Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Miroirs et jeux de miroirs dans la littérature médiévale

 | 
Fabienne Pomel

Section II. Miroir moral, miroir divin

Intermède 2

Testo integrale

Car elle (la sagesse) est un reflet de la lumière éternelle,
Un miroir sans tache de l’activité de Dieu,
Une image de sa bonté.

(Livre de la Sagesse, 7, 26.)

Car nous voyons, à présent, dans un miroir, en énigme, mais alors ce sera face à face. À présent, je connais d’une manière partielle ; mais alors je connaîtrai comme je suis connu.

(Paul, I Cor., 13, 12.)

Et nous tous qui, le visage découvert, réfléchissons comme en un miroir la gloire du Seigneur, nous sommes transformés en cette même image, allant de gloire en gloire, comme de par le Seigneur, qui est Esprit.

(Paul, II Cor., 3, 18.)

Tu vois maintenant la grandeur et largeur
De l’éternelle valeur, après qu’elle a créé
Tant de miroirs où elle se morcèle,
En restant une en soi, comme avant.

(Dante, Paradis, xxix, 143-145, trad. J. Risset, GF-Flammarion, 1990.)

Riens ne se puet de lui (Dieu) garder,
Ja tant ne savra regarder,
Car la chose n’iert si lontaingne
Que dieus devant soi ne la taingne
Aussi com s’ele fust presente :
Demeurt. x. ou. xx. ou. xxx.,
Voire. v. c. voire. c. mile,
Soit a faire a champ ou a vile,
Soit honeste ou desavenant,
Si la voit dieus de maintenant
Aussi com s’el fust avenue,
Et de touz jors avenue,
Et de touz jors l’a il vëue
Par demoustrance veritable
A son miroer pardurable,
Que nus fors lui ne set polir,
Sanz riens a franc voloir tolir.
Cist miroers, c’est il meïsmes,
De cui commencement preïsmes.
En cest beau miroer poli
Qu’il tient et tint touz jors o li,
Ou tout voit quanqu’il avendra
Et touz jors present le tendra,
Voit il ou les ames iront
Qui loialment le serviront,
Et de ceuls aussi qui n’ont cure
De loiauté ne de droiture ;
Et leur promet a ses idees,
Des oevres qu’il avront ouvrees,
Sauvement ou damnacion :
C’est la predestinacion,
C’est la prescience divine
Qui tout sait et riens devine […]

(Jean de Meun, Le Roman de la Rose, éd. A. Strubel,
Lettres Gothiques, 1992, v. 17459-17490.)

Car quant aigue est clere et rasise
on s’i puet mirer et veoir
tout ainsi qu’en. i. mirëoir.
Et mirëoirs, je vous afie,
Pourvëance nous senefie,
Qui garde les vertus de l’onme.
Et qui pourvëance a droit nonme,
Il l’apele, selonc scïence,
Le mirëoirs de conscïense,
Car si c’on puet el mirëoir
Le cors mirer pour mieus sëoir
Et acesmer la mescëance,
Ainsi puet on en porvëance
La conscïense el cuer mirer
Et pourvëoir et remirer
En quel point on use sa vie,
Soit en savoir ou en folie.

(Baudoin de Condé, Le Conte du dragon, v. 388-404, Panunzio, p. 23.)

Je t’ai ja dit qu’ell’a semblant
Par congruité afferant
A son createur qui la fist,
Du quel sainte escripture dit
Qu’il est mirour sans tache
Ou creatures leur face
Pueent bien toutes regarder ;
Pour laquel chose dois penser
Que l’ame faite a son semblant
Aucunement com respondant
Com mirouour doit estre a lui,
Affin qu’il ne soit chose qui
En li sa semblance mirer
Ne puist et bien considerer ;
Pour la quelle capacité
N’est il mie necessité
Que de rien l’ame plus grant soit
Car petit mirouour recoit
Plus grans semblances que il n’est. »
(Guillaume de Digulleville, Pèlerinage de l’Âme, éd. J. -J. Stürzinger, Roxburghe Club,
Londres, 1895, v. 6979-6997. Il s’agit du passage avec l’Ourse Doctrine.)

Outre passay, en cloistre alay
Et la une dame trouvay
Qui entre ses mains un escrin
- Tout ce sembloit de parchemin –
Tenoit, et le aloit portant (f° 94 v° )
Entour le cloistre et tournoiant,
Et la sivoit tout environ
En l’air volant un blanc coulon.
A li voul parler.Je li dis :
« Dame, dis je, moult sui pensis
De cel escrin qu’alés portant
Et de ce coulon vous sivant. »
La sousceleriere parle :
« N’y pense, dist elle, que bien,
Quar d’autre chose n’i a rien.
Je sui la souscelleriere
De ci et la pitanciere.
A mengier je donne a l’ame
Et la repais, que n’afame.
Le cuer pais, non pas la pance
De ma tres doulce viande
Que m’a baillié la merciere
De ci ens maistre cloistr (i) ere

Que se tu veulx te mousterray
Et a li parler te feray. »
Si parle le pelerin :
« Bien le voeil », dis. Lors me mena
En un destour et me moustra
Celle merciere que disoit.
Je la vi et moult belle estoit.
Et tenoit grant establie
De diverse mercerie
Et entre ce qui y estoit
Mains mirouours il y avoit
Qui a primier moult me pleurent
Et moult gracieus me furent.
Et la dame gracieuse
Me fu, et soupeçonneuse
Pour ce que mipartie estoit
D’une clarté qui la n’estoit
Esgaument du costé destre
Sans rien toucher au senestre.
La teste estoit enluminée
Et l’autre n’estoit adessée
Mais demouroit bien umbragé
Et en corps et en visage.

A li je voul tantost parler.
« A vous voulsisse marchander,
Dis je, se sceüsse vostre nom,
Vostre loy et condition. »
Si parle la merciere :
« Je sui, dist elle, nourrice
De tous ceulx qui fuient vice
Et saches que il n’est cloistre
Se dedens li ne m’encloistre
Que il ne soit mains vaillable
Et assés mains honnourable.
De bonne gent sui amée
Et sui dite et appelée
Par droit non Agyographe
Qui sui sans roigne et sans crase
Qui par foiries et par festes
Gis toujours en piaulx de bestes. »
Si parle le pelerin :
« Et pourquoy es mipartie ?
Dis je, ne le cele mie.
D’une part enluminée
Es si a point et parée
Que point ne s’en sent l’autre part
Et si ne voy point de quel part
Telle clarté puet descendre.
Si voeil bien ceci entendre. »
Si parle la merciere :
« Pas ne fu, dist elle, née
Com tu en une journée.
U vieil temps la part umbrage
Quant estoit en tapinage
Jhesus, le soleil, fu née,
Mais la part enluminée
Fu née quant de la nue
Fu la clarté descendue
Du soleil qu’enlumine
Tout par la grace divine
Et ceste partie clere
N’est pas de li si avere
Qu’en l’autre ne resortisse
Et ne li en departisse. (f° 95)
Moult seroit voir plus umbrage
L’autre part de mon visage
Que n’est, se il n’avoit resort
De la clere part et aport

Et pour ce sans discretion
As dit que limitation
Est de la clere partie
Si que l’autre n’en a mie.
Moult fust noir le vieil testament,
Tenebreus, s’enluminement
N’eüst du nouvel qu’enlumine
Luisant et clere doctrine.
C’est pourquoy sui mipartie
Que briefment te senefie.
Autre chose ay cy a faire
Qui moult plus est necessaire. »
Si parle le pelerin :
« Or me dites, dis je, quel chose,
Et je vous promet la rose
La premiere que je verray
En may prochain et trouveray. »
Si parle la merciere :
« Certes ci endroit n’ay mie
Dist elle, mis m’establie
Sans cause : il y a oignemens
Ou prennent assouagemens
Gens malades, desconfortés,
Desesperés et mesportés,
Plains d’ennui et de tristece
Et que turbation blece.
Pignes y a, et estrilles,
Sades houes et faucilles
Pour vielx pechiés enracinés
Estre du tout exterminés.
De telx oustis y a assés
Qui sont fais afin que cassés
Et extirpés soient pechiés
En quel lieu qu’il soient fichiés.
Des mirouours ay a plenté
Pour tous ceulx qui ont volenté
De eulx mirer diversement
En verité ou faussement
Quar les uns se veulent mirer
Vrayement pour eulx atirer
Et estranger leur laidures.
Li autres leurs mespresures
Veulent que soient mirées
Faussement et regardées,
Que le mirouour les die

Belles, et ne le sont mie.
Des uns et des autres assés
En mon pennier sont amassés.
Se chose y a qui te plaise,
Prenre la pues a ton aise. »
Si parle le pelerin :
Bien vi quanqu’elle me disoit
Et que bien grant proufit gesoit
En li et en s’acointance.
Si li priay qu’eüst souffrance
Jusqu’à tant qu’eüsse veü
Ce qui m’aroit le mielx pleü.
Elle l’otroia bonnement
Et quant j’o fait reverchement
De toute la mercerie,
Aux mirouours m’estudie
Fu, pour moy dedens regarder.
Le premier me prist a farder
Et a mon visage paindre
Et dessus tel biaulté faindre
Que point si belle n’avoie
Eü, si com bien savoie.
Joie en eü soudainement
Mais tost dis :« Ce miroour ment ».
Sa fausseté m’eüst deceü
Se ne me fusse cogneü
« A ton bon los n’afiert mie
De porter tel mercerie. »
Si parle la merciere :
« Se, dist elle, le disoie
Vray ou bon, je mentiroie.
Tel le moustre tant seulement
Com il est, et enseignement
De li donner je sui preste
Quant on m’en fera requeste.
Aussi sui je des denrées
Toutes qu’ay ci aportées.
Nullui je ne voeil decevoir
Mais les decevances de voir
Je voeil moustrer appertement.
Et si sces que communement
Des mirouours les bons faiseurs
De manieres en font pluseurs. (f° 95 v° )
Li uns veult de (s) meillieurs bien fais
Et li autre des contrefais

Qui font beslonc le visage
Ou gros poil du poil folage,
Qui au dessoubz tournent le front
Et mettent le menton amont
Et autres de plusieurs guises
Dont pluseurs font grans cointises
Si que ne te voeilles pas plaindre
Se ci ay voulu ataindre
Pluseurs de pluseurs manieres
Demoustrans diverses chieres. »
Si parle le pelerin :
« De ce mirouour, dis je, le nom
Me voeilles dire, et le renon,
Comment de li on doit user
Et se point on y doit muser. »
Si parle la merciere :
« Grant proufit, dist elle, feroit
Et grant los et honneur seroit
A tous s’il estoit cogneü
Et de bon euil aperceü
Que en tel guise on y musast
Et que si bien on en usast
Que on n’en fust point deceü
Pour chose qu’on y eüst veü.
Parole d’Adulation
Est appellé par son droit non,
Parlement de Flaterie
Engendré de Menterie.
Jadis tu le veïs porter,
Se tu t’en veulx bien recorder,
A la vieille qui chevauchoit
Orgueil qui le soufflet tenoit.
Aucuns l’appellent
Placebo Pour ce que scet bien faire escho
En redisant ce qu’ot dire
A celui qui est son sire.
Jamais ne le contrediroit
De ce que dire li orroit
Comment que fust contre raison
Laquel chose est deception
Quar cil qui s’est ainsi miré
En tel echo qu’il a trouvé
Pense pour le tesmoignage
Qu’ait bien dit et que soit sage
Et veult ce qu’a dit maintenir

Pensant que mal n’en puist venir.
Mais pour ce qu’il est autrement,
Mauvaise fin la chose prent
Et est le signeur deceü
Pour le voir qu’on ly a teü
Et qu’on li a dit fausseté
Pour li servir. i. pou a gré.
Encor decoit il autrement
Son seigneur et plus soutilment :
« Certes, dit il, vous estes biaux,
Gratieus, fors, puissans, isniaux,
Liberaulx et de tous amés,
Sages, discres et redoubtés.
Nullui vous ne devés doubter
Pour rien qu’on vous puist raporter.
Créés moy de quanque vous di
Je sui certes moult vostre ami. »
Or est moult fol un tel sire
Qui ou mirouour se mire
Et croit que il die voir,
Qui mi elx scet et mielx doit savoir
Comment li est et quielx il est
Mesmement quant bien scet que n’est
Liberal ne fort ne isniaulx
Ne si gracieus ne si biaulx
Com on li dit, ne si doubté
Mesmement quant ce esprouvé
Il a, et de ses anemis
Tous les jours se voit assaillis.
N’est pas sage qui a autrui
Mielx se veult croire que a lui
Se tres loial il ne le sent
Et rien ne die faussement.
Le mirouour aussi faulx est
Qui afferme ce qui pas n’est
Et decoit ceulx qui s’attendent
A son raport et entendent.
Es maisons de ces grans segneurs
En trouveroit on bien pluseurs
Quar s’i mirent mains volentiers
Dont il ne leur fust pas mestiers.
Mielx vaulsist que les ostassent
Ou que point ne s’i mirassent
Quar sus le pueple et sus leur gent
Eüssent meilleur gouvernement. (f° 96)

Mielx assés se cogneüssent
Et leur faultes perceüssent
Et fussent assés mielx amés
Et chier tenus et honnourés.
Or sont par echo deceüs
Et en sont mains subjes perdus
Quar moult en ont d’oppressions
Et de grans tribulacions
Que ne cuident pas les seigneurs
Pour ce que leur dient f(l)ateurs :
« Tout est vostre, prenés tout !
Un vilain ne puet estre roupt
Pour chose qu’entour li pregniés.
Puis qu’il a et mains et piés,
Assés de l’autre gaignera.
Honni soit qui l’espergnera ! »
Ainsi leur seigneur maudire
Font, et tel fois est occire
Ou li livrer aus anemis
Ou faire gaster son païs
Pour tel le mirouour te vent :
Ce il t’est bon, si y entent. »
Si parle le pelerin.
Ce mirouour tantost
Et onques puis ne m’i miray.
Un autre pris a regarder
Et dedens je me voul mirer
Mais si lait m’i vi et hideus
Que tout confus et tout honteus
En son panier le regetay
Et tout confus me retournay.
Si parle la merciere :
« Qu’est ce ? dist elle, je voy bien
Et apercoit a ton maintien
Qu’au mirouour de Conscience
Ou est humaine experience
De monstrer sans menterie
Sans echo de flaterie,
Quel face on a et quel visage,
Quel on est, a quel ymage
On est pourtrait et figuré,
Et en quoy on est des fourmé
T’es tourné et n’en as cure,
Qui deüsses ta laidure
Amender selon son raport

De quoy certes tu as grant tort. »
Si parle la sousceleriere :
Lors dist la souscelleriere
« Point ne plaist a la merciere
Que de li ne t’es autrement
Acointié et plus sagement
Mais apres t’en acointeray
Et ta grant amie en feray
Se tu te veulx acoustumer
De moy hanter et frequenter
Et de toy saouler des mes

Que tous les jours nouviaulx et fres
De prenre sui coustumiere
Par devers ceste merciere
Qui a non Sainte Escripture
Les quielx je porte a grant cure
En vaissel fait de parchemi (n)
Pour ce que n’espande en chemin.
Gardée ne si bien ne si bel
Ne puet estre en autre vaissel
Et saches que j’ay non Lecon
Et Estude par mon droit non. »

(Transcription par F. Pomel d’un extrait du Pèlerinage de Vie humaine, Guillaume de Digulleville, 2e rédaction [inédite] d’après BnF ms. fr. 3772. Il s’agit d’un passage à la fin du récit, lorsque le pélerin est parvenu sur la nef de Religion. Je tiens à remercier vivement Michel Rousse qui m’a aidée à déchiffrer certains passages et à améliorer cette transcription, où subsistent certaines interrogations.)

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540