Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Miroirs et jeux de miroirs dans la littérature médiévale

 | 
Fabienne Pomel

Section I. « Au miroir de ce livre » : refléter le monde, réfléchir les textes

Un Miroir des Dames à la Renaissance

Denis Hüe

Texte intégral

  • 1 Une rapide enquête dans le catalogue de la BnF montre en effet 64 occurrences du mot dans des titre (...)
  • 2 Un des exemples que l’on pourrait donner aujourd’hui tournerait autour de locutions alimen : la pou (...)

1Si la dimension topique du miroir comme genre littéraire semble établie tout au long du Moyen Âge, on la verra disparaître dans les siècles suivants : peu d’œuvres originales portant ce nom seront rédigées après 15501, et le plus souvent celles qui seront publiées au début du xvi e siècle seront des éditions de textes médiévaux. L’objet comme métaphore structurante semble ainsi perdre son statut privilégié au profit d’autres, nouvelles comme les théâtres ou les tableaux ou plus intemporelles, comme les jardins. C’est que l’objet miroir évolue de façon radicale pendant cette période. Nous sommes devant un de ces cas particulier où l’ob réel a tellement changé que son utilisation métaphorique est amenée à changer elle aussi2, au risque de perdre de son intelligibilité.

  • 3 Le miroir des François, compris en trois livres. Contenant l’estat et maniement des affaires de Fra (...)
  • 4 Le grand miroir du monde. Par Joseph Du Chesne sieur de La Violette, conseiller & medecin ordi du r (...)
  • 5 Pars prima du Miroir de la navigation, de la mer occidentale, contenant toutes les costes de France (...)

2Certes, les titres d’ouvrages encyclopédiques continuent à jouer avec le miroir, comme Le miroir des François3 de Nicolas Barnaud ou l’œuvre de Louis de Grenade, dominicain du xvi e siècle, traduite par Joseph Du Chesne, Le grand miroir du monde4 ; ou celle de Robert Le Rocquez Le Miroir d’éternité comprenant les sept aages du monde, les quatre monarchies et diversité des règnes d’iceluy …, édité en 1589 par Pierre Le Chandelier, ou encore le Miroir universel des arts et sciences : divisé en trois livres de Leonardo Fioravanti, édité par Pierre Cavellat en 1586. Mais si la Paraphrase de l’astrolabe contenant : les principes de géométrie, la sphère, l’astrolabe, ou, declaration des choses celestes, le miroir du monde, ou, exposition des parties de la terre, par Jaques Focard chez Jan de Tournes en 1555 implique encore le miroir comme métaphore structurante, miroir universel et encyclopédique, associé à la terre par sa sphéricité même alors que l’astrolabe est lié au ciel, les choses changeront ensuite ; le Miroir de la navigation, de la mer occidentale, contenant toutes les costes de France, Espaigne, & la principale partie d’Angleterre, le tout comprins en plusieurs diverses cartes marines5 nous propose non plus une déclaration ou une exposition, mais une image, une figure, un portrait : le miroir n’est plus la sphère du monde, mais la surface de l’image.

3Avant de disparaître, ce titre longtemps utilisé tentera de s’adapter à cette nouvelle signification : c’est le cas par exemple de l’œuvre de Jean Anthoine Magin, Le Miroir de la cruelle & horrible tyrannie espagnole perpétrée au Pays Bas par le tyran duc de Albe […] nouvellement exorné avec taille douce en cuyvre… publié en 1620. Le titre souligne l’équivalence du miroir au tableau et perd de vue l’ambition universelle qui caractérisait les ouvrages portant le nom de miroir. Un dernier emploi, prolongeant Le Mirouer des apothiquaires de Symphorien Champier, se rencontre dans le Miroir de la beauté et santé corporelle par Louis Guyon, sieur de La Nauche en 1615 : le miroir comme objet emblématique de la coquetterie figure en dans ce dernier titre autant que la volonté d’être exhaustif.

4C’est sur le plan spirituel que le mot de miroir conservera le plus longtemps sa fonction titulaire/tutélaire : la contemplation de soi ou des vertus des autres, l’interrogation morale sont au-dessus de considérations sur la forme du miroir. Un certain nombre de titres utilisera le miroir dans une perspective parénétique comme le Mirouer des calvinistes et armure des chrestiens, pour rembarrer les luthériens et nouveaux évangélistes de Genève, par Anthoine Du Val en 1562, ou Le Miroüer du prince chrétien posé sur les deux colonnes roïalles de piété et justice, par Jean Heluïs en 1566 ou des Mirouers et guydes fort propres pour les dames et damoiselles de France, qui seront de bonne volonté envers Dieu et leur salut, tout ainsi que ont esté les très illustres princesses madame Janne de France et Marguarite de Loraine, les vies desquelles seront mises au présent volume …, le tout mis en lumière par le R. P. F. Yves Magistri, 1585.

5Ce sens n’est pas pour nous étonner, lui qui avait été largement attesté dans la première moitié du siècle, entre autres avec l’édition de textes médiévaux, comme ceux de Gerson ou de Vincent de Beauvais ou encore le fameux Speculum humanae salvationis sur lequel il faudrait s’attarder. De façon plus révélatrice encore, le Livre des déduits de Gaston Phébus est intitulé dans sa première édition Le Miroyr de Phébus des déduictz de la chasse aux bestes saulvaiges et des oyseaulx de proye : au début du xvi e siècle, on peut encore rebaptiser une œuvre pour lui donner ce titre de miroir, à condition qu’elle soit comme héritée des temps du manuscrit et du miroir sphérique – il n’est pas exclu par ailleurs que le surnom de Phébus ait induit cette figure d’une sphère resplendissante, en un moment où le goût pour la mythologie prend l’ampleur que l’on sait.

6Pour simplifier, on pourrait dire que le miroir comme titre perd toute actualité dans la première moitié du xvi e siècle : les imprimeurs qui publient de tels ouvrages s’inscrivent dans une lignée traditionnelle, et cherchent moins éventuellement à étonner par leur nouveauté qu’à proposer des ouvrages « à l’ancienne », solides et éloignés des modes nouvelles. Il y a indiscutablement un public pour de telles œuvres, puisque les textes sont abondants et que l’on n’hésite pas à renommer ainsi des œuvres anciennes, pour faire vendre sans doute. Mais il n’y a pas à proprement parler de création nouvelle ni même de traduction, à quelques exceptions près.

7Parmi celles-ci, le Miroir des dames d’Ysambert de Saint-Léger. Cette œuvre est révélatrice à plus d’un titre de la tension qui existe au début du xvi e siècle entre le désir de nouveauté et l’ancrage dans des valeurs plus anciennes. Si le Puy de Rouen arrive à la même période à en faire une synthèse dynamique, certains essais sont moins réussis en apparence ; il n’empêche : tels quels, ils permettent de mieux prendre la mesure des efforts et des enjeux d’une période qu’il est trop aisé de juger a posteriori . Manuscrit unique, traduction originale, le volume qui nous retiendra révèle toute une série de désirs et de nostalgies, et la volonté éperdue de renouer les fils épars de cette culture de la première Renaissance.

8En fait, le Speculum dominarum a été écrit à l’aube du xive siècle par Durand de Champagne, confesseur de Jeanne de Navarre. Il s’agit d’un vaste traité didactique et moral divisé en trois parties, qui aborde successivement les conditions des femmes, puis la sagesse des femmes, puis enfin les quatre demeures que doit édifier une reine et toute femme à son exemple :

  • 6 Ysambert de Saint-Léger, Le Miroir des dames, texte établi, avec introduction, notes et glossaire, (...)

La maison extérieure où la reine organise son existence et entretient les rapports avec ses sujets s’inspire de l’organisation de l’Église ; la maison intérieure est la conscience ; l’inférieure l’enfer ; la supérieure le séjour des bienheureux6.

  • 7 Ibid., p. 35-36.

9La rigueur de la forme du traité est renforcée par le recours constant et régulier à toutes sortes d’autorités, aussi bien profanes (Sénèque, Cicéron, Macrobe) que religieuses, et l’organisation de l’œuvre, presque en centon, n’a rien de bien étonnant. Dans sa version latine, le texte nous a été conservé dans un seul manuscrit, BnF lat. 6784. Une première version française, dédiée elle aussi à Jeanne de Navarre, est presque contemporaine du texte latin, et peut être de Durand de Champagne lui-même : elle nous est conservée dans neuf manuscrits, des xiv e et xv e siècles, et développe une thématique très proche, malgré quelques digressions, du plan latin originel. Cette version semble avoir figuré dans un certain nombre de bibliothèques princières, tant il est vrai que la domina est plus la maîtresse, la dame, que la simple femme : certains des exemplaires conservés ont appartenu à Jeanne d’Évreux, à Blanche de Navarre, à Jean de Berry, et l’on sait que d’autres ont appartenu à Valentine Visconti ou à Charles le Téméraire7.

10Les choses auraient pu s’arrêter ainsi, et de nombreux miroirs ne nous sont parvenus que dans des versions de la fin du Moyen Âge ; mais au début du xvie siècle, Ysambert de Saint-Léger se propose de traduire à nouveau le texte, à l’intention d’une nouvelle princesse, Marguerite de Navarre. Pour l’éditeur moderne, il n’est pas impossible que le traducteur se soit attaché à suivre une version de l’œuvre différente de celle qui nous est conservée, et dans sa perspective de recherche, il était de bonne méthode de distinguer le traducteur du remanieur. Dès que l’on aborde le texte, cependant, il apparaît que ses enjeux idéologiques recouvrent trop exactement ceux que l’on peut attendre du traducteur pour qu’il soit nécessaire de distinguer les deux aspects de ce qui est probablement une même personne. Ainsi, le texte d’Ysambert ne reprend pas la totalité du Speculum domi, il se contente de traiter et de développer assez largement la première partie du texte du Durand de Champagne, en y ajoutant des interpolations de son cru. Nous sommes confrontés à un processus de réécriture qui incite à privilégier comme auteur la figure d’Ysambert, la part de Durand de Champagne relevant de l’inspiration, de la source.

  • 8 Cf. par exemple « Humilité est le certain fondement de tout l’edifice, selon sainct Bernard. Le bon (...)

11En tout état de cause, ce Miroir correspond bien à la définition que j’ai tenté d’en proposer au cours de ce volume ; multipliant les anecdotes, comme une sorte de galerie de portraits des dames à imiter, multipliant aussi les conseils moraux, Ysambert et Durand citent leurs sources et proposent une sorte de centon8, exemplaire de ce que pouvait être la littérature parénétique au cours des xiv e et xv e siècles.

  • 9 Op. cit., p. 41.

12Par rapport à ce qui vient d’être écrit au début de ces lignes, on voit que le Miroir des dames se situe de façon anachronique, puisqu’il constitue, essentiellement, une œuvre originale. Les circonstances mêmes de sa composition, son succès pour le moins confidentiel montrent assez que cette tentative est d’ores et déjà d’un autre âge ; mais il est révélateur que ce texte ait été dédié à la princesse qui composera, plus tard, le Miroir de l’âme pécheresse, Marguerite de Navarre, sœur du roi François Ier, à un moment que l’on peut assez clairement dater des années 1529-15309.

13Comme il est d’usage lorsqu’un traducteur offre son œuvre à son patron, le volume s’ouvre sur un double, voire un triple péritexte : enluminure de dédicace, prologue du traducteur, prologue de l’auteur ; c’est d’eux qu’il sera question ici, dans la mesure où ils révèlent exactement, et souvent de façon divergente, le statut d’un volume à bien des égards intermédiaire. Attachons-nous d’abord au prologue, attribué à l’auteur, mais dont l’adaptation et les choix relèvent du translateur.

14Il s’ouvre comme de juste sur une référence à Végèce présente dans le texte original, référence qui associe la figure du prince au savoir, et la nécessité de son patronage :

  • 10 Ibid., p. 71. J’ai corrigé la lecture, fausse à mon sens « induict a foy ».

Car rien n’est heureusement encommencé si apres Dieu omnipotent, l’empereur et le prince à ce ne donnent faveur et benivolence. Il n’est homme certainement auquel il convienne et soit necessité sçavoir plus de choses et de meilleures que au prince, duquel la science peut profiter à tous ses subgectz10.

15La légitimité du travail de l’auteur est ainsi affirmée, dans cette relation du savoir au pouvoir. Mais le réseau va s’étendre plus avant, au travers de l’éloge des temps heureux, l’âge d’or où le savoir était tenu en estime par les puissants. La période est complexe, et mérite une assez longue citation :

  • 11 Ibid.

O que l’aage de nos predecesseurs estoit veritablement heureuse en laquelle les artz et les sciences, les gens bien enseignez, eruditz et sçavans estoient honorez, chers tenus et exaltés des glorieux et illustres princes ! On lit que que d’iceux la subtillité artificieuse a par plusieurs foys subvenu et aydé au peuple periclitant et en danger et par semblable a attyré et induict a soy, par ses admirables œuvres, l’œil et l’affection des admirans et regardans11.

16Qui est « iceux » ? Nous ne pouvons décider entre les « gens bien enseignez, eruditz et sçavans », et les « glorieux et illustres princes ». La syntaxe se dilue pour mieux étendre l’éloge, qui vise à montrer le nécessaire partenariat des uns et des autres et leur fonction commune, qui est d’aider à la survie de l’état et du petit peuple. Dans cette présentation, l’essentiel est cependant la fin, qui ouvre toute une série d’anecdotes destinées à justifier implicitement le titre. L’œil du spectateur est attiré et séduit, et le savoir est présenté comme ayant un pouvoir fascinateur, comme celui du serpent – peu importe, à ce moment, que ce soit celui du clerc ou du prince : la fascination est égale.

  • 12 Ibid.

Nous lysons la pernicieuse peste avoir esté chassée et faicte cesser par leur entendement pespicax et industrieux des villes et citez. Mesmement la disposition et ordonnance des ennemis, combien qu’ils fussent absens et en moult grans distance separez, avoir esté demonstrée comme se ilz eussent esté presens. Et la puissance des ennemys avoir esté vaincue et surmontée, sans la commotion des armes et belliqueux conflict, par une admirable façon et nouvelle maniere de vaincre ses ennemys. Et qui plus est avoir changé les condicions, qualité et complexions d’aucunes regions et opposites et contraires habituacions et coustumes12.

17Tous ces exploits sont le fait ou du clerc, ou du bon prince, pourvu qu’ils soient perspicaces et industrieux, comme l’explique plus loin le texte :

  • 13 Ibid.

Aristote au livre des Proprietez des Elemens recite comme Socrates congneust par son myroer d’erain ung dragon entre les montaignes, lequel corrompoit par son halaine et respiration contagieuse et mortifere les hommes et les bestes de la cité à luy voysine13.

18Le premier épisode renvoie à Aristote et Socrate, le second à Jules César :

  • 14 Ibid., p. 72-73.

On lyt que quant Jules Cesar vint pour conquerir l’isle de Angleterre il voulut contempler par myroers eslevez en l’air la disposition et situacion des lieux, chateaulx et villes fortes dudit pays, ains que soy embarquer et mettre sur mer au port de Gaulle14.

19Le dernier épisode sera celui d’Archimède incendiant les vaisseaux qui assiégeaient Syracuse. On le voit, ces anecdotes regroupent attentivement les princes de l’esprit et les seigneurs temporels, les associant, puisque la figure d’Aristote est toujours associée à celle d’Alexandre, puisque Jules César était pour lui perçu comme un savant autant que comme un général : le texte le développe sans ambiguïté un peu plus loin :

  • 15 Ibid., p. 81. J’ai corrigé la lecture, fausse à mon sens « de la mesure dextre ».

Lequel Cesar estoit tant studieux et de vif engin qu’il dictoit et composoit à sept scribes qui en sept diverses sciences et matieres escripvoient. Et ne permettoit aulcun estre paresseux. Par ce n’estoit il plus honnorable de la gloire de ses gestes que de la prestance des sciences. Lequel descript ses batailles par telle vivacité d’entendement qu’il avoit mys la main a combattre ses adversaires. De la mesme dextre qu’il combatit ses ennemys ses gestes et batailles escrivit15.

20Archimède présente un autre registre de savoir, en ce qu’il relève de la techné autant que de la theoria : son apparition dans la galerie des figures exemplaires de l’Antiquité montre s’il en était besoin que l’on se trouve à un moment de transition dans l’approche épistémologique du monde : il n’est plus tant question de contempler le monde que de se l’approprier et d’agir sur lui, pour le plus grand bien de la cité.

  • 16 C. Marazza cite le passage-source de saint Augustin : « […] fuisse vel esse quoddam Veneris fanum, (...)

21Toutes ces figures montrant l’art et le savoir des Anciens sont rassemblées autour du même objet quasi magique qu’est le miroir. C’est lui qui enflamme les voiles, c’est lui aussi qui permet de refléter de haut le territoire ennemi (préfigurant ainsi nos satellites espions), lui enfin qui permet de découvrir le dragon caché responsable des épidémies. Avant de s’attarder sur la mise en évidence du miroir comme figure du savoir, il convient de mentionner que la fin de cette argumentation évoque deux autres exemples, qui sont comme décalés par rapport à l’homogénéité que l’on vient de voir. Le premier renvoie au conseil donné par Aristote à Alexandre de changer la nature d’une région, ou en faisant tuer ses habitants, ou en modifiant la complexion de l’air – il fonctionne, on le voit, comme un dédoublement de la première anecdote, où Socrate savait déceler le dragon vecteur d’épidémies : c’est à des fins militaires que l’on modifie l’économie d’un lieu. Le second est chrétien et rappelle la lucerne éternelle du temple de Vénus, qui résiste aussi bien au vent qu’à la pluie16 : si l’on cherche à considérer cette mention comme un écho de ce qui précède, la clarté du soleil qui permet d’incendier les navires est d’une même étrange nature que cette lumière indifférente aux intempéries. C’est donc un champ complexe qui est investi par ces figures du miroir : le jeu de la lumière et de l’obscurité permet de le placer dans le champ positif et lumineux, lumière éclatante et divine allant jusqu’à défaire la flotte ennemie. Le miroir en altitude semble prendre en charge la dimension encyclopédique qu’il revêtait jusqu’ici, et en même temps, il n’est pas vraiment miroir sphérique, mais au mieux miroir convexe, image non déformée, image lisible dans/du ciel. Sous couvert d’une référence à Jules César, on répond définitivement aux miroirs fantasmatiques du Roman de la Rose en sollicitant un autre imaginaire, antique, historique, moderne parce que technique.

22L’image la plus ancienne et la plus fondatrice est sans doute celle de Socrate décelant la présence d’un dragon en contemplant un miroir d’airain : Camillo Marazza, l’éditeur de notre texte, a renoncé à chercher une référence précise à ce récit qui est bien probablement inventé : l’essentiel n’est-il pas qu’y figure le maître des philosophes, Socrate, dans une activité éminemment politique, prouvant par son ancienneté même la nécessité du lien entre le savoir et le pouvoir. Le miroir n’y figure pas en tant qu’image, mais comme une représentation de l’air. Il n’est pas question alors de ce qui est représenté, mais de ce qui trouble le reflet : l’air altéré suscite l’oxydation qui se dépose sur le miroir ; il permet ainsi de rendre compte non seulement du visible, mais aussi de l’atmosphère, de l’impalpable qui s’interpose entre notre regard et les choses. Les figures du miroir sont tout à la fois proches de celles que l’on a pu relever ici même et fondamentalement différentes : il est question non plus de la signification symbolique de l’objet, mais d’une sorte d’emblématisation de son utilisation pratique, emblématisation qui s’opère principalement par un recours aux modèles anciens. On quitte le monde de la théologie pour celui de la techné, les grands miroirs commencent d’apparaître, au moment où nous retrouvons le monde antique.

23Le miroir n’est donc plus ici emblématique, mais essentiellement technique. Le savoir qui lui est associé ne relève pas du magique ou du merveilleux :

  • 17 Ibid., p. 73.

Aultres plusieurs faictz et choses admyrables on lyt avoir esté faictes au temps passé, non pas par art magicque (ainsy que aulcun fabuleusement feignent, ignorantz les secretz de nature et l’industrie artificielle) mais seulement se faisoyent par la vertu de nature, enforcye et aydée de aulcun art industrieux. Aristote dict que aulcun art parfaict aulcune foys ce que nature ne peult pas ouvrer17.

24Peu importe alors que le discours d’autorité s’appuie lui aussi sur du légendaire : l’esprit est radicalement différent, et témoigne d’un temps nouveau, où l’activité scientifique n’est plus simplement d’ordre mystique et n’est pas simplement tournée vers Dieu ; le modèle de l’Âge d’Or est dans ce cas un modèle profane :

  • 18 Ibid.

Les espritz des gens studieux estoient excitez et esmeuz, au temps passsé, à chercher subtillitez qui peussent proufiter à eulx, leurs consors et ceulx qui estoient à venir apres eux18.

25Un discours comme celui-ci semble étranger aux préoccupations que l’on peut supposer chez un frère franciscain du début du xiv e siècle. Il est au contraire bien proche des préoccupations de la Renaissance. La suite du prologue va souligner ce point :

  • 19 Ibid., p. 73-74.

[…] ce nonobstant le largiteur de tous biens, duquel toute science et sapience procedent, par laquelle les roys regnent et les conditeurs des loix decernent et determinent les choses justes et bons jugemens, a voulu en cest aage (en laquelle nous vivons) reveller les vrayes et bonnes doctrines, tant es langues la (n) tines que grecque et hebraïque, lesquelles publicquement se enseignent presque entoutes les estudes et universitez generalles, au grand prouffit de tous estudians, honneur et augmentation de la foy catholicque : en façon que nous povons facillement juger que les bonnes meurs, l’art militaire et science de chevalerie retourneront en leur splendeur premyer ainsy que les sciences des bonnes lettres, puysque nous voyons que noz roys et princes (les graces à nostre Seigneur) donnent faveur et support à ceulx qui jour et nuyct de tout leur povair s’efforcent à expeller et mettre hors de toutes estudes les pernicieuses et sophistiques sciences qui par cy devant ont eu cours et usance en toutes les sciences, mesmes en la tres saincte et sacrée faculté de theologie19.

26L’exaltation de l’enseignement des langues résonne à nos oreilles comme un écho du « toutes lettres sont restaurées » de Rabelais, et nous rencontrons ici un topos attendu de la littérature de la Renaissance, surtout lorsqu’il est question de mettre en valeur une traduction. Il n’en faut pas pour autant déduire qu’Ysambert de Saint-Léger est un adepte fervent du progrès, et on pourra voir que les sciences ainsi retrouvées sont loin d’être celles qui formaient l’éducation d’un Pantagruel : point d’astronomie ou de géographie, point de visite attentive des rues où travaillent les artisans ; ce qui compte, c’est bien une forme d’éthique, une maîtrise de l’art militaire (Végèce ne figure pas pour rien à l’ouverture de ce prologue), et enfin une forme d’orthodoxie religieuse qui va souligner que même la faculté de théologie s’est adonnée aux « sophistiques sciences » – entendons à des sciences frelatées autant qu’à des argumentations discutables.

27Traitant de la vie de la cité, Brunetto Latini intégrait comme indispensable son art de rhétorique. Ici, la démarche sera exclusivement morale. Entre la profession de foi d’Ysambert, qui se situe en contrepoint de celle de Durand de Champagne et la gauchit, et la conclusion qui est manifestement de l’auteur originel, la distance est grande :

  • 20 Ibid., p. 84.

[…] dame Madame Jehanne de Navarre, royne de France et de Navarre et contesse de Champaigne, congnoissant que tout en la maniere comme en l’or resplendit la vertu et clarté de la pierre precieuse, au corps aussy noble reluysent les sciences et vertuz de l’ame, a quoy elle m’a bien voulu enjoindre et commander composer et dresser (ayant memoyre de son salut) ung œuvre moral utille et prouffitable lequel j’ay voulu appeller le Myroer des Dammes, ordonné en stille et langaige humble et simple, affin que ma dicte dame puysse congnoistre comme elle se doibt ordonner a Dieu et aux choses qui sont a luy vouées, dediées et ordonnées ; et comme elle se doibt gouverner au regime de soy et des siens, comme elle doibt converser louablement avec tout le monde, et par quelles vertus et merites elle puisse parvenir à la gloire et felicité du royaulme eternel20.

28Si le traducteur cherche à présenter sa traduction comme une œuvre utile à la cité, l’auteur initial la cantonne à une fonction morale, didactique et individuelle. Le miroir, à un moment du prologue, servait à l’apologie de la technè, et soulignait l’utilité de l’artisanat et de tout ce qui relève du savoir pratique : le voici confiné dans la contemplation un peu narcissique du salut à faire. Du gouvernement du royaume, on arrive simplement au « regime de soy et des siens » ; du regard sur le monde, on passe à la contemplation des choses divines.

29Ce n’est pas à dire forcément qu’Ysambert, dans sa démarche, soit aussi réactionnaire au xvi e siècle que l’était Durand de Champagne au xiv e. Ses remarques sur les dérives de la faculté de théologie sont peut-être trop floues pour être aisément perceptibles. Elles nous inscrivent cependant dans un système où sont mis en cause des pratiques et des enseignements perçus comme archaïques et entachés d’erreur : philosophie scolastique, hégémonie thomiste peut-être, tentations luthériennes qui sait ; mais la mise en cause des faiblesses de la Sorbonne, si elle ne peut préciser sa cible, montre clairement qui en est l’auteur : probablement, dans le sillage de Marguerite de Navarre, un être pétri d’esprit évangéliste, qui par le biais de ce retour aux sources, est essentiellement moderne.

30Nous nous trouvons ainsi face à un texte dont le prologue même, tel qu’il est réécrit par Ysambert de Saint-Léger, nous plonge à la fois dans une perspective médiévale et renaissante : le miroir est un manuel de morale, qui permettra à la dame non pas coquette mais vertueuse d’obtenir le salut ; le miroir est en même temps un objet métaphorique du savoir et de la technique modernes, accessibles maintenant que nous pouvons retourner aux textes originaux qui, ne véhiculant plus l’obscurantisme d’autrefois, permettent un retour aux vraies valeurs.

  • 21 Ibid., p. 65.
  • 22 Ibid., p. 66.
  • 23 Ibid.

31Paradoxalement, la « dédicace », discours d’Ysambert à Marguerite de Navarre qui constitue le deuxième péritexte – que l’on va rapidement aborder maintenant, bien qu’elle précède le prologue – la dédicace sera beaucoup moins novatrice. Il n’y est pas question, tout au moins au début, de l’objet miroir ; au contraire, c’est la figure des « anciennes dames du temps passé, illustres et heroïques princesses21 » qui domine, et l’éloge sera exclusivement celui de la vertu et des tâches ménagères (Pénélope et Pallas, qui tissait la tapisserie des « preux et vertueux qui paravant son aage avoient regné22 »). S’ensuit une première liste des femmes mémorables de la tradition biblique (au nombre de 8), puis des saintes de la première chrétienté, exaltées par Jérôme (au nombre de 7). Le traducteur met en place un système de nomination des dames vertueuses, dans lequel il ne faut pas omettre Pallas et Pénélope, et Marguerite elle-même : nous découvrons alors le nombre de 18 noms féminins, réparti de façon irrégulière entre les catégories qui sont celles des Neuf Preuses : par la grâce de l’encomium, la voici au nombre de ces figures que les anciens plaçaient « sur haultes coulunnes par les temples, tours, portaux et capitolles dressées23 ». L’éloge est moderne, si l’on se rappelle la vogue de ce motif à la fin du Moyen Âge et à la Renaissance. Il est en même temps paradoxal en ce que ces figures vont être proposées en exemple, en « myroer », à Marguerite, ou plutôt à ses suivantes :

  • 24 Ibid., p. 67-68.

Telles doncques qui ainsy ont prosperé et germé en vertu et consequtivement en leur temps flory en honneur et gloire sont a leurs posteres et successeurs par leurs glorieux et celebres œuvres myroers et exemples, affin que dedens leur memoire se puissent veoyr et myrer par l’imitation d’icelles. A quoy, ma tres redoubtee dame je, vostre tres humble orateur, pauvre escollier et tres humble subject, congnoissant que aymez telz myroers (lesquels touteffoys se esblouissent de vostre regard parce que les surmontez tous, c’est-à-dire telles dames et semblables et que vostre tant saincte et vertueuse sequelle de dames et damoiselles se myrent en vous et aultres heroïques et vertueuses dames par contemplacion de bonnes affections, operations et vertuz), ay traduit de latin en nostre vulgaire françoys ce present traicté aintitulé le Myroer des Dames pource qu’il comprend la mode de soy myrer et orner vertueusement en nobles faictz et condicions, car il est plain et semé de toutes bonnes, monitions, doctrines et exemples24.

32On le voit, la figure du miroir est ici récupérée dans une de ses acceptions les plus plates et les plus anciennement attestées, et pourra proposer une sorte de cata des dames illustres à prendre pour modèle. La louange à Marguerite va bien jusqu’à l’inclure dans la liste implicite des preuses, au point que le livre n’est pas destiné à elle, mais à ses suivantes. Dans la louange comme dans la présentation de son œuvre, Ysambert – qui écrit au début du xvi e siècle – paraît à la fois désuet et obsolète, poussiéreux et inconscient des attentes d’une lectrice de la Renaissance.

33Acceptons donc que la dédicace joue sur une fidélité presque servile à la tradition littéraire médiévale. Mais le paradoxe surgit lorsque c’est dans le prologue qui est prétendument de Durand de Champagne que se manifeste la dimension la plus dynamique et novatrice de l’œuvre. Ysambert de Saint-Léger apparaît bien dans cette dualité, et l’on voit se dessiner la figure d’un homme un peu frileux, soucieux de bien faire et de s’attirer les faveurs de la princesse par une traduction, et qui choisira de véhiculer des idées nouvelles – pas vraiment subversives d’ailleurs – en se protégeant derrière un auteur qu’il sollicite assez largement. En fait, nous sommes bien en un temps où refleurissent le grec et le latin, où les lettres sont restaurées, où les savants et les techniciens croisent les humanistes, où Lemaire de Belges décrit l’atelier de Benvenuto Cellini, où Rabelais correspond avec Parmentier, navigateur et cartographe ; mais cela semble ne toucher qu’une part minime de la population, et nombreux sont ceux qui continuent à considérer que le miroir sert au mieux à l’introspection.

34Notre Miroir des dames est donc bien situé à une charnière, mais relève pour ainsi dire plus du dormant que du battant de la porte. Tout entier tourné vers les valeurs anciennes, ce n’est que dans une écume de modernité qu’il esquisse l’idée que le miroir peut être un objet technique, et son retour à l’antiquité est plus une nostalgie conservatrice qu’une redécouverte enthousiaste. Il est néanmoins, et comme malgré lui, le vecteur d’idées nouvelles : lorsqu’il fait l’éloge de François Ier et de Louise de Savoie, à la fin de la dédicace, Ysambert s’inscrit effectivement dans le mouvement de la Renaissance des Lettres et des arts :

  • 25 Ibid., p. 69.

[…] Cest aage en laquelle nous voyons les bonnes doctrines et bonnes lettres (la grace à nostre Seigneur) renaistre et revenir en vigueur par la prudente disposition et tres saige ordonnance de nostre tres crestien roy souverain, sieur vostre frere aussy et de ma superillustre dame vostre dive mere et fleur productive aussy, à ce faire par vous continuellement induictz et sollicitez, au grand prouffit, honneur et exaltacion de toutes sciences tant divines que humaines et augmentation de la foy catholique25.

35Le plus étonnant de ce traité n’est malgré tout pas du fait de son auteur ou de son traducteur ; c’est bien davantage l’illustration de dédicace qui pourra nous retenir pour conclure. Nous conservons, dans le manuscrit de la première traduction française Wolfenbüttel, Herzog August Bibliotek, Cod. Guelf. 32.6 Augusteus 2°, une enluminure de dédicace typique, décrite ainsi par Camillo Marazza :

  • 26 Ibid., introduction, p. 35.

Un cordelier, à genoux, présente son texte à la reine Jeanne, entourée de quatre suivantes, debout, près d’un grand miroir circulaire. Un autre cordelier, agenouillé plus loin, indique aux suivantes « l’objet » du miroir : un squelette de femme, macabre gisant qui en occupe la longueur, entouré d’une légende disposée en rond sur le cadre du miroir, et qui n’est que le titre de l’ouvrage « c’est le mirouer des dames ». On voit le lourd symbolisme qui pèse sur l’ensemble, constitué par une nette opposition entre premier plan et arrière-plan : au premier, la reine, souriante, et l’auteur ; à l’arrière, les visages grimaçants des suivantes qui contemplent le cadavre… et la forme circulaire du miroir, une vraie mappemonde26.

36La description nous indique clairement que deux éléments structurels sont à l’œuvre, celui, topique et bien répertorié, de la scène de dédicace ; celui, plus rare, de la contemplation de la mort, qui dédouble la scène dans une sorte de contrepoint à l’épisode des Trois Morts et des Trois Vifs – j’ai évoqué ce point ailleurs.

  • 27 Ibid., p. 59.

37Lorsque l’enlumineur illustrera la dédicace par Ysambert de Saint-Léger dans le ms. BnF fr. 1189, il mettra en scène, en un dispositif bien plus économique, la simple remise de l’ouvrage : à genoux aux pieds de sa protectrice, il lui offre son volume ; deux suivantes contemplent la scène ainsi qu’un personnage, dans l’encoignure d’une porte, que C. Marazza prenait pour un nain27. J’ai plutôt le sentiment que sa petite taille est destinée à donner le sentiment de la perspective. Pas de miroir ; pas d’invitation emblématique à une méditation nouvelle, semble-t-elle ; cependant, cette enluminure est exemplaire dans la mesure où le livre offert est cette fois-ci exactement au centre. Le jeu des regards, l’organisation des lignes de force tournent autour du livre, presque vertigineusement soulignés par la multiplicité des gestes des mains, comme si chacun des protagonistes, la dédicataire elle-même, étaient destinés à disparaître. La reine et le clerc le tiennent chacun d’une main, et c’est là le point de contact. Mais la reine désigne le clerc, le clerc désigne la reine ; la suivante, les mains croisées, désigne d’une main le personnage dans l’encoignure de la porte pendant que l’autre, molle, désigne globalement le livre ou le moment de son don. Au centre, immobile, le livre.

38Parmi les derniers témoins d’une époque qui se tourne inexorablement vers le livre imprimé, ce manuscrit de dédicace est la preuve de l’émergence d’un nouveau statut du livre : dorénavant, il pèse plus que son lecteur privilégié. S’il y a un renouveau de la technè, du travail de l’artisan et du clerc face à la puissance du prince, il se trouve bien là, dans la mise en place d’une enluminure qui met le livre en son centre.

39Dans l’autre intervention de ce volume, j’évoquais pour conclure le portrait de Castiglione par Raphaël. Ici, dans cette dialectique du miroir et du livre, il me semble que c’est vers le milieu du xvii e siècle qu’il faut tourner ses regards, vers le livre fameux de Jean-François Niceron, la Perspective curieuse, publié en 1638. Ce livre est le premier à théoriser et transmettre les secrets de l’anamorphose, et dans le cheminement du miroir au livre, nous voyons s’esquisser un itinéraire inverse. Mais la dimension morale n’en est pas exempte : l’art du miroir et de ses anamorphoses permettra de représenter de saisissantes Vanités, la plus belle étant sans conteste celle des Ambassadeurs d’Holbein, image du faste qui s’efface au fur et à mesure de notre passage pour laisser apparaître une tête de mort.

40Triomphe de la technè, l’anamorphose et ses jeux de miroirs nous renvoient à une intemporelle sagesse, celle que les clercs médiévaux s’efforçaient de rassembler dans leurs livres ; et en même temps, cette sagesse médiévale s’efface et laisse la place à des temps nouveaux, modernes.

Ysambert de Saint-Léger présente son livre à Marguerite de Navarre, ms. BnF fr. 1189, f° 1.

Notes

1 Une rapide enquête dans le catalogue de la BnF montre en effet 64 occurrences du mot dans des titres, au cours des xvi e et xvii e siècles. On a complété le relevé par une recherche sur Sudoc. Il ne faut sans doute pas se méprendre sur ces indications d’ordre bibliographique : chacun peut aujour’hui y accéder, et ce n’est pas la mention de telle ou telle rareté bibliophilique qui en ferait l’éven intérêt, mais au contraire la possibilité que nous offrent les nouvelles technologies d’utiliser ces informations pour en dégager du sens.

2 Un des exemples que l’on pourrait donner aujourd’hui tournerait autour de locutions alimen : la poule au pot valorisée naguère, alors que les pauvres étaient « purée de lapin », a subi son renversement : ce dernier animal n’ayant pas eu les honneurs de l’élevage en batterie pendant que l’INRA élaborait la poule vedette, est maintenant plus rare et plus apprécié.

3 Le miroir des François, compris en trois livres. Contenant l’estat et maniement des affaires de France, tant de la justice, que de la police, avec le reglement requis par les trois Estats pour la pacification des troubles, abolition des excessives tailles, et gabelles… démolition des citadeles, restauration des univer, colleges et hospitaux… tous les secrets qu’on a peu recueillir pour l’embellissement, et enrichissement du Royaume, et soulagement du public, le tout mis en dialogues par Nicolas de Montand (Nicolas Barnaud), 1582.

4 Le grand miroir du monde. Par Joseph Du Chesne sieur de La Violette, conseiller & medecin ordi du roy. Deuxiesme edition, reveuë, corrigee & augmentee en divers endroits, & d’un livre entier, par l’auteur. A la fin de chasque livre sont de nouveau adjoustees amples annotations & observations sur le texte, pour l’explication de plusieurs difficultez : & ce en faveur des personnes moins exercees es diverses parties de la philosophie divine & humaine. Par S. G. S, 1595.

5 Pars prima du Miroir de la navigation, de la mer occidentale, contenant toutes les costes de France, Espaigne, & la principale partie d’Angleterre, le tout comprins en plusieurs diverses cartes marines ; ensemble l’usage d’icelles, presentement… practicqué & assemblé, par Lucas fils de Jean Chartier. De nouveau, d’une historiale description des proprietez et origine de chascune des provinces en parti, augmenté, par Richard Slotboom… De nouveau par le susdict auctheur Lucas Chartier, dili reveu et corrigé tant au texte, comme aux cartes, et pareillement augmenté de plusieurs cartes nouvelles oultre la première edition. [La deuxièsme partie du Miroir de la navigation marine conte l’entière navigation du nord et de l’est…] Waghenaer, Lucas Janszoon/chez Corneille Nicolas/1590.

6 Ysambert de Saint-Léger, Le Miroir des dames, texte établi, avec introduction, notes et glossaire, par Camillo Marazza, Milela, 1978 ; introduction, p. 33.

7 Ibid., p. 35-36.

8 Cf. par exemple « Humilité est le certain fondement de tout l’edifice, selon sainct Bernard. Le bon fondement est humilité, en laquelle tout edifice construict croist, jusques qu’il soit faict temple sainct en nostre Seigneur. L’Ecclesiasticque dict. […] Le vin est prohibé pour le peril de soy ennyvrer, comme il est escript aux Proverbes de Salomon. […] Car dit Valere au premier livre… », références relevées en à peu près une quinzaine de lignes (p. 142-143).

9 Op. cit., p. 41.

10 Ibid., p. 71. J’ai corrigé la lecture, fausse à mon sens « induict a foy ».

11 Ibid.

12 Ibid.

13 Ibid.

14 Ibid., p. 72-73.

15 Ibid., p. 81. J’ai corrigé la lecture, fausse à mon sens « de la mesure dextre ».

16 C. Marazza cite le passage-source de saint Augustin : « […] fuisse vel esse quoddam Veneris fanum, atque ibi candelabrum, et in eo lucernam sub divo sic ardentem, ut eam nulla tempestas, nullus imber exstingueret, unde sicut ille lapis, ista lùchnos ásbestos, id est lucerna inexstinguibilis, nominata est » (De Civitate Dei, XXI, 6).

17 Ibid., p. 73.

18 Ibid.

19 Ibid., p. 73-74.

20 Ibid., p. 84.

21 Ibid., p. 65.

22 Ibid., p. 66.

23 Ibid.

24 Ibid., p. 67-68.

25 Ibid., p. 69.

26 Ibid., introduction, p. 35.

27 Ibid., p. 59.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/31880/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 594k

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540