Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les diagonales du temps

 | 
Bruno Blanckeman

Troisième partie. Le temps de soi : archives généalogiques et documents privés

L’Antiquité dans la correspondance de M. Yourcenar (1951-1962) dans Le sillage de Mémoires d’Hadrien

Rémy Poignault

Texte intégral

1La période considérée dans la correspondance (1951-1962) relève d’abord de raisons éditoriales, puisqu’un premier volume, D’Hadrien à Zénonest paru en 2004 contenant les lettres conservées à la Houghton Library à Harvard pour la période 1951-1956 et qu’un second volume est en cours d’achèvement pour les six années suivantes. Mais le choix de cette période se justifie aussi par des considérations plus scientifiques : nous partons d’une ère majoritairement hadrianienne même si l’édition de Cavafy occupe sa place à partir de décembre 1952, et nous arrivons à une sorte de tournant, où les préoccupations de l’auteur commencent à se porter davantage vers d’autres horizons. Nous ne prendrons pas en compte ici tout ce qui a trait à l’Antiquité, mais seulement ce qui est dans le sillage de Mémoires d’Hadrien  ; nous laisserons de côté, par exemple, l’affaire de la mise en scène d’Électre ou la Chute des masques par Jean Marchat, ou l’essai projeté par Yourcenar sous le titre de Dramatis personae. Nous ne parlerons pas non plus de ce qui touche directement à Mémoires d’Hadrien : consignes pour l’édition, corrections, feuilleton éditorial de l’affaire Plon/Gallimard, réponses aux lecteurs, préparation de nouvelles éditions, recherche de documentation pour les éditions illustrées, traductions. De quoi parlerons-nous donc ? Nous suivrons à travers la correspondance, tout en sachant qu’il conviendrait de compléter cette étude par une analyse des dossiers relatifs à Mémoires d’Hadrien qui sont conservés à Harvard, la mise au point et la publication de la Note et des « Carnets de notes de Mémoires d’Hadrien », des « Poèmes grecs », de l’essai sur l’Histoire Auguste. Faute d’espace, nous remettons à plus tard une étude des articles sur l’Antiquité projetés et/ou composés par Yourcenar dans le droit fil de Mémoires d’Hadrien, ainsi que des sujets de conférences concernant l’Antiquité dont la correspondance se fait l’écho. Pourrait s’ajouter ce qui concerne des projets de ballets ou de film, ou des émissions de radio en rapport avec cette œuvre.

La note et « carnets de notes de Mémoires d’Hadrien »

  • 1 « Marguerite Yourcenar et les spécialistes de l’Antiquité », à paraître à la SIEY dans les Actes du (...)

2La correspondance contient des éléments qui annoncent les « Carnets de notes de Mémoires d’Hadrien », car des échanges avec de simples lecteurs cultivés ou des spécialistes de l’Antiquité conduisent Marguerite Yourcenar à donner des précisions sur son œuvre, ses sources, sa manière de les traiter, sa conception de l’ouvrage. J’ai pu montrer, par exemple, lors du colloque de Chypre que certains paragraphes des « Carnets de notes de Mémoires d’Hadrien » ont pour ainsi dire leur brouillon dans des lettres échangées avec des universitaires, qu’il s’agisse de manifester son respect pour Wilhelm Weber ou sa détestation de la muflerie d’un Charles Picard 1.

  • 2 André Morize, professeur à l’université de Harvard, Jean Chauvel, diplomate et essayiste, Georges P (...)
  • 3 Nous désignerons désormais par HZ, Marguerite Yourcenar, D’Hadrien à Zénon. Correspondance 1951-195 (...)

3Il semble qu’à l’origine Yourcenar ait l’idée d’une Note très copieuse. Le 30 janvier 1951 elle demande à la Fondation Bollingen une bourse – que d’ailleurs elle n’obtiendra pas, malgré le parrainage de quatre personnalités sollicité selon la procédure 2 – pour aller poursuivre en Europe des recherches pour l’achèvement de Mémoires d’Hadrien. En fait, les démarches entreprises pour l’accès à cette bourse remontent au milieu de 1949. Le 30 janvier 1951 elle a « terminé la partie principale du texte ». Ce qui est au centre de ses préoccupations est bien la note : « Je suis en train de réviser le long travail concernant la bibliographie critique et espère encore aller en Europe pour faire les dernières recherches et vérifications » (HZ3, 24). Yourcenar continue ses investigations même après la publication de Mémoires d’Hadrien, à l’occasion d’échanges épistolaires, ou lors de déplacements : le 19 septembre 1954, elle annonce à Charles Orengo qu’en Allemagne, profitant des ressources de la bibliothèque de l’Institut archéologique de Münich, elle a « accompli […] un sérieux travail de mise au point sur la Note bibliographique française » (HZ, 392).

4Le 17 septembre 1951, elle fait part, au vu des épreuves, à Charles Orengo de son inquiétude, entre autres, pour l’établissement de la Note : elle craint que les corrections et ajouts qu’elle a apportés à la suite d’échanges épistolaires avec ses lecteurs n’entraînent de nouvelles erreurs d’imprimerie, et elle justifie le développement de sa Note par les remarques – critiques ou éloges – que lui ont adressées ses lecteurs « et qui [lui] indiquent certaines précisions à donner au lecteur ignorant, ou au contraire bien informé, et dont l’absence provoquerait des critiques qu’il vaut mieux prévenir » (HZ, 52-53). Le lecteur peut donc exercer une influence sur le paratexte, conçu comme devant lui apporter des réponses ou des éclaircissements, comme il peut aussi, beaucoup plus rarement, quand il est expérimenté, jouer un rôle sur le texte lui-même en suscitant des corrections. En ce sens, la correspondance est interactive.

  • 4 Nous désignerons désormais par L, Marguerite Yourcenar, Lettres à ses amis et quelques autres, Pari (...)

5Yourcenar souhaiterait d’emblée une note assez ample et il semble qu’elle ait eu à se défendre auprès de son éditeur. Dans un post-scriptum à une lettre du 8 juillet 1951 à Constantin Dimaras, elle signale que « la maison Plon n’a accepté de faire suivre [s] on livre que d’une notice bibliographique de 5 à 6 pages »(L4, 89), alors que « le matériel à discuter déborde de toutes parts ». En fait, l’édition originale comprendra 9 pages denses. La pugnacité de l’auteur a été efficace. Yourcenar envisage dans cette lettre la possibilité de publier « peut-être ailleurs, un jour, ces annexes de [s] on livre » (L, 90). Elle justifie son projet de note par le fait qu’elle a trop souvent vu des interprétations forcées et des hypothèses présentées comme des faits  ; il y a en elle un souci d’acribie : « j’ai fini par éprouver pour l’exactitude une espèce de passion sèche » (ibid.).Ces vérifications bibliographiques continuent encore en été 1951, et Grace Frick y a sa part, comme documentaliste en quelque sorte : « Grâce me seconde dans les dernières vérifications à faire pour la bibliographie d’Hadrien, tâche jusqu’au bout ardue, lorsqu’on tient chaque fois à remonter au texte original et aux sources. » (L, 89) Il ne serait sans doute pas inintéressant d’examiner le dossier relatif à Mémoires d’Hadrien qui est déposé à la Houghton Library à Harvard pour mesurer la part de Grâce dans la prise de notes et la rédaction de fiches. En tout cas, on constate que même une fois l’ouvrage écrit, Yourcenar cherche à étoffer sa caution scientifique  ; et, le cas échéant, elle peut apporter des corrections à l’ouvrage, comme en témoignent des lettres à Constantin Dimaras ou à des spécialistes de l’Antiquité. Elle tient à montrer que son œuvre est construite sur des bases fermes  ; six ans plus tard, dans une lettre du 1er février 1957 à Marc Daniel, collaborateur de la revue Arcadie, elle indique qu’elle a hésité à faire suivre son ouvrage de cette « bibliographie très brève et somme toute insuffisante », et son éditeur encore plus, mais qu’elle la trouve nécessaire : « Il me semble que nous ne pouvons prendre trop de précautions pour essayer d’obtenir créance. » (L, 128) C’est la conformité aux faits, tels que les sources nous les laissent entrevoir, c’est l’érudition qui justifient la part de magie.

  • 5 La première traduction de Mémoires d’Hadrien par Lidia Storoni Mazzolani est parue chez Richter en (...)
  • 6 Traduit de l’italien. bMS Fr 372. 2 (1 005), Houghton Library, Université de Harvard. À paraître au (...)
  • 7 C’est ainsi qu’ils sont désignés alors.

6Yourcenar, au fil des éditions, continue son travail de mise au point de la Note. Envoyant à Lidia Storoni Mazzolani « l’édition illustrée Plon 1958 » destinée à lui servir de référence en vue d’une nouvelle édition de sa traduction italienne 5, elle signale que « [l] es seules additions vraiment importantes sont celles qui ont été faites à la bibliographie » (L, lettre du 28 juin 1960, 148). On constate, en effet, que le nombre de pages consacrées à la Note a doublé par rapport à la première édition, mais il est vrai que la typographie y est moins dense. Ce qui avait empêché Yourcenar de faire plus en 1951, c’était « l’hostilité plus ou moins déclarée de tout éditeur français pour tout travail de ce genre […] » et son propre désir alors de ne pas encombrer son livre d’un commentaire. « Mais devant l’ignorance toujours grandissante du public en ce qui concerne les sujets classiques, il devient (malheureusement) important d’expliquer clairement comment l’ouvrage s’est fait » (ibid.).Après avoir pu admirer la sculpture grâce à l’obligeance d’Arturo Osio, elle écrit au banquier le 25 mars 1958 6 qu’elle « aimerai [t] mettre une note à la page où il est question de l’Antinoüs des “Fundi Rustici”, indiquant que la statue déjà connue sous ce nom est désormais [sienne] », mais elle craint que cela ne l’importune. Elle dit qu’il s’agit d’une édition du « Club des Éditeurs », ce qui ne correspond à rien  ; sans doute veut-elle parler de l’édition illustrée de Plon, 1958, où la table des illustrations indique pour la photo de cette œuvre (p. 362 de cette éd.) « Antinoüs d’Antonianos d’Aphrodisias, Collection Osio, Rome »  ; et dans les « Carnets de notes des Mémoires d’Hadrien » de cette édition 7 figure bien un ajout concernant Arturo Osio, « curieux homme qui eût intéressé Stendhal ou Balzac », ajout qui est resté dans l’édition définitive.

7Les « Carnets de notes des Mémoires d’Hadrien » doivent paraître d’abord en revue : Yourcenar les propose le 26 juin 1952 à Marcel Thiébault pour la Revue de Paris, qui ne les accepte pas (lettre du 2 juillet 1952). Deux jours après cette réponse, elle sollicite Georges Duhamel pour le Mercure de France « qui a gardé le sens de l’érudition alliée à la littérature », ce qui est une excellente définition de la propre entreprise de Yourcenar (HZ, 168). Et le Mercure publiera le texte le 1er novembre 1952, p. 415-432. On apprend qu’elle a « parfois aussi pensé au titre Suite impériale » (HZ, 168). Regrettera-t-on qu’on ait renoncé à ce trait d’esprit ?

  • 8 Anne-Yvonne Julien, « Notes de lecture (s) des Carnets de Mémoires d’Hadrien. Rayons de Tibur et d’ (...)

8Yourcenar, c’est une constante, se montre très méticuleuse dans l’élaboration matérielle de l’édition. Déjà elle écrivait le 26 juin 1952 à Marcel Thiébault : « J’attache une importance extrême à la composition de ces notes, qui ne sont jetées au hasard qu’en apparence, et préférerais ne pas les voir paraître du tout que les voir paraître avec des coupures. »(HZ, 165) Avec M. de Sacy du Mercure elle correspond à diverses reprises à propos des corrections d’épreuves  ; elle reconnaît « une seule erreur importante, peut-être due à une négligence de [s] a part » (HZ, 184), la disparition de la page 10 du manuscrit, dont l’imprimeur ne s’est pas rendu compte, ce qui donne au texte un aspect étrange (lettre du 25 juillet 1952). Plus tard (lettre du 2 novembre 1952), se rendant compte qu’une lettre de M. de Sacy s’est égarée quelque part entre Northeast Harbor et Scarsdale, elle s’inquiète pour le cas où il s’agirait d’un autre jeu d’épreuves  ; dans le même courrier elle évoque le retour qu’elle a effectué le 6 ou le 7 octobre des secondes épreuves : elle a dû rajouter précédemment deux pages, auxquelles l’imprimeur a omis d’ad-joindre des astérisques. Ainsi elle retouche jusqu’au bout son texte et nous avons ici confirmation de son attachement à la typographie : « Je m’aperçois que, pour que ce genre de “Pensées” prenne ou garde un sens, les blancs comptent au moins autant que le texte. » (HZ, 196) Anne-Yvonne Julien a déjà fort justement mis en valeur « le refus de la compacité d’une postface linéaire, le choix de la forme éclatée, fragmentée, brisée des Carnets, accueillante à une poétique de l’ellipse 8 ». La publication a dû convenir à Yourcenar, puisqu’elle ne formule aucune remarque dans sa lettre du 21 décembre 1952 à M. de Sacy, où on apprend que les Carnets seront ensuite publiés « comme suite à » l’édition de Mémoires d’Hadrien au « Club du Meilleur Livre » (HZ, p. 217). Leur place est donc après l’œuvre, comme le titre un temps pressenti de « Suite impériale » le laissait penser. Elle revient sur cette question cinq ans plus tard dans un brouillon de lettre qui devait être destiné à Charles Orengo (18 décembre 1957) (visiblement à propos de l’édition illustrée de Plon) : les Carnets qu’Orengo considère comme le « journal de bord d’un écrivain » n’ont de sens que s’ils sont imprimés après l’ouvrage, car le lecteur doit les découvrir après la lecture de celui-ci : « Présenté avant cette œuvre, et en tête du volume, [ce texte] ne serait plus qu’un témoignage d’égotisme et de vanité introspective de mauvais aloi. » [bMS Fr 372. 2 (4 641)] Elle préférerait le supprimer plutôt qu’il n’apparaisse en tête. Elle refuse en outre qu’un avertissement figure dans le corps du volume, mais elle l’accepte en prière d’insérer. Cet avertissement est absent de l’édition illustrée de 1958 chez Plon, à moins qu’il ne figurât sous forme de feuillet détaché.

  • 9 Nous n’avons pu consulter l’édition Einaudi de 1963, mais les passages figurent bien au moins dans (...)

9Yourcenar fait part à Lidia Storoni Mazzolani (L, 148-149) de son désir de voir traduit dans l’édition italienne qu’elle prépare les « Carnets » qui ne figurent encore que dans l’édition illustrée de 1958 chez Plon, « parce que ces Carnets éclairent certainement le point de vue qui a présidé à ce livre un peu hors série, puisqu’il n’est tout à fait ni une étude historique, ni un poème, encore moins un roman, bien que par commodité nous l’appelons [sic] ainsi ». Elle suggère pour l’édition italienne – consentant à des coupures, par diplomatie en quelque sorte – de voir ce qu’il conviendrait de faire pour un passage en italique qui est « une attaque contre les restaurateurs de la Villa » et un autre concernant le banquier Osio, propriétaire de l’Antinoüs des Fundi Rustici 9.

10Il est intéressant de remarquer que Yourcenar, dans une lettre du 14 août 1954 à un lecteur de Mémoires d’Hadrien, M. K. Radnotfay (L, 114), qualifie les « Carnets de notes des Mémoires d’Hadrien » qui sont parus dans l’édition du Club du Meilleur Livre comme étant « quelques pages d’un essai autobiographique sur la composition d’Hadrien ». On rapprochera cette présentation du titre donné à la préface de Qui n’a pas son Minotaure ? dans l’édition Plon (1963) du Mystèred’Alcesteet de cette pièce : « Thésée : aspects d’une légende et fragment d’une autobiographie » (devenu dans l’édition du Théâtre II, Gallimard, 1971 : « Aspects d’une légende et histoire d’une pièce »). La seule biographie qui importe est déjà pour Yourcenar la biographie littéraire, c’est-à-dire celle de l’œuvre.

Poèmes grecs

11Avant même la publication de Mémoires d’Hadrien, le 23 juin 1951, Yourcenar propose à Jean Ballard pour les Cahiers du Sud « deux essais de traduction en vers, l’un Chants Noirs, consacré au Negro Spiritual, l’autre, Poèmes imités du grec, comprenant une série de courts poèmes lyriques, ou fort peu connus, ou négligemment traduits jusqu’ici, et que j’ai essayé de rendre avec fidélité » (HZ, 27). Elle souhaiterait une publication « synchronis [ée] plus ou moins » avec la sortie de Mémoires d’Hadrien, se montrant donc soucieuse d’une certaine politique éditoriale. Elle fait remarquer le lien entre quelques-uns de ces poèmes grecs et l’élaboration de son nouvel ouvrage. Ils appartiennent, pour ainsi dire, à la bibliothèque impériale :

Quelques-uns des poèmes imités du grec […] représentent en un sens une frange des Mémoires d’Hadrien, ou plutôt l’une des innombrables études préparatoires auxquelles je me suis livrée pour ce livre  ; il s’agissait pour moi, somme toute, de refaire une à une les innombrables lectures de l’empereur. (HZ, 28)

  • 10 OR, p. 528.
  • 11 Ibid., p. 524. Cf. aussi YO, p. 148.

12On se rappelle certaines phrases des « Carnets de notes de Mémoires d’Hadrien » (qui seront pré-publiés au Mercure de France en 1952) : « Les règles du jeu : tout apprendre, tout lire 10 »  ; « L’une des meilleures manières de recréer la pensée d’un homme : reconstituer sa bibliothèque 11 ».

13Dès cette époque Yourcenar songe à publier un volume entier de poèmes traduits du grec : le 5 août 1951, elle parle à Jean Ballard d’une « anthologie projetée de “Poèmes Grecs” » (L, 90)  ; cette intention est confirmée le 15 janvier 1958 dans une lettre à la Princesse Caetani. Voilà, donc, déjà programmé ce qui deviendra La Couronne et la Lyre, publié en 1979 chez Gallimard.

  • 12 Les chiffres varient sous sa plume.

14Le 5 août 1951 Yourcenar répond avec une grande fermeté à Jean Ballard, qui a refusé ses poèmes grecs, non pas parce qu’il les a refusés, mais pour les raisons qu’il a avancées. Bien loin « d’avoir fragmenté ces poèmes » (L, 91), comme elle s’en dit accusée, elle n’a fait que respecter leur forme brève ou l’état fragmentaire dans lequel ils nous sont parvenus. Elle justifie aussi son choix : dans la quarantaine de poèmes proposés 12, il y a « une trentaine des pièces les plus glorieuses et les plus incontestées de la lyrique grecque ». Elle défend, en outre, par leur intérêt les 13 autres poèmes :

J’ai préféré traduire des pièces, plus ou moins connues du public, mais toutes fort connues des connaisseurs, traitant des émotions individuelles des poètes (amour, mort, rêveries métaphysiques), et allant de l’austérité au cynisme et de la passion à l’ironie. (L, 92)

15Sa défense est d’autant plus énergique qu’elle soupçonne Ballard de contester en réalité son choix en raison du « pourcentage d’éléments érotiques, et particulièrement d’éléments érotiques grecs » (L, 92). Elle s’appuie sur les spécialistes de l’Antiquité pour souligner que « l’érotique joue un grand rôle » (L, 93) dans la poésie lyrique grecque « et que cette érotique, surtout dans ce qu’elle a de plus sérieux et de plus intense, est le plus souvent à base homosexuelle » (L, 93). Et elle accuse « la plupart des traducteurs français de l’Anthologie, ou des Lyriques Grecs » d’avoir, par leurs choix, donné une fausse idée de cette poésie en lui conférant une « réputation d’enrubannement et de mièvrerie Louis XVI ». Ce qu’elle reproche à Ballard, ce n’est pas de vouloir éviter des problèmes à sa revue, mais d’avoir manqué de franchise dans l’exposé des raisons de son refus. Yourcenar est adepte du parler vrai, elle veut aussi donner de l’Antiquité une image qui soit moins déformée. Il y aurait, d’ailleurs, un travail précis à effectuer sur ses traductions des lyriques grecs pour déterminer quelle a été la mise en pratique de ce principe.

16Le ton de Yourcenar envers Ballard redevient beaucoup plus amène le 21 août, quand elle répond à son jugement sur les extraits de Mémoires d’Hadrien qu’il a lus (sans doute les deux premières pré-publications dans La Table ronde, juillet et août 1951). Elle se dit « comblée » du sentiment exprimé par Ballard, qui témoigne avec elle d’« une bien singulière communauté de goût et de culture » (HZ, 35) et qui a admirablement compris « [s] es buts et [s] a méthode ». « Ne pensons plus au malentendu des Poèmes », proclame-t-elle (HZ, 35)  ; elle se réjouit même de ne pas avoir à les publier maintenant, car « le temps et l’énergie m’auraient manqué pour les révisions nécessaires » (HZ, 35). Il n’empêche qu’elle en publiera 24 l’année suivante dans Médecine de France. Auparavant elle les aura proposés au Mercure de France : sa lettre du 19 novembre 1951 à M. de Sacy révèle que si elle est prête à envisager des suppressions, elle conçoit cette anthologie comme un tout et attache une grande importance à la composition d’ensemble : il s’agit d « ’une série d’une quarantaine de courts poèmes grecs traduits en français et précédés d’une courte préface (12 pages en tout) » (HZ, 100) et, écrit-elle, « je consentirai volontiers [à des coupures], mais [cela] m’obligerait alors à réorganiser moi-même l’ordre des séries ». Comme le Mercure de France préfère publier Chants Noirs, Yourcenar, voyant peut-être se profiler les mêmes réticences pour cette version de la lyrique grecque qu’aux Cahiers du Sud, en demande les raisons dans une lettre à M. de Sacy du 16 décembre 1951 : « La question est intéressante, ne serait-ce que pour tous contacts futurs avec la maison » (HZ, 109).

17C’est Médecine de France, qui les publie dans son numéro 34 de 1952, sous le titre « Poèmes grecs traduits et présentés par Marguerite Yourcenar ». Jusqu’au dernier moment, Yourcenar est soucieuse de parachèvement : le 20 juin 1952, elle écrit à Guy Dumur pour lui demander, comme la livraison de mai de la revue ne comporte pas encore sa traduction, « s’il n’est pas encore temps d’en revoir les épreuves », se proposant de passer au bureau (HZ, 159-160). « Vous imaginez à peine quelle importance j’attache, surtout dans des textes aussi denses que ceux que j’ai traduits, à une totale absence d’erreurs. » (HZ, 160) Le 4 juillet 1952, elle se dit « en général très satisfaite de la présentation », mais « regrette infiniment que les 16 derniers poèmes (sur 42, donc plus du tiers de l’ensemble) aient été supprimés […] » (HZ, 173). Comme la série était conçue selon « une courbe bien déterminée, allant d’un siècle à l’autre, d’un état d’esprit à l’autre », l’unité est rompue et le « chapeau » ne convient plus. De fait, il y est, par exemple, question de Straton, qui a disparu des traductions. Si l’on veut extrapoler, se trouve ainsi posé le problème de la maîtrise de l’écrivain sur son œuvre, puisque la revue ne l’a pas consultée sur ce profond changement. Yourcenar ne polémique pas, elle suggère seulement qu’on publie les 16 poèmes restés inédits dans un numéro suivant avec une mention appropriée. Elle reçoit une réponse positive (HZ, 177, lettre du 15 juillet 1952), mais il ne semble pas que cette décision ait été suivie d’effet.

  • 13 Ce sont de « brefs et complets chefs-d’œuvre ou [des] fragments parvenus à nous sous cette forme tr (...)
  • 14 « Tous traitent, et traitent avec une lucidité toute grecque, de ces sujets fort graves que sont l’ (...)
  • 15 À Jean Claudio, qui lui a demandé des textes d’elle qui soient « récitables », elle cite, entre aut (...)

18Si on examine le « chapeau » introducteur des poèmes publiés dans le numéro 34 de 1952, on y perçoit des échos de sa lettre du 5 août 1951 à Ballard : elle veut éviter les malentendus et aller au-devant d’éventuelles critiques, qu’elle a perçues dans cette correspondance : elle s’explique sur la brièveté des poèmes 13, sur les sujets traités 14 – qui, même s’ils peuvent être érotiques, sont loin d’être légers – et sur son choix, « arbitraire comme tous les choix » mais « singulièrement représentatif de ce qu’a de plus humain, de plus personnel, une poésie toujours et partout admirablement centrée sur l’humain 15 ».

19Yourcenar continue sa fréquentation des poètes grecs : en avril 1952, elle a traduit du grec « quarante fragments disparates de poèmes », selon une lettre du 30 janvier 1953 à Mlle M. Casey. On y voit encore le rôle de Grace Frick comme collaboratrice de Marguerite Yourcenar : « Grace est occupée à faire un patchwork, étalé sur tout le plancher, dans le but de recoller ensemble dans un ordre un peu logique » ces fragments (HZ, 225). Grace serait, donc, dans ce cas au moins, facteur d’organisation. Marguerite Yourcenar pense à une publication dans les Cahiers du Sud, signe de la persistance de l’embellie, mais il n’en sera rien.

20À une époque où ses relations avec Alexis Curvers sont des plus sereines, elle répond le 8 février 1954 à sa demande de publier des poèmes d’elle dans sa jeune revue La Flûte enchantée : elle lui confiera « un ou deux ou trois petits poèmes traduits du grec » selon la place dont il dispose, et « qui représentent tout ce que j’ai dans cet ordre poétique en ce moment et qui sont encore inédits » (HZ, 310). On s’interroge sur ce que sont advenus les « quarante fragments disparates », peut-être sont-ils trop fragmentaires ou ne conviennent-ils pas par leur ton ? Le 2e numéro de La Flûte enchantée, 1954, p. 36, contient ainsi trois épigrammes de Callimaque, dont deux d’entre elles seront reprises avec retouches dans La Couronne et la Lyre. Visiblement Yourcenar se trompe, comme assez souvent en matière de chiffres, quand elle écrit à Jean Mirat le 13 décembre 1956 (HZ, 592) qu’elle a donné à publier à Curvers sa « traduction de deux épigrammes grecques anciennes ».

21En 1956 elle songe à la publication d’un volume de poèmes comprenant ses traductions de poètes grecs. Elle écrit à Alexis Curvers le 15 septembre de cette année qu’elle souhaite faire paraître aux éditions du Rocher, après la publication limitée des Charités d’Alcippe, une édition plus large tant pour la diffusion que le contenu : « le recueil au complet (c’est-à-dire comportant des juvenalia et quelque quarante pages de traduction de poèmes grecs) » (HZ, 575). Il semblerait donc que ce projet de 1956 soit conçu comme fondant avec l’embryon de ce qui sera La Couronne et la Lyre les poèmes de jeunesse qui paraîtront beaucoup plus tard dans Les Charités d’Alcippe chez Gallimard.

Essai sur l’Histoire Auguste

  • 16 Paris, Klincksieck, 1952-1956  ; cf. HZ, p. 562.
  • 17 Paris, Les Belles Lettres, 1940.
  • 18 Cf. aussi lettre du 13 septembre 1957 (bMS Fr 372. 2 (4 513)) à L. Évrard, où elle ajoute une autre (...)
  • 19 Cf. aussi lettre du 24 juin 1957 (bMS Fr 372. 2 (4 513)) à L. Évrard.

22C’est à partir de 1957 qu’on voit poindre chez Yourcenar le désir de composer un texte sur l’Histoire Auguste  ; le point de départ est éditorial. Yourcenar, qui a connu après la sortie de Mémoires d’Hadrien le professeur de latin Henry Bardon, auteur entre autres d’un ouvrage sur La littérature latine inconnue16 et d’une autre étude sur Les empereurs et les Lettres latines d’Auguste à Hadrien17, a mis le savant en relation avec Charles Orengo et ce dernier lui a proposé de traduire l’Histoire Auguste pour les Éditions du Rocher. Parallèlement il offre à Yourcenar de rédiger une préface [lettre de Marguerite Yourcenar à Henry Bardon du 19 avril 1957, bMS Fr 372. 2 (4 203)]. Yourcenar attendra, écrit-elle, d’avoir reçu la traduction pour commencer la préface de manière à citer « le texte tel que [Bardon] l’aur [a] établi et traduit 18 ». Elle demande à l’universitaire, au cas où il ne se chargerait pas de cette question dans une notice – dont on sent bien qu’elle préférerait la lui laisser –, de lui indiquer des travaux récents sur lesquels elle pourrait s’appuyer pour « résumer deux siècles d’argumentations embrouillées sur les auteurs et les dates respectives des groupes A, B, C, D, E, F ». Pour sa part, elle envisage « une préface d’une dizaine de pages, dans laquelle [elle s’] efforcerai [t] de présenter cet étrange recueil en termes généraux 19 ». On remarque qu’elle a admirablement tiré parti du texte de l’Histoire Auguste pour Mémoires d’Hadrien, mais sans avoir approfondi la très délicate question de l’attribution et de la datation du recueil  ; et même, elle n’est guère au fait des traductions françaises, puisqu’elle semble n’en connaître qu’une, celle de G. de Moulines (Berlin, 1783, Paris, 1806) et demande à Henry Bardon s’il en connaît de plus récentes. Elle ignore donc l’édition de Legay, Valton, Laas d’Aguen, Taillefer et Chenu dans la célèbre collection Panckoucke, 1844. On sait qu’elle-même a surtout utilisé l’édition de David Magie parue (texte latin et traduction anglaise) dans la Loeb Classical Library, qui était alors la seule édition scientifique avec traduction.

23Dans une lettre du 24 juin 1957 à L. Évrard des éditions du Rocher [bMS Fr 372. 2 (4 513)] elle s’ouvre sur la manière dont elle conçoit son texte : une étude de la décadence de Rome, même si le mot n’apparaît pas encore : « la lente désagrégation politique et culturelle du monde antique » qu’on perçoit dans le contenu et le ton de l’Histoire Auguste, « en somme, l’histoire d’un monde qui s’en va ».

  • 20 Dans une lettre à Hans Paeschke du 19 novembre 1961 (bMS Fr 372. 2 (4 917)), elle souligne à nouvea (...)

24A-t-elle attendu la traduction de Bardon ? On peut en douter car celle-ci ne sera publiée qu’en 1964. Le 13 octobre 1958, elle propose à Maurice Noël du Figaro littéraire une pré-publication de ce texte destiné à servir de préface au volume des éditions du Rocher. Le titre qu’elle suggère est alors « Réflexions sur l’Histoire Auguste ou, tout simplement, L’Histoire Auguste ». Et là, pas seulement parce qu’il s’agit d’un journal, elle souligne les liens entre passé et présent, ce qui est une constante de sa pensée : « le sujet en est emprunté à l’Antiquité, mais n’est pas, parfois, sans un intérêt d’actualité, ou un intérêt de tous les temps 20 » [bMS Fr 372. 2 (4 559)]. Au cas où le texte paraîtrait trop long, elle suggère, plutôt que des coupures çà et là, la suppression d’un paragraphe entier, qu’elle désigne et qui ne lui semble pas essentiel.

25Parallèlement, elle s’occupe de faire paraître le texte en allemand. Le 19 octobre 1958, elle ne sait pas encore dans quelle revue française il paraîtra, mais elle le propose en Allemagne avec pour titre « L’Histoire Auguste » : « c’est une étude historique sur ce recueil de biographies romaines entre Hadrien et Dioclétien, assaisonné de remarques sur les affaires présentes » (lettre à Fritz Jaffé, bMS Fr 372. 2 (4 469)). Elle en a fini la rédaction en automne 1958, comme elle le dit dans sa lettre du 11 mars 1959 à Joachim Moras du Merkur, où elle emploie le terme de décadence : il s’agit de « discuter ce que signifie, en matière de politique et de civilisation, l’idée de décadence » [bMS Fr 372. 2 (4 917)]. Cet article fait 21 pages, et s’il faut couper, elle désigne trois paragraphes sur l’art romain. Elle évoque aussi de nécessaires subdivisions au moyen d’astérisques [lettre du 21 mars 1959, bMS Fr 372. 2 (4 917) à Joachim Moras]. Quand elle apprend que le Merkur a décidé de publier son étude sur l’Histoire Auguste plutôt que celle sur Cavafy, qu’elle proposait également, elle demande si la publication sera intégrale (lettre à Joachim Moras du 9 avril 1959, bMS Fr 372. 2 (4 917)), toujours attachée à l’idée de totalité de l’œuvre.

  • 21 Si le texte est jugé trop long, elle propose la coupure déjà évoquée. Elle précise que les astérisq (...)

26Pour ce qui est de la publication au Figaro littéraire, Yourcenar transmet ellemême son texte, puisque Charles Orengo ne l’a pas fait [lettre du 13 avril 1959 à Maurice Noël, bMS Fr 372. 2 (4 559)] et en donne une présentation destinée à bien disposer l’éditeur : il s’agit « d’essayer de présenter en termes clairs un des problèmes historiques les plus obscurs et les plus compliqués qui soient ». Elle souligne l’aspect démonstratif de l’article qui pourrait rebuter le grand public, mais aussi le rapprochement que l’on peut faire avec notre temps – argument déjà avancé, et elle ajoute une idée nouvelle dans sa correspondance à propos de cette étude : elle consiste à « montrer que les maux dont meurt une civilisation ne sont pas les scandales ou les crimes romanesques dont s’empare l’histoire populaire, mais une certaine bassesse, une certaine inertie, un certain abaissement insensible de l’esprit public et de la culture 21 ». Elle donne des conseils en matière d’illustration : un buste d’empereur ou d’impératrice du iiie siècle. Ce ne sont pas « Giulia Mammea » ni Alexandre Sévère, mais Caracalla, ainsi qu’Antonin et Julia Domna qui seront, en fait, choisis par le journal le 13 juin 1959 pour illustrer l’article paru sous le titre « Quand l’histoire dit-elle la vérité ? ».

27Elle remanie son texte pour la parution dans le Figaro littéraire : elle a remplacé les 8 pages envoyées précédemment par 6 autres, « un abrégé de l’ancienne version, dont j’ai retiré tout ce qui m’a paru fait pour les seuls spécialistes »  ; elle propose aussi, si besoin est, de supprimer les propos sur la véracité, mais il semble bien qu’il n’en ait rien été [lettre à Maurice Noël du 2 mai 1959, bMS Fr 372. 2 (4 559)]. De toute évidence, c’est la publication dans un journal qui conduit Yourcenar à alléger son texte : elle n’entre pas dans le détail de cette épineuse question d’histoire littéraire, mais montre seulement qu’elle en connaît l’existence, et ce point restera acquis dans le texte de l’édition définitive. Qu’elle dise son accord à Maurice Noël à propos des premières pages « qui tâchent de démêler de compliqués problèmes d’attribution » laisse bien voir la part prise par la critique de l’homme de presse dans la réécriture.

28Dans une lettre au même du 17 juin 1959, Yourcenar fait part de ses réactions à la publication dans le Figaro littéraire : elle est heureuse qu’il n’y ait pas eu de coupure, apprécie les illustrations et relève une seule coquille, « blessée » pour « blasée » [bMS Fr 372. 2 (4 559)]. Elle éprouve toutefois un regret, que le titre, Histoire Auguste ait été « complètement éliminé ». Le 7 août 1959, elle parle à Maurice Noël de la question du paiement de l’article et se gausse, par périphrase, de Charles Orengo qui avait égaré son premier manuscrit et ne s’est pas manifesté à elle lors de la publication  ; son ironie est mordante : « Notre autre et plus imprévisible ami commun est resté silencieux quant à la réapparition inattendue dans les colonnes du Figaro littéraire du manuscrit “perdu”. Le silence est d’or… » [bMS Fr 372. 2 (4 559)]

  • 22 bMS Fr 372. 2 (1 065), traduit de l’anglais.

29Elle se montre beaucoup plus virulente, à propos de « l’affaire » du titre, dans sa lettre du 1er août 1959 aux von der Oesten : selon elle, le Figaro Littéraire « a eu assez peur de tout relent d’érudition pour supprimer le titre et pour le remplacer par des en-têtes du genre : L’Histoire dit-elle la vérité ?et autres niaiseries de journaliste 22 ». Elle espère mieux au Merkur. Deux ans plus tard, le 12 août 1961, dans une lettre qu’elle adresse à Maurice Noël à propos de son texte sur le château de Chenonceaux, elle rappelle ses regrets au sujet du titre choisi dans le Figaro Littéraire pour son article sur l’Histoire Auguste, ce titre masquant son dessein : « une série de réflexions sur un document historique particulier, et non des considérations sur l’Histoire en général » [bMS Fr 372. 2 (4 559)].

  • 23 Cf. J. -P. Callu, dans son édition du premier volume de l’Histoire Auguste, les Belles lettres, p. (...)
  • 24 Signalons que dans sa lettre du 31 décembre 1960 à Hans Paeschle elle indique qu’il semble y avoir (...)

30Plus confiante dans la tradition philologique allemande, sans doute, Yourcenar essaie de faire passer pour la publication dans le Merkur quelques informations plus érudites concernant les manuscrits qui nous ont transmis le texte de l’Histoire Auguste [lettre du 4 décembre 1959 à Joachim Moras, bMS Fr 372. 2 (4 917)]. Elle souligne le rôle de relais de l’Allemagne carolingienne dans la transmission du texte  ; mais sa science n’est pas sûre, puisque, contrairement à ce qu’elle affirme, ce n’est pas le Palatinus qui a été réalisé à Fulda, mais le Bamberg 23, et il convient de relativiser le rôle de l’Allemagne, qu’elle met en avant pour des raisons conjoncturelles : le Palatinus est un manuscrit italien. Yourcenar est satisfaite de la traduction allemande dans le Merkur et du titre choisi, « Betrachtungen zur Historia Augusta » [lettre du 15 mars 1960 à Hans Paeschle, directeur du Merkur24 bMS Fr 372. 2 (4 917)].

31Le texte sur l’Histoire Auguste, on s’en souvient, était à l’origine destiné à constituer la préface de la traduction d’Henry Bardon. La parution de l’article dans le Figaro littéraire n’a pas été bien accueillie par Gérard Worms aux éditions du Rocher. Le 29 octobre 1959 [bMS Fr 372. 2 (4 513)] Yourcenar répond à son accusation d’avoir retardé la publication de la traduction de Bardon et d’avoir publié sa « préface » sans l’autorisation des éditions du Rocher : la traduction de Bardon ne lui a jamais été communiquée alors qu’elle avait demandé qu’elle le fût pour commencer son propre travail  ; on ne peut donc lui imputer le retard. Orengo s’est fait prier pour lui répondre qu’il souhaitait que la parution en revue soit de peu anté-rieure à la publication du volume  ; Yourcenar n’ayant pendant quatre mois pas eu de nouvelles du manuscrit confié à Orengo en a, écrit-elle, communiqué directement une copie au Figaro littéraire. L’article a été publié « 8 mois » après que Orengo en a eu le manuscrit. Elle se justifie donc en invoquant son attente d’un long intervalle, il n’empêche que l’autorisation d’Orengo peut sembler bien vague et qu’elle était liée à la parution du volume : sur ce point Yourcenar glisse discrètement. Et comme Gérard Worms ne peut fixer de date pour la publication du volume, elle reprend ses droits. Elle critique le titre proposé par M. Evrard : « Scènes de la vie des Césars » ne lui semble pas « historiquement, justifiable ». Le titre de l’ouvrage publié en 1964 sera Le Crépuscule des Césars. Scènes et visages de l’« Histoire Auguste ».

  • 25 Ce feuilleton éditorial se poursuit au-delà de notre période de référence et conduit à une nouvelle (...)

32Ainsi, une nouvelle fois, Yourcenar se brouille avec un éditeur. Mais – on ne sait trop pour quelle raison – les relations reprennent puisque le 1er mai 1961, Yourcenar demande à Antoinette Fiori des éditions du Rocher qu’on lui expédie les épreuves du « manuscrit révisé de la préface de l’Histoire Auguste » dont l’éditrice lui a accusé réception le 7 avril. Elle ajoute qu’elle souhaite recevoir deux séries d’épreuves, et l’on reconnaît là son souci de correction typographique 25.

33Yourcenar a l’intention de réunir ses essais en un volume. L’année même où le projet se concrétise dans l’édition française, elle envoie une proposition le 14 janvier 1962 à Helena Strassowa, attachée aux éditions Goverts et Insel Verlag à Francfort (bMS Fr 372. 2 (5 238)). Elle pense rassembler, « Les visages de l’Histoire dans l’Histoire Auguste », « Agrippa d’Aubigné, poète des guerres de religion », « Ah mon beau château ! », « Le cerveau noir de Piranèse », « Humanisme de Thomas Mann », « Présentation critique de Constantin Cavafy » et un « Autre essai, histoire gréco-romaine, ou archéologie classique ». C’est – et presque dans cet ordre, avec quelques variations parfois dans le titre – ce qu’elle publie dans Sous bénéfice d’inventaire en 1962, à l’exception du dernier sujet mentionné, sur lequel on ne peut guère se livrer à des hypothèses solides  ; « Selma Lagerlöf, conteuse épique » sera ajouté plus tard, dans l’édition de 1978.

34Dans Sous bénéfice d’inventaire paru chez Gallimard en 1962, se trouve une coquille fâcheuse, que Yourcenar signale au spécialiste de l’iconographie antique Vagn Poulsen quand elle lui envoie le volume : « une grosse faute d’impression dépare le titre de l’essai sur l’Histoire Auguste »[lettre du 6 décembre 1962, bMS Fr 372. 2 (5 627)]. Si on se reporte à cette édition on y lit, en effet « Les visages de l’Histoire dans L’Histoire d’Auguste. » Du danger des correcteurs d’imprimerie demi-savants.

35On le voit, Yourcenar, dans les années qui ont suivi la sortie de Mémoires d’Hadrien, est encore très attirée par l’Antiquité : elle continue ses recherches sur l’empereur et son époque, correspond avec des spécialistes, corrige son livre, le complète d’annexes où elle s’explique et présente ses cautions, elle contribue à des éditions illustrées, donne des conférences où l’Antiquité a la part belle, comme dans ses articles ou projets d’articles, même s’il peut s’agir d’une Antiquité réfractée dans l’œuvre d’un moderne comme Cavafy. La correspondance est comme un laboratoire de l’œuvre, ainsi pour la « Note » et « Carnets de notes de Mémoires d’Hadrien »  ; elle permet de suivre de très près l’élaboration de certains textes  ; elle offre aussi l’occasion de les éclairer parfois. Elle confirme, si besoin était, le souci de l’auteur pour l’exactitude et la qualité matérielle de l’édition. Elle révèle aussi un peu de la part prise par Grace Frick. On y voit à l’état embryonnaire des ouvrages à venir, en mesurant toute la distance qu’il peut y avoir entre le dessein initial et l’œuvre aboutie, ainsi de ce qui deviendra La Couronne et la Lyre.

36Un psychologue étudiant la correspondance y définirait un caractère. Je retiendrai pour ma part une haute conscience du métier littéraire  ; on peut en tirer sinon comme un art poétique, du moins comme une ligne de conduite : un auteur ne peut écrire n’importe quoi, il doit respecter les faits, la matière historique dans sa diversité, il doit être sensible aux tonalités des genres, aimer le travail bien fait. L’écrivain doit aussi être vigilant et protéger son œuvre contre les considérations économiques des éditeurs, contre la légèreté des imprimeurs, et il doit aussi veiller à ses intérêts matériels. Yourcenar se montre dans sa correspondance à la fois artisan et défenseur de son œuvre.

Notes

1 « Marguerite Yourcenar et les spécialistes de l’Antiquité », à paraître à la SIEY dans les Actes du colloque international de Chypre Marguerite Yourcenar entre littérature et science, 17-18 octobre 2003.

2 André Morize, professeur à l’université de Harvard, Jean Chauvel, diplomate et essayiste, Georges Poupet, collaborateur des éditions Plon, et le directeur de Sarah Lawrence College.

3 Nous désignerons désormais par HZ, Marguerite Yourcenar, D’Hadrien à Zénon. Correspondance 1951-1956, Paris, Gallimard, 2004.

4 Nous désignerons désormais par L, Marguerite Yourcenar, Lettres à ses amis et quelques autres, Paris, Gallimard, 1995.

5 La première traduction de Mémoires d’Hadrien par Lidia Storoni Mazzolani est parue chez Richter en 1953, la seconde paraît en 1963 chez Einaudi.

6 Traduit de l’italien. bMS Fr 372. 2 (1 005), Houghton Library, Université de Harvard. À paraître aux éditions Gallimard. Nous citerons désormais cette partie de la correspondance avec les références du fonds Yourcenar de la Houghton Library.

7 C’est ainsi qu’ils sont désignés alors.

8 Anne-Yvonne Julien, « Notes de lecture (s) des Carnets de Mémoires d’Hadrien. Rayons de Tibur et d’ailleurs… », in Marguerite Yourcenar. Aux frontières du texte, Roman 20-50, 1995, p. 125.

9 Nous n’avons pu consulter l’édition Einaudi de 1963, mais les passages figurent bien au moins dans l’éd. de 1981.

10 OR, p. 528.

11 Ibid., p. 524. Cf. aussi YO, p. 148.

12 Les chiffres varient sous sa plume.

13 Ce sont de « brefs et complets chefs-d’œuvre ou [des] fragments parvenus à nous sous cette forme tronquée et cependant eux aussi parfaits à leur manière » (Médecine de France, n ° 34, 1952, p. 33. On comparera avec L, p. 91).

14 « Tous traitent, et traitent avec une lucidité toute grecque, de ces sujets fort graves que sont l’amour, la mort, la vieillesse, le destin de l’homme » (Médecine de France, op. cit., p. 33), qu’on comparera avec L, p. 92.

15 À Jean Claudio, qui lui a demandé des textes d’elle qui soient « récitables », elle cite, entre autres, les poèmes qu’elle a publiés dans Médecine de France (HZ, p. 242, 20 mars 1953).

16 Paris, Klincksieck, 1952-1956  ; cf. HZ, p. 562.

17 Paris, Les Belles Lettres, 1940.

18 Cf. aussi lettre du 13 septembre 1957 (bMS Fr 372. 2 (4 513)) à L. Évrard, où elle ajoute une autre raison : elle vient d’apprendre qu’Henry Bardon ne traduira pas l’intégralité de l’Histoire Auguste. Elle estime qu’il lui faudra un mois de travail pour sa préface quand elle aura connaissance de la traduction, mais, comme elle ne sait pas exactement quelles seront ses disponibilités alors, elle demande un délai de trois ou quatre mois à partir de la réception de la traduction. Dans sa lettre du 27 novembre 1957 à Aziz Izzet (bMS Fr 372. 2 (938)), elle se donne un mois pour achever la préface.

19 Cf. aussi lettre du 24 juin 1957 (bMS Fr 372. 2 (4 513)) à L. Évrard.

20 Dans une lettre à Hans Paeschke du 19 novembre 1961 (bMS Fr 372. 2 (4 917)), elle souligne à nouveau que ses essais, comme celui sur l’Histoire Auguste « traitent tous essentiellement du passé, quoique, bien entendu, il y ait interaction entre passé et présent, les erreurs et les malheurs passés annonçant et préparant les erreurs et les malheurs actuels, et l’expérience d’aujourd’hui à son tour élucidant celle d’hier ».

21 Si le texte est jugé trop long, elle propose la coupure déjà évoquée. Elle précise que les astérisques peuvent disparaître, ce qui fut effectivement le cas.

22 bMS Fr 372. 2 (1 065), traduit de l’anglais.

23 Cf. J. -P. Callu, dans son édition du premier volume de l’Histoire Auguste, les Belles lettres, p. XCVI  ; ces deux manuscrits sont tous les deux du ixe siècle et non du ixe siècle pour l’un et du xe siècle pour l’autre.

24 Signalons que dans sa lettre du 31 décembre 1960 à Hans Paeschle elle indique qu’il semble y avoir eu une erreur dans le paiement de cet article [bMS Fr 372. 2 (4 917)].

25 Ce feuilleton éditorial se poursuit au-delà de notre période de référence et conduit à une nouvelle impasse. Puisque Le crépuscule des Césars paraîtra sans la préface de Yourcenar.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540