeffer, Pourquoi la fiction (1999), se termine par un parallèle entre la révolution culturelle que représentent les réalités virtuelles de la cyber-culture et celle de la Renaissance. Le journaliste auteur de ces lignes ne prétendait naturellement pas délivrer une proposition particulière sur l'univers de la fiction à la Renaissance ; ce n'est pas non plus le propos de Schaeffer, qui s'attache plutôt, comme on sait, à décrire et interroger les « pratiques mimétiques », et en particulier les fictions, dans leur rapport au jeu et à la connaissance. Le présent livre, prend le parti, non pas de creuser une comparaison entre l'univers de Lara Croft et celui de Céladon ou de Panurge, mais de confronter les réflexions actuelles sur la fiction à une période qui n'est presque jamais prise en compte par les théoriciens de la fiction. Pourtant, si certaines périodes historiques sont marquées par une capacité toute particulière à fabriquer des mondes imaginaires, par une attention extrême portée à l'attraction qu'ils suscitent, et surtout par un renouvellement complet de la conception des rapports qu' ils entretiennent avec le monde réel, c'est bien le seuil de notre modernité, ce que les Anglo-Saxons appellent « early modern period » (du xvie et xvie siècle), qui offre un champ d'investigation singulièrement intéressant, et peut-être assez neuf.

  • 1 Dans les études seiziémistes actuelles, en France, l’intérêt pour la théorie des mondes possibles (...)
  • 2 La Pensée du roman, Gallimard, 2003, p. 46. On ne peut évidemment accuser Thomas Pavel d’avoir nég (...)

3Il s'agissait donc en partie, pour les contributeurs de ce livre, de tenter de pallier une lacune 1. Nous nous sommes également efforcés de l'interroger. L’exclusion explicite de toute perspective historique par Jean-Marie Schaeffer, et plus généralementpar les théoriciens de la fiction (à l’exception notable de Thomas Pavel), a trop souvent conduit à focaliser l’analyse sur le roman des deux derniers siècles. M. Pickwick, Madame Bovary, Anna Karénine, Sherlock Holmes, la théorie de la fiction a ses héros favoris, qui révèlent peut-être, plus que des affinités de lecture, une certaine adéquation entre la pensée de la fiction et ce que Thomas Pavel lui-même appelle « sa concrétion accomplie2 » : le roman du xixe siècle, celui que par une simplification volontaire, on appellera « réaliste ». En effet, l’idée de mimesis, la définition même des « mondes possibles », dans une acception large, comme « alternative crédible au monde réel », restaurent implicitement comme parangon la forme narrative ayant porté à son plus haut degré l’art de la vraisemblance et de « l’effet de réel », celle-là même que la critique structurale et les théoriciens du nouveau roman avaient tenté de destituer.

  • 3 Les nombreuses interventions, émanant plus particulièrement de doctorants, dans les deux colloques (...)
  • 4 Versus consacre son n° 17, en 1977, à la « Théorie des mondes possibles et sémiotique textuelle ». (...)
  • 5 En 1998, Antoine Compagnon dédie cependant plusieurs pages aux mondes fictionnels, dans Le Démon d (...)
  • 6 Il n’y est pas fait la moindre allusion, par exemple, lors du colloque organisé en 1999 à l’Univers (...)
  • 7 C’est aussi le point de vue de Ruth Ronen, Possible Worlds in Literary Theory, Cambridge Universit (...)

4Est-ce la raison de la longue ignorance par la recherche littéraire française3 de la pensée sur la fiction et de ses implications pour la théorie littéraire, qui s’est développée ailleurs depuis les années soixante-dix4 ? Jusqu’au livre de Jean-Marie Schaeffer5, précédé cependant par la traduction du livre de Thomas Pavel, L’Univers de la fiction (1988) et le livre de Gérard Genette, Fiction et diction (1991), c’est peu dire qu’elles ont eu en France un écho limité66. On peut certainement déplorer le splendide isolement de la recherche française. On peut aussi estimer7 qu’en mettant au cœur de son interrogation la question de la référence, en envisageant les relations entre la fiction et la vérité, entre les mondes possibles et le monde réel, la pensée sur la fiction brise le dogme de la clôture du texte encore en vigueur dans les théories post-structuralistes de ces dernières décades, tout particulièrement en France. Dans le présent volume, Florence de Chalonges explique dans des termes analogues le désintérêt, pendant longtemps, de la linguistique pour ce type d’approche.

  • 8 Possible Worlds, Artifical Intelligence and Narrative Theory, Indiana, University Bloomington & In (...)

5Ces réticences, après tout, ne seraient-elles pas fondées ? L’engouement pour la fictionnalité ne ressortirait-il pas d’un abandon du texte ? La question de la référence n’est-elle pas le plus court moyen de restaurer, sans autre examen, le contexte, dans une relation naïvement pacifiée avec l’œuvre littéraire ? S’agit-il d’ailleurs encore de littérature ? Comme le rappelle Marie-Laure Ryan, la fiction n’est pas spécifiquement littéraire8, et il n’y a pas lieu de confondre littérarité et fictionnalité (même si, comme le souligne Anne Duprat dans ce livre, c’est sûrement la fictionnalité qui a permis, à la fin de la Renaissance, de penser le littéraire comme domaine spécifique). La fictionnalité n’est pas une qualité esthétique. Dès lors, n’est-ce pas à la fois l’analyse de la forme et la notion même de littérarité que rend superflues une lecture des textes inspirée des théories sur la fiction ?

6Nous espérons prouver le contraire.

7Les articles réunis dans ce volume témoignent en effet d’une démarche qui analyse la fictionnalité littéraire d’un point de vue conceptuel, du point de vue de l’histoire des idées et des théories littéraires, et enfin à travers l’étude des textes : la question des pouvoirs de la fiction ainsi que la nature de la relation qui lie l’œuvre et ses univers de référence (on postule ici qu’ils sont multiples) sont en effet représentés dans les textes eux-mêmes – à tout le moins ceux que nous avons explorés. Il ne s’agit pas de substituer au dogme du texte auto-référentiel celui d’une fiction qui se prendrait elle-même pour objet. Il apparaît cependant évident que dans de nombreux textes du xvie au xviiie siècles, la règle du jeu (les modalités de la référence) est inscrite dans l’œuvre même.

  • 9 Je suis d’accord avec Ruth Ronen (op. cit.), à nouveau, sur le caractère foncièrement interdiscipl (...)

8Nous avons donc d’abord cherché à cerner le propre du littéraire à travers un dialogue interdisciplinaire9, en faisant appel à la linguistique et à la philosophie du droit. Ce choix a été motivé par le rôle historique joué, justement, par la linguistique dans la pensée structurale et son importance actuelle dans les théories de la référence. Il nous a également paru nécessaire de faire appel à la philosophie du droit afin d’éclairer le débat contemporain, particulièrement vif aux Etats-Unis dans le champ de recherches « Law and Literature », sur la similitude apparente entre fictions juridiques et fictions littéraires. Otto Pfersmann montre que la « fiction juridique » n’est pas une fiction, dans la mesure où, contrairement à la fiction littéraire, elle constitue une technique intra-normative. Deux autres contributions, celles d’Anne Duprat et de Guiomar Hautcœur, s’attachent ensuite à définir les lieux et les outils conceptuels qui permettent, entre le xvie et le xviiie siècle, de penser la fiction : Anne Duprat montre notamment comment émerge, à la fin du xvie siècle, l’idée d’une spécificité du littéraire, à travers la conjonction de la découverte du concept aristotélicien de fable et de la poétique néo-platonicienne de la merveille. Guiomar Hautcœur souligne l’apparition dans les discours théoriques sur le roman, à la fin du xviie siècle, d’une justification de la contagion fictionnelle par la référence à une anthropologie des passions. Enfin, plusieurs contributions montrent que c’est à l’intérieur de la fiction même que se joue et se représente une pensée de la fiction. Ainsi, Guiomar Hautcœur voit dans la nouvelle cervantine du Curieux impertinent et dans l'Histoire d’une grecque moderne de l’abbé Prévost une illustration des débats théoriques sur le roman par la mise en scène d’un sujet en proie à une forme de contagion fictionnelle. Dans mon propre article, je montre que la représentation du jeu, dans différents mondes fictionnels de la Renaissance (Arcadie, Utopie et Picaresque) symbolise à la fois l’arrangement spécifique du hasard et de la nécessité qui règle chacun de ces univers et la relation que le texte prévoit de nouer avec son lecteur – allégorique ou « suspensive » – et avec ses univers de référence. Ariane Bayle étudie les images de la contagion, dans plusieurs textes comiques du xvie siècle, comme une métaphore des effets de la fiction. Laurence Giavarini, à travers une réflexion sur Dorn Juan et sur le cas Théophile de Viau, envisage l’efficacité fictionnelle de la figure du libertin au xviie siècle, pour tenter de réinscrire la question polémique d’un libertin de fiction dans une réflexion sur les usages libertins de la fiction au xviie siècle.

9Plusieurs communications mettent en évidence les stratégies de brouillage qui perturbent la relation entre l’œuvre et son référent, auxquelles les théories modernes de la fiction ne portent pas, semble-t-il, beaucoup d’attention. Dans les textes de la période qui nous occupe, elles prennent plusieurs formes. Mathieu de La Gorce explore, à propos d’une somme théologique du xvie siècle, le Tableau des différens de la religion de Marnix de Sainte-Aldegonde, un dispositif d’argumentation fictionnelle qu’il rattache à la tradition du « pseudo-éloge », distingué de l’éloge paradoxal. Je m’attache moi-même à examiner le rôle du paradoxe, dans les fictions du xvie siècle, comme opérateur de la fiction. Jacques Dürenmatt voit dans l’usage des notes, à propos de quelques textes du xviiie siècle, « un outil […] pervers de feintise », qui brouille les frontières entre fiction et histoire, fiction et réalité, fiction et méta-discours critique.

10Ainsi plusieurs orientations de la pensée contemporaine sur la fiction se trouvent-elles, à l’examen, déplacées, nuancées, voire contestées. Mathieu de la Gorce et Lise Wajeman montrent que, dans certains dispositifs, la fiction (qu’il n’y a pas lieu de considérer, souligne Mathieu de la Gorce, comme incompatible avec l’argumentation) est un outil de persuasion. À propos de la Semaine de Du Bartas, Lise Wajeman explique que la fiction, loin de mettre le lecteur dans la position d’investir une œuvre ouverte (ce que suppose la métaphore de « l’immersion ») le lecteur est contraint, pénétré, par la réécriture fictionnelle du texte biblique. Le recours à la fiction n’a ici rien de ludique ; il ne repose nullement sur la séduction du faux, ou la dénonciation de ses périls, il les écarte et permet l’accès au divin. Ariane Bayle infléchit elle aussi la notion d’immersion, et insiste, en lui substituant celle de la contagion, sur l’idée d’une thérapie par le rire inséparable des textes comiques du xvie siècle.

  • 10 The Distinction of Fiction, 1999, traduction française, Paris, Le Seuil, 2001.
  • 11 « On the Theory of Objects » (1904), in R. M. Chisholm, Realism and the Background of Phenomenolog (...)

11On le voit, les contributeurs de cet ouvrage partagent plusieurs orientations, mais ne présentent pas non plus un front uni. Nous nous accordons, je pense, pour rejeter une conception narratocentrique de la fiction, telle que l’a proposée récemment, par exemple Dorrit Cohn10. Plusieurs articles soulignent le rôle de la première personne (non-fictionnelle selon Kate Hamburger), comme, au contraire, opérateur de fictionnalité. Sur la difficile question de la référence, les positions divergent. À propos des textes de Théophile, Laurence Giavarini s’inscrit en faux à l’égard de théories qui situent le récit à la première personne dans le cadre d’une mimesis (même feinte), et propose de comprendre le « je » du poète comme un trait d’intertextualité, « la dénotation étant ici essentiellement textuelle ». Otto Pfersmann considère que la fiction est non-référentielle (les objets fictionnels constituent, tout au plus, une référence indirecte, ou de deuxième ordre). J’estime au contraire que le texte fictionnel peut référer à des objets au statut ontologique hétérogène, et en particulier, dans une conception inspirée de Meinong11, à des objets non-existants : le xvie siècle a ceci de spécifique que bien des objets fictionnels ont un statut référentiel hybride, à la fois existants et non existants (l’Arcadie, l’Utopie, les satyres…). Aussi, l’historicisation d’une pensée sur la fiction consisterait surtout, à mes yeux, dans l’étude de la nature de la référence (la question de l’allégorie, de ses transformations, de sa disparition est ici centrale), le nombre et la qualité des univers de référence (de telle œuvre littéraire, de tel univers fictionnel incluant un certain nombre d’œuvres), le concept de fiction permettant de déplacer celui de « genre ».

12Notre projet d’une « mise à l’épreuve des théories contemporaines par les textes anciens » ne consiste donc pas seulement à vérifier leur validité en les confrontant à notre lecture de tel ou tel texte du xvie au xviiie siècles. Même si cette confrontation est salutaire, et invite à nuancer quelques concepts, on voit bien que la pierre de touche d’une théorie ne saurait être de cet ordre. Il s’est plutôt agi 1) de mettre en relation, à une époque donnée, le territoire de la fiction avec les moyens conceptuels dont on dispose alors pour le penser et le circonscrire, 2) de comprendre quels sont les opérateurs spécifiques de la fictionnalité pour une époque donnée, 3) de s’interroger sur les représentations, dans l’œuvre même, des pouvoirs et des effets de la fiction. Nous espérons ainsi contribuer au développement des théories sur la fiction, infléchies grâce à la prise en compte du ou des seuils de notre modernité.

Note

1 Dans les études seiziémistes actuelles, en France, l’intérêt pour la théorie des mondes possibles et la philosophie analytique est représenté par les travaux récents de Marie-Luce Demonet. Voir également Marie-Luce Demonet et André Tournon (dir.), Logique et littérature à la Renaissance, actes du colloque de Baume-les-Aix, Université de Provence, 16 au 18 septembre 1991, Paris, Champion 1991.

2 La Pensée du roman, Gallimard, 2003, p. 46. On ne peut évidemment accuser Thomas Pavel d’avoir négligé les siècles classiques, auquel il a consacré un ouvrage (L’Art de l’éloignement, essai sur l’imagination classique, Paris, Le Seuil, 1996). Il est de tous les théoriciens de la fiction celui qui envisage le plus la fiction dans une perspective diachronique, en particulier dans son dernier livre.

3 Les nombreuses interventions, émanant plus particulièrement de doctorants, dans les deux colloques actuellement en ligne sur le site Fabula, « L’effet de fiction » et « Les frontières de la fiction » (1999), laisse à supposer que la réflexion dans ce domaine, en France, a enfin pris un certain essor, que les organisateurs du site ont d’ailleurs puissamment favorisé. Cependant, comme on pouvait s’y attendre, l’immense majorité des contributions portent sur les xixe et xxe siècles. J’excepte les articles d’Anne Godard, d’Olivier Guerrier et de Muriel Bourgeois (www.fabula.org).

4 Versus consacre son n° 17, en 1977, à la « Théorie des mondes possibles et sémiotique textuelle ». La bibliographie sur ce point, est immense ; je renvoie, pour la compléter, à Thomas Pavel (1986) et Marie-Laure Ryan (1991), et aux actes du colloque de 1986, Sture Allen (dir.), Possible Worlds in Humanities, Art and Sciences, Proceeding of Nobel Symposium 65, 1989.

5 En 1998, Antoine Compagnon dédie cependant plusieurs pages aux mondes fictionnels, dans Le Démon de la théorie (p. 140-143), en soulignant combien, avec les travaux de Northrop Frye, de Paul Ricœur et de Terence Cave, elle permet de repenser les questions de la mimesis et de la référence.

6 Il n’y est pas fait la moindre allusion, par exemple, lors du colloque organisé en 1999 à l’Université Paris 7 sous le titre Où en est la théorie littéraire ?, dont les actes sont publiés dans la revue Textuel, n° 37 (textes réunis par Julia Kristeva et Evelyne Grossman). Cependant, comme il s’agissait de faire le point sur l’état actuel de la « théorie littéraire » comprise comme celle qui fut inspirée du structuralisme, on ne peut faire grief aux participants de ne pas avoir évoqué d’autres champs théoriques.

7 C’est aussi le point de vue de Ruth Ronen, Possible Worlds in Literary Theory, Cambridge University Press, 1994, p. 8

8 Possible Worlds, Artifical Intelligence and Narrative Theory, Indiana, University Bloomington & Indianapolis Press, 1991, ainsi que ses diverses contributions sur le site Fabula, « Frontière de la fiction : digitale ou analogique », in « Frontières de la fiction », 1999, (www.fabula.org).

9 Je suis d’accord avec Ruth Ronen (op. cit.), à nouveau, sur le caractère foncièrement interdisciplinaire des théories sur la fiction.

10 The Distinction of Fiction, 1999, traduction française, Paris, Le Seuil, 2001.

11 « On the Theory of Objects » (1904), in R. M. Chisholm, Realism and the Background of Phenomenology, Glencoe, Free Press, 1980 ; Statut de l’objet, Paris, Vrin, 1999. Voir également, pour une discussion du problème ontologique que pose la théorie de la référence meinongienne, F. Nef, L’objet quelconque, Recherches sur l’ontologie de l’objet, Paris, Vrin, 1998.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Questa pubblicazione digitale è stata realizzata tramite il riconoscimento ottico dei caratteri automatico (OCR).