Version classiqueVersion mobile

L'eau, les eaux

 | 
Jackie Pigeaud

La source mystérieuse de Pline le jeune : percer les secrets de la nature

Frédéric Le Blay

Texte intégral

  • 1 Lago Lario est aussi le nom que les Italiens lui donnent encore et que les localités environnantes (...)
  • 2 Déjà, dans la poésie antique, le Larius compte parmi les hauts lieux de l’Italie ; il est célébré (...)

1Pour qui sacrifie à la tradition du voyage en Italie et s’attache à suivre les pas des illustres pèlerins qui l’ont précédé, le lac de Côme ou Lacus Larius1, pour l’appeler de son nom antique, est un lieu incontournable, dont la littérature et les arts ont fait un lieu privilégié de l’Italie romantique2. Les lignes qui vont suivre sont une invitation à refaire le voyage et à redécouvrir ses rives si fréquentées. Nous allons en effet nous attarder sur un endroit curieux, à la fois locus mirabilis et locus amoenus dont la description nous a été transmise par la littérature latine.

  • 3 C’est sur les rives de ce lac que l’auteur de La Chartreuse de Parme situe le château de la famill (...)

2Généralement, l’évocation de Côme et de son lac a pour effet immédiat de faire surgir le souvenir de Stendhal. Lorsque, à la suite des troupes du général Bonaparte, le lieutenant Henri Beyle mit le pied pour la première fois sur ces rives, il n’avait que dix-sept ans. Mais cette rencontre le marqua profondément et le lien avec « son lac » restera très fort même lorsque, sa jeunesse s’étant éloignée, le jeune officier de Grenoble fut devenu le célèbre écrivain, auteur de La Chartreuse de Parme3. Mais c’est un autre auteur, Pline le Jeune, neveu du fameux encyclopédiste du ier siècle apr. J.-C., qui sera l’objet de notre propos. S’il ne s’est certes pas émerveillé comme Stendhal sur la majesté et la beauté saisissante des lieux, le Larius n’en est pas moins également « son lac ».

  • 4 Stendhal note bien ce caractère contrasté des lieux, qui les rend si extraordinaires ; à la Villa (...)

3Un peu d’histoire et de géographie nous rappelleront l’importance de cette région pour le monde romain et pour la famille de Pline en particulier. Cette voie d’eau des Préalpes occupe la cavité creusée par un glacier qui couvrait les deux branches méridionales du lac actuel. Parce qu’elle est orientée nord-sud et qu’elle permet la circulation dans une région aux accès par ailleurs difficiles, des armées, des commerçants et des voyageurs ont depuis toujours côtoyé ses pentes qui plongent abruptement. Ses formes et ses articulations en trois branches rappellent un fjord de pays lointains4. Des fjords, le Larius possède aussi la profondeur : ses 400 mètres au point le plus profond en font le lac le plus profond d’Europe. L’extraordinaire douceur du climat – la température hivernale descend rarement au-dessous de 6 ou 7 degrés – en fait un lieu d’habitation privilégié. L’anse de Côme est ainsi un très vieux port, remontant aux premiers établissements de gaulois insubres, et l’histoire de la ville reflète son importance stratégique. Au summum de son expansion, la flotte de l’empire romain était organisée en cinq amirautés ; l’une d’elles avait son quartier général à Côme et avait pour mission de protéger les voies de communication qui reliaient la plaine aux régions situées au-delà des Alpes.

  • 5 La chartreuse de Parme, l. I, ch. 2.
  • 6 Ces deux villas du lac de Côme ne sont pas les mieux connues des demeures de Pline qui, en homme t (...)

4La famille de Pline tire ses origines de cette partie de l’Italie : l’encyclopédiste naquit à Côme et son neveu, qui appréciait le lac comme lieu de villégiature, y avait deux villas, la Comoedia, dont la localité de Lenno (à 28 km de Côme sur la rive Ouest du lac) garde le souvenir, et la Tragoedia, sur le site exceptionnel de Bellagio dont Stendhal vantait ainsi le paysage : « aspect sublime et gracieux que le site le plus renommé du monde, la baie de Naples, égale mais ne surpasse point5 ». Ces antiques demeures ont disparu6 mais les rives du lac continuèrent, depuis la Renaissance jusqu’à une époque récente, à se couvrir de villas somptueuses où nombre de voyageurs illustres et fortunés séjournèrent. De nos jours, afin d’attirer le touriste, ces nobles maisons, pour la plupart transformées en hôtels de luxe, affichent dans les guides et autres dépliants touristiques la liste de leurs hôtes célèbres, au point que le Lago Lario semble avoir été ni plus ni moins que le lieu de confluence de toute la société mondaine et artistique de la seconde moitié du xixe siècle. On s’y déversait, on s’y ressourçait parfois, à l’instar des multiples torrents et rivières qui, du haut des Alpes viennent se jeter dans le lac, avant de reprendre leur cours vers le sud. La liste impressionnante des chefs-d’œuvre littéraires et lyriques censés avoir vu le jour au cours de ces villégiatures lacustres semble faire de l’endroit un lieu où l’inspiration jaillit, comme par enchantement. On sait depuis toujours que le lac, la source, la montagne, sont les lieux de l’inspiration poétique s’il en est.

  • 7 Dans son Journal, Stendhal écrit avoir visité les lieux une première fois le 17 septembre 1813.
  • 8 Lors d’une seconde visite, Stendhal mentionne ce texte de Pline : « Nous avons visité la villa de (...)

5Non loin de Côme, sur la rive Est, l’une de ces villas revendique explicitement l’héritage plinien en se faisant connaître sous le nom de Villa Pliniana : bâtie en 1570 par le comte Giovanni Anguissola, alors gouverneur de Côme, elle se dresse, solitaire, au milieu des châtaigniers. Célèbre pour avoir été l’une des premières villas construites sur les bords du lac, elle l’est aussi par le nom des hôtes qui s’y sont succédés : Stendhal7, Shelley, Rossini, qui y aurait composé son opéra Tancrède en 1813. Son parc est traversé par une cascade intermittente, décrite très précisément par Pline le Jeune dans l’une de ses lettres8 :

C. Plinius Licinio Surae suos.
Attuli tibi ex patria mea pro munusculo quaestionem altissima ista eruditione dignissimam. Fons oritur in monte, per saxa decurrit, excipitur cenatiuncula manu facta ; ibi paulum retentus in Larium lacum decidit. Huius mira natura ; ter in die statis auctibus ac diminutionibus crescit decrescitque, cernitur id palam et cum summa uoluptate deprehenditur. luxta recumbis et uesceris atque etiam ex ipso fonte (nam est frigidissimus) potas ; interim ille certis dimensisque momentis uel subtrahitur uel adsurgit. Anulum seu quid aliud ponis in sicco, adluitur sensim ac nouissime operitur, detegitur rursus paulatimque deseritur. si diutius obserues, utrumque iterum ac tertio uideas.

  • 9 Lettres, IV, 30, éd. A.-M. Guillemin, CUF, Les Belles Lettres, Paris, 1987 (1927).

Spiritusne aliquis occultior os fontis et fauces modo laxat, modo includit, prout aut inlatus occurrit aut decessit expulsus ? quod in ampullis ceterisque generis eiusdem uidemus accidere, quibus non hians nec statim patens exitus. Nam illa quoque, quamquam prona atque uergentia, per quasdam obluctantis animae moras crebris quasi singultibus sistunt quod effundunt. An quae oceano natura, fonti quoque, quaque ille ratione aut impellitur aut resorbetur, hac modicus hic umor uicibus alternis supprimitur uel egeritur ? An ut flumina quae in mare deferuntur aduersantibus uentis obuioque aestu retorquentur, ita est aliquid quod huius fontis excursum repercutiat ? An latentibus uenis certa mensura, quae dum colligit quod exhauserat, minor riuus et pigrior, cum collegit, agilior maiorque profertur ? An nescio quod libramentum abditum et caecum, quod cum exinanitum est, suscitat et elicit fontem, cum repletum, moratur et strangulat ? Scrutare tu causas – potes enim – quae tantum miraculum efficiunt ; mihi abunde est, si satis expressi, quod efficitur. Vale9.

  • 10 Nous traduisons.

« Caius Pline à son cher Licinius Sura, salut.
Je t’ai rapporté de mon pays natal, en guise de cadeau, un problème tout à fait digne de la très grande érudition qui est la tienne. Une source prend naissance dans la montagne, court à travers les rochers pour être recueillie dans une petite salle à manger taillée de main d’homme ; après y avoir été retenue quelque temps, elle se jette dans le lac Larius. Sa nature est étonnante : trois fois par jour, selon une série d’augmentations et de diminutions régulières, son niveau croît et décroît ; cela est facilement observable et c’est avec le plus grand plaisir que l’on vient la saisir sur le fait. On peut s’attabler et manger tout près d’elle, et boire à même ses eaux, car elles sont très fraîches. Pendant ce temps, dans des proportions et à des moments fixes, tantôt son niveau baisse tantôt il monte. Si l’on place un anneau ou tout autre objet au sec, l’eau le baigne progressivement et finit par le recouvrir, puis elle le découvre et l’abandonne peu à peu. Si l’on restait plus longtemps à observer, on verrait ces deux phases se produire une deuxième puis une troisième fois.
Existe-t-il un courant d’air caché qui tantôt ouvre tantôt referme l’embouchure et les conduits de la source, selon qu’en entrant il fasse obstruction ou qu’il les vide en s’échappant ? C’est ce que l’on voit se produire dans les fioles et autres récipients du même genre, dont l’ouverture n’est pas large et ne se libère pas immédiatement. Car ces récipients également, même lorsqu’ils sont inclinés et renversés, retiennent ce qu’ils laissent s’écouler en des arrêts successifs causés par la résistance de l’air, un peu comme des sanglots précipités. Ou bien ce qui caractérise l’océan caractérise-t-il aussi cette source ? Pour la même raison que le premier s’avance puis se retire, ce filet d’eau se contient-il ou s’épanche-t-il alternativement ? Ou encore comme les fleuves qui sont reçus par la mer refluent sous l’action des vents contraires ou de la marée montante, y a-t-il de même quelque chose qui repousse le cours de cette source ? Ou bien la capacité limitée de ses canaux cachés explique-t-elle que, tandis qu’ils collectent ce qu’ils avaient versé, le flot soit plus faible et plus lent, et qu’une fois la collecte effectuée, il soit plus rapide et plus abondant ? Ou encore est-ce je ne sais quel régulateur profond et invisible qui, lorsqu’il est vide, réveille et fait jaillir la source, lorsqu’il est plein, la retient et l’étouffe ? Examine donc – car tu en as les facultés – les causes possibles d’un tel prodige. Pour moi, c’est déjà beaucoup si j’ai su te représenter ce qui se passe. Porte-toi bien10. »

  • 11 Voir en particulier le rôle qu’il joua dans l’accession d’Hadrien au pouvoir (Histoire auguste, Ha (...)
  • 12 « Doctorum Licini celeberrime Sura uirorum », Épigrammes, VII, 47, 1.
  • 13 On peut d’ailleurs établir un parallèle entre cet engouement des contemporains de Pline pour les c (...)

6Commençons par dire quelques mots du destinataire de cette lettre, Licinius Sura. Homo nouus originaire d’Espagne, parvenu aux plus hauts honneurs et devenu conseiller et ami de Trajan, il appartenait vraisemblablement au cercle des relations de Pline ; outre le rôle de premier plan qu’il semble avoir joué dans l’entourage à la cour11, il était connu pour sa culture et sa compétence scientifique, comme nous l’apprend un poème de circonstance de Martial, où il est désigné comme « le plus célèbre des savants12 ». Il fut également le constructeur, à Rome, de thermes qui portaient son nom. Sa qualité de lettré fait donc de lui un destinataire de choix pour ce petit présent (munusculum) et ce problème (quaestio) posé par le rédacteur de la lettre. En lui adressant ce petit texte faisant appel à la curiosité pour les choses de nature, Pline ne se contente pas de rendre hommage à un illustre personnage mais désigne en son correspondant un lecteur de choix, un esprit distingué, parfaitement disposé à apporter une réponse au problème posé. Pline cède également au goût prononcé de ses contemporains pour les miracula, les surprises que la nature nous réserve, qui font souvent l’objet des échanges épistolaires entre personnes de la bonne société romaine13.

  • 14 Cf. supra note 3, p. 26.
  • 15 VIII, 8.
  • 16 VIII, 20.
  • 17 III, 25.
  • 18 II, 209.
  • 19 Sénèque lui consacre tout un livre de ses Questions naturelles, le livre IVa (selon la numérotatio (...)
  • 20 Sur cette mode des grottes et des sources dans le monde romain, cf. l’étude de Lavagne, Operosa an (...)
  • 21 Dans ses Annales, l’historien Tacite rappelle que c’est alors qu’il dînait dans une grotte, aménag (...)

7Le sujet de la lettre ne constitue quant à lui pas un cas isolé, ni dans la correspondance de Pline ni dans la littérature contemporaine. Cette source était déjà connue de Pline l’Ancien, qui en avait donné une brève description14. On constate aisément que le compte-rendu établi par son neveu dépasse largement la simple mention ou description pour s’intéresser aux causes du phénomène. Cet intérêt de Pline le Jeune pour ce genre de phénomènes se manifeste ailleurs dans sa correspondance : une autre lettre s’attarde sur la source du Clitumne, affluent ombrien du Tibre15, une troisième sur le lac Vadimon16, dans lequel on croit voir l’actuel lac de Bassano, qui était célèbre dans l’Antiquité pour son île « flottante », décrite par Sénèque dans ses Questions naturelles17 et par Pline l’Ancien18. En fait, cette curiosité à l’endroit des sources – manifestations paradigmatiques des miracula naturae – caractérise l’époque : il participe de l’esprit encyclopédique qui anime les savants et les lettrés – la question des sources du Nil en particulier a connu un fort regain d’intérêt au cours du ier siècle19 – et il répond à une mode et à un engouement esthétique pour les grottes, naturelles ou artificielles, qui deviennent un élément incontournable des grandes propriétés20. La lettre de Pline mentionne de fait une salle à manger taillée dans le roc21. On peut par conséquent observer une communauté de goûts sur ce point entre la Rome impériale et le xviiie siècle européen, lui aussi passionné de rocailles.

  • 22 Cette lettre pose naturellement la question de la culture scientifique et des connaissances techni (...)
  • 23 Noter la variété des adjectifs synonymes présents dans la lettre : occultior, latentibus, abditum, (...)
  • 24 Sur cette question de la pensée analogique des Anciens et sa mise en œuvre dans la littérature mét (...)

8Venons-en à présent à la partie scientifique22. Le problème posé appartient au champ de la météorologie, comprise dans l’Antiquité, et cela depuis les Meteorologica d’Aristote, comme l’étude de l’ensemble des phénomènes naturels ayant leur origine dans le ciel, sur terre et sous terre. L’hydrologie constitue donc une partie de ce vaste domaine d’investigation, et même une partie de choix. Dans cette perspective, Pline dispose donc d’un modèle latin, outre les passages consacrés à ces questions dans l’Histoire naturelle de son oncle, en la personne de Sénèque. La présentation du contenu de la lettre comme quaestio nous renvoie en effet aux Naturales quaestiones du philosophe, dont le livre III, De aquis terrestribus, traite de phénomènes de cet ordre. Le mode de présentation, par accumulation d’hypothèses, est lui-même caractéristique de l’enquête météorologique sur le mode sénécien. Cette lettre s’inscrit donc dans un genre aux règles bien définies. La question qui est en jeu est celle d’un phénomène évident et immédiatement observable (cernitur id palam) dont les causes sont obscures et cachées. Le lexique de la « cause obscure » revient tout au long de la lettre23. Puisque l’observateur ne dispose d’aucun procédé expérimental ou technique pour analyser directement le phénomène et ses causes, il lui faut recourir à la raison (ratio) et s’appuyer sur des modèles analogiques empruntés à une réalité plus familière pour tenter de percer un secret de nature. La méthode mise ici en œuvre par Pline, l’analogie, constitue le fondement de la science antique24.

  • 25 Ce qui pose évidemment la question de la sincérité de Pline : s’est-il lui-même rendu sur les lieu (...)
  • 26 I, 6, 5, éd. P Oltramare, CUF, Les Belles Lettres, Paris, 1973 (1929).
  • 27 Nous empruntons cette idée aux travaux de notre collègue Charles Delattre (Université de Paris-X N (...)

9Avant d’en venir aux hypothèses, constatons que la lettre offre l’ébauche d’une expérimentation en proposant l’immersion d’un objet, un anneau25. L’objet en question peut paraître assez problématique ; il n’est en tous cas pas anodin. Il semble en effet que l’anneau, tant par sa forme que par son format assez réduit, ne soit pas l’objet idéal pour réaliser une telle expérience. Un objet allongé, posé à la verticale, pourvu d’une graduation, serait bien plus approprié. Mais cela reviendrait à quantifier le phénomène, et l’on sait que la science des Anciens ne s’est pas développée en ces termes. La mention de l’anneau doit sans doute être comprise dans le contexte d’un repas mondain réunissant des personnes de qualité, chevaliers ou sénateurs, dont le statut social s’exprime précisément par le port d’un tel objet. L’anneau serait donc là pour rappeler implicitement la qualité du rédacteur et du destinataire de la lettre. Mais cette expérience nous renvoie aussi à un passage des Questions naturelles, dans le livre I consacré aux phénomènes atmosphériques lumineux26 : Sénèque, afin d’illustrer l’effet grossissant de l’eau, qui agit comme une loupe, propose de jeter un anneau au fond d’une coupe emplie d’eau. Même élément, même objet expérimental. Il n’y a peut-être pas lieu de chercher une quelconque interprétation quant au choix de l’objet. Cependant, l’anneau immergé constitue dans la mythologie un motif récurrent, que l’on retrouve dans différentes traditions, et les textes de Pline et de Sénèque offrent peut-être une réminiscence de cette situation symbolique27. La circularité de l’anneau constitue peut-être aussi bien, en arrière-plan, une manière de caractériser le phénomène observé, qui se distingue par la périodicité et la régularité dans la répétition, et donc par une forme de circularité temporelle.

  • 28 C’est en tout cas le jugement lapidaire formulé sous forme de note conclusive de bas de page par A (...)

10Venons-en maintenant aux hypothèses proposées par Pline. Les éditeurs et commentateurs du texte considèrent généralement qu’elles sont peu fiables et que leur fond scientifique et théorique est des plus fantaisistes28. Nous pensons pour notre part qu’elles méritent plus de considération et nous renseignent sur la culture scientifique d’un lettré comme Pline. Leur formulation générale et plutôt imprécise n’interdit pas l’identification des modèles théoriques qui sous-tendent le raisonnement de Pline.

  • 29 On peut ainsi lire dans le grand traité de Sénèque : « spiritum esse qui moueat etplurimis et maxi (...)
  • 30 Voir le livre VI des Questions naturelles, entièrement consacré à cet aspect.
  • 31 Cf. Lettre à Pythoclès (attribuée à Épicure), § 23-24 ; Lucrèce, De natura rerum, VI, 583-590.
  • 32 Ainsi, le terme uena désigne en latin aussi bien les canaux par lesquels passe le sang que ceux pa (...)
  • 33 Pour un résumé synthétique de la physiologie de la secte méthodique, cf. D. Gourevitch, « Les voie (...)
  • 34 Questions naturelles, III, 15, 1-8.

11La première des hypothèses pourrait laisser penser, dans sa formulation initiale, à un modèle physiologique. L’explication avancée est de nature pneumatique puisqu’elle envisage le rôle d’un courant d’air souterrain ou d’une souffle caché. Nos sources en matière de météorologie antique nous apprennent que l’air était généralement admis comme l’agent responsable de la plupart des phénomènes souterrains, en particulier les phénomènes à caractère sismique29. C’est une explication pneumatique d’inspiration posidonienne que Sénèque retient pour la question des tremblements de terre30 ; la cosmologie épicurienne avait adopté une théorie analogue31. Il n’est donc pas surprenant que Pline envisage dans un premier temps le rôle de l’air et de sa circulation dans les canaux où s’écoule la source. Or cette explication pneumatique se double souvent d’une analogie physiologique, en faisant appel aux théories médicales d’origines diverses qui confèrent à l’élément aérien, le pneuma des grecs ou le spiritus des latins, le premier rôle dans leur étiologie des maladies. Il convient par conséquent de se demander si un modèle physiologique commande l’exposé de Pline. Les termes os et fauces peuvent suggérer une analogie avec le corps humain. Mais les lexiques latins de l’anatomie et de l’hydrologie offrent de nombreuses communautés d’usage, reposant sur le recours initial à la métaphore, et leur emploi ne présuppose en rien du recours à un argument analogique32. En revanche, l’emploi du verbe laxare a pour nous une forte résonnance méthodique – nous pensons ici à la médecine méthodique ; son emploi pourrait laisser penser que l’argument est ici d’origine médicale : le débit de la source serait comparable au passage des humeurs à l’intérieur du corps, dépendant de l’état plus ou moins relâché des conduits et des pores33. Il est tentant de comparer cette explication avec l’exposé que Sénèque consacre au jaillissement des sources34, compris sur le modèle de l’écoulement du sang hors d’une plaie : ce dernier peut s’interrompre soit par obstruction soit par coagulation et cicatrisation, à moins qu’il ne soit l’effet de l’épuisement. De même, Sénèque affirme que la périodicité de certaines sources vient à l’appui de l’assimilation de la terre à un corps vivant, qui a ses cycles physiologiques :

  • 35 Ibid., III, 16, 2, éd. P. Oltramare, op. cit.

Quemadmodum quartana ad horam uenit, quemadmodum ad tempus podagra respondet, quemadmodum purgatio, si nihil obstitit, statum diem seruat, quemadmodum praesto est ad mensem suum partus, sic aquae interualla habent quibus se retrahant et quibus reddantur35.

« De même que la fièvre quarte survient à son heure, de même que la goutte se fait sentir à certains moments, que les menstrues, si rien ne les empêche, apparaissent toujours à jour fixe, que l’accouchement a toujours lieu au mois qui lui est propre, de même les eaux ont leurs périodes, pendant lesquelles tantôt elles se retirent tantôt elles reviennent. »

12La source décrite par Pline serait l’exemple parfait de cette théorie. Mais il n’en est rien. L’auteur de la lettre privilégie en effet le paradigme mécanique, contre le paradigme biologique, comme la suite de l’argumentation nous l’indique. Le modèle expérimental proposé est en effet celui d’un récipient au goulot étroit qui se vide : ce modèle situe sans ambiguïté le propos dans une pensée mécaniste. En étudiant les interactions entre deux fluides, l’air et l’eau, dans un espace confiné, il se réfère à la physique des fluides, ou à l’ingénierie hydraulique, remarquablement développée dans le monde romain, et non pas à la science du vivant.

  • 36 La question posidonienne doit évidemment être envisagée avec beaucoup de prudence tant l’œuvre mon (...)

13La seconde hypothèse, comme la troisième, situe le phénomène dans un cadre plus vaste et fait appel à d’autres phénomènes météorologiques connus. La source, nous dit Pline, est peut-être soumise à un phénomène analogue à celui des marées. Ici, nous avons, semble-t-il, une explication tronquée, puisque le phénomène des marées attend lui-même une explication. On sait que la météorologie antique s’était penchée sur cette question. Plusieurs témoignages nous renseignent sur ce point et nous apprennent en particulier que Posidonius d’Apamée avait développé à ce sujet une théorie élaborée, fondée sur la méthode expérimentale. Il se serait rendu à Marseille, où il aurait observé et mesuré au moyen d’instruments le phénomène, ce qui constitue l’un des rares essais de quantification d’un phénomène de la science antique. Posidonius en aurait conclu, à raison, à l’influence de la Lune36. On peut légitimement supposer que l’auteur et le destinataire de cette lettre étaient au fait de ces recherches sur les marées. Mais comment rattacher alors cette théorie au cas d’une source souterraine ? Comment expliquer le phénomène par l’influence d’un astre ? De plus, l’étude de la pensée analogique des Anciens, en particulier dans les traités de météorologie, semble indiquer que l’analogie ne joue véritablement le rôle d’un outil heuristique que lorsqu’elle confronte deux domaines ou deux branches du savoir et de la réalité différentes (par exemple la biologie ou la physiologie et la météorologie, la météorologie et la mécanique, etc.). Ici, Pline recourt à un phénomène de nature météorologique, dont l’explication reste encore sujette à caution, pour comprendre un autre phénomène de même nature. C’est pourquoi l’hypothèse paraît peu probante.

  • 37 L’hypothèse de vents venus du large pour « repousser » le cours d’un fleuve est évoquée par certai (...)

14Passons donc à la troisième hypothèse, qui invoque le phénomène appelé mascaret, c’est-à-dire une surélévation brusque des eaux, qui se produit dans certains estuaires au moment du flux de la marée et remonte le cours du fleuve sous forme d’une vague déferlante. L’auteur y voit deux causes possibles, les vents (uentis) ou la marée (aestu37). Cette hypothèse constitue donc une variation par rapport à la précédente. On peut aussi bien la lire comme une synthèse des deux premières : le reflux de l’eau serait dû ou bien à un courant d’air ou bien à un mouvement naturel comparable à celui de l’océan. La même remarque que précédemment s’applique donc à cette argumentation assez rapide : outre le fait que l’explication reste vague et ne précise pas – ou plutôt ne parvient pas à choisir – la nature de l’agent responsable (ita est aliquid), elle ne représente pas une analogie satisfaisante sur le plan heuristique puisqu’elle se fonde sur un phénomène de nature météorologique pour expliquer un phénomène de même nature.

  • 38 On trouve en effet une description d’un réseau de vases communicants dans le chapitre du De archit (...)

15La quatrième hypothèse paraît d’emblée plus convaincante, l’idée d’un réservoir (latentibus uenis) qui se remplit et se vide successivement. Il resterait à préciser la nature de ce réservoir et son lien avec l’ensemble du réseau. Pline envisage-t-il un système de vases communicants, bien connu des ingénieurs romains et des constructeurs d’aqueducs38 ? Nous savons aujourd’hui que la structure en syphon de ce cours d’eau souterrain explique le phénomène. La dernière hypothèse constitue, semble-t-il, un corollaire à cette idée.

  • 39 Op. cit.
  • 40 L’éditrice anglaise du texte de Pline, B. Radice (Loeb ClassicalLibrary, London-Cambridge (Mas.), (...)
  • 41 Toujours dans un contexte aquatique, Pline l’Ancien use de ce terme pour expliquer le croassement (...)

16Cette dernière hypothèse résiste à la traduction. Toute la difficulté réside en effet dans le terme libramentum. Il s’agit d’un terme technique que l’on rencontre dans l’ingénierie et la science des machines et des automates, pour désigner un contrepoids. Dans ce sens, l’explication proposée revient à se représenter le flanc de montagne concerné comme une gigantesque machinerie avec rouages et ficelles. La traduction par « régulateur », que nous empruntons, faute de mieux, à A.-M. Guillemin39, permet de ne pas préciser davantage la nature exacte de ce « contrepoids », mais elle n’offre rien à la compréhension40. Plus généralement et plus conceptuellement, le terme implique l’idée de mise à niveau et d’équilibre entre deux choses41. C’est cette valeur conceptuelle, semble-t-il, que Pline a à l’esprit : l’auteur introduit l’idée d’un équilibrage plus qu’il ne donne une explication véritable de cet équilibrage. S’il termine sur cette hypothèse plus complexe et plus obscure, c’est sans doute afin de piquer la curiosité de son correspondant et de mettre sa science à l’épreuve. En effet, la régularité remarquable du phénomène implique une rationalité presque mathématique dans son déroulement, rationalité que traduit peut-être le terme libramentum. C’est précisément ce point qui, tout en suscitant l’émerveillement de l’observateur, fait naître une grande perplexité.

17Cette dernière remarque nous conduit naturellement à une conclusion. Ce à quoi l’observateur et curieux de nature se trouve ici confronté n’est autre chose qu’une ratio dans l’ordre des phénomènes naturels. Le phénomène ici décrit obéit à une régularité troublante. Dès lors, deux explications, reposant toutes deux sur un raisonnement analogique, s’imposent : ou bien la nature obéit à des lois émanant d’une finalité qui serait de l’ordre de la ratio universelle, ou bien elle répond à des principes purement mécaniques et donc à une autre forme de ratio. Dans le premier cas, nous pourrions parler d’une perspective vitaliste, dans le second, d’une perspective mécaniste. Il semble que l’argumentation de Pline illustre cette seconde approche.

  • 42 Le caractère sacré des sources est un fait largement attesté dans le monde antique. On comparera l (...)

18Enfin, une dernière observation en rapport avec le thème de ces entretiens : la source constitue, dans son jaillissement, le phénomène (φαινόμενον) par excellence ; la plupart des usages métaphoriques de ce motif de la source vont d’ailleurs dans ce sens. Venue d’une partie du monde inaccessible aux sens, elle est un signe (σημειον) que quelque chose se passe, et ce quelque chose appelle une interprétation. Pour le monde antique, elle fait figure, au même titre que les phénomènes célestes, de signe miraculeux face auquel deux attitudes sont possibles, la dévotion religieuse42 ou l’entreprise philosophique de dévoilement. Car la nature a ses voiles. Comme les sources du Nil, elle aime à se cacher.

Notes

1 Lago Lario est aussi le nom que les Italiens lui donnent encore et que les localités environnantes ont conservé dans leur toponyme.

2 Déjà, dans la poésie antique, le Larius compte parmi les hauts lieux de l’Italie ; il est célébré par le grand poète national, Virgile, qui l’évoque dans son éloge de l’Italie et de ses beautés (Géorgiques, II, 159-160). Cf. également, Catulle, XXXV, 4.

3 C’est sur les rives de ce lac que l’auteur de La Chartreuse de Parme situe le château de la famille del Dongo (Livre I, chapitre 2). À Monterosi, le 3 août 1827, Stendhal écrit : « Que dire du lac Majeur, des îles Borromées, du lac de Como, sinon plaindre les gens qui n’en sont pas fous ? » (Promenades dans Rome, éd. V. Del Litto, Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, Paris, 1973, p. 599).

4 Stendhal note bien ce caractère contrasté des lieux, qui les rend si extraordinaires ; à la Villa Melzi, sur le lac de Côme, le 18 juillet 1817, il écrit : « Rien dans l’univers ne peut être comparé au charme de ces jours brûlants d’été passés sur les lacs du Milanais, au milieu de ces bosquets de châtaigniers si verts qui viennent baigner leurs branches dans les ondes. […] Le lac devient en cet endroit sombre et sauvage ; les montagnes se précipitent presque à pic dans les eaux. […] cela est d’un aspect aussi rude que les lacs d’Ecosse. » (Rome, Naples et Florence en 1817, éd. V. Del Litto, p. 137-138). Cet endroit « sombre et sauvage » est précisément le site de la Villa Pliniana (cf. infra).

5 La chartreuse de Parme, l. I, ch. 2.

6 Ces deux villas du lac de Côme ne sont pas les mieux connues des demeures de Pline qui, en homme très fortuné, en possédait plusieurs. Deux de ses lettres (II, 17 et V, 6) nous donnent une description détaillée de celles qu’il préférait entre toutes, la Laurentina, située en bordure de mer, près d’Ostie, et la Tusca. Pour une tentative de reconstitution de ces deux bâtisses, cf. H. H. Tanzer, The Villas of Pliny the Younger, Columbia University Press, New York, 1924.

7 Dans son Journal, Stendhal écrit avoir visité les lieux une première fois le 17 septembre 1813.

8 Lors d’une seconde visite, Stendhal mentionne ce texte de Pline : « Nous avons visité la villa de la princesse de Galles, la Pliniana et sa fontaine intermittente ; la lettre de Pline est gravée sur le marbre. » (Rome, Naples et Florence en 1817, éd. V. Del Litto, p. 138, dans le même passage que celui cité précédemment). Un autre visiteur contemporain, Antoine-Claude Valéry (1789-1847), auteur de plusieurs ouvrages consacrés à l’Italie – voir en particulier ses Voyages historiques et littéraires en Italie pendant les années 1826, 1827 et 1828, ou l’indicateur italien, Le Normant, Paris, 1831 – écrit : « La Pliniana ne fut point, comme on le croit, la demeure de Pline, mais elle tire son nom de la fameuse fontaine observée par Pline l’Ancien, et décrite par Pline le Jeune, dont la lettre se lit contre le mur. » (Voyages en Italie, J. Pinard, Paris, s. d., t. I, p. 169-170). L’encyclopédiste avait en effet rapidement évoqué cette source dans son Histoire naturelle : « in Comensi, iuxta Larium lacum, fons largus horis singulis semper intumescit et residet. » (II, 103).

9 Lettres, IV, 30, éd. A.-M. Guillemin, CUF, Les Belles Lettres, Paris, 1987 (1927).

10 Nous traduisons.

11 Voir en particulier le rôle qu’il joua dans l’accession d’Hadrien au pouvoir (Histoire auguste, Hadrien, II, 10 ; III, 10). Sur ce haut dignitaire romain, cf. l’article de synthèse de di Vita-Évrard, « Des Calvisii Rusones à Licinius Sura », MEFRA, 99, 1987, p. 231338.

12 « Doctorum Licini celeberrime Sura uirorum », Épigrammes, VII, 47, 1.

13 On peut d’ailleurs établir un parallèle entre cet engouement des contemporains de Pline pour les curiosités de la nature, qui suit et accompagne la rédaction des grandes « encyclopédies » romaines, avec l’apparition, à l’époque moderne, des sociétés et des académies savantes, réunissant la société cultivée et donnant lieu à d’abondants échanges épistolaires entre correspondants de toute l’Europe où les observations les plus curieuses sur les caprices de la nature sont méticuleusement consignés, décrits et discutés. Voir en particulier les pages de Jackie Pigeaud, Poésie du corps, Manuels Payot, Payot & Rivages, Paris, 1999, p. 87-90.

14 Cf. supra note 3, p. 26.

15 VIII, 8.

16 VIII, 20.

17 III, 25.

18 II, 209.

19 Sénèque lui consacre tout un livre de ses Questions naturelles, le livre IVa (selon la numérotation des livres adoptées par les éditeurs modernes), en partie perdu. Chez les Anciens, et ceci depuis Hérodote, deux problèmes se posaient quant à ce fleuve, celui de la localisation de ses sources – qui ne sera résolu que bien plus tard – et celui de sa crue annuelle, c’est-à-dire des variations importantes de son débit au cours de l’année. Parce que sa crue se produit en été, au moment le plus chaud de l’année, ce fleuve apparaît comme unique en son genre et le phénomène a donné lieu à toutes sortes de théories explicatives, dont on trouve le résumé dans l’exposé de Sénèque et déjà chez Hérodote, 19-28. Le livre IVa des Questions naturelles semble reprendre le Liber Aristotelis de inundatione Nili, résumé latin d’une œuvre grecque attribuée à Aristote. La source décrite dans la lettre de Pline pose un problème comparable et constitue une version en miniature du Nil. Sur cette question, cf. D. Bonneau, La crue du Nil, divinité égyptienne à travers mille ans d’histoire (332 av.-64l apr. J.-C.), Études et commentaires, Klincksieck, Paris, 1964 ; B. Postl, Die Bedeutung des Nils in der römischen Literatur, Dissertationen der Universität Wien, 40, Verlag Notring, Wien, 1970 ; S. Sauneron, « Un thème littéraire de l’Antiquité classique : le Nil et la pluie », Bulletin de l’institut Français d’Archéologie Orientale, 51, 1952, p. 41-48.

20 Sur cette mode des grottes et des sources dans le monde romain, cf. l’étude de Lavagne, Operosa antra, recherches sur la grotte de Sylla à Hadrien, BEFAR, 272, École française de Rome, Rome, 1988.

21 Dans ses Annales, l’historien Tacite rappelle que c’est alors qu’il dînait dans une grotte, aménagée en salle à manger, que Tibère faillit mourir, écrasé par un éboulement (IV, 59).

22 Cette lettre pose naturellement la question de la culture scientifique et des connaissances techniques de Pline ; elle n’est pas la seule où l’épistolier traite de questions dont la nature dépasse les compétences de l’homme de lettres. Sur ce point, cf. P. Migliorini, « Lingua e conoscenze tecniche in Plinio il Giovane », in I. Mazzini (éd.), Civiltà materiale e letteratura nel mondo antico, Atti del Seminario di Studio (Macerata, 28-29 giugno 1991), Università degli Studi di Macerata, Macerata, 1992.

23 Noter la variété des adjectifs synonymes présents dans la lettre : occultior, latentibus, abditum, caecum. Il faut certes y voir un procédé de uariatio, propre au style raffiné de l’épistolier, mais également une insistance sur la nature même du phénomène : ce qui le rend intéressant, c’est que ses causes échappent à l’observation et invitent à la conjecture.

24 Sur cette question de la pensée analogique des Anciens et sa mise en œuvre dans la littérature météorologique, nous renvoyons à la première partie de notre thèse de Doctorat, « La découverte du corps caché : la pensée physiologique entre médecine et philosophie dans le stoïcisme romain (ier-iie siècles apr. J.-C.) », sous la direction de Jackie Pigeaud, Nantes, 2003.

25 Ce qui pose évidemment la question de la sincérité de Pline : s’est-il lui-même rendu sur les lieux ? a-t-il observé le phénomène ou se fonde-t-il sur le témoignage d’autrui ? En bref, Pline sait-il vraiment de quoi il parle ? Cette question, que l’on peut poser pour de nombreux passages de la correspondance, trouve selon nous sa réponse, pour ce qui concerne cette lettre, dans la localisation de la source, à quelques kilomètres seulement des terres de la famille de Pline. Il paraît par conséquent douteux que l’auteur ne se soit jamais rendu sur les lieux.

26 I, 6, 5, éd. P Oltramare, CUF, Les Belles Lettres, Paris, 1973 (1929).

27 Nous empruntons cette idée aux travaux de notre collègue Charles Delattre (Université de Paris-X Nanterre), qui a consacré une bonne part de ses recherches (publications à venir) en mythologie à l’étude de ce motif récurrent de l’anneau immergé. L’anneau semble de fait entretenir avec l’élément liquide – et, plus généralement, avec la série des quatre éléments, selon les traditions et les légendes – un rapport symbolique étroit. Dans la littérature grecque, voir la légende de l’anneau de Polycrate, rapportée par Hérodote (III, 40-43), et le Dithyrambe III (c. 17) de Bacchylide (éd. J. Irigoin, J. Duchemin & L. Bardollet, CUF, Paris, 1993), poème où Minos jette son anneau d’or dans la mer et met Thésée au défi de prouver la filiation divine qu’il revendique (fils de Poséidon) en plongeant dans les flots pour le lui rapporter.

28 C’est en tout cas le jugement lapidaire formulé sous forme de note conclusive de bas de page par A.-M. Guillemin, éditrice et traductrice de la correspondance de Pline dans la Collection des Universités de France.

29 On peut ainsi lire dans le grand traité de Sénèque : « spiritum esse qui moueat etplurimis et maximis auctoribusplacet. » Cette observation semble indiquer un consensus théorique sur ce point.

30 Voir le livre VI des Questions naturelles, entièrement consacré à cet aspect.

31 Cf. Lettre à Pythoclès (attribuée à Épicure), § 23-24 ; Lucrèce, De natura rerum, VI, 583-590.

32 Ainsi, le terme uena désigne en latin aussi bien les canaux par lesquels passe le sang que ceux par lesquels passe l’eau souterraine ; il désigne également, toujours sous la surface de la terre, un filon métallique.

33 Pour un résumé synthétique de la physiologie de la secte méthodique, cf. D. Gourevitch, « Les voies de la connaissance : la médecine dans le monde romain », in M. D. Grmek (éd.), Histoire de la pensée médicale en Occident, Éditions du Seuil, Paris, 1995, t. I, p. 95-122 ; J. Pigeaud, « Sur le méthodisme », in G. Sabbah (éd.), Médecins et médecine dans l’Antiquité, Mémoires du Centre Jean Palerne, 3, Publications de l’Université de Saint- Étienne, Saint-Étienne, 1982, p. 181-184, et id., « L’introduction du méthodisme à Rome », ANRW, II, 37.1, De Gruyter, Berlin-New York, 1993, p. 565-599.

34 Questions naturelles, III, 15, 1-8.

35 Ibid., III, 16, 2, éd. P. Oltramare, op. cit.

36 La question posidonienne doit évidemment être envisagée avec beaucoup de prudence tant l’œuvre monumentale de ce grand penseur et grand savant de l’époque hellénistique nous est mal connue dans le détail. Ses écrits ne nous ont en effet été transmis que sous forme de fragments d’origines très diverses (éd. L. Edelstein & I. G. Kidd, Cambridge Classical Texts and Commentaries, 13, 14a et 14b 3 vol., Cambridge University Press, 1972 & 1988). La diversité des auteurs qui le citent est une indication suffisante de l’importance de son œuvre, qui couvrait tous les domaines du savoir antique (philosophie, histoire, géographie, météorologie, etc.). Le géographe Strabon, en particulier, cite régulièrement cet auteur et nous permet d’évaluer le contenu de ses théories météorologiques. La dette de Sénèque à l’égard du stoïcien Posidonius est également très grande, en matière de philosophie morale comme en matière de culture scientifique. Sur Posidonius, l’étude de référence est la synthèse de M. Laffranque, Poseidonios d’Apamée, Essai de mise au point, Publications de la Faculté des Lettres et Sciences humaines de Paris, Série « Recherches », 13, PUF, Paris, 1964.

37 L’hypothèse de vents venus du large pour « repousser » le cours d’un fleuve est évoquée par certains auteurs pour expliquer la crue annuelle du Nil. Hérodote la présente rapidement pour la repousser (II, 20), sans en citer l’auteur. Nous savons en fait par Diodore de Sicile (I, 38) que cette explication avait été avancée par Thalès de Milet. Reprenant à son tour la question, Sénèque cite Thalès et refuse à son tour d’adhérer à cette théorie (Questions naturelles, IVa, 2, 22-25). Lucrèce, en revanche, avait adopté cette explication (VI, 712-737).

38 On trouve en effet une description d’un réseau de vases communicants dans le chapitre du De architectura de Vitruve consacré aux thermes (V, 10).

39 Op. cit.

40 L’éditrice anglaise du texte de Pline, B. Radice (Loeb ClassicalLibrary, London-Cambridge (Mas.), 1969, vol. I, p. 316-319), a manifestement ressenti la même gêne pour traduire ce mot, puisque la traduction qu’elle propose, « some force of water », pour libramentum, reste très vague et très abstraite. Notons que, dans un passage de Pline l’Ancien, l’expression libramentum aquae semble désigner une chute d’eau (XXXI, 31, 57).

41 Toujours dans un contexte aquatique, Pline l’Ancien use de ce terme pour expliquer le croassement des grenouilles : « inferiore labro demisso ad libramentum modicae aquae receptae in fauces, palpitante ibi lingua ululatus elicitur » (XI, 65, 173 : « ayant abaissé leur lèvre inférieure jusqu’au niveau de l’eau pour recueillir dans leur gosier une petite quantité d’eau, elles font sortir leur croassement en agitant la langue »).

42 Le caractère sacré des sources est un fait largement attesté dans le monde antique. On comparera la source de Pline avec celle que décrit l’historien Quinte-Curce, lors de l’épisode de la consultation de l’oracle de Jupiter Hammon par Alexandre (Histoires, IV, 7) : coulant en plein désert, dans une oasis tenant lieu à la fois de locus amoenus et de locus mirabilis, elle constitue un phénomène merveilleux, ses eaux se réchauffant jusqu’à bouillonner à mesure que le jour touche à sa fin.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search