Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'eau, les eaux

 | 
Jackie Pigeaud

Eaux douces/eaux salées ; fécondité et corruption des états

Yvon Le Gall

Texte intégral

  • 1 W. Berelowitch et O. Medvedkova, Histoire de Saint-Pétersbourg, Paris, Fayard, 1996, p. 38-39.
  • 2 Ibid., p. 40.
  • 3 Selon W. Berelowitch et O. Medvedkova, le retour à Moscou en 1918 « dépassait la simple raison d’É (...)

1En 1703, Pierre le Grand, tel un nouveau Constantin, pose la première pierre de sa prochaine capitale, St Pétersbourg. Tricentenaire obligeant, on s’est chargé de nous rappeler l’événement à grand renfort de fanfares. La Russie post-soviétique n’a plus de gants à prendre pour célébrer les fastes tsaristes. Dispendieuse et dévoreuse de vies humaines, cette opération rendait compte à la fois de l’appétit de puissance du tsar et de son désir d’ouvrir son empire en direction de l’Europe. Pétersbourg la maritime remplaçait Moscou la continentale. Il est bien connu que Pierre le Grand était obsédé par la création de quelques grandes villes portuaires, comme Alexandrie et Constantinople, liées à des noms et à des destins prestigieux. Il n’est pas moins remarquable qu’il ait eu la volonté de pousser cette nouvelle capitale le plus loin possible dans la mer, comme pour signifier une rupture1. Et il n’est pas étonnant que l’on ait parlé à satiété d’utopie pétrovienne à propos de cette création. Gage de puissance et de prospérité, « fenêtre sur l’Europe », selon la célèbre formule d’Algarotti, St Pétersbourg n’était-elle pas « tout autant une fenêtre sur la Russie2 », donc une source potentielle de corruption des traditions russes ? Que par la suite les soviets aient décidé de rendre à Moscou son ancienne prééminence, c’était à la fois faire preuve de réalisme, mais aussi de symbolique et, sans doute, de la volonté de s’arrimer au mieux à l’authenticité russe3. Il n’est donc pas surprenant que la ville de Pierre le Grand continue à exercer une sorte de fascination sur bien des esprits. C’est l’un des plus beaux exemples de la rencontre entre la ville et l’eau, entre un État et la mer.

  • 4 Les écoles présocratiques, Paris, Gallimard, coll. Folio/essais, 1991, p. 73. Il s’agit du fragmen (...)
  • 5 Ibid., p. 80. Fragment LXI.
  • 6 Hippocrate, Airs, eaux, lieux, XXIV, 3. Nous avons utilisé la traduction de J. Jouanna, Paris, Les (...)

2Les réflexions sur l’influence de l’eau dans le destin des Cités ou des États remontent fort haut dans le temps. Et cela n’a rien pour surprendre. Dès les premières traces qui nous soient parvenues de la philosophie grecque, l’attention des penseurs s’est, tout naturellement, est-on tenté de dire, portée sur l’eau, comme l’un des éléments constitutifs de l’univers. S’il n’en faut garder ici qu’un exemple, sans doute serait-ce Héraclite, demeuré célèbre par son panta reï, particulièrement approprié ici. On trouve chez lui le jeu des transformations à partir du feu, qu’il considère comme l’élément premier. « Transformations du feu : d’abord mer/de la mer une moitié de terre/une moitié de souffle embrasé […]4. » Il y a aussi la notion d’ambivalence de l’eau. « La mer, eau la plus pure et la plus souillée, pour les poissons potable et salutaire, pour les hommes non potable et mortelle5. » De telles observations avaient-elles leur place dans la politique d’Héraclite ? Non moins importantes sont les considérations médicales sur l’eau. L’on pense alors à l’un des traités du corpus hippocratique, Airs, eaux, lieux, d’autant plus intéressant qu’il a été célèbre. Hippocrate y classe les cités selon leur exposition aux vents pour en saisir les conséquences sur la santé et les qualités des habitants. De la même façon, il classe les eaux en trois rubriques selon leur origine et leurs conséquences sur la santé. Les eaux malsaines ouvrent la marche : marécageuses. Puis viennent les eaux de source, inégales de qualité, et enfin les eaux de pluie. Dans un dernier temps, Hippocrate croise les paramètres et fait varier les caractères humains selon que le pays est montagneux ou plat, traversé ou non par des fleuves, riche ou pauvre en eaux, exposé à des vents chauds ou froids. Mais la politique là-dedans ? Elle intervient pour faire des corrections. Prenons ceux qui habitent « des lieux enfoncés, couverts de prairies et étouffants, qui ont part plus aux vents chauds qu’aux vents froids et qui usent d’eaux chaudes, ceux-là ne peuvent certes pas être grands ni élancés […]. Quant au courage et à l’endurance, ces qualités de l’âme ne peuvent certes pas exister de par la nature au même degré, mais la loi s’y ajoutant peut les parfaire, dans la mesure où ce trait de caractère n’est pas inné en eux6 ».

3On comprend aisément que cette pente ait conduit à des questionnements politiques plus larges encore et que les grands maîtres de la pensée politique grecque, Platon en tête, se soient arrêtés sur le sujet. Corriger, c’est bien, mais anticiper, c’est mieux. La démarche est tout particulièrement attendue dans le cadre de réflexions sur la cité idéale. Mais elle n’est pas absente chez des auteurs plus marqués du coin du réalisme. Cela laisse présager une carrière assez prometteuse à la question. Après les Grecs, les écrivains latins ne pouvaient la manquer, non plus que leurs successeurs. L’un des topoi de la littérature politique est la hantise de la corruption des régimes et des civilisations. L’eau, à la fois fécondatrice, régénératrice et corruptrice, n’a-t-elle pas sa place dans un tel contexte ? Il n’est pas envisageable de faire le tour du sujet à travers les siècles. Notre propos est de l’approcher à partir de la fondation de cités et d’États, ou à l’occasion de leur réformation pour ne pas dire de leur refondation. La pensée antique nous fournit une sorte de socle, dans lequel l’utopie se taille une assez jolie place. L’utopie (rebaissante aux xvie et xviie siècles nous en propose des rebondissements, tandis qu’aux xviiie et xixe siècles les circonstances offrent à quelques grandes plumes l’occasion d’établir un lien entre l’utopie et la réalité. Chacune de ces séquences sera illustrée par quelques références significatives, mais nécessairement limitées.

Grecs et Latins

4Les Grecs vont dominer notre échantillon antique, et dans celui-ci le binôme attendu constitué par Platon et Aristote. Mais il ne faut pas négliger le plus modeste Xénophon. Ces trois auteurs nous offrent un éventail, qui va de la réticence à l’exaltation. Cicéron n’interviendra qu’à la conclusion de ce point.

Platon, le partagé

  • 7 « Oui, autrefois, Solon, avant la plus grande ruine amenée par les eaux, la Cité qui est aujourd’h (...)

5Platon situe son propos à deux niveaux différents, celui du mythe et celui des hommes. Avec le Timée et le Critias, nous sommes dans le temps du mythe. Le Timée est l’occasion d’évoquer les « véritables » origines d’Athènes, qui échappent aux intéressés, victimes des destructions massives et cycliques par le feu, dont la légende de Phaéton garde une sorte de mémoire, et par l’eau, dont le souvenir d’un déluge en garde une autre. Ainsi les Athéniens ont-ils oublié la grandeur de leur cité originelle d’avant les catastrophes7. Il est intéressant de remarquer qu’ils doivent ces révélations à des Égyptiens, pourtant postérieurs, mais protégés par les crues bienfaisantes du Nil et ainsi devenus les conservateurs des archives de cette partie du monde. Le Timée permet de remonter encore plus avant avec l’évocation des origines de l’univers, donc de l’articulation complexe des quatre éléments, sur laquelle nous ne nous arrêterons pas.

  • 8 « […], eux au contraire, par où le mieux se laisse retourner un animal, c’est à la poupe qu’ils se (...)
  • 9 Critias, 111a-b.
  • 10 Critias, 112d.
  • 11 Critias, 113e et 117a.
  • 12 Critias, 117d-e.
  • 13 « Mais quand vint à se ternir en eux, pour avoir été mélangé, et maintes fois, avec maint élément (...)

6Le Critias approfondit l’époque mythique de l’Athènes primitive, dont les ressortissants étaient habilement dirigés par leurs dieux protecteurs, Athéna et Héphaïstos, à la façon des pilotes de navire8. En ce temps-là – soit 9 000 ans en arrière – le pays était infiniment plus riche qu’aujourd’hui, où il offre « l’image d’un corps que la maladie a rendu squelettique », sous l’effet des « nombreux et considérables déluges9 ». La terre était à même de profiter des eaux de pluie fécondes, tandis que fontaines et fleuves étaient pourvus « d’un cours intarissable ». À l’emplacement même de l’actuelle acropole d’Athènes, réduite aujourd’hui à une sorte de moignon, « il y avait une source que les tremblements de terre ont fait disparaître et dont il ne reste que de minces filets tout alentour ; mais en ce temps-là, elle fournissait à tous ces filets d’eau un flux abondant, et la température en était égale en hiver et en été10 ». Platon souligne donc l’ambivalence de l’eau, fécondante et destructrice, avec la même richesse d’effets dans l’un et l’autre cas. L’Athènes primitive resplendissait de pâturages gras, alors que l’Athènes présente est très largement desséchée. Elle était à son culmen. Face à elle, la plus riche encore Atlantide, sous la protection de Poséidon, qui l’avait dotée en son centre d’une « double eau de source, l’une chaude, l’autre froide, qui coulait d’une fontaine en faisant produire à la terre une nourriture variée et en quantité suffisante », et au débit « d’une abondance illimitée11 ». Par la suite les hommes eux-mêmes avaient mis en œuvre un impressionnant programme de circulation aquatique, en greffant tout un système de canaux sur les douves circulaires créées par le dieu pour entourer sa ville. Dans l’organisation de l’Atlantide, on remarque à la fois la clôture et l’ouverture. En effet, « une fois passés les ports extérieurs, au nombre de trois, alors, partant de la mer, et, dans toutes les directions, à distance de cinquante stades de la plus grande enceinte ainsi que de son port, venait une muraille circulaire, qui se refermait sur elle-même contre la bouche du canal du côté de la mer12 ». Mais, en même temps, cet emplacement et le plus grand port « regorgeaient de vaisseaux et de trafiquants qui venaient de partout et qui, de jour et de nuit, produisaient par leur nombre et le tumulte confus de leurs parlers divers un fracas assourdissant ». Un vrai lieu babélien. Le caractère de clôture se lit sur un plan plus général, puisque le narrateur précise que « la contrée dans son ensemble était très élevée et sortait à pic de la mer ». Centrale, la ville était elle-même entourée d’une plaine, bordée de montagnes descendant jusqu’au bord de la mer. Là encore un jeu complexe de circulation des eaux apportait la richesse, aussi bien dans les plis des montagnes à la beauté inégalée que dans la plaine. La mer et les montagnes, renforcées par le travail des hommes, garantissaient donc de sérieuses protections. Dans le texte de Platon – bref, il est vrai – rien n’est dit de la crainte d’une corruption susceptible d’être apportée de l’extérieur. La rapide description de la dégénérescence de l’Atlantide donne à penser qu’il s’agit d’un processus interne, à mesure que les traits divins, forts lors de la fondation, se sont peu à peu estompés, provoquant la réaction punitive du dieu des dieux, dont on connaît le résultat13. Rien ne dit que cette pollution humaine a été nourrie d’apports extérieurs à l’île.

  • 14 Platon, Les Lois, V, 739e. Mais ce second rang demeure encore ambitieux. « Or, celle que nous avon (...)
  • 15 « […] elle serait exposée à avoir bien de la bigarrure et de la perversité dans quantité de ses mœ (...)
  • 16 L’Athénien reprend à un poète l’image d’un « voisinage saumâtre » pour le bord de mer. « La mer en (...)
  • 17 Ibid., III, 701d.
  • 18 L’Athénien évoque les célèbres pressions de Minos sur Athènes dépourvue de vaisseaux de guerre, ma (...)
  • 19 Les Lois, V, 745b.
  • 20 « Car c’est un fait, Mégille et Clinias, que vous ne devez pas méconnaître non plus, à savoir que (...)

7Il nous faut nous tourner vers la dernière grande œuvre de Platon, Les Lois, pour trouver ce questionnement. Cette fois, nous sommes dans le temps des hommes. S’il s’agit bien de créer une colonie crétoise dans les meilleures conditions possibles, nous ne sommes plus dans le cadre mythique des origines non plus que dans l’absolu de La République, mais dans le cadre d’une cité de « second rang14 ». On y relève une opposition quasi systématique entre eaux salées et eaux douces, évoquées en ordre dispersé. La première question posée par l’Athénien, maître du dialogue, concerne la localisation de la cité à ériger : sera-t-elle maritime ou dans l’intérieur des terres ? À quelque vingt-quatre stades de la mer, lui est-il répondu. Elle sera même dotée d’excellents ports. Il est clair que ce n’est pas un bon point aux yeux de l’Athénien qui pousse le dialogue pour mieux cerner les moyens et les besoins de la cité. D’eux dépend le degré d’exposition de la ville à la corruption. Ainsi y a-t-il lieu de se féliciter de sa quasi autosuffisance, qui ne peut que réduire la présence des étrangers, s’il lui fallait acheter beaucoup à l’extérieur15, et du cancer monétaire, si elle avait les moyens de beaucoup exporter et donc d’encaisser de substantielles devises. Sur un plan général, le commerce a l’immense défaut de générer des relations de défiance entre les hommes16. Or, peu auparavant, l’Athénien avait rappelé qu’ils étaient convenus que l’un des trois buts poursuivis par le législateur était d’unir les citoyens par une amitié mutuelle17. Par ailleurs, une ville maritime est exposée aux menaces d’une puissance maritime supérieure, qu’elle essaie de contrer en créant une marine dans des conditions périlleuses pour ses propres équilibres18. Plus tard dans le dialogue, après avoir traité du volume de la population et de la répartition des biens entre les citoyens, à laquelle il accorde la priorité, l’Athénien reviendra à la situation de la ville, qui se doit être la plus centrale possible par rapport au territoire, tout en étant sise en un lieu pourvu de ce qui est nécessaire à son existence19. Et notre législateur fermera très bientôt le livre V avec des considérations bien proches de celles que nous avons vues sous la plume d’Hippocrate20.

  • 21 Les Lois, VI, 761a-d et 763d. Plus avant, l’Athénien n’hésite pas à s’arrêter sur le sujet, bien t (...)
  • 22 Les Lois, VIII, 845c-d.

8Pour le reste, les considérations sur les eaux douces sont d’une toute autre tonalité. Il s’agit d’eaux fécondantes et assainissantes qui doivent faire l’objet d’une surveillance jalouse pour que la communauté en profite au mieux : c’est le rôle des gardes champêtres à la campagne, qui seront responsables des barrages et des canaux, et chargés d’embellir les lieux où les eaux surgissent ; c’est celui des édiles à la ville, toujours sous les angles pratiques et esthétiques21. C’est enfin celui du législateur qui se doit de protéger un bien commun sujet à des contaminations faciles22.

Aristote, le nuancé

  • 23 Le matériau est épars dans le livre VII de La Politique ou des Politiques, si l’on suit la traduct (...)
  • 24 « L’île de Crète semble, par sa situation naturelle favorable, destinée à gouverner la Grèce, situ (...)
  • 25 Dans son introduction, P. Pellerin revient à plusieurs reprises sur cette opposition entre livres (...)
  • 26 Il y a notamment la nécessité d’avoir une marine respectable pour défendre la cité et pour être ca (...)
  • 27 Comme chez Hippocrate, la position de la cité par rapport aux vents, et la qualité de l’eau sont c (...)
  • 28 Les Politiques, VII, 6, 1.

9Moins disert que son maître sur le sujet, Aristote est également moins clair et moins systématique23. Passons sur l’allusion à la thalassocratie crétoise24, pour nous arrêter sur le débat relatif aux relations de la cité – et plus particulièrement de la ville – avec la mer. Ces considérations proviennent pour l’essentiel du livre VII, traditionnellement étiqueté comme platonisant ou « idéaliste25 ». On peut dégager trois préoccupations majeures et une quatrième dite sans insistance, pour orienter une solution. Préoccupations majeures que le ravitaillement tant en vivres qu’en matériaux industriels, sans pour autant faire de la ville une machine à commercer ; que la sécurité et les nécessités stratégiques, préventives, offensives et défensives26 ; enfin que la salubrité et la santé publiques27. Moins fortement soulignée, par le truchement de voix hostiles, la crainte liée à l’apparition d’une population étrangère générant des collusions de lois et un risque de surpopulation28. Aristote semble donc moins s’inquiéter que son maître des menaces de corruption. On comprend qu’il penche en faveur d’une proximité de l’eau, mais il le fait en des termes très mesurés. N’étant pas insensible aux considérations sur les risques d’un tel rapprochement, il trouve la parade dans la dissociation de la ville et de son port, qui permet de contenir les éléments perturbateurs. On ne peut pas ne pas penser à l’exemple d’Athènes et du Pirée. Au bout du compte, Aristote nous offre une position modérée sur les rapports entre la cité et les eaux.

Xénophon, l’enthousiaste

  • 29 Est-il nécessaire de citer cette marque de bienveillance des dieux à l’égard des hommes relevée pa (...)
  • 30 P. Chambry, « Notice sur les Revenus », Xénophon, Œuvres complètes, Paris, GF Flammarion, 1967, vo (...)
  • 31 Xénophon, Les Revenus, I.
  • 32 Ibid., III.
  • 33 Mais il est vrai que, comme le note D. Morrison, « l'Économique, ou le Gestionnaire d'une propriét (...)

10Xénophon, que l’on aurait dû évoquer avant Aristote pour respecter la chronologie, apporte un ton bien différent des autres, qui étonne par son optimisme. Il est vrai que les propos les plus circonstanciés sur le sujet de cet autre disciple de Socrate figurent dans un texte que d’aucuns n’ont pas considéré comme emblématique, Les Revenus, au point de lui en contester la paternité29. Ce bref traité, écrit à la toute fin de la vie de Xénophon, n’est effectivement pas sans trancher sur le reste de sa production. Si l’on en croit P. Chambry, qui ne doute pas de la paternité de Xénophon, celui-ci se ferait le défenseur de la politique d’Eubule dans l’Athènes du milieu du ive siècle, en position bien difficile30. Les Revenus sont une sorte d’hymne à l’enrichissement par la mer et, bien entendu, par le commerce qu’elle génère. « Comme la terre, la mer, qui environne notre pays, est aussi très productive. […] Sans être entourée d’eau de tous côtés, Athènes n’en a pas moins les avantages d’une île : elle a tous les vents à son service, soit pour importer ce dont elle a besoin, soit pour exporter ce qu’elle veut ; car elle est entre deux mers. Sur terre aussi, elle reçoit une grande quantité de marchandises ; car elle est sur le continent31. » On l’a compris, Athènes est une sorte de plate-forme commerciale idéale par ses caractéristiques naturelles, dont participent « les abris les plus commodes et les plus sûrs32 ». Si l’on ajoute qu’elle offre de grands profits aux commerçants en leur donnant une grande liberté dans la façon d’utiliser le produit de leurs ventes et qu’il serait facile de leur faire une place honorable dans la société et d’accélérer le règlement des conflits, il ne fait aucun doute que la Cité en retirera le plus grand profit. Profit matériel, ne manqueront pas de penser certains. Il est vrai que cet ultime écrit de Xénophon semble marqué du coin de l’opportunité : il s’agit de trouver les moyens d’abonder les caisses de l’État, qui sont dans une situation pitoyable. On est loin de la tonalité de l’autre grand traité de gestion de Xénophon, l’Économique, exclusivement tourné vers le monde rural33. On n’y trouve pas la moindre allusion au risque de corruption de la cité par le biais du commerce. Xénophon propose même de donner plus de visibilité sociale aux commerçants étrangers. Une telle tournure ne manque pas de surprendre sous la plume d’un homme aussi âgé.

  • 34 Cicéron, De la République, II, 3. Plus avant, Cicéron admet que la prévoyance de Romulus relève la (...)
  • 35 Cicéron, De la République, II, 5. Mais on notera que, dans son développement très rapide, l’auteur (...)
  • 36 Suétone, Vies des douze Césars, « Néron », XVI. Ce paragraphe décrit un Néron ayant des initiative (...)

11Quelques siècles plus tard, grand admirateur des deux premiers Grecs appelés à la barre, Cicéron penche du côté de Platon quand il porte l’accent sur la corruption, et du côté d’Aristote quand il exalte le site de Rome. C’est avec la dénonciation des dangers encourus par les villes maritimes qu’il ouvre son propos relatif à notre sujet : danger stratégique, par l’effet de surprise, danger moral par la corruption et l’instabilité qui en découlent inévitablement. Selon lui, toute l’histoire de la Grèce et de ses colonies en témoigne. « En homme de haute prévoyance qu’il était, [Romulus] vit et comprit que les emplacements maritimes ne conviennent pas aux villes fondées avec des espérances de durée et d’empire34. » L’exaltation du site de Rome nous ramène à la démarche aristotélicienne, puisque par là le fondateur a su « génialement s’assurer tous les avantages de la mer et en éviter les inconvénients35 ». Faut-il prêter à Suétone des idées malignes quand il évoque l’intention de Néron « de prolonger les murs de Rome jusqu’à Ostie et de faire arriver les eaux de la mer dans le vieux quartier de Rome par un canal partant de cette ville36 » ?

Utopistes des xvie et xviie siècles

12Les maîtres de l’utopie, qui ressurgit véritablement à l’aube du xvie siècle en Europe, n’accordent pas tous la même attention à la place de l’eau dans leur système. Et ce n’est pas uniquement une question d’origine, puisque More et Bacon diffèrent sensiblement sur ce point. Nous avons désiré conserver à Albion sa prééminence dans le genre, tout en élargissant ce modeste corpus à des représentants de deux autres pays, l’Italie de Campanella et la France de Fénelon. Nous les avons classés dans un ordre de faveur croissante, qui recoupe celui de la chronologie.

More et Campanella, les minimalistes

  • 37 More, L'Utopie, Paris, GF Flammarion, 1987, p. 137.
  • 38 Ibid.., note infrapaginale.

13Véritable promoteur du genre utopique pour certains, More n’a que des considérations délibérément plates sur les eaux. Sans doute le livre II de L’Utopie, consacré à l’île, s’ouvre-t-il sur la description géographique, qui est d’ailleurs illustrée par une célèbre gravure dans l’édition originale de 1516. Or cette gravure met l’accent sur les données aquatiques, la mer et les fleuves. Il est vrai que More ne les tait pas. Comme on le sait, Utopie est une île, pour paraphraser le célèbre propos à venir de Siegfried sur l’Angleterre. La disposition d’ensemble est sans doute tout un programme à elle seule, puisqu’elle panache tranquillité et périls. Cette île a la forme d’un croissant. Le bras de mer entre les cornes est protégé des vents par deux promontoires. Ainsi le golfe ressemble-t-il « plutôt à un grand lac aux eaux calmes qu’à une mer agitée37 ». L’entrée du port est rendue périlleuse avec les bancs de sable et les écueils, en partie insidieusement cachés. Si bien que les gens du pays sont les seuls à connaître les passes. L’accès est impossible aux étrangers non guidés par les autochtones. Quant au rivage opposé, il a été rendu difficilement accessible par les conditions naturelles ou les travaux des hommes. Enfin, le narrateur précise que l’île est le fruit de la volonté humaine. C’est Utopus, le père fondateur, qui a décidé de la détacher du continent. On comprend bien la symbolique de ces quelques notations, et notamment la volonté de s’arracher à la pesanteur continentale. More compte sur la sagacité du lecteur pour en tirer toutes les conséquences. Comme il s’agit nécessairement d’un lectorat cultivé, puisque l’ouvrage paraît d’abord en latin, il mise sans doute aussi sur le souvenir des antiques. Doit-on s’arrêter à l’explication de M. Delcourt pour qui « un pays imaginaire doit être représenté comme inaccessible, une île lointaine ou une région enfermée dans de hautes montagnes38 » ? N’est-ce pas réducteur ?

  • 39 « Quand une forte marée remonte le fleuve sur trente milles, elle remplit tout le lit de l’Anydre, (...)
  • 40 Ibid.., p. 157. À vrai dire, il est encore une allusion à venir à propos de l’utilisation des rivi (...)

14Passant à la description de la ville, Amaurote, en retrait par rapport à la mer, Raphaël Hythlodée évoque le singulier fleuve Anydre, qui la traverse. Si tous les commentateurs remarquent à bon droit que tout cela ressemble fort à Londres, il n’en reste pas moins que l’on retrouve les conseils des maîtres antiques. C’est à ce point que se fait pour l’essentiel le mouvement d’affrontement des eaux douces et de l’eau salée, opposant le saumâtre et le pur39. Et c’est bien à l’œuvre de purification qu’est consacrée la dernière allusion, particulièrement fugace, aux eaux douces, pour éliminer les miasmes des marchés40.

  • 41 L'Utopie, op. cit., p. 186-188.
  • 42 Ibid., p. 189.

15Les eaux salées sont donc affectées d’un signe négatif très fort. Cette société en forme de croissant vivrait-elle complètement repliée sur elle-même, refoulant l’impur comme l’Anydre repousse le flux maritime ? Par un jeu d’allusions, on sait que les utopiens ne sont pas complètement fermés à l’extérieur. Rapahaël Hythlodée est ainsi l’introducteur d’une partie de la culture occidentale en Utopie par l’intermédiaire des livres dont il s’était assez largement pourvu pour son voyage41. Le lecteur a l’impression que cette source de frottement avec l’extérieur est exceptionnelle, puisque les Utopiens ne connaissent de l’Antiquité que les auteurs qui étaient dans les bagages de Raphaël et que c’est lui qui les y a initiés. Pourtant, le même Raphaël constate que « ceux qui arrivent chez eux pour voir le pays, ils les reçoivent à bras ouverts si leur esprit se recommande par quelque mérite particulier ou s’ils ont acquis de grandes connaissances par de longs voyages à l’étranger, ce qui précisément fit que notre visite fut bienvenue ». Il ajoute que les Utopiens « aiment être renseignés sur ce qui se passe dans le monde » mais que « rares sont au contraire sont ceux qui abordent en Utopie pour faire du commerce », parce qu’ils n’auraient pas grand-chose à y vendre. Cela ne signifie pas que les Utopiens ne participent pas au commerce international. Au contraire, ils préfèrent exporter eux-mêmes « afin d’être mieux au courant de ce qui se passe à l’extérieur et de ne pas perdre l’expérience des choses de la mer42 ». L’on sait que l’enrichissement qui en résulte bénéficie à la collectivité. More n’en dit pas plus sur les procédures concernant les rapports avec l’extérieur. Il faut se tourner vers Bacon pour être en présence d’un dispositif plus nettement élaboré. Ce que nous ferons après avoir dit quelques mots de Campanella, autre figure de proue de la littérature utopique.

  • 43 « À l’extérieur ce sont toutes les sortes de lacs, de mers et de cours d’eau, de vins, d’huile, et (...)
  • 44 Ibid., p. 18, 19, 40 et 41.
  • 45 Ibid., p. 35.
  • 46 Ibid., p. 38.

16De Taprobane, nous ne sommes guère tenté de dire qu’elle est une île. À la différence de More, Campanella n’insiste pas sur cette caractéristique. Les mers, comme les fleuves, n’apparaissent guère qu’en peinture dans le deuxième cercle de la Cité du Soleil43. La quasi totalité des références à l’eau sont en rapport avec la propreté, tant des personnes que des lieux, ou avec la santé44. Dans la Cité du Soleil, on aime beaucoup l’eau claire et fraîche, qui purifie tout et soigne au mieux. Bien que leur ville, construite sur un système concentrique, dont le caractère stratégique est souligné, donne l’impression d’une fermeture, les Solariens ne sont pas coupés du monde. Sans doute commercent-ils peu et ne manifestent-ils que du mépris pour les espèces sonnantes et trébuchantes. Ils n’en font pas moins « venir des marchands des quatre coins du monde pour écouler leur superflu », tout en refusant que « les esclaves et les gens venus du dehors contaminent leur cité de mœurs vicieuses45 ». Nous retrouvons donc le thème de la corruption. Enfin, comme les Utopiens, les Solariens, amoureux de leur marine – il est vrai très imaginative, puisque certains de leurs navires avancent « sans rien » – sont curieux des pays étrangers, qu’ils aiment à visiter46. Toutes ces notations restent rapides. Il faut attendre Bacon pour voir des procédures un peu plus élaborées.

Bacon, le souci de la précision

  • 47 « Nous autres, habitants de Bensalem (car c’est ainsi qu’ils nomment le pays en leur langue), avon (...)
  • 48 Ibid., p. 84.
  • 49 Ibid., p. 103.
  • 50 Le narrateur craint que l’appât des pensions proposées ne convainque son équipage de demeurer dans (...)
  • 51 On appréciera la précision.

17Bacon n’est sans doute pas différent, sur le fond, de More et de Campanella sur notre sujet, mais il est soucieux de présenter un mécanisme plus achevé. Alors que ses prédécesseurs se contentaient de déclarations d’intention, il entend montrer comment ses préoccupations sont mises en œuvre. Un double impératif majeur apparaît assez vite pour les dirigeants de la Nouvelle Atlantide : être inconnus des autres peuples et être à même de connaître presque tout le reste du monde47. Ici la mer reprend ses droits et devient essentielle. L’épisode maritime est bien mis en lumière dès le début du récit. Mais il n’y a rien du caractère farouche qui entoure Utopie. De loin, les marins à la dérive aperçoivent une « terre plate et boisée48 ». Si le narrateur remarque qu’elle en paraît « d’autant plus sombre », cela n’est pas fait pour l’effrayer. Par ailleurs, l’arrivée dans la rade se fait sans encombre. Donc point de méchants récifs camouflés. Et la ville paraît avenante. Si le comité d’accueil est bien réticent dans un premier temps, il se fait assez vite plus compréhensif. Et la mise en quarantaine se transforme en hébergement assez généreux à la Maison des Étrangers. Cette entrée en matière laisse bien transparaître le mélange de méfiance et de curiosité des habitants de l’île à l’égard des étrangers. La double préoccupation, que nous avons dite, d’être inconnus et de connaître, est réaffirmée à plusieurs reprises. Ainsi faut-il expliquer comment cette île échappe présentement à l’attention du monde, alors qu’elle était connue, il y a bien longtemps. Pour l’essentiel, cela tient au déclin de la navigation, notamment en provenance de l’Occident. Ce fait se conjugue avec une « loi fondamentale » d’un très ancien souverain de l’île, Solamona, qui « redoutait les innovations et le mélange des mœurs49 » et qui a étroitement réglementé l’accès des étrangers dans l’île. Cela était facilité par la quasi autosuffisance du pays. Mais que faire des navires en perdition qui accostaient l’île ? On ne pouvait pas ne pas les secourir. On ne pouvait pas non plus interdire aux équipages de repartir chez eux. Il restait à les en dissuader en leur offrant d’alléchantes conditions50, auxquelles tous ont succombé, sauf treize d’entre eux51, rapatriés par des bateaux îliens.

  • 52 Bacon n’a pas pu ne pas se souvenir de Platon, Les Lois, XII, 949e – 951d.
  • 53 Ibid., p. 105.
  • 54 « Ainsi, voyez-vous, nous maintenons donc un commerce, non pour nous procurer de l’or, de l’argent (...)
  • 55 Ce double verrou pour limiter les relations par mer n’est-il pas aussi un pied-de-nez à ceux qui s (...)

18De la même façon, le législateur a désiré limiter au nécessaire les voyages des ressortissants de l’île à l’étranger52. Et ce nécessaire relève du bien qu’ils peuvent en retirer pour la collectivité. Un bien de nature scientifique. Les maîtres d’œuvre des relations avec l’étranger sont les responsables de la Maison de Salomon, que des commentateurs français présentent volontiers comme l’ancêre de notre CNRS, les défauts en moins, diraient les mauvaises langues. Nous ne rentrerons pas dans le détail. Il suffit de rappeler qu’il y a une organisation stricte des voyages. Deux navires partent de l’île tous les douze ans avec six Frères de la Maison de Salomon, dont la mission « avait pour seul but de nous faire connaître les affaires et l’état des pays où on les envoyait, et notamment tout ce qui pouvait concerner les sciences, les arts, les techniques et les inventions du monde entier53 ». Les « missionnaires » doivent rapporter livres et instruments de toute sorte. L’intendant de la Maison des Étrangers, qui expose ce plan à ses hôtes, insiste sur la nature noble de ce « commerce54 ». D’une certaine façon, l’utopie est portée à son comble par un jeu de transmutation. Par le commerce, l’or cède la place à la connaissance. Bien entendu, des mesures de camouflage sont prises pour qu’à l’étranger l’identité des Frères voyageurs ne soit pas percée55.

  • 56 Ibid., p. 124.

19À côté de ces considérations, essentielles pour notre sujet, on ne saurait oublier d’autres développements liés aux préoccupations scientifiques de l’auteur. L’eau est utilisée à des fins d’expérimentations multiples et, comme il se doit, thérapeutiques. Il y a même des eaux que les savants font « mûrir, de manière à les rendre nutritives56 ».

  • 57 Que penser de la présentation du pays de Brobdingnag, publiée un siècle plus tard que la Nouvelle (...)

20Si la démarche de Bacon se situe dans le fil de More et de Campanella, avec le souci de la précision en plus, il donne à son propos un ton propre, qui domine l’ensemble de l’ouvrage57.

Fénelon, en écho à Xénophon ?

  • 58 F. Trémolières fait le point sur la légitimité de la présence de Fénelon dans le corpus des utopis (...)
  • 59 Fénelon, Les Aventures de Télémaque, Paris, GF, 1968, p. 205.
  • 60 « Le pays a pris le nom du fleuve, qui se jette dans le grand Océan, assez près des Colonnes d’Her (...)

21Sans être aussi évidemment utopique que les trois auteurs que nous venons d’évoquer58, Fénelon nous propose avec Les Aventures de Télémaque de belles fenêtres sur ce genre. Deux d’entre elles nous concernent plus particulièrement. La première, l’évocation de la Bétique, est des plus fugaces. « Le fleuve Bétis coule dans un pays fertile et sous un ciel doux, qui est toujours serein59. » Ainsi s’ouvre la description de ce paradis. Le reste est à l’avenant. La douceur qu’on y sent et à laquelle le fleuve éponyme apporte une sorte de fluidité merveilleuse est immédiatement opposée aux fureurs océanes60.

  • 61 Les Aventures de Télémaque, op. cit., p. 222.

22La seconde occurrence, plus riche pour nous, concerne Salente, la ville d’Idoménée, située sur la mer et aperçue en deux étapes. Le premier contact de Télémaque et de Mentor avec Salente témoigne d’un accueil très ouvert. Le bateau phénicien est immédiatement reçu dans le port. Le héros est littéralement émerveillé par « cette ville naissante, semblable à une jeune plante, qui, ayant été nourrie par la douce rosée de la nuit, sent, dès le matin, les rayons du soleil qui viennent l’embellir61 ». La ville est rayonnante et bruit d’une joyeuse activité. Pour rapides que soient ces notations, elles nous introduisent dans un monde très différent de ceux que nous venons de rencontrer. Exeunt la méfiance à l’égard des étrangers et l’angoisse de la corruption.

  • 62 « Il est vrai que j’ai négligé l’agriculture, et même le commerce, qui m’est si facile sur cette c (...)
  • 63 Ibid., p. 277.

23Toutefois, la seconde rencontre avec la ville invite à corriger légèrement le tableau. Mentor tance Idoménée pour son attention quasi exclusive à sa ville et sa folie d’embellissements. Le roi, dont on devine assez facilement le modèle, admet ce reproche62. Aussi Mentor en profite-t-il pour lui donner quelques conseils essentiels, notamment en faveur d’une très large ouverture au commerce, assortie d’une certaine rigueur. Dans sa recommandation d’ouverture commerciale, Mentor n’est pas sans faire penser à Xénophon. « D’ailleurs, la liberté du commerce était entière : bien loin de le gêner par des impôts, on promettait une récompense à tous les marchands qui pourraient attirer à Salente le commerce de quelque nouvelle nation63. » Aussi les conséquences ont-elles été rapidement perceptibles. « Ainsi les peuples y accoururent bientôt en foule de toutes parts. Le commerce de cette ville était semblable au flux et reflux de la mer. […] » Et la métaphore aquatique de se poursuivre, et le narrateur d’insister à nouveau sur la liberté de ce trafic. Cette liberté n’empêche pas la rigueur, l’exigence de correction dans l’organisation des échanges, avec notamment de sévères mesures pour punir la banqueroute. C’est une rigueur que nul ne saurait contester. Mais il en est une autre acception, sensiblement plus morale. En effet, le narrateur déclare que « tout ce qui entrait [dans la ville] était utile ». Cela conduit à une autre prescription de Mentor, défendant « toutes les marchandises de pays étrangers qui pouvaient introduire le luxe et la mollesse ». Ces mots contrastent avec la description quasi voluptueuse qui venait d’être faite du commerce. Aussi, le royaume gouverné selon les principes du vieux sage change-t-il de physionomie. La ville y est moins brillante que dans son premier état, mais la campagne y est beaucoup mieux entretenue. Sur la fin du parcours, Fénelon diverge par rapport au Xénophon des Revenus, qui n’a sans doute pas été son modèle. Si l’évêque vise bien à l’enrichissement de la société, il entend aussi la protéger de la corruption. Le livre de Fénelon est à mettre en perspective avec les discussions générées par la politique mercantiliste, dont Colbert avait été, peu auparavant, l’un des hérauts. Et l’on sait combien le contrôleur général des Finances avait été attentif à tout ce qui touchait aux eaux, qu’elles fussent douces ou salées. On remarque aussi que Fénelon annonce la querelle du luxe, qui allait tenir tant de place au xviiie siècle. À l’évidence, il est un bon introducteur aux Lumières, dont certains représentants navigueront, comme lui, entre réforme et utopie.

« Réformateurs » des xviiie et xixe siècles

  • 64 Toutefois, on rappellera que Tocqueville était en rapport avec des réformateurs américains et angl (...)

24Sans doute cédons-nous à une facilité en usant de cette étiquette, qui vaut plus pour Rousseau et pour Mably que pour Tocqueville64. Car, c’est sur eux que nous avons jeté notre dévolu pour illustrer ce dernier temps. Leur attention s’est appliquée tantôt à des lieux à réformer, tantôt à des États que l’on pourrait qualifier d’émergents. Suivons-les sur ces deux pistes.

Regards sur le Vieux Continent : la Corse

  • 65 S. Stelling-Michaud, « Introduction au Projet de constitution pour la Corse », Rousseau, Œuvres co (...)
  • 66 Rousseau, Projet de constitution pour la Corse, op. cit., p. 912.

25Les aventures de la Corse ont suscité un vif intérêt à l’époque des Lumières. Rousseau est l’auteur dont les réflexions sont demeurées les plus célèbres. Comme l’écrit S. Stelling-Michaud, « en écrivant le projet corse, Rousseau a voulu transposer ses principes de la communauté parfaite sur le plan des réalités65 ». On peut ajouter que faire coïncider les deux est encore mieux, quand c’est possible. Ainsi en va-t-il de Corte comme capitale. Rousseau ne cache pas sa détestation des villes et, plus encore des capitales. Mais il admet qu’il faut « un centre » au Gouvernement, « moins une capitale qu’un chef-lieu66 ». En l’occurrence, les circonstances ont été heureuses, puisque les Corses ont distingué Corte, à défaut de pouvoir retenir une ville sur la côte, dominée par les Génois. « Corte placée au milieu de l’Isle voit tous ses rivages presque à égales distances. » Pure opportunité géographique, pensera-t-on. Non pas. Rousseau précise vite : « Elle est loin de la mer ce qui conservera plus longtemps à ses habitants leurs mœurs, leur simplicité, leur droiture, leur caractère national que si elle était sujette à l’affluence des étrangers. » Nous sommes désormais familiers de ce genre d’argumentation, qui témoigne de la constance de certaines idées. Cependant, on note le « plus longtemps », qui témoigne du sentiment de la fragilité de cet avantage. Toutefois, il n’est pas certain qu’il ne soit pas conforté par une autre donnée naturelle. En effet, Rousseau poursuit : « Elle est dans la partie la plus élevée de l’Isle, dans un air très sain mais dans un sol peu fertile et presque à la source des rivières, ce qui, rendant l’abord des denrées plus difficile, ne lui permet pas trop de s’agrandir. » Il y a donc des chances pour que Corte demeure un « chef-lieu ». On remarque à nouveau la relation entre la ville et la source de rivières, mais, à la différence de ce que l’on trouve dans la littérature utopique, il n’est pas question d’abondance, mais d’une modestie valorisée.

  • 67 Ibid., p. 913.
  • 68 Ibid., p. 914.

26Rousseau revient très vite sur le « caractère national », que nous avons entrevu. « La première règle que nous avons à suivre est le caractère national. Tout peuple a ou doit avoir le caractère national et s’il en manquait il faudrait commencer par le lui donner. Les insulaires surtout moins mêlés, moins confondus avec les autres peuples en ont d’ordinaire un plus marqué67. » Leur position insulaire va aider les Corses à le retrouver, après la fin de la tyrannie génoise. Rousseau fait alors un détour par la Suisse pour poursuivre son raisonnement. Comme chacun sait, la Suisse n’est pas une île, mais elle a bénéficié d’autres conditions naturelles, sa géographie et son climat, pour tenir à distance les influences étrangères. « Ensevelis durant six mois sous les neiges […]68. » Soit l’intervention d’une autre forme de l’eau. C’était non seulement un facteur d’isolement, mais aussi une école d’endurance et de simplicité. Hélas, par leurs qualités militaires, les Suisses se sont ouverts au monde, qui les a peu à peu corrompus en les transformant en mercenaires. L’agriculture a cédé des points à l’industrie et au commerce.

  • 69 Ibid., p. 922.

27Retour à la Corse, qui doit tirer profit des errements suisses, avec des médications qui ne sont point de notre propos. Également retour à la géographie, qui peut à nouveau être un atout pour préserver de la décadence. Cette fois-ci, il s’agit de voir au-delà de la capitale. « Au dedans l’Isle est assez grande et coupée par des montagnes ; ses grandes et nombreuses rivières sont peu navigables ; ses parties ne communiquent pas naturellement entre elles ; mais la différence de leur production les tient dans une dépendance mutuelle par le besoin qu’elles ont les unes des autres69. » À nouveau, Rousseau prend à contre-pied le discours utopique, dont nous avons vu quelques exemples. Alors qu’il est traditionnel de souligner la fluidité des communications, ici c’est le compartimentage qui l’est. Et ce qui est volontiers considéré comme un obstacle devient un avantage en étant un gage de solidarité.

  • 70 Ibid., p. 941.
  • 71 Ibid., p. 950.
  • 72 Quelques années plus tard, Rousseau se penche sur le cas de la Pologne, évidemment différent à tou (...)

28Mais la géographie n’offre pas d’obstacle qui soit totalement insurmontable. L’exemple suisse l’a bien montré. Le législateur doit donc lui donner la main, notamment en limitant les contacts avec l’étranger. « Ainsi le droit de cité ne pourra être donné à nul étranger sauf une seule fois en cinquante ans à un seul s’il se présente et qu’il en soit jugé digne, ou le plus digne de ceux qui se présenteront. [Sa] reception sera une fête dans toute l’Isle70. » Soit une proposition singulièrement drastique, figurant dans des « fragments séparés », qui ressemblent parfois à des Tables de la Loi. Elle s’explique notamment par une crainte très vive, exprimée à la fin de ces mêmes fragments séparés. « Les Corses sont presque encore dans l’état naturel et sain, mais il faut beaucoup d’art pour les y maintenir parce que leurs préjugés les en éloignent […]. Ils voyent le faux éclat des nations voisines et brûlent d’être comme elles, parce qu’ils ne sentent pas leur misère et ne voient pas qu’ils sont infiniment mieux71. » Les données naturelles, très largement maritimes et fluviales, doivent donc être renforcées par des artifices humains. Mais l’on sent le scepticisme du réformateur72.

Regards sur le Nouveau Monde : les Etats-Unis d’Amérique

29Plus encore que la Corse, la création des États-Unis d’Amérique a défrayé la chronique en Europe. Nous avons retenu deux regards posés à des moments bien différents, celui de Mably et celui de Tocqueville. Le premier est de réserve, le second d’ouverture.

  • 73 Mably, Observations sur le gouvernement et les loix des États-Unis d'Amérique, Œuvres complètes, L (...)

30Mably date du milieu de 1783 ses quatre lettres composant les observations sur le gouvernement et les loix des États-Unis d’Amérique. Il touche à la fin de sa carrière et l’issue prochaine de la guerre d’indépendance américaine lui donne l’occasion d’appliquer ses réflexions à un moment décisif de la création d’États. Après quelques considérations générales, il focalise son attention sur trois États parvenus à un stade différent de développement : le Massachusetts, la Pennsylvanie et la Géorgie. De temps en temps, il y a un éclairage en direction de notre sujet. C’est la différence entre ces trois États qui fait l’intérêt du propos. On comprend, à mots couverts, que le Massachusetts est déjà bien mûr, avec son port, Boston, dont l’activité est développée. On descend d’un degré – de façon positive, dans l’esprit de l’abbé – avec la Pennsylvanie. « J’ai ouï dire que les Pensilvaniens sont beaucoup plus cultivateurs que commerçans, et ne connaissent point ces fortunes disproportionnées et trop grandes qu’on ne rencontre que trop souvent dans la république de Massachussets. […] Je sais que l’agriculture donne des mœurs beaucoup plus simples et plus pures que le commerce ; mais je vois que le port de Philadelphie ouvre une porte favorable à l’industrie et au commerce73. » Et l’abbé, dans le droit fil de ses obsessions spartiates, d’évoquer un État « sur le bord du précipice », que seul le législateur est à même de retenir sur cette pente. Une fois encore, le port est pointé comme source de corruption.

  • 74 Ibid., p. 332.
  • 75 Ibid., p. 333-334.

31Mably est beaucoup plus disert sur la Géorgie, le moins évolué des trois États, pour lequel il déclare ressentir « un attrait particulier ». Il est peut-être encore possible de contenir cette colonie jeune, vaste et peu peuplée, dans l’activité agricole, seule source de la prospérité authentique. L’abbé imagine le discours qu’il aurait pu faire à l’assemblée constitutive de l’État, s’il avait eu le bonheur d’en être membre. Tout le propos tourne autour de cette activité rurale dont il craint que les habitants ne soient détournés par « l’exemple contagieux de [leurs] voisins ». Ici, l’étranger risque d’être proche. Sur le sceau de la République, plutôt qu’une maison cossue, l’abbé préférerait voir figurer une maison modeste, « un champ de blé, une prairie couverte de gros et de menu bétail, une rivière qui la traversera74 ». La rivière retrouve sa place dans le paysage idéal. Mably écarte aussi le vaisseau voguant à pleines voiles, qui ne serait qu’une boîte de Pandore, avec sa fausse prospérité. Arrière les vaisseaux ! « Plût-à-Dieu fussions-nous enfoncées (sic) dans les terres, et n’eussions-nous à craindre de tous les côtés que le voisinage des sauvages bien moins dangereux que la mer qui baigne nos côtes ! » Aussi Mably pointe-t-il l’erreur des constituants d’avoir donné aux ports de Savannah et de Sunburry six représentants à la Chambre, qui ne manqueront pas d’agir en faveur du commerce. Son conseil pour clore ce discours fictif : « Ne songeons point à attirer parmi nous une grande multitude d’hommes ; ils ne vaudraient pas une poignée de bons citoyens qui auront de l’âme et de la vertu75. » L’abbé, qui a joué avec l’utopie dans certains ouvrages antérieurs, même s’il en sentait la vanité, renoue avec la tradition dominante de cette littérature. Sans doute a-t-il l’impression que l’histoire galope et qu’il est plus que temps d’agiter le drapeau rouge. On comprend qu’il ait déçu par ce ton pessimiste face à cette expérience qui enflammait bien des esprits.

  • 76 A. de Tocqueville, De la démocratie en Amérique, Paris, Laffont, coll. Bouquins, 1986, p. 53.
  • 77 Le Mississipi n’est pas seul à réaliser l’unité nord-américaine. Plus loin, Tocqueville montrera c (...)
  • 78 Ibid, p. 55. Tocqueville n’a sans doute pas cherché à rivaliser avec la fameuse description du Mes (...)
  • 79 Certaines lignes pourraient être déplacées dans Platon. « L’aspect tout entier du pays y atteste l (...)
  • 80 Voilà qui n’est pas sans rappeler l’approche de la Nouvelle Atlantide.
  • 81 Tocqueville, De la démocratie…, op. cit., p. 59. Pour Tocqueville, les Indiens n’avaient reçu de l (...)

32Quelques décennies plus tard, Tocqueville, qui vient d’horizons bien différents, porte un autre regard sur cette jeune Amérique. Nous nous contenterons d’évoquer l’ouverture de son grand livre, immédiatement reconnu et promis à devenir un classique de la réflexion politique. Le premier chapitre de la Démocratie en Amérique abonde en observations géographiques qui se veulent objectives, mais qui ne manquent sans doute pas d’être tributaires d’approches résolument idéologiques. D’emblée l’approche est large, au niveau du continent. Les premières lignes sont symptomatiques. « L’Amérique du Nord présente, dans sa configuration extérieure, des traits généraux qu’il est facile de discerner au premier coup d’œil. Une sorte d’ordre méthodique y a présidé à la séparation des terres et des eaux, des montagnes et des vallées. Un arrangement simple et majestueux s’y révèle au milieu même de la confusion des objets et parmi l’extrême variété des tableaux76. » La suite du chapitre ne fait que développer ces affirmations. Des deux vastes régions qui se partagent à peu près à égalité le territoire, la seconde est « plus accidentée et mieux préparée pour devenir la demeure permanente de l’homme ». Entre les deux grandes chaînes qui bordent les océans, ce n’est « qu’une seule vallée », au fond de laquelle coule « un fleuve immense », qui reçoit toutes les eaux descendants des montagnes77. « La vallée que le Mississipi arrose semble avoir été créée pour lui seul ; il y dispense à lui seul le bien et le mal, et il en est comme le dieu78. » On pense à Hérodote, que nous n’avons pas inclus dans notre corpus. Tocqueville creuse un peu la description en un style presque lyrique, où il souligne l’ambivalence de l’eau79. Et pour conclure : « La vallée du Mississipi est, à tout prendre, la plus magnifique demeure que Dieu ait jamais préparée pour l’habitation de l’homme, et pourtant on peut dire qu’elle ne forme encore qu’un vaste désert. » Tocqueville entend-il signifier le destin providentiel de ceux qui peupleront et sauront mettre à profit cet espace ? En tout cas, il nous plonge dans une toute autre atmosphère que celle de Mably. C’est le souffle des grands espaces, la puissance d’un fleuve prodigieux. Mais si la vallée du Mississipi est un lieu d’élection pour le séjour des hommes, Tocqueville note que l’aventure américaine a commencé sur la côte est, pourtant « inhospitalière ». « C’est encore là que se trouve aujourd’hui le foyer de la puissance, tandis que sur les derrières s’assemblent presque en secret les véritables éléments du grand peuple auquel appartient sans doute l’avenir du continent. » Tocqueville lui oppose la partie plus méridionale du continent, qui est apparue paradisiaque aux premiers Européens, alors que « la mort était cachée sous ce manteau brillant ». « L’Amérique du Nord parut sous un autre aspect : tout y était grave, sérieux, solennel ; on eût dit qu’elle avait été créée pour devenir le domaine de l’intelligence, comme l’autre la demeure des sens. Un océan turbulent et brumeux enveloppait ses rivages ; des rochers granitiques ou des grèves de sable lui servaient de ceinture ; les bois qui couvraient ses rives étalaient un feuillage sombre et mélancolique80 ; […]. » On voit que l’idéologie est en fait très présente dans cette approche géographique. Tocqueville évoque les « mille ruisseaux » qui attendaient que l’industrie humaine dirige leur cours. On sent qu’il n’est guère inquiet de l’ardeur entrepreneuriale des colons à venir. « Ces côtes, si bien préparées pour le commerce et l’industrie, ces fleuves si profonds, cette inépuisable vallée du Mississipi, ce continent tout entier, apparaissaient alors comme le berceau vide d’une grande nation81. » On ne peut mieux dire.

  • 82 « Lorsqu’on étudie avec attention les lois qui ont été promulguées durant ce premier âge des répub (...)
  • 83 « Les États du Sud sont presque exclusivement cultivateurs ; les États du Nord sont particulièreme (...)
  • 84 Ibid., p. 366.

33Pas question de bannir le commerce et l’industrie. Il n’est donc pas surprenant de ne pas trouver, sous la plume de Tocqueville, les réserves ou les critiques formulées par Mably sur l’organisation politique et juridique des jeunes Républiques américaines82. Mieux même, il voit dans la solidarité économique l’une des chances de l’Union83. Bientôt, il monte encore d’un cran quand il déclare que « les Américains sont appelés par la nature à être un grand peuple maritime ». Et de citer les avantages naturels : l’étendue des rivages, la profondeur des ports et la grandeur des fleuves. Mais d’ajouter immédiatement : « C’est cependant bien moins à des causes physiques qu’à des causes intellectuelles et morales qu’on doit attribuer la supériorité commerciale des Anglo-Américains84. » De quoi faire se retourner notre abbé dans sa tombe. Avec Tocqueville le libéral, nous touchons d’autres rivages.

Conclusion

34Ce parcours superficiel et très sélectif à travers le temps montre la permanence d’une réticence vis-à-vis de la mer, souvent perçue comme le vecteur de la corruption, tandis que les eaux douces sont généralement associées à la prospérité et à la pureté : corruption par l’enrichissement et par la menace d’altération du caractère national au contact des étrangers ; prospérité par la fertilisation des sols et par la facilité des communications internes, pureté par les ablutions singulières et collectives. C’est l’affrontement du pur et de l’impur, du dedans et du dehors, de l’intime et de l’autre, du national et de l’étranger, du vrai et du faux, du solide et de l’illusoire, du tangible et du rêve, de l’enfermement et de l’ouverture. En même temps, certains de nos réticents n’entendent pas priver leur pays d’élection de tout apport extérieur, surtout dans le domaine culturel et scientifique. Fénelon va même plus loin en appelant de ses vœux toutes les relations économiques qui s’inscrivent dans la cadre de l’utilité. Mais ils mettent rarement sur pied un dispositif de contingentement. Ils s’interrogent moins encore sur les effets de l’appropriation des avancées empruntées à d’autres sur l’évolution de leur propre société. On pourrait s’étonner que Rousseau et, plus encore, Mably soient beaucoup plus en retrait que Fénelon sur le terrain de l’ouverture. Cela s’explique vraisemblablement par la différence des contextes économiques. Fénelon écrit son Télémaque à un moment où la situation économique française est rien moins que brillante. Rousseau et Mably sont contemporains du « beau xviiie siècle », qui voit le développement des échanges internationaux et la montée en puissance du libéralisme. Ils ont bien conscience que le tissu social en est travaillé en profondeur. Tocqueville écrit après le séisme révolutionnaire, et il est bien connu que cet aristocrate se rallie par raison à l’horizon démocratique dans sa mouture moderne. Il ne peut que jeter un œil très différent sur l’expérience américaine, sans en occulter les périls. Le discours moral de Jean-Jacques ou de l’abbé cède le pas à celui, qui se veut expérimental, de l’aristocrate.

  • 85 Paris, Musée Carnavalet, GC Histoire XVII bis. Cette lithographie est reproduite in L. T. Sargent (...)

35Peu après, en 1848, Frédéric Sorrieu propose une lithographie en camaïeu gouachée illustrant Un marché sous la République universelle, démocratique et sociale85, où l’on voit une foule affairée, sous la protection des quatre figures dispersées représentant l’Europe et l’Asie en premier plan, l’Afrique et l’Amérique plus en arrière, tandis que la mer occupe le fond de la composition, avec de grands voiliers navigants ou à quai. Le tout est baigné dans une grande harmonie. Naïveté de quarante-huitard, balayant sans emphase les vieilles craintes utopiques ?

Notes

1 W. Berelowitch et O. Medvedkova, Histoire de Saint-Pétersbourg, Paris, Fayard, 1996, p. 38-39.

2 Ibid., p. 40.

3 Selon W. Berelowitch et O. Medvedkova, le retour à Moscou en 1918 « dépassait la simple raison d’État : c’était un désaveu, conscient ou non, de la vocation occidentale de l’empire qui les ramenait vers le pays profond – affirmation qui peut paraître paradoxale lorsqu’il s’agit d’un parti qui visait la révolution mondiale, mais qui se vérifie si l’on considère l’évolution du régime ». Ibid., p. 411.

4 Les écoles présocratiques, Paris, Gallimard, coll. Folio/essais, 1991, p. 73. Il s’agit du fragment XXXI.

5 Ibid., p. 80. Fragment LXI.

6 Hippocrate, Airs, eaux, lieux, XXIV, 3. Nous avons utilisé la traduction de J. Jouanna, Paris, Les Belles Lettres, 1996, t. II, 2e partie, p. 245-246.

7 « Oui, autrefois, Solon, avant la plus grande ruine amenée par les eaux, la Cité qui est aujourd’hui celle des Athéniens était la plus vaillante à la guerre, et à tous égards la mieux policée, à un degré remarquable ; c’est elle qui fit les plus beaux exploits et eut les institutions, dit-on, les plus belles dont jamais sous le ciel nous ayons recueilli l’écho. » Platon, Timée, 23c. Pour Platon, nous nous sommes servi des traductions de L. Robin, Paris, Gallimard, coll. de la Pléiade, 1950, t. II.

8 « […], eux au contraire, par où le mieux se laisse retourner un animal, c’est à la poupe qu’ils se plaçaient pour en redresser la marche, usant, selon leurs propres desseins, de la persuasion comme d’un gouvernail pour mettre la main sur son âme et, les menant de la sorte, ils gouvernaient, comme on gouverne un navire, la totalité des êtres mortels. » Platon, Critias, 109c.

9 Critias, 111a-b.

10 Critias, 112d.

11 Critias, 113e et 117a.

12 Critias, 117d-e.

13 « Mais quand vint à se ternir en eux, pour avoir été mélangé, et maintes fois, avec maint élément mortel, le lot qu’ils tenaient du Dieu ; quand prédomina chez eux le caractère humain, alors, impuissants désormais à porter le poids de leur condition présente, ils perdaient toute convenance dans leur manière de se comporter, et leur laideur morale se révélait à des yeux capables de voir […]. » Critias, 121a-b.

14 Platon, Les Lois, V, 739e. Mais ce second rang demeure encore ambitieux. « Or, celle que nous avons à cette heure entrepris de fonder serait en quelque sorte très près de se rendre immortelle et elle est celle qui, au second rang, peut prétendre à réaliser l’unité. »

15 « […] elle serait exposée à avoir bien de la bigarrure et de la perversité dans quantité de ses mœurs. » Les Lois, IV, 704d. La question du rapport à l’étranger reviendra sur la fin de l’ouvrage (XII, 949e – 953e), où les relations entre la nouvelle cité et l’extérieur, envisagées dans les deux sens, font l’objet d’une réglementation minutieuse, que nous retrouverons chez Bacon. Sur le sujet, P. M. Morel, « Le regard étranger sur la cité des Lois », J. Balaudé (dir.), D'une cité possible, Sur les Lois de Platon, Paris, Université Paris X – Nanterre, 1995, p. 95-113.

16 L’Athénien reprend à un poète l’image d’un « voisinage saumâtre » pour le bord de mer. « La mer en effet le remplit de trafic et, par la revente des produits, d’affaires commerciales, engendre ainsi dans les âmes une disposition à se dédire sans cesse et à être de mauvaise foi, bref fait que tout le monde dans l’État manque de bonne foi et d’amitié mutuelles, et qu’il en est pareillement à l’égard des autres hommes. » Les Lois, IV, 705a.

17 Ibid., III, 701d.

18 L’Athénien évoque les célèbres pressions de Minos sur Athènes dépourvue de vaisseaux de guerre, mais qui s’est empressée de transformer, au plus vite, une partie de ses solides hoplites en marins moins constants. Ibid., 706ae-707ab. Juste après (707c), il souligne sa différence par rapport à l’opinion commune en accordant la priorité aux affrontements terrestres dans les succès grecs des guerres médiques.

19 Les Lois, V, 745b.

20 « Car c’est un fait, Mégille et Clinias, que vous ne devez pas méconnaître non plus, à savoir que les lieux diffèrent les uns des autres pour ce qui est de produire des hommes meilleurs ou pires […]. Sans doute y a-t-il des peuples auxquels la diversité des vents ou la chaleur brûlante du soleil donnent un naturel, soit excessif, soit exempt d’emportement ; chez ceux-ci, ce sont les eaux, chez ceux-là les aliments mêmes que fournit la terre, et qui n’ont pas pour les corps seulement un effet meilleur ou pire, mais qui ne sont pas moins capables de déterminer dans les âmes des effets analogues. [...] » Les Lois, V, 747e.

21 Les Lois, VI, 761a-d et 763d. Plus avant, l’Athénien n’hésite pas à s’arrêter sur le sujet, bien terre à terre mais si important dans la vie rurale, des servitudes liées à l’usage de l’eau. Ibid., VIII, 844a-d.

22 Les Lois, VIII, 845c-d.

23 Le matériau est épars dans le livre VII de La Politique ou des Politiques, si l’on suit la traduction de P. Pellerin, dont nous nous servirons.

24 « L’île de Crète semble, par sa situation naturelle favorable, destinée à gouverner la Grèce, située qu’elle est au milieu de la mer, alors que presque tous les Grecs sont établis sur le pourtour de cette mer. […] » Aristote, Les Politiques, II, 10, 3. Paris, GF Flammarion, 1990.

25 Dans son introduction, P. Pellerin revient à plusieurs reprises sur cette opposition entre livres « idéalistes » et livres « réalistes », qui nourrit les débats sur la structure très problématique de l’œuvre. Notamment p. 62-66.

26 Il y a notamment la nécessité d’avoir une marine respectable pour défendre la cité et pour être capable de soutenir ses amis. Si une cité vise à l’hégémonie, elle devra s’équiper d’une marine en conséquence. « Par contre, ajoute Aristote, pour le surplus de population créé par la masse des gens de mer, il n’est pas nécessaire de l’inclure dans les cités : il ne faut pas faire de ces gens-là une partie de la cité. » Les Politiques, VII, 6, 7. Dans la Constitution d'Athènes, dont la paternité aristotélicienne est toujours discutée, on remarque une inquiétude face au développement de la puissance maritime pour les équilibres internes. « Périclès en effet enleva certains droits à l’Aréopage et poussa vivement la cité à augmenter sa puissance maritime, ce qui donna à la foule l’audace de tirer à elle de plus en plus toute la vie politique. » Aristote, Constitution d'Athènes, XXVII, 1. L’auteur y revient un peu plus loin dans sa synthèse historique. « Ce fut alors que la cité commit le plus de fautes sous l’influence des démagogues et à cause de la maîtrise des mers. » Ibid., XLI, 2. Pour C. Mossé, que l’auteur de ce texte soit Aristote ou l’un de ses élèves, nous en sommes en présence « d’une œuvre issue de l’école aristotélicienne ». C. Mossé, « Introduction » à Aristote, Constitution d'Athènes, Paris, Les Belles Lettres, 1996, p. XXIII.

27 Comme chez Hippocrate, la position de la cité par rapport aux vents, et la qualité de l’eau sont considérées comme des éléments de première importance. Les Politiques, VII, 11, 1-5. Les propos sur l’eau sont également liés à des considérations stratégiques.

28 Les Politiques, VII, 6, 1.

29 Est-il nécessaire de citer cette marque de bienveillance des dieux à l’égard des hommes relevée par Socrate ? « Ils nous fournissent aussi l’eau qui nous est si précieuse, qui aide la terre et les saisons à faire pousser et croître tout ce qui nous est utile […] », Xénophon, Les Mémorables, IV, 3, 6.

30 P. Chambry, « Notice sur les Revenus », Xénophon, Œuvres complètes, Paris, GF Flammarion, 1967, vol. 1, p. 469-471.

31 Xénophon, Les Revenus, I.

32 Ibid., III.

33 Mais il est vrai que, comme le note D. Morrison, « l'Économique, ou le Gestionnaire d'une propriété, ne porte pas sur l’économie au sens moderne, mais sur la gestion d’une maisonnée ou d’une propriété. L’importance morale et politique du sujet est évidente : il couvre les relations entre mari et femme, entre parents et enfants, et (dans la Grèce ancienne) entre maître et esclaves. » J. Brunschwig et G. Lloyd (dir.), Le Savoir grec, Dictionnaire critique, Paris, Flammarion, 1996, p. 846.

34 Cicéron, De la République, II, 3. Plus avant, Cicéron admet que la prévoyance de Romulus relève largement du mythe. « […] tu rapportes à un plan étudié les dispositions relatives au site de la ville prises par Romulus peut-être par hasard, ou parce que la nécessité les imposait […]. » Ibid. II, 11. Le mythe est évidemment plus gratifiant. Virgile se gardera bien de l’oublier. « Je suis, moi, le Tibre azuré, fleuve chéri du ciel, que tu vois couler à pleins bords, effleurant ses berges et coupant de grasses cultures. Ici s’élève pour moi une grande demeure, capitale des hautes villes. » Virgile, L'Énéide, VIII, 64-65.

35 Cicéron, De la République, II, 5. Mais on notera que, dans son développement très rapide, l’auteur évoque les avantages et oublie les inconvénients. Par ailleurs, on ne manquera pas d’être étonné de l’allusion à la corruption, dont on serait en droit de conclure qu’elle a épargné Rome, ville non maritime. Cicéron était bien payé pour connaître la réalité de ce dossier.

36 Suétone, Vies des douze Césars, « Néron », XVI. Ce paragraphe décrit un Néron ayant des initiatives plutôt heureuses.

37 More, L'Utopie, Paris, GF Flammarion, 1987, p. 137.

38 Ibid.., note infrapaginale.

39 « Quand une forte marée remonte le fleuve sur trente milles, elle remplit tout le lit de l’Anydre, refoule l’eau douce devant elle et en gâte le goût par son amertume. Après quoi le fleuve retrouve peu à peu son eau douce, pure, naturelle ; il traverse toute la ville et repousse le flot salé presque jusqu’à son embouchure. » L'Utopie, op. cit., p. 142. L’Anydre est renforcé par une autre rivière, qui naît sur les hauteurs de la ville et qui se mêle à lui au milieu de celle-ci. Les habitants d’Amaurote protègent jalousement cette rivière, vitale en cas de siège.

40 Ibid.., p. 157. À vrai dire, il est encore une allusion à venir à propos de l’utilisation des rivières comme signes de frontières. « La nature n’a-t-elle pas établi une société entre deux peuples séparés seulement par une petite colline, par un petit ruisseau ? C’est l’usage des traités qui les amène à se considérer comme des ennemis nés, faits pour se détruire légitimement l’un l’autre, à moins que des textes ne s’y opposent. » Ibid., p. 200.

41 L'Utopie, op. cit., p. 186-188.

42 Ibid., p. 189.

43 « À l’extérieur ce sont toutes les sortes de lacs, de mers et de cours d’eau, de vins, d’huile, et autres liqueurs accompagnées de leurs vertus, origines et qualités ; […] » Campanella, La Cité du Soleil, Genève, Droz, 1972, p. 7.

44 Ibid., p. 18, 19, 40 et 41.

45 Ibid., p. 35.

46 Ibid., p. 38.

47 « Nous autres, habitants de Bensalem (car c’est ainsi qu’ils nomment le pays en leur langue), avons ceci de particulier que, grâce à notre isolement, au secret que nos lois enjoignent à nos navigateurs, grâce également au fait que nous laissons entrer peu d’étrangers, il se trouve que, nous qui connaissons bien la plus grande partie du monde habité, nous sommes, nous, complètement inconnus. » Bacon, La Nouvelle Atlantide, Paris, GF – Flammarion, 2000, p. 92-93. C’est l’Intendant de la Maison des Étrangers qui fait cette déclaration aux naufragés.

48 Ibid., p. 84.

49 Ibid., p. 103.

50 Le narrateur craint que l’appât des pensions proposées ne convainque son équipage de demeurer dans le pays.

51 On appréciera la précision.

52 Bacon n’a pas pu ne pas se souvenir de Platon, Les Lois, XII, 949e – 951d.

53 Ibid., p. 105.

54 « Ainsi, voyez-vous, nous maintenons donc un commerce, non pour nous procurer de l’or, de l’argent, des pierres précieuses, des soieries, des épices ou d’autres commodités matérielles, mais pour la première Œuvre de Dieu, qui fut la Lumière : pour recueillir la lumière, dis-je, en quelque partie du monde qu’elle croisse. » Ibid., p. 106. Beau point d’orgue pour clore cet épisode ! Bacon y revient par le biais du recensement des membres de la Maison. « Nous avons douze collègues qui voyagent à l’étranger […]. Nous les appelons les Marchands de Lumière. » Ibid., p. 129.

55 Ce double verrou pour limiter les relations par mer n’est-il pas aussi un pied-de-nez à ceux qui soutiennent la thèse du Mare liberum de Grotius, paru en 1 609 ?

56 Ibid., p. 124.

57 Que penser de la présentation du pays de Brobdingnag, publiée un siècle plus tard que la Nouvelle Atlantide dans la même Albion ? « Ce royaume est une péninsule, se terminant au nord-est par une chaîne de montagnes de trente milles de hauteur, infranchissables en raison des volcans qui les couronnent. Les plus savants ignorent quelle sorte de mortels habitent au-delà de ces montagnes, à supposer qu’il y en ait. Des trois autres côtés, il est limité par l’Océan. Il n’y a pas un seul port maritime dans tout le royaume et ces parties de la côte où les fleuves ont leurs embouchures sont si hérissées de pointes rocheuses et la mer y est généralement si mauvaise qu’il n’est pas facile de s’y aventurer avec le plus petit des bateaux ; en sorte que ce peuple est exclu de tout commerce avec le reste du monde. Mais les grandes rivières sont pleines de navires et abondent en excellents poissons. Ils pêchent rarement en mer, car les poissons n’y sont pas plus gros qu’en Europe, par conséquent sans intérêt pour eux. Il est donc manifeste que la nature, dans sa création végétale et animale, a limité son gigantisme à ce continent. Aux philosophes d’en trouver la raison. » J. Swift, Voyages de Gulliver, Paris, Le Livre de poche, 1964, p. 173. Ici, nous sommes dans la situation extrême, avec une superbe opposition entre l’extérieur et l’intérieur, entre les eaux douces et les eaux salées. Il y aurait d’autre grain à moudre pour nous, notamment avec l’épisode de Laputa et sa superposition d’îles. L’île volante peut à volonté priver certains terriens « de soleil et de pluie ». Ibid, p. 259. Soit une façon de figurer les relations entre l’Angleterre et l’Irlande. Mais au-delà ?

58 F. Trémolières fait le point sur la légitimité de la présence de Fénelon dans le corpus des utopistes. M. Riot-Sarcey, T. Bouchet et A. Picon (dir.), Dictionnaire des utopies, Paris, Larousse, 2002, v° Aventures de Télémaque.

59 Fénelon, Les Aventures de Télémaque, Paris, GF, 1968, p. 205.

60 « Le pays a pris le nom du fleuve, qui se jette dans le grand Océan, assez près des Colonnes d’Hercule et de cet endroit où la mer furieuse, rompant ses digues, sépara autrefois la terre de Tharsis d’avec la grande Afrique. »

61 Les Aventures de Télémaque, op. cit., p. 222.

62 « Il est vrai que j’ai négligé l’agriculture, et même le commerce, qui m’est si facile sur cette côte : je n’ai songé qu’à faire une ville magnifique. » Ibid., p. 267.

63 Ibid., p. 277.

64 Toutefois, on rappellera que Tocqueville était en rapport avec des réformateurs américains et anglais. F. Mélonio, « Tocqueville entre Révolution et démocratie », Tocqueville, Lettres choisies, souvenirs, Paris, Gallimard, coll. Quarto, 2003, p. 18.

65 S. Stelling-Michaud, « Introduction au Projet de constitution pour la Corse », Rousseau, Œuvres complètes, Paris, Gallimard, coll. Pléiade, 1964, vol. III, p. CCIX.

66 Rousseau, Projet de constitution pour la Corse, op. cit., p. 912.

67 Ibid., p. 913.

68 Ibid., p. 914.

69 Ibid., p. 922.

70 Ibid., p. 941.

71 Ibid., p. 950.

72 Quelques années plus tard, Rousseau se penche sur le cas de la Pologne, évidemment différent à tous égards. Ici, le réformateur ne peut plus miser sur la géographie. Il en appelle donc à l’art, bien rare, du grand législateur, dont l’Antiquité n’est pas chiche. « Je regarde les nations modernes : j’y vois force faiseurs de loix et pas un legislateur. Chez les anciens, j’en vois trois principaux qui méritent une attention particulière : Moyse, Lycurgue et Numa. » Il est très admiratif de Moïse, qui réussit à faire un peuple d’un amas de fugitifs. « Pour empêcher que son peuple ne se fondit parmi les peuples étrangers, il lui donna des mœurs et des usages inaliables (sic) avec ceux des autres nations ; […] » Rousseau, Considérations sur le gouvernement de la Pologne et sur sa réformation projetée, in Œuvres complètes, op. cit., p. 956-957. Il faut s’inspirer de cette méthode. Entourés d’États considérables, les Polonais ne peuvent se tirer d’affaire qu’en faisant le nécessaire pour ne pas être « digérés » par eux. Il faut des « institutions nationales ». L’esprit du système économique proposé consiste à « peu songer à l’étranger, peu vous soucier du commerce ». Ibid., p. 1008.

73 Mably, Observations sur le gouvernement et les loix des États-Unis d'Amérique, Œuvres complètes, Londres, 1789, t. 8, p. 328.

74 Ibid., p. 332.

75 Ibid., p. 333-334.

76 A. de Tocqueville, De la démocratie en Amérique, Paris, Laffont, coll. Bouquins, 1986, p. 53.

77 Le Mississipi n’est pas seul à réaliser l’unité nord-américaine. Plus loin, Tocqueville montrera comment les Alleghanys sont une fausse barrière naturelle que la Providence aurait entendu élever entre le bassin du Mississipi et l’Atlantique. Plus encore que l’altitude moyenne assez faible de cette chaîne, il souligne le rôle de l’Hudson, de la Susquehanna et du Potomac, qui « tracent, au sein des montagnes, des routes naturelles toujours ouvertes à l’homme. » Ibid., p. 342.

78 Ibid, p. 55. Tocqueville n’a sans doute pas cherché à rivaliser avec la fameuse description du Meschacebé de Chateaubriand. Toutefois, le ton nous semble peu compatible avec le propos qu’il tient dans une lettre adressée à E. Stoffels : « Il ne s’agit pas pour nous de voir de grandes villes et de beaux fleuves. [.] » Cité par F. Mélonio, « Introduction à la première Démocratie », A. de Tocqueville, De la démocratie…, op. cit., p. 15.

79 Certaines lignes pourraient être déplacées dans Platon. « L’aspect tout entier du pays y atteste le travail des eaux. Sa stérilité comme son abondance est leur ouvrage. Les flots de l’océan primitif ont accumulé dans le fond de la vallée d’énormes couches de terre végétale qu’ils ont eu le temps d’y niveler. […] »

80 Voilà qui n’est pas sans rappeler l’approche de la Nouvelle Atlantide.

81 Tocqueville, De la démocratie…, op. cit., p. 59. Pour Tocqueville, les Indiens n’avaient reçu de la Providence qu’un « court usufruit » des terres américaines.

82 « Lorsqu’on étudie avec attention les lois qui ont été promulguées durant ce premier âge des républiques américaines, on est frappé de l’intelligence gouvernementale et des théories avancées du législateur. » Ibid., p. 71.

83 « Les États du Sud sont presque exclusivement cultivateurs ; les États du Nord sont particulièrement manufacturiers et commerçants ; […] Le Nord, qui charrie les richesses des Anglo-Américains dans toutes les parties du monde, et les richesses de l’univers dans le sein de l’Union, a un intérêt évident à ce que la confédération subsiste telle qu’elle est de nos jours […]. » Tocqueville parle d’un Nord « entremetteur » sans aucun esprit de dénigrement. Ibid., p. 343.

84 Ibid., p. 366.

85 Paris, Musée Carnavalet, GC Histoire XVII bis. Cette lithographie est reproduite in L. T. Sargent et R. Schaer (dir.) Utopie, la quête de la société idéale en Occident, Paris, Bibliothèque nationale de France/Fayard, 2000, p. 225.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540