Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Parole et pouvoir 1

 | 
Martine Schuwer

Avant-propos

Martine Schuwer

Texte intégral

1Ce qu’il faut retenir de l’épisode de la Tour de Babel, qui a inscrit dans la mythologie du monde occidental le lien entre Parole et Pouvoir, ce n’est pas le fait que la diversité des langues ait semé la confusion chez les hommes, anéantissant de facto leur projet gigantesque. Ce que met en exergue ce mythe, c’est le pouvoir attribué à la langue, puisqu’il a suffi, pour annihiler le pouvoir des hommes, de les priver de cette langue.

2Le rapport dialectique qu’entretiennent Parole et Pouvoir est une source constante d’inspiration et de réflexion. La permanence de cette problématique repose sur le caractère éminemment équivoque des liens susceptibles d’être noués entre ces deux modes d’expression : car il est remarquable que l’un comme l’autre puisse servir de support à la conquête de l’autre, et cette instrumentalisation réciproque potentielle explique la complexité des synergies sous-jacentes. En un mot, et en schématisant, la Parole peut s’avérer aussi bien instrument d’aliénation que de libération.

3C’est, on l’aura pressenti, pour son universalité que ce thème a été retenu pour le premier colloque organisé par l’UFR Langues de l’Université Rennes 2, où pas moins de 20 langues sont enseignées, étrangères et régionales. Rares sont les occasions, pour les chercheurs spécialistes de différentes langues, de confronter leurs réflexions autour d’une thématique dépassant les frontières de leur spécialité d’origine.

4La richesse des communications présentées lors de cette rencontre confirme la pertinence de ce thème, fécond et hautement fédérateur. Le lecteur se réjouira de leur diversité, qui constitue un des points forts de l’ouvrage, d’autant que chaque texte est très rigoureux dans son protocole d’analyse. Les contributions sont ici présentées sous quatre chapitres, chacun développant un aspect significatif de la problématique : la parole, et, selon les perspectives, son pouvoir identitaire, sa force libératoire, son rapport au réel, son potentiel de représentation du monde.

5Ainsi l’interrogation autour de « Parole et Pouvoir » convoque-t-elle la question des enjeux identitaires : à tout seigneur tout honneur, c’est l’étude sur l’évolution du discours sur la langue bretonne au xxe siècle qui ouvre ces Actes. L’analyse des diverses prises de position tenues par l’Église catholique, les locuteurs eux-mêmes ainsi que le législateur, éclaire sur le changement radical de perspective à propos du statut conféré à la langue bretonne, et ce en l’espace d’un siècle seulement.

6Mais ce n’est pas seulement sur le plan de la stricte histoire vécue par une communauté linguistique que peut être posée la question du pouvoir de la parole dans l’expression de l’identité. Le récit fictionnel peut également servir de terrain d’exploitation de ce questionnement, comme dans Don Quichotte . Si l’identité du héros est attestée par son nom, comment appréhender le fait qu’il invente une autre parole pour se nommer ? Le texte recèle en fait un métatexte, tout comme la parole porte en elle-même à la fois son pouvoir souverain et sa fonction critique.

7Cette problématique de l’identité peut être inscrite dans un contexte historique ou socio-politique, implicite ou affiché. En témoignent d’une part ces héroïnes de l’ère victorienne de Thomas Hardy qui, pour des motifs différents, en viennent toutes deux au paradoxe de prendre le risque de cacher (nier ?) leur identité afin d’être en mesure d’exprimer leur vraie nature (identitaire). En un sens, ces femmes restent maîtresses de leur propre discours, même si elles seules le savent.

8À l’inverse, une parole narrative féminine, (re) construite par un auteur masculin, peut se faire le véhicule d’une idéologie machiste : comble de la manipula, l’héroïne se voit ainsi justifier, par le discours qui lui est prêté, la condition de dépendance des femmes sous le franquisme. Dans ces deux cas, la puissance de la fiction permet à la voix narrative de brouiller les pistes, de jouer sur les modalités de prise en charge du discours : au lecteur de décrypter la teneur du message.

9Face à la représentation du monde qu’offre tout texte, écrit ou oral, l’analyse de discours possède un pouvoir libérateur puissant dans le sens où elle peut per de promouvoir une autre compréhension du monde, un nouveau regard.

10À cette étape se pose inévitablement le rapport entre pensée et langage : celle-ci passe-t-elle nécessairement et uniquement par celui-là ? Selon certains poètes ou philosophes, il faut, afin de maîtriser notre pensée, avoir conscience de la puissance symbolique des mots de notre langue. Les affects dont ils sont porteurs déforment, à notre insu, nos objets de pensée, et tous les intervenants dans l’acte de parole se trouvent alors en état de manipulation. Comme il n’est pas certes pas possible de débarrasser la langue de ces charges symboliques inhibitrices – toute langue est l’héritière d’une culture – la seule alternative est la mise au jour de ces forces manipulatrices par une prise de conscience vigilante afin de libérer la pensée de ces entraves langagières.

11Si tout discours véhicule une vision du monde, quel statut conférer à la parole quant à son pouvoir d’énoncer le vrai, d’imposer une vérité ? Sperone Speroni, philosophe écrivain de la Renaissance italienne, sommé de se défendre à propos de certains de ses écrits, redéfinit les rôles respectifs de l’auteur et du lecteur. Il serait erroné de croire que le premier domine la pensée du second : toute mani est exclue car l’auteur, en toute humilité, loin de toute omniscience, ne fait que peindre au lecteur une représentation. Et c’est en fait à celui-ci qu’incombe la responsabilité de l’interprétation, ce qui libère du même coup l’auteur de tout procès d’intention, et confère au lecteur un statut dynamique tout en harmonie – avant la lettre – avec les considérations pragmatiques contemporaines. La liberté réside ici dans le fait que l’interprétation du message (la vision du monde) n’est pas donnée, mais construite. Le pouvoir est du côté du lecteur.

12Tout comme il peut être mis au service d’une re-lecture militante : c’est en effet à l’appui d’une ré-interprétation quasi-sacrilège, en tout cas à contre-courant, de deux épisodes bibliques fondateurs pour le genre humain - la création d’Adam et Ève et le péché originel – qu’Arcangela Tarabotti, religieuse vénitienne du xviie siècle argumente pour une redistribution des rôles sociaux entre hommes et femmes. Elle s’oppose ainsi radicalement aux exégèses des Pères de l’Église qui rendent la femme responsable de la Chute – en raison de sa faiblesse – ce qui leur permet de fonder ontologiquement l’infériorité de son statut. Pour ne citer qu’un seul argument, selon Arcangela, ce ne serait pas sous l’effet de la séduction qu’Ève aurait croqué la pomme, mais poussée par la soif de la connaissance, ce qui constitue un motif plus valorisant pour la promotion du statut des femmes que cette religieuse veut voir accéder à l’éducation, leur liberté passant par la maîtrise de la parole.

13Est illustré dans ces trois cas le pouvoir libératoire de l’analyse du texte. Invité à modifier son angle de vision, à exercer sa lucidité ou à repenser son rôle, le lec se trouve investi, à l’égard du texte, d’une fonction dynamique qui concourt à accroître son espace de liberté et de conscience.

14Ce n’est pas un oxymore que de déclarer que, en tant que mode de représentation, la parole, par son pouvoir créateur, se prête tout naturellement à l’invention du réel, voire d’un réel : en témoigne l’infinie diversité de la production romanesque et poétique.

15Dans sa formidable épopée du Seigneur des anneaux, Tolkien ne se contente pas de créer un monde fictionnel, peuplé d’êtres imaginaires, engagés dans des aventures fantastiques, au sens propre du terme. Ce qui retient ici l’intérêt, c’est la place royale tenue par la langue. Car c’est à un double niveau que Tolkien exerce sa créativité : à celui du récit lui-même – pouvoir du verbe – son imagination créatrice lui permettant de concevoir tout un univers, mais aussi, plus singulièrement, au niveau linguistique puisqu’il dote ses héros d’une langue par lui inventée. Il ne s’agit pas ici d’un trait anecdotique, supposé ajouter au réalisme du tableau. Car si les paroles de ces êtres nous sont incompréhensibles, elles n’en sont pas moins destinées à produire un certain effet sur le lecteur, en vertu du pouvoir évocateur que Tolkien prête aux phonèmes. Cette négation de l’arbitraire du signe renforce le pouvoir magique ainsi instillé dans la langue.

16À l’inverse de Tolkien, l’inventivité linguistique de Joyce, qui se manifeste par la création de mots au sémantisme généralement décryptable, participe aussi, au-delà de son caractère fortement ludique bien connu, à la description d’un monde : lorsque fait défaut une dénomination appropriée, Joyce forge le terme idoine. Mais ce monde-là n’est pas fictif et la parole inventive de Joyce s’avère par ailleurs engagée, qui vise à la dé-anglicisation de la langue irlandaise. Dire le réel autrement ? Dire son réel désiré ? C’est bien conférer à la langue un pouvoir sur le réel (politique) que de s’attacher ainsi à modeler ainsi ses signes constitutifs.

17La parole pourrait-elle alors constituer un contre-pouvoir (pensons à la censure dont fut victime Joyce concernant la publication d’Ulysses, sous des prétextes fallacieux) ? Oui, et elle peut même déstabiliser les fondements du pouvoir, comme le montre l’expérience de Umar b. al-Fârid.. Pour ce célèbre mystique égyptien du xiie siècle, la voie de la connaissance intuitive est la seule qui peut conduire à connaître son objet, la nature divine. Par cette affirmation, il remet en question le pouvoir théologique, fondé, quant à lui, sur une connaissance rationnelle, discursive ; et comme le pouvoir socio-politique entretient des liens privilégiés avec les docteurs de l’Islam, toutes les instances s’en trouvent ébranlées. Voilà pourquoi le pouvoir se méfie du langage mystique, de sa fonction critique déstabilisation. On peut cependant se demander si ce n’est pas plus par incidence que par volonté délibérée que le mystique, par sa foi, en vient à ébranler le pouvoir séculier tant il semble ignorer le réel politique qu’il atteint par ses paroles.

18À la lumière de cet exemple, il peut paraître paradoxal, même si le procédé est classique, de constater qu’un écrivain doive, s’il critique le pouvoir, travestir son discours afin de circonvenir la censure. Sous le régime fasciste, Buzzati exerça ainsi son rôle d’intellectuel – avant l’heure – par la production de fictions métaphorisant le réel intouchable. Mais le discours lisse ainsi offert se doit aussi, afin de remplir la mission initiale, de laisser affleurer quelque clef de décryptage, faute de quoi le récit buzzatien risquerait d’être interprété à la lettre, et de tromper le lecteur. Le texte serait alors mensonge, ce qui, connaissant la haine que nourrissait Buzzati envers la duplicité humaine, aurait un effet boomerang tragique. Ajoutons que, par le fait même qu’il travestisse son discours, l’écrivain convient de l’existence du (d’un) réel qu’il masque : le message subliminal, même s’il n’est pas univoque, a pour thème général une réalité objectivable – peut-être parce qu’elle est histo – nommément la situation socio politique de l’Italie mussolinienne.

19À l’inverse, pour Pirandello, la question de l’existence d’une quelconque vérité ou réalité objective dont le discours pourrait rendre compte ne se pose même pas. Quant au pouvoir qu’il prête au discours (plutôt libérateur ? plutôt aliénant ?), la diversité des cas de figure qu’il expose interdit toute généralisation. La complexité est la règle, et la peinture n’est pas dualiste : tel sujet refuse l’aliénation à laquelle le pousse le discours social concernant son identité, tel autre en est victime – une femme accusée à tort d’adultère finit par le commettre, matérialisant ainsi l’aliénation véhiculée par le discours – un autre encore (prétendument ?) atteint d’aliénation en tant que maladie mentale, joue ( ?) un rôle, démiurge peut-être innocent, sans que personne (ni son entourage, ni le lecteur, ni probablement lui-même) ne parvienne à établir la ligne de partage entre le fantasmatique et la vérité. Au bout du compte, seul le créateur échapperait à ces manipulations dont sont victimes ceux qui croient en l’existence d’une vérité ultime à toute chose. Donnant corps, par le discours, à son monde intérieur, il abolit, dans et par l’écriture, toute distance entre le réel et le fictionnel, car il se pose comme sujet, et non comme objet, de sa parole.

20À travers ces quelques cas, on voit ainsi comment, pour exprimer son rapport au réel, l’individu écrivain – tour à tour poète, mystique ou philosophe, en un mot « penseur » – potentialise, selon son dessein, l’une ou plusieurs des multiples ressources inhérentes au discours.

21Enfin, quelles manifestations du pouvoir de la parole peut-on observer à l’échelle du groupe social ?

22L’analyse d’un fait divers (authentique) en offre une illustration saisissante. L’histoire débute en 1979, à Tokyo : un écolier, encore sous le coup de la frayeur, affirma avoir rencontré une « femme à la bouche fendue » en revenant de l’école ; le lendemain, un autre enfant dit l’avoir vue aussi… tant et si bien que la rumeur traversa le pays en quelques jours, créant un sentiment de panique général. Même si cette histoire finit par retomber assez vite, le fait que plus de mille versions en aient été recueillies est révélateur de l’impact qu’a eu cet événement. On le sait, la rumeur est, par définition, une « illusion collective ». Elle a ceci de remarquable qu’il lui faut un minimum d’assentiment populaire pour naître et se propager, quel que soit son degré d’invraisemblance. Pour les mêmes raisons, elle doit correspondre aux attentes de l’inconscient collectif, car c’est bien lui qui va déclencher la naissance de telle ou telle rumeur, suivant l’écho ou l’ancrage qu’elle trouvera au plus profond de chacun de nous, et son développement est lié à la réalité de sa fonction d’exutoire. La rumeur est un des rares cas, si ce n’est le seul, où la collectivité se trouve manipulée par un discours dont la source énonciative première n’est pas identifiable.

23On le voit, la puissance des mots peut atteindre un degré tel qu’elle peut prendre le pas sur toute réalité factuelle. C’est également ce qui se produit lorsque, comme le souligne Manzoni dans sa reconstitution du procès des citoyens accusés d’être responsable de l’épidémie de peste à Milan au xviie siècle, le juge est homme de « passion » et non de sagesse et de raison, et qu’au lieu de chercher à découvrir la vérité, il s’obstine à obtenir une confession. L’accusé, voulant prouver son innocence à n’importe quel prix, s’appuie sur un mensonge naïf, il est pris en défaut et dès lors, c’est l’engrenage de la torture et, pour le magistrat, la recherche obsessionnelle de la confession, à tout prix également : son discours se fait alors trompeur violent, mystificateur. Si l’enjeu n’était pas vital, on pourrait parler de joute oratoire, chacune des parties s’appuyant sur la parole pour justifier sa version, mais ce serait oublier que, lorsque la voix des juges se confond avec celle du pouvoir politique, le combat est inégal, et l’issue fatale pour les accusés innocents. Manzoni s’insurge contre l’injustice engendrée par le pouvoir discrétionnaire des magistrats, qui fondent leur action sur des convictions arbitraires, et abusent du pouvoir de leur parole pour aboutir à leurs fins.

24S’il est une figure emblématique de l’orateur, capable de galvaniser les foules par le biais de discours enflammés, c’est bien le dictateur (la référence est ici générique, elle ne manque cependant pas d’évoquer immédiatement à la fois le héros cinématographique et son modèle historique). Mais le cas de Salazar, qui fut à la tête de l’état portugais pendant plus de quarante ans, fait fi de ce cliché : il prouve que le pouvoir de la parole peut aussi s’exercer, pour ainsi dire, in absentia. On fait ici allusion non pas à l’absence de liberté d’expression – acte répressif banal de tout dictateur – mais à la propre parole de Salazar : homme réservé, mal à l’aise en société, il sut retourner à son profit ses faiblesses oratoires et son manque de charisme, en se montrant peu en public, adressant à son peuple des discours froids, forgeant de lui-même une image d’homme énigmatique. Tout ceci eut pour effet de lui conférer une incroyable aura et confirme la réalité médiatique d’une « rhétorique de l’invisibilité ».

25Ce tour d’horizon sur les rapports complexes qu’entretiennent Parole et Pouvoir trouve une conclusion naturelle dans la description – qui a force de document ethnographique – de la cérémonie d’intronisation du souverain aztèque, le tlaotani. Il est important de savoir que ce souverain est choisi par un conseil formé de sénateurs, d’anciens, de nobles et d’officiers. En un mot, cette cérémonie consiste en une succession interminable de longs discours échangés entre le nouveau souverain et les différents acteurs de la vie sociale et politique. Que se disent-ils et quelle est la fonction de toutes ces interventions, au-delà de leur dimension rituelle essentielle ? Chaque partie, y compris le souverain, expose quelles sont les valeurs à respecter, les principes à suivre, et fait le point sur les droits et les devoirs qui incombent aux uns comme aux autres. En un sens, ces discours offrent une représentation discursive du pouvoir et des devoirs du pouvoir. On l’aura compris, il n’est pas question de programme politique, ni de déclaration de politique générale, car, d’une cérémonie d’intronisation à l’autre, les discours ne changent guère. C’est pour cette raison que cet échange pourrait être interprété comme un contrat social passé entre les différents orateurs, l’absence de loi écrite détaillée justifiant peut-être la nécessité de cet engagement oral public.

26Comme on l’a évoqué au début de cet avant-propos, il est frappant, et même troublant, de constater l’ambivalence voire la versatilité, au sens scientifique, de la Parole dans son rapport au Pouvoir. Comment comprendre la diversité des inter-actions possibles ? Comment justifier que la parole n’est pas en soi manipulatrice ou libératrice ? Ce que ces communications ont mis en lumière, c’est que le point d’articulation entre Parole et Pouvoir est la notion de Liberté : liberté de conscience et d’expression, liberté individuelle, sociale ou politique. La multiplicité des rapports possibles entre Parole et Pouvoir ne peut se comprendre que si l’on prend en compte ce tiers immanent.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540