Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Miroirs et jeux de miroirs dans la littérature médiévale

 | 
Fabienne Pomel

Section III. Spécularité et identité : miroir périlleux ou vivifiant ?

Jeux de miroir dans deux récits gémellaires

Floris et Lyriopé (xiiie siècle) et Gillion de Trazegnies (xve siècle)

Stéphanie Vincent

Texte intégral

  • 1 Voir l’article de J. Lacan, « Le stade du miroir comme formateur de la fonction du Je telle qu’elle (...)
  • 2 Voir René Zazzo dans l’entrée « Identité » de l’Encyclopædia Universalis, chapitre « La genèse de l (...)
  • 3 Édition consultée : Robert de Blois’s Floris et Lyriopé, Paul Barrette, Berkeley-Los Angeles, Unive (...)
  • 4 En attendant son édition dans le cadre de notre thèse Le Roman de Gillion de Trazegnies : édition c (...)

1C’est au cours du « stade du miroir » (entre 6 et 18 mois pour Jacques Lacan) que l’enfant prend conscience de son identité, à travers son double spéculaire1. Mais lors d’une naissance gémellaire, ce stade est gêné par la présence de l’image spéculaire chez l’autre jumeau2, car alors le double spéculaire n’est plus métaphorique, mais bel et bien réel. Deux récits du Moyen Âge, notamment, mettent en scène l’influence de la gémellité sur l’identité. Il y a tout d’abord Floris et Lyriopé, roman en vers octosyllabiques du xiiie siècle, où Robert de Blois reprend le mythe de Narcisse tel qu’Ovide le raconte au livre iii de ses Métamorphoses, en imaginant les parents de Narcisse3. Le second récit est un roman anonyme en prose du milieu du xve siècle, écrit à la cour de Bourgogne, Gillion de Trazegnies . C’est l’histoire d’un chevalier du Hainaut belge, prisonnier en Égypte, et de ses deux fils4. À travers le dévoilement des jeux spéculaires entre les protagonistes et dans les structures narratives de nos deux récits, nous essaierons de savoir s’il y a une typologie des structures narratives de réduplication propre aux récits de jumeaux, et si les éléments qui la composent évoluent entre le milieu et la fin du Moyen Âge.

Les jeux de miroirs entre les personnages

Une spécularité fraternelle : des personnages semblables et interchangeables ou différents et complémentaires

  • 5 Dans les récits médiévaux, on accorde beaucoup d’importance au nom, reflet de l’âme : « Par lo sorn (...)
  • 6 On pense à la chanson de geste de Ami et Amile, où les deux amis sont comme des frères, ou bien à F (...)

2La parité des noms, « Floris » et « Florie », soulignée par la spécularité onomastique, induit la parité des individus5. Ils ont été conçus en même temps, sous le même ciel astral et c’est pour cela qu’ils se ressemblent6 ; à la différence de jumeaux qui ont été conçus l’un après l’autre, comme Jean et Gérard de Trazegnies certainement.

  • 7 Ajoutons que mai est aussi le mois des gémeaux.

3De plus, les noms des principaux protagonistes se font écho dans un monde végétal. Floris et Florie sont nés en mai, le temps de la floraison7 :

  • 8 Floris et Lyriopé, op. cit., v. 334-339.

Et por itant qu’il furent né
En mai a l’antree d’esté
Quant li douz tans se renovale
Et quant renaist la flors novale,
Furent nommé per droit avis
Cele Florie et cil Floris8.

  • 9 Voir P. Hadot, « Le mythe de Narcisse et son interprétation par Plotin », J. -B. Pontalis (dir.), N (...)
  • 10 Ibid., note 8, p. 493.

4Le narcisse est une fleur qui se trouve au bord des sources où elle semble se mirer dans l’eau9. La mère de Narcisse, Leriopé ou Lyriopé, se rapporte elle aussi à une fleur, puisque leirion signifie le lis10.

5Floris et Florie se ressemblent tellement que tout le monde les confond, même s’ils ne sont pas du même sexe :

  • 11 Floris et Lyriopé, op. cit., v. 328-333.

Si furent si d’une semblance
Que nuns n’i savoit dasavrance
N’en piez n’en mains n’en cors n’en vis
Fors que tant, ce dit li escris,
Qu’en une samblance et figure
Avoient diverse nature11.

6Seul leur vêtement permet de les distinguer :

Tant con plus crurent li anfant,
De tant furent il plus samblant.

  • 12 Ibid., v. 342-345.

Nuns n’i fesist devisïon
Entr’aus se per la robe non12.

  • 13 Avec l’habit comme vecteur d’identité parce qu’il induit le sexe, on pense aussi au Roman de Silenc (...)
  • 14 Pausanias, Descriptio Graeciae, IX, 31, 7-8, cité par P. Hadot, op. cit., p. 127 et 142. Dans cette (...)

7Les jumeaux vont d’ailleurs jouer avec ce signe distinctif, puisqu’ils vont échanger leurs vêtements au milieu du récit. Floris devient Florie, et Florie prend la place de Floris. Floris et Florie ne font plus qu’un devant Lyriopé13. Le thème de l’androgynie est déjà présent dans le mythe de Narcisse, qui aimerait pouvoir se dédoubler pour accéder à l’objet de son désir. Pausanias, dans la version qu’il donne du mythe, va concrétiser ce dédoublement en donnant une sœur jumelle à Narcisse14. En outre, il ne s’agit pas seulement d’une gémellité dans Floris et Lyriopé, mais aussi d’une relation trigémellaire, car Floris, Florie et Lyriopé sont nés le même jour :

  • 15 Floris et Lyriopé, op. cit., v. 340-341.

Cil enfant et Leriopey
Furent tuit troi en un jor né15.

8Les jumeaux de Trazegnies, eux, ne se ressemblent pas. Le narrateur ne met pas en valeur une quelconque ressemblance physique, et au contraire, semble vouloir les différencier. Le comte de Hainaut est le premier à les comparer :

  • 16 Gillion de Trazegnies, op. cit., p. 93.

Ja voy je icy devant moy deux freres tous d’un pere et d’une mere engendrez voire tous d’une portee que nature a tellement ordonnez que l’un est bien actempré en parler et en maniere, l’autre est hatif, chault et bouillant pour ses voloirs acomplir16.

  • 17 Précisons toutefois que leurs portraits ne sont pas caricaturaux et que Gérard prend aussi des déci (...)
  • 18 C’est Isidore de Séville, dans le premier livre de ses Étymologies (viie siècle), qui définit le hé (...)
  • 19 Voir le chapitre « Mesure et démesure, fortitudo et sapientia » dans Raoul de Cambrai : l’impossibl (...)

9Le verbe « ordonner », souligné par mes soins, montre ici qu’il n’y a pas seulement une différence entre les deux frères mais aussi une organisation. Chacun a son rôle à jouer : Jean, l’aîné, est sage et réfléchi, alors que Gérard, le puîné, est plutôt impulsif. Ils ont chacun leur cri de ralliement au tournoi : « Trazegnies » pour Jean et « Herlammont » pour Gérard. Au combat, le premier élabore une stratégie, et le deuxième est le premier à prendre les armes17. Ils réunissent ainsi les deux vertus chevaleresques, sapientia et fortitudo, qui forment les héros épiques18. Les frères de Trazegnies sont donc à eux deux des chevaliers parfaits, et rejoignent les couples des chansons de geste – comme Roland et Olivier, dans la Chanson de Roland (xiie siècle), ou Raoul et Bernier, dans Raoul de Cambrai (xiie siècle)19 – en les sublimant. La dualité n’est plus symbolique mais effective, puisque les protagonistes sont jumeaux. Ils se rapprochent ainsi de l’idéal chevaleresque qui réunit les deux valeurs en une seule personne, sans toutefois atteindre la perfection, incarnée par Guillaume d’Orange dans la Chanson de Guillaume (xiie siècle).

Une spécularité filiale

10Il y a dans nos récits une deuxième spécularité entre des personnages, non plus sur le plan horizontal, entre des frères et sœurs, mais vertical cette fois, entre deux générations. Chaque récit présente un des deux types de réduplication que l’on peut trouver entre deux générations : la réduplication en analepse pour Gillion et sa descendance, et celle en prolepse pour Narcisse et ses ascendants.

11Jean et Gérard reflètent leur père, Gillion. Ils symbolisent en analepse sa dualité ; Gillion a deux femmes et se partage entre deux pays, le Hainaut et l’Égypte. Les jumeaux et leur père ont en commun certains traits de caractère. Gillion est un chevalier parfait, qui allie force et sagesse, et sa « prodomie » se retrouve dans ses fils :

  • 20 Ibid., p. 90.

Le conte de Haynnau veant les enfans de Trasignies ainsi eulx esprouver fu moult joyeux et dist que en ses deux enfans nature se monstre qui ne se peut celer et bien ressembleront leur pere qui tout son temps fu moult preudoms mesmement toute la lignié dont ilz se sont descenduz20.

12C’est aussi sur le plan physique que les jumeaux sont comparés à leur père :

  • 21 Ibid., p. 87.

La noble dame veant ses deux filz humilier devant elle commenca de lermoyer en ayant souvenance de leur pere que tant bien ressembloyent21.

13Le dédoublement des qualités du père dans les fils crée une impression d’infini qui sert la pérennité de la dynastie (comme le fils de Gérard, mentionné dans la longue conclusion de deux manuscrits, qui assure la continuité de la dynastie).

14Dans le récit de Floris et Lyriopé, on observe un jeu spéculaire entre les noms à travers les générations. Le petit-fils s’appelle comme son grand-père, Narcisse. On devrait dire plutôt que c’est le grand-père qui porte le nom de son petit-fils car le mythe de Narcisse précède l’histoire de Robert de Blois. L’histoire de Floris et Lyriopé se présente en effet comme les « enfances » de Narcisse. Le nom porté du grand-père au petit-fils narrativement (et biologiquement), et du petit-fils au grand-père culturellement, accentue la spécularité et l’image du cycle par un jeune Narcisse qui renouvelle un Narcisse vieillissant. En donnant des parents à Narcisse, Robert de Blois introduit une hérédité. Narcisse hérite de l’orgueil de sa mère et de la dualité de son père. Si on se réfère à la version du mythe de Pausanias où Narcisse a une sœur jumelle, l’androgynie vers laquelle tend Narcisse est une réminiscence de celle de son père. Floris et Lyriopé sont des miroirs proleptiques de Narcisse.

  • 22 Dans les prologues du Moyen Âge, c’est un lieu commun de faire référence au passé glorieux pour ass (...)

15Les descendants reproduisent les exploits de leurs ancêtres, comme l’annoncent les prologues de nos deux récits22 :

  • 23 Floris et Lyriopé, op. cit., v. 107-110.

Proudome furent sui ancestre
Et il ne pot plus vaillanz estre,
Qu’encor sormontoit sa prouesce
Des ancestres la gentillesce […]23 ?

  • 24 Gillion de Trazegnies, op. cit., p. 1.

Les haulx et coraigeux faiz des nobles et vertueuses personnes sont dignes d’estre racontez et escrips, tant et afin de leur baillier et accroistre nom immortel par renommee et souveraine louenge, comme aussi pour esmouvoir et enflamber les cuers des lisans et escoutans, a eviter et fuir oeuvres vicieuses, deshonnestes et vituperables, et emprandre et acomplir choses honnestes et glorieuses, meritoires de vivre en perpetuel memoire24.

16Le livre, qui se veut ici chronique ou mémoire, fonctionne comme un miroir où l’on aspire à ressembler au mythe familial ou au héros fondateur.

17Il y a aussi jeu de miroir dans l’imitation. Narcisse est orgueilleux comme sa mère – le prologue de Robert de Blois met particulièrement en garde contre l’orgueil – et les jumeaux de Trazegnies se sont montrés aussi dignes de louange que leurs ancêtres, en répétant le chemin parcouru par leur père. La réduplication en miroir fonctionne comme une fatalité et comme un exemple pour le lectorat de la famille de Trazegnies. Le roman de Gillion s’adresse aussi bien aux Trazegnies, sous forme de biographie, qu’à la noblesse hainuyère, comme modèle pour les jeunes générations.

Les doubles de Gillion : le sultan et Hertan

18En parcourant le roman de Gillion de Trazegnies, on voit apparaître des personnages identiques ou symétriques à Gillion, par un jeu de déguisement ou par un compagnonnage. La dualité interne de Gillion autorise le jeu des doubles avec des rôles interchangeables.

19Dans une scène du chapitre 19, Gillion revêt les armes du sultan pour aller lui porter secours, sur la demande de Gracienne. Les Babyloniens croient à un miracle parce qu’ils voient dans Gillion le sultan qui venait d’être fait prisonnier :

  • 25 Ibid., p. 36.

Ainsi comme vous oyez, Babilonnoys s’aloyent entr’euls resjoissans pour Gilion de Trasignyes que ilz cuidoyent estre leur seigneur25.

  • 26 On peut noter cette phrase, après la libération du sultan, qui met en parallèle le sultan et Gillio (...)

20Ils reprennent alors le combat, et Gillion délivre le sultan sans que celui-ci le reconnaisse26. Il faudra que Gillion mette à nouveau les armes et parures du sultan pour que ce dernier le reconnaisse et le gracie (chap. 22). Gillion est ainsi l’ombre du sultan, le temps d’une bataille, par le pouvoir de métamorphose du vêtement, comme il aurait pu devenir à son tour sultan de Babylone, après avoir épousé Gracienne, s’il n’était pas mort d’une blessure au combat.

  • 27 Gillion va même jusqu’à comparer l’amitié d’Hertan à un amour maternel : « O mon trés loyal amy, je (...)

21Hertan constitue un autre reflet de Gillion. Geôlier du chevalier hainuyer au début du récit – il le sera à nouveau pour délivrer Gillion du roi Fabur de Morienne – il devient son fidèle ami et son compagnon d’armes. Hertan est l’être du passage : il sert de messager entre Gillion et Gracienne, et à chaque fois qu’une menace s’abat sur eux, il la combat pour les réunir, souvent par l’intermédiaire du déguisement et du changement de nom. Alors que Gracienne aimerait pouvoir être un homme pour délivrer Gillion, Hertan, lui, peut changer son identité. Il se noircit le visage pour se rendre incognito à la cour du roi Fabur, se fait appeler « Vivant » et réussit à se faire engager par le roi comme gardien de prison (chap. 34). Il remplace Gillion dans un duel pour sauver l’honneur de Gracienne, car le traître Haldin ne veut combattre qu’un sarrasin (chap. 46). Le dernier changement de nom d’Hertan aura lieu lors de son baptême à Rome ; il choisira de s’appeler Henri. Au-delà de la dualité d’Hertan, il y a le lien qui unit Gillion à Hertan. C’est un lien fort et ambigu : Hertan est à la fois le fidèle serviteur et l’ami fraternel et protecteur27.

  • 28 Gillion ne se convertit pas, mais son cri de guerre passe, au fil du roman, de « Trasignyes ! » à « (...)

22Mais surtout, Hertan est le personnage de l’interface, en ce qu’il reçoit des caractéristiques trop ambiguës pour un chevalier chrétien. En se convertissant au catholicisme, il réalise ce que Gillion ne peut pas faire : se convertir à l’Islam28. Cela étant irrecevable pour le public de l’époque, il y a alors duplication d’un personnage pour le prendre en charge.

23Toutes les paires que nous avons vues ne se limitent pas à une réduplication. Elles se répartissent des fonctionnalités narratives à travers des structures en miroir, qu’il s’agit maintenant d’étudier.

Les répétitions et variations dans la structure narrative

Une spécularité dans le déroulement linéaire

  • 29 Pour reprendre la terminologie de L. Dällenbach, on pourrait parler ici de « réduplication à l’infi (...)

24Le roman de Gillion de Trazegnies est découpé en 50 chapitres plus ou moins longs. À travers ces chapitres, nous pouvons distinguer deux parties à peu près équivalentes. La première partie, qui va du chapitre 2 – le chapitre 1 étant le prologue – au chapitre 24, comprend les aventures de Gillion (avec seulement un épisode, au chapitre 10, consacré à la naissance des jumeaux). Dans la deuxième partie, des chapitres 25 à 50, ce sont plutôt les jumeaux qui sont mis en scène. Toutefois, les aventures du père continuent en parallèle. Il y a donc, dans Gillion de Trazegnies, d’un côté deux séries d’aventures et de l’autre, un entrelacement des aventures, principe spécifique au récit chevaleresque. Une seule chaîne narrative introduit le récit (avant le départ de Gillion). Ensuite, elle se scinde en deux (Gillion d’un côté, les jumeaux de l’autre) puis en trois (Gillion, Jean et Gérard), pour finir par recomposer une seule chaîne narrative à la fin (après les retrouvailles communes29) : ce qui nous donne quatre temps narratifs.

  • 30 « Une grande parfonde fosse » dans le songe de Gillion (chap. 8, Gillion de Trazegnies, op. cit., p (...)
  • 31 Le chapitre (44) dans lequel Jean est fait prisonnier à Tripoli porte d’ailleurs comme rubrique « C (...)

25Mais surtout, les deux séries d’aventure fonctionnent en miroir. On peut distinguer des répétitions sur la chaîne narrative de Gillion, et des échos entre les deux chaînes narratives (Gillion/jumeaux). Sur la chaîne narrative de Gillion, on a deux mariages (1re partie, chap. 2 ; 2e partie, chap. 46), et deux emprisonnements (1re partie, chap. 9 ; 2e partie, chap. 30). Des épisodes se répondent en miroir entre les chaînes narratives de Gillion et des jumeaux (miroir entre les générations). Le songe de Jean fait écho à celui de Gillion. Comme pour expliciter le parallèle, le groupe nominal « une grant et parfonde fosse » est répété dans les deux songes30. Jean est emprisonné dans la même prison que son père, chez le roi Fabur de Morienne à Tripoli31. De même que Gillion est sous le charme de Gracienne, de même Gérard tombe amoureux de Nathalie. Au sujet du songe de Jean (2e partie, chap. 33), on peut ajouter qu’il se fait le miroir entre les deux chaînes narratives, puisque Jean rêve que son père est enfermé dans une cage, au moment même où Gillion est prisonnier du roi Fabur, sur l’autre chaîne narrative.

26Dans Floris et Lyriopé, des épisodes sont dupliqués à nouveau au sein de la même chaîne narrative. La naissance de Narcisse, dans la dernière partie du roman, et les naissances de Lyriopé et des jumeaux, qui ouvrent le récit, se font écho, notamment par une construction en symétrie des deux scènes. Les naissances de Lyriopé et des jumeaux sont suivies du récit de l’amitié-amour fraternel entre Florie et Lyriopé, alors que, dans la dernière partie du récit, le couple Florie-Lyriopé pré la naissance de Narcisse. Ce dernier épisode entraîne l’effet d’un nouveau point de départ à l’intérieur du récit. En outre, on n’a pas seulement ici un redoublement mais un triplement de l’événement narratif.

27Lors de l’échange des vêtements, Floris devient le miroir de Florie, et vice-versa. Comme pour le symboliser, les scènes centrales qui encadrent cet épisode se font écho. Elles se succèdent ainsi : les deux filles, Florie et Lyriopé, sont élevées ensemble ; puis Floris tombe amoureux de Lyriopé en venant voir sa sœur. On a donc dans cette scène trois personnages, Florie, Lyriopé et Floris. Le moment où Floris et Florie échangent leurs rôles constitue un basculement dans le récit, on passe de l’autre côté du miroir et les scènes sont inversées : on retrouve fictivement trois personnages puisque Floris et Florie ne forment plus qu’une seule personne devant Lyriopé ; ensuite, on a le couple amoureux, Floris et Lyriopé, qui fait écho au couple fraternel des « deux sœurs ». La construction en chiasme de ces épisodes met en relief le chassé-croisé qui se joue entre les trois couples (les jumeaux, Florie et Lyriopé, et Floris et Lyriopé).

Mises en abyme du récit

28Les effets de spécularité ici sont plutôt issus d’un enchâssement dans la structure narrative. On rencontre dans les récits de Gillion de Trazegnies et de Floris et Lyriopé plusieurs types de mise en abyme.

  • 32 « Faon » en ancien français signifie le plus souvent « petit de » (cf. E. Huguet, Dictionnaire de l (...)
  • 33 Les « deux moult beaulx oisyaulx » du rêve font écho aux « deux moult beaux filz » (chap. 4). De pl (...)
  • 34 L. Dällenbach, op. cit., p. 83, classe les mises en abyme selon trois types : « La première, prospe (...)

29Le songe de Gillion (1re partie, chap. 8) fonctionne comme un miroir proleptique du récit parce qu’il en résume les principaux événements. Lors de sa deuxième nuit à Jérusalem, Gillion a « une vision merveilleuse ». Il rêve qu’un griffon (certainement le sultan qui le fait prisonnier) l’attrape et l’emporte dans son nid au-delà de la mer, où un faon (Gracienne, la fille du sultan32) l’accueille. Chaque jour, un pigeon blanc (Hertan) vient le voir pour le réconforter. Puis, il voit arriver deux oiseaux aux belles plumes (Jean et Gérard, qui sont dans le camp adverse lorsque Gillion les rencontre, et qu’il reconnaît grâce aux armoiries de Trazegnies notamment33). Au début, les oiseaux semblent vouloir lui faire du mal, mais il réussit à les apprivoiser, et ils repassent de l’autre côté de la mer avec le faon. Ils arrivent à un château où une fée (Dame Marie) les accueille chaleureusement. Ensuite, ils volent jusqu’à un nid sur le mont des oiseaux. Mais la branche qui soutient le nid commence à se casser. C’est à ce moment-là que Gillion se réveille. Ce songe est évidemment très symbolique puisqu’on devine tous les principaux personnages du récit à travers leur miroir animalier. Il donne aussi le synopsis, jusqu’à la fin même du roman, avec la branche qui se brise comme une métaphore de la mort de Gillion. L’épisode constitue une articulation narrative car il se situe à la frontière entre le premier et le deuxième temps narratifs. En effet, après le départ de Gillion, on passe à deux lieux différents, du Hainaut à l’étranger, et à deux chaînes narratives, celle de Dame Marie et des jumeaux à celle de Gillion. Ainsi, le songe est une scène de mise en abyme prospective, pour reprendre un terme de Lucien Dällenbach34, qui annonce les événements à venir.

  • 35 Le thème de la stérilité est souvent lié à celui de la gémellité, comme si une impuissance pouvait (...)

30La scène de la carpe au début du roman de Gillion de Trazegnies (chap. 3) est une mise en abyme « rétro-prospective » du récit à travers une légende du Hainaut. Dame Marie, appuyée à une fenêtre du château, aperçoit dans l’eau des fossés une carpe en compagnie de ses carpeaux. Dame Marie ne peut s’empêcher de pleurer quand elle voit ce poisson entouré d’une multiple progéniture alors qu’elle n’a pas d’enfants35. La carpe est un miroir proleptique de Dame Marie puisque celle-ci va mettre au monde deux fils. Ce reflet est mis en valeur par la symbolique du miroir. La fenêtre constitue un passage entre le monde visible et invisible. La carpe devient une préfiguration de dame Marie. De même, l’eau du fossé renvoie à dame Marie son reflet à travers la carpe, symbole de fécondité.

  • 36 Le roman de Gillion de Trazegnies, Paris-Louvain, éd. A. Fontemoing, éd. C. Peeters, 1903, p. 77.
  • 37 Ibid.
  • 38 On parle de grossesse monstrueuse quand une femme accouche de plus de cinq enfants à la fois, selon (...)

31La multiple progéniture renvoie aussi au passé, à la légende des « treize nés » de Trazegnies. Alphonse Bayot la relate dans son étude36. Une légende « encore populaire dans la partie est du Hainaut37 » veut qu’une châtelaine de Trazegnies, après avoir reproché à une femme le grand nombre de ses enfants, accouche elle-même de treize enfants ; de là, dit-on, serait venu le mot « Trazegnies » qui signifie « treize nés ». Cette vieille légende n’est pas explicitement mentionnée dans le roman ; elle fait partie d’un passé extradiégétique et fait appel à la mémoire du lecteur, qui, au xve siècle et dans le Hainaut, devait certainement la connaître. La légende n’est pas de plus très valorisante et le narrateur préfère la taire et la « rectifier ». Il efface la grossesse monstrueuse en gardant la grossesse multiple : deux au lieu de treize enfants38.

32Dans la scène centrale de Floris et Lyriopé, Floris, toujours déguisé en Florie, et Lyriopé lisent leur roman préféré, Pyrame et Thisbé . Floris se fait le miroir de Pyrame pour déclarer son amour à Lyriopé, et ainsi lui dévoiler sa véritable identité, même si celle-ci ne le comprend pas immédiatement :

  • 39 Floris et Lyriopé, op. cit., v. 992-996.

Floris cui ele mout delite
Dist : « Dame, certes, se je estoie
Piramus, je vos ameroie,
Et se vos jur per toz les sains
Que je ne vos ains mie moins
Que cil fit la bele Tysbé […]39 »

33Robert de Blois fait ici une mise en abyme des amours de Floris et Lyriopé à travers ceux de Pyrame et Thisbé. L’histoire de Pyrame et Thisbé renvoie en même temps au passé de Floris et Lyriopé, qui sont amoureux dès l’enfance, et pose une question sur leur avenir : vont-ils mourir comme eux ? L’auteur s’amuse ici à tromper l’horizon d’attente du lecteur, qui, en voyant les deux récits d’amour enchâssés, pense que Floris et Lyriopé vont mourir par amour.

La question de l’identité

L’identité sexuelle

34Floris et Florie n’ont pas d’identité propre avant que Floris ait un fils, si ce n’est leur identité sexuelle. Dans un monologue notamment, transparaît nettement la dualité interne de Floris. Il se dédouble entre un « je » et un « tu » qui traduisent son désespoir devant l’amour qu’il éprouve pour Lyriopé :

  • 40 Ibid., v. 568-575.

Droit as que tu la doiz haïr
S’ele te fait tel mal sentir.
Haïr ? Voire. Ja Deu ne place
Que je por nul forfait la hace.
Por chose qu’ele me puist faire
Ne me puet ele jai desplaire.
Non ? Certes non. Donc sai je bien
Que tu l’aimmes40.

35Floris et Florie évoquent la figure de l’androgyne par leur travestissement avec l’échange des vêtements. Ils sont deux et un à la fois. Ils font référence au mythe d’Hermaphrodite : la nymphe Salmacis, tombée amoureuse d’Hermaphrodite, fils d’Hermès et d’Aphrodite, souhaite être unie à Hermaphrodite à tout jamais. Les dieux exaucent son vœu, et ils se retrouvent soudés par un même corps. Il est possible de voir dans le mythe de Narcisse un pendant au mythe d’Hermaphrodite. En effet, Narcisse, chez Ovide, une fois qu’il a compris que l’autre qu’il voyait dans l’eau n’était que son reflet, veut se séparer de son corps pour pouvoir accéder à l’objet de son désir. On peut dire que Narcisse voudrait pouvoir se dédoubler, tels Floris et Florie, à l’inverse de Salmacis et Hermaphrodite qui souhaitent se réunir dans un même corps.

36Le couple Florie et Lyriopé est un couple ambigu dans lequel se mêlent l’amitié fraternelle et l’attirance sexuelle. Les deux petites filles grandissent ensemble comme deux sœurs, et quand Floris prend la place de Florie, Lyriopé se laisse séduire :

  • 41 Ibid., v. 944-946.

Tant li plaist ja sa compaignie
Que sanz lui n’a pas bone vie.
Toz ses deduit est avec lui41.

37Mais cet amour la trouble, car elle pense que ce n’est pas normal d’aimer les filles :

  • 42 Ibid., v. 1010-1015.

Onques mais n’an oï novales
Que s’entramassent dous puceles.
Mais n’ameroie pas, ce croi,
Nul home tant con je fais toi,
Ne tant, ce cuit, ne me plairoit
Li baisiers, s’uns hons me baisoit42.

38C’est alors que Florie-Floris lui vante l’amour d’un homme. Le narrateur, après avoir joué sur l’être et le paraître en mettant en scène une fausse homosexualité féminine devant un lecteur qui sait que Florie est en réalité Floris, rétablit l’amour véritable, c’est-à-dire l’amour hétérosexuel. L’homosexualité ne peut être tolérée, dans la littérature médiévale, qu’en étant niée. On pense aussi à l’homosexualité latente chez Narcisse qui tombe amoureux d’un reflet masculin, dans la plupart des versions du mythe.

39L’amour que ressent Floris pour Lyriopé peut être comparé à un amour incestueux. Florie, Floris et Lyriopé étant nés le même jour, sont frère et sœur symboliquement. De plus, en aimant Lyriopé, qui est un double de Florie par leur intimité comme par leur gémellité symbolique, Floris évite matériellement l’inceste tout en le consommant sur le plan symbolique.

L’identité lignagère

40Le lignage se perpétue en se reproduisant : chez Robert de Blois, le petit-fils hérite du nom du grand-père, de la gémellité du père et de l’orgueil de la mère. Mais l’identité plurielle construite par les triplés, Floris, Florie et Lyriopé, est morcelée et détruite par Narcisse, qui clôt la lignée et l’enferme dans la stérilité et la mort.

41La hiérarchie qui est instaurée dès le départ entre les jumeaux de Trazegnies s’explique par l’importance accordée à l’aîné dans une dynastie. Celle-ci est mise en valeur par la récurrence des termes « hoirs » et « enfans de Trazegnies », par l’image de la branche qui se brise dans le songe de Gillion évoquant la branche d’un arbre généalogique, et par la ressemblance entre les fils et le père plutôt qu’entre les deux frères. La quête du père incite les jumeaux à devenir les dignes représentants de la lignée des Trazegnies. Ils se construisent une identité lignagère et contribuent à la continuité de la dynastie. Après la retraite de Gillion dans un monastère, en symbiose avec ses deux épouses, ils deviennent les seigneurs de Trazegnies en héritant de leurs terres.

42Le stade du miroir s’inscrit bien dans le temps ici. La prise de conscience de l’identité se fait à travers plusieurs générations : avec ses « enfances », Narcisse se construit des antécédents familiaux, alors que les jumeaux de Trazegnies assurent la continuité de la dynastie en la redoublant. L’altérité du jumeau se mesure non à son semblable, mais à son aîné et à son descendant. Dans nos deux romans, la gémellité se veut universelle. Elle n’agit plus seulement sur le même plan (fraternel) mais vise aussi la globalité. En remontant aux origines et en perpétuant la lignée, jusqu’à s’ouvrir aux personnages secondaires et investir la structure même du récit, la gémellité devient cyclique et se met au service du livre-mémoire.

  • 43 Je tiens, pour finir, à remercier Fabienne Pomel et Denis Hüe pour leur aide et leurs conseils.

43La réduplication n’est plus occasionnelle ou esthétique, mais elle devient omniprésente et signifiante, car, s’il y a dans toute littérature des effets de symétrie et de balancement qui sont structurels, nos deux romans jouent avec ces éléments et en tirent une dimension supplémentaire. Entre le xiiie siècle et le xve siècle, on évolue vers une saturation grandissante de ces procédés, au fur et à mesure que les enjeux changent. De l’appropriation d’une œuvre ancienne à la composition d’un roman dynastique, le lecteur est de plus en plus mobilisé. Les jeux d’échos et d’analogies entre les personnages comme dans la structure narrative livrent un sens que le lecteur doit comprendre et aider à construire. Sa lecture ne peut pas être linéaire car il doit faire sans cesse des va-et-vient à travers le texte ou même intertextuels. Parfois aussi, le lecteur jongle avec deux ou trois chaînes narratives. Par l’intermédiaire du lecteur herméneute, le texte prend vie en faisant référence à un passé ou en se projetant dans l’avenir. Ainsi, le roman, qui est toujours réécriture, fonctionne aussi comme un miroir43.

Notes

1 Voir l’article de J. Lacan, « Le stade du miroir comme formateur de la fonction du Je telle qu’elle nous est révélée dans l’expérience psychanalytique », Écrits, Paris, Seuil, 1966.

2 Voir René Zazzo dans l’entrée « Identité » de l’Encyclopædia Universalis, chapitre « La genèse de l’identité », ainsi que dans son livre, Le Paradoxe des jumeaux, Paris, Stock/Laurence Pernoud, 1990.

3 Édition consultée : Robert de Blois’s Floris et Lyriopé, Paul Barrette, Berkeley-Los Angeles, University of California Press, 1968. Études : E. Faral, « Le fabliau latin au Moyen Âge », Romania, t. XL, 1911, p. 323-385 ; J. Gilbert, « Boys will be… what ? Gender, sexuality and childhood in Floire et Blancheflor and Floris et Lyriopé », Exemplaria, IX, 1, printemps 1997, p. 39-61. Lyriopé, la fille du duc de Thèbes, repousse tous ses prétendants car elle est belle et très orgueilleuse. Le duc, qui s’appelle Narcisse, a un vavasseur, père de jumeaux : un garçon, Floris, et une fille, Florie. Les deux enfants se ressemblent tellement que personne n’arrive à les distinguer. Les jumeaux sont nés le même jour que Lyriopé. Alors le duc, qui tient beaucoup à son vavasseur, fait élever Florie en compagnie de sa fille. Les deux fillettes grandissent ensemble sans problème, jusqu’à ce que Floris, en venant voir sa sœur, tombe amoureux de Lyriopé. Sachant parfaitement que cet amour est vain, il se meurt de désespoir. Sa sœur essaye de le réconforter, mais le frère ne voit qu’une seule solution pour approcher Lyriopé : revêtir les habits de Florie. Celle-ci accepte et, déguisé en Florie, le jeune homme va trouver Lyriopé. Peu à peu, cette dernière se sent attirée vers Florie-Floris et ils finissent par s’aimer. Lyriopé attend un enfant. Alors, Floris, craignant la fureur du duc, part servir le roi Arthur en Angleterre. Lyriopé met au monde un fils qu’elle nomme Narcisse comme son grand-père. Mais un devin prédit que Narcisse vivra jusqu’au jour où il se connaîtra. Le duc meurt ; Floris revient. Narcisse grandit et se montre très orgueilleux, comme sa mère. Lorsqu’il se décide enfin à rencontrer une jeune fille, ce n’est que pour la repousser. La jeune fille prie alors le Seigneur de la venger. Un jour que Narcisse chasse dans la forêt, il vient se rafraîchir à une fontaine et tombe amoureux de son propre reflet. Il finit par mourir de désespoir n’ayant pu accéder à l’objet de son désir.

4 En attendant son édition dans le cadre de notre thèse Le Roman de Gillion de Trazegnies : édition critique et étude littéraire sur le roman dynastique (Rennes 2, dir. D. Hüe), nous nous référons à l’édition d’O. L. B. Wolff où le texte est complet : Histoire de Gilion de Trasignyes et de Dame Marie, sa femme, publiée d’après le manuscrit de la bibliothèque de l’université d’Iéna, Paris-Leipzig, 1839. Études : Denis Hüe, « Ab ovo : jumeaux, siamois, hermaphrodite et leur mère », Senefiance, n ° 26 (« Les relations de parenté dans le monde médiéval »), Aix-en-Provence, Publications du CUERMA, 1989, p. 352-371. Élisabeth Gaucher, « Naissances multiples chez les Seigneurs de Trazegnies », Nord, n ° 25, juin 1995, p. 51-62. Régnier-Bohler Danielle, « Fantasmes de l’indivision : la gémellité métaphorique dans la culture littéraire médiévale », F. Héritier-Augé et E. Copet-Rougier (éd.), La Parenté spirituelle, Paris-Bâle, Éditions des archives contemporaines, 1994, p. 205-263 (p. 215 et 227 sur Gillion de Trazegnies). Gillion de Trazegnies, chevalier hainuyer, part pour Jérusalem afin de remercier le Seigneur d’avoir permis à son épouse, Dame Marie, d’attendre un enfant après des mois de stérilité. Mais, au cours du voyage, Gillion est fait prisonnier par le sultan de Babylone. Alors que Gillion est toujours en Orient, sa femme va mettre au monde non pas un seul enfant mais deux fils, Jean et Gérard. Un traître qui veut épouser Dame Marie part à la recherche de Gillion et, quand il le retrouve, lui dit que Dame Marie est morte. Gillion finira donc par épouser en secondes noces la fille du sultan, Gracienne, car le sultan est devenu son protecteur depuis que le chevalier est parti en guerre avec lui. Quant aux jumeaux, dès qu’ils sont en âge de partir, ils s’en vont à la recherche de leur père. Ils le retrouvent après de multiples péripéties et le ramènent avec eux, accompagné de Gracienne, dans le Hainaut natal. Les deux femmes, Marie et Gracienne, prennent le voile. Quant à Gillion, il entre lui aussi dans la vie monacale avant de venir en aide au sultan, une dernière fois, car il meurt des suites d’une blessure lors d’une bataille. Son cœur revient dans le Hainaut pour être enterré au milieu de ses deux femmes.

5 Dans les récits médiévaux, on accorde beaucoup d’importance au nom, reflet de l’âme : « Par lo sornon conoist en l’ome » (« C’est par le nom qu’on connaît l’homme »), déclare la mère de Perceval à ce dernier, dans le Conte du Graal de Chrétien de Troyes, Chrétien de Troyes, Romans, éd. et trad. C. Méla, Paris, Le Livre de Poche, 1994, p. 958, v. 526.

6 On pense à la chanson de geste de Ami et Amile, où les deux amis sont comme des frères, ou bien à Floriant et Florete, dans lequel les deux amants sont presque jumeaux, parce que, dans chaque cas, ils sont nés le même jour et se ressemblent.

7 Ajoutons que mai est aussi le mois des gémeaux.

8 Floris et Lyriopé, op. cit., v. 334-339.

9 Voir P. Hadot, « Le mythe de Narcisse et son interprétation par Plotin », J. -B. Pontalis (dir.), Narcisses, Paris, Gallimard, 1976, p. 127-160. Id., p. 128 et 129.

10 Ibid., note 8, p. 493.

11 Floris et Lyriopé, op. cit., v. 328-333.

12 Ibid., v. 342-345.

13 Avec l’habit comme vecteur d’identité parce qu’il induit le sexe, on pense aussi au Roman de Silence de Heldris de Cornouailles (xiiie siècle). La jeune fille, déguisée en homme dès sa naissance, a une double identité. Elle s’appelle « Silencius » officiellement mais « Silencia » en secret, d’où un troisième nom, neutre, utilisé par le narrateur : « Silence ». Cette neutralité rappelle que l’enfant est considéré comme « neutre » au Moyen Âge jusqu’à sa puberté.

14 Pausanias, Descriptio Graeciae, IX, 31, 7-8, cité par P. Hadot, op. cit., p. 127 et 142. Dans cette version, Narcisse est amoureux de sa sœur, et quand celle-ci meurt, il va contempler son reflet dans une source pour entrevoir le visage de la défunte. En effet, les jumeaux se ressemblent parfaitement ; ils portent la même coiffure et les mêmes vêtements. Remarquons qu’au contraire, chez Robert de Blois, Floris et Florie n’ont pas les mêmes vêtements afin de pouvoir se les échanger justement.

15 Floris et Lyriopé, op. cit., v. 340-341.

16 Gillion de Trazegnies, op. cit., p. 93.

17 Précisons toutefois que leurs portraits ne sont pas caricaturaux et que Gérard prend aussi des décisions et Jean a de l’ardeur au combat.

18 C’est Isidore de Séville, dans le premier livre de ses Étymologies (viie siècle), qui définit le héros par sa sagesse (sapientia) et sa bravoure (fortitudo). Cf. éd. W. M. Lindsay, Oxford, Loeb Library, 1911, I, 39, 9.

19 Voir le chapitre « Mesure et démesure, fortitudo et sapientia » dans Raoul de Cambrai : l’impossible révolte, E. Baumgartner et L. Harf-Lancner, Paris, Champion, 1999, p. 99-104.

20 Ibid., p. 90.

21 Ibid., p. 87.

22 Dans les prologues du Moyen Âge, c’est un lieu commun de faire référence au passé glorieux pour asseoir les actions présentes ou futures.

23 Floris et Lyriopé, op. cit., v. 107-110.

24 Gillion de Trazegnies, op. cit., p. 1.

25 Ibid., p. 36.

26 On peut noter cette phrase, après la libération du sultan, qui met en parallèle le sultan et Gillion, à travers une syntaxe redondante : « […] tous veoyent le souldan avec eulx et delivré des mains Ysoré. D’autre part, ilz veoyent Gillion armé de ses armes… » (Gillion de Trazegnies, op. cit., p. 40).

27 Gillion va même jusqu’à comparer l’amitié d’Hertan à un amour maternel : « O mon trés loyal amy, je croy que la mere son enfant ne peut tant aimer comme vous et moy avons fait… » (Gillion de Trazegnies, op. cit., p. 97).

28 Gillion ne se convertit pas, mais son cri de guerre passe, au fil du roman, de « Trasignyes ! » à « Babilonne ! », et il se marie à une musulmane convertie en chrétienne.

29 Pour reprendre la terminologie de L. Dällenbach, on pourrait parler ici de « réduplication à l’infini », dans Le récit spéculaire. Essai sur la mise en abyme, Paris, Seuil, 1977, p. 51.

30 « Une grande parfonde fosse » dans le songe de Gillion (chap. 8, Gillion de Trazegnies, op. cit., p. 12) et « une grande et parfonde fosse » dans celui de Jean (chap. 33, Gillion de Trazegnies, op. cit., p. 94). Le copiste a probablement omis la préposition « et » dans la première occurrence.

31 Le chapitre (44) dans lequel Jean est fait prisonnier à Tripoli porte d’ailleurs comme rubrique « Comment Jehan de Trasignies fut mis en la chartre ou Gilion son pere avoit esté, et de ses complaintes » (Gillion de Trazegnies, op. cit., p. 144).

32 « Faon » en ancien français signifie le plus souvent « petit de » (cf. E. Huguet, Dictionnaire de la langue française duxviesiècle, Paris, Didier, 1946).

33 Les « deux moult beaulx oisyaulx » du rêve font écho aux « deux moult beaux filz » (chap. 4). De plus, les belles plumes qui parent les oiseaux-jumeaux pourraient symboliser les armes de Trazegnies dont sont ornés les deux frères.

34 L. Dällenbach, op. cit., p. 83, classe les mises en abyme selon trois types : « La première, prospective, réfléchit avant terme l’histoire à venir ; la deuxième, rétrospective, réfléchit après coup l’histoire accomplie ; la troisième, rétro-prospective, réfléchit l’histoire en découvrant les événements antérieurs et les événements postérieurs à son point d’ancrage dans le récit. »

35 Le thème de la stérilité est souvent lié à celui de la gémellité, comme si une impuissance pouvait s’inverser et produire ensuite une grande fécondité. C’est le cas également dans le Lai de Frêne de Marie de France.

36 Le roman de Gillion de Trazegnies, Paris-Louvain, éd. A. Fontemoing, éd. C. Peeters, 1903, p. 77.

37 Ibid.

38 On parle de grossesse monstrueuse quand une femme accouche de plus de cinq enfants à la fois, selon Aristote, cf. P. Boaistuau, Histoires prodigieuses, éd. de 1560, Paris, Le Club français du livre, 1961, chap. 30, p. 242.

39 Floris et Lyriopé, op. cit., v. 992-996.

40 Ibid., v. 568-575.

41 Ibid., v. 944-946.

42 Ibid., v. 1010-1015.

43 Je tiens, pour finir, à remercier Fabienne Pomel et Denis Hüe pour leur aide et leurs conseils.

Auteur

Université Rennes 2

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540