Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quelles perspectives pour la langue française ?

 | 
Françoise Argod-Dutard

3e partie. Le français dans le monde

Le français au Québec

Denis Gervais

Texte intégral

1Pour un Québécois francophone, parler de sa langue maternelle a toujours quelque chose d’un peu vertigineux, tant le sujet lui paraît contenir tellement plus que son propos apparent. Outre ses fonctions intrinsèques de génératrice d’identité, d’outil quotidien de communication et d’expression, et de véhicule de la pensée et des sentiments, la langue française au Québec, c’est quatre cents ans d’histoire, de reculs, de stagnation et d’avancées ; c’est notre point de départ et notre destination ; c’est notre berceau, notre cocon et notre milieu de vie, à la fois source de réconfort et de stimulation ; c’est un bien public, une institution, une façon de vivre et de concevoir l’existence, un lieu de cohésion sociale, de repères et de valeurs ; une ressource naturelle, un enjeu politique, une affaire d’État. En un mot, la langue au Québec est au cœur de notre nation. Elle est devenue la pierre angulaire de l’identité québécoise contemporaine. Pour paraphraser Albert Camus, on pourrait dire que, au Québec, « notre patrie, c’est la langue française ».

2De façon très aiguë, les Québécois savent que protéger leur langue, lui assurer les conditions de sa survie et de sa vitalité, c’est aussi protéger leur culture originale distincte. Cette connaissance que nous avons des choses est presque de l’ordre de l’instinct de survie, du congénital. Quand il s’agit de la langue française, nos actions s’inscrivent donc toujours dans un double mouvement : conserver notre langue, et la développer. Détermination et constance sont nos deux pôles.

Objet et lieu de créativité joyeuse et débordante

  • 1 Gaston Miron, revue Possibles, 1987.

Je veux désinvestir ma langue de la langue de l’autre, redonner aux mots le sens de la tribu […]. Non pas dans une langue figée, pure, mais dans une langue d’aujourd’hui, qui se détermine à partir d’elle-même dans son évolution et les échanges qu’elle se choisit. J’écris avec toute l’étendue de la langue, de l’archaïsme au néologisme et à l’emprunt, dans le souci constant, maniaque pour ma part, de la justesse du mot, d’où qu’il vienne1.

3Nous parlons au Québec une langue moderne, en pleine possession de ses attributs québécois et internationaux. Loin d’être passéiste, la langue française du Québec est conforme à la sensibilité contemporaine. Nous avons été un peuple de « coureurs de bois », de découvreurs, d’explorateurs, nous n’avons aucune raison d’être différents avec notre langue !

4C’est par goût et par amour de la langue que nous gardons précieusement nos archaïsmes, comme on prend soin de beaux objets anciens, archaïsmes dont on dirait parfois qu’ils sont plus juteux que les nouveaux mots. Disons qu’on les garde par gourmandise ! On veut tout : l’ancien et le nouveau. Des mots comme gadelle, qui nous vient du patois normand, ont triomphé à côté des mots castille, venu du patois poitevin, et de groseille, choisi par la langue française unifiée. Nous avons des mots que nous employons encore aujourd’hui dans la langue parlée. Ils font maintenant partie du fonds traditionnel du vocabulaire spécifiquement québécois. Des mots comme : abrier, s’abrier, pour « couvrir, s’abriter » ; une attisée, pour « un bon feu de cheminée » ; bûcher, pour « abattre, couper du bois » ; calé, pour « chauve » ; corder, pour « empiler du bois » ; courir la galipotte, pour « partir en vadrouille » ; garrocher, pour « jeter, lancer » ; poudrerie, pour « une fine neige tourbillonnante » ; raser la cinquantaine, pour « frôler la cinquantaine » ; le solage d’une maison, pour « les fondations » ; c’est de valeur, pour « c’est dommage ». Et ainsi de suite.

5Nous avons aussi créé les mots français dont nous avons eu besoin pour nommer les réalités proprement québécoises, les mots de l’hiver, de l’industrie du sirop d’érable, des grands espaces, les mots de nos quatre saisons bien découpées et de notre température changeante. Des mots qu’on ne trouve pas dans la langue académique mais qui n’en sont pas moins essentiellement corrects du point de vue du génie de la langue. Des mots comme : capot, carriole, tuque, portage, poudrerie, sucrerie, banc de neige, huard, pour dire ce bel oiseau aquatique plongeur, plus gros qu’un canard, aux plumes noires et blanches et aux yeux rouges, qui sert d’effigie à notre dollar canadien ; sapinage pour nommer les pousses ou les branches de sapin, et sapinière pour une forêt de sapins ; ravages, pour nommer les chemins battus par l’orignal, l’élan d’Amérique, et panache, pour nommer les bois de l’animal… Tout cela explique que les Français disent aujourd’hui qu’ils ne sont pas sortis de l’auberge, alors que les Québécois, eux, affirment qu’ils ne sont pas sortis du bois !

6Nous avons inventé des néologismes au fur et à mesure que le besoin de nommer s’imposait avec le dévelopement économique : acériculture, pour l’industrie du sirop d’érable, aluminerie, pour une usine de production d’aluminium, avionnerie pour une usine de construction d’avions, achalandage, pour décrire l’intensité du trafic routier.

7Le dictionnaire Larousse vient d’ailleurs d’inclure 50 nouveaux mots dans son édition 2003, dont deux mots inventés par des Québécois : clavardage, pour traduire le chat sur Internet, et ivressomètre, pour nommer l’appareil à mesurer le taux d’alcoolémie dans le sang, utilisé par les policiers de la route.

Emprunts aux langues amérindiennes et inuit

8Dès le début de notre cohabitation avec les autochtones, nous avons emprunté des mots aux langues amérindiennes et à l’inuktitut, la langue des Inuits, pour nommer des réalités spécifiques au Québec. C’est là l’un des traits les plus originaux du français québécois, dans le vocabulaire commun mais surtout, dans la toponymie. Des mots comme caribou, d’abord pour nommer le renne d’Amérique, carcajou, pour une espèce nord-américaine de renard gris, que les États-uniens nous ont emprunté à leur tour ; atoca, pour airelle, canneberge ; ouaouaron, pour nommer une espèce d’énorme crapaud ; achigan, pour la perche noire, introduite en Europe à la fin du xixe siècle ; babiche, pour dire une lanière de cuir cru. Et aussi mocassins, anorak, kayak, parka, igloo, toboggan.

9Nous avons aussi nommé le territoire avec une grande quantité de noms amérindiens, à commencer par Québec, qui veut dire « détroit » ou « passage rétréci » ; Gaspé, là où Jacques-Cartier a planté la première croix, qui veut dire « extrémité » ; Tadoussac, qui veut dire « entre les rochers » ; puis Mistassini, Rimouski, Chicoutimi, Saguenay, Natashquan, lieu de naissance de Gilles Vigneault, Matawin, Kujjuaq, Matane, Outaouais, Oka, Abitibi, et des centaines d’autres noms de villes, de lacs et de rivières.

La francisation originale de mots anglais

10Nous avons de même francisé des mots anglais en réussissant à ne plus savoir que nous les avions empruntés et déformés jusqu’à créer des mots nouveaux. Les Québécois, appuyés par une langue très inventive, ne manquent pas de ressources pour faire échec à la progression de l’anglais ! C’est ainsi que farine (« flour » en anglais,) devint fleur, mot qu’on entend encore en Acadie ; que « bother » (importuner) devint bâdrer, encore employé aujourd’hui, alors que les Français choisirent enquiquiner et emmerder ; et que l’expression « in fur wrapped », qui veut dire « roulé, enveloppé dans la fourrure », devient enfirouaper dans la langue familière ! En France, on roule quelqu’un dans la farine ; au Québec, on le roule dans la fourrure, climat oblige ! Cette forme de francisation populaire rappelle la transformation du mot « riding-coat », en redingote dans la France du début du xviiie siècle.

11Nous avons aussi inventé traversier pour « ferry-boat », macaron pour « badge », salle de quilles pour « bowling », stationnement pour « parking », magasinage pour « shopping », jardinière pour « garden center », commanditer ou parrainer pour « sponsoriser », bâton pour « stick », escalier mobile pour « escalator », légère pour « light » quand il s’agit de bières ou de cigarettes, pigiste pour « free-lance » et vert pour le « green » du golf !

12Depuis les dernières décennies, on a constaté que le français québécois s’était rapproché du français dit international. Il n’est plus « un quelconque patois avarié et résiduel », comme on l’écrivait dans la Politique québécoise de la langue en 1977. Le français québécois n’est plus une langue en « exil » : autant il se branche au réseau francophone mondial, autant il est devenu le français standard du Québec. Selon Stélio Farandjis, ancien secrétaire général du Haut conseil de la francophonie, les Québécois sont « copropriétaires ou colocataires » de la langue avec les Français, les Wallons, les Suisses romands, et ils se sont approprié la totalité de leur langue en rapatriant la norme au Québec. Cela signifie que le système langagier du Québec possède toutes les ressources, tous les outils et toutes les exigences qu’il faut pour se gérer lui-même. Stélio Farandjis ajoute :

Il est bon que les inventions circulent, se diffusent largement. L’essentiel est que le sentiment soit répandu d’une création collective partagée et continue de la langue. La gageure consiste à faire que chaque partie puisse se sentir autonome tout en restant solidaire de l’ensemble.

La cyberlangue française

13Jacques-Yvan Morin, ancien vice-premier ministre, parle du « risque de contamination presque exclusive de l’anglo-sabir dans le cyberespace » qui est, par ailleurs, un vaste espace de coopération pour la France, le Québec et toute la francophonie. « Les inforoutes peuvent constituer une chance pour les langues et les cultures, pour peu qu’elles apprennent à s’en servir ».

14Les Québécois ont le goût d’inventer sans cesse leur langue, d’en faire reculer les frontières. Le champ de l’informatique et d’Internet était un territoire vierge en français, il n’y a pas si longtemps. Mais les Québécois ont eu beaucoup de plaisir à le défricher et à y planter des mots vivaces qui ont poussé en français. J’emploie le mot « plaisir » parce que cette volonté de nommer en français, que ce soit l’univers informatique, le cyberespace ou tout autre domaine, est à la fois un casse-tête et un grand plaisir. On ne parle jamais assez du plaisir d’inventer sa langue.

15C’est ainsi que le journal Le Monde emploie maintenant courriel, pour courrier électronique, plutôt que mel, adopté par les Français, qui est un calque sonore de l’anglais, alors que courriel sonne, français. Le mot logiciel, par exemple, déjà ancien par rapport à d’autres, est une invention québécoise. Dans un article intitulé « Internautes ou internouilles ? », publié au salon du livre de Paris en 2000, la linguiste Marie-Éva de Villers écrit ceci :

Pour nommer les nouvelles réalités de l’espace cybernétique, les mots, les expressions recyclent les métaphores, font appel à des emplois figurés inédits. Aux couleurs des bandes dessinées et des jeux vidéo, le vocabulaire d’Internet est jeune, turbulent et imagé. […]. Touché plus tôt que les autres États francophones par le raz-de-marée cyberspatial, le Québec s’est mis à recueillir les innovations lexicales heureuses, à proposer des néologismes pour permettre aux internautes d’apprivoiser en français la navigation sur Internet.

  • 2 Le vocabulaire d’Internet de l’Office de la langue française a été publié par le gouvernement du Q (...)

16En voici quelques exemples : argent électronique pour « electronic cash » ; babillard électronique pour « bulletin board system (BBS) » ; café électronique pour « Internet Café » ; coup de feu pour « flame » ; fichier joint pour « attachment » ; forum de discussion pour « electronic discussion group » ; gratuiciel pour « freeware » ; internouille pour « luser » ; outil de recherche pour « search engine » ; page d’accueil pour « home page » ; partagiciel pour « shareware » ; pirate informatique pour « hacker » ; signet pour « bookmaker » ; clavardage pour « chat session » ; télécharger pour « download » ou « upload » ; la Toile pour « le Web » ; et webmestre pour « western ». Et même alcôves électroniques pour désigner tous les sites de rencontres sexuelles2 ! Marie-Éva de Villers ajoute :

L’implantation des nouvelles tehnologies de l’information à l’échelle de la planète ne se réalisera pas exclusivement en anglais. Il faut prendre conscience du fait que le plurilinguisme naissant des inforoutes ne découle pas de choix culturels ou philanthropiques, mais bien d’impératifs économiques. Pour accroître sa diffusion, Internet devra aussi parler espagnol, chinois, arabe… Et pourquoi pas français ?

17L’information a un support : la langue. Et sur l’autoroute de l’information, on préfère « rouler » dans sa langue. Et cette langue a un prix : la compétence.

18L’utilisation en français des mots de l’informatique et de ceux du cyberespace n’est pas seulement nécessaire à l’enrichissement de la francophonie. Elle est aussi urgente dans l’optique des outils informatiques modernes à mettre au point pour faire face au développement croissant des technologies de l’information, même si le français se classe au 2e rang, après l’anglais, parmi les langues les plus outillées du monde sur le plan des logiciels de traitement de la langue. Parce qu’une fois qu’on s’entend sur une langue standard, il faut promouvoir sa maîtrise. Dans le contexte actuel et futur d’une société de l’information, la maîtrise de la forme la plus valorisée de français devient à la fois une nécessité et un atout professionnel. La pression se fera de plus en plus forte, à l’école, à cet égard, pour mettre sur le marché du travail des finissants compétents plus nombreux que dans le passé.

La langue des sciences

19Du côté de la science, 85 % de tous les articles scientifiques publiés dans le monde sont en anglais. Seulement 4 % des articles sont publiés en français, ce qui lui vaut d’occuper la troisième place en ce domaine après l’allemand. Toutefois, malgré l’omniprésence de l’anglais dans les écrits scientifiques, les sciences se pratiquent en français au Québec, et on forme nos étudiants et nos chercheurs en français, même s’il faut s’inquiéter du fait que du côté des sciences naturelles, il n’y a plus que 2 % des articles qui s’écrivent en français, alors que cette part était encore de 13 % en 1980. Les sciences sociales et humaines font davantage appel au français, mais dans l’ensemble, la tendance à l’anglais est très nette.

20Nous sommes très fiers, chez nous, que le docteur Michel Bergeron, professeur et chercheur en néphrologie à l’université de Montréal, ait réussi à créer, voici vingt ans, en français, avec une opiniâtreté bien québécoise, une prestigieuse revue de biologie et de médecine de calibre international, Médecine/Sciences, une des seules en langue française au monde. Le succès de Médecine/Sciences, vendue à 40 000 exemplaires par mois, a une valeur éclatante et illustrative dans le monde de l’édition scientifique. Le docteur Bergeron a plaidé pour « le bon usage de la langue maternelle — quelle qu’elle soit — dans la République des sciences », comme le titrait l’un de ses articles. Et il a fait la preuve éclatante que c’était possible. Il l’a dit et redit à maintes reprises :

La défense de la langue française est affaire de culture, parce que la science est une composante de la culture. Une société ne peut laisser à une langue étrangère le monopole de l’expression de la science et de la technologie sans se condamner à s’appauvrir.

21C’est un message de modernité que le docteur Bergeron nous a livré là, d’une culture française imprégnée de savoirs, qui ne deviendra jamais muette faute de mots pour la vivre. Il a ainsi confirmé, haut et fort, que la science fait partie de la culture.

La nécessaire présence musclée de la francophonie

  • 3 Gilles Vigneault, 1998.

La Francophonie, c’est un vaste pays sans frontières […], celui de la langue française. C’est le pays de l’intérieur […], de l’invisible, spirituel, mental, moral, qui est en chacun de nous. Si vous voulez vous en emparer, puis l’acquérir, le posséder, en être le roi ou la reine, vous n’avez qu’à bien apprendre votre langue. Ça vous appartient tous les jours3.

22Jacques-Yvan Morin pose la bonne question : « L’enjeu des relations établies depuis 40 ans entre Paris et Québec paraît aujourd’hui plus fondamental que jamais et s’étend bien au-delà des deux partenaires : pourra-t-on, au xxie siècle, avoir accès en français à toutes les formes du progrès ? »

23La francophonie n’est pas seulement un réseau fort d’États et de citoyens qui parlent français, c’est aussi un vaste réseau de cultures vivantes, enracinées dans une histoire à la fois commune et singulière ; c’est aussi un réseau d’éducation et un réseau économique. Dans ces deux derniers aspects, il est impératif que la francophonie agisse, également en français et pour la langue française, dans le domaine des nouvelles technologies de l’information. Je parle ici de technique et non plus de terminologie.

24L’État québécois est alors entré en scène pour stimuler l’intensification de l’offre de produits francophones :

  • il a négocié des versions françaises avec les producteurs de logiciels ;
  • il s’est servi de son pouvoir d’achat pour généraliser la diffusion de matériel informatique en français ;
  • à partir de 1990, il a fait obligation à tous les ministères de se procurer des claviers d’ordinateur dits « canadiens-français » ;
  • il a appuyé financièrement la production de contenu électronique en français.

25Tout n’est pas encore parfait, bien entendu, mais les choses se sont grandement améliorées. D’abord, il n’existe plus, aujourd’hui, d’obstacles techniques incontournables à l’emploi du français sur la Toile et en informatique. Ensuite, une part constante des logiciels et du matériel dont les francophones ont besoin est maintenant disponible en français : 86 % des logiciels de gestion et 76 % des logiciels de programmation dans les grandes entreprises québécoises peuvent être commandés en version française. Puis les contenus électroniques français mis à la disposition des Québécois répondent de plus en plus à leurs besoins. Une enquête a révélé qu’une forte majorité des sites les plus populaires auprès des internautes du Québec sont des sites en français. Et pour finir, les contenus électroniques produits par des Québécois sont majoritairement dans la langue nationale : 75 % des pages enregistrées dans le domaine Internet « QC. CA » sont des sites en français.

26Créer des sites sur Internet ne se fait pas au détriment de quelqu’un d’autre, ou n’enlève pas des parts de marché à un concurrent. Bien au contraire, chaque nouveau site qui s’y ajoute fait grossir le volume de l’ensemble. Loin de conduire à l’information appréhendée, Internet offre déjà des possibilités nouvelles de développement dans toutes les directions et dans toutes les langues. Et à brève échéance, on estime que la part de l’anglais va diminuer et celle des autres langues augmenter, chacune pouvant prendre toute la place dont elle a besoin, sans préjudice pour les autres.

27Un nouvel espace virtuel se met en place avec l’appui de ces nouvelles technologies. Les cultures minoritaires francophones peuvent être ainsi en relation avec d’autres cultures majoritaires qui partagent la même langue. Les Libanais francophones, par exemple, ou les Algériens, peuvent avoir accès à toutes sortes de services et d’informations sur la Toile, venant de France ou du Québec.

28Pour assurer l’essor du français dans les décennies à venir, le Québec et ses partenaires francophones auront à mettre au point des outils qui permettront aux francophones de passer de la « vieille » informatique à base de chiffres, à la nouvelle informatique, à base de lettres. L’apparition de logiciels de traduction automatique, qui arrivent à grands pas, pourrait cependant permettre de corriger la situation et de favoriser l’avènement d’un nouveau standard linguistique basé sur la coexistence des langues plutôt que sur la domination de l’une d’entre elles.

29Nous n’avons aucune idée, en ce moment, de la taille des moyens financiers que les francophones du monde voudront et pourront consacrer à la création d’outils de traitement du français toujours plus perfectionnés. Comme le disait très justement le linguiste Florent Coulmas : « Il est souhaitable d’investir dans la langue, au sens propre comme au sens figuré ».

30Il faut également prendre en compte la lenteur relative avec laquelle progressent les travaux en ce domaine. Selon Réjean Roy,

l’ordinateur ne deviendra l’un des éléments clés de la renaissance du français dans le monde qu’à une seule condition : l’augmentation de la maîtrise que l’ordinateur aura de cette langue.

31Le savoir-faire en matière de traitement d’une langue appartient en général aux spécialistes qui parlent cette langue. Ce serait se leurrer que de croire que les techniciens de la Silicon Valley mettront au point les traducteurs automatiques, les logiciels de reconnaissance de la voix ou les synthétiseurs vocaux, etc. dont auront besoin les francophones. En matière de génie de la langue, une communauté linguistique ne peut compter que sur elle-même.

Conclusion : défis, inquiétudes et perspectives d’avenir

32Comme disait le géographe Fernand Grenier :

Dépositaire d’un rêve inachevé d’empire français en Amérique, le peuple francophone concentré dans la vallée du Saint-Laurent […] a hérité d’un devoir de continuité particulièrement difficile à assumer.

33Nous avons toujours pris ce devoir très au sérieux. La langue française au Québec est un projet à remettre sans cesse sur le métier, mais un projet qui continue et veut continuer.

34Chez nous, quand il s’agit de la langue, on peut se réjouir de certains gains, mais on ne pourra jamais, au grand jamais, se permettre d’être triomphalistes parce que notre victoire ne sera jamais totale et définitive.

35Quatre langues se parlent en effet en Amérique : l’espagnol, le portugais, l’anglais et le français. Il n’est pas question que l’anglais devienne la seule langue des échanges à l’entrée en vigueur de la Zone de libre-échanges des Amériques (ZLÉA), en 2005. Il faudra encore utiliser notre force de résistance et de revendication si la ZLÉA succombe au danger réel de devenir une autoroute à sens unique, un marché agrandi offert à la circulation d’une seule culture et d’une langue prédominante. Sommes-nous passéistes de penser ainsi ? Pas du tout. Les meilleurs spécialistes de la mondialisation, tel Manuel Castells, reconnaissent que « dans un monde caractérisé par des flux mondiaux de richesse, de pouvoir et d’images, la recherche d’identité collective et individuelle devient essentielle et fondamentale ». L’affirmation de notre identité linguistique n’est pas un frein, mais un tremplin.

36Nous trouverons encore des solutions originales et porteuses d’avenir pour notre langue. Le français a un avenir au Québec. Et l’avenir du français au Québec n’est pas indépendant de l’avenir du français comme langue internationale.

37Le français a un avenir comme langue universelle en raison de son prestige et de la place historique qu’elle a tenue dans de nombreux pays. Notre langue est bien placée pour attirer de nouveaux locuteurs qui l’adopteront comme seconde langue dans le monde anglophone, et comme troisième langue ailleurs. Mais encore faut-il qu’elle reste la langue préférée des francophones…

38Pour ce faire, il faut ouvrir les marchés culturels à tous les partenaires de la francophonie, en créant une sorte de « zone de libre-échanges culturels francophones » à l’instar de l’Aléna, entre les trois pays de l’Amérique du nord, du pacte commercial entre les pays qui composent l’Europe, ou de la Zone de libre-échange des Amériques (ZLÉA), qui entrera en vigueur en 2005 entre 34 pays des trois Amériques. On pourrait appeler cette zone de libre-échanges francophones la CLEF, pour « Culture et libre-échange francophone ». Elle serait, en effet, une clef pour ouvrir tous les trésors que contiennent les cultures de tous les pays francophones.

39N’y aurait-il pas lieu, également, de fonder un « Office de la langue française de la Francophonie », qui se chargerait de centraliser tout le travail réalisé en terminologie dans tous les pays francophones, et de faire circuler les mots nouveaux ?

  • 4 Sources : Hélène Pedneault, divers articles de la linguiste Marie-Éva de Villers et l’ouvrage coll (...)

40En 1945, Jean-Charles Harvey écrivait déjà : « Au milieu d’un océan d’hommes et de femmes de langue anglaise, le français n’a de chance de survivre que s’il devient synonyme d’audace, de culture, de civilisation et de liberté ». C’est essentiellement ce que les Québécois ont tenté de faire, particulièrement depuis quarante ans, et tenteront toujours de faire. Parce qu’ils savent pertinemment que la langue, c’est l’âme d’une nation. Et que si on veut faire disparaître un peuple, il suffit, comme le disait Tardivel, de détruire sa langue4.

Notes

1 Gaston Miron, revue Possibles, 1987.

2 Le vocabulaire d’Internet de l’Office de la langue française a été publié par le gouvernement du Québec en 1997, et il est interrogeable gratuitement sur Internet à l’adresse http://www.olf.gouv.qc.ca.

3 Gilles Vigneault, 1998.

4 Sources : Hélène Pedneault, divers articles de la linguiste Marie-Éva de Villers et l’ouvrage collectif Le Français au Québec, 400 ans d’histoire et de vie, dirigé par Michel Plourde, co-édition Fidès et Les publications du Québec, Conseil de la langue française et Gouvernement du Québec, 2000.

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540