Version classiqueVersion mobile

Le recueil littéraire

 | 
Irène Langlet

Les auteurs

Texte intégral

1« Assistant Professor » à Stanford University en littérature de la Renaissance, Cécile Alduy travaille sur la question du recueil poétique et sur la théorie des genres au XVIe siècle. Elle a publié une réédition de Délie de Maurice Scève (STFM) ainsi que des études sur les poètes lyonnais et la Pléiade, mais aussi sur Philippe Jaccottet.

2Isabelle Asselin a terminé récemment des études de maîtrise en littérature française à l’Université Laval. Son mémoire portait sur la narration comme entreprise mémorielle chez Eugène Savitzkaya.

3René Audet est chercheur postdoctoral à l’Université du Québec à Montréal, chercheur membre du Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises (CRILCQ) et codirecteur scientifique du Groupe de recherche Fabula ; www. fabula. org ;. Sa thèse de doctorat considérait les enjeux poétiques et génériques du recueil. Ses recherches portent sur la relation ambiguë entre narrativité et fictionnalité en littérature contemporaine.

4Il a publié Des textes à l’œuvre. La lecture du recueil de nouvelles (Nota bene, 2000) et a codirigé Frontières de la fiction (Nota bene/Presses universitaires de Bordeaux, 2002).

5Jan Baetens enseigne à l’Institut d’études culturelles de l’Université de Leuven (KU Leuven) et au Département d’études visuelles de l’Université de Maastricht. Ses recherches portent aussi bien sur l’écriture (essentiellement la poésie) que sur l’image (surtout les genres populaires, de la bande dessinée au roman-photo). Il codirige Formules, revue des écritures à contrainteset FPC. Formes poétiques contemporaines.

6Marie-Andrée Beaudet est professeure au Département des littératures de l’Université Laval et directrice du Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises (CRILCQ). Elle collabore au projet d’histoire de la vie littéraire au Québec et travaille, avec Pierre Nepveu, à l’édition de l’œuvre éparse de Gaston Miron.

7Thierry Bissonnette est critique littéraire et poursuit des recherches doctorales à l’Université Laval. Ses travaux portent sur la poésie québécoise contemporaine ainsi que sur les liens entre poétique du recueil et structures dynamiques.

8Mathilde Bombart achève un doctorat de littérature française à l’Université de la Sorbonne Nouvelle - Paris III sur la Querelle des Lettres de Jean-Louis Guez de Balzac (1624-1630). Par ailleurs, ses champs de recherche touchent à Antoine Furetière (préparation d’une édition de La Nouvelle allégorique, 1658) ainsi qu’aux modes de lecture et d’appropriation des textes à l’âge classique (la lecture à clé, notamment).

9Avide lecteur des écrivains marginaux du XIXe siècle, Luc Bonenfant est chercheur postdoctoral à l’Université Laval, où il poursuit des recherches sur la liminarité du poème en prose dans la littérature québécoise du XIXe siècle. Il a récemment publié Les avatars romantiques du genre (Nota bene, 2002) ainsi qu’une édition courante des Vers et contes épars d’Aloysius Bertrand (avec Thierry Bissonnette, Nota bene, 2002).

10Marc André Brouillette est chercheur postdoctoral au Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises (CRILCQ, Université Laval). Ses travaux portent actuellement sur la mise en discours du paysage dans des œuvres de poésie et de prose québécoises. Il a dirigé un dossier consacré au poète Gilles Cyr pour la revue Voix et Images (n° 84) et un autre qui porte sur les dictionnaires pour la revue Liberté (n° 260, 2003).

11Anne-Marie Clément est étudiante au programme de doctorat en littérature québécoise de l’Université Laval. Elle prépare une thèse sur le statut et le rôle de la discontinuité dans la prose narrative contemporaine québécoise à partir d’un corpus incluant le roman, le recueil de nouvelles et le recueil de poèmes en prose. Sous la direction de Robert Dion et de Frances Fortier, elle a participé dans un premier temps à des recherches sur la critique littéraire et contribue actuellement aux recherches sur la biographie imaginaire d’écrivain. Elle est coauteure de Les « essais littéraires » aux éditions de l’Hexagone ( 1988-1993 ). Radioscopie d’une collection (Nota bene, 2000).

12Benoît Denis est premier assistant et maître de conférences à l’Université de Liège (Département d’études romanes), secrétaire du Centre d’étude de la littérature francophone de Belgique (CELIFRAB) et secrétaire du Groupe d’études sartriennes. Ses domaines de recherche sont les rapports entre littérature et politique, spécialement au XXe siècle (Littérature et engagement. De Pascal à Sartre, Seuil, 2000) et l’histoire de la littérature francophone de Belgique (De la littérature belge, en collaboration avec Jean-Pierre Bertrand, Michel Biron et Rainier Grutman, parution chez Fayard prévue à l’automne 2003). Avec Jacques Dubois, il est l’éditeur des deux volumes des œuvres romanesques de Georges Simenon dans la Bibliothèque de la Pléiade.

13Isabelle Doucet poursuit des recherches doctorales à l’Université Laval, en littératures française et québécoise. Elle est également étudiante-chercheure au sein du Groupe de recherche sur le recueil (GRR). Sa thèse porte sur les formes composées en fiction narrative (cycles, séries et suites romanesques, feuilletons).

14Professeur au Département des littératures de l’Université Laval et membre du Centre de recherche sur la littérature et la culture québécoises (CRILCQ), François DUMONT s’intéresse particulièrement à la poétique des genres et à l’histoire littéraire. Il a publié plusieurs études sur la littérature québécoise, dont La poésie québécoise (Boréal, 1999), et a dirigé le collectif La pensée composée. Formes du recueil et constitution de l’essai québécois (Nota bene, 1999).

15Caroline Dupont est étudiante à la maîtrise en études littéraires de l’Université du Québec à Rimouski. S’intéressant principalement aux questions du métissage des genres et de la cohabitation, au sein de certaines œuvres littéraires contemporaines, de la fiction et du discours critique, elle poursuit actuellement des recherches sur la biographie imaginaire d’écrivain, ramification particulière du récit biographique en train de se constituer, à mi-chemin de la critique et de la fiction. Elle a récemment publié des articles consacrés à ces sujets dans les revuers Voix et Images et Tangence.

16Isabelle Durand-Le Guern, maître de conférences à l’Université de Lorient et rattachée au Centre d’étude des littératures anciennes et modernes (CELAM) de l’Université Rennes 2, a publié un ouvrage sur Le Moyen Âge des romantiques (Presses universitaires de Rennes, 2001). Elle s’intéresse particulièrement au romantisme européen (allemand, anglais, français), à la représentation de l’histoire et de l’espace en littérature, et à la poétique des genres littéraires.

17Frances Fortier est professeure au Département de lettres de l’Université du Québec à Rimouski. Ses recherches actuelles portent principalement sur les logiques génériques qui informent les genres en émergence, tels la biographie imaginaire d’écrivain et le récit littéraire québécois. Elle a publié plusieurs études sur ces sujets dans des revues (Texte, Protée, Voix et images, Études françaises, Cahiers de Narratologie, Études francophones de Bayreuth ) codirigé l’ouvrage Enjeux des genres dans les écritures contemporaines (Nota bene, 2001) et le numéro de la revue Protée portant sur « La transposition générique » (2003).

18Madeleine Frédéric est professeure à l’Université Libre de Bruxelles, où elle enseigne les littératures française et francophone contemporaines ainsi que la stylistique. Ses domaines de recherche sont principalement la poésie, la littérature de guerre (1914-1918, guerre d’Espagne) et la littérature d’enfance et de jeunesse.

19Julie Gaudreault est doctorante et étudiante-chercheure au Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises (CRILCQ), à l’Université Laval. Elle a achevé un mémoire de maîtrise sur la poétique du recueil dans Refus global et prépare une thèse de doctorat qui portera sur la revue Liberté (1959-).

20Assistant à l’Université de Neuchâtel, membre du groupe de recherche Modernités de l’Université Bordeaux 3, Alexandre Gefen codirige le Groupe de recherche Fabula. Ses recherches portent sur le genre de la vie imaginaire et plus généralement sur la théorie de la fiction. Ses parutions récentes sont : La Mimèsis (Flammarion, 2001), Frontières de la fiction (avec René Audet, Presses universitaires de Bordeaux/Nota bene, 2002), Œuvres de Marcel Schwob (Les Belles Lettres, 2002), Barthes, au lieu du roman(avec Marielle Macé, Desjonquères/Nota bene, 2002).

21Johnnie Gratton est professeur d’université à Trinity College Dublin (Irlande). Il est l’auteur de Expressivism : The Vicissitudes of a Theory in the Writing of Proust and Barthes(Legenda, 2000) et le codirecteur de Modern French Short Fiction (Manchester University Press, 1994), La Nouvelle hier et aujourd’hui (L’Harmattan, 1997) et Subject Matters : Subject and Self in French Literature from Descartes to the Present (Rodopi, 2000). Il a publié des articles sur Barthes, Breton, Sophie Calle, Colette, Foucault, Proust, Sarraute, Jean-Loup Trassard, parmi d’autres.

22Spécialiste de la musique populaire, Serge Lacasse est professeur adjoint à la Faculté de musique de l’Université Laval. Ses recherches actuelles portent, d’une part, sur l’intertextualité et la narratologie appliquées à la musique populaire enregistrée, et, d’autre part, sur la mise en scène phonographique. En plus de ses fonctions de professeur, il est chercheur régulier au Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises (CRILCQ) et occupe le poste de rédacteur en chef (section francophone) de la Revue de musique des universités canadiennes.

23Irène Langlet est maître de conférences en littérature générale et comparée à l’Université Rennes 2. Après une thèse consacrée aux théories de l’essai littéraire au XXe siècle (Rennes, 1995, inédite), elle a diversifié son étude des rapports entre science, littérature et genres littéraires dans des articles sur l’essai littéraire, l’essai scientifique et la sciencefiction. Son approche théorique des littérarités non fictionnelles l’a amenée à travailler sur la littérature en recueil (essais, nouvelles, poésie). Elle est membre du Centre d’étude des littératures anciennes et modernes (CELAM) de Rennes 2, membre associée du Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises (CRILCQ, Université Laval) et du Groupe Fabula.

24Andrée Mercier est professeure au Département des littératures de l’Université Laval et membre du Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises (CRILCQ). Elle travaille depuis quelques années, avec une équipe de chercheurs, sur le récit contemporain et sur la dynamique des genres dans la littérature et le théâtre québécois depuis 1980. Elle a consacré un livre à l’écrivain Jacques Ferron (L’incertitude narrative dans quatre contes de Jacques Ferron, Nota bene, 1998), participé à l’ouvrage collectif La pensée composée, consacré à la forme du recueil et à la constitution de l’essai québécois (François Dumont (dir.), Nota bene, 1999) et dirigé deux dossiers d’articles consacrés au récit contemporain, l’un pour la revue Voix et Images (n° 69, 1998), l’autre pour la revue Québec Studies (n° 28, 1999-2000).

25Guillaume Peureux est maître de conférences à l’Université Rennes 2 et « visiting lecturer » à l’Université de Glasgow. Il travaille sur la poésie et le théâtre du premier XVIIe siècle, plus particulièrement sur la question de la versification. Il a publié Le Rendez-vous des enfans sans soucy. La poétique de Saint-Amant (Champion, 2002) et divers articles sur Saint-Amant, Tristan L’Hermite et Racine. Il prépare une édition des poésies de Pierre Motin pour la STFM.

26Professeur de français à Miami University of Ohio, Randolph Runyon s’intéresse à des recueils aussi disparates que les poèmes de Robert Penn Warren (The Braided Dream, University Press of Kentucky, 1990), les contes de Carver (Reading Raymond Carver, Syracuse University Press, 1992) et les fables de La Fontaine (In La Fontaine’s Labyrinth, Rookwood/Champion, 2000).

27Richard Saint-Gelais est professeur au Département des littératures de l’Université Laval. Spécialiste des théories de la lecture et de la fiction, il a fait paraître Châteaux de pages. La fiction au risque de sa lecture (Hurtubise HMH, 1994) et L’empire du pseudo. Modernités de la science-fiction(Nota bene, 1999). Il prépare actuellement un ouvrage sur le trompe-l’œil en littérature.

28Frédérique Toudoire-Surlapierre est maître de conférences en littérature comparée à l’Université de Franche Comté. Auteure d’une thèse consacrée aux littératures scandinaves et intitulée L’imaginaire nordique(à paraître aux Presses de l’Université de Paris-Sorbonne en 2003), elle a rédigé une vingtaine d’articles dans ce domaine, privilégiant les questions de représentation, d’imagologie et de géocritique. Elle fait partie du Centre de recherches Jacques Petit, impliquée dans la section « Poétique comparée des arts », qui s’intéresse aux rapprochements entre musique, peinture, cinéma et littérature, afin de définir la notion de transfert disciplinaire.

29Dominique Vaugeois est maître de conférences à l’Université de Pau. Elle travaille sur la poétique des écrits sur l’art au XXe siècle et sur les liens entre présentation et représentation. Elle a publié L’épreuve du livre.Henri Matisse, roman d’Aragon(Presses universitaires du Septentrion, 2002). Elle est membre du Groupe de recherche Fabula.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search