Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Miroirs et jeux de miroirs dans la littérature médiévale

 | 
Fabienne Pomel

Section III. Spécularité et identité : miroir périlleux ou vivifiant ?

Intermède 3

Volltext

[…] il me sembla que je voyais en rêve,
jeune et belle, une dame aller par la lande,
cueillant des fleurs ; elle disait en chantant :
« Qui veut savoir mon nom le sache :
je suis Lia, et je bouge alentour
mes belles mains pour me faire des guirlandes.
Je m’orne pour me plaire, ici, au miroir,
mais ma sœur Rachel ne le quitte pas,
et reste devant lui, assise tout le jour.
Elle aime à mirer ses beaux yeux
comme moi à m’orner de mes mains ;
voir est sa joie, et la mienne agir »
(Dante, Purgatoire xxvii, 97-108, trad. J. Risset, Flammarion, 1988.)

Qui écoute la Parole sans la mettre en pratique ressemble à un homme qui observe sa physionomie dans un miroir.
(Épître de saint Jacques, I, 23.)

Narcisse
Ha ! vray Dieu, qu’est-ce que je voy ?
C’est la plus belle, par ma foy,
Que je vy oncques de mes yeulx !
Toutes les foiz que j’apparçoy
Sa grant beaulté, son maintien coy,
Je suis d’elle amer envïeux.
Plus la voy, et tant me plaist mieulx :
Son visaige est tant precïeux,
Tant amoureux, si bien formé
Qu’oncques Nature, se m’aït Dieux,
Ne forma plus bel soubz les cieulx,
Se je ne suis mal informé […]

Le fol
Par mon serment, il a bien fait
De le prendre en tel maniere !
C’est bien la plus sote prïere
Que j’ouïsse oncques faire a homme.
Il cuide, par les sains de Romme,
Que ce soit une bele dame,
Et c’est sun umbre, par mon ame !
Il est bien, laissez luy requerre !
[…]

Narcisse
Ce suis je ! je congnois ma face ;
Il n’y a riens qui me defface.
C’est ma façon, forme et figure !
Ha, Dieu, je ne sçay que je face.
A peu que ma vie n’efface
D’une dague ou espee dure.
Faut il que je soie en tel ardure
Et que tel desplaisir me dure
Pour mon umbre tant seullement ?
C’est bien la plus folle aventure
Qu’oncques advint a creature,
N’adviendra jusqu’au jugement.
Je suis de moy mesmes espris :
Je chasse, et suis en mes las pris
Jë allume le feu qui m’art ;
Je suis le docteur mal apris
Qui par sa scïence est repris
Et trompé mesmes par son art.
Je m’occis mesmes par mon dart ;
Je suis deceu par mon regart […].
(Le Jeu de Narcisse, éd. A. Hilka, « Das mittelfranzösische Narcissusspiel », Zeitschrift für Romanische Philologie, n° 56, 1936, p. 275-321, v. 881-892, 905-912 et 1106-1125.)

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540