Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Parole et pouvoir 1

 | 
Martine Schuwer

4e partie. La parole et la constitution des représentations collectives

La contamination des mots, vers une rhétorique de l’invisibilité : l’instrumentalisation de la parole par l’État Nouveau de Salazar*

Graça Dos Santos

Texte intégral

Une sombre chronologie

  • * Nous avons développé ces thématiques dans un ouvrage consacré en particulier au théâtre portugais d (...)
  • 1 Il décédera le 28 juillet 1970 à l’âge de 81 ans. Marcello Caetano, son pâle dauphin, maintiendra l (...)
  • 2 La PVDE sera remplacée par la funestement célèbre PIDE (police Internationale de Défense de l’État) (...)

1Le 25 avril 1974, les Portugais sortaient enfin du long tunnel d’une dictature qui les a étouffés durant 48 ans. Après le coup d’état du 28 mai 1926, qui interrompit la première République portugaise (1910-1926), au fil d’une sombre chronologie, Salazar prit les rênes du pouvoir pour ne les lâcher qu’en 19681 pour raisons de santé. Arrivé comme ministre des finances en 1928, il devient chef du gouvernement en 1932. En 1933, il installe son État Nouveau (Estado Novo ) corporatiste, par le biais d’une constitution qui élargit son assise de président du conseil. Cette année est celle où il met en place les ingrédients indispensables à sa domination : il précise la législation de sa censure, crée la Police de Vigilance et de Défense de l’Etat (PVDE)2 et fonde le Secrétariat de Propagande Nationale (SPN). Cette association entre censure/prévention/répression et propagande sera constante durant l’État Nouveau et les différents dosages, précisés au fil d’une législation compliquée, en feront une des recettes spécifiques qui permit la longévité d’un régime doublé d’une influence prédominante sur les êtres et les esprits.

  • 3 Salazar (António de Oliveira), Discursos, vol. I, p. 6.

2« Je sais très bien ce que je veux et où je vais3 », déclare António de Oliveira Salazar dans son discours d’intronisation. Cette détermination prend rapidement la forme d’un pouvoir autoritaire, appuyé par une censure tentaculaire et une propagande efficace. Ainsi construisit-il une nouvelle moralité constitutionnelle selon ses conceptions catholiques, corporatives et autoritaires, mais aussi un nouvel ordre politique global, et surtout, un réseau d’appuis civils, militaires et religieux, établi autour de personnes fidèles, sûres et manipulables à tout moment, qui lui assurent une longévité politique sans précédents.

Un régime particulier

  • 4 Certains historiens comme António Costa Pinto (in Salazar e o salazarismo, Lisbonne, Publicações Do (...)
  • 5 Cruz (Manuel Braga da), « Salazar e a política », in Salazar e o Salazarismo, op. cit., p. 70.

3Il nous importe moins ici de savoir si l’État Nouveau de Salazar s’apparentait au fascisme italien, au nazisme ou au franquisme4 que de déterminer les particularités du salazarisme quant au traitement de la parole, en particulier celle des discours de Salazar ou des messages émanant de ses services de propagande. Remarquons cependant que l’autoritarisme nationaliste de Salazar, qui se voulait limité par le droit et la morale et donc opposé aux totalitarismes, se traduisit dans la pratique « non en une dictature de mouvement, mais en une dictature de gouvernement et de son chef5 ». L’État Nouveau, véritable dictature personnelle de Salazar, sous couvert d’une légalité apparente et d’un juridisme maladif, se manifesta rapidement comme un État policier au pouvoir coercitif soutenu par un régime de censure préventive.

4Le dictateur portugais souhaitait fondamentalement se démarquer des autres formes de pouvoir, parlementarisme démocratique, libéralisme et communisme (l’ennemi absolu) étant à proscrire à tout prix. Il souhaitait être le promoteur d’un ordre nouveau (d’où le nom d’État Nouveau) et reconstruire la Nation dans la défense de notions considérées comme fondamentales : la religion, la famille, le travail, la patrie. De ces valeurs inconditionnelles découlaient des préceptes à uti comme des guides comportementaux pour les individus soumis à l’État unificateur et corporatiste : vertu morale et discipline, déclinées dans les hiérarchies fondamentales de l’État, de la corporation et de la famille. Par conséquent, l’obéissance était due tant au chef du gouvernement qu’à celui de la famille.

Un ascète à la voix feutrée

  • 6 Georgel (Jacques), Le Salazarisme, Paris, Cujas, 1981, p. 28.
  • 7 Le SPN deviendra SNI (Secrétariat National d’Information) en 1944, le terme « propagande » devant ê (...)
  • 8 Garnier (Christine), Vacances avec Salazar, Paris, Grasset, 1952, p. 14-16.
  • 9 Ibid., p. 84.

5« Un célibataire austère qui ne boit pas, ne fume pas, ne connaît pas de femme6 », le définit-on déjà, en 1921, alors qu’il devenait député à l’âge de 32 ans. Et c’est un portrait de légende qui va se construire autour de ce misogyne peu enclin aux contacts humains. Tout le grand œuvre des services de propagande7 va consister en la création d’une véritable mythologie salazarienne. L’être asocial et sec va devenir un ascète qui, par renoncement, va s’adonner à l’isolement et au silence, sacrifiant sa vie à la Nation. La « modestie » de Salazar est souvent mise en avant pour définir le personnage. Les descriptions de son cadre de vie sont éloquentes en la matière ; on y évoque « l’esprit de pauvreté », « les pièces étroites qui semblent meublées uniquement pour l’utile » ou encore « la chambre du Président […], une chambre ? Plutôt une cellule… L’humilité de cette chambre […]. Il menait une vie si modeste, si rentrée »8. Il devient ainsi une sorte de spartiate, un moine ; ce qui renvoie à la soif de solitude de Salazar, « l’homme du tête-à-tête » qui « écarte tout risque d’émotion et se confine dans l’isolement et le silence »9, et pour qui les apparitions en public deviennent un véritable calvaire.

  • 10 Ferro (António), Salazar, le Portugal et son chef, Paris, Bernard Grasset, 1934, p. 69.

On ne l’avait jamais vu ni dans la rue, ni au théâtre, ni à n’importe quelle fête. On eût dit qu’il dirigeait les affaires de l’État du fond d’une guérite ou d’une cellule de moine »10,

  • 11 António Ferro (1895-1956), journaliste mondain, critique, poète, dramaturge, à ses heures, était co (...)
  • 12 Georgel (Jacques), op. cit., p. 31.

6dit à son sujet António Ferro11 que Salazar avait judicieusement choisi pour diriger le SPN. Contrairement au Duce ou au Führer, mais aussi à Franco, Salazar n’était pas galvanisé par les foules ; d’ailleurs, « ses discours sont les manifestations d’un esprit peu enclin au contact avec la masse12 » et sont destinés à être lus. Cette phobie de la foule et de « la parole parlée » est une des différences notoires entre le dictateur portugais et ceux qui sévissaient en Europe avant 1945. « La force qui a mis en branle les grandes avalanches historiques dans le domaine politique et religieux fut seulement […], la puissance magique de la parole parlée », affirme Hitler dans Mein Kampf . Contrairement à Salazar, le Führer avait de grandes capacités oratoires ; il en était conscient et les utilisait avec un maximum d’efficacité, allant même parfois jusqu’à l’envoûtement :

Sa voix s’enflait, s’éraillait, remplissait formidablement l’étendue, avec quelque chose de magique et de terrible et le mot « Deutschland » revenait passionnément, toutes les vingt secondes, comme une incantation sacrée.

  • 13 Guyot (Adelin), Restillini (Patrick), L’Art nazi, un art de la propagande, 1933-1945, 2e édition, B (...)

7Ce constat de Robert Brasillach13, sous le charme du discours hitlérien, révèle la véritable technique verbale dont le promoteur du nazisme faisait preuve.

  • 14 Garnier (Christine), op. cit., p. 86.

Dès qu’il parle à la foule, sa voix se feutre et ne passe pas la rampe, comme on dit au théâtre […] il ne se laisse pas porter par les fluides magnétiques qui se dégagent d’une foule attentive14,

8dit-on au sujet de Salazar. La perpétuelle référence au théâtre par la négative est intéressante. En effet, si la censure salazariste surveilla et tronqua le spectacle portugais avec une rigueur toute particulière, si Salazar préférait assister, seul, aux répétitions générales plutôt qu’aux premières de théâtre, cela ne le priva pas de mettre en scène son pouvoir et sa fonction à la tête de l’État.

Lentement et silencieusement

La dictature, pour réaliser son œuvre, doit être calme, généreuse, un tant soit peu accommodante, lente même. Elle gaspillera du temps, mais gagnera en efficacité et en solidité : une dictature de droit qui ne laisse pas pousser des ailes au pouvoir personnel.

  • 15 Ferro (António), op. cit., p. 153.

9Cette définition de la dictature, donnée par Salazar en 193215, annonce la longévité de l’État Nouveau. Loin des fulgurances d’autres leaders totalitaires plus étincelants, le dictateur portugais mise, lui, sur la durée.

Il reste depuis si longtemps et le fait si tranquillement qu’on dirait qu’il menace de ne jamais plus s’en aller […]. Il y est, il y reste,

  • 16 Ibid., p. 30.

10dit-il dans sa préface de Salazar, le Portugal et son chef16, en parlant de lui-même à la troisième personne.

11Doucement mais sûrement, mettant à profit l’éducation catholique et juridique, qu’il a reçue d’abord à Viseu puis à Coimbra, Salazar opère dans la société portugaise, non seulement un changement de système, mais altère également les mentalités. Pendant que le nazisme ou le fascisme promeuvent l’expansionnisme et l’action belliqueuse, le salazarisme inculque une doctrine passiviste, faite d’apathie et d’obéissance, et destinée à réduire les conflits sociaux.

  • 17 Cruz (Manuel Braga da), op. cit., p. 65.

Salazar voulait calmer les esprits […], faire oublier haines et passions [pour] modifier peu à peu, patiemment, notre mentalité, en stoppant brusquement les passions des hommes, en les atrophiant, en les faisant taire à un rythme lent mais sûr17.

  • 18 Ferro (António), op. cit., p. 247.
  • 19 Ibid., p. 151.
  • 20 Garnier (Christine), op. cit., p. 236-237.

12Politique qu’il a définie lui-même comme « le cas du clou qui fait une pression douce, mais constante, pénétrant peu à peu, sans provoquer la réaction vive de la matière18 ». Les Portugais que Salazar définit comme « non violents19 » mais aussi incompétents à réfléchir par eux-mêmes, sous peine de se laisser influencer par des courants opposés à la Nation (et donc à Salazar)20 doivent être éduqués politiquement et contrôlés. Cette éducation politique est sans cesse justifiée par un discours qui infantilise la population portugaise, la présente comme naïve et incompétente.

Le peuple portugais est travailleur et, en général, patient. Mais il court des dangers parce qu’il se laisse mener facilement par ceux qui, sans aucun souci intellectuel ou moral, savent parler à son cœur.

  • 21 Cité par Manuel Braga da Cruz, op. cit., p. 65.

13La propagande et la censure seront les moyens utilisés par le régime pour réaliser les objectifs essentiels pour la pérennité du salazarisme ; car « politiquement, il n’existe que ce que le public sait qu’il existe21 ».

La dissimulation, la peur

14La plupart des historiens constatent les retards délibérément accumulés dans le Portugal de l’État Nouveau et y voient même une bonne part du « secret » de la stabilité du régime.

  • 22 Pinto (António Costa), « O salazarismo e o fascismo europeu », in Salazar e o fascismo europeu, op. (...)

Le Portugal, entre les années trente et les années cinquante, a eu les plus bas indices d’urbanisation, d’alphabétisation, d’industrialisation et de développement économique, parmi tous les pays européens22.

  • 23 Cruz (Manuel Braga da), op. cit., p. 53.

15C’est une réalité que les services de censure ou de propagande étaient chargés de dissimuler, car le système ne pouvait fonctionner que par une alliance entre les services de répression et les services « d’induction idéologique »23. Le salazarisme est une politique qui recherche la démobilisation, la soumission des Portugais par des formes plus ou moins voyantes. Ainsi lorsqu’il déclare

  • 24 Garnier (Christine), op. cit., p. 202 et 241.

nous avons évité les excès, des excès qui se rencontrent partout dans les régimes, qu’ils soient ou non totalitaires […] les libertés fondamentales existent de droit et de fait au Portugal24,

16il s’agit bien d’un « pays fiction », voile chargé de couvrir et d’embellir une réalité inavouable, car Salazar s’est toujours soucié des apparences et a toujours donné une couverture légale à ses actes.

  • 25 Ibid., p. 237

17« L’obéissance vient surtout de la crainte », signale Salazar25. Ainsi, lorsque les orientations indiquées par la propagande ou la censure ne suffisaient pas, l’autorité salazarienne se manifestait de façon plus directe et moins suggestive. Il y avait un climat profondément répressif auquel s’ajoutait un système de contrôle qui s’étendait à toute la population. S’il n’y eut pas au Portugal d’extermination col, d’exécution de masse, il y eut une répression politique organisée ; sa socialisation avait si bien pénétré les âmes et la peur si bien fait son travail que l’action coercitive sur les corps était rendue inutile :

  • 26 Ibid., p. 30.

Il s’agissait, sous la vigilance omnisciente de la police politique, d’organiser un « esprit » : celui d’obéissance, celui de la non-intervention, celui de l’acceptation de « l’ordre naturel des choses » que le régime représentait […]26 ;

  • 27 Cruz (Manuel Braga da), op. cit., p. 66.

18créer une mentalité où la suggestion et la construction intellectuelle se combineraient comme un facteur d’assurance et de stabilité du régime. La répression des « âmes » était appuyée sur une construction close, sorte d’étau dont chaque élément interdisait une quelconque issue. La censure préventive à toutes les formes d’expression (presse, art…), était défendue au nom de la préservation de l’opinion publique et de l’ordre social. Mais la censure ne se contentait pas de cette perspective défensive, elle assumait d’abord un rôle d’orientation et de direction ; la coupure fonctionnait non seulement comme punition, mais aussi comme indication27.

Travestissement et simulacre

  • 28 Ferro (António), « Falta um realizador », cité par HENRIQUES (Raquel Pereira), in António Ferro, es (...)

19A. Ferro apparaît à Salazar au moment exact où, pour la durabilité de son pouvoir, il doit revoir son rapport à la foule et formuler l’image que celle-ci doit garder de lui. Ferro a eu la sensibilité nécessaire à la circonstance, il donne corps à un Salazar mythique en même temps qu’il propose un scénario dont il serait le principal « réalisateur »28. La « Politique de l’esprit » (Política do espríto) et la « Campagne du bon goût »(Campanha do bom gosto) seront les marques indélébiles de son action, mêlée de modernisme mondain et de nationalisme effréné, qui aura organisé la vaste matière de l’État Nouveau, mais surtout, fabriqué son imaginaire. C’est ainsi que le régime a eu en Ferro son plus digne peintre officiel : les traits et les couleurs avec lesquels il l’a valorisé en ont adouci les contours, lui ont donné un vernis cosmopolite et lui ont prêté une ouverture moderniste qu’il n’avait pas réellement.

20À partir des réalités et des manifestations régionales portugaises, on créait un peuple décoratif qui devint emblème de la Nation qui personnifiait l’union fonctionnelle de toute la communauté. L’Exposition du Monde Portugais de 1940 fut le pivot de la définition de l’image culturelle salazarienne, développée durant le salazarisme. C’est aussi le moment où l’on définit les styles et les pratiques à suivre. Il s’agit de comportements qui vont toucher tout le champ culturel et les processus de création dont, bien sûr, ceux des arts vivants et du théâtre. À partir d’une recherche d’harmonie à outrances, on utilise un modernisme stylisé pour se réapproprier une certaine ruralité. C’est une sorte de naturalisme retravaillé qui procède d’une vue d’ensemble vers l’exploration folklorique d’une réalité nationale selon les souhaits du régime. On finit donc par modeler ce que l’on décrit selon l’image idéologiquement souhaitée et qui veut intégrer les données régionales dans un paysage unique.

« Bon goût » et harmonie

21La « note juste » en référence au « bon goût » serait suggérée par la conjugaison harmonique des éléments plastiques (volumes et couleurs) en fonction et selon les fins auxquelles ils sont destinés. Mais rien de concret ne sera jamais dit sur cette « harmonie » qui débouche sur une stylisation à outrance et une culture hybride s’appuyant sur un folklore et un pittoresque faussement ancestraux. Le pays lui-même devait se réajuster à l’idée plus ou moins précise de ses traditions telles que l’Exposition du Monde Portugais les avait véhiculées. Envisagée selon « le bon goût » et des visions panoramiques, la réalité, uniquement conçue comme harmonieuse, ne peut être donnée qu’en termes élogieux. Ferro se transforme en une sorte de panégyriste dont la parole est plus vouée à l’éloge qu’à la critique. La Nation est ainsi portée au pinacle avec des personnages mythifiés, des rites et un folklore recréés. Le peuple, convaincu de son auto-contentement national aura de nombreuses occasions au cours desquelles il pourra manifester et célébrer sa joie.

  • 29 —, « Vida », in Intervenção modernista, I – Teoria do bon gosto, Barcelos, Verbo, 1987, p. 394.

22Le peuple recherché est bien différent de celui prisé par les dictatures alors en vigueur en Europe ; il n’a en rien le caractère belliqueux recherché par le fascisme ou le national socialisme. Il s’agit plutôt d’un mouvement festif, et de la joie à tout prix qu’on aura voulu inspirer aux Portugais par les diverses fêtes, défilés et cor qui sans cesse mettent en scène une allégresse qu’on dit bien ici vouloir fabriquer. L’art désigné par « le théâtre, la peinture, le livre » est considéré comme un instrument de « vie saine », grâce auquel on peut orienter les « peuples » vers la joie et non la « mauvaise humeur » c’est-à-dire les critiques29.

Le maquillage

23Cette recherche d’une harmonie à outrances est perceptible dans le nom du parti unique salazariste : l’Union Nationale (União Nacional ) qui laisserait supposer l’entente cordiale de toute une Nation. De la même façon, par le biais de la « politique de l’esprit » créée par Ferro, on donne l’image d’un pays carte postale, aux maisons blanches, couronnées de toits rouges et baignées de soleil, habitées par des paysans simples le sourire aux lèvres malgré le labeur. Tout semble tourner autour de l’idée d’un pays « propre » où, grâce à Salazar, on avance sur « des chemins clairs, par des procédés honnêtes, propres, à vue du public » ;

  • 30 —, Dez anos de política do espírito 1933-1943, Lisbonne, edições SPN, 1943, p. 17.

nous défendons l’œuvre réalisée [dit Ferro parlant au nom de son mentor] en nettoyant les réalisations de l’État Nouveau de leurs inévitables taches humaines, de leurs traces de doigts, afin de les présenter, triées et propres, aux regards étrangers et nationaux30.

24On parle même de la nécessité de « dépoussiérer » le Portugal. Ce grand net s’assimile davantage au maquillage du pays réel au profit d’un pays fiction correspondant à l’image présentable souhaitée par le régime. Il s’agissait de

  • 31 Ibid., p. 23.

[donner] à la vie nationale une façade de bon goût impeccable où on ne trouverait ni graffiti sur les murs ni mendiants dans les rues31.

Une rhétorique de l’invisibilité

  • 32 Ibid., p. 9 et p. 12.

25En réalité, on opère par dissimulation ; ce qui ne convient pas aux préceptes de l’État Nouveau est retiré de la circulation : les mauvaises nouvelles sont tues dans la presse, quiconque est inconvenant pour le régime n’existe plus officiellement… La censure agit de façon préventive afin que dissimulation et silence puissent aller de pair. Dans cette extraordinaire mise en scène du pouvoir, où l’on rend invisible ce qui incommode, la plus belle réussite fut sans aucun doute le véritable tour de passe-passe réalisé pour Salazar lui-même. Alors qu’il se faisait rare en public, A. Ferro prétend avoir été appelé par « la voix » de Salazar, qui « s’est imposée » à lui. Il parle du chef de l’État Nouveau comme d’une « grande interrogation », « d’un personnage énigmatique et silencieux32 ». Devenu mystérieuse silhouette et voix, le dictateur portugais est comme sanctifié.

  • 33 GIL (José), Retórica da invisibilidade, Lisboa, Relógio d’Agua, 1995.

26José Gil33 parle à ce sujet de « rhétorique de l’invisibilité » ; ou comment un homme, peu enclin aux contacts avec ses semblables et sans propension pour les envolées lyriques, introduit dans sa parole/son discours ces éléments défavorables et les transforme en atout. Ils deviennent le centre de sa stratégie et son incontournable force. Il se définit comme celui qui est porteur d’une parole de vérité, qui agit en profondeur, qui se veut persuasive et à influence durable. Ses discours froids et secs, peu imagés, sont descriptifs, rationnels et utilisent peu la métaphore. Évitant les effets oratoires ou émotionnels, il opte pour un discours persuasif qui s’adresse à l’inconscient de son auditoire et évite d’affronter l’ennemi mais l’incorpore judicieusement dans sa démonstration.

27Il réduit les Portugais à l’anonymat, c’est-à-dire invisibles en tant qu’individus, en niant toute action ostentatoire, différente et différenciatrice.

  • 34 Ibid., p. 32.

Les Portugais seront maintenus dans un état de diminués de la vie […], de privation ontologique34.

  • 35 Ibid., p. 36.

28Lui-même s’efface physiquement, préférant être remplacé par des citations de ses discours ; ainsi, dans les affiches de propagande, entre 1933 et 1949, son effigie n’apparaît qu’une fois. Cette invisibilité du chef lui donne une incroyable aura, extraordinairement présent par l’absence, il devient comme surnaturel, « présence disséminée et invisible de son pouvoir, de sa morale, de son silence35 ».

Notes

1 Il décédera le 28 juillet 1970 à l’âge de 81 ans. Marcello Caetano, son pâle dauphin, maintiendra le régime dictatorial durant encore quatre ans.

2 La PVDE sera remplacée par la funestement célèbre PIDE (police Internationale de Défense de l’État), en 1945.

3 Salazar (António de Oliveira), Discursos, vol. I, p. 6.

4 Certains historiens comme António Costa Pinto (in Salazar e o salazarismo, Lisbonne, Publicações Dom Quixote, 1989), Fernando Rosas (in Nova história de Portugal. Portugal e o Estado Novo 1933-1960, Lisboa, editorial Presença, 1990) ou Pierre Milza (in Fascisme français, passé et présent, Paris, Flammarion, 1987), s’ils concèdent certaines similitudes avec le fascisme italien, y voient davantage de dissemblances et n’apparentent pas le salazarisme au fascisme. Luís Reis Torgal (in História e ideologia, Coimbra, Livraria Minerva, 1989) porte un regard moins tranché sur l’État Nouveau de Salazar, faisant plus de rapprochements entre les régimes salazarien et mussolinien. Enzo Collotti (in Fascismo, fascismos, Lisboa, Caminho, 1992) considère quant à lui fondamentale l’emprise de l’Église et de la morale chrétienne sur le salazarisme et le qualifie de « fascisme clérical ».

5 Cruz (Manuel Braga da), « Salazar e a política », in Salazar e o Salazarismo, op. cit., p. 70.

6 Georgel (Jacques), Le Salazarisme, Paris, Cujas, 1981, p. 28.

7 Le SPN deviendra SNI (Secrétariat National d’Information) en 1944, le terme « propagande » devant être maquillé au moment de la prévisible victoire des Alliés.

8 Garnier (Christine), Vacances avec Salazar, Paris, Grasset, 1952, p. 14-16.

9 Ibid., p. 84.

10 Ferro (António), Salazar, le Portugal et son chef, Paris, Bernard Grasset, 1934, p. 69.

11 António Ferro (1895-1956), journaliste mondain, critique, poète, dramaturge, à ses heures, était considéré comme moderniste pour avoir fréquenté le groupe Orpheu (1915) dont faisait partie Fernando Pessoa. Bien introduit dans le milieu artistique portugais, il avait pour finalité annoncée d’utiliser « l’Art pour la façade de la Nation ».

12 Georgel (Jacques), op. cit., p. 31.

13 Guyot (Adelin), Restillini (Patrick), L’Art nazi, un art de la propagande, 1933-1945, 2e édition, Bruxelles, Complexe, 1988, p. 37.

14 Garnier (Christine), op. cit., p. 86.

15 Ferro (António), op. cit., p. 153.

16 Ibid., p. 30.

17 Cruz (Manuel Braga da), op. cit., p. 65.

18 Ferro (António), op. cit., p. 247.

19 Ibid., p. 151.

20 Garnier (Christine), op. cit., p. 236-237.

21 Cité par Manuel Braga da Cruz, op. cit., p. 65.

22 Pinto (António Costa), « O salazarismo e o fascismo europeu », in Salazar e o fascismo europeu, op. cit., p. 177.

23 Cruz (Manuel Braga da), op. cit., p. 53.

24 Garnier (Christine), op. cit., p. 202 et 241.

25 Ibid., p. 237

26 Ibid., p. 30.

27 Cruz (Manuel Braga da), op. cit., p. 66.

28 Ferro (António), « Falta um realizador », cité par HENRIQUES (Raquel Pereira), in António Ferro, estudo e antologia, Lisboa, publicações Alfa, 1990, p. 19.

29 —, « Vida », in Intervenção modernista, I – Teoria do bon gosto, Barcelos, Verbo, 1987, p. 394.

30 —, Dez anos de política do espírito 1933-1943, Lisbonne, edições SPN, 1943, p. 17.

31 Ibid., p. 23.

32 Ibid., p. 9 et p. 12.

33 GIL (José), Retórica da invisibilidade, Lisboa, Relógio d’Agua, 1995.

34 Ibid., p. 32.

35 Ibid., p. 36.

Notes de fin

* Nous avons développé ces thématiques dans un ouvrage consacré en particulier au théâtre portugais durant la périose salazariste : Dos Santos (Graça), Le spectacle dénaturé, le théâtre portugais sous le règne de Salazar, 1933-1968, Paris, CNRS Éditions, 2002.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540