Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les diagonales du temps

 | 
Bruno Blanckeman

Quatrième partie. Le temps des lettres : genèse, avatars, réception de l’œuvre

Marguerite Yourcenar face à la postérité  : étude de réception transculturelle (France, Belgique, États-Unis)

Sabine Loucif

Texte intégral

1Marquée par son état de Française de l’étranger, Marguerite Yourcenar constitue un exemple singulier d’auteur dont la réception littéraire se nourrit des relations complexes entretenues avec des lieux de vie. Dans le cadre de cet ouvrage, consacré à la question de la postérité yourcenarienne, faire le point sur la réception de Marguerite Yourcenar dans les trois pays qui constituent sa géographie personnelle : la Belgique, la France, et les États-Unis s’imposait. Mon propos vise à offrir aux nombreux spécialistes de Marguerite Yourcenar une analyse sociologique et transculturelle fondée sur le point de vue externe d’une « non-spécialiste » de Yourcenar dont le domaine d’expertise est la réception littéraire.

  • 1 Otto Klapp, Bibliographie der französischen Literaturwissenschaft, Frankfurt am Main, V. Klosterma (...)
  • 2 Système Universitaire de Documentation : www.sudoc.abes.fr.
  • 3 Dissertation Abstracts International.

2Pour qui s’intéresse au processus de classicisation des auteurs de langue française, le cas Marguerite Yourcenar est fascinant à bien des égards. Peu traitée par les universitaires américains pourtant si friands de « femmes » écrivains, la réception de Marguerite Yourcenar en France fait au contraire figure d’exception aux résistances hexagonales à consacrer les femmes. L’élection de l’auteur, membre de l’Académie belge de Langue et littératures françaises depuis 1971, à l’Académie Française en 1980 suivie de la parution de son œuvre dans la Pléiade en deux volumes distincts en 1982 et en 1991 en attestent, ainsi que le dynamisme des Études Yourcenariennes clairement illustré par les colloques réguliers portant sur l’écrivain. Le statut de l’auteur parmi les « grands classiques » des lettres de langue française demande ainsi qu’on s’attelle à en saisir la logique, ce que je me propose de faire ici, à partir du dépouillement méthodique de trois types de sources pour la période qui s’étend du début 2000 à la fin 2004 : la bibliographie du site internet de la SIEY, celle d’Otto Klapp1 pour les articles de revue et les ouvrages collectifs ne portant pas exclusivement sur Yourcenar et les fichiers centraux des thèses en France2 et aux États-Unis3 permettront de mettre an avant à la fois les orientations manifestes et les tendances plus subtiles de la réception de l’écrivain mais aussi de formuler ce que les études yourcenariennes dévoilent sur les pratiques de la littérature française aujourd’hui.

3L’analyse menée sera complétée par des comparaisons ponctuelles avec la réception de George Sand et celle de Simone de Beauvoir, cette contemporaine de Yourcenar qui avait, elle aussi, une relation singulière avec les États-Unis.

  • 4 La présente bibliographie porte sur cinq ans (2000-2005). Elle sera complétée dans un ouvrage de F (...)
  • 5 L’Amérique du Nord précède l’Europe selon le même principe de l’ordre alphabétique mais nous avons (...)

4Auteur féminin ? Auteur français ? Auteur belge ou francophone ? Marguerite Yourcenar s’inscrit-elle dans la postérité de manière similaire en France, en Belgique ou aux États-Unis ? Les caractéristiques intrinsèques de l’œuvre tendent-elles à inférer une réception particulière de Marguerite Yourcenar ? Quel rôle jouent les modèles culturels et universitaires nationaux dans la réception de l’auteur ? Comment les polémiques identitaires agissent-elles sur les modes de lecture pour façonner l’image de l’écrivain ? Afin de proposer un bilan fondé et précis, il s’est avéré essentiel de conduire un travail de bibliographie et de réorganisation des données importants. Quoiqu’ayant convoité l’exhaustivité, il n’est point de bibliographie assurément achevée et je présente mes excuses aux chercheurs dont le travail aurait été fâcheusement omis4. L’agencement des références se fonde sur le dessein de fournir un instrument de recherche commode et efficace, contrairement aux bibliographies traditionnelles agencées par nom d’auteur qui amènent les chercheurs à se déplacer à maintes reprises pour consulter la même source. Afin de mettre en évidence les caractéristiques de la réception de Marguerite Yourcenar, les travaux cités sont organisés selon deux critères principaux : les sources exclusivement consacrées à Marguerite Yourcenar, et celles de caractère plus généraliste. Ce principe d’organisation se double d’une structure qui prend en compte les divers types de travaux, soit les thèses, les ouvrages, les revues scientifiques et les volumes collectifs. Enfin, pour ne pas négliger les attributs culturellement spécifiques des pratiques universitaires à travers le monde, il s’est avéré souhaitable de classer les entrées bibliographiques selon leur provenance géographique. Les travaux produits sur Marguerite Yourcenar étant majoritairement d’origine européenne et américaine, nous les avons répertoriés selon trois catégories : l’Amérique, l’Europe, et les autres continents, les différents pays apparaissant ensuite dans chaque section selon l’ordre alphabétique afin d’éviter tout biais culturel5. Pour des raisons de pure commodité, et dans un but de cohérence, les éditeurs pourvus d’un siège social dans plusieurs pays figurent dans la section consacrée au pays qui apparaît en premier dans les notices bibliographiques. Enfin, nous aurions voulu que notre étude comprenne les travaux publiés à une date plus proche du moment où nous sommes aujourd’hui mais le délai entre publication et indexation dans les diverses sources bibliographiques est tel qu’il a fallu s’arrêter à l’année 2004, sous peine sans quoi de fonder notre analyse sur une bibliographie forcément inachevée. Quoi qu’il en soit, en dépit des limitations intrinsèques à notre bibliographie, notre démarche fut guidée par la quête d’objectivité.

Une réception consistante et cohérente

5Le nombre de publications consacrées à Marguerite Yourcenar pendant les cinq années considérées suffit à attester de la reconnaissance de son œuvre. En effet, la bibliographie constituée ne contient pas moins d’une centaine de volumes (thèses, ouvrages ou volumes collectifs) consacrés exclusivement ou partiellement à notre auteur, qui fit aussi l’objet d’articles dans un peu plus de cinquante revues ou journaux différents.

6Au-delà des chiffres bruts, il faut prendre en compte les caractéristiques spécifiques de chaque type de publication et la valeur symbolique qui leur est associée pour mesurer le degré réel de légitimité de l’œuvre Yourcenarienne. On peut considérer en simplifiant à peine que les thèses et ouvrages sont affectés du degré de valeur symbolique le plus élevé dans les pratiques universitaires, que les articles de revues, qui participent aussi à la légitimité institutionnelle de leurs auteurs se rangent en général un degré en dessous des thèses et ouvrages, et enfin que les volumes collectifs, qui résultent souvent de colloques, bénéficient de la reconnaissance la moins forte. Or, il apparaît que les publications sur Yourcenar se répartissent de manière relativement équilibrée entre les quatre types de publications considérés puisque les thèses représentent 22 % de notre bibliographie, les ouvrages 26 %, les revues 33 % et les volumes collectifs 19 %. Qu’est-ce que ces chiffres indiquent ?

7Tout d’abord que l’on consacre des thèses de doctorat à Yourcenar atteste de la collaboration entre deux « générations » de chercheurs : les professeurs qui bénéficient déjà d’une assise institutionnelle et les doctorants qui font une thèse en général dans le but d’obtenir un poste. Les 35 thèses soutenues sur Yourcenar doivent ainsi être comprises comme autant de moments durant lesquels deux individus (quelquefois plus en cas de co-direction) se servent de l’auteure pour augmenter leur propre degré de reconnaissance au sein des communautés scientifiques nationales et internationales. Qu’un auteur ne fasse presque jamais l’objet de thèses de doctorat n’est pas seulement le signe d’un désintérêt des chercheurs, c’est aussi l’indication que l’étude de cet écrivain est perçue comme peu propice à fournir un fondement solide au développement d’une carrière. On peut prendre l’équilibre relatif entre nombre de thèses (35) et nombre d’ouvrages (41) sur Yourcenar comme le signe d’une réception qui repose au moins autant sur le grand public que sur celui des universitaires. L’abondance d’ouvrages savants, qui constituent un peu plus de la moitié des ouvrages portant exclusivement ou en partie sur Yourcenar, confirme que les universitaires n’hésitent pas à bâtir leur carrière sur Yourcenar. Mais les livres publiés sur Yourcenar ne sont pas tous issus de thèses : certains chercheurs qui ont fait une thèse sur d’autres auteurs consacrent des livres à Marguerite Yourcenar et font aujourd’hui autorité sur son œuvre, ce qui montre tout d’abord que le domaine fonctionne de façon assez ouverte pour qu’un chercheur de qualité puisse devenir un des grands spécialistes de Yourcenar sans avoir nécessairement fait sa thèse sur l’auteur et appartenu à un réseau de spécialistes dès le départ. Cela montre aussi que les chercheurs, surtout les vingtièmistes, ne prennent pas grand risque à se reconvertir en yourcenariens et notamment à abandonner l’étude des écrivains de sexe masculin pour celle d’une femme comme Yourcenar, dont l’œuvre abondante demande encore à être explorée. Quant à la publication massive d’ouvrages sur Yourcenar destinés au grand public et souvent dédaignés des universitaires, elle forme curieusement un des signaux les plus vigoureux de « canonisation » de l’auteur en en faisant une des représentantes de la culture française. Les nombreux livres sur Yourcenar et ses lieux de vies, sur son enfance et ses secrets vont de pair avec l’existence de voyages organisés sur les traces de l’auteur. Il ne faut pas oublier que la consécration d’un auteur passe par la diffusion de son œuvre auprès du public de masse, ce que font à n’en pas douter les ouvrages non savants sur Yourcenar. On peut même se demander si la familiarité du grand public avec l’auteur ne participe pas à sa pertinence dans les cercles savants.

8Les thèses et les ouvrages sur Yourcenar montrent qu’elle est un auteur consacré mais il convient de ne pas laisser de côté les deux autres types de publication que forment les articles de revues et les volumes collectifs. Si la publication d’un article dans une revue ou d’un chapitre dans un volume collectif apporte moins de reconnaissance institutionnelle que celle de la soutenance d’une thèse ou de la parution d’un livre, ces formes d’écrits dévoilent aussi que l’intérêt pour l’auteur est toujours vif. Dans le cas des volumes collectifs, souvent issus de colloques, les contenus dérivent des réflexions les plus neuves et formulées à l’état le plus brut sur un auteur. Pour les articles de revues, ils coïncident fréquemment avec une étape plus épurée des ultimes idées sur l’auteur, ce caractère plus recherché étant garanti par la compétition plus importante pour se faire publier, surtout dans les revues généralistes où le nombre de pages pouvant être consacré à un auteur spécifique est nécessairement faible.

9La quinzaine d’ouvrages collectifs entièrement consacrés à Yourcenar reflète le dynamisme du domaine, notamment en reproduisant les communications données lors des colloques. Pour qu’un auteur fasse l’objet de colloques aussi fréquemment que Marguerite Yourcenar, plusieurs conditions doivent être réunies : il faut en premier lieu que l’auteur génère suffisamment d’intérêt pour que les universitaires veuillent participer à la rencontre et surtout l’organiser, il faut ainsi que ces derniers aient encore des choses à dire sur l’œuvre en question et pensent pouvoir tirer un profit symbolique de leur participation à l’événement  ; il faut enfin que l’auteur et les organisateurs bénéficient d’un degré suffisant de reconnaissance pour obtenir les fonds et subventions nécessaires à l’organisation des colloques. La régularité des colloques sur Yourcenar, un tous les ans, témoigne d’autant mieux de la vivacité du domaine de spécialité et de légitimité institutionnelle de l’auteur et des chercheurs concernés que les colloques sont le plus souvent suivis de la publication d’actes, ce qui n’est pas automatique. La publication de volumes collectifs après les colloques, indicatrice de l’existence d’un public d’acheteurs suffisamment important pour que cela soit financièrement viable, assure ainsi la pérennité des paroles dites et rend du même coup plus probable que les idées nouvelles lancées par les conférenciers soient reprises et approfondies par la suite.

10Pour en finir avec les volumes collectifs, ceux qui ne portent pas exclusivement sur Yourcenar manifestent le degré de reconnaissance dont elle bénéficie en abordant des sujets variés : La Tentation théâtrale des romanciers, la Présence de l’antiquité grecque et romaine au xxe siècle, le Roman et la nourriture, les Récits de mer au xxe siècle, les Écritures de soi, L’Écriture fragmentaire, etc.

11D’autre part, tous les auteurs ne font pas, loin s’en faut, l’objet de revues spécialisées. La parution régulière du Bulletin de la SIEY constitue une indication éclatante du statut élevé de l’auteur au sein des belles-lettres françaises. Mais le statut « canonique » de Marguerite Yourcenar serait bien moindre si l’écrivaine ne faisait l’objet d’articles que dans une revue spécialisée et révélatrice avant tout d’une réception solide par les spécialistes. Or Marguerite Yourcenar, contrairement à George Sand et en moindre mesure à Beauvoir à laquelle les revues généralistes consacrent un pourcentage moins élevé d’articles, fit l’objet en cinq ans d’articles dans 34 revues généralistes différentes, dont certaines sont extrêmement prestigieuses et publiées dans 9 pays différents. La variété des types de revues considérés renforce la réception de l’auteur en diffusant les travaux sur son œuvre auprès d’un public savant « large ». Par contre, les textes de Yourcenar sont peu analysés dans des revues consacrées à d’autres auteurs ou dans des périodiques consacrés au xxe siècle. Je n’ai relevé que deux revues sur la période considérée, les Simone de Beauvoir Studies et les Bulletins de la Société Stendhal aujourd’hui, et une seule revue clairement vingtièmiste, Roman 20/50, ce qui est bien différent de ce qui se passe avec Sand par exemple sur laquelle l’on écrit des articles fréquents dans Nineteenth Century French Studies ou Romantisme. Dans le cas de Yourcenar, les revues généralistes de littérature française qui englobent toutes les périodes (Les Lettres Romanes, Revue Générale, Anales de filologia francesa, Cahiers de l’Association internationale des études françaises (CAIEF), Histoires littéraires, Littérature, le Magazine littéraire, la Quinzaine Littéraire, Francofonia, pour n’en nommer que quelques-unes), dominent. On peut noter d’autre part que les revues non littéraires ne lui font pas la place qu’elles font par exemple à Sand, qui fait l’objet d’articles dans des périodiques comme la Revue des Sciences Humaines.

12Les écrits sur Marguerite Yourcenar, sous forme de thèses, d’ouvrages, de chapitres dans des volumes collectifs ou d’articles de revues, permettent de repérer un mode de réception autonome. En comparaison avec George Sand et Simone de Beauvoir qui se trouvent associée à de nombreux autres écrivains, on pourrait dire que Marguerite Yourcenar se suffit à elle-même, qu’elle n’a pas besoin de côtoyer ses pairs pour voir son œuvre légitimée.

13Or, cela n’est pas si fréquent dans le cas de la plupart des femmes écrivains : Simone de Beauvoir est souvent associée à Sartre, Sand à Musset, Flaubert ou Chopin, et toutes deux à toutes les femmes écrivains qui ont traité de près ou de loin de thématiques similaires à celles qu’elles ont elles-mêmes abordées. Le cas de Yourcenar est différent parce que tout indique que sa classicisation se fonde sur des critères esthétiques plutôt que sur des critères thématiques. On pourrait presque dire que le processus de classicisation de Yourcenar se fait sur des critères similaires à ceux qui conduisent à la reconnaissance des auteurs de sexe masculin. Considérons maintenant d’autres facettes de la réception de Marguerite Yourcenar, en prenant en compte en particulier les facteurs géographiques et culturels.

Géographies de la réception yourcenarienne

14Un des pans non explorés jusqu’ici de la réception de Marguerite Yourcenar qui saute aux yeux du sociologue est qu’elle bénéficie d’une visibilité surtout européenne. Marguerite Yourcenar fait en effet surtout l’objet de travaux en Europe et peu aux États-Unis quoiqu’elle y ait passé de nombreuses années. Plus précisément, 83 % des publications (thèses, ouvrages, revues, volumes collectifs) traitant de Yourcenar furent éditées en Europe et à peine 9 % aux États-Unis. Un peu plus de 63 % des travaux européens sont d’origine française et l’Italie contribue autant à l’étude scientifique de l’œuvre de Yourcenar que la Belgique puisque chaque pays produit 10 % des volumes européens répertoriés. Tout d’abord, que Yourcenar, née en Belgique mais de nationalité française, soit majoritairement étudiée en France n’est en soi pas surprenant. Il ne faut pas oublier non plus que la Belgique possède une population plus restreinte que la France (10,5 millions d’habitants contre 63.5 millions) et qu’elle se caractérise par son bilinguisme. Que la SIEY, qui produit des ouvrages universitaires consacrés à Marguerite Yourcenar ait son siège en France et le CIDMY, qui édite des livres de type documentaire destinés au grand public soit situé en Belgique, témoigne bien d’ailleurs du rôle joué par chaque pays dans la réception de Yourcenar.

  • 6 Voir : Sabine Loucif, À la Recherche du canon perdu : l'enseignement de la littérature française a (...)

15Que se passe-t-il aux États-Unis ? C’est en fait la réception américaine de Yourcenar qui a en premier lieu piqué ma curiosité. En effet, de toutes les femmes écrivains de langue française qui font l’objet de travaux universitaires aux États- Unis, Marguerite Yourcenar, de façon surprenante, ne bénéficie que d’une attention limitée par rapport à George Sand, Simone de Beauvoir ou Marguerite Duras6, et ceci en dépit du fait qu’elle ait vécu aux États-Unis pendant 47 ans et qu’elle ait fait don de ses archives à la bibliothèque d’Harvard. Quand l’unique société Beauvoir se situe aux États-Unis, que l’une des deux sociétés Sand, la plus influente, a son siège aux USA et l’autre en France, le siège de la société des Yourcenariens se trouve en France. Cette visibilité « limitée » de Yourcenar en Amérique peut d’autant surprendre que l’auteur possède un profil idéal pour les partisans du « politiquement correct » : comment peut-on être francophone (puisque née en Belgique), femme et lesbienne, et ne pas figurer au palmarès des auteurs les plus étudiés aujourd’hui par les universitaires américains ?

16Dans les cas de George Sand et de Beauvoir, il apparaît nettement que les chercheurs américains et français n’abordent pas les auteurs de la même manière. Contrairement aux Français qui tendent à produire des thèses portant exclusivement sur Sand ou Beauvoir, les Américains optent plus volontiers pour des sujets de comparaison entre les œuvres de Sand et Beauvoir et celles d’autres auteurs, que cela soit d’autres femmes écrivains ou des hommes célèbres qu’elles côtoyaient. Or, ce phénomène si typique de la réception des femmes, n’existe pas dans le cas de Yourcenar. L’influence des « women studies », si nette dans le traitement américain de Sand et Beauvoir paraît n’affecter que très modérément la réception de Yourcenar. Pour la période considérée, la proportion de thèses ayant un lien avec les « women studies » pour chaque auteur est la suivante : 6 thèses sur 13 pour Sand, 21 sur 30 pour Beauvoir, et une sur 9 pour Yourcenar. Il semblerait ainsi que l’œuvre de Yourcenar résiste à ce que l’on pourrait appeler des tendances institutionnelles et culturelles américaines et que le traitement qu’on lui réserve outre-Atlantique se distingue de sa contrepartie française sur le plan de la quantité de travaux produits plutôt que sur celui des approches adoptées.

17Comment interpréter cette résistance de l’œuvre yourcenarienne aux modèles dominants américains ? Tout d’abord, et tout simplement, quoique les thèses produites aux USA soient rares, on peut prendre l’absence de sujets qui abordent les textes de Yourcenar en comparaison avec ceux d’autres auteurs comme le signe d’un intérêt réel pour l’œuvre et non pas comme la manifestation du développement des études féminines, féministes et postmodernes. Yourcenar étant peu comparée à d’autres femmes écrivains, c’est bien son œuvre et son style propre qui intéressent les chercheurs plutôt que Yourcenar en tant que membre de la population des femmes écrivains.

18Les conclusions de l’étude de réception de type externe menée ici sont multiples et complexes, à l’image du processus de légitimation de l’œuvre de Marguerite Yourcenar aujourd’hui. Curieusement, la réception de Yourcenar semble échapper à la norme, au point qu’elle se situe en porte à faux des conclusions que j’ai pu tirer au terme de mes autres travaux du même type. Pour qui croit, comme moi, que la réception d’un auteur se forge en fonction de la culture réceptrice et du fonctionnement de ses institutions scolaires en relation avec la politique culturelle ambiante et non pas, contrairement à ce que pensent les universalistes, seulement en fonction des qualités intrinsèques de l’œuvre considérée, le cas Yourcenar est plus qu’embarrassant et invite à formuler quelques hypothèses.

19Il me semble que la question de la féminité de Yourcenar est centrale à sa réception, en dépit, et même je dirais, du fait de la dénégation constante de cette féminité. Yourcenar elle-même est la première à s’en débarrasser lors de son discours de remerciement aux académiciens qui l’ont élue en 1980 :

Ce moi incertain et flottant, cette entité dont j’ai moi-même contesté l’existence, et que je ne sens vraiment délimité que par les quelques ouvrages qu’il m’est arrivé d’écrire, le voici, tel qu’il est, entouré, accompagné d’une troupe invisible de femmes qui auraient dû, peut-être, recevoir plutôt cet honneur, au point que je suis tentée de m’effacer pour laisser passer leurs ombres. Toutefois, n’oublions pas que c’est seulement il y a un peu plus ou un peu moins d’un siècle que la question de la présence des femmes dans cette assemblée a pu se poser. En d’autres termes c’est vers le milieu du dix-neuvième siècle que la littérature est devenue en France pour quelques femmes tout ensemble une vocation et une profession, et cet état de choses était encore trop nouveau peut-être pour attirer l’attention d’une Compagnie comme la vôtre. Mme de Staël eût été sans doute inéligible de par son ascendance suisse et son mariage suédois : elle se contentait d’être un des meilleurs esprits du siècle. George Sand eût fait scandale par la turbulence de sa vie, par la générosité même de ses émotions qui font d’elle une femme si admirablement femme  ; la personne encore plus que l’écrivain devançait son temps. Colette elle-même pensait qu’une femme ne rend pas visite à des hommes pour solliciter leurs voix, et je ne puis qu’être de son avis, ne l’ayant pas fait moi-même. Mais remontons plus haut : les femmes de l’Ancien Régime, reines des salons et, plus tôt, des ruelles, n’avaient pas songé à franchir votre seuil, et peut-être eussent-elles cru déchoir, en le faisant, de leur souveraineté féminine Elles inspiraient les écrivains, les régentaient parfois et, fréquemment, ont réussi à faire entrer l’un de leurs protégés dans votre Compagnie, coutume qui, m’assure-t-on, a duré jusqu’à nos jours  ; elles se souciaient fort peu d’être elles- mêmes candidates. On ne peut donc prétendre que dans cette société française si imprégnée d’influences féminines, l’Académie ait été particulièrement misogyne  ; elle s’est simplement conformée aux usages qui volontiers plaçaient la femme sur un piédestal, mais ne permettaient pas encore de lui avancer officiellement un fauteuil. Je n’ai donc pas lieu de m’enorgueillir de l’honneur si grand certes, mais quasi fortuit et de ma part quasi involontaire qui m’est fait  ; je n’en ai d’ailleurs que plus de raisons de remercier ceux qui m’ont tendu la main pour franchir un seuil.
Messieurs, laissons cela.

20Ironie de Yourcenar ? Discours politique, tout au moins, tout comme celui de Jean d’Ormesson, chargé de répondre aux propos de la nouvelle académicienne :

Je ne vous cacherai pas, Madame, que ce n’est pas parce que vous êtes une femme que vous êtes ici aujourd’hui : c’est parce que vous êtes un grand écrivain. Être une femme ne suffit toujours pas pour s’asseoir sous la Coupole. Mais être une femme ne suffit plus pour être empêchée de s’y asseoir. Nous vous aurions élue aussi – et peut-être, je l’avoue, plus aisément et plus vite – si vous étiez un homme. Plût au ciel que les hommes que nous avons choisis depuis trois cent cinquante ans eussent tous l’immense talent de la femme que vous êtes ! Ne voyez dans votre élection, qui n’est pas une mode de la tribu, aucun tribut à la mode : ce serait faire hommage en vous au hasard de la naissance, ce serait faire injure en vous au mérite de l’écrivain. Nous n’avons pas voulu nous plier à je ne sais quelle vogue ou vague du féminisme régnant. Nous avons simplement cherché à être fidèles à notre vocation traditionnelle qui est de trouver – si faire se peut – dans les lettres françaises ce qu’il y a de meilleur, de plus digne, de plus durable. Avec vous, Madame, nous y avons réussi. Votre discours, dans notre jargon, porte le nom de remerciement. C’est plutôt à nous de vous remercier, non pas de l’accident de votre sexe, mais de la fermeté de votre écriture et de la hauteur de votre pensée. Vous êtes un écrivain et, comme quelques autres substantifs ou adjectifs de la langue française – ministre, mannequin, sage- femme qui hier encore n’avait pas de masculin, cocu qui, en dépit de trop d’abus, n’a pas de féminin, ou grognon –, le mot écrivain ne connaît pas de distinction de genre : il ne connaît, hélas ! ou peut-être heureusement, que des différences de force, de talent et de style.

21Marguerite Yourcenar écrivain, et non pas écrivaine, c’est là me semble-t-il la clé de sa réception aujourd’hui encore. Peut-être l’habitus yourcenarien qui consiste dans le privé comme dans le public à prendre un rôle traditionnellement réservé aux hommes explique-t-il la manière dont son œuvre fait face à la postérité ? Marguerite Yourcenar n’aurait sans doute pas produit l’œuvre qui a conduit à sa consécration littéraire si elle n’avait pas occupé dans son couple avec Grace la position qui est souvent celle de l’homme : soutenue par sa compagne, sa réussite s’est faite au prix du soutien inconditionnel et de la collaboration active de l’autre, dans son ombre. Autre manifestation de ce même habitus, l’œuvre de Marguerite Yourcenar évacue la féminité pour se centrer sur l’histoire et sur l’universel, et programme ainsi sa réception en visant un lecteur implicite qui ne se définit ni par son sexe, ni par sa culture nationale. En fictionalisant l’histoire, en historicisant la fiction, Yourcenar a produit des textes qui ne donnent pas prise aux récupérations identitaires mais qui se détachent par l’originalité générique de la démarche adoptée. Il aurait fallu que Yourcenar cherche elle-même à se projeter comme « écrivaine » pour que la réception de son œuvre ne fonctionne pas comme celle d’un écrivain de l’autre sexe. Mais le pouvait-elle ?

Bibliographie

Bibliographie

I. Sources consacrées à Marguerite Yourcenar

A. Thèses

B. Ouvrages

C. Revues et bulletins des Sociétés dédiées à Marguerite Yourcenar

D. Volumes collectifs

II. Sources généralistes qui traitent en partie de Marguerite Yourcenar

A. Thèses

B. Ouvrages

C. Articles de revues

D. Numéros spéciaux de revues et journaux

E. Volumes collectifs

I. Sources consacrées à Marguerite Yourcenar

A. Thèses

AMÉRIQUE

Brésil

• ALMEIDA MAGAHAES, Pedro Armando de, Representaçâo da historia nacional  ; processo identi- târio : apintura renascentista Yourcenariana e machadiana, PhD, dir. Joâo Cezar de Castro Rocha, Universidade do Estado do Rio de Janeiro, 2004.

Canada

• HONG, Rosa, La représentation du personnage féminin dans les romans de Marguerite Yourcenar, dir. R. Le Huenen, University of Toronto, 2001.

• MANEA, Lucia-Mihaela, L’Archéologie de la création chez Marguerite Yourcenar : représentations de la spatialité dans l’Œuvre au Noir, thèse de doctorat, dir. Isabelle Daunais, Université Laval, 2004.

États-Unis

• BLECIC, Natasa, « Au seuil de la vie spirituelle » : de la lecture à l’écriture dans l’œuvre romanesque de Marguerite Yourcenar, PhD, Washington University, 2000.

• BANK, Hilda, Collective memory and personal identity : Marguerite Yourcenar, Le Labyrinthe du monde, PhD, dir. Jean-Francois Thibault, The George Washington University, 2002.

• KINCAID, Martine J., Yourcenar dramaturge : Microcosme d’une œuvre, University of Cincinnati, 2003.

• COLVIN, Margaret, Baroque fictions : revisioning the classical in Marguerite Yourcenar, PhD, University of Connecticut, 2004.

• JANCA-AJI, Joyce M., To the other shore : Reading Buddhism in the works of Marguerite Yourcenar (France), Indiana University, 2004.

• HALLOT, Michel A., Litterature et alchimie : L’ésotérismepoétique de Marguerite Yourcenar dans L’Oeuvre au Noir, University of Louisiana at Lafayette, 2004.

EUROPE

Allemagne

• IVENS, Angelika, Passé re-composé : Formen der Vergangenheitsdarstellung im Werk Marguerite Yourcenars, thèse de doctorat, Technische Hochschule Aachen, 2000.

Belgique

• DEPREZ, Berengère, La symbolique de la parenté dans l’œuvre de Marguerite Yourcenar, PhD, Université Catholique de Louvain-Faculté de philosophie et Lettres, 2002.

France

• BLANCHET-DOUSPIS, Mireille, L’influence de l’histoire contemporaine dans l’œuvre de Marguerite Yourcenar, Université François Rabelais (Tours), 2004.

• BOISSIER-LE BARS, Anne, Du triangle au labyrinthe [Texte imprimé] : Formes et figures de la quête dans l’œuvre romanesque et autobiographique de Marguerite Yourcenar, université de Nancy II, 2004.

• FORT, Pierre-Louis, Ecriture et deuil : la mort chez Marguerite Yourcenar, Simone de Beauvoir et Annie Ernaux, université Paris VII, 2004.

• MARCQ, Edith, La refiguration du moi dans l’œuvre romanesque de Marguerite Yourcenar, université Charles de Gaulle (Lille), 2000.

• OH, Jung Sook, Écriture de l’autre, écriture chez M. Yourcenar, Le Labyrinthe du monde comme une somme littéraire, thèse de doctorat, dir. M. Gosselin-Noat, université Paris X, 2000.

• PARK, Sun-Ah, Fonction du lecteur dans l’histoire du moi : Le labyrinthe du monde de Marguerite Yourcenar, thèse de doctorat, dir. M. Murat, université Paris IV Sorbonne, 2000.

• PRÉVOT-CHASSAT, Anne-Marie, Les mécanismes de la périphrase dans quelques oeuvres de Marguerite Yourcenar, thèse de doctorat, dir. P. Caron, université de Limoges, 2000.

• SUDASNA, Pacharee, Marguerite Yourcenar et la voie bouddhiste : étude de l’œuvre romanesque, université Paris IV Sorbonne, 2000.

• CHIAPPARO, Maria Rosa, Marguerite Yourcenar et la culture italienne de son temps (1920-1940), thèse de doctorat, dir. Jean-Louis Backes, université de Tours, 2002.

• LEE, Hye-Ok, Liberté et destin dans l’œuvre de Marguerite Yourcenar, thèse doctorat, dir. Monique Gosselin, université de Paris-Nanterre X, [2001] 2002.

• RYU, Sun Jung, La Sagesse du vide dans l’œuvre romanesque de Marguerite Yourcenar, thèse de doctorat, dir. Michel Autrand, université Paris IV Sorbonne, 2002.

• ZDRADA-COK, Magdalena, Les figures de Narcisse dans l’œuvre de Marguerite Yourcenar, thèse de doctorat, dir. Jean Bessière, Aleksander Ablamowicz, université de la Sorbonne nouvelle (Paris), 2002.

• GOLIETH, Catherine, La quête de l’unité primordiale, thèse de doctorat, université Michel de Montaigne-Bordeaux 3, 2003.

• TORRES, Vicente, Grèce et Orient dans l’œuvre de Marguerite Yourcenar, thèse de doctorat, dir. Philippe Berthier, université de la Sorbonne nouvelle (Paris III), 2003.

AUTRES CONTINENTS

South Africa

• SNYMAN, Elisabeth, L’autoreprésentation dans le Labyrinthe du monde de Marguerite Yourcenar, Thesis, Prof. DA. Godwin, Randse Afrikaanse Universiteit, 2001.

Thailande

• UDOMSILPA, Warunee, La poétique du corps dans l’œuvre romanesque de Marguerite Yourcenar, thèse du diplôme d’études supérieures, Université de Chulalaongkorn, Thaïlande, 2000.

B. Ouvrages

AMÉRIQUE

Canada

• LALONDE, Robert, Un jardin entouré de murailles, Montréal : Éditions du Boréal, 2002, 204 p.

EUROPE

Allemagne

• IVENS, Angelika, Passé re-composé : Formen der Vergangenheitsdarstellung im Werk Marguerite Yourcenars, Bonn : Romanistischer Verlag, 2001, 292 p.

Angleterre

• SAINT, Nigel, Marguerite Yourcenar : Reading the Visual, Oxford : Legenda, 2000, 197 p.

• ROUSSEAU, George, Yourcenar, London : Haus Publishing, 2004, 154 p.

Belgique

• GOSLAR, Michèle, Le visage secret de Marguerite Yourcenar, Tournai : Renaissance du livre, 2001, 47, [1] p.

• SIMONS, Walter, Marguerite Yourcenar in het voetspoor van Basho, Overijse : Vuursteen, 2002, 28 p. ill.

• DEPREZ, Bérengère, Marguerite Yourcenar. Écriture, maternité, démiurgie, Bruxelles, Archives et Musée de la Littérature- P.I.E.-Peter Lang, coll. « Documents pour l’Histoire des Francophonies/ Europe », 2003, 330 p.

• DEVOLDERE, Luc et alii, Verken uw gevangenis : over Marguerite Yourcenar, Brugge : Van de Wiele, 2003, 128 p. (éd. Colofon)

• GOSLAR, Michèle, Marguerite Yourcenar, regards sur la Belgique, Bruxelles : Racine, 2003, 122 p.

Espagne

• GOSLAR, Michèle, Qué aburrido hubiera sido ser feliz, trad. Núria Pujol, Barcelona : Ediciones Paidos, 2002, 440 p.

France

2000

• COUNIHAN, Francesca, L’autorité dans l’œuvre romanesque de Marguerite Yourcenar, Villeneuve d’Ascq : Presses universitaires du Septentrion, 2000, 630 p.

2001

• FAVERZANI, Camillo, L’Ariane retrouvée ou le théâtre de Marguerite Yourcenar, 12-Travaux et Documents, Paris, université Paris 8 Vincennes Saint-Denis, 2001, 186 p.

• LELONG, Armelle, Le parcours mythique de Marguerite Yourcenar : de Feux à Nouvelles Orientales, Paris : L’Harmattan, 2001, 384 p.

• MELZI D’ERIL KAUCISVILI, Francesca, Dans le laboratoire de Marguerite Yourcenar, Fasano/ Paris : Schena éd./Presses de l’université de Paris-Sorbonne, 2001, 204 p.

• POIX-TÉTU, Marie C., Le discours de la variante. Approche sémiotique de la genèse d’Anna, soror... de Marguerite Yourcenar, Paris, L’Harmattan, 2001, 183 p.

• PROUST, Simone, Quoi ? L’éternité, de Marguerite Yourcenar, Foliothèque n° 94 Paris, Gallimard, 2001, 209 p.

2002

• BEAUSSANT, Philippe et alii, Marguerite Yourcenar une enfance en Flandre, Paris, Desclée de Brouwer, 2002, 144 p.

• DUMAIS-LVOWSKI, Christian, La promesse du seuil, Un voyage avec Marguerite Yourcenar, (Archives Privées) Arles, Actes Sud, 2002, 120 p.

• JULIEN, Anne-Yvonne, Marguerite Yourcenar ou la signature de l’arbre, Paris, PUF, 2002, 287 p.

• PRÉVOT, Anne-Marie, Dire sans nommer. Étude stylistique de la périphrase chez Marguerite Yourcenar, Coll. « Sémantiques » Limoges, L’Harmattan, 2002, 332 p.

2003

• FAVERZANI, Camillo, Visages d’Ausonie : sources italiennes dans l’œuvre de Marguerite Yourcenar, Université Paris 8 Vincennes : 2003, 171 p., coll. « Travaux et documents », n. 20.

• GUSLEVIC, Caroline, Étude sur Yourcenar. Alexis ou le Traité du vain combat, Paris, Editions Ellipses, coll. « Résonances », 2003, 112 p.

• JULIEN, Anne-Yvonne, Marguerite Yourcenar. Du Mont-Noir aux Monts-Déserts. Hommage pour un centenaire, Paris, Gallimard, 2003, 202 p.

• MARCQ, Edith, La refiguration du moi dans l’œuvre romanesque de Marguerite Yourcenar, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, « Thèse à la carte », 2003, 552 p.

• PARK, Sun-Ah, La fonction du lecteur dans Le labyrinthe du monde de Marguerite Yourcenar, « Espaces littéraires », L’Harmattan, 2003, 348 p.

• PEYROUX, Marthe, La difficulté héroïque de vivre, Paris, Eurédit, 2003, 211 p.

• SUDASNA, Pacharee, Marguerite Yourcenar et la voie bouddhiste : étude de l’œuvre romanesque, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2003.

• VANMERRIS, Corinne, GRÉGOIRE, Fabian, Trop de secrets pour Marguerite, Marais du Livre Éditions (Hazebrouck)/ CRDP Nord-Pas-de-Calais, 2003, 32 p.

2004

• ALLAMAND, Carole, Marguerite Yourcenar, une écriture en mal de mère, Paris, Imago, 2004, 196 p.

Hollande

• DURNEZ, Jan (éd.), Le sentier Yourcenar/Het Yourcenarpad. Textes (bilingues français/néer-landais), photos et cartes, Regionaal Landschap West-Vlaamse Heuvels, 2003, 48 p.

Italie

• SANDOMENICO, Ciro, Il “viaggio di nozze“ di Marguerite Yourcenar a Capri, Napoli, Liguori editore, 2001, 58 p. (note éditeur).

• GOSLAR, Michèle, Marguerite Yourcenar – biografia. Quanto sarebbe stato insipido essere felice !, Roma, Apeiron, 2003, 500 p.

• LANCIANO, Nicoletta, Villa Adriana tra cielo e terra, Percorsi guidati dai testi di Marguerite Yourcenar, Roma, Apeiron, 2003, 128 p.

• MONACHESI, Laura, SAVINI, Marta (éds), L'alchimia della creazione – Notizie e documenti su Marguerite Yourcenar, Roma, Centro Internazionale Antinoo per l’arte, 2003, 46 p.

• BONALI FIQUET, Françoise, Marguerite Yourcenar. L’Infanzia Ritrovata, Parma, Battei, 2004, 127 p.

Roumanie

• CIOPRAGA, Magda, Marguerite Yourcenar, de la morale à l’écriture : objectivité et présence de l’auteur, Iasi, Fides, 2000, 478 p.

• VODA CAPUSAN, Maria, Marguerite Yourcenar, 100 jours en Roumanie : abécédaire de la francophonie roumaine en images : abecedar de francofonie romaneasca in imagini, Echinox (Cluj- Napoca), 2003, 16 p.

C. Revues et Bulletins des Sociétés dédiées à Marguerite Yourcenar

AMÉRIQUE

Colombie

Bulletin de L’Acey (Bogota) [Asociacion Colombiana de Estudios Yourcenarianos]

• No 1 (sept 2003)

Marguerite Yourcenar peregrina y extranjera/dir. Vicente Torres.

EUROPE

Belgique

Société des Amis de la Fondation Marguerite Yourcenar

• Lettre d’information, 2 (sept. 02), 12 p.

Stichting Marguerite Yourcenar

• HARDEMAN, Piet (éd.), Herinneringen uit de Eeuw van Marguerite Yourcenar, Wetouter, Stichting Marguerite Yourcenar, 2003, s. p. [49 p.].

France

Bulletin SIEY- Société internationale d’études Yourcenariennes

• Bulletin SIEY - Société internationale d’études Yourcenariennes, 21 (déc. 00), 231 p.

• Marguerite Yourcenar et l’Orient, Bulletin SIEY, 16 (mai 96).

• Bulletin SIEY - Société internationale d’études Yourcenariennes, 22 (déc. 01), 271 p.

• Bulletin SIEY - Société d’Etudes Internationales sur Marguerite Yourcenar, 23 (déc. 02), 197 p. Cahiers Marguerite Yourcenar

• Cahier Yourcenar 81, dirigé par J. Savigneau, Paris : L’Herne, 2003

D. Volumes collectifs

AMÉRIQUE

Colombie

• L’Écriture du moi dans l’œuvre de Marguerite Yourcenar, colloque en Colombie, 5-7 septembre 2001, Bogotà (Colombie) : 2001.

États-Unis

• SARNECKI, Judith Holland, with Ingeborg Majer O’Sickey eds, Subversive Subjects : Reading Marguerite Yourcenar, Fairleigh Dickinson University Press, 2004, 256 p.

EUROPE

Belgique

• Marguerite Yourcenar, état civil, 12, Bruxelles : CIDMY-Centre International de Documentation Marguerite Yourcenar, (2000), 159 p.

• Georges Sion Lecteur attentif de Marguerite Yourcenar, 13, Bruxelles : CIDMY-Centre International de Documentation Marguerite Yourcenar, (2001), 168 p.

France

2000

• Marguerite Yourcenar essayiste : parcours, méthodes et finalités d’une écriture critique, textes réunis par Carminella BIONDI, Françoise BONALI FIQUET, Maria CAVAZZUTI et Elena PESSINI, Tours : SIEY, 2000, 328 p.

• Marguerite Yourcenar : écriture, réécriture, traduction : actes du colloque international de Tours, 20 au 20 novembre 1997, POIGNAULT, R.  ; CASTELLANI, Jean-Pierre, Tours, SIEY, 2000, 400 p.

2003

• Marguerite Yourcenar et l’enfance, Colloque au Musée des archives du monde du travail, Roubaixk,

6-7.2.03, Tours : SIEY, 2003, 235 p.

• Yourcenar, Sud-Ouest éditions, 2003.

• FRÉRIS, Georges et POIGNAULT, Rémy (textes réun.par), Marguerite Yourcenar : un écrivain du xixe siècle ? Actes du colloque international de Thessalonique, 2-4 novembre 2000, Clermont- Ferrand, SIEY, 2004, 437 p.

• POIGNAULT, Rémy, TORRES, Vicente, CASTELLANI, Jean-Pierre, CHIAPPARO, Maria Rosa, (textes réun.par), L’écriture du moi dans l’œuvre de Marguerite Yourcenar, Actes du Colloque de Bogotà, 5-7.9.2001, Clermont-Ferrand, SIEY, 2004, 231 p.

• TERNEUIL, Alexandre (éd.), L’Album illustré de L’Œuvre au Noir de Marguerite Yourcenar, Bruxelles, Cidmy/La Renaissance du Livre, « Références », 2003, 208 p.

2004

• FORT, Pierre-Louis, Marguerite Yourcenar : « un certain lundi 8 juin 1903 », Actes de la Journée Yourcenar à Paris, le 5 mars 2003, Paris, L’Harmattan, 2004, 214 p.

Italie

• Dall'isola di Creta all’Ile Heureuse. Giornata di studi sull’opera di Marguerite Yourcenar (Pontremoli, 28. 2 1998), BONALIFIQUET, Françoise (ét. réunis par), Cremona, Fantigrafica Cremona, 2000, 89 p.

• Adriano e le sue “Memorie”, Roma : Centro Internazionale Antinoo per l’arte, 2002.

• Marguerite Yourcenar. Una narrazione ancoraparlante, a cura di Maria Pia Mazziotti e Gerrit Van Oord, Roma, Apeiron, 2003, 64 p.

• AA.VV., Marguerite Yourcenar, Il teatro. Io ti do feste per migliaia di anni 1903-2003, Centenario della nascita di Marguerite Yourcenar (1903-2003), 12 maggio- 11 giugno 2003, Roma, Tempio di Adriano, Piazza di Pietra, Roma, Camera di Commercio, Industria, Artigianato e Agricoltura/ Centro Internazionale Antinoo per l’arte, 2003.

II. Sources généralistes qui traitent en partie de Marguerite Yourcenar

A. Thèses

AMÉRIQUE DU NORD

Canada

• COLLINGTON, Tara-Leah, La corrélation essentielle des rapports spatio-temporels : La validité heuristique du chronotope de Bakhtine, PhD, University of Toronto, 2000.

• DHAVERNAS, Catherine Daniel, Les lieux de l’histoire : L’individu à l’ère de la planète moderne chez Walter Benjamin, Marguerite Yourcenar et Alain Finkielkraut, The University of Western Ontario, 2000.

États-Unis

• COONEY, Charles M, Transplantation and transformation : French-American literary exchange from 1920 through 2000, The University of Chicago, 2004.

• LERAT-SCHMITZ, Catherine, Identité féminine et mémoire culturelle dans le théâtre de Colette, Marguerite Yourcenar, Marguerite Duras et Andrée Chédid, Indiana University, 2003.

• GARCIA, Antonio A., The modernist origins of a crisis in humanism (Walter Pater, Marguerite Yourcenar, France, Andre Gide, England), 2004.

EUROPE

Autriche

• PAPP, Elke, J’écris ! Zusatz zum Titel (Dis) positionen des schreibenden Ich  ; « écriture autobiographique » im Vergleich zwischen Annie Ernaux und Marguerite Yourcenar, Université de Vienne, 2002.

France

• DULA-MANOURY, Daiana, L’Écriture du rêve dans l’œuvre littéraire de Marguerite Duras, thèse de doctorat, dir. A. Goulet, université de Caen, 2000.

• PAILLARD, Marie-Christine, Virginia Woolf, Marguerite Yourcenar : Ecriture du temps, écriture du roman, thèse de doctorat en littérature comparée, université Paris III, 2000.

• GRANDET, Hélène, Imaginaire et initiation dans l’œuvre d’André Delvaux, littérature et cinéma [Texte imprimé] : Johan Daisne, Suzanne Lilar, Marguerite Yourcenar, thèse de doctorat, université de Toulouse-le-Mirail, 2001.

• BARANES-GORECK, Gisèle, Permanence du mythe du Minotaure dans la littérature française du xxe siècle, thèse de doctorat, université de la Sorbonne nouvelle (Paris), 2003.

• HEBATALLA Mohamed Ahmed, Poétique de discours francophones, sous la dir. de Jacques Chevrier, thèse de doctorat, université de Paris-Sorbonne : 2004.

• VIALA, Fabienne, Marguerite Yourcenar, Alejo Carpentier [Texte imprimé] : écritures de l’histoire, université de la Sorbonne Nouvelle-Paris III, 2004.

B. Ouvrages

AMÉRIQUE

États-Unis

• FOX, Maria Stadter, The troublingplay of gender : the Phaedra dramas of Tsvetaeva, Yourcenar, and H.D., [“Marguerite Yourcenar : Negotiating a Feminine Authorial Self”], Cranbury, NJ : Associated University Presses, 2001, p. 69-107

EUROPE

France

• PAILLARD, Marie-Christine, Virginia Woolf M. 'Yourcenar. Ecriture du temps, écriture du roman. Villeneuve d’Ascq, Presses univ. du Septentrion, 2003.

• MÉRIEAU, Justine, « Marguerite Yourcenar académicienne ou la demoiselle de Crayencour, essai biographique », in Soleil voilé, Éd. du Colibri, 2004, 188 p.

AUTRES CONTINENTS

Inde

• VERMA, Dominique S.-T. V. Kunhi Krishnan - Editors, Memoiries of the second sex - Gender and Sexuality in Womens Writing, Delhi : Somaiya Publications Pvt. Ltd., 2000, 172, Mumbai Marathi Granthsangrahalaya Marg, Dadar, Mumbai.

C. Articles de revues

AMÉRIQUE

États-Unis

French Review (FR)

• Allamand, Carole : Au défaut des mères. Yourcenar, Duras et la création littéraire. Ds : FR LXXV

(2001/02) 891-902.

Romance Review (RomRev)

• Garcia, Antonio A. : From imperial characters to literary communism in « Nouvelles orientales » by Yourcenar. Ds : RomRev XI (2001) 45-54.

The Romanic Review (RoR)

• Manea, Lucia : Un lieu utopique dans « L’œuvre au noir », le paradis des anges. Ds : RoR XCI (2000) 313-333.

Simone de Beauvoir Studies

• D’une vie dans les récits autobiographiques de Marguerite Yourcenar et B’. Ds : S. de Beauvoir Studies XVIII (1/02) 99-106.

Sites

• Djebar, Assia : A conversation with Yourcenar. Ds : Sites IV (2000) 153-158.

Symposium

• Alesch, Jeanine S. : Yourcenars « Continent noir ». Ds : Symposium LVII (2003) 195-210. [13865].

EUROPE

Angleterre

Comparative Criticism (CCS)

• Boldrini, Lucia : « Allowing it to speak out of him ». The heterobiographies of David Malouf, Antonio Tabucchi and Yourcenar.Ds : CCS I (2004) 243-263.

Forum for Modern Language Studies (FMLS)

• Korzeniowska, Victoria B. : Feminine justice and morality in G’s « Electre » and Yourcenar’s « Electre ou la chute des masques ». Ds : FMLS XXXVIII (2002) 14-23.

Modern Language Review (MLR)

• Anderson, Kirsteen H.R. : Imagination and ideology. Ethical tensions in twentieth-century French writing. Ds : MLR XCVI (2001) 47-60.

Belgique

Cahiers Internationaux de Symbolisme (CIS)

• Goslar, Michèle : Un simple témoignage. Ds : CIS 107-108-109 (2004) 191-195.

Degrés XXXII

• Friedman, Mihal Régine : Mutations de la mélancolie dans « L’œuvre au Noir ». Ds : Degrés XXXII, 119-120 (automne-hiver 2004).

Indications

• Goslar, Michèle : Yourcenar (1903-1987). Ds : Indications LVIII, 2 (avril-mai 2001) 4-18.
Les Lettres Romanes (LR)

• Trocan, Lelia : Lectures parallèles. Yourcenar et Vintila Horia. Ds : LR LV (2001) 117-125.
Revue Générale (RGB)

• Goslar, Michèle : Bribes de faits crus connus. 51 pièces de correspondance de Yourcenar d’octobre 1928 à avril 1938. Ds : RGB CXXXVII, 3 (mai-juin 2002) 37-51.

• Delcroix, Maurice : Yourcenar secrète. Ds : RGB CXXXVIII, 12 (déc. 2003) 43-51.

• Leuris, Claire : « Alexis ou le traite du vain combat » de Yourcenar, Théâtre-Poème. Ds : RGB CXXXVIII, 2 (févr. 2003) 95-96.

Espagne

Anales de filologia francesa

• Diaz Martinez-Falero, Miguel Angel : Yourcenar, la maternidad repudiada. Ds : Anales de filologia francesa XI (2002-2003) 177-190.

Correspondance

• Real, Elena : Yourcenar ou l’impuissance dire. Ds : Correspondance 5 (’96-’97) 131-136.

France

Bulletins de la Société Stendhal aujourd’hui (HB)

• Peyroux, Marthe : Yourcenar, réminiscences stendhaliennes. « Le banquier ».- (Suite).

La statuaire. Ds : HB 2 (’98) 271-273  ; HB 3 (’99) 241-244  ; HB 4 (2000) 221-224

• Peyroux, Marthe : L’empereur Hadrien vu par S’ et Marguerite Yourcenar. Ds : HB 6 (2002) 275-284.

• Peyroux, Marthe : Marguerite Yourcenar et S’, une affaire de méthode... Ds : HB 6 (2002) 287296

Cahiers de l’Association internationale des études françaises (CAIEF)

• Delcroix, Maurice : Yourcenar, une biographe devant ses biographes. Ds : CAIEF 52 (2000) 201-220. (Disc., p. 235-237).

Histoires littéraires

• Chadoqueau, Patrick : Quand Yourcenar flirtait avec « L’Huma... ». Ds : Histoires litt. 3 (2000) 51-52.

La Licorne

• Prevot, Anne-Marie : L’enthymème ou le dire détourné de « réalités sensuelles » frappées « de prohibitions », dans « Alexis ou le traité du vain combat » de Yourcenar. Ds : La Licorne 54 (2000) 241-253.

• Peyronie, André : Mythe et théâtre moderne. Sur l’exemple de Thésée et d’Ariane. Ds : La Licorne 55 (2000) 69-89.

Littératures

• Besa, Carles : Les « Nouvelles orientales » de Yourcenar. Du texte des nouvelles aux nouvelles comme texte. Ds : Littératures 48-49 (printemps-automne 2003) 141-166.

Littérature

• Santiago Torre, Ricardo : Yourcenar et Bion de Smyrne. Une étude intertextuelle. Ds : Littérature 131 (sept 2003) 59-76.

Magazine littéraire

• Bloch-Dano, Evelyne : Yourcenar à Petite-Plaisance. Ds : Mag. litt. 436 (nov 2004) 24.

Nord

• Peron, Frederique : Yourcenar, « Portrait d’une voix » Ds : Nord’ 40 (dec 2002) 122.

Quinzaine Littéraire (QL)

• Casanova, Nicole : « Notre époque tant aime le désespoir qu’elle m’en a à jamais dégoûté ». Ds : QL 881 (16 juin 2004) 19.

Recherche et Travaux/Grenoble

• Lombardi, Marco : Le « Dialogue dans le marécage » de Yourcenar. Une pastorale alchimique.

Ds : RTG 58 (2000) 211-217.

Roman 20/50

• Allamand, Carole : A/Lexis. Le silence dans « Alexis ou le Traité du vain combat » de Yourcenar.

Ds : Roman 20/50, 30 (dec 2000) 153-163.

Italie

Avanguardia. Scuola, percorsi operativi per la scuola secondaria di II grado

• Vicard, Carlo Andrea  ; Del Gallo, Elena : Una rilettura delle conquiste dei Romani. « Mémoires d’Hadrien » di Yourcenar (1951). Ds : Avanguardia. Scuola, percorsi operativi per la scuola secondaria di II grado VIII, 24 (2003) 15-34.

Francofonia

• Gantrel, Martine : Le rôle de la Fontaine de Trevi dans « Denier du rêve » de Yourcenar. Ds : Francofonia XXII, 43 (autunno 2002) 27-43.

• Chiapparo, Maria Rosa : De la définition d’un genre. La réception de « Mémoires d’Hadrien » a sa parution et la question de l’histoire. Ds : Francofonia XXIV, 47 (autunno 2004) 59-82.

Il Confronto Letterario

• Fortunati, Vittorio : La funzione delle massime mella « Nouvelle Eurydice » di Yourcenar. Ds :Il Confronto Letterario XVII (2000) 193-201.

• Fortunati, Vittorio : « Mon cher Marc ». Epistolarita dei « Mémoires d’Hadrien ». Ds : Il Confronto letterario XVII (2000) 405-419.

Quaderni del « Cairoli »

• L’Opera di Marguerite Yourcenar nel centenario della nascita/pres. Di Carletto Zerba. Ds : Quaderni del « Cairoli » (Varese) 17 (maggio 2003). P. 74-105.

Turquie

Frankofoni

• Alp, Zeynep : La quête du savoir dans « L’œuvre au noir » de Yourcenar. Ds : Frankofoni 12 (Ankara, 2000) 211-223

• Nogacki, Edmond : L’alchimie de l’ « Œuvre au noir » de Yourcenar ou comment « passer par l’histoire pour se dégager des pièges de l’histoire » Ds : Frankofoni 12 (Ankara, 2000) 201-210.

• Trocan, Leila : Lectures parallèles (Yourcenar et Vintila Horia). Ds : Frankofoni 14 (Ankara, 2002) 151-160.

• Yaramanoglu, Naime : La présence de la maldie dans l’œuvre romanesque de Yourcenar. Ds : Frankofoni 13 (Ankara, 2001) 455-461.

AUTRES CONTINENTS

Afrique du Sud

French Studies in South Africa (FSSA)

• Snyman, Elizabeth : Le labyrinthe du monde de Yourcenar. L’autobiographie comme depassement de la séparation entre l’individuel et l’universel. Ds : FSSA XXXII (2003) 105-122.

• Snyman, Elizabeth : L’autoreprésentation et le portrait d’un père. Le cas de Yourcenar. Ds : FSSA XXXI (2002) 95-118.

Maroc

Cahiers de linguistique et de littérature

• Bremond, Mireille : Promenades dans le labyrinthe Ds : Cah. de linguistique et de littérature 2-3 (nov 2001-mars 2002) 169-180.

D. Numéros spéciaux de revues et journaux

AMÉRIQUE

Mexique

Dossier Yourcenar, El Universal-Cultura, 8.6.03, p. 3.

EUROPE

Espagne

• KOLDO MITXELENA KULTURUNEA, Marguerite Yourcenar (1903-1987), dossier Edicio n es digitales/Guias de lectura, en ligne, Espagne : 2003, 18 p.

FRANCE

• Marguerite Yourcenar, Cahiers du Cinéma, 2003.

• Anniversaire 1903-2003. Marguerite Yourcenar, Le Monde des Livres, 18151 (6.6.03), p. III

• Dossier Il y a cent ans, Marguerite Yourcenar, La Voix du Nord, 7.6.03.

• Dossier Marguerite Yourcenar l’Immortelle, Le Vif/L'Express, 2709 (6-12.6.03)

• Dossier Marguerite Yourcenar, ABC, 8.6.03

• Marguerite Yourcenar : le centenaire, Lire.fr, juin 03

• Centenaire Marguerite Yourcenar, FloriLettres. Lettre d’information culturelle de la Fondation La Poste, 23 (26.6.03), 9 p.

Italie

Dossier Marguerite Yourcenar, sur site “www.Letterariamente.it”, 2003.

Portugal

Dossier Marguerite Yourcenar (1903-1987), PublicOnline (Portugal), 8.6.03

E. Volumes collectifs

AMÉRIQUE

Canada

• Essays on the work of twentieth-century French author Lucette Desvignes/éd. By Jerry L. Curtis. Lewiston, NY  ; Queenston, Ontario  ; Lampeter : Meilen, 2000.

EUROPE

Allemagne

2000

• Korrespondenzen. Literarische Imagination und kultureller Dialog in der Romania. Festschrift fur Helen Harth zum 60. Geburtstag/hrsg. Von Anja Bandau, Andreas Gelz, Susanne Kleinert und Sabin Zangenfeind. Tubingen : Stauffenburg – Verl., 2000. XXIII, 408 p.

2001

• Franzosische Literatur der Gegenwart. Ein Autorenlexikon/hrsg. Von Petra Metz und Dirk Naguschewski. Munichen : Beck 2001, 224 p.

Espagne

• La Littérature au féminin/s.l.dir. de Montserrat Serrano Manes, Maria Carmen Molina Romero, Lina Avendano Anguita. Univ. de Granada 2002. XIV, 624 p.

France

2001

• L’Éclatement des genres au xxe siècle/s.l.dir. de Marc Dambre et Monique Gosselin-Noat. Ps : Presses de la Sorbonne Nouvelle 2001. 368 p.

• L’Esthétique dans les correspondances d’écrivains et de musiciens (xixe xxe siecles)/ pref. d’Arlette Michel  ; s.l.dir d’Andre Guyaux et Sophie Marchal. Presses de L’Univ. de Paris-Sorbonne, 2001. 200p.

2002

• Ecritures de soi, secrets et réticences. Actes du colloque internat. de Besançon (22, 23,24 nov 2000)/ textes réunis et prés. p. Bertrand Degott et Marie Miguet-Ollagnier. Ps [et al.] : L'Harmattan, 2002. 376 p.

• L’Ecriture fragmentaire. Théories et pratiques. Actes du 1er Congres Internat. Du Groupe de Recherches sur les Ecritures Subversives, Barcelone, 21 au 21 juin 2001 / textes réunis et prés. p. Ricard Ripoll. Presses univ. de Perpignan, 2002. 363 p. (Coll. « Études »).

• La Tentation théâtrale des romanciers/textes réunis p. Philippe Chardin. Ps : SEDES, 2002. 167 p.

• Lectures de femmes. Entre lecture et écriture/s.l.dir. de Marianne Camus et Françoise Rétif. Ps  ; Budapest  ; Torino : L’Harmattan, 2002. 203 p.

• Littérature, rites et liturgies/s.l.dir. d’Emmanuel Godo. Ps : Imago, 2002. 308 p.

• Présence de l’antiquité grecque et romaine au xxe siècle. Actes du colloque tenu a Tours (30 nov-2 déc. 2000)/ textes réunis p. Rémy Poignault. Tours : Centre de recherches A. Piganiol, 2002. 566 p.,
2003

• Le Récit d’enfance et ses modèles. Colloque de Cerisy-la Salle (27 sept-1er oct 2001)/ actes publ. s.l.dir. de Anne Chevalier et Carole Dornier. Presses univ. de Caen, 2003. 318 p.

• Le Roman et la nourriture/éd P. Andrée-Jeanne Baudrier. Besançon : Presses univ. Franc-comtoises, 2003. 118 p.

2004

• Marines écrites. Récits de mer au xxe siècle/et. Réunies et prés. p. Luc Rasson et Bruno Tritsmans. Vimy, Soc. Roman 20-50, 2004. 188 p.

Hollande

• Écrire L’insignifiant. Dix études sur le fait divers dans le roman contemporain/réunies et publ. p. Paul Pelckmans et Bruno Tritsmans. Amsterdam  ; Atlanta, GA : Rodopi, 2000. 168 p.

Italie

• Lingua, cultura e testo. Miscellanea di studi francesi in onore di Sergio Cigada, t. I +II/1+2/a cura di Enrica Galazzi e Giuseppe Bernardelli. Milano : Vita e Pensiero, 2003.

Pologne

• Le Roman de l’histoire dans l’histoire du roman/ed. etablie p. Aleksander Ablamowicz. Katowice : Wydawnictwo Uniwersytetu Slaskiego, 2000. 367 p.

Notes

1 Otto Klapp, Bibliographie der französischen Literaturwissenschaft, Frankfurt am Main, V. Klostermann.

2 Système Universitaire de Documentation : www.sudoc.abes.fr.

3 Dissertation Abstracts International.

4 La présente bibliographie porte sur cinq ans (2000-2005). Elle sera complétée dans un ouvrage de Françoise Bonali-Fiquet à paraître en 2007 qui prendra en compte la période 1995.

5 L’Amérique du Nord précède l’Europe selon le même principe de l’ordre alphabétique mais nous avons placé les travaux publiés ailleurs en troisième position en raison de leur nombre plus restreint. Le choix du pays de publication comme critère d’organisation n’est certes pas parfait puisque l’appartenance institutionnelle d’un auteur ne correspond pas nécessairement au pays dans lequel il publie. À cet égard, le pays dans lequel les chercheurs ont fait leurs études influence certainement autant leur pratique critique que celui où ils occupent un poste. Dans le cas des ouvrages collectifs notamment, une classification par origine géographique institutionnelle était incompatible avec l’objectif fixé de proposer une bibliographie par volume et non pas par nom d’auteur. La tâche qui consisterait à trouver l’affiliation institutionnelle de chaque chercheur ayant contribué à un volume collectif serait d’ailleurs infaisable.

6 Voir : Sabine Loucif, À la Recherche du canon perdu : l'enseignement de la littérature française aux États- Unis, New Orleans, Presses Universitaires du Nouveau Monde, 2001, p. 180-183 et p. 289-330.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540