Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'eau, les eaux

 | 
Jackie Pigeaud

L’eau dans la vie et la pensée de Pétrarque

Étienne Wolff

Texte intégral

1Mon titre est un peu ambitieux. Je me contenterai en réalité de donner quelques éléments sur ce sujet très vaste, que je ne prétends pas embrasser dans sa totalité.

2L’eau intervient d’emblée dans plusieurs événements majeurs de l’existence de Pétrarque. Au début de 1305, sa mère quitta Arezzo pour se rendre dans une propriété de son mari, à l’Incisa ; en passant l’Arno à gué, le cheval du serviteur qui portait l’enfant tomba et le valet, désarçonné, fut sur le point d’être submergé par les remous avec son précieux fardeau (Familiares I, 1, 23 : is, in transitu Arni fluminis, lapsu equi effusus, dum honus sibi creditum servare nititur, violento gurgite prope ipse periit). En 1312, le père de Pétrarque décida de quitter l’Italie pour toujours et de s’établir en Avignon ; le voyage se fit par mer ; en vue de Marseille, le bateau fit naufrage (Familiares I, 1, 24 : haudprocul Massilia naufragiumpassus). L’enfance de Pétrarque commence et s’achève donc par un risque de noyade.

  • 1 Mentionnons aussi les pluies diluviennes qui, par deux fois, le mirent en difficulté, d’abord en 1 (...)
  • 2 Le voyage de Magon dans l’Africa (VI, 839-884) et le début de l’itinéraire de Gênes à la Terre Sai (...)

3L’eau, surtout sous la forme de l’élément marin1, lui réserva plus tard d’autres désagréments. Ainsi, vers la mi-septembre 1343, Pétrarque quitta Avignon pour Naples, chargé d’une mission par le cardinal Colonna. Il décrit son voyage dans Familiares V, 3. Il s’embarqua à Nice, fut bloqué à Monaco par l’absence de vent, repartit sous un temps incertain jusqu’à Porto Maurizio (près d’Imperia), où il dut en raison de l’heure tardive coucher sur la plage ; encore nauséeux, il décida de continuer par la terre, mais la guerre entre Milan et Pise le contraignit à reprendre la mer près de Lerici ; finalement il débarqua près du Motrone (un château fortifié proche de la mer, vers Massa) et acheva le voyage par la voie terrestre2. À Naples, il assista (Familiares V, 5) au raz de marée, attesté par de nombreux chroniqueurs contemporains, qui fit rage toute la journée du 25 novembre et coula tous les bateaux ancrés dans les ports de la côte napolitaine ; après avoir échappé au danger, le poète, déjà échaudé, se promit de ne jamais plus confier son sort à la mer (V, 5, 19 : Ne me unquam amplius vitam ventis ac fluctibus credere iubeas… Aerem volucribus, marepiscibus relinquo ; terrenum animal, terrestre iter eligo).

  • 3 Sur ce thème, on ne pourra guère consulter que M. Picone, « Il motivo della “navigatio” nel “Canzo (...)
  • 4 Opere latine di Francesco Petrarca, a cura di A. Bufano, Torino, UTET, 2 vol., 1975, t. I, p. 152.
  • 5 « Que, si j’ai vécu au milieu des luttes et des tempêtes, je meure tranquille dans le port. » Le C (...)
  • 6 Même qualificatif pour Vaucluse dans la lettre Posteritati (Epistole di Francesco Petrarca, a cura (...)
  • 7 Nous suivons pour le De otio religioso, le De vita solitaria et le De ignorantia la division en pa (...)

4Dans Familiares I, 1, 21-22, évoquant ses déplacements continuels, il se compare entre autres à Ulysse, dont on sait combien dans ses pérégrinations il a été victime des caprices de la mer. Plus généralement il présente sa vie comme un voyage en mer3 qui aboutit à un port, la mort elle-même. Cette métaphore est certes traditionnelle puisqu’elle remonte à Platon (Lois 803b) et qu’on la lit chez Cicéron (notamment Caton l’Ancien ou De la vieillesse XIX, 71), mais sa fréquence chez Pétrarque lui procure une signification. On la trouve par exemple dans Familiares VIII, 4, 23, où le port est clairement l’aboutissement ultime de la vie (quid impedit quominus…, si in freto viximus, ut ait Seneca [A Lucilius 19, 2], moriamur in portu ?), au livre II du Secretum (contingant ut, quiprocellosos inter fluctus vixerim, moriar in portu4), et dans le Canzoniere 365 (Si che, s’io vissi in guerra et in tempesta, mora in pace et in porto5). Le port peut aussi désigner un répit provisoire, un lieu de repos, ainsi dans Familiares I, 1, 27, où Pétrarque évoque les tempêtes de la vie qui l’ont mené de port en port sans jamais lui laisser jeter l’ancre bien longtemps (in his ergo tempestatibus […] nulloportu anchoram longum in tempus iaciens) ; ou bien un abri plus durable, comme dans Familiares V, 1, 5, où Pétrarque qualifie sa résidence de Vaucluse, dont je reparlerai, de port (procellarum animi meiportus6), et dans Familiares VIII, 5, 6, où, exprimant son désir d’une vie en commun avec quelques amis, il écrit : Ubi sane unum in locum convenerimus […] iaciemus anchoram, portum invenisse videbimur. Le port peut enfin être le port du salut, ainsi dans le De otio religioso I, 7, 127 (quem inter huius vite naufragia portum petimus, nisi Cristum ?), dans Familiares XV, 14, 27 (laudo felicem mundu nautam sed in portu celi anchoras habentem), ou dans les Psalmipenitentiales I, 8-9 (Et factus sum naufrago simillimus qui, mercibus amissis, nudus enatat, iactatus ventis et pelago. Elongatus ego sum a portu) ; Dieu seul en effet procure stabilité et sérénité.

  • 8 « Pris dans la nasse de mes péchés, je n’ai pu encore me réfugier au port, et suis toujours la pro (...)

5Dans le poème 365, cité plus haut, dans d’autres pièces du recueil (Canzoniere 189, 264 et 272) et également ailleurs, le navire ballotté et exposé aux écueils sert également à décrire les douleurs amoureuses, le port devenant la libération de la passion. C’est ainsi le cas dans Familiares II, 5, 6, où la nasse des péchés fait allusion à l’amour pour Laure et peut-être aussi à la liaison avec la femme inconnue qui donna alors à Pétrarque un fils (me scilicet, peccatorum meorum nodis implicitum, nondum in portum potuisse confugere, sed in eadem tempestate, qua me discedens reliquisti iactatum, fluctibus herere8), ou au premier livre du Secretum, qui renvoie à la même réalité (Et ego, in mari magno sevoque ac turbido iactatus, tremulam cimbam fatiscentemque et rimosam ventis obluctantibus per tumidos fluctus

  • 9 Opere latine di Francesco Petrarca, a cura di A. Bufano, Torino, UTET, 2 vol., 1975, t. I, p. 90 ; (...)
  • 10 Opere latine di Francesco Petrarca, t. I, p. 136.

6ago. Hanc diu durare non posse certe scio nullamque spem salutis superesse michi video, nisi miseratus Omnipotens prebeat ut gubernaculum summa vi flectens antequam peream litus apprehendam, qui in pelago vixerim moriturus in portu9), ou encore au deuxième livre du même Secretum (sperans simul et illud eventurum ut… velut in aliquem salutarem portum ex tam multis curarum inutilium tempestatibus enatarem10). Les deux thématiques de la vie et de l’amour sont au reste liées, comme le montre clairement le poème 80 du Canzoniere, où le cours de l’existence et le bouillonnement des sentiments se mêlent :

  • 11 On sait que le Canzoniere ne cesse de jouer sur le nom de Laure, qui devient l’or, l’aure et le la (...)

« Celui qui se résout à transporter sa vie sur les ondes perfides et à travers les écueils, séparé de la mort par le bois d’un faible bateau, ne peut guère être éloigné de sa fin : il ferait donc bien de rentrer dans le port, tandis qu’au gouvernail se fie encore la voile.
L’aure11 suave à qui, gouvernail et voile, j’ai tout abandonné quand j’entrai dans l’amoureuse vie, espérant alors arriver à un meilleur port, m’a conduit ensuite sur plus de mille écueils ; et la cause de ma malheureuse fin n’était pas à l’entour, mais au-dedans du bateau.
Pendant longtemps enfermé dans cet aveugle bateau, j’errai sans lever les yeux vers la voile qui, avant mon jour, me conduisait vers ma fin. Il plut ensuite à Celui qui me soumit à la vie de me rappeler en arrière des écueils assez pour que de loin au moins j’aperçusse le port.
[…]
Seigneur de mon trépas et de ma vie, avant que je brise mon bateau au milieu des écueils, guide à bon port ma voile tourmentée. »

  • 12 Nous citons l'Itinerarium en Terre Sainte d’après la division en paragraphes de F. Lo Monaco (Itin (...)
  • 13 Voir De ignorantia V, 1-2 : Ego autem […] inter Padi verticesparva in navi sedeo. Ne mireris si ve (...)
  • 14 Epistole di Francesco Petrarca, p. 742-744.
  • 15 Voir É. Wolff, « Pétrarque voyageur, entre l’Antiquité et la Renaissance », dans Voyageurs et Anti (...)

7La vie, donc, est un voyage en mer où diverses tempêtes, celles des passions notamment, nous empêchent de maintenir notre cap et nous font risquer le naufrage et l’écrasement sur des écueils. Retenons-en pour le moment que l’eau est associée au voyage. Rien d’étonnant à cela puisque les déplacements se faisaient alors beaucoup par bateau. Cependant il faut pour Pétrarque introduire une distinction. Pétrarque appréhendait, comme son modèle Cicéron, la navigation sur mer (Itinerarium 3 et 512 : Cum multe igitur me teneant cause, nullapotentior quam pelagi metus… Longam mortem, et peiorem morte nauseam… metuo), quoiqu’elle fût jugée couramment plus commode et plus rapide, comme il l’écrit dans le récit de son voyage de Nice à Naples de 1343 (Familiares V, 3, 1, lettre déjà évoquée : vulgo iam persuasum, expeditius ac citius iri pelago quam terris). En revanche il empruntait volontiers les fleuves : en 1367 il se rend de Venise à Pavie en remontant le Pô, et il commence en bateau sur ce fleuve le De sui ipsius et multorum ignorantia13 ; en 1368, il revient de Pavie à Padoue en descendant le Pô (Seniles IX, 214) ; et deux poèmes difficiles à dater du Canzoniere (180 et 208) le montrent descendant respectivement le Pô (sonnet structuré autour d’une opposition entre le corps et l’esprit, le corps transporté par le Pô en un voyage soumis à la contingence, l’esprit poussé par la force psychique du désir naviguant librement vers le lieu de la dame) et le Rhône. Les deux modes de navigation sont conjugués dans Familiares VI, 3, 66-68, de 1342, où Pétrarque, écrivant au moine Giovanni Colonna qui souffrait de la goutte, lui décrit de manière très détaillée la route à suivre pour se rendre de Tivoli, où il se trouvait, à Vaucluse, sans presque jamais mettre pied à terre : depuis Tivoli, il se ferait porter à l’Anio tout proche, descendrait cette rivière jusqu’au Tibre, puis le Tibre jusqu’à la mer Tyrrhénienne où il s’embarquerait sur un plus gros bateau, aborderait à l’embouchure du Rhône, remonterait ce fleuve jusqu’au confluent de la Sorgue, et emprunterait enfin cette rivière jusqu’à Vaucluse. Comme dans l’Itinerarium, il s’agit d’un voyage en esprit15.

  • 16 Epistole di Francesco Petrarca, p. 716.
  • 17 Ibid., p. 880.
  • 18 Ibid., p. 882.
  • 19 « Et jusqu’à aujourd’hui qu’eut donc ce lieu, je ne dis pas de plus illustre, mais du moins de plu (...)
  • 20 Ibid., p. 716.

8Détestée sous la forme de la mer, l’eau est donc acceptée si elle est fleuve. Elle peut même être aimée quand elle prend l’aspect d’une source ou d’un ruisseau. Le meilleur exemple est Vaucluse, la Vallée Close, au pied de la sévère paroi qui surplombe la grotte d’où sort la Sorgue (cf. De otio religioso II, 4, 7 ; De remediis 69 ; Familiares VI, 3, 68), un lieu découvert par Pétrarque au cours d’une promenade en 1315 ou 1316, comme il l’explique dans la longue lettre autobiographique Seniles X, 216, et où il acheta à l’été ou l’automne 1337 une petite maison adossée au roc, sur la rive gauche de la rivière, avec deux jardins (cf. Familiares XIII, 8, 13-14), dont l’un était régulièrement dévasté par les pluies d’orage (cf. Epystole metrice III, 1 et III, 4). Pétrarque a célébré cet endroit, et notamment la source de la Sorgue (Sorgia rex fontium dans le De vita solitaria II, 14, 12, et le De ignorantia III, 13 ; fontium rex omnium Sorgia, dans la lettre Posteritati17), en de nombreux passages (par exemple Epystole metrice I, 1 et III, 3 ; Canzoniere 148 et 259). Il y a commencé ou écrit plusieurs de ses œuvres (Familiares VIII, 3, 1114 ; la lettre Posteritati18). Il peut donc se vanter, en pensant sans doute à l’ode d’Horace à la fontaine Bandusie (Odes III, 13), d’avoir rendu le lieu célèbre par ses écrits et par le long séjour qu’il y fit (Familiares VIII, 3, 9 : Quid usque nunc loco illi, non dicam clarius, sed certe notius incolatu meo accidit ? Opinari ausim apud multos non minus illum meo nomine quam suo, miro licet, fonte cognosci19 ; Seniles X, 220 : Qui [fons]per se olim notus […], meo longo postmodum incolatu meisque carminibus aliquanto notior factus est.)

9La Sorgue est plusieurs fois dans le Canzoniere associée à l’amour du poète pour Laure. Ainsi dans le poème 281, Laure lui apparaît sous la forme d’une Nymphe sortant du lit de la Sorgue pour venir se reposer sur la rive (in forma di nimpha o d’altra diva/ che del più chiaro fondo di Sorgia esca, etpongasi a sedere in su la riva). Dans le poème 126, Laure est confondue au courant de la Sorgue qui la baigne. Dans le poème 323, dont j’ai déjà parlé (note 5), la mort de Laure est exprimée entre autres par l’allégorie d’une source jaillissant d’un rocher et qu’une crevasse ensevelit soudain (aprir vidi uno speco, et portarsene seco/ la fonte e ’l loco). Dans le poème 135, le poète, qui « se tient sous un grand rocher dans une vallée fermée où la Sorgue prend naissance » (sotto un gran sasso/ in una chiusa valle, ond’esce Sorga, si sta), se compare, sous l’emprise de l’amour, à trois fontaines merveilleuses alternativement chaudes et froides. Dans le poème 166, où il constate que son amour a stérilisé son talent poétique, il écrit que l’eau qui sourd du rocher d’Apollon ne fait plus pousser de joncs dans son terrain (perché ‘l moi terren più non s’ingiunca/ de l’humor di quel sasso), ce qui assimile implicitement la source de la Sorgue à la fontaine Hippocrène, sur l’Hélicon ; la chose n’étonnera pas si on se rappelle que Pétrarque qualifie habituellement son ermitage de Vaucluse d’« Hélicon transalpin » (De ignorantia III, 13 ; Familiares V, 10, 3 ; XII, 6, 1 ; XIII, 8, 14), ou de « notre, mon Hélicon » (Familiares XVI, 10, 1 ; Epystole metrice 33, 19).

10La description de Vaucluse mêle en effet plusieurs référents empruntés à la fois à l’Antiquité et au christianisme : Vaucluse est l’Hélicon, Vaucluse est un locus amoenus, Vaucluse est un ermitage, Vaucluse est le jardin d’Éden.

  • 21 On ne verrait pas bien pourquoi Pétrarque cite ce lac minuscule et omet par exemple ceux d’Orta et (...)
  • 22 Pétrarque emploie querulus et querela pour désigner un bruit léger (cf. Epystole metrice I, 90.)
  • 23 Même insistance sur l’eau dans l’évocation de Gênes de Familiares XIV, 5, 23-24.

11Les lettres Familiares VIII, 3 et VIII, 5, qui, quelle que soit la date de leur rédaction, reproduisent l’état d’esprit de Pétrarque en 1352, paraissent contredire les lettres précédentes, puisque Pétrarque, minimisant l’agrément de Vaucluse, son lieu préféré pourtant pendant de nombreuses années, y célèbre l’Italie et ses beautés. C’est que, dégoûté par Avignon, siège du luxe et de la corruption à ses yeux, il a désormais décidé de s’installer en Italie. Vaucluse avait valeur de paradis face à Avignon, mais perd tout mérite face à l’Italie. L’important pour mon propos est de constater que la comparaison entre Vaucluse et l’Italie se fait en bonne partie à partir de l’élément liquide. Je cite Familiares VIII, 3, 17 : velumque, quo oculi mei tegebantur, ablatum est, ut videam quid inter Vallem Clausam Venesini (= du Venaissin) et apertas Italie valles collesque pulcerrimos et urbes amenissimas ac florentissimas intersit, interque unicum Sorgie fluvium ac fontem et tot lucidos fontes, tot vaga flumina, totpiscosos lacus, duo clarissima maria… De même dans Familiares VIII, 5, 8-14, où Pétrarque, réfléchissant aux différents endroits où pourrait prendre corps son désir augustinien de vie commune avec des amis, fait l’éloge de l’Italie à grand renfort de souvenirs virgiliens, les lieux d’Italie sont fréquemment caractérisées par l’eau qui les baigne : après Bologne, il y a Plaisance, proche du Pô (Pado imminens) ; Milan et Gênes, respectivement la plus belle des villes de l’intérieur et la plus belle des villes maritimes (illa terrestrium, hec maritimarum decus urbium), l’une ayant un vaste territoire, des lacs et des fleuves, l’autre la mer sonore, houleuse, couverte de voiles (ille tractus, lacus habet et fluvios, hic equor undisonum, tumidum, velivolum). Près de Milan on peut en effet admirer le lac de Côme, d’où débouche l’Adda, le lac Majeur, que traverse le Tessin, le lac Pusiano21, d’où sort le Lambro, le lac d’Iseo, d’où sort l’Oglio, et le lac de Garde, d’où jaillit le Mincio ; puis, plus loin, les Alpes qui dominent ces lacs (impendentes lacubus Alpes), montagnes où les ruisseaux font entendre leur plainte (inter concava rupium querulos22 rivos) et d’où les torrents se précipitent avec un grand fracas (magno cum sonitu cadentia flumina), tandis que partout gazouillent les oiseaux et les sources (avium murmur ac fontium). A Gênes en revanche on a l’Apennin sur sa tête, et sous ses pieds la mer avec les Tritons, les monstres marins (Tritones in oculis et pelagi monstra), le fracas de Neptune (Neptuni fragor), les pleurs des rochers et les plaintes des Néréides (saxorum fletus et Nereydum querele23). Pétrarque évoque enfin Padoue, Venise brièvement, et Trévise, entourée de sources et de fleuves (fontibus fluminibusque circumfluxum). Une autre description de l’Italie, dans Familiares IX, 13, 30-41, insiste de la même manière sur l’élément aquatique.

  • 24 Epistole di Francesco Petrarca, p. 682.

12Il n’est guère étonnant que l’eau ait une certaine place dans une description de Venise : dans une lettre enthousiaste de 1364 (Seniles IV, 324), Pétrarque, après avoir présenté cette ville comme le seul refuge des gens de bien, le seul port que puissent gagner, après avoir été partout secoués par les tempêtes des tyrannies et des guerres, les bateaux de ceux qui désirent vivre selon le bien (unum bonorum refugium, unusportus quem bene vivere cupientium tyrannicis undique ac bellicis tempestatibus quasse rates petant), souligne qu’elle est ceinte de flots salés mais mieux protégée encore par sa sagesse avisée (salsis cincta fluctibus sed salsioribus tuta consiliis – le jeu de mots est impossible à traduire).

13D’une manière générale Pétrarque insiste sur l’eau dans ses descriptions, par exemple pour San Colombano al Lambro, près de Lodi, où il séjourna en 1353 (Familiares XVII, 2, 11-12). Il caractérise volontiers les lieux par l’eau qui les borde, et les désigne fréquemment par l’eau qui y coule ou les entoure : il parle ainsi des gens qui habitent entre le Rhône et le Rhin et les ondes salées (Canzoniere 28) ; lui-même pour Laure échangea l’Arno contre la Sorgue (Canzoniere 308) ; Avignon (Bucolicum carmen X, 11-13) est décrit comme une forêt symbolique où se mêlent la Sorgue, le Rhône et la Durance (Fuit alta remotis/silva locis, qua se, diversis montibus acti, Sorga nitens Rodano pallensque Ruentia miscent) ; Lyon est essentiellement le confluent du Rhône et de la Saône (Familiares I, 5, 16 : duo hic noti amnes in nostrum mare currentes, Rodanus Ararque, conveniunt ; Sonam incole appellant). Les fleuves, personnifiés, finissent par ressembler au pays qu’ils traversent : le Rhône, rapproché en une étymologie fantaisiste du verbe rodere, « ronger, médire », possède ainsi les vices d’Avignon (Sine nomine II, 2 ; Variae 36). L’attrait de Pétrarque pour l’élément liquide apparaît bien dans la lettre où il explique que dans sa jeunesse il voulait voyager pour connaître le monde (Familiares XV, 4, 7) : fateor iuvenile mihi studium fuisse ut […] mores hominum multorum ubique conspicerem, novas terras, altissimos montes, famosa maria, laudatos lacus, abditos fontes, insignia flumina, variosque locorum situs curiosissime contemplarer.

14Outre, peut-être, un certain sentiment de la nature, il y a là une reprise de la tradition antique, où les fleuves, les lacs et les mers occupent une place importante dans les descriptions de lieux, avec, souvent, une poésie géographique du nom propre jouant sur les sonorités.

  • 25 Un contre-exemple dans l’Africa V, 154, où les instabiles animorum […] fluctus de tous les amoureu (...)

15L’importance de l’eau dans la pensée de Pétrarque est en tout cas indéniable. Or l’eau symbolise à ses yeux l’instabilité de toutes choses et la condition humaine : nous sommes roulés de droite et de gauche par les tempêtes de la vie et exposés à des écueils incessants. Plus précisément l’eau peut exprimer la situation de Pétrarque, éternel voyageur, et traduire l’agitation de son âme. Souvent il applique à ses propres états d’esprit (rarement s’agit-il d’autrui25) des métaphores où l’eau mouvante intervient : pectoris mei fluctus (Familiares VIII, 3, 18), inter animi mei fluctus (Familiares XV, 12, 1), fluctuari animo (Familiares XV, 2, 7), iactari (Familiares XV, 4, 11), voluntates mee fluctuant (Familiares II, 9, 17), fluctuantis vitegubernacula (Familiares VIII, 3, 8), rerum humanarum fluctibus (De vita solitaria II, 14, 16). Il peut s’agir aussi de comparaisons : multis consiliis ceu fluctibus iactatus (Familiares XV, 11, 3) ; velut in dubiis deprensus nautaprocellis,…/hereo consilii incertus certusquepericli (Epystole metrice I, 14, 34-39). Mentionnons également un passage intéressant, la préface au livre II du De remediis, où Pétrarque se sert de la violence des mouvements de la mer pour illustrer l’idée que le monde est discorde.

  • 26 Plusieurs comparaisons, dans d’autres œuvres de Pétrarque, vont dans le même sens, ainsi Epystole (...)
  • 27 A. Tripet, Pétrarque ou la connaissance de soi, Genève, Droz, 1967, p. 85-86.

16Cette importance du thème de l’eau chez Pétrarque a alors quelque chose de paradoxal. En effet, on vient de le voir, l’eau désigne par son écoulement l’inconstance des plaisirs et leur fugacité, l’instabilité et la fuite des choses humaines, comme Pétrarque l’explique clairement dans le De otio religioso II, 1, 12-19, où il commente certains Psaumes en s’appuyant sur Sénèque et Héraclite26. Or lui, au-delà des fluctuations intérieures dont témoigne le Secretum, et d’une évolution que révèle consciemment la correspondance, cherche à dégager la continuité, l’unité et la permanence de sa vie. Ce paradoxe de l’eau reflète la propre contradiction de Pétrarque. En effet, comme l’a noté Arnaud Tripet27, « d’une part […] Pétrarque apparaît comme un être voué au changement intérieur, comme un être de la fluctuation et de l’instabilité, multiple à cause de l’extrême rapidité avec laquelle il quitte un état pour un autre […] D’autre part, l’on a l’impression, des premières œuvres aux dernières, d’avoir affaire à un esprit immuablement identique à lui-même, avec ses goûts, ses dégoûts et ses valeurs proclamées aussi fermement au début qu’à la fin ». Autrement dit Pétrarque change sans cesse ou passe sans cesse d’une de ses facettes à une autre, mais les transformations se font toujours selon les mêmes modalités, et cette cohérence profonde dans la diversité voile son instabilité essentielle et le devenir perpétuel de son moi. L’eau donc exprime un aspect de la personnalité de Pétrarque, à la fois ondoyant et constant.

  • 28 On notera l’absence d’eau stagnante ou immobile chez Pétrarque ; l’eau est toujours mouvement.

17Bref, il y a plusieurs eaux dans la vie et la pensée de Pétrarque : l’eau violente et menaçante de la pluie ou de la mer, des chemins impraticables et des navigations incertaines, qui peut arrêter ou engloutir ; une eau plus calme, celle d’une source, d’une rivière ou d’un lac, qui est associée à un locus amoenus et fonctionne comme apollinienne source d’inspiration28 ; une eau enfin qui symbolise la dangereuse brièveté de l’existence ou les mouvements de l’âme, qui intervient dans des développements moraux et sous la forme de métaphores : on fait naufrage sous la tempête des passions, on se brise contre l’écueil de la perdition, ou l’on parvient au port du salut. Toutes ces eaux sont à la fois littéraires, intérieures et réelles. Elles existent réellement, mais sont inséparables de plusieurs grands textes latins (comme l’éloge de l’Italie de Virgile, Géorgiques II, 136-176, ou les livres géographiques de l’Histoire Naturelle de Pline), et enfin correspondent à un paysage moral qui est celui de Pétrarque. L’intériorité du poète a en effet trouvé dans l’imaginaire aquatique, sous diverses formes (notamment le mythe d’Ulysse, l’allégorie du bateau, la source Hippocrène, etc.), sa plus fidèle représentation.

Notes

1 Mentionnons aussi les pluies diluviennes qui, par deux fois, le mirent en difficulté, d’abord en 1345, quand il s’enfuit de Parme assiégée dans l’intention de se réfugier à Vaucluse (Familiares V, 10, 6-7), et surtout en novembre 1352, quand, quittant Vaucluse avec ses livres et ses manuscrits, il fut surpris par des pluies si violentes qu’il dut s’arrêter à Cavaillon et modifier ses projets (Familiares XV, 2-3 ; Variae 64).

2 Le voyage de Magon dans l’Africa (VI, 839-884) et le début de l’itinéraire de Gênes à la Terre Sainte (Itinerarium) présentent de nombreuses similitudes avec le trajet par mer que fait ici Pétrarque.

3 Sur ce thème, on ne pourra guère consulter que M. Picone, « Il motivo della “navigatio” nel “Canzoniere” del Petrarca », Atti e memorie della Accademia Petrarca, N.S. 51, 1989, p. 291307.

4 Opere latine di Francesco Petrarca, a cura di A. Bufano, Torino, UTET, 2 vol., 1975, t. I, p. 152.

5 « Que, si j’ai vécu au milieu des luttes et des tempêtes, je meure tranquille dans le port. » Le Canzoniere est cité dans la traduction du comte F.-L. de Gramont, corrigée par J.-M. Gardair, Paris, Gallimard, 1983. On trouve la métaphore de la vie comme voyage en mer appliquée à une situation plus ponctuelle dans le poème 177 où, traversant seul la dangereuse forêt des Ardennes, Pétrarque se compare à « un navire qui vogue sur la mer sans gouvernail et sans vergue » (quasi senza governo e senza antenna/ legno in mar) ; dans Familiares XV, 2, 10, où, contraint par les intempéries à renoncer à son départ pour l’Italie, comme on l’a vu dans une note précédente, Pétrarque s’en remet à Dieu pour le futur et lui confie le navire de son sort, sachant bien que sous sa conduite il ne peut faire naufrage (Humano enim consilioparum fidens, ceu magisterpuppis estu victus, rerum mearum navigium commisi non ventis ac fluctibus sed Deo, cuius sub ducatu naufragium fieri nequit) ; et dans le poème 323, où la mort de Laure est exprimée par l’allégorie d’un navire fait de matières précieuses et chargé de riches marchandises qu’une tempête brise sur un rocher ; dans ces trois cas il n’est pas question de port.

6 Même qualificatif pour Vaucluse dans la lettre Posteritati (Epistole di Francesco Petrarca, a cura di U. Dotti, Torino, UTET, 1978, p. 880). Le terme deportus est également appliqué à différents havres de paix (Familiares XVI, 10, 2 : aliquem […] votiviportus effigiem ; Familiares XVII, 8, 5 : e tempestatibus curie veluti inportum fuge ; Seniles IV, 3, texte donné plus loin), ou au port de la solitude (De vita solitaria I, 4, 11 : tempestatum omnium portus est ; De vita solitaria I, 4, 14 : solitudinis portum ; Invective contra medicum IV, Opere latine di Francesco Petrarca, t. II, p. 944 : eprocellis civilium curarum in solitudinem velut in portum fugiat).

7 Nous suivons pour le De otio religioso, le De vita solitaria et le De ignorantia la division en paragraphes des éditions-traductions que Ch. Carraud a données de ces œuvres, Grenoble, Jérôme Millon, 1999 et 2000.

8 « Pris dans la nasse de mes péchés, je n’ai pu encore me réfugier au port, et suis toujours la proie des flots, ballotté par la même tempête où tu m’as laissé à ton départ. »

9 Opere latine di Francesco Petrarca, a cura di A. Bufano, Torino, UTET, 2 vol., 1975, t. I, p. 90 ; voir aussi p. 68.

10 Opere latine di Francesco Petrarca, t. I, p. 136.

11 On sait que le Canzoniere ne cesse de jouer sur le nom de Laure, qui devient l’or, l’aure et le laurier.

12 Nous citons l'Itinerarium en Terre Sainte d’après la division en paragraphes de F. Lo Monaco (Itinerario in Terra Santa, Bergamo, Lubrina, 1990, édition avec traduction italienne et commentaire), suivie par R. Lenoir et Ch. Carraud (Itinéraire de Gênes à Jérusalem, Grenoble, Jérôme Millon, 2002, traduction française avec texte latin en regard). Rappelons que l’Itinerarium, adressé à un ami que Pétrarque a refusé d’accompagner, est, au futur, le récit du voyage en Terre Sainte que fera celui-ci.

13 Voir De ignorantia V, 1-2 : Ego autem […] inter Padi verticesparva in navi sedeo. Ne mireris si vel manus scribentis vel oratio fluctuat (Pétrarque attribue spirituellement aux mouvements du fleuve les caprices d’une écriture digressive) ; Seniles XV, 8 (Epistole di Francesco Petrarca, p. 840) : calamum responsurus cepi, cum in Padi alveo ascendens et tedio affectus quid aliud agerem non haberem.

14 Epistole di Francesco Petrarca, p. 742-744.

15 Voir É. Wolff, « Pétrarque voyageur, entre l’Antiquité et la Renaissance », dans Voyageurs et Antiquité classique, textes rassemblés par H. Duchêne, Dijon, Éditions Universitaires de Dijon, 2003, p. 117-118.

16 Epistole di Francesco Petrarca, p. 716.

17 Ibid., p. 880.

18 Ibid., p. 882.

19 « Et jusqu’à aujourd’hui qu’eut donc ce lieu, je ne dis pas de plus illustre, mais du moins de plus connu que mon séjour ? J’ose même penser que beaucoup le connaissent davantage par moi que par sa source, si admirable soit-elle. »

20 Ibid., p. 716.

21 On ne verrait pas bien pourquoi Pétrarque cite ce lac minuscule et omet par exemple ceux d’Orta et de Varèse, si l’on ne savait qu’il suit ici Pline l’Ancien, Histoire Naturelle 3, 131.

22 Pétrarque emploie querulus et querela pour désigner un bruit léger (cf. Epystole metrice I, 90.)

23 Même insistance sur l’eau dans l’évocation de Gênes de Familiares XIV, 5, 23-24.

24 Epistole di Francesco Petrarca, p. 682.

25 Un contre-exemple dans l’Africa V, 154, où les instabiles animorum […] fluctus de tous les amoureux s’appliquent au premier chef à Massinissa.

26 Plusieurs comparaisons, dans d’autres œuvres de Pétrarque, vont dans le même sens, ainsi Epystole metrice I, 4, 91-92 : flumina nulla quidem cursu leviore fluunt, quam/ tempus abit vite ; Epystole metrice I, 14, 95-97 : nec (vita) reditura ruit ; non propellentibus undis/ ocius ex alto clivosi gurgitis amnes/ in mareprecipitant ; Familiares XXIV, 1, 8 : corpora nostra rapiuntur fluminum more ; quidquid vides currit cum tempore.

27 A. Tripet, Pétrarque ou la connaissance de soi, Genève, Droz, 1967, p. 85-86.

28 On notera l’absence d’eau stagnante ou immobile chez Pétrarque ; l’eau est toujours mouvement.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540